vitesse autoroute 20kmh moins 20 energie moins co2 moins euros plus - Le Monde de l'Energie

Vitesse sur autoroute : 20km/h en moins c’est 20% d’énergie en moins, 20% de CO2 en moins et 20% d’euros en plus

Le Monde de l’Energie ouvre ses colonnes à Manuel Ildefonso, enseignant-chercheur en science des matériaux, physique, chimie et nanoscience à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, auteur d’une analyse physique des effets réels d’une réduction de la vitesse de 130 km/h à 110 km/h sur autoroute.

Le Monde de l’Énergie —La réduction de la vitesse autorisée sur autoroute de 130 km/h à 110 km/h était l’une des mesures phares de la Convention citoyenne pour le climat retoquée par le président de la République. Que conclue votre étude scientifique sur l’impact climatique d’une telle mesure ?

Manuel Ildefonso —Dans mon travail je me suis penché sur l’énergie mise en jeu lors du déplacement d’un véhicule. Pour résumer rapidement, faire avancer une voiture c’est luter contre deux forces qui s’opposent au mouvement (des forces de frottements), le frottement des pneus sur la route et le frottement de l’air sur la carrosserie. L’essentiel de la dépense énergétique pour faire rouler une voiture sert a contrecarrer ces forces.

Pour le frottement des pneus la dépense énergétiques est uniquement liée à la distance parcourue (indépendamment de la vitesse). Mais en ce qui concerne les frottements de l’air, c’est différent, car ici les frottements dépendent de la vitesse et même du carré de la vitesse (ainsi que de l’aérodynamisme). A partir d’une vitesse supérieure à 60 km/h ce sont les frottements de l’air qui deviennent prépondérants et qui représentent donc la plus grande part de la dépense énergétique pour faire avancer une voiture.

Donc en réduisant la vitesse on réduit les frottements de l’air, et donc la dépense énergétique pour faire avancer la voiture. Et comme cette énergie vient majoritairement en France du pétrole (90% des sources d’énergie utilisées dans le domaine des transports), en réduisant la vitesse, on réduit la consommation de pétrole et donc les émissions de CO2. Et comme l’essence est loin d’être gratuite, on économise également des euros sur les frais de carburant.

20km/h en moins c’est : 20% d’énergie en moins, 20% de CO2 en moins et 20% d’euros en plus.

Le Monde de l’Énergie —Des expériences de réduction de la vitesse sur autoroute à 110 km/h ont-elles déjà été menées ? Avec quels résultats ?

Manuel Ildefonso —En 2020 les Pays Bas ont pris une mesure drastique de réduction de la vitesse sur autoroute de 130km/h à 100km/h, mais uniquement durant la journée. L’objectif étant principalement de réduire les émissions d’oxyde d’azote qui représentent un problème majeur dans ce pays.

En 2011 dans un contexte de forte montée des prix du pétrole l’Espagne à réduit durant 4 mois la vitesse sur autoroute de 120km/h à 110km/h, ce qui a conduit à une baisse de la consommation de carburant de 7,9% durant cette période.

En extrapolant à la France le cas espagnol, il ne semble pas improbable de voir une diminution importante de la consommation française de de carburant, probablement de l’ordre de 16% en cas de passage de 130km/h à 110km/h.

Le Monde de l’Énergie —Quels seraient les autres bénéfices d’une telle réduction de la vitesse pour la France ?

Manuel Ildefonso —Une réduction de la vitesse d’un véhicule diminue également l’énergie cinétique dudit véhicule. Cette énergie cinétique qui en cas d’accident sera libérée sous la forme d’une déformation de la carrosserie. La vitesse étant connue pour un facteur aggravant des accidents de la route.

Mais les principaux co-bénéfices sont ailleurs, notamment du coté de la dépendance énergétique de la France vis-à-vis des différents pays qui lui livrent le pétrole nécessaire à faire rouler nos voitures. L’exemple le plus frappant est probablement le suivant : la réduction attendue de consommation totale de carburant permise par le passage à 110km/h serait de l’ordre de 16%, ce qui correspond à peu prés aux importations françaises de pétrole en provenance de Russie avant la pandémie de Covid.

Le passage de 130km/h à 110km/h ne ralentit pas que les voitures, cela peut aussi ralentir les chars russes…

Le Monde de l’Énergie —Devant tous ces bénéfices, indéniables et largement prouvés, comment expliquer qu’une telle mesure ne soit pas à l’étude ?

Manuel Ildefonso —L’opinion publique semble avoir changé de regard sur cette question depuis peu. Ainsi 68 % des Français accepteraient de rouler à 110 km/h sur les autoroutes au lieu de 130 km/h pour lutter contre le réchauffement climatique, selon une étude menée par l’institut Elabe et publiée par Le Parisien le 6 novembre 2022.

Je pense que les Français sont arrivés aux mêmes conclusions que celle de la Convention citoyenne sur le climat : parmi les différentes mesures ayant un impact réel sur les émissions de gaz à effet de serre de la France, la réduction de 130km/h à 110km/h est probablement l’une des mesures les plus efficaces et les moins contraignantes au quotidien. Les Français y étant désormais favorables, la balle est dans le camp des politiques : à eux de s’en saisir.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Et une VT qui reste au garage c’est 100% d’émission de CO2 en moins.
    Pourquoi passer son temps à enfoncer des portes ouvertes et prendre les populations pour des idiots ?
    Tous ceux qui enfoncent le champignon dès que le feu passe au vert savent bien qu’ils sont idiots et qu’ils le paieront au prochain passage à la pompe, mais cela leur parait moins important que de faire leur petit effet, qui n’impressionne qu’eux mêmes, au démarage sur les chapeaux de roues. Alors, pour ceux qui ne le savent pas déjà, laissez les découvrir par eux-mêmes combien ils sont bêtes, ça les impressionnera moins.
    J’ai toujours roulé au maximum à 80 sur le réseau secondaire en campagne et 110 sur autoroute, je n’ai jamais eu besoin que l’on me dise que c’était bien plus confortable, plus reposant, et plus économique…. ça se perçoit naturellement.

    Répondre
    • Et Notre « Père Vert » Serge nous sort « son petit effet » pas trop déconnant pour une fois sauf sur 1 point : «  » Et une VT qui reste au garage c’est 100% d’émission de CO2 en moins «  » –> Non, car il a fallu la produire la Voiture et (Hélas !) cela consomme beaucoup d’énergie… Idem pour les VE en pire …

      Le Transport routier (VL et PL), c’est la 1ère Source d’émission française de GES !!! Il va falloir y travailler… (et c’est pas les Gros Tanks électriques Allemands qui vont améliorer le Sujet !!!)

      Répondre
    • A l’attention de Rochain: pour économiser encore plus, je vous conseille d’installer des éoliennes sur le toit de la voiture.

      Répondre
  • C’est la voix de la raison . A quoi bon aller plus vite , le temps soi disant gagné se perd au premier feu rouge .

    Répondre
  • Et si on restreignait sévèrement le Poids des véhicules, on aurait de multiples avantages… Faire du 130 avec une petite voiture c’est pas toujours confortable et le 110 devient logique, avec l’avantage en conduite urbaine de déplacer une masse plus légère donc de moins consommer également. Des souvenirs de jeunesse à 110 dans la 2 CV d’un copain me reviennent en tête, c’était assez impressionnant… On laisse s’immatriculer des voitures avec lesquelles rouler à 150 est confortable donc 130 parait raisonnable au conducteur et 110 une aberration ennuyeuse…

    A quand des mesures sévères sur les Tanks routiers Allemands !??? (faits en plus avec une électricité « dégueulasse » ! et qui ont su fausser bien des « tests » d’émissions et de consommations diverses en Europe et aux USA, aux Etats-Unis ils ont pris une sérieuse douloureuse et en Europe RIEN !!!)

    Répondre
  • Idem que SR: je roule à 80 sur route et 110 km/h sur autoroute.
    Et la dernière fois que j’ai pris l’autoroute, presque toutes les voitures me doublaient… à 130 km/h…

    Répondre
    • @Marc C’est aussi ce qui m’arrive, et je les regarde passer avec un sourire de jouissance en pensant à la tête qu’il feront à la pompe.

      Répondre
      • @ »PèreVert » Serge,

        C’est vrai que quand on roule au « Nucléaire » (en rechargeant la Nuit même l’été) on peut rouler Pépère tout étant anti-Nucléaire… Les atomes c’est parfois « crochus »…

        Répondre
        • @APO
          Bof, notre Rochain national sait bien qu’il nous raconte des salades.
          La bonne question est : pourquoi ?
          Défendre ses investissements ? Possible.

          Répondre
          • @Hervé guéret,

            Dans le cas présent, la salade est moins copieuse que d’habitude (parfois elle peut peser son poids propre tout habillé avec son « bô » manteau bien rempli de perroquets magiques tout déplumés)…

            Il est vrai qu’une large proportion de VE en France serait une très bonne chose (sauf pour les chassés-croisés des vacances) et la réalité de diminution des émissions est tellement vraie en baissant les vitesses…

  • Je suis pour le moins surpris que ce soi-disant chercheur ait le culot d’affirmer que « 20km/h en moins c’est : 20% d’énergie en moins, 20% de CO2 en moins et 20% d’euros en plus ». C’est totalement faux. Il oublie simplement d’évoquer le fait que la consommation d’un moteur thermique, certes utilisée pour vaincre la résistance au roulement et à l’avancement, dépend du régime auquel il tourne, et dépend donc du rapport de boîte de vitesses sur lequel il entraîne le véhicule. Et comme de plus, comme il le dit lui même la résistance au roulement ne dépend pas de la vitesse, au total la proportionnalité qu’il affirme n’est rien d’autre qu’une escroquerie intellectuelle. Et sur l’émission de CO2, comme justement souligné par un des commentateurs, la part prise dans la fabrication du véhicule et son élimination en fin de vie est loin d’être négligeable (même pour l’alpha et l’oméga décrété par des politiques n’y connaissant rien qu’est supposé être le véhicule électrique), et autant pour le 20 % de CO2 en moins ! La mauvaise foi des ayatollahs de l’anti voiture est décidément sans limite.

    Répondre
    • Ce qui est vraiment sans limite c’est l’ignorance chronique de ceux qui contestent systématiquement les vérités solidement établies.

      Répondre
      • Tiens « Père Vert » Serge dit quelquechose de très sensé pour une fois : «  » Ce qui est vraiment sans limite c’est l’ignorance chronique de ceux qui contestent systématiquement les vérités solidement établies. «  » —> Vous devriez méditer plus souvent sur votre maxime « Père Vert » Serge (et surtout l’appliquer à vous-même) !!!

        Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective