energies-fossiles-jpg

La longue marche vers la sortie des énergies fossiles

En dépit des annonces de plans volontaristes gouvernementaux pour engager les pays dans une transition énergétique conduisant à sortir des énergies carbonées, la part des énergies fossiles dans le mix énergétique primaire plafonne à 80%.

Il est vrai que les investissements dans les énergies renouvelables (le solaire et l’éolien principalement) progressent fortement mais, en même temps, l’appétit énergétique des pays en développement demeure toujours aussi fort.

À quel horizon peut-on escompter une sortie des énergies carbonées pour la planète ?

Pour l’heure, la plupart des observateurs de la scène énergétique mondiale dressent un bilan plutôt mitigé de l’application par les gouvernements de l’Accord de Paris sur le climat conclu à l’issue de la Cop21 en 2015 (maintenir dans une fourchette de 1,5- 2°C l’élévation de la température moyenne de l’atmosphère de la planète entre le début de l’âge industriel et la fin de ce siècle). 

On constate ainsi que si les émissions de CO2 avaient plafonné entre 2104 et 2016, elles avaient repris leur croissance en 2017 (+ 1,5%).

Le plateau observé s’expliquait certes par une croissance de la production électrique par des filières renouvelables mais aussi et surtout par un net refroidissement de l’économie de la Chine, notamment de sa production d’électricité et d’acier.

La reprise de la croissance des émissions mondiales serait due à une plus forte croissance économique de la Chine et de sa consommation de charbon en 2017 (+3,5% au premier semestre), celle de l’Inde ayant également fortement crue.

On observe, en revanche, que les Etats-Unis ont sensiblement diminué leurs émissions de CO2 depuis 2005 (-13%) en développant leur production électrique par des filières renouvelables et en remplaçant des centrales thermiques au charbon par des centrales à gaz, une énergie fossile qu’ils produisent en abondance en exploitant le gaz de schiste sur une grande échelle.

Quoi qu’il en soit, la plupart des experts doutent que la planète soit engagée sur la voie d’une transition énergétique permettant d’atteindre les objectifs de la Cop 21.

Amplifier les efforts pour sortir des énergies décarbonées

Alors que faire ? Dans un rapport récent l’Agence Internationale pour les Energies Renouvelables (IRENA) a invité les gouvernements à amplifier leurs efforts pour sortir des énergies carbonées et publie une feuille de route pour atteindre cet objectif.

Selon ce rapport, le budget carbone dont nous disposerions pour limiter le réchauffement climatique à 2°C serait dépassé dans vingt ans mais, ce constat fait, les experts de l’Irena estiment qu’en s’appuyant sur les deux piliers de la transition énergétique que sont l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, les pays signataires de la convention de l’ONU sur le climat devraient être capables d’accélérer leurs efforts pour limiter le réchauffement climatique.

Leur vision optimiste s’appuie sur le bilan des investissements réalisés dans les filières d’énergies renouvelables, en 2017, la puissance électrique installée dans ces secteurs a atteint un record : 137 GW au total dont 94 GW de solaire et 47 GW d’éolien soit une progression de 8,3% par rapport à 2016.

Il est utile de rappeler que la disponibilité de ces filières, ou leur facteur de charge, est plus faible que celle des filières classiques (13% pour le solaire et 25 % pour l’éolien en France, la disponibilité des centrales solaires est évidemment supérieur à Masdar  près d’Abu Dhabi dans les Emirats Arabes Unis où se trouve le siège de l’Irena…).

La feuille de route de l’Irena fixe des objectifs très ambitieux à l’horizon 2050 : un mix énergétique primaire mondial avec deux tiers d’énergies renouvelables (15% en 2015), et un doublement de la consommation d’électricité assurée à 85% par des filières renouvelables, avec un fort développement de l’utilisation de l’électricité dans les transports.

L’effort d’investissements en faveur des énergies à bas carbone et de l’efficacité énergétique sera évidemment considérable, il devrait être supérieur d’un tiers à l’effort prévu par les politiques actuelles pour assurer la transition énergétique soit au total 120 000 milliards de dollars (en partie compensés par des économies dans le secteur des énergies fossiles notamment) ce qui représente environ 2% du PIB mondial annuel.

De façon très optimiste, l’Irena « prévoit » que tous ces investissements se traduiraient par la création nette de 11 millions d’emplois d’ici 2050, notamment dans les secteurs des filières renouvelables et de l’efficacité énergétique.

Quid de la taxation des émissions de CO2 ?

Dans la panoplie des mesures gouvernementales qui ont pour objectif de freiner l’utilisation des énergies fossiles figurent notamment la taxation des émissions de CO2 et la suppression des subventions accordées par certains pays aux énergies fossiles.

Ce sont deux sujets qui fâchent et que n’aborde pas d’ailleurs l’Irena dans sa feuille de route. On est loin, en effet, d’avoir trouvé un accord international dans ces deux domaines, en particulier pour le premier.

De nombreux pays subventionnent la production et surtout la consommation des énergies fossiles (le charbon, le pétrole et le gaz) dans le but de diminuer le coût social de l’énergie (en abaissent le prix des carburants en-dessous de celui de celui du marché).

Selon l’AIE, ces subventions mondiales s’élevaient, en 2015, à 325 milliards de dollars (le pétrole en représentant 44 %) mais elles avaient fortement chuté (500 milliards de dollars en 2014) après la chute du cours du baril.

Depuis plusieurs années déjà, de nombreux experts, dont ceux de l’AIE, ont incité les gouvernements à éliminer progressivement ces subventions, estimant qu’elles incitent à consommer des énergies fossiles émettrices de CO2.

Or l’incidence d’une telle mesure sur la réduction mondiale des émissions de CO2, supposée a priori importante, est remise en cause par une étude parue récemment dans la revue Nature.

Cette étude internationale a été réalisée par 14 laboratoires à l’aide de cinq modèles (avec deux fourchettes pour le cours du pétrole) afin de déterminer l’impact sur les émissions de CO2 de l’élimination totale des subventions aux énergies fossiles, et son incidence sur l’évolution du mix énergétique primaire dans les principales régions de la planète, à l’horizon 2030.

Elle révèle qu’elle n’aurait qu’un impact très limité d’une part sur la demande globale d’énergie (une diminution de 1 à 4% selon les régions), et d’autre part sur les émissions de CO2 (une réduction de 1 à 4% également), sauf pour les régions exportatrices, notamment les pays du Golfe (la hausse des prix du pétrole à la consommation inciterait à des économies).

Par ailleurs elle n’aurait qu’une incidence très faible sur l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique mondial (environ 2%).

Autrement dit, il faut manier avec prudence l’arme fiscale et budgétaire pour lutter contre le réchauffement climatique, même s’il serait logique de tenir compte du coût environnemental global de l’utilisation des énergies carbonées comme le souligne d’ailleurs l’Irena dans sa feuille de route.

Climat : la sonnette d’alarme est tirée

L’Irena, comme de nombreux experts notamment ceux du GIEC, tirent avec raison la sonnette d’alarme à propos des engagements internationaux sur le climat, un bilan en sera d’ailleurs fait en décembre à Katowice en Pologne lors de la Cop24.

Il faut certainement forcer la marche mais aussi tenir compte des leçons de l’Histoire. L’historien de l’énergie, Vaclav Smil le rappelle avec force dans une interview récente de Science.

L’histoire de l’énergie a été marquée par plusieurs transitions qui toutes se sont étalées sur de nombreuses décennies (celle du charbon a commencé vers 1800 et celui-ci n’a connu son pic de consommation que vers 1920, la « vague » du pétrole s’est amorcée vers 1880 et son fameux pic toutes ressources confondues, souvent annoncé, est à peine atteint …).

charbon
charbon

V. Smil souligne que les énergies renouvelables sont peu concentrées (elles fournissent moins de kWh/m2 que les autres filières) et qu’il va falloir mobiliser d’importantes surfaces au sol pour les mettre en œuvre (l’éolien off-shore pose moins de problème de ce point de vue…). Il tempère son pessimisme en misant sur une plus grande efficacité énergétique de l’économie et en espérant une rupture technique, une innovation radicale pour le stockage de l’électricité.

L’indéniable montée en puissance des énergies renouvelables peut et doit inciter à l’optimisme mais il faut être conscient que la sortie des énergies carbonée sera une “longue marche” qui n’attendra son objectif qu’au prix d’un grand effort de recherche, d’innovation, et d’investissements, d’une mobilisation de l’opinion et d’un volontarisme politique capable de soutenir la transition énergétique dans toutes ses dimensions à l’échelle mondiale.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    “en espérant une rupture technique, une innovation radicale pour le stockage de l’électricité.”
    on peut toujours espérer. L’énergie n’aime naturellement pas être stockée, et le stockage est toujours potentiellement dangereux.
    “les êtres humains iront chercher tout le charbon, le gaz et le pétrole
    qu’il sera énergétiquement rentable d’aller chercher. Ces énergies
    sont trop incroyablement pratiques et faciles à utiliser pour que
    l’on s’en passe. On exploitait les renouvelables bien avant les fossiles.
    Ce sont ces dernières qui ont permis aux humains d’évoluer
    comme jamais ils n’avaient évolué, et les humains n’y renonceront
    que lorsqu’ils y seront obligés par les lois de la physique. Le
    réchauffement climatique et la pollution ont donc de beaux jours
    devant eux.” https://www.amazon.fr/Transition-%C3%A9nergetique-ces-v%C3%A9rit%C3%A9s-d%C3%A9rangent/dp/2807318312/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1525246912&sr=1-1

    Répondre
commenter

Répondre à bertrand cassoret Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective