Merkel ouvre le salon de l’auto de Francfort, en pleine “révolution” du secteur

Angela Merkel a promis jeudi d’aider une industrie automobile allemande en pleine “révolution”, mais jugé qu’il revenait aux constructeurs eux-mêmes de relever le “défi” climatique et de rétablir la confiance ébranlée par le “dieselgate”.

La chancelière a ouvert officiellement jeudi le Salon automobile de Francfort (IAA), l’occasion d’adresser plusieurs messages à cette industrie-phare en Allemagne.

“Je pense que ce serait une erreur de penser que nous pourrions proposer des programmes de subventions de l’État qui correspondent aux innovations des dix prochaines années” en matière de réduction des émissions de CO2, a prévenu Mme Merkel.

“On ne sait encore jamais vraiment comment les révolutions vont se dérouler, et c’est pourquoi nous devons les organiser de la manière la plus linéaire possible”, a-t-elle ajouté.

Au même moment, plusieurs dizaines de personnes manifestaient à proximité du salon pour réclamer “la protection du climat plutôt que des SUV”, ces gros 4×4 urbains omniprésents dans les gammes des constructeurs. Une manifestation plus importante est prévue samedi.

La puissante industrie automobile allemande est sur la défensive depuis plusieurs mois. Les critiques affirment que le secteur ne parvient pas à réduire les émissions de carbone.

L’industrie automobile a “une énorme tâche devant elle”, réduire de 40% d’ici 2030 les émissions de CO2, a estimé Mme Merkel.

Atteindre cet objectif est “une tâche herculéenne pour vous et pour nous”, a-t-elle lancé aux constructeurs automobiles. D’autant que la “confiance” des consommateurs a été ébranlée par les systèmes “inadmissibles” de trucage des moteurs diesel mis en place par plusieurs constructeurs.

“C’est pourquoi il est juste et important que l’industrie fasse maintenant preuve de fiabilité”, a fait valoir Mme Merkel.

Elle a aussi plaidé pour une diversification de l’industrie automobile, avec le développement en particulier des moteurs électriques. Mais ce virage a un “prix”, a-t-elle souligné. Il nécessite en effet de développer de nouvelles infrastructures.

“Les voitures ne sont vraiment respectueuses du climat que lorsque l’électricité est produite à partir d’énergies renouvelables”, a expliqué Mme Merkel.

“La fiabilité de l’infrastructure de charge (des batteries) est d’une importance capitale pour le succès de l’électro-mobilité”, a-t-elle martelé, pointant le fait que les 20.000 points de charge actuels en Allemagne étaient “loin d’être suffisants”.

“Si la protection du climat est une tâche humaine – comme je le pense -, nous devons payer ce prix, car sinon nous payons des prix complètement différents”, bien plus élevés, a-t-elle mis en garde.

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective