conversion-urnanium-orano

La conversion d’uranium ne connaît pas la crise

Contrairement à certaines idées reçues, la filière nucléaire ne se réduit pas à la construction et à l’exploitation de centrales. La conversion de l’uranium constitue une étape essentielle et donc stratégique nécessitant des technologies de pointe. Une activité industrielle dont les usines sont… en France

En France comme à l’étranger, le nucléaire fait polémique. Dans l’Hexagone, les débats sont vifs sur le nombre de réacteurs à maintenir, la quantité de centrales à démanteler ou encore d’EPR à déployer dans les années à venir.

A l’international, le sujet est tout aussi sensible et les positions divergent. La Chine entend augmenter ses capacités nucléaires tout en développant de concert les énergies renouvelables.

Le Japon tâtonne et cherche un nouveau modèle énergétique après la catastrophe de Fukushima. L’Allemagne a, quant à elle, décidé de fermer sans appel ses centrales nucléaires tout en misant sur le charbon avec les conséquences préoccupantes en matière de pollution que celui-ci génère.

Le nucléaire n’a pas dit son dernier mot

Même si la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévoit en France une baisse à 50 % de la part du nucléaire dans la production d’électricité sur les deux prochaines décennies, la France considère que la filière nucléaire a un rôle majeur à jouer pour accompagner la montée en puissance des énergies renouvelables.

Pas de sortie du nucléaire à l’horizon en France et dans de nombreux pays étrangers et, si certains accusent le nucléaire de tous les maux, il n’a résolument pas dit son dernier mot. Qui dit énergie nucléaire dit uranium, minerai qui ne peut être utilisé à l’état brut à son arrivée des mines du Niger, de Namibie ou du Kazakhstan.

Dans le contexte actuel avec plus de 400 réacteurs en fonctionnement et 60 en construction, les besoins en matière de conversion et d’enrichissement d’uranium  restent très forts.

Les usines les plus modernes du monde

Pour devenir un combustible adapté aux réacteurs des centrales nucléaires, l’uranium doit être dans un premier temps transformé chimiquement (conversion) puis enrichi afin que la réaction nucléaire soit plus efficace. Il pourra alors être utilisé pour fabriquer le combustible nucléaire permettant la production d’électricité dans les centrales nucléaires.

Les enjeux économiques et stratégiques de cette activité de conversion sont conséquents. L’entreprise française Orano (ex-Areva) l’a compris et a investi dans de nouvelles usines de conversion, à la fois à Malvési (Aude) et à Tricastin (Drome).

Avec ces nouvelles usines représentant un investissement de plus de 1 milliard d’euros, la France dispose des usines les plus modernes au monde en la matière.

Conversion d’uranium : mode d’emploi et savoir-faire français

Le processus de conversion de l’uranium est très technique. Seules quelques entreprises dans le monde le maîtrisent. Après avoir purifié les concentrés uranifères du monde entier et réalisé leur concentration, la phase de conversion, c’est-à-dire la transformation chimique de l’uranium, va pouvoir débuter.

Elle va se dérouler en 2 étapes : conversion de l’uranium concentré en tétrafluorure d’uranium (UF4) puis en hexafluorure d’uranium (UF6). Cette transformation chimique est indispensable pour pouvoir réaliser la dernière étape de la transformation de l’uranium : l’enrichissement. Pour produire de l’énergie, la réaction nucléaire s’appuie sur la fission des atomes d’uranium. Or, à l’état naturel, la partie fissile de l’uranium ne représente que 0,7% du total.

Pour que la réaction nucléaire soit efficace, il faut que l’uranium fissile représente plus de 4%. D’où la nécessité de l’enrichissement et préalablement de la conversion. Avec ses deux usines de conversion et son usine d’enrichissement, Orano dispose d’une plateforme industrielle unique en Europe et l’une des plus importantes au monde avec plus de 2.500 salariés.

Des sites qui approvisionnent plus de 60 clients à travers le monde, notamment le français EDF qui fait appel à son expertise pour alimenter les centrales nucléaires françaises en uranium.

Leur capacité de production permet aux usines d’Orano de contribuer à la fourniture d’électricité bas carbone pour plus de 90 millions de foyers, soit l’équivalent de la France, l’Angleterre et l’Allemagne réunis. L’entreprise dispose d’un plan de charge rempli à plus de 90% pour les 10 années à venir.

Et l’environnement dans tout ça ? 

Les usines dernière génération de conversion répondent aux normes de sûreté les plus exigeantes. Avec notamment un confinement renforcé, une compartimentation en plus de 200 salles, une résistance accrue aux séismes…

Les innovations ont également permis de réduire l’empreinte environnementale avec la réduction des réactifs chimiques (- 50% d’acide) mais également de diviser par 10 sa consommation d’eau.

Malgré quelques polémiques, la conversion de l’uranium continue de s’inscrire dans une démarche de progrès continu avec la volonté de réduire le volume de déchets et d’effluents produits tout au long du procédé industriel.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective