Parc éolien d’Oléron, une tentative de diversion du gouvernement

Tribune signée Laurent Bordereaux, juriste, enseignant-chercheur

L’annonce de l’élargissement du périmètre d’étude du parc éolien envisagé en mer d’Oléron ferait-elle entrevoir un changement de cap ? Rien n’est moins sûr : ce parc, toujours localisé en aire marine protégée, est entaché du même vice de conception que la première mouture.

Depuis la saisine de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) en février 2021, la localisation du projet éolien au large de l’île d’Oléron, en plein parc naturel marin (des pertuis charentais et de l’estuaire de la Gironde, créé en 2015) et au cœur de deux zones Natura 2000 majeures (au titre des directives européennes « oiseaux » et « habitats »), ne cesse d’interpeller et d’alimenter les critiques des associations de protection de l’environnement.

Les avis très défavorables à l’éolien offshore dans cette zone protégée émanant de l’ex-Agence des aires marines protégées (trois notes en 2015)[1] et du Conseil national de la protection de la nature (en juillet 2021) ont fortement contribué à faire douter de la compatibilité d’un tel projet éolien marin (de 500 MW à 2 GW selon les scénarii) avec la vocation même du site d’implantation envisagé.

Ce « plan B » gouvernemental est entaché du même vice de conception que la première mouture

Un élément nouveau a récemment été porté à la connaissance du public avec l’annonce, par l’Etat, de l’agrandissement de la zone de localisation soumise au débat. Cet élargissement est significatif, puisque selon les informations relayées par la commission du débat public, le périmètre d’étude passe de 300 à environ 750 km².

Une telle annonce pourrait donc donner le sentiment d’un « changement de cap important ». Cela étant, elle ne résiste pas à la superposition cartographique de cette zone élargie avec le périmètre des protections environnementales en vigueur : l’aire d’étude de ce projet éolien de grande ampleur reste invariablement localisée en aire marine protégée.

À ce titre, ce « plan B » gouvernemental est entaché du même vice de conception que la première mouture, tout en s’éloignant des côtes. Le redimensionnement du zonage proposé ne saurait donc faire illusion.

L’État doit comprendre qu’on ne construira pas de politique de transition énergétique acceptable en déployant massivement des parcs éoliens dans les aires marines protégées françaises.

C’est bien sur ce point que le dossier oléronais est éminemment problématique, les maîtres d’ouvrage ayant toujours cherché, sans succès, à banaliser l’implantation de centrales éoliennes en zone Natura 2000[2] .

Pourrait-il exister un « plan C » ? Cette éventualité ne semble pas tout à fait exclue si l’on en croit les informations du site du débat public : « Cependant, il est possible de sortir de ce cadre pour étendre nos recherches tout le long de la Charente-Maritime. Elle peut techniquement accueillir des parcs éoliens posés comme flottants et peut permettre de proposer à l’État des zones favorables de moindre impact (hors parc naturel marin, hors zone de pêche…) selon les critères retenus par les publics »[3] .

Toutefois, sur quelles bases techniques et scientifiques le public pourrait-il « placer » les éoliennes, alors que le manque de données en la matière a été souvent souligné ? Le procédé du « serious game » utilisé en procédure de participation ne saurait bien évidemment combler ces lacunes…

Abandon ou passage en force ?

Quoi qu’il en soit, la possibilité d’une localisation en dehors du périmètre de l’aire marine protégée (parc naturel marin et zones Natura 2000) ne paraît pas totalement inenvisageable dans le discours institutionnel du débat public, notamment en mode « éolien flottant ».

Mais si l’État croyait sincèrement à cette hypothèse, pourquoi ne l’a-t-il pas proposée lui-même en mettant l’accent sur cette perspective, afin de faire bouger les lignes par des propositions sérieuses et concrètes, en alternative à l’intenable posture initiale ?

Il aurait peut-être ainsi changé la donne en montrant aux acteurs de la façade Sud-Atlantique, à l’échelle de laquelle il faut se situer, qu’il avait bien compris le sens des critiques formulées. Cette occasion manquée ne contribuera pas, au final, à redonner du crédit au « mistigri » qu’est devenu le projet éolien dit d’Oléron, dont on peine aujourd’hui à entrevoir une issue autre que l’abandon ou le passage en force.

———————– 

[1] Voir : https://www.lemondedelenergie.com/eolien-oleron-aires-marines-protegees/2021/09/08/

 

[2] Sur l’implantation de parcs éoliens dans les aires marines protégées : https://www.lagazettedescommunes.com/770015/eolien-en-aire-marine-protegee-aucun-projet-nest-a-labri-dune-annulation-contentieuse/

 

[3] Voir le site du débat public : https://www.debatpublic.fr/eolien-nouvelle-aquitaine/le-projet-en-bref-2137

 

commentaires

COMMENTAIRES

  • Les air marines protégées ne sont qu’un prétexte à faire obstacle à l’équipement en renouvelables qui finiront inéluctablement à s’imposer à la surface de la planète. Près de chez moi, au sud de Narbonne et en limitrophe de la commune, le parc national de la Narbonnaise qui devait protéger la zone de toutes constructions et équipements susceptible de nuire à la nature, n’a pas empêché d’y installer la grande décharge à ciel ouvert du département qui en recueille tous les déchets, plus une partie de ceux du département voisin de l’Hérault…… alors les zones Natura 2000, vous savez…..

    Répondre
  • Bétonner les fonds marins…si une autre industrie l’avait suggéré, tous les écolos auraient hurlé. Mais avec l’éolien, il faut croire que le fromage est bon!

    Répondre
    • Il y a déjà bien longtemps que l’on pose du béton dans les fonds marins pour diverses raisons comme ancrer des plates-formes pétrolières ou même plus simplement des balises pour le marquage de zones particulières ou simplement pour l’amarahe des bateaux dans les zones sensibles ou il est interdit de jeter l’ancre….. Un peu de réflexion avant de dire des bêtises évite de les écrire.

      Répondre
    • comment un juriste enseignant chercheur ne pourrait pas connaitre les retours bénéfiques de l’éolien en mer alors qu’il y a déjà des retours scientifiques des pays qui ont déjà très très en avance sur nous sur el sujet ?

      Répondre
    • Bétonner les fonds marins avec les éoliennes !

      Combien de m2 à l’hectare ? Précisez.

      Est-ce un parking de sous-marins nucléaires ?

      Répondre
      • Du bétonnage de fond marin sur… moins de 1% de la surface occupé par les parcs éoliens.
        Complètement négligeable.

        Répondre
  • On se rapproche du bord de la « falaise ».
    L’EPR ne marche toujours pas et des projets importants de renouvelables sont effectivement sabotés, ou du moins retardés.
    Je crois que la filière nucléaire française attire de moins en moins par rapport aux renouvelables.
    Elle paie ses erreurs de design, lourdes de conséquences. Superphoenix: trop gros, et présentant un risque absolu beaucoup trop élevé, qui a compté largement dans sa fermeture, malgré de bons résultats lors de sa dernière année de fonctionnement. Les autres pays, comme les EU ou l’Allemagne, avaient renoncé à leur surgénérateur bien qu’étant de puissance beaucoup plus faible.
    l’EPR trop gros et qui ne marche pas ou du moins, pas encore.
    Un suivi de charge coûteux, mais qui ne sert plus à rien étant donné la part minoritaire que va prendre le nucléaire dans le mix.
    Mais certains se prennent pour des génies en truquant des cartes des vents ou en nous expliquant que le facteur de charge de 25% d’une éolienne signifie qu’il faut 75% de back up fossile au parc éolien français.
    Ils ne font que se ridiculiser et passer pour des escros.
    Espagne et RU sont déjà en train de nous dépasser au niveau du bilan carbone, et vont rapidement « prendre le large » malgré le gros coup de chance que nous avons eu, que le nucléaire soit décarboné, mars certains racontent encore que ces pays sont des gros émetteurs de CO2 par leurs centrales thermiques (qui sont de moins en moins sollicitées).

    Répondre
    • L’Allemagne a construit un réacteur surgénérateur à neutrons rapides, avec sodium liquide, d’une puissance de 327 MW, dont la construction a duré de 1973 à 1986.

      Les manifestations d’opposition au nucléaire, surtout après Tchernobyl, se sont multipliées et le combustible n’a jamais été chargé dans le réacteur.

      En 1991, le projet est définitivement arrêté. En 1995, le site est reconverti en parc de loisir, « Wunderlandkalkar », avec centre de congrès, hôtels et restaurants.

      Un exemple à suivre pour l’EPR de Flamanville, à passer par pertes et profits.

      Mais pour un parc d’attraction, il faudra attendre la démolition des réacteurs 1 et 2 et la décontamination du site. Belle vue sur la mer.

      Répondre
  • * Quand je dis « bons résultats » de Superphoenix, ça ne veut pas dire qu’il aurait pu être produit en série, loin de là.
    Des problèmes restent non résolus, de l’aveu même de certains promoteurs du nucléaire, tel que Jancovici.

    Répondre
    • Cochelin Il vous faudrait faire preuve de nuance. .. l’EPR de Finlande a les mêmes défauts de conception que les autres EPR .. voir la Chine … vous n’avez toujours pas expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265840499_10228032232976023_1506064702052882174_n.jpg?_nc_cat=106&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=dSRrAcmiBGcAX-Z23Z9&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT9YcfXsl2rDzJ5okFGGP-MFL1M692kw-2FESHp1tl5bIQ&oe=61BC5276

      Répondre
      • L’EPR d’Olkiluoto a vu sa mise en service reportée de trois mois en trois mois depuis des années.

        Le dernier problème a été celui des vibrations dans le circuit primaire lors des essais (sans combustible nucléaire).

        Celui des gaines de combustible se posera sans doute, comme il s’est posé en Chine et comme il se pose aussi (un peu moins) pour les gaines de combustible M5 à Chooz-2, Civaux-2 et Cattenom.

        A part ça, monsieur Isambert ferait bien de s’abstenir de son perpétuel commentaire sans intérêt.

        Faut se renouveler, à moins d’être déjà aussi sénile que le « petit ingénieur de troisième zone ».

        Répondre
        • Marguerite il faudrait peut être arrêter de vous tromper de cible … alors que vous confirmez tous mes propos 🤣 🤣

          Répondre
          • Marguerite n’a jamais confirmé aucun des propos de monsieur Isambert.

            Un petit effort, évitez de répéter les mêmes choses, qu’elles soient vraies ou pas.

            Si vous voulez créer le doute chez vos adversaires, apportez des arguments nouveaux à votre moulin.

    • Arretez de bétonner sur « NOUS SOMMES LES MEILLEURS COCHELIN »
      Oubliez OLKILUOTO tant qu’il ne fonctionne pas ! réservez votre enthousiasme explosif pour le jour où cela se produira, vous en aurez bien besoin pour arroser la fin du thermomètre des pénalité de retard qui continue à monter en attendant.

      Répondre
      • Toujours dans la carricature. Je n’ai jamais dit que nous étions les meilleurs mais la réalité est que nous sommes bien placés en termes d’émissiosns de CO2 annuelles pour le secteur électrique et d’émissions évitées (plusieurs Gt) depuis quelques décennies. Aucun pays n’a pu faire mieux jusqu’à présent. Mais je reconnais les efforts faits par les autres pays.

        Répondre
        • Cochelin ce négationnisme des gogos … vous n’avez toujours pas expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265840499_10228032232976023_1506064702052882174_n.jpg?_nc_cat=106&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=dSRrAcmiBGcAX-Z23Z9&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT9YcfXsl2rDzJ5okFGGP-MFL1M692kw-2FESHp1tl5bIQ&oe=61BC5276

          Répondre
        • Cochelin, je crois que l’on pourrait compter les jours où vous ne l’écrivez pas au moins une fois…. cela en devient lassant d’autant que c’est de moins en moins vrai et peut être même faux depuis longtemps.
          Ne sachant pas sur quel critère ces émissions sont calculés, et en l’occurrence si c’est sur la valeur indiqué dans le fichier de l’ADEME c’est faux car ces 6g par KWh ne concerne, comme indiqué dans leur fichier, que ce qui est produit en France pour la préparation du combustible nucléaire. Je sais bien que ce qui se fait au Kazakhstan n’est pas notre affaire et doit être comptabilisé dans les émissions de ce pays comme aussi au Niger, mais la poussière sous le tapis n’a jamais été un motif d’orgueil.

          Répondre
          • Deux autres sont encore plus lassants : monsieur Isambert et le « petit ingénieur de troisième zone ».

            Le premier depuis très longtemps, le second depuis sa récente apparition.

            Si vos propos ne sont pas toujours du meilleurs cru, ils apportent au moins assez souvent de la consistance au débat.

        • @Cochelin:
          « Aucun pays n’a pu faire mieux jusqu’à présent. »
          Non, Cochelin, c’est juste un coup de bol que le nucléaire soit décarboné.
          Le parc n’a pas du tout été construit pour cela, mis à part l’EPR de Flamanville.

          Répondre
          • Qui ne fait toujours pas partie du parc. Le parc il est en jachère …
            Pour survivre en ce moment on vide les réservoirs, 14 GW d’hydraulique, quel bol on a c’est comme pour le nucléaire décarboné.
            Mais ça n’empêche pas 8 GW de gaz et 6,5 d’importation.

    • carte sur 1 année 2021 de la production d’électricité en Europe

      la France est un des 3 pays dont l’électricité est la mins carbonée sans appel et les éoliennes chères au Troll Ronchain n’y changent rien

      Répondre
      • girard faux vérifiez que les ENR sont moins cheres que notre merde polluante de nucléaire

        Répondre
      • Il paraît que c’es moi qui insulte les gens.
        Mais malgré vos insultes cela ne changera rien à l’évolution du monde et le nucléaire disparaîtra au profit des renouvelables, seules ressources suffisantes et eyernelles.

        Répondre
    • Inutile de faire de la publicité pour ce Huet nucléocrate professionnel, qui ne vaut pas mieux qu’un autre trop souvent cité.

      Répondre
    • Lequel graphique permet de voir que ce n’est pas le nucléaire qui permet d’abaisser les émission de CO2 mais le type de remplaçant que le nucléaire ne fournit pas.
      Si ce n’était que la proportion de nucléaire la Belgique nous talonnerait dans cette « performance » ce qui n’est pas le cas.
      Alors, qu’est-ce qui nous différencie de la Belgique ?
      Notre capacité hydroélectrique, totalement absente en Belgique qui n’a d’autre choix que de bruler du fossile pour compenser ce que ne fournit pas son nucléaire. Pour eux comme pour bien d’autre pays le régulateur du réseau sera le fossile.

      Répondre
  • Il y a pas de jour où Rochain ne condamne le mix actuel français. Alors, donnons la parole à RTE et réconcillions les plus extrémistes dans ce débat : « Les émissions de CO2 du secteur électrique
    français ont tendanciellement diminué au cours
    des dernières années pour atteindre environ
    19 millions de tonnes en 2019. Rapportées à la
    production, cela revient à un contenu carbone
    moyen très faible en comparaison d’autres pays
    européens dont le mix s’appuie encore beaucoup
    sur des centrales thermiques à combustible fossile. À titre de comparaison, les émissions du secteur électrique se sont élevées en 2018 à plus
    de 270 millions de tonnes en Allemagne, près de
    70 millions au Royaume-Uni, ou encore environ 90 millions en Italie. » https://www.concerte.fr/system/files/concertation/Note%20Bilans%20CO2%20V3.pdf

    Répondre
    • Cochelin re il n’y a pas de jours ou on ne subit pas ce négationnisme des gogos …vous ne savez même pas que l’on est très bientot en 2020 ? …et vous n’avez toujours pas expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265840499_10228032232976023_1506064702052882174_n.jpg?_nc_cat=106&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=dSRrAcmiBGcAX-Z23Z9&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT9YcfXsl2rDzJ5okFGGP-MFL1M692kw-2FESHp1tl5bIQ&oe=61BC5276

      Répondre
      • A part ça, monsieur Isambert ferait bien de s’abstenir de son perpétuel

        commentaire sans intérêt.

        Faut se renouveler, à moins d’être déjà aussi sénile que le « petit ingénieur de

        troisième zone ».

        Répondre
        • Marguerite RE : il faudrait peut être arrêter de vous tromper de cible … alors que vous confirmez tous mes propos 🤣 🤣

          Répondre
          • Marguerite n’a jamais confirmé aucun des propos de monsieur Isambert.

            Un petit effort, évitez de répéter les mêmes choses, qu’elles soient vraies ou pas.

            Si vous voulez créer le doute chez vos adversaires, apportez des arguments nouveaux à votre moulin.

        • Marguerite vous devriez mieux relire les posts car vous vous trompez complètement de cible 🤣 🤣 et une fois de plus je ne poste que des faits / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier …

          Répondre
    • Cochelin extrait du bilan 2019 de RTE qui chiffre les économies de Co² réalisées grâce aux ENR en France et en Europe au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain .. je vous laisse poster ceux de 2020 pour prouver l’évolution favorable à tout le monde https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265336258_10228032231815994_4869996871122225296_n.jpg?_nc_cat=100&_nc_rgb565=1&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=6pyvRmtgnxYAX8mBP5c&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=162f1a845be03c25694f1b451c1f10b2&oe=61BC231B

      Répondre
      • Il est évident que ISAMBERT ne lit pas les commentaires ni les liens associés. Celui-ci republie le même dossier de RTE que moi plus haut. Nous sommes d’accord sur cela au moins. Mais dans la réalité, nous sommes encore nettement mieux placés que ces autres pays en contenu carbone. ISAMBERT le reconnaitrait- il ?

        Répondre
        • Cochelin vous ne lisez pas ou vous ne voulez pas comprendre la vrai situation en France ? avec des chiffres tronqués au départ qui ont toujours été sujet à caution et obsolètes .. alors que c’est un faux débat car vous oubliez les bases du sujet : il faut parer énergie et c’est bien les ENr qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. et qui améliore le retour Co² de tous les matériaux/ matériels … Re encore une fois et vous n’avez toujours pas expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265840499_10228032232976023_1506064702052882174_n.jpg?_nc_cat=106&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=dSRrAcmiBGcAX-Z23Z9&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT9YcfXsl2rDzJ5okFGGP-MFL1M692kw-2FESHp1tl5bIQ&oe=61BC5276

          Répondre
          • A part ça, monsieur Isambert ferait bien de s’abstenir de son perpétuel commentaire sans intérêt.

            Faut se renouveler, à moins d’être déjà aussi sénile que le « petit ingénieur de
            troisième zone ».

        • Et voilà Cochelin qui rebouché pour la deuxième fois de la journée sur le refrain « nous sommes les meilleurs ». Même si c’est en trichant ça n’a pas grande importance…. 😎

          Répondre
    • Parce que le mix actuel est condamnable !
      Comment peut on admettre un mix de fait dans lequel ce sur quoi nous misons depuis 60 ans est incapable de fournir plus de la moitié en raison du non respect de ses promesses de pilotabilité ?
      Une technique qui nous ment depuis toujours fini par devoir se découvrir malgré les tentatives inavouables de ses partisans pour cacher ses carances !

      Répondre
  • Se partisans (des avantages du mix Français) que sont RTE, le ministère de l’Ecologie, l’Académie des Sciences et Technologies, le GIEC, l ‘IEA, et autres institutions.

    Répondre
    • Aucun des organismes que vous citez n’est partisan de notre mix électrique. Vous essayez de nous faire croire que ce sont des voix unanimes qui s’expriment ?
      Tous ces organismes sont constitués de dizaines ou centaines de personnes ayant chacun leur « préférence » et vous mentez sciemment en prétendant qu’ils sont représentatifs ne serait-ce que la majorité de leur organisme. Notamment ceux à l’international qui sont majoritairement contre le nucléaire comme en témoigne l’abandon du nucléaire par tous nos voisins sans aucune exception.

      Répondre
      • @SR
        J’ai des doutes quand même sur la possibilité d’aller au bout de la transition énergétique, sans nucléaire en ce qui concerne certains de nos voisins:
        La Belgique, de par son espace maritime limité et sa forte densité de population, même si elle peut compter sur l’éolien offshore du RU.
        L’Allemagne, et tous les pays de l’Europe de l’Est, sauf dans les zones côtières, du fait de la difficulté d’exploitation des ENR.
        La Suisse qui s’en remet à ses importations en hiver comme elle ne veut pas développer l’éolien (son gisement étant de toutes manières faible)
        L’Italie: par sa densité de population et la faiblesse de son gisement éolien.
        Par contre, les pays suivant disposent d’un bon gisement d’ER par rapport à leur densité: le Portugal, l’Espagne, la France, le RU, l’Irlande, le Danemark, la Norvège, la Suède

        Répondre
        • Cela dit, ces pays importent déjà du pétrole et plein d’autres ressources, ils pourraient importer de l’hydrogène vert produit à base de PV en zone tropicale. C’est ce qui était prévu dans le projet Desertech. Et je crois que l’Allemagne passe déjà des accords avec l’Australie dans ce domaine.

          Répondre
          • Bien sur qu’il y a des solutions, San Marin, Monaco, Andore…… le Vatican 😉 n’auront jamais de solutions PAR EUX-MEMES, l’énergie est un problème même pas à l’échelle du continent, mais de la planète.

        • Marc, le sans nucléaire sera de toutes les façon obligatoire pour tout le monde dans assez peu de temps à l’échelle de la durée de vie de notre civilisation (du moins je l’espère assez longue encore), alors il faudra sauter le pas et plus on tarde plus ce sera l’épée dans le dos. le doute n’est pas de mise.

          Répondre
  • Même Marguerite dégringole isembert et son disque rayé branché sur un fond de sénilité qui désert la cause de la meute !
    Bien décrit qd même.
    Pour le reste tjrs la même rengaine les ENRi sont fantastiques et le nucléaire c’est nulle avec tous les défauts de la terre !

    Répondre
    • Michel Dubus le troll stérile qui essaie vainement de rejeter ses propres inepties sur les autres … les faits / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier face aux inepties des trolls stériles ça vous dérange tant que ça ? 🤣 🤣

      Répondre
  • Bonjour,
    Je viens de constater à 18h15 le 13 12 2021 sur
    https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere
    1- Production
    Eolien 1 375 MW produits sur 18 549 MW installés
    Solaire 0 MW produit sur 12 447 MW installés
    2- Sachant que
    C’est seulement un peu mieux pour l’éolien en mer
    Le stockage de masse correspondant aux besoins n’est pas pour demain.
    De même pour l’H2 dont le rendement est de l’ordre de 25 %
    Les Allemands gardent une puissance pilotable de 100 000 MW
    Les Allemands ont installé une puissance ENRi de 100 000 MW (éolien plus solaire)
    Les Allemands veulent sortir du charbon 820gCO2eq/kWh et avoir un secours gaz 490gCO2eq/kWh
    3- Conclusion
    Les Allemands ont investi en double et certains chez nous veulent les imiter.
    Il faut sortir de la politique et mettre les pieds dans la réalité et la technique.

    C’est assez drôle d’entendre certains discours dire qu’il faut du pilotable (nucléaire) à 50% et d’ajouter tout de suite qu’il faut des ENRi ; alors qu’avec les chiffres ci-dessus il faut déduire que nous serions avec la moitié de la France sans électricité. (Comme j’ai pu constater les coupure d’électricité lors de certains voyages… D’ailleurs il faudrait que je ne voyage plus, bilan carbone oblige !!!)

    Bonne analyse

    Répondre
    • Stoclin vous ne pensez même pas que pour que les ENR produisent en France il faudrait déjà les installer ? RE : à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/266031960_10228030126483362_3637850176084788288_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=p2ZBOdHpUoMAX83QjYE&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=6348bbacf53fd290cfdbc1bced6af90e&oe=61B7D4D6

      Répondre
    • En Allemagne, la capacité installée en éolien et photovoltaïque est de 119 GW, celle en fossiles + nucléaire de 76 GW.

      La production d’électricité au gaz a été à peu près la même en 2019 qu’en 2010.
      Celle du nucléaire a diminué de 65 TWh.
      Celle au charbon et lignite a diminué de 91 TWh.
      Celle des renouvelables a augmenté de 137 TWh.

      Comme l’on voit, contrairement au mensonge habituel, ce ne sont pas les fossiles qui ont remplacé le nucléaire (et encore moins le charbon), mais les énergies renouvelables.

      Et il n’est pas besoin d’un MW de centrale à gaz pour chaque MW d’éolien et de solaire.

      Répondre
      • Marguerite vs avez écrit
        « En Allemagne, la capacité installée en éolien et photovoltaïque est de 119 GW, celle en fossiles + nucléaire de 76 GW. »
        Dans mes tablettes, en pilotable et en non pilotable, cela se décompose comme suit :
        En 2020 en Allemagne, la puissance installée :
        . EN PILOTABLE (fossile, hydraulique, nucléaire, bioénergie) 116,7 GW( 50 %)
        ….gaz 30,5 GW (13 %)
        …Charbon 23,8 GW (10%)
        …Lignite 20,6 GW (9%)
        …Fioul 4.4 GW (2%)
        …Divers + stockage 14.5 GW (6%)
        …Hydraulique 4.9 GW (2%)
        …Nucléaire 8.1GW (3%)
        …Bioénergie & biomasse 9.9 GW (4%)
        . EN NON PILOTABLE (Eolien, solaire soit les ENR intermittentes) : 115 400 MW ( 50 %)
        … Eolien 62,1 GW (27%)
        … Photovoltaïque 53.6 GW (23%)
        Total installé du parc allemand :232 100 MW en 2020.
        Je referai les comptes en 2022 pour l’année 2021 quand tout sera consolidé.

        Répondre
        • Michel DUBUS pour vous aider je vous remet la réalité du terrain à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/266031960_10228030126483362_3637850176084788288_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=p2ZBOdHpUoMAX83QjYE&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=6348bbacf53fd290cfdbc1bced6af90e&oe=61B7D4D6

          Répondre
          • féaux la Francez exporte plus de courant uq’elle n’en importe de plus la carte 2021 electricity map montre que la France fait mieux que l’Allemagne et d’autres pays espagne etc

          • jean girard la encore vous avez tout faux : vérifiez que c’est bien l’Allemagne qui continue de dépanner la France comme elle le fait depuis des années ..

          • En dépit de la désinformation orchestré par le lobby nucléaire, la France achète depuis toujours plus d’électricité à l’Allemagne qu’elle ne lui en vend et ça se voit même tous les jours sur eco2mix de RTE/EDF

  • L’éolien offshore allemand est à environ 60% de taux de couverture théorique des besoins d’octobre à mars, et apportera une production plus régulière que l’actuelle. Par ailleurs, on voit bien que des écrêtements conséquents devront être passés sur l’éolien terrestre.
    https://energy-charts.info/charts/power/chart.htm?l=fr&c=DE&stacking=stacked_absolute_area&source=sw&legendItems=1111111111&interval=month&month=10
    Une autre vision de ce mois d’octobre 2021
    https://energy-charts.info/charts/power/chart.htm?l=fr&c=DE&stacking=stacked_absolute_area&source=all&legendItems=00110000011111100&interval=month&month=10
    qui montre les écrêtements à passer et les compensations par centrale à gaz (fossile, bio ou de synthèse)
    La biomasse devra évoluer en suivi de charge, et non pas en base.
    On voit que la production est plus régulière en Espagne.
    https://energy-charts.info/charts/power/chart.htm?l=fr&c=ES&stacking=stacked_absolute_area&interval=month&month=10&legendItems=0110000111111100
    Et en plus, à 25 euros le MWh solaire ou éolien, l’Espagne peut fabriquer de l’hydrogène pour son back-up

    Répondre
    • Cochelin alors que la France était pionnière dans les ENR .. et c’est valable dans tous les domaines: on est toujours à la traine de monde pour évoluer dans le bon sens …. mais les premiers pour la pollution et les déchets ultimes …

      Répondre
    • Non c’est vous qui misez sur le 100% importation de notre énergie électrique…. Tant qu’il y en a au Niger et au Kazakhstan.
      Moi je mise sur l’énergie locale, Soleil vent bioénergie hydraulique… Que du local.
      Vous n’avez toujours pas compris que l’indépendance énergétique c’est le renouvelable et uniquement le renouvelable
      Vous n’en ratez pas une !

      Répondre
      • Toujours autant de bagout et sans vergogne pour prétendre que le renouvelable est local ! Il est vrai que les croyances permettent toutes les chimères, il suffit d’y croire pour s’en convaincre et si ça ne marche pas j’écrirai 100 lignes : Non les panneaux photovoltaïques ne viennent pas de Chine !

        Répondre
        • Encore un con qui nous prend pour des imbéciles incapables de fabriquer des panneaux solaires et des éoliennes…. pour lui, les chinois sont si intelligents qu’ils sont les seuls à savoir faire ça….. comme votre PC, votre telephones, vos chaussettes et votre slipe ! La preuve ? c’est que vous acheztez tout ça en Chine.
          Mais essayez de trouver de l’uranium en France…. on a seché le peu qu’on avait en 15 ans et la derniere mine a fermé il y a 20 ans…. !

          Répondre
          • Et alors Super CON que vous êtes, démontrez nous comment la France serait capable de fabriquer tous vos rêves en n’extrayant l’essentiel des matériaux sur son sol !
            Vous répondez parfaitement à un des deux éléments sans limite que dénonçait Einstein (légende?): l’univers et la connerie.

          • C’est le nucléaire qui produit toute sa puissance en l’extrayant du sol pour en transformer la matière en energie.
            Les renouvelables produisent leur puissance en la captant du Soleil avec des dispositif faits de matières extraites du sol et qui y retourneront car elles ne sont pas transformées en énergie mais restent les matières qu’elles ont toujours été.
            C’est pourtant simple à comprendre même un gosse de 10 ans comprends ça.

        • En 2020, seulement 31 % du photovoltaïque importé en France provenait de Chine.

          Pour 1.000 euros de photovoltaïque importés, 830 euros de PV était exporté, y compris en Chine. Rapport de 5 à 1 avec la Chine, en valeur.

          Les téléphones portables ont coûté 7,5 fois plus en importation que le photovoltaïque. Par rapport à la Chine, c’est 22,6 fois plus.

          Répondre
  • Des déchets ultimes sans conséquences pour la santé humaines car bien surveillés. Mais dans les premiers dans la décarbonation de l’électricité !

    Répondre
  • « Du bétonnage de fond marin sur… moins de 1% de la surface occupé par les parcs éoliens »

    Grosse erreur. Le béton des éoliennes en mer, ce n’est pas « moins de 1 % de la surface … c’est moins de un millième … ou aucun béton.

    Les éoliennes de 12 à 15 MW sont disposées à raison d’une éolienne pour 180 hectares (1.800.000 m2), à peu près une tous les deux km sur des rangées espacées d’environ un km.

    Avec des fondations « jacket », la plus courante, non seulement il n’y a pas de béton, mais ce sont quatre pieux de 2,5 m de diamètre par éolienne : 20 m2 pour 180 hectares (environ 1/100.000).

    Dans le cas le plus extrême, avec des fondations gravitaires en béton ou en acier (ou mixte), le plus souvent creuses, c’est une surface de 800 à 1.200 m2 par éoliennes, toujours pour 180 hectares : 40 à 60 /100.000.

    Comme « bétonisation », c’est assez léger.

    Répondre
  • Toutes ces discussions vides de sens quand on sait que le CO2 dont les émanations anthropiques justifieraient les énergies renouvelables et en premier lieu l’énergie nucléaire plutot que le retour aux moulins à vent de nos ancêtres n’est du fait de la saturation de son effet de serre incapable de jouer le moindre role dans un réchauffement qui reste encore hypothétique dans la mesure où il n’est pas prouvé !
    Comme disait Einstein on sait que la bétise humaine et l’univers sont infinis, mais on n’est pas sûr pour l’Univers !

    Répondre
    • Pour ce qui vous concerne….. le diagnostic est clair : Troubles psychologiques appelé « Le syndrome de Bonnamy » qui se caractérise par la négation d’un phénomène prouvé, au prétexte que son ignorance lui en interdit la compréhension.

      Répondre
      • Félicitation pour cette citation d’autant plus qu’elle vous correspond parfaitement, n’est ce pas vous qui niez la capacité de la fission à produire un maximum d’énergie pour un minimum de matière, accessoirement sans C02, une des plus belle découverte de la science moderne….que manifestement vous ne comprenez pas !

        Répondre
        • Je comprends surtout que c’est la continuité du pillage de la planète, laquelle n’est pas infini, après le charbon, le pétrole, le gaz. L’uranium, il n’y a que les naïfs pour croire que ça peut durer indéfiniment, les derniers naïfs sont les nucleophiles… Don’t vous êtes un bel exemplaire.

          Répondre
          • Encore une fois vous ne répondez nullement aux propos qui vous sont adressés mais uniquement à votre délire constant pour ne pas risquer de vous retrouvez en dissonance cognitive et en pleine crise de schizophrénie!
            Mais passons.
            Pour les limites de la planète je crois être complètement d’accord avec vous, et uranium ou pas tous les convertisseurs d’énergie (vent, soleil, biomasse..) sont aussi consommateurs de matériaux et passer sous silence ces faits pour ne pas vous contredire démontre si nécessaire votre mauvaise foi délirante.
            Entre cons on finira par se rejoindre…
            PS: vous pourriez lire Transition 2017 (réformer l’écologie pour nous adapter aux réalités) de Vincent Mignerot dont je partage l’essentiel et vous découvrirez combien je m’inquiète des limites de la planète, mais je ne doute pas qu’un con comme vous l’avez déjà lu et qu’il est forcément nul!

          • Si vpis saviez lire vous auriez noté que je ne passe pas sous silence, comme vous dites, les mateiaux qui sont nécessaires pour fabriquer les appareils destinés à capter les energies renouvelables puisque je précise que, contrairement au nucléaire, on ne les transforme pas en chaleur et retourneront à la Terre après usage. Un atome de cuivre, de fer, d’aluminium, de n’importe quoi extrait de la Terre pour construire un appareil retournera dans son état d’origine à la Terre.
            Je ne crois pas que ce soit ma mauvaise foi, qui ,soit en cause mais soit la votre, soit votre ignarance….. il faut apprendre à lire Victor.

  • Je ne suis pas sûr que savoir lire suffise pour comprendre votre prose assénant à longueur de posts des bêtises autoproclamées comme prétendre que l’extractivisme des matériaux est sans conséquence pour la planète; consommation d’énergie, déchets et bien d’autres effets néfastes; car ils retourneront à la Terre! De la part d’un si grand scientifique un tel simplisme fait de vous un véritable gourou du renouvelable.
    Continuez dans cette voie et vous atteindrez bientôt le podium du messianisme éolien et solaire.

    Répondre
  • Les arguments vous ont été mille fois détaillés sur les différents posts par moi et bien d’autres. Il est donc inutiles d’y revenir , c’est perdre son temps, vous les niez systématiquement avec une mauvaise foi flagrante et le plus souvent vous digressez sur tout et n’importe quoi pour ne pas apporter vous- même des réponses à nos arguments…..donc je préfère m’amuser avec votre schizophrénie sur le nucléaire et « baver » sur votre petite personne sans aucun remord tellement vous êtes irrespectueux et délirant.
    Bonsoir et à bientôt …..

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective