gaz schiste

« Il est trop tard pour exploiter le schiste français » 

Pour Alexandre Andlauer, responsable du secteur pétrolier chez AlphaValue, alors que les États-Unis peuvent devenir à terme énergétiquement indépendants, la France a raté le coche dans le domaine de l’exploitation du schiste sur son sol. Interview.

Comment abordez-vous la renaissance annoncée du pétrole de schiste aux États-Unis avec l’arrivée de Donald Trump ?

Je pense qu’il faut séparer les deux. S’il n’y avait pas eu de remontée des prix du pétrole, l’activité ne serait pas repartie. Le redémarrage, je parlerais même d’une accélération, -je reviens du Texas où l’on n’a jamais vu une telle croissance – provient de l’augmentation de 10 dollars faisant suite à la réunion de l’Opep. À ce stade, Trump donne uniquement une confiance aux pétroliers dans le sens où il va plutôt atténuer les réglementations. Les pétroliers américains attendent de voir. Il n’y a rien eu de concret, sauf dans le Dakota où le fameux pipe-line est passé. Là même où, sous Hillary Clinton ou Barack Obama, cela aurait traîné un peu, ou aurait même jamais eu lieu.

L’Opep a-t-elle au final bien plus d’impact que Trump sur les cours du brut ? Fait-elle la pluie et le beau temps ?

Oui, mais à très court terme. Regardez le prix du pétrole. Il a pris 10 dollars. Toute l’activité du schiste est repartie et les prix recommencent à retomber justement parce que le pétrole est parti trop vite et trop fort. L’Opep garde de l’influence mais, à long terme, elle en aura de moins en moins.

 N’entrons-nous pas dans une nouvelle grande volatilité des prix du pétrole ?

Oui, au moins encore pendant deux ans, voire plus. Je pense que nous allons rester dans cette fourchette de 40/60 dollars le baril. Pour passer de 40 à 60, c’est 50% de hausse.

 Pensez-vous possible que les Etats-Unis deviennent un jour énergétiquement indépendants ?

Oui, clairement, car la production de schiste peut tripler et que la demande devrait baisser, non pas forcément par le développement des véhicules électriques mais par la performance des moteurs essence. Aujourd’hui, pour 10 millions de barils produits, 19 sont consommés. A l’horizon 2027, nous pourrions avoir une consommation de 16 ou 17 millions face à une production équivalente. Du coup, l’indépendance énergétique serait envisageable. Tout dépend bien sûr des technologies et du prix du pétrole. Avec un prix à 70 dollars, cela serait possible car le prix à la pompe serait plus cher et du coup accélérerait la baisse de la demande et la hausse de la production du schiste.

 Dans un livre publié en 2015 vous parliez de révolution planétaire et de déni français. C’est à dire ?

C’est un déni parce qu’avec l’interdiction d’exploitation et d’exploration, nous n’avons pas voulu regarder ce que nous avons sous nos pieds. Face à la concurrence des États-Unis, la Russie ou la Chine, qui ont de plus en plus de matières premières à disposition en exploitant leur propre sol, nous sommes dépendants à 99% des énergies pétrolières et gazières alors que nous avons, a priori selon les études géologiques, les plus grandes réserves de schiste d’Europe. Avec le recul, je pense qu’il serait trop tard de se lancer car l’environnement des prix n’est plus suffisamment bon.

 Les opposants aux hydrocarbures non conventionnels pointent du doigt les problèmes environnementaux liés à la fracturation hydraulique… Que leur répondez-vous ?

Ce n’est pas aussi grave, ou plutôt bien moins pire, que ce qu’avancent les écologistes. Mais ce n’est pas aussi vert que ce que disent les pétroliers. Il y a 18 000 acteurs du schiste aux Etats-Unis. Comme dans toute industrie, vous avez des gens qui respectent moins les règles. Au début, il y a eu sans aucun doute des fautes. Avec le temps, il faut rappeler qu’avec les deux millions de fractures effectuées et la construction de 150 000 puits, il n’y a pas eu de gros accident. La réglementation mise en place aide. Je note que les Etats-Unis sont le seul pays qui a réussi à baisser significativement ses émissions de carbone en 15 ans là où personne n’a réussi à le faire malgré la signature du protocole de Kyoto. Comment ont-ils fait ça ? En utilisant de moins en moins de charbon parce que le gaz est beaucoup moins cher grâce à la production de schiste. L’offre et la demande se sont ainsi totalement inversées.

Nous n’avons pas les moyens de se passer de ces énergies-là dans les 20 prochaines années, et cela aurait été une bonne transition pour accélérer le financement vers d’autres énergies. Je crois plus en l’innovation qu’à la régulation. En France, je me répète, il est trop tard. Faisons comme aux Etats-Unis qui mettent 100 milliards dans le schiste. Mettons alors 100 milliards dans le solaire ! Malheureusement, je doute que nos gouvernants aient beaucoup d’ambitions en matière de politique énergétique…

 Compte twitter d’Alexandre Andlauer

 

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective