Energie: Poutine tacle l’idée “étrange” de se passer du gaz

Le risque d’un retour aux “grottes”: le président russe Vladimir Poutine s’est moqué mercredi des appels qui se multiplient en Europe pour réduire la dépendance aux énergies fossiles, notamment du gaz dont la Russie est l’un des principaux fournisseurs.

Interrogé lors d’un forum économique à Moscou sur la volonté affichée par certains Européens de ne plus utiliser de gaz, Vladimir Poutine a jugé que se passer d’une “énergie aussi propre” était “une idée absolument étrange”.

“En défendant ce genre de propositions, il me semble que l’humanité peut retourner vivre dans des grottes parce qu’elle ne consommera plus rien”, a poursuivi le président russe, qui répondait à une question de la présidente du groupe pétrolier et gazier italien Eni, Emma Marcegagli.

La banque d’investissement de l’Union européenne a proposé la semaine dernière de stopper le financement de projets liés aux énergies fossiles à partir de 2022.

“Etant donné la technologie actuelle, l’humanité ne pourra pas survivre et préserver sa civilisation sans hydrocarbures et sans énergie nucléaire ou hydraulique”, a estimé Vladimir Poutine, qui a soutenu que la balance énergétique russe était l’une des “plus vertes au monde”.

M. Poutine a aussi qualifié de “barbare, sans exagération”, l’extraction du pétrole de schiste, interdite dans de nombreux pays mais par exemple autorisée aux Etats-Unis.

“Dans certains endroits où a lieu cette extraction, ce n’est pas de l’eau qui sort du robinet mais de la boue”, a-t-il affirmé en assurant qu’elle “détruit l’environnement” et que la Russie “ne fera jamais ça”.
rco/tbm/nas

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Bon, il défend son bien le plus précieux Vladimir et il le fait à sa manière, donc en force. Ceci étant, en ce moment même, nous consommons pas mal de gaz nat et nous importons beaucoup d’électricité tres carbonée.
    Circonstances exceptionnelles bien sûr, mais pas tant que ça à bien y réfléchir. Il sera tres difficile de se passer totalement de gaz naturel en 2022. C’est infiniment regrettable, mais c’est.
    Au passage, si l’on continue à injecter dans le réseau du biogaz ou du syngas, ou de l’hydrogene, en 2022 donc, le réseau actuel serait uniquement alimenté par ces 3 sources. est-ce bien réaliste?

    Répondre
  • Avatar

    En investissant dans le biogaz, on pourra se passer du gaz naturel, mais il faudrait arréter de faire semblant d’investir dans les ENR et notamment le biogaz.
    Je ne savais pas que nous importions de l’électricité de Pologne.

    Répondre
  • Avatar

    Serge Rochain, ai-je bien compris votre message ? Vous voulez dire qu’il faut arrêter de faire semblant d’investir dans les ENR. Lu en creux, ça veut dire qu’il faut investir massivement dans les ENR et notamment dans le biogaz. C’est bien ça ? Auquel cas nous sommes d’accord.
    Par contre, ce biogaz est aujourd’hui à 90% injecté dans le réseau parce que l’état subventionne ce mode de valorisation et une grande partie de ce gaz va être utilisé pour satisfaire des besoins de chaleur et d’ailleurs une partie de ce gaz reviendra sur le site même d’injection pour satisfaire les besoins de chaleur du méthaniseur.
    Le développement de la cogénération in situ s’en est trouvé gravement affecté parce qu’il est bien plus intéressant (mais pour qui ?) de faire de l’injection, très bien payée, dans le réseau de gaz. Le bon système n’aurait-il pas été, dans la logique des circuits courts, d’installer une cogénération dont l’électricité serait d’abord auto-consommée sur site, exportée sur le réseau ERDF pour la partie non consommée, et dimensionnée pour que la chaleur récupérée corresponde exactement aux besoins thermiques du méthaniseur. Enfin, il restera alors un excédent de biogaz qu’il sera logique d’injecter sur le réseau de gaz.
    La même logique pourrait être appliquée pour mes installations de gazéIfication thermo-chimique, qui produiraient également du syngas (qu’on pourrait tout aussi bien appeler biogaz au passage. Si ça pouvait nous apporter les mêmes avantages que le biogaz de méthanisation, quel bonheur !). La transformation des excédents de syngas pourraient être “méthanés”et injectés sur le réseau de gaz. C’est gaz et électricité à tous les étages. Au passage, et c’est se qui se passe en ce moment particulier, on dépenserait un peu moins d’argent en important moins d’électricité dont la couleur des électrons est gris foncé, tres foncé. Je ne vois pas ce qui s’oppose à ça, enfin si, je vois bien, mais il me semble qu’un tel dispositif est énergétiquement parlant tres efficace. Si je me trompe parce que j’ai sous-estimé un paramètre, dites le moi. J’accepte bien volontiers d’avoir tort, mais il faut me le démontrer.

    Répondre
  • Avatar

    En la matière je ne fais pas de blabla avec des SI
    J’agis :
    LE PRESENT CONTRAT EST CONCLU ENTRE LES SOUSSIGNES :
    DESIGNATION DE L’EMPRUNTEUR
    Metha Sauville, SARL au capital de 20 000 €, immatriculée au registre du commerce et des
    sociétés de Sedan sous le numéro 821 386 901 00010, dont le siège social se situe Route
    de Rocroi, Site industriel de Signy-l’Abbaye 08460 Signy-l’Abbaye représentée par
    Clément COURTEHOUX en qualité de Gérant;
    ci-après désignée l’«Emprunteur» ou le «Porteur de Projet»
    DESIGNATION DU PRETEUR
    Serge ROCHAIN,………..

    Répondre
  • Avatar

    Bien sûr qu’il faut investir dans le biogaz, et massivement. Nous avons pris un retard considérable comme dans toutes les ENR mais celle-là est certainement la plus négligée, le besoin de chaleur, par exemple, n’est pas moins important que le besoin d’électricité, j’ajouterai même qu’il est pire car aujourd’hui il est essentiellement satisfait par du fossile. Le besoin en électricité est satisfait par le nucléaire en grande partie, mais s’il ne dégage que très très peu de CO2 il a tout de même d’autres gros inconvénients dont il faudra se débarrasser un jour aussi.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective