Le Royaume-Uni « à la traîne » sur la croissance verte, selon le syndicat patronal CBI

Le Royaume-Uni, qui vise la neutralité carbone en 2050, est « à la traîne » sur les industries « vertes » comparé aux Etats-Unis et à l’Union européenne, a prévenu lundi le directeur général de la CBI, la principale organisation patronale britannique.

« Le Royaume-Uni prend rapidement du retard par rapport aux Américains et aux Européens, qui dépensent plus et sont plus malins que nous », a critiqué Tony Danker, le patron de la CBI, selon des extraits d’un discours prévu lundi en milieu de journée et transmis à l’AFP.

« Nous sommes derrière les Allemands sur les pompes à chaleur, l’isolation et la rénovation des bâtiments, les Français sur l’infrastructure de recharge des véhicules électriques et les États-Unis sur les projets de captage et de stockage du carbone », a-t-il détaillé, ajoutant que Londres est aussi à la traîne sur le financement de projets liés à l’hydrogène.

Les Etats-Unis ont mis en place un plan prévoyant des milliards de dollars de subventions pour les industriels produisant sur le sol américain des batteries pour véhicules électriques ou des panneaux solaires, en réponse notamment à la politique de subventions très agressive de la Chine.

L’Union européenne (UE) tente de son côté de s’organiser pour aider elle aussi son industrie. La France et l’Allemagne ont notamment défini dimanche une « ligne commune » en faveur d’une réponse européenne « ambitieuse et rapide » aux subventions industrielles américaines.

« La croissance verte est l’une des grandes opportunités des années à venir » mais le Royaume-Uni « ne peut pas rivaliser avec les subventions américaines et européennes et il doit donc faire preuve d’intelligence et de stratégie », estime M. Danker.

Le pays pourrait par exemple faciliter l’approbation de projets « d’infrastructures vertes » ou garantir un prix fixe aux investisseurs dans l’hydrogène, la capture de carbone ou les carburants pour avions durables, comme Londres le fait déjà pour les énergies renouvelables, suggère-t-il.

Alors que le pays est au bord de la récession, le chef de l’organisation patronale appelle aussi le gouvernement à poursuivre des déductions fiscales pour les entreprises qui investissent – qui doivent expirer fin mars – pour doper la croissance.

M. Danker critique aussi le projet du gouvernement britannique d’abandonner au 31 décembre 2023 toute la législation héritée de l’UE qui n’aurait pas été explicitement maintenue dans le droit national après le Brexit.

« Il existe de réelles opportunités pour le Royaume-Uni de réglementer les marchés plus intelligemment que l’UE », mais ce projet « risque de plonger l’industrie dans le chaos juste au moment où nous essaierons de sortir de récession » fin 2023, selon lui.

commentaires

COMMENTAIRES

    • Mieux vaut vivre seul !? ou mal accompagné !???

      Les Suisses et les Norvégiens ont choisi… Des échanges; des interconnexions et de l’interdépendance, certes, mais pas trop d’échangismes divers, de connexions douteuses et de dépendances parfois farfelues sur des sujets d’intérêt national…

      Répondre
  • Avec 2 EPR en construction et d’autres en projets, ils prennent le bon chemin sur la décarbonation réelle…

    Les Britanniques ont toujours su faire preuve de résilience extraordinaire… Attendons donc de voir…
    Des Surprises comme la captation de CO2 et la réinjection dans des puits pétroliers qui à nouveau sous pression recracheront du pétrole et du Gaz vont surement fleurir bientôt…

    Nota : Depuis 15 ans le Bilan en terme de baisse de GES est spectaculaire au RU contrairement à l’Allemagne…

    Répondre
    • Je ne suis pas du tout d’accord Maec avec ce que vous interprétez.
      Le gaz n’au augmenté que par rapport à la periode 2012/2014, mais on voit bien sur le graphique que c’était pour prendre la place du charbon qui a dégringolé.Lequel charbon a pratiquement totalement disparu la place étant prise par les renouvelables de façon croissante (avec aussi une petite diminution du nucléaire remplacé également par du renouvealble. Suand au gaz il est resté constant de puis sa prise de poste à la place du charbon 2012/2014.
      Je ne vois pas où vous pouvez prétendre qu’un seuil renouvealble est atteint qui ne saurait être dépassé. Même le blabla du texte ne correspond pas au graphique qu’il est supposé commenter. Je vois que l’Angleterre est également en bon chemin avec le renouvelable. et je regrette de ne pas voir sur ce graphique la courbe des émissions de CO2 qui doit descendre de façon assez abrubt quand on voit ce qu’il arrive à la consommation de charbon.

      Répondre
    • Oui Marc, pour ça je suis d’accord. Enfin je veux dire que nécessairement il y a des periode blanches, et il importe de savoir combien de temps ça dure réellement pas des périodes de 3 à 4 semaines comme on l’entend dans la bouche des nucléophiles, mais réellement et je pense que les service météo anglais le savent bien; et c’est ce que soit dimentionner le stockage , en concirrecne toutefois avec les renouvelable pilotazble dont ils disposent.

      Répondre
  • Le RU n’a pas beaucoup de renouvelable pilotables.
    De la biomasse, certes, qui évolue en suivi de charge, mais qui vient… des Etats-Unis et du Canada !
    Il peut toujours augmenter les interconnexions avec la Norvège et avec le reste de l’Europe.
    Là encore, le grand élément manquant est les STEP pour le lissage journalier, et un peu au niveau hebdomadaire.
    Ils sont tout de même un projet en Ecosse de 1,5 GW x 30 heures.

    Comment des états peuvent-ils avoir des ambitions importantes d’ENRv sans construire davantage de STEP ?? mis à part la Chine, qui reconnait ce moyen comme essentiel en complément des ENRv.
    Ils continuent à penser, peut-être que les giga batteries vont remplacer les STEP ?
    Ils craignent que dans 10 ans, les giga batteries reviennent moins cher ??

    Je suis un peu étonné que le stockage de l’électricité par la chaleur ne se développe pas plus que ça. Le rendement est proche de celui de l’hydrogène, et cela semble moins compliqué à mettre en oeuvre.

    Répondre
    • Je suis d’accord sur le defaut de STEP actuels si on se place dans une situation future à production surabondante. Mais actuellement ils ne sont pas encore necessaires et ils en sont encore loin car on n;a rien à stocker tant que le variable le plus exceptionnellement prolifique ne dépasse jamais le besoin courant.
      Il est evident que s’ils continuent comme ils font la course aux super vent en mer ils se trouveront tot ou tard en périodes de surproductions qui seront gaspillées s’ils ne se reveillent pas assez tôt pour les faire ces STEP. D’autant qu’ils ont largement les moyens de les faire à peu de frais dès les provinces du Nard, même avant l’ecosse qui sont très valonées, je connais bien la région des lacs où j’ai de la famille. Mais ils ont sutout l’écosse peu peuplée et ou ça ne dérangera que les moutons. Je fais confiance aux spécialistes anglais qui en ont parfaitement conscience, n’en doutons pas. Eux n’ont pas besoin qu’il se produise un miracle pour tenir une solution fiable.

      Répondre
  • SR: le RU est déjà en surproduction certains jours, par exemple lors d’une semaine de ce mois de janvier
    https://www.electricinsights.co.uk/#/dashboard?period=7-days&start=2023-01-01&&_k=ay9yd5
    La différence entre le jour et la nuit en période hivernale sera comblée par le rechargement des véhicules électriques pendant la nuit et quelques autres moyen de flexibilité.
    S’il faut 10 ans pour construire une STEP entre la décision et la mise en service, le RU est déjà en retard par rapport à tous les projets éoliens qui ont déjà été accordés.

    Répondre
    • @Marc,

      Sur les 10 ans pour de grosse STEP, vous avez raison et en France on est aussi très en retard… Et bientôt on dira qu’on a plus les « sous » pour construire des « STEP » mais on aura posé encore plein d’éoliennes nécessitant un Back-up et foutant le « bordèle » sur le réseau à chaque dépression atlantique avec la Douceur des températures associées… Il faudra « serrer » les fesses chaque automne pour savoir si on aura assez de Gaz Fossile en stock pour les pointes de Froid (ou l’éolien produit peu à très peu…)…

      Le RU avec son Parc à Gaz conséquent (et ses nombreuses interconnexions) peut se permettre beaucoup d’ENRi en attendant de voir si ils feront un Mix électrique à la française avec beaucoup de Nucléaire (délai de réalisation complet environ 30 ans !!!)… Pas nous !!!

      Répondre
  • Accord récent pour une STEP en Espagne dans les Canaries de 200 MW x 18 heures
    https://elperiodicodelaenergia.com/red-electrica-recibe-90-millones-de-los-fondos-feder-para-la-central-de-bombeo-chira-soria-en-gran-canaria/
    Mais dans la péninsule, les projets sont là, mais ne sont pas lancés pour l’instant.
    Et certains s’interrogent également sur le décalage entre le rythme très élevé d’installation de PV et les moyens en STEP qui vont se retrouver bientôt dépassés.
    Les politiques sont tellement bouffés par les lobbies du gaz et des ENRv qu’il ne voient que ça…

    Répondre
    • @Marc,

      Suivant la configuration des STEP et vu les problèmes d’eau rencontrés par la péninsule ibérique, certains projets de STEP risquent d’être mis aux oubliettes… D’autres, par contre, seraient à accélérer…
      Quasi tous les états européens sont surendettés et des investissements de très long terme très fort en CAPEX au départ, mais faible en OPEX, peuvent être « remplacés » pour des raisons de Cash par des investissements faibles en CAPEX au départ mais cher en OPEX dans le temps (genre des centrales à Gaz…). C’est un peu comme le surendettement dans certaines catégories sociales dont les « pauvres », difficiles de sortir de cette spirale infernale ou énormément de choses sont consommés à crédit (et avec des Taux « usuriers »…).

      Si l’UE faisait un Plan Européen de STEP, cela pourrait avoir de multiples portées (emplois, moins d’import d’hydrocarbures, solution en certains lieux pour mieux passer des périodes de sécheresse et aussi stocker les évènements de pluies intenses…).
      Mais la priorité a l’air d’être de mettre encore et toujours plus d’éoliennes (alors que les Prix de Marché montrent qu’on en a presque trop en Europe !!! avec des prix quasi nuls voir négatifs et en tout cas bien faible à chaque grosse dépression…). De même que la priorité d’installer tout plein de Panneaux PV « Made in China » sans penser à l’industrie européenne ni au futur « Flux » nécessaire (qui grandit chaque jour) dans 30 ans !!! (oui, certains panneaux dureront 40 ans mais d’autres seulement 20… et les dégradations de Panneaux PV suite à divers phénomènes cela existe…).

      Répondre
  • Ca me fait penser à l’audition devant la commission de l’AS de P. Pouyanné, le patron de Total.
    Il parle de gaz, en disant que c’est mieux que le charbon, d’ENRv, mais jamais de STEP !
    Il dit qu’un jour, le gaz fossile devra être remplacé par du gaz de synthèse… et les gaziers sont bien positionnés sur l’hydrogène
    Les STEP ont sans doute « l’inconvénient », pour les gaziers de réduire le fc des centrales à gaz !
    Pas bon pour leur business !
    Faire gagner de l’argent à EDF avec ça n’intéresse pas les lobbies du gaz et des ENRv, qui font désormais la loi à la place des politiques vendus.

    Répondre
    • Il a quand même en grande partie raison var LES dilieres biogaz sont ous exploitées et sous estimées; mais les STEP pèsent sans doute potentiellement autant. C’est la raison pour laquelle je ne m’inquiete pas pour l’avenir des renouvealbles, les nucléophiles passent leur temps à se covanincre qu’il n’y a jamais ni Soleil ni vent…… il n’y aura surtaout bientôt NI URANIUM, et là pas de solutions dans un avenir prévisible pour une solution nucléaire.

      Répondre
      • @ »Père Vert » Serge,

        Plusieurs points sur votre ô-méli-mélo :
        1 – La filière Biogaz ne tient que grace aux Subventions pour le moment…
        2 – Les intrants dans les méthaniseurs ne sont pas tous durables !!! (Le phosphore est une des ressources compté pour l’humanité et ce depuis des siècles… On est allé jusqu’à chercher du Goano (fientes d’oiseaux « sédimenté » en couche épaisse) au XIXème en Amérique du Sud !!! ). Si pour les cultures de CIVE et autres joyeusetés on arrose de N,P,K avec le P élevé en proportion, on va encore faire des miracles…
        4 – Et les Lixiviats/digestats de méthaniseurs sont parfois des désastres en épandage suivant la nature des sols avec des phénomènes d’infiltration sans garantie de maintien d’éléments clés en surface dont le Phosphore…
        Niveau Pollution la méthanisation cela peut être bien Jolie – https://reporterre.net/methanisation-un-digestat-bien-indigeste-pour-les-sols-et-les-eaux
        5 – Besoin en Hydrcarbures pour faire tourner la méthanisation… (Pas de Bilan clair sur ce point, mais cela doit être digne de certains agrocarburants donc pas brillant !!!)
        6 – etc …

        @ »Père vert » Serge,
        Aucune énergie n’est propre …

        Répondre
      • Sur l’Uranium manquant annoncé par « Père Vert » Serge, la France a abandonné Astrid pour ce motif et les géologues spécialisés de l’Uranium voit aisément plus de 100 ans de réserves mondiales (sachant qu’on a quelques années en Stock en France, des combustibles déjà prêt, jusqu’au minerais en attente de Traitement !!!)

        Notre Magnat-Fake Rochain n’en rate pas une pour « saloper » les autres grossièrement et régulièrement avec les mêmes Faux-Arguments…

        Répondre
    • @Marc,

      Les Lobbys pétroliers font souvent la pluie et le beau temps en France depuis des décennies (Francafrique, ELF, Frégates et commissions…). Et ils ont financé maintes élections pour pas mal de candidats depuis des décennies aussi…

      Le Problème du Nucléaire, c’est que c’est un monde de physiciens, pas de communicants ni de diplomates avec des moyens en cash colossaux comme les pétroliers (à part Atomic Anne, un peu « cigale » par certain coté, qui a voulu secoué la « travailleuse » fourmilière mais l’a faite exploser…)…
      Les pétroliers savent depuis des Lustres que les ENRi ne seront pas capables de relever seuls le défi énergétique de pays européens ou de l’OCDE en règle générale (l’Australie devrait pouvoir y arriver grace à ses étendues immenses et variées… et à une bonne dose d’hydraulique !). Ce qui arrange les pétroliers, c’est que le « pic pétrolier » qui arrive ne leur permettra plus d’assurer les appros énergétiques comme avant… Le Nucléaire est trop productif, par contre les ENRi ont d’immenses trous dans la raquette même en rajoutant des cordes dans tous les sens… Donc plus d’ENRi et c’est l’assurance de « carnets de commande » remplis, surtout du fait des pics de consommation par temps froid (chauffage au Gaz et ENRi absente pour l’électricité !!!) donc de l’énergie pilotable de « pics » qui vaudra son pesant d’or !!! Le Nucléaire, c’est un Gros concurrent car c’est « plat » et cela produit comme un mur sur un graphe donc avec de l’hydraulique associé cela prend toute la place…

      Répondre
  • Les STEP, c’est si on voulait faire un mix sérieux, donc pas pour Macron, qui considère que parce que le nucléaire est pilotable, il peut s’adapter aux fluctuations des ENRv !
    Pour les pétro gaziers, ça roule bien, entre les ENRv et les centrales à gaz en compensation, pas besoin de STEP, au contraire !

    Répondre
    • Encore faudrait-il que les production de biogaz soient suffisantes pour rempalcer le gaz naturel de compensation des ENRv pour pouvoir se passer de STEPs

      Répondre
      • Tiens le Pépère Rochain est presque posé dans son commentaire (pour 1 fois !!! l’intermittence existe aussi chez Lui !).

        C’est joli d’appeler le GAZ FOSSILE le : «  » le gaz naturel de compensation des ENRv «  » , très poétiquement correcte pour un meilleure enrobage de la pilule qu’on risque de se bouffer pour des dizaines d’années !!! (Faute de STEP et de nouvelles Centrales Nucléaires !!!)

        Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective