Le Monde de l'Energie http://www.lemondedelenergie.com Rejoignez la communauté Tue, 20 Feb 2018 17:57:27 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.9.4 https://i1.wp.com/www.lemondedelenergie.com/wp-content/uploads/2016/12/Untitled-1.png?fit=28%2C32 Le Monde de l'Energie http://www.lemondedelenergie.com 32 32 121749514 Des batteries électriques « vertes » pour l’UE http://www.lemondedelenergie.com/batteries-electriques-vertes-ue/2018/02/20/ http://www.lemondedelenergie.com/batteries-electriques-vertes-ue/2018/02/20/#respond Tue, 20 Feb 2018 17:57:27 +0000 http://www.lemondedelenergie.com/?p=95376 Les batteries électriques produites par l’UE seront « vertes », recyclables et réutilisables pour se distinguer de la concurrence, a expliqué mardi le vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic, qui porte le projet d’une « Alliance européenne des batteries ».

« Nous voulons quelque chose de différent par rapport à ce qui existe actuellement sur le marché », a souligné le commissaire lors d’une rencontre avec des journalistes à Bruxelles.

La capitale belge accueille vendredi son premier « Forum industriel de l’énergie propre », au cours duquel la Commission espère promovoir son plan stratégique pour le développement de batteries électriques.

La Commission table sur une explosion de la demande dans ce secteur, actuellement dominé par l’Asie, non seulement pour l’industrie automobile mais aussi l’électro-ménager et les appareils connectés.

Pour répondre à la demande d’ici 2025 — un marché de 250 milliards d’euros — Maros Sefcovic estime que l’UE devra se doter de 10 à 20 « giga-entreprises », et former 300.000 à 400.000 personnes pour cette production spécifique.

La Commission espère que l’industrie s’engagera sur les 20 priorités identifiées pour déveloper le marché au sein de l’UE, avec au premier rang « la réduction de l’empreinte carbone » tout au long de la chaîne de production et du cycle de vie du produit.

L’industrie a proposé de créer un label européen pour les batteries produites, a rapporté M. Sefcovic.

L’idée est aussi de définir des normes européennes, afin de « faire disparaître les écarts de standardisation en matière de performance, de sécurité, de réutilisation et de recyclage ».

Bruxelles espère aussi voir les différents acteurs engagés travailler ensemble pour investir et partager les coûts de recherche sur un design qui faciliterait une seconde vie.

Parmi les autres priorités pour développer l’industrie des batteries européennes: simplifier l’obtention du feu vert et de permis pour l’exploitation minière des matières premières nécessaires à la fabrication « sans mettre en danger la protection environnementale » ou encore mettre en place les moyens de financements nécessaires à l’innovation et à la formation de la main d’oeuvre.

]]>
http://www.lemondedelenergie.com/batteries-electriques-vertes-ue/2018/02/20/feed/ 0 95376
Eolien en mer/Tréport: feu vert « avec réserves » de l’Agence pour la biodiversité http://www.lemondedelenergie.com/eolien-en-mer-treport/2018/02/20/ http://www.lemondedelenergie.com/eolien-en-mer-treport/2018/02/20/#respond Tue, 20 Feb 2018 16:35:58 +0000 http://www.lemondedelenergie.com/?p=95373 L’Agence française pour la biodiversité (AFB) a donné mardi son feu vert au projet de parc éolien en mer du Tréport (Seine-Maritime), émettant malgré tout des « réserves » sur ce projet contesté notamment par les pêcheurs locaux, a-t-on appris auprès de l’Agence.

L’avis conforme du Conseil d’administration de l’Agence était nécessaire pour la poursuite du projet car une partie de son périmètre se trouve dans le Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale, qui dépend de l’AFB.

Le groupe Engie et ses partenaires, le groupe ibérique EDPR et la Caisse des Dépôts, ont remporté en 2014 l’appel d’offres pour la construction et l’exploitation de ce parc éolien en mer de près de 500 mégawatts. Le projet prévoit l’installation de 62 éoliennes au large du Tréport.

Engie s’était inquiété il y a quelques semaines de l’éventualité d’un avis défavorable de l’AFB qui aurait été « un signal très négatif » pour la filière éolienne en mer française.
abd/fpo/it/eb

]]>
http://www.lemondedelenergie.com/eolien-en-mer-treport/2018/02/20/feed/ 0 95373
Veolia au Gabon: une fin de contrat émaillée de controverses http://www.lemondedelenergie.com/veolia-gabon/2018/02/20/ http://www.lemondedelenergie.com/veolia-gabon/2018/02/20/#respond Tue, 20 Feb 2018 13:08:46 +0000 http://www.lemondedelenergie.com/?p=95364 « Ça va encore nous amener des coupures », s’inquiète Marie, une femme au foyer de la capitale gabonaise Libreville, après la rupture du contrat de la filiale locale de Veolia au Gabon, qui gérait la distribution d’eau et d’électricité.

Depuis vendredi, les polémiques ne désenflent pas à Libreville, chaque partie accusant l’autre d’être responsable de la situation.

Le 16 février, des forces de l’ordre ont « réquisitionné » les locaux de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG, filiale de Veolia détenue à 51% par l’entreprise française), mettant de facto un terme au management de Veolia.

Depuis, les commentaires se multiplient et les rumeurs vont bon train dans la capitale gabonaise. Est-ce un geste politique ? Une réquisition légale ? Quelle est la part de responsabilité de Veolia dans les innombrables coupures d’eau et de courant ? Que va-t-il se passer ensuite ?

Face à ces questions, le pouvoir a multiplié les interventions dans les médias: le directeur de cabinet du président Ali Bongo et les ministres de l’Eau et de la Communication se sont tour à tour exprimés. Ces deux derniers n’ont cessé d’assurer de la légalité de la procédure comme de la responsabilité de Veolia.

« Nous avons réquisitionné la SEEG pour motif d’intérêt général. Dans tous les contrats juridiques, cette possibilité existe », a asséné lundi le ministre de l’Eau et de l’Energie, Patrick Eyogo Edzang dans la presse locale.

Pour sa part, Veolia estime qu' »il s’agit ici d’une rupture unilatérale de contrat sans fondement juridique, au mépris de la loi », selon le Secrétaire Général du Groupe Veolia, Helman le Pas de Sécheval à l’AFP, qui affirme que Veolia est « victime d’une expropriation brutale de la part de l’Etat gabonais » et « examine les conséquences juridiques de cette situation ».

– ‘Négociations’ –

Veolia, présent au Gabon depuis 1997, avait signé mi-2017 avec l’Etat un avenant au contrat initial qui les liait pour 20 ans. Cet avenant prolongeait de cinq ans le partenariat entre les deux parties pour une période de « transition », tout en ouvrant la porte à des renégociations des termes du contrat initial. Celles-ci sont aujourd’hui au coeur de la polémique.

Veolia explique que des propositions avaient été faites début 2017 par l’entreprise à l’Etat, qui les avait refusé. « Malheureusement, ce refus n’a pas été suivi par la préparation » d’un nouvel appel d’offres, avait à l’époque déclaré M. Mapangou, alors ministre de l’Eau, reconnaissant « une certaine négligence de la part de l’Etat ».

De nouvelles négociations ont eu lieu fin 2017, sans réussite. « Veolia a quitté la table des négociations » en octobre, a affirmé l’Etat lundi.

La SEEG est souvent critiquée pour les nombreuses coupures de courant et autres pénuries d’eau à Libreville et en provinces.

« On ne peut produire d’eau si on n’a pas d’usine… Et cela, c’était du ressort de l’Etat », selon M. le Pas de Sécheval, qui avance que les règles du contrat initial en termes d’investissements étatiques « n’ont pas été respectées ».

Libreville assure de son côté que « les Gabonais ont mis la main à la poche pour financer les installations », selon M. Eyogo.

Autre point de discorde: les investissements de l’entreprise française, que le Gabon juge « pas au rendez-vous ». Réponse de l’entreprise: Veolia assure avoir investi dans la SEEG trois fois plus que ce que le contrat initial prévoyait.

« Depuis 20 ans, c’est un demi-milliard d’euros que Veolia a investi au Gabon, soit le plus gros investissement de la part d’une société étrangère (au Gabon) qui ne soit pas un pétrolier », explique Helman le Pas de Sécheval.

Mardi, le billet d’humeur « Makaya » de L’Union, journal réputé proche de la présidence, indiquait qu’il « faut mettre fin à ce néocolonialisme économique, qu’on veut perpétuer dans nos pays pour continuer à piller nos matières premières et s’enrichir sur le dos de nos pôvres (sic) populations ».

La nouvelle équipe dirigeante de la SEEG a été présentée lundi par le ministre Eyogo au siège de l’entreprise. « Mais ils s’y connaissent, au moins? », s’agace Jean, 30 ans et fonctionnaire, qui ne cache pas sa crainte de constater dans les prochains jours de nouvelles coupures liées à « ce remue-ménage qui va forcément coûter aux Gabonais ».
ah/jhd/az

]]>
http://www.lemondedelenergie.com/veolia-gabon/2018/02/20/feed/ 0 95364
Le premier train solaire est australien http://www.lemondedelenergie.com/premier-train-solaire-australie/2018/02/20/ http://www.lemondedelenergie.com/premier-train-solaire-australie/2018/02/20/#respond Tue, 20 Feb 2018 12:54:37 +0000 http://www.lemondedelenergie.com/?p=95358 Cette vieille locomotive des années 1960 fait parler beaucoup d’elle sur la côte est de l’Australie, au sud de Brisbane. Restauré par un ancien patron de mines de charbon, Brian Flannery, le train électrique a en effet une particularité, celle de fonctionner grâce à l’énergie solaire ! Une première mondiale ! Sur trois kilomètres (sans côte), …]]>

Cette vieille locomotive des années 1960 fait parler beaucoup d’elle sur la côte est de l’Australie, au sud de Brisbane. Restauré par un ancien patron de mines de charbon, Brian Flannery, le train électrique a en effet une particularité, celle de fonctionner grâce à l’énergie solaire ! Une première mondiale !

Sur trois kilomètres (sans côte), à Byron Bay, le train, qui peut transporter jusqu’à 100 personnes, dessert le centre-ville jusqu’à la plage, grâce à ses 40 panneaux photovoltaïques installés sur le toit.

Et tout dans ce train est durable : de l’éclairage à l’intérieur des wagons, au système de freinage qui permet de récupérer 25 % de l’énergie stockée. Ce nouveau moyen de transport permet ainsi de désengorger les routes embouteillées en pleine saison touristique australienne.

 

 

 

==> Article à lire sur le site ID L’info durable

]]>
http://www.lemondedelenergie.com/premier-train-solaire-australie/2018/02/20/feed/ 0 95358
2017 : record de connexions éoliennes offshore en Europe, la France sort la tête de l’eau http://www.lemondedelenergie.com/2017-eolien-offshore-europe-record/2018/02/20/ http://www.lemondedelenergie.com/2017-eolien-offshore-europe-record/2018/02/20/#respond Tue, 20 Feb 2018 09:01:05 +0000 http://www.lemondedelenergie.com/?p=95042 Un article de notre partenaire Les Energies de la mer. Avec 3 148 MW d’éolien offshore raccordé l’an dernier, 2017 bat le record de 2015, signale le dernier rapport annuel de WindEurope sur les énergies renouvelables marines du vent paru le 5 février 2018. Quelque 560 turbines ont été raccordées sur 17 parcs éoliens offshore différents, …]]>

Un article de notre partenaire Les Energies de la mer.

Avec 3 148 MW d’éolien offshore raccordé l’an dernier, 2017 bat le record de 2015, signale le dernier rapport annuel de WindEurope sur les énergies renouvelables marines du vent paru le 5 février 2018.

Quelque 560 turbines ont été raccordées sur 17 parcs éoliens offshore différents, précise le rapport sur l’état de l’art. Au total, à fin 2017, 4 149 machines étaient raccordées au réseau européen, soit une capacité installée totale de 15 780 MW.

WindEurope ajoute que, une fois achevé, les 11 parcs en cours de construction ajouteront quelque 2 900 MW à cette capacité installée en éolien offshore, et le lobby européen éolien de miser sur quelque 25 000 MW installés dès 2020. Sont en outre dans le pipe quelque 15 000 MW d’ici à fin 2022.

L’Europe du Nord dans le vent

Le Royaume-Uni demeure en tête de classement avec huit parcs raccordés l’an dernier (1 679 MW), devant l’Allemagne (5 parcs et 1 247 MW)) la Finlande (2 parcs pour 60 MW).

La Belgique complète le tableau d’honneur 2017, avec Belwind II (165 MW) et la France sort la tête de l’eau grâce aux 2 MW de Floatgen (avec la fondation Ideol). 2017 est d’ailleurs la première année marquant l’apparition de parcs éoliens flottants, puisque Hywind, en Ecosse, a été raccordé l’an dernier également (30 MW).

En y incluant les sites partiellement raccordés, 92 parcs sont installés dans 11 pays européens à fin 2017. Le Royaume-Uni est là encore en tête, avec 6 834 MW installés, devant l’Allemagne (5 387 MW), le Danemark commence à être talonné par les Pays-Bas, avec respectivement 1 261 MW et 1 118 MW.

Les cinq premiers pays (il faut ajouter la Belgique) représentent 98% de la capacité installée en offshore éolien.

Côté fabricants, c’est une fois encore Siemens Gamesa qui tire son épingle du jeu, avec 1 487 MW installés en 2017, loin devant MHI Vestas (842 MW) Senvion (443 MW) et Adwen (350 MW).

Côté développeurs, pas de surprise non plus, Orsted, ex-Dong obtient 19% du marché des nouvelles installations, devant Iberdrola, Macquarie Capital et Northlan Power, avec respectivement 11%, 10% et 9%. Pour les aficionados, on remarque l’entrée du Groupe Lego (Kirkbi), avec 2% des éoliennes installées…

Pour les structures, c’est toujours les mono-pieux qui tiennent le haut du pavé marin, EEV ayant installé 53% des fondations, devant Sif et Steelwind Nordenham. Les câbles d’atterrage ont été fournis à 48% par Prysmian, devant NSW (40%) et NKT (12%). En revanche, les liens sur les parcs relèvent de JDR Cable Systems (près de 64%), devant Prysmian (22%) et Nexans (10%).

La distance à la terre moyenne des parcs a été en 2017 de 41 km, un peu moins qu’en 2016 (43,5 km), à des profondeurs moyennes de 27,5 m, un peu moins là encore qu’en 2016 (29,2 m).

Un développement mais une chute des investissements

La taille moyenne des machines implantées l’an dernier a progressé de 23% par rapport à 2016, pour atteindre les 5,9 MW. WindEurope signale que la puissance des machines a progressé de 102% sur les 10 dernières années.

De même, le parc moyen offshore a été de 493 MW en 2017, soit une progression de 34% par rapport à l’année précédente et six fois la taille sur les dix dernières années.

Les facteurs de charge (disponibilité) ont varié entre 29% et 48%. Le facteur de charge le plus élevé a été enregistré l’an dernier en février en Allemagne, avec 67,9%.

Le seul recul que constate WindEurope réside dans la chute des investissements, à 7,5 milliards d’euros en 2017, contre 18,2 milliards en 2016, marquant clairement l’hésitation des développeurs face aux nouvelles règles (appels d’offres). 84% des investissements ont été réalisés au Royaume-Uni et en Allemagne depuis 2010.

]]>
http://www.lemondedelenergie.com/2017-eolien-offshore-europe-record/2018/02/20/feed/ 0 95042
Alstom va fournir 20 nouveaux métros pour la ligne 11 à Paris http://www.lemondedelenergie.com/alstom-metro-paris/2018/02/19/ http://www.lemondedelenergie.com/alstom-metro-paris/2018/02/19/#respond Mon, 19 Feb 2018 19:24:05 +0000 https://www.lemondedelenergie.com/?p=95338 Alstom va fournir 20 nouvelles rames destinées à la ligne 11 du métro parisien, un contrat de 157 millions d’euros, a annoncé lundi le constructeur dans un communiqué.

Il s’agit d’une levée d’option dans le cadre d’un marché signé en mars 2015 entre la RATP, mandatée par Ile-de-France Mobilités, et Alstom, portant sur la livraison d’un maximum de 217 trains de type MP14 sur 15 ans, pour un montant total de plus de deux milliards d’euros.

La première tranche ferme portait sur 35 métros et une première option de 20 trains avait été levée en décembre 2016, précise le communiqué.

Cet achat, portant sur des rames de cinq voitures et qui se fera via une commande de la RATP, est subventionné à hauteur de 50% par Ile-de-France Mobilités et à 50% par la RATP, ajoute le texte.

Ces nouvelles rames permettent de réduire de 45% la consommation d’électricité par rapport aux anciens matériels, souligne Alstom.
spe/ef/eb

]]>
http://www.lemondedelenergie.com/alstom-metro-paris/2018/02/19/feed/ 0 95338
Pétrochimie: Total finalise une coentreprise aux Etats-Unis http://www.lemondedelenergie.com/petrochimie-total-usa/2018/02/19/ http://www.lemondedelenergie.com/petrochimie-total-usa/2018/02/19/#respond Mon, 19 Feb 2018 15:55:18 +0000 http://www.lemondedelenergie.com/?p=95334 Total a annoncé lundi la signature d’accords définitifs pour créer au Texas une coentreprise avec l’autrichien Borealis et le canadien Nova, presque un an après avoir notifié ce projet visant à développer des activités pétrochimiques.

« L’accord qui vient d’être signé constitue un jalon essentiel de la mise en oeuvre de ce projet de pétrochimie intégrée. Cette joint-venture est emblématique de la stratégie de Total aux États-Unis, qui vise à renforcer notre position en tirant parti du gaz américain bon marché », s’est réjoui Bernard Pinatel, directeur général raffinage-chimie de Total, cité dans le communiqué.

Ces accords, annoncés initialement en mars 2017, prévoient que la compagnie pétrolière détienne 50% de la coentreprise, Borealis et Nova disposant des 50% restants.

Le groupe français va construire à Port Arthur (Texas) un vapocraqueur d’un montant de 1,7 milliard de dollars (environ 1,37 milliard d’euros) et d’une capacité d’un million de tonnes d’éthylène par an. Son démarrage est prévu en 2020.

La future coentreprise comprendra également l’usine existante de polyéthylène de Total à Bayport, d’une capacité de 400.000 tonnes par an, et la construction d’une nouvelle usine de polyéthylène de 625.000 tonnes par an sur ce site.
ktr/spe/cj

]]>
http://www.lemondedelenergie.com/petrochimie-total-usa/2018/02/19/feed/ 0 95334
Israël annonce la conclusion d’un contrat gazier « historique » avec l’Egypte http://www.lemondedelenergie.com/israel-gaz-egypte/2018/02/19/ http://www.lemondedelenergie.com/israel-gaz-egypte/2018/02/19/#respond Mon, 19 Feb 2018 15:41:43 +0000 http://www.lemondedelenergie.com/?p=95331 Israël a conclu un contrat « historique » pour la fourniture de gaz naturel à l’Egypte, a annoncé lundi le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu.
« Cela va rapporter des milliards dans les coffres de l’Etat », a affirmé dans un communiqué M. Netanyahu sans donner d’autres détail.

Selon un communiqué du groupe énergétique israélien Delek, le montant du contrat devrait atteindre 15 milliards de dollars (environ 12 mds EUR).

L’accord a été conclu par un consortium, comprenant Delek et le groupe américain Noble Energy, avec la compagnie égyptienne Dolphinus pour la fourniture de 64 milliards de m3 de gaz extrait des champs offshore Leviathan et Tamar en Méditerranée, a précisé Delek.

Israël a peu de ressources naturelles mais a découvert ces dernières années d’importants champs gaziers.

L’Egypte est le premier pays arabe à avoir conclu la paix avec Israël, en 1979.

En septembre 2016, un contrat estimé à 10 milliards de dollars a été signé pour l’exportation vers la Jordanie de gaz extrait de Leviathan.
Les fournitures de gaz en provenance de Leviathan doivent débuter en 2019.

Israël a donné fin de 2016 son feu vert à la vente de deux autres champs gaziers, dont les réserves sont estimées à 60 milliards de m3, à la compagnie grecque Energean.

L’ensemble de ces réserves gazières ont permis à Israël d’entrevoir l’indépendance énergétique et lui ont aussi ouvert la perspective d’exporter son énergie notamment vers l’Europe, voire de nouer de nouveaux liens stratégiques dans la région.
jlr/tp/cj

]]>
http://www.lemondedelenergie.com/israel-gaz-egypte/2018/02/19/feed/ 0 95331
La demande mondiale de pétrole pourrait augmenter de 10% d’ici à 2040 (Total) http://www.lemondedelenergie.com/demande-mondiale-petrole/2018/02/19/ http://www.lemondedelenergie.com/demande-mondiale-petrole/2018/02/19/#respond Mon, 19 Feb 2018 14:36:07 +0000 http://www.lemondedelenergie.com/?p=95328 La demande mondiale de pétrole pourrait augmenter d’environ 10,8% d’ici à 2040, notamment du fait des transports, selon un scénario élaboré par Total et présenté lundi à la presse.

Ce scénario est composé d’hypothèses et d’incertitudes et se veut plus une piste de réflexion qu’une vérité, a d’emblée précisé la compagnie pétrolière.

Selon l’étude, d’ici à 2040 la demande mondiale de pétrole pourrait augmenter d’environ 10 millions de barils par jour (mb/j) par rapport à 2015 (92,5 mb/j).
Dans son scénario, le groupe a tablé sur le fait que la demande devrait baisser dans les secteurs du bâtiment (-2 mb/j), de l’énergie (-3 mb/j) et dans les usages non énergétiques (-1 mb/j).

En revanche, concernant le secteur des transports (56% de la consommation de pétrole en 2015), la demande pourrait s’accroître.

Selon Total, la croissance du nombre de kilomètres parcourus sera telle (entre 3% et 4% par an selon les secteurs) qu’elle ne pourra être compensée par les gains d’efficacité des moteurs et les différents substituables (véhicules électriques, biogaz, etc.).

La demande pour le transport individuel pourrait augmenter de 2 mb/j d’ici à 2040, celle pour le transport routier de 6 mb/j, celle des bateaux de 1 mb/j et celle de l’aviation de 4 mb/j.

Pour élaborer ce scénario, Total s’est basée sur le fait que les ventes de véhicules électriques atteindront 50% des ventes dans le transport individuel en 2040.
« C’est l’efficacité des moteurs qui va être l’élément le plus important » de la réduction de demande de pétrole, a précisé la compagnie.

Quant au secteur de la pétrochimie (plastique), la demande pourrait augmenter de 3 mb/j, en prenant en compte un taux de recyclage de 25%.
Pour relativiser ces chiffres, Total a précisé comment pourraient évoluer ces données avec d’autres hypothèses.

Par exemple, si les véhicules électriques représentaient 70% des ventes en 2040, la demande diminuerait de 3 mb/j par rapport au scénario actuel (mais augmenterait de 2mb/j s’ils ne représentaient que 30% des ventes).

Une modification de plus ou moins 0,5 point du taux de croissance annuel du nombre de kilomètres parcourus ferait aussi varier la demande de pétrole de -8 mb/j à +9 mb/j.

Le scénario moyen proposé par Total reste néanmoins bien au-dessus de celui imaginé par l’Agence internationale de l’énergie qui, pour maintenir la température à +2°C d’ici à la fin du siècle, prévoit une réduction de la demande autour de 75 mb/j en 2035.
ktr/tq/LyS

]]>
http://www.lemondedelenergie.com/demande-mondiale-petrole/2018/02/19/feed/ 0 95328
Russie: Novatek rachète des actifs gaziers du diamantier Alrosa http://www.lemondedelenergie.com/russie-novatek-gaz/2018/02/19/ http://www.lemondedelenergie.com/russie-novatek-gaz/2018/02/19/#respond Mon, 19 Feb 2018 13:01:01 +0000 http://www.lemondedelenergie.com/?p=95325 Novatek, première entreprise gazière privée russe, a annoncé lundi avoir racheté des activités gazières dans l’Arctique au diamantier Alrosa pour environ 430 millions d’euros.

« Novatek a remporté les enchères » pour racheter l’intégralité de deux activités d’exploration et de production d’Alrosa pour un montant de 30,3 milliards de roubles soit 430 millions d’euros au taux actuel, a indiqué Novatek dans un communiqué.

Les activités rachetées exploitent deux champs gaziers dans le district autonome Yamal-Nenets, en Sibérie arctique: le premier « contient des ressources en hydrocarbures estimées à 436 millions de barils d’équivalent pétrole (…) et a produit 1,6 milliard de mètres cubes de gaz naturel » en 2017 et le deuxième des ressources estimées à « 650 millions de barils équivalent pétrole », précise Novatek.

Ces actifs « contribueront à notre production de gaz et de liquides pour approvisionner notre chaîne de traitement des condensats de gaz, maximisant ainsi la rentabilité du groupe », a commenté le président de Novatek, Leonid Mikhelson, cité dans ce communiqué.

Novatek a investi des sommes importantes ces dernières années pour se développer et tailler des croupières face au géant public du secteur Gazprom. Il a notamment lancé fin 2017 avec le français Total la gigantesque usine de liquéfaction de gaz naturel Yamal dans l’Arctique.
apo/gmo/pid

]]>
http://www.lemondedelenergie.com/russie-novatek-gaz/2018/02/19/feed/ 0 95325