L’électricité noire allemande tue 200.000 personnes par an (Tribune)

Depuis plus de 20 ans, le taux de mortalité de l’Allemagne (presque 12 décès pour 1000 habitants en 2018) est supérieur de plus de 20 % à celui de la France (environ 9 décès par an pour 1000 habitants) et de la plupart des pays d’Europe.

De surcroit, cet écart se creuse, malgré le développement des sources d’électricité dites « vertes » telles que les éoliennes et les panneaux photovoltaïques.

Une explication plausible, rarement soulignée, est la pollution atmosphérique causée par les centrales à charbon et à gaz de l’Allemagne qui constituent toujours l’essentiel (60%) de sa production d’électricité.

C’est l’électricité noire (majoritaire) cachée sous le vernis affiché de sa couleur verte.

Voyage au-dessus d’un scandale humain couvert par une omerta médiatique.

Le taux de mortalité

Toutes causes confondues, près d’un million de décès est enregistré chaque année en Allemagne pour une population d’environ de 83 millions d’habitants. L’espérance de vie y est de 81,1 ans (hommes et femmes). En France, l’espérance de vie est de 82,7 ans pour 67 millions d’habitants.

Entre 2000 et 2019, l’écart des décès pour 1000 habitants entre l’Allemagne et la France est passé de 1,6 à 2,6 (voir graphique issu de indexmundi.com), ce qui représente 216.000 morts supplémentaires chaque année en Allemagne.

Et ce chiffre augmente en moyenne de 4000 morts de plus chaque année.

A raison d’environ 200.000 morts supplémentaires par an, la politique énergétique de l’Allemagne reposant essentiellement sur du charbon allemand et du gaz russe a probablement tué environ 4 millions de personnes sur 20 ans, mais presque personne ne s’en préoccupe.

Un sujet tabou

Hormis quelques pays d’Europe centrale et de l’est (Serbie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Russie et Etats baltes), l’Allemagne est le plus mauvais élève au classement de la mortalité. Et ce phénomène ancien n’a fait l’objet d’aucune étude sérieuse.

D’où vient ce silence sur un sujet de santé publique aussi important ? Pourquoi personne n’a cherché à définir les causes de ces 200.000 morts supplémentaires par an en Allemagne ?

En France et en Allemagne, la plupart des facteurs de mortalité sont communs et entraînent des conséquences proportionnelles à la population.

La mortalité routière est plus importante en France (87,9 tués par million d’habitants) qu’en Allemagne (64,8).

La durée du travail est légèrement plus élevée en Allemagne (1580 heures contre 1521). La durée hebdomadaire est paradoxalement inversée (34,8 h contre 36,3 h) mais il y a plus de jours fériés. Il n’y a pas là de quoi expliquer une différence sur la durée de vie.

Le tabagisme est légèrement plus important en Allemagne qu’en France (30,3 % contre 27,6 % chez les plus de 15 ans). Le nombre de décès induits varie beaucoup selon l’origine de la source. L’évaluation est difficile car ces cancers sont du même type que ceux engendrés par la pollution de l’air. Sur la base de 75.000 décès par an en France, la différence est d’environ 2000 décès supplémentaires en Allemagne par an dus au tabagisme.

La consommation d’alcool est également plus forte outre-Rhin (13,4 litres/habitant/an contre 12,6 litres en France), mais cette différence n’est pas significative.

Les dépenses de santé sont 15 % plus élevées en Allemagne qu’en France (4459 € par habitant et par an contre « seulement » 3883 €). Peut-être à cause de ce surcroît de maladies et de mortalité.

Les véhicules diésels sont souvent stigmatisés. Or, le pourcentage de véhicules diésels en France est supérieur à celui de l’Allemagne (39% contre 32%). Comme il y a plus de voitures au total en Allemagne, le nombre de voitures diésels est cependant équivalent.

La surmortalité allemande ne peut donc pas venir du diésel, ni de l’automobile en général.

Les mines de charbonencore présentes, et toujours programmées sur le sol allemand, sont pour la plupart à ciel ouvert et les taux de mortalité à long terme (au-delà des accidents locaux) ne sont pas connus.

Cependant, rien dans ce panorama ne peut expliquer sérieusement les 200.000 morts supplémentaires par an.

Les articles de presse, peu étayés, admettent souvent l’incidence de la pollution atmosphérique sur la mortalité en évoquant des ordres de grandeur allant de 10.000 à 30.000 décès par an. Seul un article de touteleurope.eu du 07 juin 2018 évoque: « 227.000 morts par cancer du poumon en Allemagne », sans préciser l’origine de ces cancers.

La Société allemande pour la pneumologie (DGP) estime que 6000 Allemands meurent prématurément chaque année des suites du contact avec le dioxyde d’azote et 60.000 à cause des particules fines.

La focalisation de l’attention sur les rejets de CO2 pour le réchauffement climatique a occulté les autres types de pollution. En particulier les gaz nocifs (NOx, SOx, O3, …) et les particules fines du charbon (terme englobant le lignite encore plus sale).

De nombreuses villes en Allemagne ont des taux moyens de pollution aux particules fines qui dépassent le seuil du classement de l’Organisation mondiale pour la santé (OMS) de 50 microgrammes par m3 (μg/m3) d’air pour les PM10 (moins de 10 microns (μm)). Des pointes à 100 μg/m3 et au-delà, ne sont pas rares.

Et rien n’est indiqué pour les particules encore plus fines (moins de 2,5 μm) bien plus nocives, voire des ultrafines (moins de 0,1 μm), dont les statistiques, focalisées sur les voies respiratoires, ignorent l’incidence sur le système cardio-vasculaire.

Les rejets de gaz nocifs et de particules fines constituent donc probablement l’une des principales sources de mortalité.

De plus, s’y ajoute une pollution de surface due au charbon (effluents de lavage, boues et cendres) dont l’accumulation pourrait aussi expliquer ce taux de mortalité supérieur à celui de la France.

Origine de la pollution

La majeure partie des rejets nocifs de particules fines outre-Rhin est issue des centrales à charbon, dont la production s’est à peine ralentie passant de 65% en 2000 à 60% en 2019 malgré l’accroissement des énergies dites renouvelables.

Deux explications à ce paradoxe :

  • l’accroissement des besoins en électricité : l’Allemagne a consommé 500 térawattheures (TWh) durant l’année 2000 et un peu plus de 600 TWh en 2019 (+20%) ;
  • le charbon et le gaz ont compensé en partie la diminution de la production du nucléaire de 170 TWh/an en 2000 à 75 TWh en 2019, car les sources pilotables sont nécessaires pour corriger les variations fatales de l’éolien et du solaire.

Le besoin en sources pilotables a essentiellement été alimenté par l’apport du gaz russe qui a fourni 90 TWh en 2018 contre 35 TWh en 2000. La combustion du gaz n’est peut-être pas moins toxique que le charbon car elle rejette outre du CO2 (600 g/kWh contre 1000 g/kWh pour le charbon et 1200 pour le lignite), des gaz nocifs (méthane, H2S, SO2) et des particules fines.

Et cette grave pollution allemande s’exporte bien. L’Europe’s Dark Cloud (le nuage noir de l’Europe) ne s’arrête pas non plus aux frontières. Bien que protégée par les vents d’ouest dominants, la France, y est soumise.

Cerise sur le gâteau, l’Allemagne va inaugurer en 2020 une nouvelle centrale à charbon de 1000 MW en Rhénanie. Et ce pays prétend sortir du charbon en 2038. Vous y croyez vraiment ? D’ici là, plusieurs gouvernements allemands se seront succédés.

La politique énergétique allemande reposant essentiellement sur du charbon et du gaz permettant le développement des énergies renouvelables (pour des motifs électoraux) est probablement la principale responsable de 200.000 morts de plus par an en Allemagne, et probablement aussi hors de ses frontières.

Le tribunal de Nuremberg a jugé les crimes de la dernière guerre mondiale. Mais le tribunal international de La Haye ne sera jamais saisi pour faire comparaitre les responsables allemands de cette politique énergétique qui a vraisemblablement provoquée cette hécatombe d’environ 4 millions de décès prématurés en 20 ans.

Il restera peut-être le tribunal de l’Histoire…

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Il est incontestable que la production d’électricité qui utilise beaucoup de lignite (charbon sale) et entraîne une pollution très élevée en particules fines, contribue à l’accroissement de cancers du poumon chez nos voisins allemands, donc à plusieurs milliers de morts prématurés par an : même si ce chiffre était de 5000 à 6000, il suffirait à disqualifier la politique énergétique de ce pays, qui préfère le charbon “meurtrier” au nucléaire (qui n’a jamais tué personne en Europe de l’ouest, n’est déplaise aux antinucléaires). On ne le répète jamais assez et il est surprenant que le “bon sens populaire” ne l’entende pas.
    Cependant, le chiffre de 200 000 semble très exagéré, car il suffit de comparer les pyramides des âges de part et d’autre du Rhin pour se rendre compte que l’allemand moyen est plus âgé que le français moyen, donc a plus de “chances” de mourir bientôt.
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/2867604#titre-bloc-4

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective