vehicules-electriques-jpg

Véhicules électriques : 100 000 points de charge d’ici 2023

L’Avere France, en collaboration avec la plateforme d’itinérance GIREVE, recense en France 23 019 points de charge accessibles au public et répartis sur 10 060 stations sur tout le territoire. Cela représente 1 point de charge pour 6,5 véhicules électriques en circulation.

La Gironde, le Rhône et la Seine-et-Marne sont les départements les mieux pourvus.

En un an, près de 3 000 points de charges supplémentaires ont été mis en place (soit + 15 %) pour accompagner le nombre croissant de véhicules électriques en circulation. Ce déploiement, partiellement financé par l’Ademe, a permis d’installer des points de recharge accessibles à tous dans la majorité des départements du pays.

Un maillage qui grandit…

La France compte désormais 10 060 stations de recharge offrant des places de stationnement dotées d’une prise de recharge ou plus.

Malgré la fermeture du réseau francilien Autolib’ qui a beaucoup impacté la couverture des départements d’Île-de-France, le nombre total de points de charge en France reste en hausse de + 14,82 % par rapport à septembre 2017.

Paris perd sa première place en termes de nombre de points de charge, et compte désormais 514 points de charge accessibles et 2 422 sur l’ensemble de l’Île-de-France.

Avec un parc roulant ayant dépassé la barre des 150 000 unités, la France offre en moyenne 1 point de charge pour 6,5 véhicules légers électriques en circulation, suivant la recommandation européenne qui préconise en moyenne 1 point pour 10 véhicules.

vehicules-electriques-jpg

…mais encore inégalement réparti selon les régions

Parmi ces 23 019 points de charge accessibles au public, plus de 50 % sont installés en voirie ou sur des sites publics.

Cependant, la répartition sur le territoire reste encore très hétérogène même si, cette année encore, les collectivités territoriales ont activement participé à l’extension des réseaux de recharge en terminant le déploiement des projets financés par l’Ademe dans le cadre du « Programme Investissements d’avenir ».

A l’échelle du pays, la Gironde (4,3 % des points de charge accessibles au public), le Rhône (3,2 %) et la Seine-et-Marne (2,8 %) sont les départements les plus pourvus en points de charge. A l’inverse, le territoire de Belfort (0,03 %) et la Creuse (0,01 %) sont en retard.

La recharge accélérée reste majoritaire

Aujourd’hui, près d’un point de recharge sur deux offre une puissance de recharge entre 20 et 45 kW, ce qui correspond à la recharge accélérée. La recharge supérieure à 45 kW, dite “rapide”, ne concerne que 6 % des prises accessibles en France, principalement le long des axes de circulation majeurs et dans certaines zones commerciales.

Un contrat de filière pour accélérer le développement des infrastructures de recharge

L’État et la filière automobile ont signé en mai dernier un “contrat stratégique de filière” qui couvre la période 2018-2022 et qui vise à multiplier par 5 les ventes de véhicules électriques, à installer 100 000 bornes de recharge, ainsi qu’à faire évoluer le “droit à la prise” dans les copropriétés. Par ailleurs, les constructeurs et équipementiers s’engagent à lancer des projets de recherche collaborative sur le véhicule autonome et à partager certaines données récoltées.

Loi d’orientation sur les mobilités : 100 000 bornes en 2023

Le projet de loi d’orientation sur les mobilités, dit loi LOM, se fixe une cible ambitieuse de 4,8 millions de véhicules électriques en 2028.

Avec 25 000 ventes en 2017 et un parc actuel d’environ 150 000 véhicules, cet objectif vise à une multiplication par 30 du nombre de véhicules électriques sur les routes d’ici 10 ans (soit +40% par an).

Le projet de loi reprend les engagements du contrat de filière et envisage, à cette fin, de déployer 100 000 bornes avant 2023 (15 000 par an). L’étude d’impact prévoit de porter de 40 % à 75 % le niveau maximum de prise en charge des coûts de raccordement pour les bornes électriques.

L’impact sur le tarif d’utilisation du réseau public d’électricité (Turpe) serait de l’ordre de 100 à 150 millions d’euros.

Il peut donc en découler un impact sur le prix de l’électricité́ selon les « éventuelles réallocations d’investissement qui pourraient être arrêtées par Enedis et validées par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) », anticipe l’étude d’impact.

—————–

Créée en avril 2015, Think Smartgrids  (plateforme partenaire) a pour objectif de développer la filière Réseaux Électriques Intelligents (REI) en France et de la promouvoir en Europe comme à l’international.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective