And the winner is : l’hydrogène ! (Tribune)

Dans une belle “ola”, on se lève tous pour l’hydrogène ! Mais pourquoi, diable, n’y avoir pas pensé plus tôt, tant la mariée est belle ?

Mais ressaisissons-nous, l’engouement récent, massif, unanime, transfrontière pour l’hydrogène doit interroger, sinon interpeller, comme toute pensée unique.

Redondance verte

Jusque là, seule l’électricité décarbonée (hydraulique, nucléaire, EnR) était un outil crédible de substitution aux sources traditionnelles d’énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz).

Arrive (survient ?) alors l’hydrogène, qui de plus, permet indirectement le stockage de l’électricité verte (un avantage jugé insigne, on s’en doute), vite présenté comme un second axe de décarbonation, multi usages, un passeport universel, en somme.

On pourra l’injecter directement dans les réseaux de gaz naturel, fabriquer du méthane renouvelable à partir du CO2 (power to gas), l’utiliser comme carburant d’une pile à combustible (gas to power) et dans nombre de process industriels (aciéries, cimenteries, raffinage,…), voire même le brûler directement dans un moteur ou ailleurs…et nul doute que bien d’autres usages, réels ou potentiels, complètent déjà cette liste.

Atouts et atours se conjuguant, comment ne pas se lancer plus avant ?

Avantage collatéral

Mais c’est, aussi (surtout ?) une martingale gagnante pour justifier qu’il n’y a plus de limite au déploiement des EnR intermittentes, puisqu’on prétendra toujours pouvoir valoriser cette production, via l’électrolyse de l’eau, pour fabriquer de l’hydrogène vert, le vecteur énergétique universel, comme en outillage, la pince du même nom.

Restera l’intermittence de ces moyens, d’autant plus contraignante pour la stabilité d’un réseau, qu’ils seront massifs. Mais les CCgaz (Cycles Combinés Gaz, réactifs perforants, mais chers à construire et chers à l’emploi,…) qu’il faudra, de toute manière, déployer pour pallier le retrait des centrales pilotables (charbon, nucléaire) assureront cette compensation, on en construira juste davantage !

A propos, est-il utile de rappeler que quand on produit de l’électricité en brulant du gaz naturel, on libère aussi force CO2,.et que le grand branle-bas de la « Transition », visait d’abord à diminuer les émissions au maximum.

Mais on peut aussi imaginer des appairages « électrolyseur-EnRis » non reliés au réseau ; il faudrait alors, en principe au moins, que la seule production de l’hydrogène assure la viabilité économique du montage. Mais nul doute qu’en cas de difficultés, si les cours de l’hydrogène n’étaient pas suffisants, des subventions dédiées balaieraient vite cet inconvénient.

Par exemple …

Pour la pénétration de l’hydrogène, l’exemple le plus mature est incontestablement celui du ferroviaire, car le train se prête bien à l’emport des lourds réservoirs où le gaz est comprimé à 700 bars, et des batteries nécessaires à un fonctionnement plus continu des piles à combustible (et qui permettent, outre la récupération d’énergie électrique au freinage, le nécessaire coup de fouet au démarrage).

Clairement, les deux éléments automoteurs d’Alstom qui fonctionnent déjà en service commercial en Allemagne (Basse Saxe), donnent satisfaction, au point que plusieurs autres Länders ont déjà passé commande (41 rames) et toute l’Europe s’y met.

La SNCF aussi, qui fait développer à Alstom un concept mixte hydrogène-électrique, outil encore plus universel, mais plus complexe. Il est prévu, dans un premier temps, de commander 15 engins.

Faire-valoir (selon le Robert : « acteur dont le rôle essentiel est de mettre la vedette en valeur »).

Améliorer le bilan GES du ferroviaire en Europe, et singulièrement en Allemagne, ne répondait pas à une nécessité environnementale de premier ordre. En effet, une très grosse part du trafic y est assurée avec des locomotives ou des automoteurs électriques, le reste étant à la charge d’engins diesels, souvent modernes et de plus en plus performants en matière de réduction des émissions de GES, de polluants et de particules fines.

La clé se trouve donc, plutôt, dans la couleur du courant d’alimentation des locomotives et des automoteurs électriques, toujours bien grise en Allemagne, malgré l’emblématique l’Energiewende.

La substitution de l’hydrogène vert au diesel n’était pas le meilleur angle d’attaque pour diminuer les émissions GES du ferroviaire Outre-Rhin, déjà faibles dans l’absolu, et même marginales, en regard des autres modes de transport.

En France, où hydraulique, nucléaire et EnRs, confèrent au ferroviaire électrique, très largement dominant, une belle performance écologique, ce même substitut hydrogène-diesel, qui ne concernerait, en l’état, que peu d’engins, restera totalement négligeable dans les bilans. Il n’y a donc là, aucun impératif.

De fait, même sans besoin spécifique, le ferroviaire a servi, à dessein, de pénétrante judicieuse pour montrer qu’on sait apprivoiser hydrogène et l’utiliser efficacement dans un domaine courant, comme la mobilité. On attend de cet acquis qu’il parle clair aux opinions, même si transposer le schéma à d’autres secteurs, même nonobstant les questions de sécurité, sera sans doute une autre paire de manches.

Pertes en ligne

Cette réussite technique, puisqu’on arrive à rendre de manière fiable le service attendu, ne doit cependant pas faire oublier tous les maillons amont de la chaîne et la nécessaire conjugaison de leurs rendements, pour avoir une idée de l’efficacité globale du processus et donc de son coût.

Et là, la sanction est sans appel, seul 1/3, voire 1/4 de l’électricité verte injectée dans le processus, est récupérée -in fine- sous forme d’électricité utile !

Quand on connaît le coût de l’électricité décarbonée, d’origine EnR ou d’origine nucléaire et les possibilités multiples et extensibles de s’en servir directement, le passage par une voie parallèle si inefficace, apparaît comme un pur gaspillage et interroge.

Certes, à cet argument, sera opposé l’avantage premier du stockage, bien qu’il grève encore davantage le rendement global (compression, refroidissement, conditionnement,…).

Covoiturage : un passager encombrant

La dimension sécurité et les problèmes d’installation sont évidement les facteurs premiers à considérer, l’hydrogène n’étant pas un gaz docile, les risques d’explosion doivent être pratiquement éliminés pour un usage banalisé (mais ne va-t-on pas, défier ainsi, le principe de précaution ?), ce qui passe par l’emploi d’équipements robustes, souvent lourds et encombrants.

Face à ces contraintes d’adaptation à l’hydrogène, le ferroviaire possède des avantages comparatifs : robustesse, fiabilité, fonctionnement sans à-coups et volumes qu’on peut adapter, sans trop de contraintes, pour y loger les réservoirs et les batteries indispensables, l’alourdissement restant marginal par rapport à la masse des engins.

Il n’en sera pas de même pour les camions et les bus, les voitures, voire les avions, si on veut leur conférer suffisamment de capacités et d’autonomie, en toute sécurité.

Airbus se fixe l’échéance de 2035 pour faire voler un moyen-courrier de 200 places, mu à l’hydrogène et, pour les plus classiques, les premières esquissent montrent un fuselage allongé avec compartiment arrière dédié…mais quid de la puissance nécessaire au décollage d’un tel engin ?

S’ajoute à cet ensemble d’exigences, celles propres à la logistique d’approvisionnement en hydrogène des différents usagers, chacun avec ses difficultés spécifiques.

Un substitut peut en cacher un autre

A l’unisson de cet engouement mondial, en appui sur des subventions qu’ils octroient généreusement, les pays d’Europe cherchent à se mettre en situation de produire massivement de l’hydrogène vert, puisque les possibilités aval, dont ils encouragent également l’essor, apparaissent prometteuses.

Envisagé par certains, pour la fourniture de courant aux futurs hypothétiques électrolyseurs géants, le nucléaire sera contesté frontalement par les écologistes, dont le but premier, ne l’oublions jamais, reste son éradication. De l’hydrogène vert, « souillé » par le nucléaire, ne serait plus vert ! Impensable dans leur référentiel « exclusif », qui pourrait cependant, sans vergogne, faire une fleur au gaz naturel !

Comme la production stockable d’un électrolyseur sert d’intégrateur à son alimentation aléatoire par des renouvelables électriques, gommant ainsi les inconvénients de leur intermittence (un des atouts mis en avant pas les tenants d’une telle chaine), il serait franchement irrationnel d’utiliser le courant nucléaire pour un même usage, surtout dans l’hypothèse où on dédierait certains réacteurs à l’alimentation de ces méga électrolyseurs.

Le nucléaire qui stocke de facto son énergie dans le combustible, sait produire à la demande un atout de plus en plus précieux pour assurer l’équilibre d’un réseau, qu’on enrichit, immodérément, en moyens intermittents.

Sunrise Boulevard

Comme les hypothèses précédentes ne font guère sens, c’est donc un boulevard qui s’ouvre pour un développement ad libitum des éoliennes et des panneaux PV, l’hydrogène devenant, en langage de chimiste, le catalyseur de leur multiplication, et qu’on présente désormais comme le moyen le plus apte à dénuclariser et de décarboner !

L’Allemagne, une fois de plus, montre la voie et bien qu’en échec pour réduire de manière tangible les émissions de GES, le colossal surdimensionnement des parcs EnR, va ainsi chercher, dans la production d’hydrogène vert, une nouvelle légitimité.

Le développement de la filière hydrogène, avec d’importantes aides publiques (plus de 9 Mds€) versés aux organismes de recherche et aux industriels, crédibilise grandement ce schéma aux yeux de l’opinion allemande, à laquelle on présente « le chemin cohérent longtemps promis », pour toucher au Graal de la décarbonation. On n’annonce évidemment pas que la route sera hasardeuse et que le schéma, tel que posé, n’est en rien la solution, puisqu’il faudra toujours compenser l’intermittence des EnRi par des moyens carbonés, le gaz naturel en l’occurrence.

Original et copie

La France, dont on rappelle qu’elle produit un courant très largement « carbon free », met, quant à elle, 7 Mds€ sur le même tapis vert, une belle recapitalisation (attendue…) du plan Hulot.

Mais ce n’est pas une surprise, nous suivons fidèlement notre modèle allemand, même s’il nous engage, comme pour le développement massif des EnRi, à des choix destructeurs pour les outils français existants, le nucléaire en particulier, sans vraie compensation industrielle et sans les créations massives d’emplois, annonces qu’on réitère hélas, régulièrement, car, comme Sœur Anne, on ne voit rien venir à l’échelle des promesses.

En trouvant une justification artificielle à des investissements inutiles dans les EnRi, en les couplant avec la production d’hydrogène vert, dont la France n’a guère plus besoin, on s’enferre plus avant dans l’irrationnel et notre pays, devrait vraiment s’éviter de tels errements.

Qu’importe, que les processus de fabrication-utilisation de l’hydrogène vert soient intrinsèquement dispendieux et énergétiquement très inefficaces et que la réification de ce schéma idéal risque de prendre un peu de temps (si elle advient jamais…), dans l’intervalle, comme en Allemagne (cf le dossier Nord stream 2), le recours massif au gaz naturel permettra de franchir le gap, tout en émettant massivement des GES, mais gageons qu’on saura les qualifier d’utiles et donc les distinguer des autres, comme on déclare déjà le faire pour les électrons dits verts !

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Beaucoup de blabla pour ne pas dire grand chose. L’hydrogène n’est pas une énergie mais un moyen d’en stocker lorsque cela apparaitra comme une nécessité et lorsque les surplus des ENR seront devant l’alternative de les laisser perdre ou de les utiliser à faire de l’hydrogène….. ou autre chose.

    Répondre
    • Avatar

      Bien que cela ne sert à rien de taper sur un rocher (hein !) je constate toujours vote capacité à nier que le ciel est bleue et qu’une majorité le pense!

      Répondre
      • Avatar

        Et comme toujours du blabla inconstructif et donc inutile avec des messages creux qui n’apporte rien si ce n’est magnifier votr nombril que vous prenez pour celui du monde.

        Répondre
        • Avatar

          C’est fou comment vous marchez au quart de tour à la provocation, je vous l’accorde purement gratuite. Mais vous êtes tellement sur que les enr vont tout régler (vous écru ré que les enr sont loin de suffire, et que les marées, entre autres, apporteront le complément, c’est vraiment n’importe quoi comme analyse ne reposanr sur rien de réel tant en projet qu’en volume… ) et jamais vous n’etudiez la contradiction pourtant essentielle sur des nombreuxpoint défavorable s de l’éolien en particulier, mais le solaire également . Mais moi, je m’amuse à vous titillez parce que combien de personnes lisent nos conneries de coqs de basse cour ? Et quelles importances cela a t i sur le cours des choses ? Et cela faitun moment que je lis vos commentaires peu objectifs sans y répondre, mais des fois c’est vraiment des rêves de gosses irréalistes. Et vous qui me parler de mon nombril,il n’est rien face à votre ego rempli de certitudes souvent contradictoires d’ailleurs .Je ne vais pas revenir sur des sujets très précis que j’ai déjà exposés,mais chacun peut constater le peu de réponses de votre part. Mais rassurez-vous je vais arrêter de vous contrer car j’ai mieux à faire et vous permettra de déverser votre bile ailleurs . Portez vous bien !

          Répondre
          • Avatar

            eh bien, je vois que le blabla sans consistance continue mais je vois aussi que vous finissez par vous rendre compte vous mêmes de son inutilité, comme quoi tout n’est pas perdu. Alors, bon vent !

  • Avatar

    Hydrogène = fallacieux prétexte pour sauver le ruineux nucléaire, inadapté social qui nous pompe nos impôts à travers son énarchique lobby, sa guerre au Mali, son EPR et ses déchets plurimillénaires…

    Recycler intégralement le CO2 du charbon européen et the solution économique et écologique!

    Plastiques, hydrogène, chaleur, électricité, essence, diesel, kérosène, méthane, le CO2 du charbon peut produire tout ça au moindre coût…

    https://www.ge.com/news/reports/bad-co2-good-co2-ge-scientists-use-climate-change-culprit-make-cleaner-electricity

    https://gauloiseries-d-abord.blogspot.com/2020/09/back-in-black-quand-le-co2-du-charbon.html

    Répondre
  • Avatar

    Article à prendre tres au sérieux, et pas par dessus la jambe. J’y ai appris le sens du mot réification ce qui est déja pas mal. Il est tout de même troublant de faire des paris aussi couteux pour résoudre un problème qui ne se pose pas ou que l’on pourrait résoudre immédiatement et à moindre coût. Au travers de cet article, je vois poindre un débat du type “Y a t-il un Dieu ou pas “? Etant agnostique, car tout n’est pas explicable par la raison, donc la question qui précède m’indiffère. Mais comme Serge parle de moyen de stockage, la raison me commande de souligner que ce moyen de stockage a un taux de restitution ridiculement faible. Et ça, ça se calcule facilement. C’est du concret, mais peu rassurant. Pour moi, les ENRi ne sont qu’un petit appoint et n’aurait jamais du dépasser ce statut. Comment aujourd’hui peut-on décider d’investir dans la production d’électricité alors que sa valeur fluctue dans des proportions énormes ? Le seul investissement crédible passe par les ENRi précisément et il n’y a aucune question à se poser pour les investisseurs puisque ce sont les états qui paient la facture.

    Répondre
    • Avatar

      @Chopin,
      nous sommes encore très loin de rencontrer le problème du besoin de stocker….. d’ailleurs si tant est qu’il apparaisse un jour, stocker ne sera pas un problème mais une simple opportunité. Parler de stocker aujourd’hui est une hérésie notamment en utilisant l’hydrogène pour cela comme vous le soulignez très justement la chaine à mettre en œuvre est d’un rendement si faible que cela ne serait que du gaspillage des investissements nécessaire.. Les ENR sont encore si loin de fournir le minimum permettant d’envisager de se passer des ressources sorties de terre pour satisfaire notre besoin d’énergie que c’est mettre la charrue avant les bœufs. Il faudra que les ENR variables produisent beaucoup, beaucoup plus que le besoin quotidien pour justifier de stocker les excédents aléatoires. Car bien avant de se trouver dans le besoin d’utiliser ces stocks éventuels, les ENR permanents comme le biogaz et les apparentés, où l’exploitation des courants marins et houliens qui d’ici ce futur lointain seront opérationnels ou abandonnés, ou encore les marées…. seront bien suffisants pour assurer la relève lors des périodes de faiblesse météorologiques auxquelles sont soumis les ENR variables.
      L’hydrogène me semble être la deuxième, si ce n’est même la troisième roue de secours des ENR variables, loin derrière ce qui existe déjà et ce qui sera venu s’ajouter dans ce futur lointain où cette OPPORTUNITE se présentera.

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective