renouvelables-hydroelectricite-jpg

Taux de couverture des renouvelables à un niveau inédit depuis 50 ans

C’est un niveau record : près d’un tiers de la consommation électrique des citoyens français a été couverte par les énergies renouvelables au cours du deuxième trimestre 2018.

Selon les chiffres publiés le 31 juillet par le syndicat des énergies renouvelables (SER) et le gestionnaire du réseau électrique RTE, 31% de l’électricité consommée par les Français entre avril et juin 2018 provenaient de ressources renouvelables (barrages hydrauliques, éoliennes, panneaux solaires, biomasse…). Ces dernières n’avaient pas autant contribué à notre mix énergétique depuis les années 1960.

20% de l’électricité française en provenance des centrales hydrauliques

C’est un résultat tout simplement inédit depuis les années 60 et la forte croissance de l’hydroélectricité sur notre territoire : le taux de couverture de la consommation électrique tricolore par des énergies 100% renouvelables s’élève à 31% pour le deuxième trimestre 2018.

Une statistique qui marque une progression énorme par rapport au trimestre précédent (le taux de couverture s’est élevé à 23% entre janvier et mars 2018).

Cette performance est en grande partie à mettre sur le compte des excellents résultats de la filière hydroélectrique.

En raison des fortes pluies qui se sont abattues en France au printemps, la production des barrages français a en effet permis de couvrir à elle seule 20% de notre consommation électrique nationale (avec un volume électrique de près de 25.520 MWh).

Les filières renouvelables plus récentes ne sont cependant pas à la traîne. Les technologies éoliennes, solaires photovoltaïques et les bioénergies ont en effet atteint un niveau record de 10% de notre mix énergétique.

Ces bons résultats s’expliquent également par une baisse globale de la consommation d’électricité française pendant ce second trimestre de l’année.

Lorsque la demande nationale d’électricité baisse, les ressources renouvelables deviennent prioritaires par rapport à l’énergie nucléaire : une diminution des volumes d’électricité consommée se traduit donc inévitablement par une hausse de la part des énergies renouvelables.

La production renouvelable française se porte bien

EDF a également profité de la saison estivale pour dresser un bilan de son activité pour les six premiers mois de 2018. La tendance haussière pour la production du secteur de l’hydroélectricité s’y confirme également pour ce début d’année.

Le communiqué publié par l’électricien français le 31 juillet dernier confirme en effet le bond gigantesque de la production hydraulique hexagonal.

En s’établissant à quelques 29,3 TWh d’électricité, la production des centrales hydrauliques progresse de 37,6% et atteint ainsi son plus haut niveau depuis 15 ans. Les importantes chutes de neige et les fortes précipitations de ce début d’année ne sont bien évidemment par étrangères à ce résultat.

La tendance haussière se confirme également pour les autres filières renouvelables françaises. EDF Énergies Nouvelles enregistre en effet une progression de 14,8% de sa production électrique pour le premier semestre de 2018 : éolien, solaire et bioénergies ont produit 7,9 TWh d’électricité sur cette période.

solaire-eolien

La France en retard sur ses objectifs

Ces premiers résultats de l’année 2018 sont tout aussi encourageants que ceux de l’année dernière étaient décevants. Pour rappel, le taux de couverture des énergies renouvelables s’était élevé à 18,1% pour les trois premiers mois de 2017 (une performance en baisse par rapport au niveau de 2016).

La France n’en reste pas moins en retard sur ses objectifs. Dans le cadre de notre transition énergétique, dont la loi a été adoptée en juillet 2015, le gouvernement ambitionne de porter à 40% la part des énergies renouvelables dans notre mix électrique d’ici l’horizon 2030.

Un objectif bien plus ambitieux que celui recommandé par l’Union Européenne qui préconise de porter la part des énergies renouvelables à au moins 27% d’ici 2030.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Pourquoi tout miser sur l’éolien et le solaire ? Énergie aléatoire et non pilotable.
    La majorité de cette énergie renouvelable provient de l’hydroélectricité, pourquoi ne construit-on plus de barrages ? Au contraire, on les détruit encore !

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective