Mars 2015, un mois exceptionnel pour l'électromobilité en France

Le marché de l’électromobilité commencerait-il à s’envoler? Il est peut-être un peu tôt pour l’affirmer mais les fervents défenseurs des transports respectueux de l’environnement ont de quoi être optimistes. En effet, selon les chiffres publiés par l’Avere le 1er avril dernier, ce ne sont pas moins de 1.621 nouvelles immatriculations de véhicules électriques (1.199 particulières et 422 utilitaires) qui ont été enregistrées en mars 2015.

Ce sont donc 580 unités de plus qu’en mars 2014  : avec une progression de 55%, l’évolution est plus que notable, et il semble que les récentes annonces gouvernementales pour soutenir la mobilité propre ont eu un effet d’électrochoc sur ce marché encore balbutiant. Reste à espérer que cette évolution se pérennise dans le temps.

On notera que le segment des voitures électriques pour particuliers dépasse une fois de plus le cap du millier d’immatriculation (avec 1.199 unités) établissant ainsi sa part de marché à un petit 0,6% (on dénombre désormais 1 véhicule électrique sur 1.000 en circulation). Un segment dominé une fois de plus par la Renault Zoé (570 unités écoulées, soit 48% de parts de marché) suivie par la Nissan Leaf (332), la Tesla Model S (74), la Bolloré Bluecar (75) et la Kia Soul EV (48).

Les utilitaires électriques progressent également avec 422 immatriculations en mars (soit 27% de plus qu’il y a un an). Le Kangoo ZE truste une fois de plus le podium des véhicules le plus vendus (215 modèles) devant le Nissan E-NV200 (46 unités écoulées).

La mise en place du superbonus le 1er avril va renforcer la tendance à la forte hausse du marché du véhicule électrique. Ce superbonus et l’enrichissement de l’offre sont des leviers clés pour le déploiement de la mobilité électrique en France. On constate en effet que les constructeurs sont au rendez-vous avec des offres particulièrement attractives qui devraient séduire un plus large public de professionnels et de particuliers”, estiment Joseph Beretta, président de l’Avere-France.

Alors qu’un nouveau pic de pollution touche Paris, la Ministre de l’Écologie Ségolène Royal a réaffirmé sa réticence envers la mesure de circulation alternée et estime que la solution se trouve du côté de l’électromobilité.

“L’important est de mener toute l’année des politiques de villes respirables car on ne peut pas vivre tout le temps sous l’épée de Damoclès de la circulation alternée. C’est aux agglomérations de prendre leurs responsabilités. Celles qui auront un projet d’envergure pour améliorer la qualité de l’air seront aidées par l’État”, estime Mme Royal qui souhaite que d’ici 5 ans “tous les taxis et les bus soient électriques en ville”.

Crédit photo : AMT – Agence métropolitaine de transport

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective