Marché des véhicules électriques en France : potentiel et perspective

Les véhicules électriques (VE) ont pendant longtemps suscité du scepticisme, aussi bien chez les constructeurs que chez les consommateurs. Peu nombreux sont ceux qui y croyaient il y a quelques années. Aujourd’hui, il s’agit d’une filière à part entière qui est en train de révolutionner l’industrie automobile. À l’instar du marché européen, le marché français des VE connaît une forte croissance. D’ailleurs, il est devenu le principal moteur des ventes.

Voyons ici quels sont les atouts des VE, les barrières à l’achat, et les perspectives du marché.

Segmentation du marché français des VE

Le marché français des véhicules électriques se divise en deux sous-marchés : les particuliers (B2C) et les flottes (B2B).

Le marché B2C se compose principalement de voitures particulières (citadines, crossovers, berlines, SUV, etc.). Quant au marché B2B, il concerne des voitures particulières, des véhicules utilitaires légers et des poids lourds. Ce marché s’adresse principalement aux administrations, entreprises, transporteurs, agents de location, etc.

Ventes des véhicules électriques en France

Sans surprise, les ventes des véhicules électriques ont fortement progressé en 2020 en France et de nouveaux entrants proposent désormais leurs gammes de véhicules propres, comme Toyota et ses voitures 100% électriques, qui va bientôt lancé Toyota BZ4X sur le marché.

Malgré la crise sanitaire et une conjoncture économique difficile, les VE ont signé une belle performance. Selon les chiffres de l’Avere-France, les différents concessionnaires en France ont écoulé 110.916 véhicules 100 % électriques. Cela représente une évolution de 159 % et 68.153 unités de plus par rapport aux ventes de l’année 2019. Avec ces nouvelles immatriculations, les VE se sont octroyés 5,8 % de parts de marché en 2020.

Notons que la France est le 2e pays européen, après l’Allemagne, où l’on achète le plus des VE.

Les modèles Renault Zoé (3.076), Peugeot e-208 (2.495) et Tesla Model 3 (1.025) arrivent en tête du podium. C’est ce qui explique le fait qu’environ 67 % des VE écoulés sur le marché français ont été achetés par des particuliers.

Les facteurs favorisant l’achat d’une voiture 100% électrique

Un faible coût d’utilisation

De façon générale, le coût d’usage global d’un VE est inférieur à celui d’un véhicule thermique. En premier lieu, le coût d’une recharge électrique est nettement inférieur à celui d’un plein de carburant. Par exemple, un véhicule électrique qui consomme 15 kWh aux 100 km nécessitera 2,25 € pour parcourir cette distance. Tandis qu’un véhicule à essence équivalent demandera plus de 7,50 € pour la même distance.

En second lieu, l’absence d’un moteur thermique et d’une boîte de vitesses permet de supprimer plusieurs opérations d’entretien : lubrifiants, filtres, embrayage, etc. Un véhicule électrique est donc moins coûteux à entretenir. Notez aussi que les frais d’assurance d’un VE sont également inférieurs par rapport à un modèle thermique de la même catégorie.

Des aides à l’achat d’un véhicule électrique

Comme tous les véhicules propres, les voitures électriques profitent de plusieurs dispositifs d’incitation fiscale :

  • Le bonus écologique.
  • La prime à la conversion.
  • Les subventions et les aides versées par les collectivités territoriales.
  • L’exonération du paiement du certificat d’immatriculation (carte grise).
  • L’exonération de la taxe sur les véhicules d’entreprises.
  • Les aides pour installer une borne de recharge à domicile (programme Advenir).

Une solution de mobilité écologique

À la différence d’un véhicule thermique ou hybride, un VE n’utilise aucun carburant combustible pour se déplacer. Il permet donc d’éliminer toutes les nuisances environnementales associées aux moteurs thermiques.

D’ailleurs, cette caractéristique s’avère très pratique en milieu urbain, notamment dans les grandes agglomérations. S’agissant d’un véhicule à zéro émission, le VE se présente comme une solution de mobilité respectueuse de l’environnement. Il contribue donc à réduire les niveaux des émissions polluantes, ce qui permet d’améliorer la qualité de l’air.

Une conduite plus simple et plus confortable

Les véhicules électriques offrent généralement un meilleur couple moteur. Ils démarrent plus rapidement et sont plus stables sur route. Grâce à l’élimination des vibrations et des nuisances sonores générées par les moteurs thermiques, ils sont aussi plus silencieux. En outre, ils sont dépourvus de boîte de vitesses et d’embrayage. Ils sont donc plus faciles à conduire.

Par ailleurs, ils offrent une meilleure habitabilité grâce notamment à la suppression de pièces encombrantes dans le compartiment moteur.

Les barrières à l’achat d’un véhicule électrique

Le prix est le premier frein à l’achat d’une voiture électrique en France. En effet, une étude menée par Castrol révèle que 65 % des consommateurs français estiment que les prix actuels des VE dépassent leur budget. Selon la même étude, un prix inférieur à 28 000 € serait un point de basculement dans la décision d’achat.

Par ailleurs, 64 % de la population questionnée indiquent que les coûts de réparation, jugés très élevés, les empêchent d’acquérir un VE. On peut y ajouter une incertitude sur la durée de vie de la batterie et un manque de visibilité sur la valeur de revente.

Enfin, l’étude montre deux facteurs clés pouvant inciter un consommateur français à passer à l’électrique :

  • Un temps de recharge de moins de 27 minutes.
  • Une autonomie de plus de 465 km.

Perspectives du marché des VE en France : un avenir prometteur

Les ventes des véhicules électriques en France devraient poursuivre leur ascension dans les années à venir. D’un côté, les constructeurs seront de plus en plus confrontés à un durcissement de la réglementation européenne sur les émissions polluantes. À cela s’ajoute le fait que plusieurs villes en France envisagent d’interdire les moteurs thermiques et hybrides d’ici 2040.

Pour les constructeurs automobiles, la meilleure réponse à cette menace est de se convertir vers l’électrique.

D’un autre côté, l’évolution technologique devrait réduire les barrières à l’achat des VE et apporter des solutions permettant de :

  • Baisser les coûts de production et les prix de vente des véhicules.
  • Réduire le temps de charge grâce notamment à l’émergence des réseaux de charge intelligents.
  • Booster les performances des moteurs électriques et l’autonomie des véhicules.
  • Prolonger la durée de vie des batteries.
  • Réduire les coûts de maintenance et de réparation.

En définitive, l’extension du réseau des bornes publiques devrait également encourager les consommateurs à se convertir à l’électrique. Sans oublier la forte demande poussée par les sociétés de location et de transport qui devrait booster les ventes des VE.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective