Energies renouvelables: la France et les Pays-Bas encore loin de leurs objectifs

La France et les Pays-Bas sont les deux pays de l’UE les plus en retard pour atteindre leurs objectifs en matière d’énergies renouvelables, selon les chiffres d’Eurostat publiés jeudi.

La part des énergies renouvelables dans l’Union européenne a progressé à 18% de la consommation finale d’énergie en 2018, contre 17,5% un an plus tôt, indique l’office européen de statistiques dans un communiqué.

L’Union européenne s’est fixé pour objectif que cette part atteigne 20% en 2020 et au moins 32% d’ici 2030. Pour parvenir à cet objectif global, des objectifs ont été assignés à chaque Etat.

Les Pays-Bas (7,4% d’énergies renouvelables) et la France (16,6%) sont les plus en retard, respectivement à 6,6 et 6,4 points de pourcentage de leurs objectifs. L’Irlande, le Royaume-Uni et la Slovénie sont aussi assez éloignés.

Douze Etats sur 28 (le Royaume-Uni quittera l’UE à la fin du mois) ont déjà atteint ou dépassé leurs objectifs nationaux pour 2020.

La Suède reste de loin le champion des énergies renouvelables dans l’UE, avec plus de la moitié (54,6%) de son énergie issue de sources renouvelables. Viennent ensuite la Finlande (41,2%), la Lettonie (40,3%), le Danemark (36,1%) et l’Autriche (33,4%).

Les Pays-Bas (7,4%), Malte (8%), Luxembourg (9,1%) et la Belgique (9,4%) sont les pays avec la plus faible part d’énergies vertes dans leur consommation.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Je suis toujours autant attérré de lire ce genre de conclusions.
    Avoir 100% de sa consommation d’énergie finale en renouvelable (en moyenne sur l’année) et dépendre d’énergie fossile importée les jours sans vent ou sans soleil ou les années sèches (pour l’hydraulique) a t il vraiment de l’intérêt.
    A ce titre, il est intéressant de constater que le Danemark dont 75% de l’énergie électrique est éolienne émet 2 à 3 fois plus de CO2 par kW.h que la France avec une forte dépendance aux importations. Est-ce un exemple à suivre?

    Répondre
  • Avatar

    Ma réaction va dans le même sens que celle de Dominique Guérin mais néanmoins avec une nuance. Quand un responsable politique de haut niveau lit un truc comme ça, comme il n’y connait rien ou pas grand chose, il commence à engueuler tout le monde autour de lui en disant “bande d’abrutis, c’est de votre faute, regardez cet article, à cause de vous la France passe pour une bande de ploucs arriérés”. Alors ça retombe en pluie fine aux étages inférieurs avec le message de changer tout ça à toute vitesse, et les solutions rapides à mettre en oeuvre, éoliennes et solaire, même le concierge de l’Elysée connait comme sa poche, même s’il ne lit pas Jérémy Rifkin tous les jours. Alors Jérémy Rifkin ne dit pas que des bêtises, il ignore sans doute que les énergies renouvelables ne sont pas constitués que d’éoliennes et de solaire, mais il propose de truffer le réseau de capteurs pour remonter des infos en temps réel permettant de gérer les réseaux au plus près. Voilà à mon avis de l’argent bien placé.

    Répondre
  • Avatar

    Comme tous les mythes celui des ENR a une puissance de séduction totalement déconnectée du réel.
    La solution au problème de l’énergie passe avant tout par la réduction des consommations inutiles ,sinon on tombe dans la course perpétuelle entre production et usages toujours croissants .Zénon d’Elée l’avait dit avant nous .

    Répondre
  • Avatar

    Comme tous les mythes, celui du nucléaire finira dans l’abandon avec son prix exorbitant, sa légende de pilotable lequel n’est fait qu’avec l’hydraulique et accessoirement le gaz naturel qui pourra être avantageusement remplacé par le biogaz.

    Répondre
  • Avatar

    Où voyez-vous des problèmes importants de pilotage du réseau actuellement ? Vous fantasmez et ne voyez pas les dizaines de milliards nécessaires au pilotage des énergies fluctuantes et intermittentes.

    Répondre
    • Avatar

      Il n’y a pas de problème de pilotage du nucléaire justement, puisqu’il n’y participe pas ! Regardez n’importe quel jour sur le graphique de l’évolution durant la journée…. de n’importe quel jour, les deux bords de la bande jaune du nucléaire sont constamment parallèle et le profil ne fait que suivre les variations de production de l’éolien et du solaire qui sont en dessous. Et c’est toujours d’abord l’hydraulique qui assure le suivi comme on peut le voir tous les jours, et éventuellement les centrales à gaz. Il est étonnant que vous ne l’ayez jamais remarqué. Et ce n’est pas par hasard, car la plupart des réacteurs en service sont bien incapables d’assurer le moindre suivi avec les alternateurs à aimants permanents, ce n’est possible qu’avec les plus récents (on doit même dire plutôt les moins anciens) dont le médiateur magnétique du rotor au stator peut être induit entre zéro et le niveau de saturation. De plus c’est une telle galère qu’il faut bien préparer avant d’y toucher que ce n’est utilisé qu’en dernier ressort; la super puissance se gère avec délicatesse, un degré de plus ou de moins dans le rhéostat ça fait une secousse sur le réseau.

      Répondre
  • Avatar

    Quelques petites remarques sur la Suède, la Finlande et le Danemark.

    – La Suède et la Finlande sont de grands pays avec peu d’habitants.
    Dont l’énergie hydraulique et la biomasse disponibles par habitant sont importantes.
    Si ces pays avaient 69 millions d’habitants comme la France, la situation serait bien différente.

    – Le Danemark est aussi un pays peu peuplé.
    Donc le Danemark peut se permettre d’importer de l’électricité car en volume cela représente très peu.
    Ainsi, en juin 2018, le Danemark a importé 43% de son électricité.
    Si la France et l’Allemagne devaient importer 43% de leur électricité pendant un mois, cela serait impossible.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective