Siemens Gamesa boucle la reprise partielle de son concurrent Senvion

Le fabricant germano-espagnol d’éoliennes Siemens Gamesa a annoncé avoir finalisé la reprise de certaines activités de son rival allemand Senvion, placé en redressement judiciaire en avril.

Siemens Gamesa a racheté les “activités européennes de service et les droits de propriété intellectuelle” de Senvion pour 200 millions d’euros, indique le groupe jeudi soir dans un communiqué.

La transaction va augmenter de 15% le volume de ses contrats de service d’éoliennes et élargir les activités de Gamesa dans 13 pays, précise la filiale du géant industrie allemand Siemens.

Les droits de propriété intellectuelle acquis dans le cadre de cette transaction doivent permettre à Siemens Gamesa d’offrir “des solutions de services concurrentielles”.

“Grâce à la vente de ces actifs à Siemens Gamesa, au moins 500 des 1.800 anciens employés en Allemagne ont une perspective d’avenir”, s’est félicité vendredi le syndicat allemand IG Metall, qui représente les anciens salariés de Senvion.

Placée en redressement judiciaire en avril, Senvion, qui employait près de 3.500 personnes dans le monde, fait les frais de la crise traversée par le secteur en Allemagne.

Pilier de la transition énergétique allemande, l’éolien fait face à une hostilité grandissante des riverains, à de vives critiques politiques et voit plonger ses investissements dans un contexte de forte concurrence internationale et de réduction des aides publiques.
fcz/ys/evs

 

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    L’Allemagne a sans doute fait le plein en éolien terrestre.
    Place au repowering avec des turbines plus puissantes et surtout au développement de l’éolien offshore.
    Sur ce dernier point, l’espace maritime français et il faut bien le dire son retard dans l’éolien offshore sont deux fameux atouts face à notre voisin pour lancer enfin des projets de bonnes tailles.

    Répondre
  • Avatar

    L’Allemagne à peut être besoin de faire un break en investissement eolien pour mettre l’argent dans le nouveau maillage du réseau da d lequel il y a du retard par rapport au besoin du parc eolien qui a cru très (trop) rapidement.

    Répondre
    • Avatar

      Vous avez raison, c’est un point important. C’est le sens du nord vers le sud qui peut poser problème.
      et d’autant plus que la puissance de l’offshore ne viendra que du nord
      Autre avantage de notre belle France avec 3 façades maritime et des régimes de vent souvent non corrélé.

      Répondre
  • Avatar

    Je vois que nous sommes sur la même longueur d’onde. Nous avons tant pour l’éolien que pour le solaire un avantage considérable sur nos voisins allemands. Entre les deux sources, l’éolien à l’avantage de pouvoir fournir rapidement une grande puissance qui nous mettra rapidement en position de surproduction une grande partie du temps si on compte lui faire atteindre une part importante du mixe électrique. En revanche, le solaire très en retard malgré une situation géographique favorable fourni l’énergie lorsque nous en avons le plus besoin, c’est-à-dire lorsque l’activité économique est au plus haut, dans la journée. L’argument de certains qui semblent vouloir stocker le moindre watt produit n’est qu’un prétexte à dénigrer la production variable car tout watt produit entre 7 heures et 19 heures est utilisable directement sans aucune nécessité d’y ajouter le coût d’un stockage inutile. De plus le réel besoin sur le cycle journalier n’a pas grand chose à voir avec celui qui est considéré aujourd’hui et qui a été modelé pour satisfaire aux exigences du nucléaire. Pourquoi chauffer des millions de mètres cubes d’eau sanitaire de nuit alors que personne ne prend de douche à 3 heures du matin ? Pourquoi y-a-t-il un pic de consommation lorsque les gens rentrent chez eux le soir, si ce n’est parce que le chauffage (ou la clim) a été mis en veilleuse dans la journée en notre absence sur les conseils de l’EDF qui a besoin de toute la puissance des réacteurs pour répondre au besoin de l’activité économique ? Si le domicile restait chauffé dans la journée il n’aurait pas besoin de récupérer sa température de confort le soir venu. Et je pourrai ajouter (expérience personnel) que même l’industrie a modifié sa façon de travailler en déportant son besoin énergétique la nuit pour ne l’exploiter que dans la journée, comme pour les ballons d’eau sanitaires. Cela se voit nettement dans la largeur quasi constante de la bande jaune de la production nucléaire qui ne faiblit pas la nuit. En fait j’ai moi-même fait des mesures que chacun peut faire sur ma consommation nocturne durant les 3 mois de cette automne en déconnectant et en reconnectant le ballon d’eau sanitaire. Le résultat : Il consomme entre les 3/4 et les 2/3 de l’électricité du tarif nuit, exactement comme la recharge des 12 KWh de mon Outlander PHEV.
    La consommation réelle de nuit correspondant au réfrigérateur, congélateur, et quelques heures de radio/TV de soirée, et lumières, ne représentent qu’entre 1/4 et 1/3 de la consommation et moitié moins encore si je chauffe le ballon sanitaire et que je recharge mon véhicule en même temps, deux choses qui peuvent être faites lorsque le Soleil est présent.
    Par ailleurs, le nucléaire n’est pas si pilotable que ce que l’on veut bien dire, d’ailleurs la plupart des réacteurs ne le sont pas du tout, soit ils fonctionnent soit ils sont à l’arrêt. Seuls les derniers sont équipés de rotors à électroaimants capables de varier la médiation magnétique entre la puissance de la turbine et la production du stator sur le réseau. De plus l’inertie liée à la puissance de ces machines les disqualifie face à l’hydraulique et les turbines à gaz qui sont les seuls moyens efficaces de suivre la charge. Cela se voit parfaitement dans le graphe permanent fourni par RTE, lorsque le Soleil se lève où se couche où que le vent forci ou diminue les deux limites haute et basse du nucléaire suivent la courbe imposée en dessous et c’est l’hydraulique qui est d’abord mis à contribution pour équilibré, et si cela ne suffit pas, le gaz arrive à la rescousse.
    Le 100% renouvelable ne créera aucun problème pour l’équilibre du réseau, pas plus que le nucléaire en tout cas, puisqu’il démissionne dans cette fonction.

    Répondre
    • Avatar

      Pour toutes ces raison s, j’irai passer une journée à hyvolution 2020 le 4 ou 5 février au parc floral de Vincennes
      Peut être une occasion de poursuivre la discussion
      Cordialement
      PG

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective