« La chaîne LCP manipule l’opinion sur le nucléaire » (Tribune)

Tribune signée Alain Desgranges, ingénieur en Génie atomique et membre de l’ONG PNC-France et Jean-Jacques Létalon, ingénieur Supelec et membre de l’AEPN (Association des écologistes pour le Nucléaire). 

La diffusion du documentaire « Fessenheim, le début de la fin du nucléaire ? » sur la chaîne parlementaire LCP a suscité l’indignation de nombreux partisans du nucléaire… Où LCP est pris les doigts dans le pot de confiture !

En effet, c’est en pleine campagne électorale, que LCP a crû bon de rediffuser le 30 mars 2022 ce documentaire qui date de 2020 sur le sujet de Fessenheim, cette centrale nucléaire arrêtée il y a deux ans sans justification et dont la production fait cruellement défaut dans un moment où des risques de coupures de l’électricité existent bel et bien en raison de conditions climatiques inhabituelles.

Alors que la question du nucléaire reste l’un des thèmes de débat dans l’élection présidentielle avec un clivage marqué entre les candidats, il est pour le moins curieux que cette chaîne ait pris une telle initiative alors que le devoir de réserve aurait dû s’imposer à elle, d’autant que la partialité de ce reportage, ses erreurs ou ses approximations volontaires, pourront avoir conduit certains téléspectateurs à se détourner de l’électronucléaire et, par voie de conséquence, des candidats favorables à cette énergie.

Le comble de cette histoire est que cette chaîne, comme ARTE d’ailleurs, échappe au contrôle du CSA et peut donc raconter n’importe quoi en toute impunité.

Quelques exemples choisis dans ce monument de désinformation et de manipulation de l’opinion :

Le reportage de la chaîne parlementaire avance plusieurs arguments soi-disant scientifiques expliquant que la centrale de Fessenheim n’était plus sûre et qu’il était temps de l’arrêter.

Pourtant, l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) réputée pour être l’une des plus exigeantes dans le monde et qui dispose de nombreux experts compétents pour la conseiller, avait donné son feu vert pour l’exploiter 10 années de plus. A qui faire confiance ? A quelques antinucléaires ou aux experts de l’ASN et de l’IRSN ?

Le reportage va même jusqu’à évoquer que Fessenheim n’aurait qu’une enceinte de confinement comme à Tchernobyl qui n’en avait pourtant pas !

Le reportage met en doute la volonté d’EDF d’investir dans les ENR

Faux ! EDF investit massivement dans l’éolien, dans le photovoltaïque et est prête à s’engager pour aller encore plus loin comme présenté dans son cahier d’acteur pour le débat sur la stratégie française sur l’énergie et le climat.

Le reportage évoque l’âge des centrales sans jamais insister sur le fait que la plupart des composants sont régulièrement remplacés et que des améliorations de sûreté sont apportées tout au cours de la vie des réacteurs.

Les centrales actuelles, y compris les plus anciennes sont plus sûres qu’au moment de leur construction. Bien évidement on ne parle que de Fessenheim, y compris les intervenants suisses, tout en passant sous silence que Beznau, la plus ancienne des centrales suisses, a 53 ans et que la plupart des réacteurs américains sont autorisés à fonctionner jusqu’à 60 ans, voire pour certains d’entre eux jusqu’à 80 ans.

On retrouve dans le reportage une déclaration sur le prix de l’électricité d’origine ENR présenté comme moins cher que celui du nucléaire.

Déclaration elle aussi fausse car ne prenant pas en compte des services analogues. Le nucléaire se suffit à lui-même car il est « pilotable » en répondant à chaque instant aux besoins du réseau.  Ses coûts sont complets, incluant les déchets et le démantèlement.

A l’inverse, le coût des ENR pour être complet devrait inclure celui de l’intermittence obligeant à disposer de moyens de stockage ou de production nécessaire pour alimenter les clients quand le vent ou le soleil sont absents. Ce qui n’est pas le cas.

On évoque aussi que le nucléaire mondial serait victime de la conjoncture des prix liée aux ENR ce qui est tout aussi faux. A l’exemple des USA, la concurrence se fait avec la production à base de gaz. La guerre d’Ukraine nous l’a malheureusement démontré de façon douloureuse avec une envolée du prix de l’électricité dont le calcul est fait à partir du prix du gaz.

Au final, si les énergies renouvelables sont moins chères, pourquoi ont-elles besoins de subventions exorbitantes au regard du service rendu ? Pourquoi le coût très élevé du raccordement des éoliennes « off-shore » reste à la charge du gestionnaire du réseau ? Pourquoi les allemands paient-ils leur électricité 2,5 fois plus chère que les français ?…

Le cas du démantèlement des centrales

Les avis des antinucléaires n’évoquent que les difficultés et le prix forcément sous-estimé par EDF et la soi-disant dette laissée pour les générations futures. Pas un mot sur les centrales américaines de même conception que les françaises qui ont été démantelées sans difficulté et pour un prix proche des prévisions françaises. Oublié le démantèlement de la centrale de CHOOZ A dans les Ardennes dont les opérations de déconstruction sont déjà très avancées. Pas un mot non plus sur les provisions financières déjà réalisées par EDF : 27 Milliards d’Euros associés à des actifs dédiés.

Le reportage évoque la dépendance à l’uranium importé n’hésitant pas, pour faire bon poids, à parler de menaces de guerre qui affecteraient cet approvisionnement.

On passe sous silence que les ressources sont diversifiées et suffisantes pour l’ensemble du nucléaire mondial jusqu’à la fin du siècle. On évite de dire qu’il est facile de stocker l’uranium et d’avoir ainsi plusieurs années de stock stratégique et que le combustible ne compte que pour 3 à 4 % dans le prix de l’électricité nucléaire. On évite aussi de parler des réacteurs de génération 4 qui permettraient de multiplier par 100 les stocks de combustible.

Le reportage évoque les déchets dont, soi-disant, on ne saurait que faire

Une affabulation de plus alors que tous les déchets sont collectés, conditionnés et stockés sous le contrôle attentif de l’ANDRA et de l’ASN depuis les débuts du nucléaire. Les antinucléaires y vont même de leur opposition au seuil de libération sur les déchets qui permettrait pourtant de recycler une partie de l’acier sans évoquer que la plupart des pays ont déjà adopté un tel seuil.

Dans le reportage, Madame Lepage n’hésite pas à traiter de « crétinerie » les articles qui osent critiquer le modèle antinucléaire allemand.

Un système qui les oblige pourtant à installer 220 000 MW de puissance, dont 120 000 MW d’éolien et photovoltaïque, pour couvrir une pointe de consommation à seulement 84 000 MW !

Pourquoi un tel décalage ? Car l’Allemagne sait bien qu’en fonction de la météo elle ne peut pas compter sur son parc d’ENR, disponible à 23% pour l’éolien et 11% seulement pour le solaire. Elle sait qu’elle va devoir s’appuyer sur des centrales au charbon et au gaz. Tant pis, le climat attendra !

La crise Ukrainienne nous a bien montré sa dépendance au gaz Russe. Ce faisant, elle rejette chaque année plus de 200 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère sans se soucier de savoir si ce nuage-là s’arrêtera à la frontière ! En France, 43 000 personnes meurent chaque année de problèmes respiratoires dont une bonne partie est liée à la dégradation de l’air en lien avec le réchauffement climatique. Faut-il être un « crétin » pour avoir le droit de dénoncer ces morts ?

Le reportage conclut sur le fait qu’EDF « persiste et signe » à vouloir construire des EPR 2 et que la solution tient dans le déploiement massif des énergies renouvelables, seule évidence selon les journalistes pour remplacer le nucléaire.

Pourtant, ils oublient d’évoquer le problème de l’intermittence du fait de l’incapacité des ENR à fournir une énergie pilotable. Il faudrait en effet les adosser à des moyens de stockage énorme que nous sommes actuellement incapables de réaliser ou bien les associer à une production à base de charbon ou de gaz (ce que font les allemand) avec en conséquences des rejets massifs de CO2.

Une erreur tout aussi capitale que mortifère car elle contribue à renforcer le réchauffement climatique et à affaiblir une relative indépendance énergétique dont la guerre en Ukraine constitue un exemple incontestable. Tout le contraire du nucléaire qui restera irremplaçable dans ce siècle.

 

commentaires

COMMENTAIRES

  • la vérité commence à se savoir et c’est la désinformation à tout va qui continue chez les irradiés pros nucléaire alors que le fissible et le fossile sont déjà condamnés depuis tres longtemps .. et que justement la crise actuelle confirme bien l’urgence de développer les ENR

    Répondre
  • Il fallait s’y attendre de la part de Desgrange…. un chapelet de fakes news, et de contrevérités comme d’habitude.
    Pratiquement chaque phrase est une cvontreverité… on pourrait toutes les prendre une à une !

    Répondre
    • Sacré Rochain, aucun argument, mais il se contente de dire que tout est faux !!!
      Il ne sait que faire ça, il est si incompétent qu’il considère les énergies marines comme pilotables, n’ayant pas encore compris que les courants de marée s’annulent deux fois par jour LOL.
      « Pratiquement chaque phrase est une cvontreverité… on pourrait toutes les prendre une à une !
      Chiche !!! LOL
      Je viens justement de remettre à jour un petit essai qui développe, preuves à l’appui, ce que contient cet excellent article.

      https://1drv.ms/b/s!Aoz2RZetULwc5ignIkf6z5-dH_yB?e=CzcCHc

      Excellente lecture à tous.

      Répondre
      • et hop des qu’il y a une connerie à dire c’est notre troll stérile qui débarque et se ridiculise une fois de plus en public 🤣 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣🤣 car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire et c’est bien les ENR qui évitent de les faire démarrer trop souvent voire les font fermer 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile ..l’éolien , l’hydraulique et le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
          • et oui Hervé Guéret le troll stérile d’irradié : toujours les mêmes faits réels / retours de terrain/ bilans officiels .. que tout le monde peut très facilement vérifier derrière tes délires pour gogos de la préhistoire …

    • Touché dans le mille, le Rochain ! Car lui qui ne connaît que l’invective ou la qualification de « fake news », n’arrive même plus à argumenter et il se contente d’insulter les auteurs de la Tribune qui eux savent de quoi ils parlent (contrairement au sieur Rochain qui ne prend ses sources que dans le dark web) et nous font la politesse d’analyser posément chacun des épisodes du documentaire.
      Désolé M. Rochain, le ramassis de « fake news » (informations fallacieuses en bon français) c’est précisément le documentaire de LCP, et si vous n’être pas d’accord avec moi, je vous invite à nous faire parvenir poliment tous vos arguments.
      Attention quand même à ne pas écrire trop de c… : les spécialistes pourraient ne pas vous rater.
      Dans l’attente.
      Cdt

      Répondre
  • La manipulation des anti nuk est un grand classique. Ces gourous de la peur en font leur beurre.

    Répondre
  • « réacteurs de génération 4 qui permettraient de multiplier par 100 les stocks de combustible ».
    à condition de fonctionner en mode « surgénération » ?

    Répondre
    • @Marc
      Bien évidemment.
      En fait, on dit 100 (le rapport des masses entre l’uranium 238 et l’uranium 235, mais ce serait probablement plus près de 70 fois « seulement », car la puissance de nos réacteurs actuels est déjà due pour une trentaine de % à la consommation d’U238, (c’est à dire le mode de « surgénération » si j’ose dire par abus de langage.
      Ceci dit, on y viendra forcément, lorsqu’on aura compris que les énergies intermittentes doivent être complétées par des moyens pilotables, forcément centrales à gaz en France, et que l’épuisement des mines d’uranium viendra vite si on se contente d’avoir nos centrales actuelles ne consommant que l’U235 !!! 0.7% du minerai.

      Répondre
      • HG: J’essaie de comprendre les ressources disponibles pour un éventuel parc de RNR selon qu’il fonctionne en mode surgénération ou sous-génération. Astrid n’était d’ailleurs pas prévu pour être surgénérateur, il me semble, mais iso-générateur.
        Les réserves en uranium tel qu’il est consommé dans les REP sont estimées entre 50 et 100 ans selon les sources.

        Répondre
        • @Marc
          50 ans c’est toutes les études géologiques indépendantes du lobby nucléaire et aussi l’estimation de l’AIE (on parle d’uranium accessible à u n prix suportable tous isoptopes confondus), et c’est 100 ans et même plus, pour l’AIEA et la SFEN (évidement).

          Répondre
        • @Marc
          « Les réserves en uranium tel qu’il est consommé dans les REP sont estimées entre 50 et 100 ans selon les sources. »
          Comme on construit des centrales pour une utilisation de l’ordre de 80 ans, on voit bien que le problème est beaucoup plus urgent qu’il n’y parait.
          Et c’est pourquoi on voit des développements un peu partout dans le monde, et pourquoi l’arrêt d’Astrid a été une ânerie.
          Quant au passage de sous à surgénérateur, à ma connaissance, c’est juste une question de positionnement physique de l’U238 autour du cœur.
          En fait, il faut bien être surgénérateur si on veut produire du plutonium pour démarrer le réacteur suivant de la série.

          Répondre
          • HG: si je comprends bien, la sous-génération semble moins difficile à réaliser que la surgénération, mais avec des réserves en combustibles limitées contrairement à la surgénération.
            Le BN 800 est un RNR sous-générateur. Il devrait passer à 100% de combustible MOX si tout va bien, et si cela est vrai, d’ici la fin de l’année. L’EPR aussi est sensé pouvoir fonctionner avec 100% de MOX, mais on attendra quand même de voir pour en être sûr !
            Le BN 1200 est sensé être surgénérateur, mais pas prévu avant 2035-2040.
            Superphoenix devait être surgénérateur, mais ce mode de fonctionnement a été abandonné (j’imagine que c’était non maîtrisé et trop complexe) avant même l’arrêt du réacteur qui devait continuer en mode sous-génération avant d’être arrêté.

      • et hop des qu’il y a une connerie à dire c’est notre troll stérile qui débarque et se ridiculise une fois de plus en public 🤣 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣elles sont ou vos centrales au gaz dont vous délirez stupidement depuis des mois 🤣 car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire et c’est bien les ENR qui évitent de les faire démarrer trop souvent voire les font fermer 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile ..l’éolien et le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole/ gaz … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
    • Mais tout est Pipo Marc dans cet article on ne peut plus nucléocrate.
      Tien, dès le premier paragraphe on lit que Fessenheim était en pleine forme d’après l’ANS et pouvait continuer à fonctionner sans problème. Ben voyons ! Les deux réacteurs de la centrale ont étés connectés au réseau en 1978 ce qui en a fait les plus vieux réacteurs du parc. Ils auraient donc dû passer la 4em visite décennal en 2018. La décision de fermeture en 2016 avait été décidée en 2012 par Hollande soit lorsque les réacteurs n’auraient encore que 38 ans d’âge, ce qui a motivé EDF à renoncer aux travaux de mise à niveau qui lui aurait permis de passer l’épreuve de l’examen de la 4em décennale et qui n’a donc pas été faite. Ensuite la fermeture a été repoussée à la mise en service de l’EPR (qui n’est toujours pas là). A force d’attendre l’EPR avec les mensonges permanents de Levy sur sa disponibilité quasi immédiate et repoussée de mois en mois puis d’années en années Le gouvernement a fini par exiger la fermeture en 2020 après 2 années de fonctionnement ILLEGALES par exception à la demande du gouvernement qui en avait assez d’attendre l’EPR. L’ASN qui a dû manger son chapeau depuis 2018 en fermant les yeux sur le fonctionnement au-delà de 40 années de fonctionnement sans que les deux réacteurs ne satisfassent aux exigences réglementaires ne peut en aucun cas déclaré qu’ils pouvaient continuer à fonctionner ! Premier paragraphe, premier mensonge de Desgrange ! La réalité c’est que la loi a été bafoué pour faire plaisir au lobby nucléaire !
      Les autres paragraphes sont à l’avenant, mais je ne vais pas refaire l’article contradictoire !

      Répondre
      • Mais si, mon Rochain, faites nous le plaisir de nous donner votre avis sur chacun des items de cette Tribune. !
        Car déjà sur le premier, c’est vous qui confondez tout : si EDF n’a pas mis à niveau les réacteurs de Fessenheim, c’est qu’il aurait été stupide d’investir sur des machines dont un gouvernement antinucléaire avait interdit la poursuite du fonctionnement. Dans le cas contraire, il est évident que les modifications de la 4ème décennale ainsi que les ajouts post Fukushima auraient été les mêmes que sur l’ensemble des autres réacteurs.
        Fessenheim n’a pas seulement été volontairement arrêté alors que les installations étaient en parfait état : c’étaient celles du parc français qui présentaient les meilleures performances en sûreté, production, sécurité et radioprotection (doses reçues par les travailleurs). Son arrêt a été un acte absurde, inique, un gâchis financier et humain. Il est sûr d’ailleurs que le gouvernement actuel (Macron tout du moins, car Pompili ne comprend jamais rien au film) se mord les doigts de sa décision, au moment où il devient urgent de reconstituer notre potentiel électronucléaire. La politique politicienne n’a jamais été une façon efficace de gouverner. On espère aussi que l’erreur commise par ceux qui nous ont gouvernés va leur servir de leçon et que LCP va pouvoir sortir prochainement un documentaire « Fessenheim, la fin de la fin du nucléaire ».

        Répondre
        • Studer vous vous faites passer pour une victime alors que si vous êtes réellement informé vous savez pertinemment le cout énorme de la mise à niveau de la centrale et les risques liés à cette centrale : en dessous du niveau du Rhin, en zone sismique , la + vielle, le radier , les piscines … . etc etc .. et dont la fermeture a été demandé même par les pays limitrophes …

          Répondre
        • Pauvre type qui ne comprend rien, c’est justement ce que je dis. On n’a pas fermé une centrale en parfait état de m arche comme le prêtent Des planche mais une centrale qui n’était pas en état de marche !et que l’As’ avait donné son feu vert pour l’exploiter 10 ans de plus…!!!
          Et vous voudriez que je perde mon temps avec des idiots de votre espèce ? Au point où nous en sommes de votre connerie je vous éjecté de mon horizon, je ne fréquente pas les cons qui veulent se payer ma tête sans en avoir les moyens.

          Répondre
          • Sacré Rochain
            « Pauvre type qui ne comprend rien, » du pur jus, lui qui n’a pas la moindre compétence sur le sujet.
            Et ne sait que nous ressortir ses vieux cours de base sur l’astronomie (il a garde les polycopiés LOL

          • 🤣🤣 🤣🤣 et hop un autre troll qui plussoie une autre troll dans la désinformation permanente alors que l’on vient de prouver le ridicule de leurs inepties pour gogos 🤣🤣 🤣🤣

  • le troduc antinuc en connait un rayon sur le chapelet de fake news et de contrevérités. Que deviendrait le vieux fanfaron de 80 ans si le nucléaire disparaissait de ses rêves, ce serait la mort assurée pour ce pauvre type. .

    Répondre
    • La richesse de vos arguments vient de vous classer dans les illisibles dont les messages seront zappés sans les lire à dater de ce jour. Vp=ous rejoignez le club des DuconS d’Attia, Gueret et autres Schricks et Cie

      Répondre
    • le trouduc irradié pro nucléaire de Michel Dubus ne connait que les fakes news et les contre vérités 😆😂🤣 la réalité du terrain : il faut accélérer le mouvement mondial pour développer les ENR de toute Urgence … le nucléaire et le fossile sont déjà condamné économiquement ..vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole / gaz … sauf le bio gaz qui est une ENR … grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution , leur GES et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/275888190_10228654360768829_5278024476084009761_n.jpg?_nc_cat=108&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=Sa0Ho266cbYAX8ikXgW&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT_5tSRIV2oQEcfmesq4ph7mfTeJlaXFtlNhvrmmD7GJag&oe=623DBCED

      Répondre
  • Les centrales nucléaires étaient conçue avec la certitude qu un accident était impossible , on a arrêté une seule centrale car risque sysmique important et pour garder 10 ans de plus cela coûtait trop cher …
    Avec les EPR on a enfin prévu que le réacteur pouvait fondre , avec en dessous ce qu’il faut pour éviter de polluer la nappe phréatique … On devrait faire cela pour toutes les centrales construites …

    Déchets stockés 100 000 ans sans possibilité de les remonter , si un assureur signe , c’est résolu .

    L ‘ état a acheté du capital EDF pour atteindre bien plus que la majorité , c’est une subvention …

    Les allemands en 2030 seront 100% renouvelable …

    En ce moment il y a des maintenances de nos centrales nucléaires et pas mal sont arrêtées pour maintenance normale …

    Bientôt des panneaux solaire infrarouge qui fonctionneront même la nuit , je me demande ce que les pros nucléaires vont inventer contre cette solution .

    Une usine recycle a 98% les vieux panneaux photovoltaïques .
    Si les hommes préhistoriques avaient créé une centrale nucléaire , il serait possible enfin de recycler a 100% si aucun séisme n’avait pas détruit le stockage et entraîne la mort des riverains sur des centaines de km autour …

    Répondre
    • @Colas,
      « avec en dessous ce qu’il faut pour éviter de polluer la nappe phréatique … On devrait faire cela pour toutes les centrales construites … »
      Malheureusement, ce cendrier ne peut être que poser lors de la construction. Les réacteurs actuels devront continuer à vovre avec ce risque de forage sous la cuve en cas d’accident jusqu’à ce que les réacteurs soient définitivemet arrétés.

      « L ‘ état a acheté du capital EDF pour atteindre bien plus que la majorité , c’est une subvention « ,
      : Ce n’est pas la seule subvention au nucléaire. Il est même subventionner en permanence depuis tpujours sous des formes très diversifiées.

      « En ce moment il y a des maintenances de nos centrales nucléaires et pas mal sont arrêtées pour maintenance normale … »
      : Et aussi beaucoup pour « maintenance » anormale, autrement dit des pannes pour diverses raisons dont des situations de blocage pour avoir fait jouer les réacteurs au yoyo pour faire croire aux naïf qu’ils étaient pilotables, ce qui n’est vrai que si on ne leur demande pas ….. trop souvent.

      Répondre
    • Pourquoi raconter n’importe quoi et donner ainsi des arguments à la confrérie nucléaire ?

      L’État n’a pas acheté plus que la moitié du capital d’EDF « pour atteindre bien plus que la majorité ». Dans le passé, EDF était une société nationale dont le capital était à 100 % possédé par la Nation (l’État). Puis EDF a été transformée en société anonyme dont l’État a toujours conservé une forte majorité. Récemment, l’État a participé au renflouement d’EDF à hauteur de son pourcentage dans le capital total.

      Les allemands ne seront pas à 100 % d’électricité renouvelable en 2030. Mais ce sera vraisemblablement le cas en 2050.

      Les « panneaux solaire infrarouge qui fonctionneront même la nuit » ne risquent pas de produire beaucoup d’électricité. Les « bêtes de foire » (de laboratoire) dont il est question, produisant 50 mW/m2 par refroidissement radiatif par nuit claire, avec ou sans lune, ne sont qu’une curiosité.

      Avec une puissance « nocturne » 400 fois plus faible que celle d’un panneau photovoltaïque « classique » actuel dont la puissance est de 200 à 220 Wc/m2, cela n’est en aucun cas envisagé pour produire de l’électricité photovoltaïque la nuit.

      https://www.pv-magazine.com/2022/04/06/radiative-cooling-based-solar-cell-with-50%e2%80%89mw-m2-of-generation-at-night/

      Par contre, de nouvelles technologies multicouches permettront à l’avenir de convertir en électricité une partie de la chaleur actuellement perdue dans l’échauffement des cellules photovoltaïques, ce qui augmentera d’autant le rendement des panneaux PV.

      Répondre
      • Je suis pas un pronucléaire …
        Les EPR coûtent trop cher et opérationnel trop tard quand le réchauffement climatique sera irréversible .
        Les centrales nucléaires n ont pas de protection. type EPR … Je suis pour les arrêter par principe de précaution.
        Les panneau infrarouge au stade prototype produisent 25 w par m2 et donc 25 % de ce qu il produit la journée en moyenne .
        La nuit on brade le courant parce qu il en a trop .
        J ai une maison isolée deux fois plus que la norme et 2 kW avec -5 degré dehors .
        Je recharge ma voiture électrique avec le surplus.
        Une mise jour du VE va permettre de fournir de l électricité dans la maison pour une semaine .
        Maison des années 60 bientôt autonome , comme quoi quand on veux on se passe du nucléaire .
        Pourtant mal parti avec 5000 litre de fuel pour chauffer avant rénovation .
        Voilà j’ ai fait ma part comme le colibri.
        Récupération de l eau de pluie et traitement …
        Mes voisins me prenait pour un illuminé.
        Les éoliennes vont être interdite sur 80% de la France a cause de l armée de l air . Cela brouille les radars . Un projet a avorté a cause de cela pas loin de chez moi.
        Je suis retraité et avant je travaillait dans le matériel d analyse des métaux et eaux .
        Quand un ministre de baignais pas loin des essais nucléaire on ne lui a pas dit que c était risqué pour être naturel devant les caméras .. Un seul conseil ne bois pas la tasse c est pas photogénique.
        Depuis je suis devenu antinucléaire et incrédule du nucléaire propre …
        Les rivières ne vont pas avoir assez d eau pour refroidir … Les glaciers du Rhône en été ne vont pas suffire , et toutes les centrales seront arrêtées en été.
        On dilue en sortie de centrales des produits de fuites radioactives qui dépassent les normes … On a construit une centrale dans la zone de captage de l eau de Paris … Parisxavait acheté beaucoup de terrain autour pour éviter la pollution . Les centrale nucléaire avait été vendues avec une malchance sur un milion d’avoir un accident .
        Il est possible d’avoir de l électricité avraiment verte , Plum energy par exemple , mais actuellement pas de nouveau possible … Si le nucléaire était classé vert ce serait possible .Mais personne n’ose le faire , on peut s attendre a tout si on est pas vigilant .

        Répondre
    • @colas 11.04.2022
      « Les allemands en 2030 seront 100% renouvelable … »
      Et bien, ils semblent mal partis pour ce faire.
      Ils ne disposeront d’aucun moyen pilotable suffisant , ne générant pas de CO2, comme back-up pour leurs intermittents, éolien comme solaire.
      « Bientôt des panneaux solaire infrarouge qui fonctionneront même la nuit »
      Mais oui, mon petit canard, par quel miracle LOL Vous croyez au Père Noël ?
      Puissance dérisoire en Infra-Rouge. Proche du zéro.

      Répondre
      • et hop des qu’il y a une connerie à dire c’est notre troll stérile qui débarque et se ridiculise une fois de plus en public 🤣 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣elles sont ou vos centrales au gaz dont vous délirez stupidement depuis des mois 🤣 et si vous étudiez enfin les bases du sujet pour savoir comment les Allemands aussi se sortent du fossile / charbon / pétrole / gaz … avec les ENR et ils ont déjà commencé à le faire ce qui est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , les GES , le Co² .. et surtout pour avoir enfin une vrai indépendance énergétique que nous a jamais fourni cette merde polluante de nucléaire .. de plus la crise actuelle et la raison économique condamne d’autant plus le fissible et le fossile en augmentant l’Urgence de développer les ENR …

        Répondre
          • 🤣🤣 🤣🤣 et oui mon pauvre troll stérile d’Hervé Gueret toujours les mêmes faits que tout le monde peut très facilement vérifier derrière vos mêmes stupidités récurrentes d’irradie du bulbe …. quand allez vosu enfin apprendre au moins les bases du sujet pour ne plus vous enfoncer ridiculement dans chaque post 🤣🤣 🤣🤣

      • J adore me faire insulter par les pronucléaires qui pètent les plombs plutôt que de chercher des arguments pour contrer sérieusement .
        Quand on lit les commentaires les mieux documentés sont évidents a trouver .
        J ai travaillé au centre de recherche nucléaire de bruyère le Châtel … Au début j avais confiance au nucléaire … Quand je voyais toutes les preuvents que l on nous mentait j ai vite changé de boutique Ce centre secret au milieu de la forêt sans aucun panneaux pour le trouver dans les années 1980.
        Chercher avec Qwant « .Panneau infrarouge photovoltaïque » et l on trouve sans croire au Père Noël .
        Par contre si on cherche avec Google qui historique nos recherche pour nous donne des réponses pertinente pour nous attention au piège .
        Si on est pro nucléaire ont trouve que des bienfaits du nucléaire en croyant au père noël Google …
        Un drone avec un pilotage autonome peut faire exposer facilement n’importe quelle centrale nucléaire … Il y a des points fragiles que je ne citerai pas pour donner des idées aux terroristes

        Répondre
        • Avoir travaillé dans un centre du CEA, version militaire où a été fabriquée la bombe de « Gerboise bleue  » testée à Reggane (en fait à Hamoudia, plus au sud) peut laisser des traces, mais n’est pas une excuse pour délirer.

          Avec une « puissance » de 50 mW/m2, contre 200 à 220 W/m2 pour un panneau photovoltaïque (4.000 fois moins qu’un panneau PV), ce n’est pas cela qui va produire de l’électricité la nuit.

          « Here, we construct a device, which incorporates a thermoelectric generator that harvest electricity from the temperature difference between the PV cell and the ambient surrounding. We achieve 50 mW/m2 nighttime power generation with a clear night sky …  »

          Article « Nighttime electric power generation at a density of 50 mW/m2 via radiative cooling of a photovoltaic cell » des « Applied Physics Letters » de janvier.

          En fait, tout cela n’est rien d’autre que l’effet Seebeck, inverse de l’effet Peltier, tous deux connus depuis près de deux siècles..

          Dans cette affaire, un bon vieux trottoir goudronné est beaucoup plus efficace. Celui-ci emmagasine une quantité de chaleur très supérieure.

          Répondre
  • Ci après un documentaire bien plus étoffé et fort intéressant sauf bien sûr pour les antnucs patentés !
    « Nucléaire une énergie qui dérange » sur youtube

    Répondre
    • le trouduc irradié pro nucléaire de Michel Dubus ne connait que les fakes news et les contre vérités et maintenant nous poste la propagande mensongère récurrente qui est démentie par le réel du terrain vérifiable par tous 😆😂🤣 la réalité du terrain : il faut accélérer le mouvement mondial pour développer les ENR de toute Urgence et la crise actuelle le confirme bien … le nucléaire et le fossile sont déjà condamné économiquement ..vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole / gaz … sauf le bio gaz qui est une ENR … grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution , leur GES et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/275888190_10228654360768829_5278024476084009761_n.jpg?_nc_cat=108&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=Sa0Ho266cbYAX8ikXgW&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT_5tSRIV2oQEcfmesq4ph7mfTeJlaXFtlNhvrmmD7GJag&oe=623DBCED

      Répondre
  • Ce qui fait défaut, ce n’est pas la production potentielle de Fessenheim, mais celle bien réelle des très nombreux réacteurs à l’arrêt, notamment pour des problèmes de sécurité (corrosion).

    Bien avant son arrêt, la production de Fessenheim a été compensée par la croissance de la production annuelle d’électricité de l’éolien et du photovoltaïque, deux énergies renouvelables parmi d’autres.

    Au cours des dix ans qui ont précédé la fermeture de Fessenheim, la production moyenne des deux réacteurs était de 10,4 TWh/an. En préalable à cette fermeture, la production annuelle d’électricité solaire et éolienne a augmenté de 12,5 TWh entre 2017 et 2019.

    D’un autre côté, la « falaise nucléaire » approche. La plupart des réacteurs ayant été construits sur une courte période de temps, ils arriveront tous à la limite de sécurité de leur cuve sur un période de temps aussi courte.

    Pour éviter cette « falaise », il faut étaler dans le temps la fermeture des réacteurs actuels et développer fortement les énergies renouvelables, car il est bien évident que d’autres réacteurs nucléaires ne pourront jamais être construits au même rythme que dans le passé.

    La plupart des réacteurs actuels auront disparu d’ici 2050 et ils ne seront pas remplacés par de nouveaux réacteurs.

    Répondre
    • Et ce qui manque surtout ce sont les 6 GW d’offshore opérationnels pour 2020 résultant de nos engagements de la cop21 de 2015 et que nous n’avons pas fait pour préparer le lit de L’EPR selon les vœux de Macron.!

      Répondre
    • @Marguerite 11.04.2022
      Oui, Marguerite, vous avez bien raison, on a pris beaucoup de retard sur le renouvellement indispensable du parc nucléaire, il faut donc bien s’y lancer à corps perdu, mais il va être indispensable de mettre en route en parallèle des packs « centrales à gaz plus éolien et solaire ».
      Hélas.

      « Bien avant son arrêt, la production de Fessenheim a été compensée par la croissance de la production annuelle d’électricité de l’éolien et du photovoltaïque, deux énergies renouvelables parmi d’autres. »
      Ça, par contre, c’est une ânerie, vous ne pouvez pas remplacer du pilotable par du fatal sans résoudre le problème de l’intermittence et du back-up qui va avec.

      Répondre
      • et hop encore une fois de plus des qu’il y a une connerie à dire c’est notre troll stérile qui débarque et se ridiculise une fois de plus en public 🤣 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣elles sont ou vos centrales au gaz dont vous délirez stupidement depuis des mois 🤣 car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire et c’est bien les ENR qui évitent de les faire démarrer trop souvent voire les font fermer 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile ..l’éolien et le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole/ gaz … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
      • Quelle capacité de « back-up » a-t-elle donc été construite pour « compenser » l’éolien et le solaire en 2019 et 2020, avant l’arrêt de Fesenheim ? ?

        Répondre
        • @Marguerite
          Aucun, les installations en place, nucléaire en particulier, suffisaient.
          Ce qui montre l’inutilité des intermittents en France actuellement.

          Répondre
  • Que certains réacteurs américains aient vu leur licence prolongée jusqu’à 60 ans ne veut pas dire qu’ils atteindront cet âge canonique.

    Surtout, les réacteurs américains travaillent uniquement « en base » et leur cuve ne subit pas en permanence les chocs thermiques du « suivi de charge ». Car les deux causes de fragilisation des cuves de réacteurs sont le flux neutronique et les chocs thermiques.

    Choc thermique particulièrement dangereux lorsqu’il faut arrêter un réacteur en urgence et pour cela faire une injection massive d’eau froide.

    De nombreux réacteurs américains ont été arrêtés bien plus tôt que prévu, pour des raisons techniques ou économiques, malgré une extension de leur licence à 60 ans.

    Répondre
    • D’ailleurs les américains sont comme ceux de France et d’ailleurs conditionnés par des visites périodiques pour être autorisés à produire. Les américains ont en plus cette permission de principe à laquelle les français ne sont pas soumis, ils ont en quelque sorte une permission. Éternelle sous réserve de la visite multidecenale

      Répondre
    • @Marguerite 11.04.2022
       » leur cuve ne subit pas en permanence les chocs thermiques du « suivi de charge » »
      Exact, et c’est l’une des raison qui rend l’hydraulique indispensable pour accompagner le nucléaire.
      Mais, en France, on fait pire.
      Comme le gouvernement a donné l’ordre à EDF de prendre en priorité la puissance intermittente, éolien et solaire, on demande à nos centrales non seulement se suivre la charge, mais en plus de suivre les productions intermittentes.
      Et Dieu sait si elles varient.
      Pour rester poli, une énorme ânerie.

      Répondre
      • et hop des qu’il y a une connerie à dire c’est notre troll stérile qui débarque et se ridiculise une fois de plus en public 🤣 Pour rester poli, encore une énorme ânerie car en réalité sur le terrain pour pouvoir pallier à l’intermittence du nucléaire on est obligé d’utiliser le peu d’ENR installée en France et de compléter par des importations 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣elles sont ou vos centrales au gaz dont vous délirez stupidement depuis des mois 🤣 car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire et c’est bien les ENR qui évitent de les faire démarrer trop souvent voire les font fermer 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile ..l’éolien et le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole/ gaz … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
      • Comme ne cesse de le répéter le plaisancier toulonnais, « le gouvernement a donné l’ordre à EDF de prendre en priorité la puissance intermittente, éolien et solaire »

        Un exemple instructif le mercredi 23 mars 2022 (bis repetita) :

        Alors que l’éolien était faible, le gouvernement a donné l’ordre à EDF de limiter le nucléaire à 32.420 MW de puissance tout au long de la journée (de 31.980 à 32.660 MW), pour faire de la place à 6.400 MW de gaz en moyenne (de 4.870 à 7.320 MW).

        Par sympathie avec nos voisins, il a aussi donné l’ordre à EDF de faire de la place aux importations, avec en moyenne 4.160 MW (solde net) et jusqu’à 7.450 MW (puissance).

        Pour la journée, malgré une consommation de 1.305 GWh et un peu de pompage, le gouvernement a obligé le nucléaire à limiter sa production à 778 GWh (59,6 % de la consommation, facteur de charge de 52,8 %) pour permettre au gaz de produire 154 GWh (+ 18 GWh de charbon et fioul) et d’importer 100 GWh (solde net).

        Avec un taux de CO2 de 92 g en pleine nuit (3h30) et bien plus faible en plein soleil avec 63 g CO2/kWh (13h00).

        Sans les ordres donnés par le gouvernement à EDF pour réduire le nucléaire, celui-ci aurait produit 1.028 GWh (au lieu de le limiter à 778), car il y avait malgré tout 277 GWh d’énergies renouvelables.

        Répondre
        • @Marguerite,
          N’en jetez plus, il y a longtemps que l’officier de marine d’eau douce a perdu pieds et s’est embourbé dans les marécages, et de toutes les façons il ne comprend rien à ce que vous pouvez lui raconter. Il n’a pas encore compris, et ne comprendra jamais que les énertgie marine seront plus pilotable que le nucléaire et qu’on pourra les arréter sans que ça les mette en panne comme les réacteur nucléaires.qui ne supportent pas le yoyo ni en température, ni en pression.

          Répondre
          • Sacré Rochain !!!
             » Il n’a pas encore compris, et ne comprendra jamais que les énertgie marine seront plus pilotable que le nucléaire et qu’on pourra les arréter sans que ça les mette en panne »
            Ah, je viens de comprendre pourquoi Rochain dit que les énergies marines sont pilotables : on peut les arrêter sans problème LOL
            J’avais une autre définition de la pilotabilité : j’ai du jus lorsque j’en ai besoin LOL
            Rochain, le monde à l’envers.

        • Sacrée Marguerite.
          Vous faites bien le job pour lequel vous êtes payée,
          « Alors que l’éolien était faible, le gouvernement a donné l’ordre à EDF de limiter le nucléaire  »
          Parce que vous croyez que le gouvernement, au jour le jour, donne des ordres.
          Marguerite, vous êtes professionnelle et compétente,
          Alors, pourquoi vous abaisser au niveau d’un Rochain, qui n’a pas le moindre bon sens en physique !!!
          Triste.

          Répondre
      • HG,M: le nucléaire + STEP en quantité adéquate est pilotable sans pb de chocs thermiques.
        Mais aujourd’hui, l’état français n’a plus la force politique de construire une STEP. 4 zozos vont réussir à bloquer un projet d’intérêt national ne prélevant que quelques km² à l’échelle de la France.
        Et il paraît que l’on manquerait de sites disponibles. J’en vois pourtant des milliers, partout où il y a du relief, et même là où il n’y a pas relief, si cela était nécessaire, par creusement d’un réservoir en profondeur.
        Si nos anciens avaient eu la même mentalité pourrie qu’aujourd’hui de « nimbies » à tout prix, il n’y aurait ni barrage, ni autoroutes, ni centrales nucléaires, ni rien du tout.

        Répondre
          • SR: même cela ne passe plus: cf barrage de Sivens !
            Sur les STEP, il me semble que les teutons auraient eu la possibilité de faire quelque chose de leur mines de lignite qui constituent d’immenses réservoirs vides. Concrètement: entre une mine lignite à 400 m de profondeur et une mine de lignite proche à 200 m de profondeur, sur de grandes étendues, ça aurait pu faire des STEP de grande capacité.
            Je ne sais pas pourquoi ils n’y ont pas pensé ! Plus sérieusement, je ne sais pas pourquoi cela ne s’est pas fait. Cela supposait de creuser moins profond à certains endroits. Peut-être par désintérêt pour les questions à LT comme partout ailleurs, peut-être par difficulté pour remplir les réservoirs.

          • @Marc
            Oui, il y a l’affaire Sivens, mais ce n’est pas le cas général, c’est même plutôt un cas particulier orchestré comme un exemple. J’en connais directement plusieurs qui se sont fait sans la moindre protestation de qui que ce soit et réalisés par des groupements agricoles où ceux qui avaient cédé de leur terrain sur les flancs de ce qui était devenu le fond de la retenue bénéficiait à vie d’une quantité d’eau annuelle proportionnée à l’espace cédée et les autres payaient au volume avec un droit limité d’une façon impactée par le niveau du barage et leur investissement dans les travaux d’aménagement de la digue et du détournement du ruisseau qui devait alimenter la retenue. Un ami agriculteur Maire de Villeneuve lès Lavaur qui avait été à l’initiative de l’opération sur sa commune m’avait expliqué ce mécanisme et montré d’autres affaires similaires dont il s’était inspiré pour convaincre ses confrères. Dans les environs proches , à cheval sur le Tarn et la Haute Graronne il y avait déjà 2 réalisations comme celle qu’il projetait dont une déjà opérationnelle depuis 4 ans et l’autre en cours. Depiuis son affaire s’est concrétisé il y a maintenant plus d e15 ans et personne ne s’est jamais plaint. Il y en a certainemetn bien d’autres ailleurs dont on n’a jamais entendu parler. On ne parle que des exceptions et des affaire qui font le buzz, comme Sevens.
            Pour ce qui est des anciennes carrieres de lignite ou charbon, le plus vraisemblable est certainement l’alimentation en eau, car il faut un cours d’eau de proximité et ne faire que des prélevements qui n’handicaperont pas les usagers en aval du cours existants ce qui est très contreignant sur le plan juridique dans la législation française. C’est ce point qui avait failli faire capoter le projet de mon ami. Ils ont mis deux fois plus de temps que ce qu’il avait projeté au début de l’opération pour remplir la retenu et les deux premieres années d’exploitation ils n’en n’ont tiré qu’un bénéfice marginal, pourtant la pluviosité avait été supérieure à la moyenne des 10 dernieres années, ils s’en sont bien tiré.
            Il reste que c’est certainement le problème de l’apport en eau qui est vraissemblablement la pierre d’achopement des carrieres allemandes pour les convertire en Step, à moins que d’autres contraintes encore plus importantes inhérentes à la législation allemande ne se soient surimposées dans ces histoires.

          • Marc ouvrez les yeux sur le réel du terrain car les emplacements pour les STEPS même en France ont déjà été étudié et ce sont des retenues en amont des barrages existants qui en plus améliore la sécurité des populations .. celles existantes EDF avait déjà commencé à les optimiser mais a suspendu ses travaux en attente du résultat de l’appel d’offre que l’état Français doit faire pour la gestion des barrages …

          • Isembert, vous confondez les retenues de barrage avec des steps qui ne sont pas exclusivement des narrages.
            Il suffit de deux masses d’eaux l’une à une altitude supérieure à l’autre pour faire un STEP sans même un fleuve permanent.

          • Bonjour Rochain .. non je ne confonds pas et je connais le principe d’une STEPS ..peut être que je me suis mal exprimé car je me suis limité à l’existant alors que le principe peut être développer de partout .. même en bord de mer et la il n’y a que le bassin supérieur …

          • Non, même en plaine. Il suffit de creuser deux bassins dont un plus haut que l’autre, donc seulement moins profond. Mais il faut le remir au moins une fois. Après c’est en boucle.

          • Rochain on est bien d’accord … l’avantage au bord de mer c’est qu’il n’y a qu’un bassin et que l’eau est à volonté

        • Exact, Marc.Il faut savoir ce que l’on veut, et nous avons plus des politiciens que des hommes politiques œuvrant dans l’intérêt de la nation.
          C’est bien pourquoi nous avons pris un tel retard dans le renouvellement de nos centrales nucléaires, et arrêté le projet Astrid.

          Répondre
          • ha enfin notre troll stérile d’ Hervé Gueret vient d’avoir une révélation .. il a enfin constater qu’il faut des ENR pour pallier aux défaillances du nucléaire … vous allez voir qu’il va réussir enfin à apprendre les bases du sujet .. bon on ne va pas lui demander de suite car c’est trop largement en dessus de ses capacités intellectuelles de se sortir enfin de tous ses vieux canulars périmes pour gogos ..

  • C’est captivant, tous ces antinucs à la fête en savent plus que l’ASN et IRSN sur la corrosion sous contrainte dans tous les compartiments, ils vont bientôt faire une thèse de fin d’études et pour certains(es) de fin de vie !
    De plus ils ont bavé en toute bonne foi sans avoir visionner le film de youtube « nucléaire une énergie qui dérange » qui dure près de 2 heures. En effet moins d’un quart d’heure après mon post sur ce film leur piètre réponse était déjà là !
    Le ridicule ne tue pas heureusement !

    Répondre
    • Michel Dubus vous avez enfin raison sur un point . le ridicule ne tue pas car sinon tous les trolls stériles pro nucléaires seraient déjà enterrés depuis très longtemps … à quand le crime d’écocide que l’on fusille aussi tous les collabos

      Répondre
    • Le captivant de l’histoire c’est que le Dubus croit que c’est l’ASN et l’IRSN qui ont écrit l’article….. si l’un d’eux le lit ils vont faire un proces à Desgrange pour propagation de fausses nouvelles et calomnie !

      Répondre
  • Aux États-Unis, une douzaine de réacteurs, ayant obtenu une prolongation de leur licence à 60 ans (ou dont la demande était en cours d’examen), ont dû être mis en arrêt définitif pour des raisons techniques ou économiques, avant d’atteindre 40 ans pour certains d’entre eux.

    Au cours de la dernière décennie, ces réacteurs ont été arrêtés avant terme :
    – Crystal River-3 (860 MW) à 36 ans, en 2013,
    – Kewaunee (566 MW) à 39 ans, en 2013,
    – San Onofre-2 (1070 MW) à 31 ans, en 2013,
    – San Onofre-3 (1080 MW) à 30 ans, en 2013,
    – Vermont Yankee (605 MW) à 42 ans), en 2014,
    – Fort Calhoun-1 (482 MW) à 43 ans), en2016,
    – Oyster Creek (619 MW) à 49 ans), en 2018,
    – Pilgrim-1 (667 MW) à 47 ans), en 2019,
    – Three Mile Island-1 (819 MW) à 45 ans), en 2019,
    – Indian Point-2 (998 MW) à 47 ans, en 2020,
    – Duane Arnold (601 MW) à 46 ans, en 2012 (le réacteur était déjà à l’arrêt, la tour de refroidissement ayant endommagée par une tempête).

    Les réacteurs de San Onofre ont été arrêtés à cause de fuites radioactives des générateurs de vapeur et de réparations défectueuses.

    Pour Fort Calhoun-1, il a été prévu d’attendre 60 ans avant de le démanteler.

    D’autres réacteurs, sur le point d’être arrêtés, ont reçu des subventions pour rester en vie quelques années de plus dans les États suivants : Illinois, New-York, Ohio, New-Jersey, Connecticut, Pennsylvanie.

    Répondre
  • Le nucléaire américain n’est plus compétitif. Ce n’est pas seulement face aux centrales à gaz, mais aussi face à l’éolien et au photovoltaïque, chacun ayant une importance différente selon les État des USA.

    En Californie, les « peakers » utilisant le gaz ne sont eux-mêmes plus compétitifs face au couple photovoltaïque et stockage sur batterie. Les « peakers » sont utilisés aux heures de pointe du soir.

    En 2020, la Cour des comptes a analysé le coût complet économique de la production du nucléaire ancien et trouvé une valeur de 60,8 à 68,4 €/MWh selon le paramètre des investissements pris en considération dans le calcul.

    Les appels d’offres depuis plus de trois ans montrent que le tarif de référence pour le complément de rémunération (ce n’est pas un tarif d’achat et encore moins une « subvention ») des parcs éoliens terrestres est de 60 à 65 €/MWh et de 55 €/MWh pour les grands parcs photovoltaïques.

    Pour l’éolien en mer, à part les premiers parcs attribués à un tarif élevé, comparable à celui d’autres pays à la même époque, le tarif de référence (en complément de rémunération) des futurs parc devrait se situer à moins de 60 €/MWh, variable selon la situation locale.

    A Dunkerque, la moyenne des offres a été de 51,0 €/MWh et EDF a emporté la mise avec un tarif à 44 €/MWh.

    Répondre
      • 2 eme sursaut de notre troll stérile d’Hervé Guéret .. et oui le nucléaire est très très cher et non pilotable .. et il lui faut des ENR en secours en attendant de le remplacer pour ne plus polluer … .

        Répondre
          • 🤣🤣 et hop des qu’il y a une connerie à dire c’est notre troll stérile d’Hervé Guéret qui débarque et se ridiculise une fois de plus en public 🤣 alors il vient de prouver qu’en plus de ne pas connaitre les bases élémentaires du sujet il ne comprends même pas le Français 🤣🤣 🤣🤣

  • Pour un consommateur résidentiel moyen, consommant de 2.500 à 5.000 kWh d’électricité par an, le coût de l’électricité n’a jamais été deux fois plus cher qu’en France, et encore moins « 2,5 fois » comme dit l’ancien directeur de deux réacteurs nucléaires au Blayais, qui ment à chaque phase sans aucun scrupule.

    En 2010, le tarif toutes taxes et prélèvements compris était plus élevé de 83 % pour un allemand que pour un français. En 2020, c’était seulement 57 % plus cher (data Eurostat). Alors que ce tarif a augmenté de 46,3 % en France en dix ans, il n’a augmenté que de 25,7 % en Allemagne.

    Pour le tarif « hors taxes et prélèvements », il était plus élevé en Allemagne de 42 % en 2010 et de 14 % en 2020.

    Ainsi, on voit clairement que l’augmentation de la production d’électricité des renouvelables, concomitante à la baisse de celles du nucléaire et des fossiles, se traduit par une baisse relative du prix de l’électricité en Allemagne par rapport à la France.

    Répondre
    • @Marguerite
      Selon les calculs de la commission européenne, pour 2020, il ressort que la fourniture seule, c’est-à-dire l’électricité elle-même, le KWh allemand a toujours un prix inférieur au KWh français c’est ce que l’on peut voir sur le graphique de la figure 3 page 9 exprimé en €/MWh (bande bleue) :
      https://www.connaissancedesenergies.org/sites/default/files/pdf-pt-vue/Rapport%20Union%20de%20l%27%C3%A9nergie%202020.pdf
      Dans le même document pour 2021 la présentation en €/MWh a été remplacée par les 3 pourcentages représentés par la fourniture, le transport, et les taxes et frais divers impactant le KWh, toujours figure 3 mais page 16. Il y apparait clairement que dans le prix facturé aux clients, la fourniture représente 20% pour l’Allemagne contre 40% en France. :
      https://energy.ec.europa.eu/system/files/2021-10/state_of_the_energy_union_report_2021.pdf
      Les taxe ayant beaucoup variées, pour retrouver une valeur absolue de comparaison du prix du KWh de fourniture je l’ai recalculé depuis les prix TTC facturé aux clients en Allemagne et en France en prenant les valeurs indiquées pour les différents états de l’Union dans un autre document qui fait apparaître pour la France un prix de 0,19€, et pour l’Allemagne de 0,304 € ; les 40% de la fourniture font donc 0,076 € pour le KWh français et les 20% de la fourniture font 0,0608 € pour le KWh allemand.
      Il m’apparait donc que ce soit en 2020 ou 2021 le prix de la fourniture elle-même n’est pas supérieure en Allemagne par rapport à la France. Bien au contraire, comme me le confirme chaque jour eco2mix à la rubrique Données de marché.

      Répondre
  • Comment ne pas s’offusquer que des chaînes TV, telles ARTE et LCP, se laissent aller au colportage de niaiseries et de mensonges ? Non seulement leur complaisance contrevient à l’éthique médiatique mais elle brave aussi les obligations des autres grands médias pendant la dernière phase de la campagne électorale.
    La question de l’énergie a retrouvé du lustre après que le président Macron a annoncé son programme de relance du parc nucléaire et d’accélération simultanée du développement des énergies renouvelables (ENR) et après que le GIEC a rappelé l’urgence de la décarbonation de notre économie et de nos usages domestiques sur fond de dépendance insupportable aux hydrocarbures importés de Russie.
    Pris à contrepied, Jadot et Mélenchon veulent toujours sortir du nucléaire mais à des horizons de plus en plus flous. Sans renoncer complètement à des propos tribuniciens qui siéent à ceux qui n’auront jamais à exercer le pouvoir, ils ont largement amender leurs projets irréalistes, au risque de paraître incohérents et irresponsables par rapport aux risques dont ils accablaient un électorat depuis longtemps anesthésié par une propagande mensongère. Les réacteurs « vont nous péter à la gueule » disait Jadot. Mélenchon répétaient que nous préparions un nouveau « Tchernobyl » ou un « Fukushima » ; autant dire des destructions massives sur toute la planète. Quel crédit accorder à des gens qui renoncent à arrêter sans délais les 56 bombes qui nous menacent ?

    Leurs arguments sont les suivants :
    – Le parc nucléaire est vieux, donc dangereux ; il est cher et l’on ne saurait pas traiter des déchets très dangereux et pendant des centaines de milliers d’années.
    – Les coûts du nucléaire sont incomplets ; ils ne prennent pas en compte les coûts de démantèlement et ceux de traitement des déchets.
    – Les EPR ont un coût astronomique et EDF ne sait pas les construire. L’EPR de Flamanville a plus de dix ans de retard, son coût de construction flambe (12 milliards d’euros hors frais de financement, jusqu’à 20 milliards selon les taux d’intérêt intercalaires appliqués, contre 3 milliards annoncés au début des années 2000). Et aucun EPR ne fonctionnerait.
    – Certains de leurs affidés et des troskystes aveuglés par leur anticapitalisme se disent mêmes convaincus que le nucléaire émet beaucoup plus de CO2 qu’on ne l’affirme.
    – Les centrales nucléaires seraient des cibles très peu résilientes aux agressions (cf l’agression et l’occupation de deux centrales en Ukraine).
    – L’Etat ne fait pas le nécessaire pour réduire la consommation d’énergie (bâtiments, mobilité…) en accompagnant les plus démunis.
    Avant de répondre point par point à ces différentes affirmations critiques, je vous propose de considérer les politiques énergétiques française et allemande relatives au secteur électrique.

    Puissance installée et énergie sollicitée en France et en Allemagne
    Depuis quelques années, l’Allemagne produit bon an mal 570-580 TWh d’électricité et en consomme 530-540 ; la France produit 520-550 TWh et en consomme 480 (réduite à 468 TWh en 2021 après plus d’une année de covid). La France est depuis des années le plus important exportateur d’électricité en Europe (entre 45 et 60 TWh/an)
    La puissance appelée par la consommation d’électricité varie en France de 30 000 MW, les week-end en été, à 90 000 MW en hiver mais la production effective varie entre 40 000 et 100 000 MW (maximum de 102 000 MW en février 2012). Les variations sont moindres en Allemagne et la pointe de production hivernale de ce pays au cours des dernières années n’a jamais dépassé 84 000 MW (2004)
    Chaque pays doit pouvoir disposer d’autant de puissance installée plus une réserve d’au moins 10 à 20 % pour couvrir les indisponibilités, si le parc productif est composé essentiellement de moyens conventionnels (charbon, fuel-oil et gaz, nucléaire, hydraulique de stock), et les contraintes locales de transit des réseaux électriques au plus fort de l’hiver. En l’absence de moyens de production erratique, on pourrait donc se satisfaire d’une capacité installée de 120 000 MW en France et de 100 000 MW en Allemagne. Pourtant l’Allemagne dispose de plus du double de puissance installée : 220 000 MW dont 140 000 MW de moyens de production renouvelable (éoliennes, solaire photovoltaïque, hydraulique et biomasse) dont plus de 120 000 MW (éolien et photovoltaïque).

    Pourquoi une marge de puissance plus de trois fois supérieure en Allemagne ?
    Les allemands ont bien compris que la productivité des « EnR à la mode » est globalement faible (22-23 % pour l’éolien terrestre et moins de 11% pour le solaire), que cette production est erratique et non pilotable, du fait de sa soumission aux aléas météorologiques, et qu’elle est évidemment indifférente aux variations des besoins des consommateurs qui répondent à d’autres logiques. Cependant, le gouvernement arc-en-ciel allemand maintient le cap de réduction à zéro de sa production nucléaire (4 000 MW ; 30 TWh/an) à la fin 2022. Considérant la probabilité non négligeable d’avoir ou très peu de vent et de soleil, pendant des périodes pouvant aller de plusieurs jours et deux semaines sur l’ensemble de l’Europe et en dépit des velléités de sanctions de l’invasion de l’Ukraine, pour compenser leur rejet viscéral du nucléaire (civil et militaire), l’Allemagne a fait le choix de conserver plus de 80 000 MW de capacités de production « garantie » à base de gaz et de charbon, du gaz totalement importé et de charbon dont une part est importée. C’est ainsi que son secteur électrique émet plus de 200 Mt (millions de tonnes) de CO2 chaque année (soit environ 400 g de CO2/kWhe). Depuis 1990, et après vingt ans de mise en œuvre de l’Energiewende, la révolution énergétique allemande engagée au début des années 2000 et qui a déjà coûté et engagé plus de 500 milliards d’euros (contre 150 milliards en France), ce qui se traduit par une facture d’électricité des particuliers allemands supérieure de 70% à celle de leurs homologues français et à un report de charges sur les contribuables. Résultat depuis 1990 : le secteur électrique allemand a émis quelque 6 milliards de tonnes de CO2 de plus que son homologue français.
    Malgré son énorme capacité de production ENR (140 GW), l’Allemagne est confrontée à un devoir moral vis à vis de l’Ukraine : elle refuse de renoncer totalement à 55% de ses importations de gaz venues de Russie, cherche à s’approvisionner en GNL notamment en provenance des schistes bitumineux américains et elle réduit ses ambitions de fermeture accélérée des centrales à charbon.
    Dans le même temps, la France dispose d’une capacité maximum de production de 139 000 MW à la fin 2021 (+ 3000 MW de type ENR dans l’année) dont 61 400 MW nucléaire (après l’arrêt de Fessenheim en 2020), 32000 MW éolien et photovoltaïque, 26 000 MW hydraulique dont 10000 MW « au fil de l’eau » c’est à dire à production subie ainsi que 12800 MW à gaz et 1800 MW à charbon. Grâce à son parc électronucléaire, depuis de nombreuses années le secteur électrique français émet de l’ordre de 20 Mt de CO2/an (18,4 en 2022) et le contenu CO2 de chaque kWhe est inférieur à moins de 50 g de CO2/kWhe (de l’ordre de 30 g de CO2/kWhe en 2022).

    Le secteur électrique français ; un modèle transitionnel ignoré
    Si le gouvernement n’avait pas rectifié la LTECV (loi pour la transition énergétique pour la croissance verte adoptée le 17 août 2015), en reportant de dix ans (de 2025 à 2035) la fermeture anticipée de 12 unités nucléaires, nous aurions déjà perdu 7 unités (6 300 MW) de production pilotable et non carbonée, nos dernières unités à charbon ainsi que celles à gaz seraient beaucoup plus fréquemment sollicitées et nous importerions beaucoup d’électricité au prix du renchérissement de nos factures d’électricité et d’un accroissement extraordinaire de nos émissions de CO2. Rappelons que la France est exportatrice net de quelque 10 % de sa production depuis de nombreuses années ; ce qui représente 2 à 3 milliards d’euros chaque année de résultat financier.
    En dépit de ses performances rares dans le monde, la France poursuivrait une aventure passéiste et serait même coupable du crime d’écocide, selon les contempteurs du nucléaire, admirateurs de l’Energiewende. Curieux renversement de perspective !
    Ces politiques énergétiques fortement différenciées de part et d’autre du Rhin étant rappelées, voici quelques éléments de réponses aux affirmations péremptoires des deux principaux contempteurs de l’électronucléaire.

    Quelques éléments de réponse à Jadot, Mélenchon et quelques autres

    Le nucléaire reste compétitif, très compétitif
    Le coût de production du kWh nucléaire intègre l’ensemble des coûts qu’il induit, y compris ceux de démantèlement et de traitement des déchets.
    Ce coût reste aujourd’hui très inférieur à celui des productions éoliennes et photovoltaïques malgré les annonces de leurs promoteurs qui crient par ailleurs dès que les états envisagent l’arrêt des statuts privilégiés, priorité de production, aides et subventions diverses, dont ils bénéficient. Par ailleurs, lorsque l’on compare le kWh nucléaire avec celui des ENR, on compare des choux et des carottes puisque le premier est produit en proportion de ce qu’on lui demande quand le second fluctue indifféremment des besoins des consommateurs.

    Le potentiel d’exploitation des centrales nucléaires est bien supérieur au temps retenu pour le retour sur premier investissement.
    Les durées d’exploitation des centrales nucléaires sont beaucoup plus importantes que celles retenues de façon très conservatoire dans les années 1970.
    La France est équipée de PWR, or on sait déjà que plus de quatre-vingt de leurs homologues construits aux USA ont plus de 40 ans d’exploitation et ont été autorisés à prolonger leur exploitation jusqu’à 60 ans avant un nouveau contrôle de la NRC (l’homologue de l’ASN en France). Quatre unités qui ont déjà dépassé 60 ans d’activité ont reçu quitus pour fonctionner jusqu’à 80 ans. En France, 5 unités ayant atteint 40 années d’exploitation ont terminé leurs quatrième visite générale décennale. Après avoir passé avec succès les contrôles de sûreté et réalisé les travaux de rénovation et modernisation prévus, elles ont été autorisées à reprendre leur activité de production jusqu’à 50 années d’exploitation. Deux autres unités d’apprêtent à redémarrer pour dix ans supplémentaires.
    Le principal facteur d’empêchement possible de prolongation d’activité est lié au risque de fragilisation intercristalline de l’acier de la cuve du réacteur qu’il ne serait pas économiquement viable de remplacer. L’expérience internationale révèle que la dynamique de fragilisation est maîtrisée.

    Les ENR à la mode ne peuvent garantissent la continuité de la fourniture électrique.
    La continuité de la fourniture électrique impose le soutien des ENR par des moyens de production pilotables ; à défaut d’électricité nucléaire et de faibles marges d’augmentation du potentiel hydroélectrique, reste la sobriété contrainte, le recours aux importations auprès de nos voisins ou le recours à plus de gaz voire de charbon à moins que l’on investisse très lourdement dans des moyens de stockage-déstockage (batteries électrochimiques consommatrices de métaux rares, production d’hydrogène par électrolyse de l’eau et réinjection dans les réseaux de gaz fossile, dans les hauts fourneaux électrifiés pour produire de l’acier ou encore dans des procédés de méthanisation).

    L’électricité française est très peu carbonée, pourquoi vouloir en remplacer le principal atout ?
    Plus de 92% de la production d’électricité en France était non carbonée en 2021 et 2022.
    Grâce à son parc électronucléaire historique, depuis plus de 50 ans la France a évité l’émission de plus de 6 milliards de tonnes de CO2 par rapport à la même production issues de cycles combinés à gaz. Le parc nucléaire français a donc évité l’équivalent de 15 années d’émissions totales en France, toutes sources confondues. Ce serait le double si la même énergie avait été produite par des centrales à charbon. Selon le GIEC, le nucléaire mondial est responsable de l’émission de 12 g de CO2/kWhe, si l’on prend en compte l’ensemble des émissions des machines et des engins mis en œuvre tout au long de la vie de l’économie de fonctionnement de l’industrie nucléaire (de l’extraction de l’uranium au démantèlement à la gestion des déchets). Selon l’ADEME, le contenu carbone du nucléaire français est deux fois moins émissif (6 g de CO2/kWhe) compte tenu notamment de l’impact de la qualité de l’électricité consommée en France pour obtenir l’enrichissement en uranium (U-235) de l’uranium naturel qui constitue le « combustible » nucléaire. Ainsi l’électricité nucléaire française est deux fois moins émissive en CO2 que l’électricité éolienne et hydraulique, huit fois moins que l’électricité photovoltaïque, soixante-quinze fois moins que l’électricité des meilleures centrales à gaz et 150 fois moins que celle les centrales à charbon.

    L’EPR construit à Flamanville était un prototype pour EDF, l’EPR2 en est le fruit
    Le concept très ambitieux de l’EPR résulte d’une surenchère performative entre AREVA et SIEMENS, soumis aux pressions des grünen ; ce qui a conduit des choix technologiques complexes. EDF n’a pas participé à la construction d’Olkiluoto (Finlande) et SIEMENS a renoncé au projet après l’abandon du nucléaire en Allemagne. La quasi-totalité des artisans de la construction du parc historique français sont aujourd’hui à la retraite ; l’industrie française a perdu 50% de son potentiel en compétences et en moyens matériels. Depuis quelques années, EDF et ses sous-traitants reconstituent les compétences. Simultanément EDF-Framatome a conçu et finalise une version dite EPR2, enrichie du retour d’expérience de Taïshan dont les deux tranches ont déjà fonctionné plus de deux ans, de Olkiluoto mis en service depuis plus d’un mois et de Hinkley Point (GB), où la construction de deux unités se poursuit, sans retard de planning significatif, sous le pilotage d’EDF.

    Les déchets radioactifs des centrales nucléaires sont ingérables ? Voire.
    Rappelons d’abord que l’industrie électronucléaire produit moins de 60% de l’ensemble des déchets radioactifs. Quoi qu’il en soit, le volume des déchets radioactifs à haute et moyenne activités et à vie longue, totalisent en France respectivement 94,9% et 4,9% de la radioactivité des déchets et représentent 3 650 m3 et 45 000 m3, soit 0,2% et 4,9% du volume total des déchets extraits des zones susceptibles d’avoir été affectées par l’irradiation et la contamination radioactive.
    Notez par ailleurs que la quasi-totalité de l’uranium « usé » conservé en France (340 000 tonnes) peut être recyclé, ce qui en fait une source d’énergie utile correspondant à plusieurs milliers d’années de production électrique équivalente à celle des dernières années (400 TWhe/an).
    La plupart des pays équipés de centrales nucléaires ont choisi (la Finlande en Europe) ou s’orientent vers l’enfouissement profond des déchets nucléaires de haute et moyenne activités à vie longue dans des couches géologiques stables depuis plus d’un million d’années c’est à dire protégées des séismes et de l’infiltration d’eau susceptibles de perturber ces masses de déchets par ailleurs confinés par la vitrification et/ou l’empaquetage en acier inoxydable. Si la gestion des déchets est un problème en France, il s’agit essentiellement d’un problème politique ; d’un manque de courage des politiques au pouvoir.

    La guerre en Ukraine révèle la fragilité de nos centrales nucléaires aux agressions.
    Les médias et les commentateurs se sont inquiétés à juste titre des attaques des armées russes sur les centrales nucléaires mais plus d’un mois après l’envahissement de l’Ukraine, aucun accident nucléaire n’est à déplorer.
    Il faut cependant rappeler quelques considérations objectives. Tous les envahisseurs ont pour priorité de s’emparer rapidement des leviers de pouvoir, de contrôler les moyens de production d’énergie, ceux d’information et de communication ainsi que les réseaux d’approvisionnements… C’est ce qu’essaie de faire la Russie ; elle n’a aucun intérêt à créer une catastrophe nucléaire. L’incendie qu’elle a provoqué dans la centrale de Zaporijjia ne visait pas a provoqué un accident. Par ailleurs, les réacteurs qui l’équipent ne sont pas du type de ceux de Tchernobyl. Un accident dans cette centrale n’aurait pas les conséquences qu’on a connu à Tchernobyl.
    A l’exception de deux réacteurs de 440 MW de type VVER, non dotés d’une enceinte en béton, et du réacteur avarié de Tchernobyl placé sous un abri étanche, les 13 autres réacteurs de type VVER ont été modernisés avec le concours des occidentaux. Ils ont le niveau de résilience aux agressions extérieures et aux erreurs d’exploitation des quelque 250 PWR exploités dans le monde. Par ailleurs, les Russes n’ont aucun intérêt à détruire les centrales électriques et de courir le risque de fuites radioactives dans un pays où ils combattent et qu’ils veulent s’accaparer. De plus il s’agit là d’un acte illégal au regard de la convention de Genève ; un acte qui peut conduire Poutine et ses généraux devant la Cour internationale de justice.
    Si la Russie de Poutine voulait détruire Kiev, il lui suffirait de bombarder le barrage de Vychorrod situé sur le Dniepr en amont de la capitale. Comme à Fukushima mais dans des proportions cent fois supérieures, la lame d’eau venue du barrage tuerait des millions de personnes.

    Quelques questions adressées aux antinucléaires viscéraux :

    Q1 : Comment expliquent-ils le différentiel considérable d’émissions de GES (8 à dix fois) entre l’Allemagne et la France pour leur production d’électricité, alors que leur « modèle écologique » dispose de quatre fois plus de moyens de production éoliens et photovoltaïques (une capacité de production supérieure de 50% de la puissance maximale produite en Allemagne) du type de ceux qu’ils appellent de leurs vœux en France ?

    Q2 : En quoi le modèle électrique allemand, beaucoup plus émissif de GES et beaucoup plus cher, plus dépendant des aléas géopolitiques associés aux importations de ressources énergétiques fossiles ainsi que de métaux, dont le cuivre et l’aluminium, serait-il un projet vertueux pour la France dont l’électricité est depuis longtemps très peu carbonée (plus de 90% non carbonée) ?

    Q3 : Comment expliquent-ils l’appel fait à Engie (propriétaire-exploitant des centrales nucléaires belges) par le gouvernement de Belgique de reconsidérer la possibilité de prolonger l’activité de tout ou partie de leurs unités ? Paniquée à l’approche de la date terme d’application des engagements de l’Etat d’abandonner au plus tard en 2025 son parc nucléaire, soit 50% des capacités de production d’électricité du pays, la Belgique n’a d’autres choix que de construire des centrales à gaz pour pallier les faiblesses inhérentes aux ENR et d’importer massivement.

    Q4 : Comment expliquent-ils le renforcement d’intérêt pour le nucléaire d’une dizaine de pays européens et le regain d’intérêt des Pays-Bas et même de l’Italie depuis l’invasion de l’Ukraine ?

    Q5 : Comment expliquent-ils que la GB, pourtant très bien dotée en ENR, éoliennes marines notamment, que les deux candidats veulent multiplier en France au détriment du nucléaire, augmente ses moyens de production nucléaire (2 EPR en construction à Hinkley Point et 2 autres sont en projet à Sizewell) ?

    Q6 : Comment expliquent-ils que les clients particuliers des pays voisins de la France paient leur électricité beaucoup plus cher que leurs homologues français ; jusqu’à 70% plus cher en Allemagne et au Danemark ?

    Q7 : Comment pensent-ils compenser l’abandon du nucléaire (entre 350 et 400 TWh/an), soit 70 à 75% de l’électricité produite en France depuis le début des années 2020, alors que la consommation devrait être accrue d’au moins 40%, plus probablement de 100% en 2050, en proportion de la réindustrialisation du pays, des transferts d’usages des combustibles fossiles vers une énergie sans carbone, sans trop contraindre la consommation, sans laisser filer l’objectif de décarbonation et sans voir les prix flamber ?

    Répondre
  • Un article qui démontre avec talent la partialité d’un tel document qui exprime un point de vue tout à fait acceptable dans une démocratie. Ce qui l’est moins c’est qu’une chaîne parlementaire le diffuse sans débat critique et quelques jours avant une élection présidentielle. Espérons qu’un grand nombre de citoyens ne soient pas abusés par cette insidieuse influence.
    En tout cas les éternels illuminés et acharnés nucléophobes de ce site continuent de se déchaîner et de vomir leur bile à toute pensée qui ne leur sied pas!
    Vive le nucléaire civil français, source d’indépendance et d’une électricité pas trop chère, toujours disponible.

    Répondre
  • Victor: « le nucléaire civil français, source d’indépendance »
    Le jour où l’on saura faire fonctionner de manière fiable des RNR en mode surgénération. Ca n’a jamais été réalisé jusqu’à présent. C’est le principal défi du nucléaire.
    « une électricité pas trop chère »
    Tant qu’il y a de l’U235 pas cher. Je dirais même qu’il ne coûte actuellement quasiment rien par rapport à son pouvoir énergétique, mais étant en quantité limitée, ça ne va pas durer.
    Le principal défi des ENR me semble de faire diminuer le coût du PV jusqu’à pouvoir envisager le stockage à LT par un composé d’hydrogène (le stockage journalier étant à maturité depuis longtemps) ou par la chaleur.
    En attendant, la société se dirige tout droit vers le chaos par ignorance du problème et incohérence totale entre un paradigme consumériste et la nécessité de sobriété.

    Répondre
    • marc il faut vraiment actualiser vos infos car les ENR sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire qui ne fait rien pour le climat car on parle d’energie …

      Répondre
    • @Marc
      Tout à fait d’accord.
      Sauf pour un détail :
      « Le jour où l’on saura faire fonctionner de manière fiable des RNR en mode surgénération. Ça n’a jamais été réalisé jusqu’à présent »
      Si on arrive à faire fonctionner des Réacteurs à Neutrons Rapides (quatrième génération) à l’équilibre, on peut les faire fonctionner aussi en sous génération (pour consommation d’un stock d’uranium militaire par exemple) ou en surgénération.
      A ma connaissance, c’est juste une question de positionnement des écrans en U238 autours du cœur actif.
      Et en fait, ce sera indispensable pour qu’un premier réacteur génère du plutonium pour le réacteur suivant, en plus du plutonium déjà fourni par nos réacteurs actuels.

      Répondre
  • Pour l’électricité nucléaire « pas trop chère », il serait bon de s’informer un peu mieux.

    Dans sa dernière analyse, portant sur l’année 2019, la Cour des comptes indiquait un coût de production de l’électricité nucléaire de 60,8 € ou de 68,4 €/MWh selon le mode de calcul : que celui-ci ne prenne qu’une partie ou la totalité des investissements.

    A l’occasion d’une précédente analyse, une estimation du futur coût de production de l’EPR donnait de 110 à 120 €/MWh sur la base d’un coût de construction inférieur à ce qu’il est déjà aujourd’hui.

    A titre de comparaison, le tarif d’achat actualisé pour le nucléaire EPR qu’EDF construit à Hinkley Point, en Angleterre, est de 115 £/MWh, ce qui est équivalent à 135 €/MWh, le tout en monnaie et au taux de change de 2021.

    Très supérieur au tarif d’achat de l’éolien en mer britannique en cours de construction, lequel produira bien avant le nucléaire EPR.

    Répondre
    • @Marguerite
      Toujours cette comparaison dénuée de sens entre un système pilotable n’émettant pas de CO2, et des éoliennes non pilotables.
      Il conviendrait de comparer le nucléaire, pilotable, au système complet, pilotable, lui aussi, de centrales à gaz, avec CO2, assistées par des éoliennes, comme à Landivisiau.

      Répondre
      • et hop des qu’il y a une connerie à dire c’est notre troll stérile qui débarque et se ridiculise une fois de plus en public 🤣 Pour rester poli, encore une énorme ânerie car en réalité sur le terrain pour pouvoir pallier à l’intermittence du nucléaire on est obligé d’utiliser le peu d’ENR installée en France et de compléter par des importations 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣elles sont ou vos centrales au gaz dont vous délirez stupidement depuis des mois car celle de Landivisiau a bien été installe pour pallier aux défaillances de notre merde polluante de nucléaire et pourra être alimente en bio gaz 🤣 et apprenez enfin les bases du sujet car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire et c’est bien les ENR qui évitent de les faire démarrer trop souvent voire les font fermer 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile ..l’éolien et le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole/ gaz … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
    • Hervé Gueret vous a parfaitement répondu, on ne compare pas du pilotable et de l’intermittent . Si vous rajoutiez les coûts du backup nécessaire à l’équilibre permanent du réseau vous verriez que le prix du MWh nucléaire est tout à fait compétitif ce qui ne veut pas dire qu’il ne faille pas construire de l’éolien offshore mais en tenant compte de la gestion du réseau!

      Répondre
  • Seuls les charlatans du nucléaire parlent de comparer les seules éoliennes (ou le seul solaire) avec un système complet composé de nucléaire et d’autre chose, y compris charbon, fioul et gaz naturel.

    Un système électrique entièrement renouvelable est possible en France en 2050, comprenant plusieurs éléments :

    – une limitation du chauffage électrique, avec le développement des réseaux de chaleur et le stockage intersaisonnier de la chaleur, aussi bien au niveau du réseau de chaleur que d’un quartier ou d’un immeuble.
    https://jenni.ch/files/jenni/inhalte/bilder/4_Publikationen/Fotogalerie/BauprojekteJLAG/9.JPG (documents en français sur le site)

    – un ensemble à la complémentarité saisonnière de production d’électricité renouvelable : hydraulique, éolien, photovoltaïque, biomasse solide, liquide et gazeuse

    – différentes catégories de stockage aux temporalités variées : STEPs, batteries, cryogénie, stockage haute température de la chaleur pour production d’électricité (comparable aux centrales solaires CSP, mais différent), un peu d’hydrogène (à réserver à l’industrie et surtout à ne pas gaspiller pour les transports)

    – une gestion raisonnée des recharges des véhicules électriques et des chauffe-eau électriques, sans l’idiotie du « V2G : vehicule to grid » qui ne fait que gaspiller l’électricité à divers niveaux.

    C’est mieux que le nucléaire assisté par les fossiles et les importations.

    Répondre
    • C’est vrai le rêve tout renouvelable çà aide à survivre pour une verte,
      il a quand même beaucoup de conditions que vous appelez « éléments »
      Rappelez vous qu’avec des si on met Paris en bouteille.

      Répondre
      • Michel DUBUS ouvrez enfin les yeux sur le réel ce n’est pas un rêve mais c’est ce qui se met déjà en place partout dans le monde et c’est confirme par la raison économique et celle du Climat et c’est Urgent …

        Répondre
    • Ma chère Marguerite, d’habitude, vous dites moins de bêtises !!!
      « Seuls les charlatans du nucléaire parlent de comparer les seules éoliennes (ou le seul solaire) avec un système complet composé de nucléaire et d’autre chose, y compris charbon, fioul et gaz naturel. »
      Relisez ce que vous avez écrit trop vite. Disons que ce sont des fautes de frappe LOL
      Les gents sérieux disent que notre réseau électrique doit être alimenté par un système pilotable.
      Et il n’y a pas 36 solutions tant qu’on ne sait pas stocker l’électricité, et ce n’est pas demain la veille.
      – Nucléaire, le plus tôt possible de quatrième génération, assisté par de l’hydraulique pour l’essentiel
      – Centrales à flamme (gaz, charbon), un peu de bio, assistées, lorsque les conditions s’y prêtent, par de l’intermittent, éolien et solaire, éventuellement un peu de marin.
      Qu’il faille économiser, c’est évidemment la base.
      Mais comme on veut électrifier les usages actuels des hydrocarbures, la consommation électrique va s’envoler, peut-être doubler d’ici 2050.
      Qu’on puisse augmenter un peu de STEP et utiliser des batteries pour le très court terme, c’est vrai. En particulier sur quelques heures pour lisser le solaire journalier.
      Pour le reste, vous citez une longue liste pour faire masse, mais qui ne recouvre pas l’énergie nécessaire, soit ne sont aujourd’hui que des idées en l’air.
      Petit exemple :  » une gestion raisonnée des recharges des véhicules électriques »
      On peut certainement jouer un peu sur les heures de charge dans la nuit, mais comme le point faible des voitures électrique est l’autonomie, il est indispensable que ma voiture soit, de façon certaine, chargée à mon départ au travail.
      Et la vôtre aussi, je suppose.

      Bon, ce n’est pas pour vous que j’explique ça, car vous êtes une professionnelle compétente et savez tout ça.
      Mais il vous faut bien satisfaire votre patron LOL

      Répondre
  • Le plaisancier toulonnais ferait bien de se rappeler que, n’ayant jamais eu besoin de le faire, nous n’avons pas gardé les cochons ensemble.

    Pour le reste, ni ses divagations habituelles, ni ses récentes gauloiseries, ni ses hypocrites flatteries ne peuvent cacher l’indigence de ses propos.

    Répondre
    • Oh, non, ma chère marguerite.
      Lorsque je vous dis que vous êtes une professionnelle dans ce secteur, intelligente et compétente, cela n’a rien ni d’une flatterie ni hypocrite, c’est ce que je pense.
      Je pense aussi que vous n’avez ni formation technique ni scientifique, ce qui vous amène à parfois sortir des âneries, mais bien moindre que celles de Rochain, évidemment.
      Probablement une bonne école de commerce.
      Mais je pense aussi que vous défendez des positions par métier, souvent, de toute évidence, sans y croire.
      En général, lorsque je vous répond pour corriger, ce n’est pas à votre usage, mais pour d’autres lecteurs qui pourraient croire vos faux arguments.
      Quant au reste, permettez moi de vous taquiner, vous marchez si bien LOL
      Un vrai plaisir, et nous en avons si peu, dans la vie !!!

      Répondre
  • Un personnage inconvenant, toujours aussi ignorant du domaine énergétique malgré ses prétentions « scientifiques », qui « pense » ce qu’il veut croire pour se donner une importance qu’il n’a pas.

    Répondre
  • Et tout aussi ignorant dans ses prétentions scientifiques, incapable de répondre à une question des plus élémentaires de la physique classique et à qui j’ai eu la naïveté d’envoyer une série des cours d’initiation à la physique quantique que je professe dans certains établissements d’enseignement mais qui n’en n’avait même pas accusé réception et dont il ne m’a pas donné plus de nouvelles depuis. J’ai donc pensé qu’il n’a tout simplement rien compris et à laissé tomber, ce qui ne l’empêche pas de continuer à fanfaronner sur ses supposées connaissances en physique pensant sans doute passer pour un scientifique éclairé auprès des béotiens du domaine. Un pauvre petit bonhomme sorti d’u’e de ces écoles d’ingénieurs où on achète son diplôme grâce à des parents assez riche pour payer plusieurs milliers d’euros pour chaque année d’étude dans cette école ESEO.

    Répondre
  • Bon, Rochain, je ne vous ai pas répondu jusqu’ici, car j’ai été gêné par deux choses !
    Mais puisque vous insistez, allons-y.
    – D’une part la quantité étonnante de fautes d’orthographe, très gênantes à la lecture.
    – D’autre part, autours d’un développement très intéressant sur la manipulation des vecteurs de Feynman pour expliquer l’optique quantique, des interprétations hautement folkloriques.
    Comme par exemple
    – l’utilisation d’ »interférence entre processus indépendants », pour des phénomènes que se produisent aussi bien sur des photons uniques.
    ou « la nature corpusculaire de la lumière rend parfaitement compte des effets d’interférence, et il n’y a donc pas besoin de recourir à une supposée nature ondulatoire » Là, vous niez la dualité onde – corpuscule, ce qui est tout de même fort de café !!!
    Et, la cerise sur le gâteau, vous avez besoin dans vos explications d’introduire l’intrication quantique dans un domaine où elle n’a strictement rien à foutre. (ça fonctionne sur des photons uniques, pas besoin de paires intriquées)
    Faute de comprendre, vous inventez de la physique qui vous permet de retomber sur vos pieds.
    À nouveau, cette optique quantique, base entre autres des figures d’interférences classique sur un écran derrière une plaque muni de deux fentes ou trous, s’explique par une toute autre mécanique, car elle fonctionne parfaitement sur des photons uniques.
    Et la bonne explication est qu’un photon unique passe À LA FOIS par les deux trous, et que la statistique derrière fait apparaître les franges d’interférences classiques (c’est en fait une façon imagée de la superposition d’états).
    Je vous conseille d’aller voir les vidéos sur Sciences Étonnantes,
    https://www.youtube.com/channel/UCaNlbnghtwlsGF-KzAFThqA
    dont celle ci sur la dualité onde – corpuscule.
    https://www.youtube.com/watch?v=iRIJLMstfx4
    Ou sur la superposition quantique :
    https://www.youtube.com/channel/UCaNlbnghtwlsGF-KzAFThqA
    Ou sur les fentes, correctement expliquées :
    https://www.youtube.com/watch?v=zPolTp0ddRg
    Bonne soirée.

    P.S. Quant à vos affirmation de complexé, sans rien savoir de moi :
    « Un pauvre petit bonhomme sorti d’u’e de ces écoles d’ingénieurs où on achète son diplôme grâce à des parents assez riche pour payer plusieurs milliers d’euros pour chaque année d’étude dans cette école ESEO. »
    elle montre que vous restez complexé de façon étonnante, au point d’avoir des comportements humains parfaitement puants.
    Au lieu d’être fier de votre trajectoire.
    C’est triste.
    Sincère salutations.

    Répondre
  • Bon, Rochain, je ne vous ai pas répondu jusqu’ici, car j’ai été gêné par deux choses !
    Mais puisque vous insistez, allons-y.
    – D’une part la quantité étonnante de fautes d’orthographe, très gênantes à la lecture.
    – D’autre part, autours d’un développement très intéressant sur la manipulation des vecteurs de Feynman pour expliquer l’optique quantique, des interprétations hautement folkloriques.
    Comme par exemple
    – l’utilisation d’ »interférence entre processus indépendants », pour des phénomènes que se produisent aussi bien sur des photons uniques.
    ou « la nature corpusculaire de la lumière rend parfaitement compte des effets d’interférence, et il n’y a donc pas besoin de recourir à une supposée nature ondulatoire » Là, vous niez la dualité onde – corpuscule, ce qui est tout de même fort de café !!!
    Et, la cerise sur le gâteau, vous avez besoin dans vos explications d’introduire l’intrication quantique dans un domaine où elle n’a strictement rien à foutre. (ça fonctionne sur des photons uniques, pas des paires intriquées)
    Faute de comprendre, vous inventez de la physique qui vous permet de retomber sur vos pieds.
    À nouveau, cette optique quantique, base entre autres des figures d’interférences classique sur un écran derrière une plaque muni de deux fentes ou trous, s’explique par une toute autre mécanique, car elle fonctionne parfaitement sur des photons uniques.
    Et la bonne explication est qu’un photon unique passe À LA FOIS par les deux trous, et que la statistique derrière fait apparaître les franges d’interférences classiques (c’est en fait une façon imagée de la superposition d’états).

    Répondre
    • C’est bien ce ce que je disais vous n’avez rien compris et certainement alors que feynmann qui ne dit pas autre chose que ce que je n’ai fait reprendre dans son cours était un imbécile lui aussi, ainsi que Tomonaga et Schwinger tous trois proix Nobel de physique 1965 pour leurs travaux sur l’électrodynamique quantique et non sur l’optique quantique comme vous dites. Vous ne faites que vous raccrocher à une théorie ancienne de la dualité onde corpuscule qui ne représente que ce que l’on pouvait expliquer antérieurerment selon l’expérience réalisée, sans que cela implique que le photon soit lui même de cette double nature. C’était justement la découverte fondamentale de l’électromécanique quantique que vous n’avez pas compris comme je m’y attendais. et votre dyatribe n’est que le reflet de votre ugnorance générale telle qu’on la découvre dans vos posts sur ce forum. Je vais donc m’en tenir à ma conduite vis à vis de l’ignorant vaniteux que vous êtes au point de toiser du haut de votre bétise le travail de trois prix Nobels de physique….. le silence !
      .

      Répondre
  • P.S. Quant à vos affirmations de complexé, sans rien savoir de moi :
    « Un pauvre petit bonhomme sorti d’u’e de ces écoles d’ingénieurs où on achète son diplôme grâce à des parents assez riche pour payer plusieurs milliers d’euros pour chaque année d’étude dans cette école ESEO. »
    elle montre que vous restez complexé de façon étonnante, au point d’avoir des comportements humains parfaitement puants.
    Au lieu d’être fier de votre trajectoire.
    C’est triste.
    Sincère salutations.

    Répondre
  • P.S. J’ai rajouté des liens sur le site de Science Étonnante de David Louapre (les liens bloquent)
    Site absolument magnifique en vulgarisation scientifique.
    Voir en particulier la présentation sur
    – la dualité onde corpuscule,
    – la superposition quantique, et
    – les fentes de Young, sous le titre « La Plus Belle Expérience de la Physique »
    Bonne lecture

    Répondre
    • Merci on connais ça depuiis longtemps, les fentes de Young et Newton,ça date (comme vous), et depuis 1965 c’est devenu faux, et au mieux une intermprétation abusive reposant sur une incompréhension du phénomène.

      Répondre
      • Le problème de fond, ces expériences que vous tentez d’expliquer fonctionnent avec des photons, uniques.
        Ce qui est contraire à vos explications laborieuses, allant jusqu’au besoin d’intrication LOL.
        Inutile d’en rajouter.

        Et votre orthographe est au même niveau :
        Juste les premières :
        « un outil qui n’a pas révéler toutes ses possibilités à ce jour » révélé
        « Changez se point de vue et tout devient clair. Mesurer le temps avec un double décimètre » ce
        « Les différentes vérités que je viens d’énumérer (et bien d’autres) ont façonner notre processus mental » façonné
        « et si elles nous facilite la vie dans notre quotidien elle nous empêchent » facilitent elles

        Répondre
  • Encore un retraité du nucléaire qui inverse la réalité pour les besoins de sa propagande.

    En février 2012, la « production effective » n’a pas été de 102.000 MW au maximum et la consommation n’est pas de 90.000 MW en hiver (puissance).

    Le 8 février 2012, au maximum historique de 19h, c’est la consommation qui a atteint 102.100 MW de puissance, dont 40 % due au chauffage électrique selon RTE.

    En puissance toujours, la production totale a été de 94.700 MW, complétée par 7.400 MW d’importation.

    Le nucléaire n’a produit que 59.500 MW (58 % de la consommation) avec un facteur de charge de 94 %. Les fossiles ont compté pour 18.700 MW et l’hydraulique pour 16.500 MW.

    Répondre
  • En Allemagne, le contenu carbone de l’électricité est passé de 483 g à 338 g CO2/kWh entre 2010 et 2019. Nettement mieux que la Tchéquie avec ses 431 g CO2/kWh en 2019 malgré son électricité à 36 % nucléaire.

    Car si la production d’électricité nucléaire a baissé de 66 TWh en Allemagne entre ces deux date, celle des fossiles a baissé de 95 TWh. Dans le même temps, l’électricité renouvelable a augmenté de 137 TWh.

    La réalité, c’est cette tendance, quelles que soient les oscillations autour de celle-ci, dues à des causes diverses.

    Pour un consommateur résidentiel moyen (source Eurostat), le tarif toutes taxes et prélèvements compris a été plus élevé de 57 % en 2020 pour un allemand que pour un français (et pas 70 %). Depuis 2010, ce tarif n’a augmenté que de 26 % en Allemagne contre 46 % en France.

    Pour le tarif « hors taxes et prélèvements », l’écart n’est que de 14 % en 2020.

    Répondre
  • Que l’Allemagne décale d’un an ou deux les prochaines fermetures de centrales thermiques au charbon ne l’empêchera sans doute pas de respecter le programme prévu de fermeture de toutes les centrales.

    Modeste décalage qui n’aura pas d’influence sur les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) auxquelles la production d’électricité (seule) ne contribue que pour 20,4 %.

    Comme on le constate, ce n’est pas le nucléaire, dont la production mondiale est inférieure en 2019, en 2020 et en 2021 à ce qu’elle était en 2006 qui va faire baisser les émissions de GES.

    Avec une production d’électricité nucléaire estimée à 295-315 TWh en 2022 et 300-330 TWh en 2023, selon EDF, contre 360 TWh en 2021 et 335 TWh en 2020, le contenu carbone de l’électricité française est appelé à augmenter et les exportations à se réduire, malgré la croissance des énergies renouvelables.

    Répondre
  • Le retraité laudateur du nucléaire ferait bien de s’informer auprès de sources sérieuses pour les coûts de production respectifs du nucléaire et des énergies renouvelables, éolien et photovoltaïque entre autres, sachant que ceux de l’hydraulique sont déjà et depuis longtemps inférieurs à ceux du nucléaire.

    Dans sa plus récente analyse, la Cour des comptes indiquait que le coût complet de production du nucléaire était de 60,8 € à 68,4 €/MWh (pour l’année 2019), selon l’étendue des investissements retenus.

    Depuis plus de trois ans, les appels d’offres conduisent à un tarif de référence de 60 à 65 €/MWh pour l’éolien terrestre et de 55 €/MWh pour les grands parcs photovoltaïques. Ce tarif de référence sert au calcul du complément de rémunération, positif OU négatif, calculé chaque mois par la CRE.

    Actuellement, depuis juin 2021, la « subvention » est très largement négative, comme cela a été montré en détail par ailleurs.

    A comparer au tarif d’achat actualisé du nucléaire EPR qu’EDF construit à Hinkley Point, de 115 £/MWh et équivalent à 135 €/MWh en 2021.

    Répondre
    • Sacrée Marguerite, toujours à comparer les prix du nucléaire pilotable aux renouvelables intermittents.
      Elle le sait bien, mais elle fait son job.

      Répondre
  • Autre mensonge du retraité d’EDF, aucun réacteur nucléaire américain n’a dépassé les 60 ans d’activité.

    Le plus ancien réacteur américain en activité, Nine Mile Point-1, a été connecté en novembre 1969. Ce qui ne lui fait que 52 ans.

    Prolonger une licence ne garanti pas que le réacteurs restera en activité le temps attribué. Au cours des dix dernières années, malgré une licence prolongée à 60 ans (ou en cours d’instruction), douze réacteurs ont du fermer bien avant, entre 30 ans et 49 ans. Liste déjà indiquée, à laquelle manquait Indian Point-3 arrêté en 2021, à 45 ans.

    Cependant, plusieurs réacteurs sans viabilité économique reçoivent des subventions pour garder la tête hors de l’eau, dans plusieurs États : Illinois, New-York, Ohio, New-Jersey, Connecticut, Pennsylvanie.

    Et comme cela a déjà été dit, les cuves des réacteurs français sont soumises à des contraintes que les réacteurs américains ne subissent pas, et qui fragilise les cuves plus rapidement.

    Le béton des enceintes de confinement serait aussi à surveiller de près pour que l’on ne s’aperçoive pas trop tard d’une délamination, ce qui a conduit à l’arrêt définitif de Crystal River-3.

    Répondre
  • Si 92 % de l’électricité française produite en France a été décarbonée en 2021, la part du nucléaire n’est que de 69 %. Celle des énergies renouvelables y est de 23 %, répartie à égalité entre l’hydraulique et les autres énergies renouvelables.

    En 2022, la part du nucléaire aura diminué (production réduite à 295-315 TWh) et celle des renouvelables aura augmenté.

    L’EPR de Flamanville n’est pas un prototype. Sa construction a commencé en décembre 2007, plus de deux ans après Olkiluoto-3 en Finlande, commencé en août 2005.

    Déjà, il a fallu plus de seize ans de travaux pour Chooz B-1 avant sa mise en service commercial en mai 2000. Pourtant, lors du début de sa construction, en janvier 1984, l’industrie française disposait de tout « son potentiel en compétences et en moyens matériels ». Le dernier de la série, Civaux-2, a encore eu besoin de 11 ans de travaux avant d’être accepté en avril 2002.

    Pour Taïchan-1, à l’arrêt depuis de longs moins, la cause pourrait être un défaut de conception de la cuve, mis en évidence dès 2007, ce qui entraînerait des dégradations sur les assemblages de combustible.

    https://www.ma-zone-controlee.com/epr-laccident-de-taishan-serait-du-a-un-defaut-de-conception-de-la-cuve/

    A Hinkley Point, c’est retard et dérive du coût de construction.

    La mise en service effective d’éventuels EPR-2 s’étalerait de 2040 pour le premier à 2051 pour le sixième. En 2050, la plupart des réacteurs actuels auront disparu. La cuve, la cuve bien sûr.

    Répondre
  • Maintenant, le retraité d’EDF va nous expliquer quelle capacité nucléaire il compte voir construire, pour une mise en service en 2050, afin de satisfaire 50 % ou 70 % d’une consommation de 650 à 750 TWh envisagée par RTE pour 2050.

    Sachant que la plupart, sinon la totalité, des réacteurs actuels auront quitté la scène.

    Et que pense t-il de l’estimation de l’Agence internationale de l’énergie, selon laquelle les renouvelables pourraient produire 88 % de l’électricité mondiale en 2050 (dont 68 % par le solaire et l’éolien) et le nucléaire seulement 8 % ?

    Répondre
    • Je salue l’opiniatreté de Marguerite à démonter les arguments fallacieux de Desplanches. Comme je le signalais dans on unique réponse ne reprenant que le premier mensonge de la longue liste de son article, l’ampleur de la tâche était telle que je n’avais choisi que de démontrer que le premier de ces mensonges éhontés, comptant sur l’intelligence des membres du forum pour comprendre que l’article n’était constitué que du même tissu de contres-vérités.
      Marguerite a eu à coeur de les reprendre point par point et je ne peux que l’en féliciter car c’est un énorme travail de recherche de trouver les preuves sans se contenter de simplement déclarer que les alégations de Desplanches ne sont qu’un empilement de mensonges.
      Bravo encore Marguerite pour votre investissement dans la recherche de la vérité.

      Répondre
      • Sacré Rochain !!!
        « Comme je le signalais dans on unique réponse ne reprenant que le premier mensonge de la longue liste de son article »
        Votre unique réponse était :

        « Serge Rochain 11.04.2022
        Il fallait s’y attendre de la part de Desgrange…. un chapelet de fakes news, et de contrevérités comme d’habitude.
        Pratiquement chaque phrase est une cvontreverité… on pourrait toutes les prendre une à une ! »

        Et je ne vous ai jamais vu en reprendre une seule.
        Notez que cela ne m’étonne pas, car cet article est d’une rare qualité.
        Brillant.

        Répondre
    • Hélas, Marguerite, vous avez bien raison, les actions à courte vue de nos politiciens, par manque de courage et d’esprit de service de la nation, ont conduit à un retard dans les nouveaux développements du nucléaire.
      Il convient donc de relancer un plan ambitieux, visant une cinquantaine de réacteurs, et le plus vite possible de quatrième génération, surgénérateurs.
      Et en attendant, construire des ensembles « centrales à gaz plus intermittents (éolien et solaire) pour faire le joint.
      Comme on a commencé à le faire avec la nouvelle centrale à gaz de Landivisiau, assistée pour les jours sans vent par les éoliennes en mer de Bretagne Nord.
      Lorsque ces machins seront en fin de vie,dans 20 ou 25 ans, on aura remis notre industrie nucléaire au niveau qu’elle n’aurait jamais dû perdre, et on les remplacera par d’autres réacteurs.

      Répondre
      • et hop des qu’il y a une connerie à dire c’est notre troll stérile qui débarque et se ridiculise une fois de plus en public 🤣 Pour rester poli, encore une énorme ânerie car en réalité sur le terrain pour pouvoir pallier à l’intermittence du nucléaire on est obligé d’utiliser le peu d’ENR installée en France et de compléter par des importations 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣elles sont ou vos centrales au gaz dont vous délirez stupidement depuis des mois car celle de Landivisiau a bien été installe pour pallier aux défaillances de notre merde polluante de nucléaire et pourra être alimente en bio gaz 🤣 et apprenez enfin les bases du sujet car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire et c’est bien les ENR qui évitent de les faire démarrer trop souvent voire les font fermer 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile ..l’éolien et le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole/ gaz … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
          • Hervé Gueret vous avez des idées de la préhistoire moi je parle de faits , de terrain , de ce qui se fait déjà et des avancés que tout le monde peut très facilement vérifier et vous restez toujours dans les très vielles théories foireuses pour gogos en les ânonnant stupidement et en vous ridiculisant toujours plus en public sans arriver à ouvrir les yeux sur le réel du terrain

  • Mais oui, mon petit canard écervelé.
    « d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire » !!!
    Quoi, à part l’hydraulique, de bonne puissance ?

    « l’éolien et le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets »
    Ma foi, pour les jours de météo défavorable, la majorité du temps, donc, vous proposez quoi, capable de fournir sue l’année l’énergie nécessaire ?

    « notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… »
    Vous pouvez préciser les ravages du nucléaire sur la faune et la flore (qui se portent comme un charme dans ce qui est devenu la réserve naturelle de Tchernobyl LOL)
    Quant à l’être humain, beaucoup moins de morts à Tchernobyl que par les fumées des centrales à charbon, et vous n’en parlez jamais,
    Et pour Fukushima, zéro mort, zéro cancer.
    Donc, pourriez-vous préciser de quoi vous parlez avant de reprendre vos copier-coller débiles ?

    Et réfléchir un peu et parler concepts, si vous en êtes capable, argumenter pour démolir ces évidences :
    Nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
    1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
    2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales pilotables en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
    Et ces centrales pilotables sont en général à gaz, « moins pires » pour le climat

    Et ne venez pas radoter que « tout le monde peut très facilement vérifier » que vous avez raison.

    Répondre
    • Hervé Gueret ça fait juste partie des bases élémentaires du sujet et vous confirmez bien vous ne les connaissez même pas et que vous ne voulez pas les apprendre car on vous les a détaillé des très nombreuses fois face à toutes vos inepties de gogos stériles et vosu les niez stupidement sans même essayer de vérifier alors que c’est à la portée de n’importe qui …

      RE : et hop des qu’il y a une connerie à dire c’est notre troll stérile qui débarque et se ridiculise une fois de plus en public 🤣 Pour rester poli, encore une énorme ânerie car en réalité sur le terrain pour pouvoir pallier à l’intermittence du nucléaire on est obligé d’utiliser le peu d’ENR installée en France et de compléter par des importations 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣elles sont ou vos centrales au gaz dont vous délirez stupidement depuis des mois car celle de Landivisiau a bien été installe pour pallier aux défaillances de notre merde polluante de nucléaire et pourra être alimente en bio gaz 🤣 et apprenez enfin les bases du sujet car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire et c’est bien les ENR qui évitent de les faire démarrer trop souvent voire les font fermer 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile ..l’éolien et le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole/ gaz … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
    • Hervé Guéret mais si vous réfléchissiez ça se saurait .. 🤣🤣 et vous ouvriez enfin les yeux sur vos inepties et la réalité du terrain au lieu de vous ridiculiser constamment en public car vous ne connaissez même pas les bases du sujet une fois sortie des vieux canulars périmés pour gogos de votre gourou … 🤣🤣 alors elles sont ou vos nouvelles centrales au gaz alors que l’Europe cherche à s’en sortir au plus vite grâce aux ENR 🤣🤣 allez continuer à faire rire le monde entier vous ne servez qu’à ça . 🤣🤣

      Répondre
  • « alors elles sont ou vos nouvelles centrales au gaz alors que l’Europe cherche à s’en sortir au plus vite grâce aux ENR »
    L’ennui, avec les EnRi, c’est qu’elles sont intermittentes.
    Et lorsque vous avez ces EnR intermittentes, si vous voulez garantir l’alimentation du réseau électrique, vous avez besoin, à l’évidence de centrales pilotables en parallèle.
    Dans un cas comme l’Allemagne, vous les avez déjà, lignite, charbon, gaz, et vous devez donc regarder le problème à l’envers.
    La base, ce sont les pilotable, et lorsque le vent souffle assez, et le soleil brille, les intermittents font économiser de la création de CO2.
    En France, le nucléaire plus le peu d’hydraulique, plus un peu de gaz et charbon, tous pilotables, suffisent
    Lorsque la météo est favorable, on va ralentir les pilotables.
    Si on ralentit nos gaz et charbon, c’est bien, toujours ça de gagné, mais, hélas, on ralentit aussi du nucléaire, ce qui est strictement inutile, sauf pour les exploitants qui s’en mettent plein les fouilles.
    Et comme on doit augmenter la production, on rajoute la centrale de Landivisiau accompagnée par les éoliens marins en Bretagne Nord.
    Logique, non ??? LOL

    Le problème, c’est que, comme c’est contraire à votre religion, vous n’allez même pas chercher à comprendre.
    A supposer que vous en soyez capable, ce qui n’est pas gagné.

    Bon, je suppose que vous ne serez pas capable de réfléchir, et me répondrez dans les 30 secondes.
    Pas grave.

    Faites en paix de beaux rêves en écoutant Brassens :

    Brassens Le Mécréant

    Répondre
    • Hervé Guéret le pauvre taré d’irradie de troll stérile qui n’arrive même pas à apprendre les bases du sujet et à actualiser ses maigres connaissances qui datent de la préhistoire et qui n’a même pas un peu de personnalité pour vérifier toutes les infos qu’on lui fournit et qui préfère s’enfoncer toujours plus dans le ridicule …

      Hervé Gueret ça fait juste partie des bases élémentaires du sujet et vous confirmez bien vous ne les connaissez même pas et que vous ne voulez pas les apprendre car on vous les a détaillé des très nombreuses fois face à toutes vos inepties de gogos stériles et vosu les niez stupidement sans même essayer de vérifier alors que c’est à la portée de n’importe qui …

      RE : et hop des qu’il y a une connerie à dire c’est notre troll stérile qui débarque et se ridiculise une fois de plus en public 🤣 Pour rester poli, encore une énorme ânerie car en réalité sur le terrain pour pouvoir pallier à l’intermittence du nucléaire on est obligé d’utiliser le peu d’ENR installée en France et de compléter par des importations 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣elles sont ou vos centrales au gaz dont vous délirez stupidement depuis des mois car celle de Landivisiau a bien été installe pour pallier aux défaillances de notre merde polluante de nucléaire et pourra être alimente en bio gaz 🤣 et apprenez enfin les bases du sujet car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire et c’est bien les ENR qui évitent de les faire démarrer trop souvent voire les font fermer 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile ..l’éolien et le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole/ gaz … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
  • Bla bla bla.
    Bon, j’aurai essayé de lui faire comprendre.
    Mais à l’impossible, nul n’est tenu LOL

    Le mécréant

    Est-il en notre temps rien de plus odieux
    De plus désespérant, que de n’pas croire en Dieu?
    J’voudrais avoir la foi, la foi d’mon charbonnier
    Qui est heureux comme un pape et con comme un panier
    Mon voisin du dessus, un certain Blaise Pascal
    M’a gentiment donné ce conseil amical
    Mettez-vous à genoux, priez et implorez
    Faites semblant de croire, et bientôt vous croirez

    Répondre
    • Hervé Guéret le pauvre taré d’irradie de troll stérile qui n’arrive même pas à apprendre les bases du sujet et à actualiser ses maigres connaissances qui datent de la préhistoire et qui n’a même pas un peu de personnalité pour vérifier toutes les infos qu’on lui fournit et qui préfère s’enfoncer toujours plus dans le ridicule …

      Le problème, c’est que, comme c’est contraire à votre religion, uen fois de plus vous n’avez même pas chercher à lire et à comprendre.
      A supposer que vous en soyez capable, ce qui est impossible vu vos délires de trolls stériles de la préhistoire qui n’arrive pas à évoluer avec son temps et à ouvrir les yeux sur le réel car il n’en a pas reçu l’ordre de son gourou JMJ et n’a aucune personnalité pour vérifier quoi que ce soit ….

      Répondre
  • Je n’étais pas venu depuis longtemps. Les échanges d’injures entre séniles ne m’intéressaient plus.
    C’est bien de la sénilité de traiter constamment de troll celui qui n’est pas de votre avis, car enfin c’est tout au plus un ahuri débile, n’est-ce pas ?

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective