nucleaire-energies-renouvelables-mix-energetique

Idée reçue n°5 : le nucléaire ne laisse pas la place aux énergies renouvelables

En ces temps de dates anniversaires des catastrophes de Fukushima et Tchernobyl, de nombreux débats et avis s’opposent sur la baisse de la part du nucléaire dans la production d’électricité et viennent parsemer l’actualité. Que l’on soit pour ou contre l’atome, il est essentiel d’avoir accès à des données et faits objectifs pour comprendre les enjeux du futur mix énergétique français. Des enjeux que nous tous, citoyens, pourrons suivre pendant la révision de la Programmation pluriannuelle de l’énergie qui débute le 19 mars.

La rédaction du Monde de l’Energie a décidé de décrypter pour vous les idées reçues les plus souvent reprises concernant le nucléaire.

 

Question du jour : le nucléaire fait-il de l’ombre aux énergies renouvelables (EnR) ?

A l’heure où la question climatique et la course à la décarbonation de nos systèmes énergétiques sont lancées, un premier constat est à faire : l’énergie nucléaire, souvent opposée aux énergies renouvelables sur le marché de la production électrique, est en fait leur meilleur allié.

L’urgence du réchauffement climatique nous impose de revoir en profondeur notre système de production énergétique et de se défaire de l’emprise des énergies fossiles les plus polluantes comme le charbon, le gaz et le pétrole, principaux émetteurs de gaz à effet de serre. Pour parvenir à un mix-électrique durablement bas carbone, le développement des énergies renouvelables est certes essentiel mais ne peut se faire qu’en complément du nucléaire qui permet d’assurer la sécurité de l’alimentation électrique sans émettre de CO2.

Les renouvelables et le nucléaire sont-ils vraiment complémentaires ? Indissociables ? Revenons sur les idées reçues souvent avancées par les anti-nucléaires.

Le nucléaire est une technologie du passé

Le développement massif de l’éolien et du solaire photovoltaïque, par définition des énergies intermittentes, nécessite un mix équilibré qui ne peut se passer d’un socle de production pilotable comme le nucléaire. Pérenniser le nucléaire permet d’intégrer progressivement ces énergies renouvelables en évitant le recours aux énergies fossiles et en préservant la maîtrise industrielle.

Le nucléaire freine le développement des énergies renouvelables

Le nucléaire ne freine pas le développement des énergies renouvelables : en France, alors que les investissements liés au Grand carénage s’élèvent à 4Mds€/an, plus de 15Mds€ ont été investis en 2016 pour développer les énergies renouvelables (Rapport Bloomberg New Energy Finance, 2017). Par ailleurs, EDF, qui exploite 58 réacteurs nucléaires en France, est le leader national en matière d’installations et d’innovation dans le domaine des énergies renouvelables. Doté d’un parc national de plus de 20GW d’ENR le groupe continue d’investir massivement dans l’éolien et a lancé fin 2017 son Plan Solaire visant à quadrupler les capacités actuelles d’énergie solaire en France à hauteur de plus de 25Mds€ d’ici 2035. “EDF joue le jeu aujourd’hui. J’en veux pour preuve le plan solaire qu’ils ont présenté en fin d’année, ou le fait qu’EDF fait la promotion de l’autoconsommation. Il y a huit mois encore, ce n’était pas envisageable. L’entreprise est prête à faire cette révolution culturelle. Elle sait que le renouvelable est important pour son avenir”, a d’ailleurs estimé Nicolas Hulot le 8 mars 2018.

De nombreux autres acteurs, publics et privés, concourent activement à l’implantation des énergies renouvelables dans le mix énergétique français. Longtemps resté un frein à leur développement, leur coût est désormais en baisse et les rend de plus en plus compétitives. Aujourd’hui, leur développement est principalement ralenti par l’instabilité et la complexité du cadre réglementaire, par la multiplication de recours abusifs qui impactent les délais et coûts d’installation, ou encore par le manque de dispositifs d’implantation réellement incitatifs

Le nucléaire et les énergies renouvelables ne sont pas conciliables

Le nucléaire reste aujourd’hui indispensable à la pénétration des énergies renouvelables sur le marché tout en assurant la sécurité d’alimentation du système. Afin d’éviter un blackout, un mix équilibré comportant une part significative d’énergies renouvelables intermittentes ne peut pas aujourd’hui se passer d’une source d’énergie pilotable et bas carbone comme le nucléaire. Il est donc essentiel de maintenir le parc nucléaire existant et de continuer à investir dans le nouveau nucléaire pour éviter le recours aux énergies fossiles. En Allemagne par exemple, avec la sortie du nucléaire, l’augmentation des énergies intermittentes n’a fait que renforcer le recours au charbon. L’hydraulique et le nucléaire fourniront la flexibilité indispensable pour faire face aux variations du système.

Le parc nucléaire n’est pas modulable

En France, le parc nucléaire dispose de capacités de modulation qui lui permettent de s’ajuster à ces nouvelles productions intermittentes que sont l’éolien ou le solaire, et lui garantissent de fait, un rôle de premier ordre dans le renouvellement du mix électrique national. Depuis le début des années 1980, les centrales jouent ainsi le rôle de tampon et de stabilisateur en garantissant l’équilibre entre l’offre et la demande sur le réseau électrique. A la fois réactives, flexibles et facilement manœuvrables, elles offrent la possibilité de réguler leur puissance en fonction des variations de la demande d’électricité. Techniquement, les réacteurs peuvent ainsi faire varier à la hausse ou à la baisse, jusqu’à 80 % de leur puissance en moins de 30 minutes et ce, deux fois par jour.

 

Retrouvez l’idée reçue n°1 : le nucléaire est une énergie dangereuse

Retrouvez l’idée reçue n°2 : le nucléaire est une technologie du passé

Retrouvez l’idée reçue n°3 : le nucléaire coûte cher

Retrouvez l’idée reçue n°4 : l’industrie du nucléaire ne sait que faire de ses déchets

Retrouvez l’idée reçue n°6 : Le nucléaire fragilise les emplois et les territoires

La tribune de Michel Gay – PPE : confusion dans le pilotage de la politique énergétique de la France

 

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective