eolien-mer-offshore-jpg

Révision de la PPE : l’éolien offshore est-il négligé par le gouvernement ?

La Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) doit être présentée au Conseil Supérieur de l’Énergie le 14 mai avant d’être débattue au Parlement.

Idéalement, le gouvernement espère une publication dans l’été. Mais pour l’heure, le débat est toujours ouvert. Et le moins que l’on puisse dire c’est que la révision de la PPE continue de faire débat au sein des professionnels du milieu de l’énergie.

En effet, le Syndicat des Énergies Renouvelables (SER) et l’association France Énergie Éolienne (FEE) ont exhorté le gouvernement à être plus ambitieux.

Et notamment en matière d’éolien en mer, un secteur pour lequel les ambitions de la PPE sont jugées particulièrement insuffisantes.

Quelles perspectives d’évolution pour les filières renouvelables françaises ?

Pensée comme un véritable outil de pilotage de la transition énergétique française, et conçue en étroite cohérence avec la stratégie nationale bas carbone, la PPE fixe les grandes orientations de notre politique énergétique et définit les actions concrètes à mettre en place pour diversifier notre mix énergétique et tendre vers la décarbonation de notre économie.

Pour rappel, l’objectif de l’État est de réduire les émissions de CO2 à hauteur de 40% d’ici 2030 (par rapport à 1990), et de porter à 32% la part des énergies renouvelables dans notre consommation énergétique finale et à 40% pour la production d’électricité. Des objectifs ambitieux dont la réussite dépendra des moyens attribués aux différentes filières renouvelables.

Les différentes filières solaires semblent correctement représentées par la prochaine PPE. Le solaire au sol devrait bénéficier de mesures favorisant le déploiement de près de 2.000 MW annuels, et le solaire sur bâtiment devrait pouvoir croitre de 900 MW par an.

L’éolien terrestre participera également à l’effort national : le parc éolien français devrait voir sa puissance augmenter de 2.000 MW chaque année.

Le SER et FEE demandent des objectifs plus ambitieux

Les mesures prévues pour la filière éolienne offshore semblent en revanche problématiques pour les professionnels du secteur.

L’État prévoit le déploiement d’une puissance de 4,7 à 5,2 GW de puissance éolienne en mer d’ici l’horizon 2028, un chiffre qui comprend les 3,1 GW actuellement en cours de déploiement en France.

Étant donné la compétitivité de la filière et les enjeux écologiques et économiques qui l’accompagnent, les professionnels attendaient des objectifs un peu plus ambitieux.

“Le rythme d’appel d’offres prévu dans le projet de PPE se situe en moyenne entre 540 MW et 665 MW par an d’ici 2024, soit une dynamique nettement inférieure aux attentes de la profession et des régions littorales, qui défendaient un volume minimum de 1 000 MW par an (…). Dans le projet actuel de PPE, la perspective des volumes d’appels d’offres engagés diminue après 2024 (500 MW), alors même que la compétitivité de la filière sera encore améliorée. Cette perspective se trouve en décalage par rapport à l’évolution des machines et standards dans le monde et en Europe”, déplorent les professionnels français.

Le SER et FEE plaident donc pour l’inscription d’un objectif minimum de 1.000 MW annuel pour l’éolien en mer (posé et flottant) entre 2019 et 2024.

Pour atteindre cet objectif, les professionnels préconisent le lancement supplémentaire de deux appels d’offres de 750 MW pour l’éolien en mer sur la période 2021 et 2022, et de trois appels d’offres pour l’éolien flottant d’ici 2025.

Baisse des coûts, hausse des volumes ?

Le SER et FEE plaident également pour un rehaussement des capacités éoliennes offshore à attribuer à partir de 2025.

La filière aura en effet atteint un degré de maturité propice au déploiement d’une puissance annuelle de 1,5 GW. Mieux, les professionnels demandent que les baisses de coûts se traduisent par une hausse de ce volume.

“Des baisses de coûts supérieures aux attentes de l’État pourraient être constatées à très court terme, présentant l’opportunité de financer des projets supplémentaires. A titre d’exemple, l’économie qui pourrait être faite grâce à un prochain appel d’offres attribué à un prix inférieur de 10 €/MWh par rapport à un prix cible estimé à 70€/MWh permettrait de financer, au même prix, un nouveau projet de plus de 1 000 MW, sans accroître le budget initialement alloué à l’éolien en mer dans le projet de PPE”, explique Olivier Perot, le Président de FEE.

Pour les membres du SER, il est surtout nécessaire que le déploiement de l’éolien en mer soit pensé dès la première période de la PPE.

En raison du décalage qui existe entre l’attribution des appels d’offres et la mise en service des parcs, il est impératif d’anticiper l’évolution de la production d’électricité renouvelable, nécessaire pour porter la part à 40% en 2030 puis au-delà à l’horizon 2035.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Les technologies de rupture comme les éoliennes aéroportées en mer ou à terre (Airborne Wind Energy System – AWES) pourraient jouer un rôle croissant à partir de 2020, selon des consultants spécialisés comme BVG Associates.

    A des altitudes élevées il y a suffisamment de vent pour alimenter la demande mondiale croissante d’énergie. A 500 m d’altitude, selon la loi exponentielle de Hellmann, le vent souffle 25% plus vite et transporte 2,0 fois plus d’énergie (il croît avec le cube de la vitesse du vent). A 1500 m d’altitude la production est 8 fois supérieure à celle à 100 m. Entre 400 et 800 m la production électrique est généralement continue. Actuellement les puissances peuvent aller jusqu’à 8 MW par unité.

    De plus les éoliennes aéroportées nécessitent bien moins de surfaces comme de ressources (jusqu’à 95% de moins) donc sont nettement plus facilement recyclables avec un bien meilleur bilan, sont nettement moins lourdes (99% du poids est au sol) et donc bien plus faciles et rapides à transporter et à installer que les éoliennes conventionnelles, y compris sur des sites habituellement inaccessibles, sans éventuelles nuisances optiques ou autres et avec bien moins de bruit et d’impacts aviaires. Leur altitude de fonctionnement (entre 200 et 1500 m avec une moyenne à 500 m) ne gêne pas l’aviation (au delà des aéroports), leur maintenance est facilitée, elle sont autonomes, leur coût est très compétitif (électricité actuellement jusqu’à plus de 60% de moins que le prix de l’éolien conventionnel avec des perspectives de baisse au moins aussi fortes selon BVG Associates, ce qui constituerait alors l’énergie au plus bas prix avec le solaire à venir) et permettent de multiples implantations et nouveaux marchés, tout en offrant plus de résistance et d’adaptabilité dans les zones particulièrement venteuses et d’ouragans ou autres conditions climatiques extrêmes (neige, glace etc). L’électricité peut être transmise via le câble de liaison ou à des récepteurs par micro-ondes ou laser. Elles sont toutefois, selon les types de modèles, à protéger de la foudre. Les câbles en polyéthylène de poids moléculaire ultra élevé doivent actuellement être changés périodiquement.

    Exemple SkySails Power :

    https://www.youtube.com/embed/3VKFJ2_cQmM

    .

    Répondre
  • Avatar

    Un possible hub éolien avec stockage d’énergie d’ici 2027 en mer du Nord…

    Dogger Bank, à 125 km de la côte Est du Yorkshire, a été identifié comme un site potentiellement venteux et peu profond.

    D’une capacité de plus de 30 GW il enverrait l’électricité vers le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique, l’Allemagne, le Danemark et plus.

    TenneT, l’opérateur de réseau néerlandais et bailleur de fonds du projet a partagé les conclusions d’une étude selon laquelle son plan pourrait coûter des milliards d’euros de moins que les parcs éoliens classiques et les câbles électriques internationaux.

    Il serait prêt dès 2027.

    L’idée de l’île permettra des économies d’échelle, des vitesses de vent et facteurs de charge très élevés et des câbles relativement courts et abordables pour transporter l’énergie en courant continu pour éviter les pertes de charges.

    Ce hub donnera aux parcs éoliens la souplesse nécessaire pour approvisionner n’importe quel marché du pays qui paie le plus cher l’électricité à un moment donné, ce qui signifie que l’électricité aura presque toujours un usage.

    Pour accueillir tout l’équipement, l’île occuperait environ 5-6 km2, soit environ un cinquième de la superficie de l’île Hayling dans la Manche. “Aux Pays-Bas, quand nous voyons un morceau d’eau, nous voulons construire des îles ou des terres, nous faisons çà depuis des siècles, ce n’est pas un défi important” précise l’opérateur néerlandais.

    https://www.youtube.com/embed/lBnWEK9IUn4

    .

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective