trump

Énergie : Trump, un pragmatique à la Maison Blanche

Pour Gérald Olivier, journaliste spécialiste des États-Unis, le nouveau président américain a bien pour objectif l’indépendance énergétique de son pays. Décryptage.

Le président américain Donald Trump peut-il atteindre son objectif d’indépendance énergétique affiché ?

Les Etats-Unis ont la capacité d’être totalement indépendants en matière d’approvisionnement énergétique et Donald Trump est le premier président qui manifeste une vraie volonté de parvenir à cette indépendance. Ses prédécesseurs ont tous évoqué cet objectif sans toutefois jamais se donner les moyens de l’atteindre. Depuis les années 1970 et le premier choc pétrolier, le pays s’est rendu compte qu’il était dépendant du Moyen-Orient et d’autres pays pour ses importations en hydrocarbures. Le Moyen-Orient étant une région très instable, cette dépendance avait une incidence sur la sécurité économique des Etats-Unis et sur leur politique étrangère.

Cette situation a généré plusieurs crises. L’une des plus graves s’est produite sous la présidence de Jimmy Carter en 1979. Les Etats-Unis ont dû affronter à la fois une montée des prix du pétrole, et une révolution en Iran, donc la perte d’un allié géostratégique. 10 ans plus tard, quand l’Iraq de Saddam Hussein a menacé l’Arabie Saoudite, allié américain et très important fournisseur de pétrole, les Etats-Unis ont été obligés d’intervenir militairement. Ce fut la première guerre du Golfe dont l’une des conséquences imprévues fut le retournement d’Al Qaida, jusqu’alors allié des Américains contre l‘Union soviétique en Afghanistan, contre l’Amérique, avec les conséquences que l’on sait. Les Etats-Unis savent mieux que quiconque que l’énergie est un domaine clé qui précède tous les autres.

Depuis que le premier choc pétrolier a mis en lumière leur dépendance ils ne cessent d’évoquer le besoin de recouvrer leur fameuse indépendance énergétique. Cet objectif, toutefois, n’a jamais été sérieusement poursuivi par les occupants de la Maison Blanche. Jusqu’à Donald Trump. Ce dernier revendique cette indépendance par nationalisme, mais il sait aussi que pour y parvenir il bénéficie de ressources largement inexploitées. Les Etats-Unis possèdent de gigantesques gisements de gaz naturel et depuis quelques années les techniques de fracturation hydraulique permettent d’exploiter aussi leurs réserves de gaz de schiste. Ces deux ressources permettraient aux Etats-Unis de produire 100% de l’énergie qu’ils consomment. Ce n’est pas utopique. Si demain les ressources fossiles dont disposent les Etats-Unis, en Pennsylvanie, au Dakota, au Texas, en Alaska et dans leurs eaux territoriales de l’Atlantique et du Pacifique, sont exploitées, les Etats-Unis pourront non seulement produire de quoi se suffire à eux-mêmes mais aussi devenir exportateurs.

La géopolitique de l’énergie s’en trouverait-elle totalement bouleversée ?

Inévitablement, car les Etats-Unis importent aujourd’hui 8 millions de barils par jour en provenance du Canada, du Mexique, de l’Arabie Saoudite, du Venezuela, et d’autres. La fin de ces importations susciterait un surplus de production sur le marché mondial et probablement une chute des prix de l’or noir.

Ce n’est pas non plus un hasard si Trump veut se rapprocher de la Russie, pays qui possède également des réserves considérables. Si les Etats-Unis et la Russie cherchent à travailler main dans la main, le monde de l’énergie s’en trouverait chamboulé. L’Europe, importatrice nette, serait bien sûr impactée.

Trump va-t-il sonner le glas des énergies renouvelables ?

Donald Trump n’est pas spécialement opposé aux énergies renouvelables. Cela fait partie des nombreuses idées fausses qui circulent à son sujet. Ce qu’il rejette, c’est l’intervention gouvernementale sur les marchés. Il ne veut absolument pas que l’Etat fédéral décide des gagnants et des perdants. Donald Trump ne souhaite donc pas que le gouvernement américain subventionne les énergies renouvelables pour compenser leurs coûts élevés actuels. En termes de coûts de production, l’électricité produite à partir de l’éolien et du photovoltaïque, revient jusqu’à trois fois plus cher que celle produite à partir du charbon. Barack Obama a cherché à atténuer cet écart en finançant une partie de la recherche destinée au développement des ENR, Donald Trump va vraisemblablement supprimer ces subventions. Mais si les énergies renouvelables deviennent économiquement concurrentielles, Trump n’aura rien contre elles. Il faut savoir qu’il a choisi comme ministre de l’énergie l’ancien gouverneur du Texas, Etat qui est en mesure de produire jusqu’à 15% de son électricité grâce à l’éolien. Et il ne faut pas perdre de vue non plus que la principale énergie renouvelable, aujourd’hui, reste l’hydroélectricité qui représente 60% des ENR aux USA. Donald Trump est un pragmatique pas un idéologue.

Pensez-vous que Donald Trump va mettre l’Iran, un des plus gros producteurs de pétrole et de gaz, au banc des nations ?

L’accord international de juillet 2015 ne lie pas seulement les États-Unis à l’Iran mais il lie également la Russie, la Chine, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni. C’est un accord international. Il ne peut pas être annulé d’un simple coup de plume. Il est possible que les États-Unis en sorte mais ce n’est ni facile ni nécessairement dans leur intérêt. L’Iran est un marché important. Si d’autres pays profitent de la levée des sanctions pour y investir, les Etats-Unis auraient tort de rester à l’écart et de laisser ses concurrents se partager un tel gâteau…

Crédits photo : @Reuters

 

commentaires

COMMENTAIRES

  • Loyen Richard

    Quelles sources économiques pour affirmer “En termes de coûts de production, l’électricité produite à partir de l’éolien et du photovoltaïque, revient dix à quinze fois plus cher que celle produite à partir du charbon”
    Affirmation fausse selon de nombreuses études (IEA, Bloomberg, Lazard, IRENA,…).

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective