Nucléaire : Bruxelles autorise l’indemnisation d’EDF pour la fermeture de Fessenheim

Bruxelles a donné son feu vert mardi à l’indemnisation d’EDF par l’Etat français pour la fermeture anticipée de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin).

La France a fermé cette centrale l’an dernier pour réduire la part de l’atome dans sa production électrique et diversifier son approvisionnement. Le préjudice pour l’exploitant EDF a fait l’objet d’un protocole compensatoire avec l’Etat.

Celui-ci prévoit un montant fixe, d’un montant de 370,2 millions d’euros, déjà versé en décembre. Une partie variable, déterminée par des paramètres fixés dans le protocole, doit être versée ultérieurement.

La Commission européenne a “confirmé le caractère proportionné de la mesure, pour autant que cette dernière visait à couvrir l’anticipation des coûts dument établis et justifiés”, selon un communiqué.

L’exécutif européen estime que cette mesure “est nécessaire et appropriée, puisqu’elle permet à la France de mettre en oeuvre une politique de diversification des sources de production d’électricité”, toujours largement dominées par le nucléaire.

Sans exclure un éventuel avantage accordé à EDF par rapport à d’autres producteurs d’énergie, Bruxelles conclut que “les effets positifs de la mesure l’emportent sur les éventuelles distorsions de concurrence”.
aro/fmi/clp/

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    « La France a fermé cette centrale l’an dernier pour réduire la part de l’atome dans sa production électrique et diversifier son approvisionnement ». Bruxelles avec macron et ses sbires parlent de diversification de l’approvisionnement, c’est de la réécriture des faits comme dans le livre 1984 de George Orwell pour justifier cet arrêt, la réalité c’est de se faire bien voir par les verts pour se faire réélire en 2022. On devrait soustraire cet argent de sa future campagne présidentielle si on voulait être équitable !

    Répondre
  • Avatar

    EDF fut créée par CDG. Elle était un actif de chaque citoyen français avant de passer sous statut privé sous l’injonction de l’UE. Dans la logique de cette UE biberonnée au libéralisme, fermer Fesheinheim revient à détruire du capital, donc il est logique d’indemniser le détenteur de ce capital!
    “Tel est pris qui croyait prendre” Jean de Lafontaine

    Répondre
  • Avatar

    La créaton d’une entreprise quelle qu’elle soit doit prendre en compte sa fin d’activité (elle aussi quelle qu’en soit la raison!)…
    La législation doit sévèrement évoluer pour anticiper les côuts de cessation d’acitivité, démantèlement et remise en état des lieux! RIEN DE TOUT CELA et pire même quand on constate que des fonds publics sont versés! le monde à l’envers!
    Un détail ”oublié” comment chiffrer les surfaces de fonciers définitivement perdues pour cause de rayonnements radio actifs ”durables autant que mortels”?
    J’ai été invité aux débats suite à la projection du documentaire ”La solution radio chat”… à voir sur le net, c’est instructif autant que terrifiant!

    Répondre
  • Avatar

    Le parc nucléaire a été construit sur décision de l’Etat français dès le choc pétrolier de 1973 et jusque dans les années 1990 pour assurer l’indépendance énergétique (la souveraineté si on préfère) de la France.
    Le parc nucléaire a été spolié par le même Etat français, suite à des décisions scandaleuses prises par un certain Hollande afin de s’assurer les voix d’EELV en 2012. Et Macron, pour conserver ces mêmes voix, a mis en exécution l’arrêt de Fessenheim, et il hésite maintenant à aller plus loin, après avoir repoussé de 10 ans la baisse de 75 à 50 % de la part du nucléaire dans la production d’électricité.
    L’Etat a été forcé par le Conseil Constitutionnel à indemniser EDF, qui est une SA (même si l’Etat est l’actionnaire majoritaire).
    Que vient faire la Commission européenne là dedans ? Cherchait-elle une faille dans le contrat EDF-Etat pour empêcher cette juste indemnisation ? Pourquoi doit-on remonter à Bruxelles pour gérer ce type de deal, même s’il est honteux (car la France se tire une balle dans le pied) ?
    Est-ce bien l’Europe pour laquelle on a voté (oups, non le peuple français a voté contre, mais Sarkozy est passé en force).
    Bref, l’Etat français, sous la responsabilité conjointe de Hollande et de Macron, nous fait honte : acheter des votes par l’arrêt d’une centrale qui va coûter aux contribuables 400 millions d’€ (somme déjà versée) puis 4 milliards supplémentaires sur les prochains 20 ans, devrait être puni par la loi. Et la Commission Européenne, complice de l’arrêt de Fessenheim en raison de la pression allemande (Merkel a pesé de tout son poids politique auprès de Macron, car le nucléaire français donne à notre pays un avantage concurrentiel déterminant à nos entreprises), n’en sort pas avec les honneurs.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective