Électricité : l’ineptie des « 100% renouvelables »

Éclairage signé  Serge Gil, ingénieur hydraulicien et ancien chef de services techniques et de sécurité au Commissariat à l’Energie Atomique (CEA).

L’hypothèse soutenue par les plus durs des dits « écologistes » pour la production de notre électricité est le « 100% renouvelables ». Traduit en langage clair, c’est en réalité « Zéro nucléaire », à ne pas confondre avec « Zéro CO2 ».

En fait, les rejets de CO2 augmentent quand la proportion des dits renouvelables (EnRI[1] ) s’accroît dans notre mix électrique pour y remplacer le nucléaire. Mais au-delà de cette évidence, comment peut-on, ou seulement peut-on, couvrir nos besoins, actuels ou futurs avec du vent, du soleil et quelques autres artifices dits exempts de CO2 ?

Un grave malentendu au départ. L’antienne des tenants de l’éolien et du solaire réside dans la formule : ce sont des énergies gratuites, inépuisables et propres. Quatre erreurs (quatre mensonges) en quatre mots, c’est beaucoup.

– Ni le vent ni le soleil ne sont des énergies; ce sont des sources d’énergie. Au même titre que l’eau des barrages, le gaz, le pétrole, le charbon ou l’uranium. Il faut les exploiter pour avoir de l’électricité.

– Cette transformation n’est pas gratuite. Eoliennes et panneaux solaires (importés) avec beaucoup de réseaux et de régulations en raison de leur dispersion, coûtent cher. D’ailleurs pas rentables puisque subventionnés.

– Elles s’épuisent plusieurs fois par jour (notamment le soleil), par mois et par an.

– Elles ne sont ni propres ni vertes pour deux raisons: la fabrication des machines et matériels (importés) avec des matériaux polluants et la nécessité d’appoint au gaz (importé) en raison de leur intermittence.

À noter que ce réquisitoire n’établit aucun rapport avec le nucléaire et est valable quelle que soit la proportion de ces EnRI de 1 à 100%. Dans le même esprit, nous ne tiendrons pas compte des critiques faites à ces énergies. Seules les capacités à subvenir à nos besoins nous intéressent.

Le supposé idéal

Le lundi 25 janvier 2021, Madame Pompili, ministre de la Transition écologique, « saluait la publication du rapport AIE -RTE » qui conclut à la faisabilité technologique d’un système électrique tendant vers 100 % d’électricité renouvelable.

Ce rapport de 24 pages ne comporte aucun chiffrage, ni en besoins à couvrir, ni en moyens de couverture, ni bien sûr, en coûts. S’il faut en retenir une phrase, notons : « Avec des parts élevées d’éolien et de photovoltaïque, cela pourrait se traduire par des incertitudes plus conséquentes sur la production… »

Fin octobre, RTE publie un rapport « Futurs énergétiques 2050 » qui prévoit plusieurs scénarios dont le M0 à 100 % de renouvelables (avec 8% d’hydraulique).

Pas un mot sur le gaz (russe ou algérien, polluant) pourtant indispensable aux intermittences du vent et du soleil. S’il faut n’en retenir qu’une phrase sur 64 pages: « Les scénarios à très hautes parts d’énergies renouvelables, ou celui nécessitant la prolongation des réacteurs nucléaires existants au-delà de 60 ans, impliquent des paris technologiques lourds. Autrement dit, on joue notre avenir à la roulette (russe, bien sûr).

Un maigre graphique sur les coûts: 77 Md€/an pour le M0 « tout renouvelable » et 59 pour le N03 (50% nucléaire). Soit un écart de 18 Md€/an et aucune référence. La faisabilité n’intéresse absolument pas RTE.

La faisabilité

En « 100% renouvelable », si l’on limite la biomasse peu écologique (30 mn pour brûler un arbre, 30 ans pour qu’il repousse) et polluante de plus (de l’ordre de 430 g de CO2/kWh), l’éolien et le solaire devront assurer la production de l’ordre de 680 TWh dans l’année et faire face à une consommation de 8h00 à 19h30 de 60 000 MW, avec des pointes d’hiver à 100, voire 120 MW.

Gardons présent à l’esprit deux évidences :

1/ L’électricité ne se stocke qu’en quantités faibles: batteries 900 MWh en construction en Floride soit moins d’une heure de production d’un réacteur ou en STEP type Grandmaison (1800 MW) pour quelques heures, en tout état de cause insignifiant par rapport aux 100 000 MW de besoins et hors de prix.

L’hydrogène est une solution illusoire, vorace en électricité (rendement 25%), dangereuse (transport et stockage) et, là également, pas du tout à l’échelle des besoins de la France. Des contraintes physiques et technologiques s’opposent aux dizaines de solutions de stockage envisagées. Supputer des possibilités de stockage à l’échelle de la France, même dans 30 ans, est un pari criminel pour notre avenir.

2/ Toute lacune dans la production de l’une des deux sources vent et soleil, doit être compensée par l’autre … sinon c’est le recours au gaz polluant de Sonatrach ou Gazprom (robinets en Allemagne). Un jour, quelques heures sans soleil (la nuit) le vent doit assurer la totalité des besoins. Et réciproquement.

Les données de RTE eco2mix montrent des minima de production instantanée (pas de vent) de l’ordre de 600 à 750 MW, six jours complets dans le mois[2] de septembre 2020. Soit 4% de la puissance installée de 18,4 GW. Alors que la demande oscille en pointe, ce même mois, entre 58 et 62 000 MW.

Contrairement au poncif vert : Quand il n’y a pas de vent ici, etc…, la carte des vents sur l’Europe de l’ouest ci-dessous, montre que le 11 octobre à 8h00 (jour de la rédaction), en aucun point, de Séville à Berlin, la vitesse du vent n’était suffisante pour faire démarrer une éolienne (10 km/h et production nominale de 50 à 90 km/h).

Des périodes, brèves ou longues, mais où l’éolien n’apporte rien au réseau. Et aux pointes de 8h00 et 19h/19h30, le soleil (quand il y en a) est bas sur l’horizon, surtout en hiver. Alors qu’il devrait pour compenser, fournir plus de 60 000 MW, à raison de 0,15 MW produit par MWc installé et 2 ha en moyenne par MWc, ce sont 800 000 ha (8 000 km²) de « parcs » solaires. Le département du Puy de Dôme.

Et en pointe, les 30 000 MW supplémentaires seraient couverts par le gaz. Exit le « 100% renouvelable ».

Inversement, pas de soleil ou la nuit (40 000 MW mini en mi-saison), tout en éolien. En nombre de machines de 3 MW (on fera plus gros, mais peu importe[3] ) et un facteur de charge amélioré (en mer surtout) de 0,3, pour couvrir 60 000 MW il faut 200 000 éoliennes. Et en pointe (bis repetita …) les 30 000 MW supplémentaires seraient couverts par le gaz. Exit (encore) le « 100% renouvelable ».

La dure loi des probabilités : en réalité et en ponctuel, plus rien ne marche

Simple calcul de probabilité, inaccessible à certain(e)s mais qu’a dû faire Mme Borne (Polytechnicienne) avant de quitter (soulagée ?) le Ministère de l’Ecologie. Si un évènement (A) dispose de P(A), (compris entre 0 et 1) possibilités (chances) de se produire, et un autre évènement (B) indépendant de (A), de P(B) possibilités, la probabilité P pour que les deux évènements se produisent simultanément est le produit des 2 possibilités: P = P(A) x P(B)

Exemple : les coefficients de charge des productions éoliennes et solaire représentent la probabilité de raccordement au réseau à leur puissance nominale. Avec des éoliennes du futur, P(V) pour le vent pourrait atteindre 0,3 et pour un solaire de technologie avancée P(S) = 0,2. La production espérée sera de 0,3 x 0,2 = 0,06 soit 6 % du potentiel total installé.

Exactement comme si nous ne couvrions nos besoins que 6% du temps. Ou 22 jours par an.

Même si le parc éolien était dimensionné pour couvrir entièrement l’absence totale de production solaire, et inversement le solaire pouvant couvrir la faillite complète de l’éolien, l’intermittence de ces 2 sources ne peut assurer la couverture permanente des besoins. Une faiblesse de l’un ou l’autre (peu de vent et peu de soleil) ne pourrait être compensée que par le gaz. De petits malins vont dire: « Y a qu’a doubler le nombre pour avoir la puissance ». Vrai, vous doublerez la production.

Mais vous ne doublerez pas le temps de production ! Il y aura toujours les mêmes heures creuses, sans vent et/ou sans soleil. Et sans électricité. Vous pourriez avoir autant d’éoliennes que vous voudrez, sans vent, pas de courant.

Je crains que le calcul des probabilités ne soit pas enseigné à Sciences-Po ou à l’ENA et soit peu convaincant pour nos politiques. Mais le simple bon sens devrait admettre qu’avec des sources intermittentes et aléatoires (non pilotables), on ne peut garantir une fourniture stable. Ne serait-ce qu’avec le cas relativement courant: ni vent ni soleil.

Est-ce pensable de confier notre avenir à des paris technologiques lourds ?

En cas d’échec du pari, tout au gaz. Pour 80 000 MW à raison de centrales gaz de 500 MW installés (400 MW réels), il faut 160 centrales. De l’ordre de 80 à 100 millions d’euros. Et des tonnes de CO2 en prime. Vous avez dit écologie ?

———————

L’ineptie, c’est de refaire la même chose et d’espérer un résultat différent. (Benjamin Franklin)

[1] Energies Renouvelables Intermittentes. On peut ajouter: fatales (non pilotables), aléatoires et imprévisibles. Les anti-nucléaires disent EnR. Tout court.

[2] Les 3, 12, 16, 17, 23 et 24

[3] Malheureusement les progrès technologiques dans un même domaine sont asymptotiques.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Un grand merci au bon sens de Monsieur Serge Gil , les troublions soi disants « écolos gagas » vont s’en donner à coeur joie .
    Merci beaucoup pour cet article si juste de la réalité , sanss parler des catastrophes écolologiques qu’entrainent au quotidien ces éoliennes industrielles . Et nos décideurspourquoi sont ils aussi « sourds dingues » à toutes ces logiques ?
    Il n y a que l’argent pour dévier du bon sens à leur niveau .

    Répondre
    • Un article de simple conviction avec une chois ridicule d’une carte choisie spécialement pour un jour avec peu de vent ce qui est plutôt rare… mais on en trouve. La malhonnêteté est d’imposer un jour précis au lieu de donner l’adresse d’un site qui montre l’activité que le lecteur pourra consulter n’importe quand…. rien que cette exemple de la malhonnêteté de l’auteur devrait suffire à en détourner n’importe quel naïf
      Regardez plutôt : https://www.meteorama.fr/vent/
      ou encore :
      https://earth.nullschool.net/fr/#current/wind/surface/level/orthographic=-356.52,48.96,1667
      Voilà qui aurait été simplement honnête

      Répondre
      • Toujours de très mauvaise foi M. Rochain : les sites qui permettent de visionner les vents sur l’Europe sont très nombreux, il est facile de vérifier que l’auteur a tout à fait raison pour de nombreuses périodes, à commencer par ces jours-ci.

        Vous même, avez-vous fini par trouver le Rapport et l’Avis de juin et juillet 2021 de l’Académie des sciences consacrés au nucléaire ? Rapport et avis dont vous vous obstiniez à nier l’existence ?

        Vous polluez un nombre de sites tout à fait étonnant par votre vulgarité. Au point de faire fuir nombre de gens intéressants.

        Répondre
        • Attia, cessez d’être con à passer votre temps a des post sans intérêt si ce n’est à débiter des âneries sur mon compte pour ceux à qui ça plait, et la planète s’en portera toujours aussi bien

          Répondre
          • Toujours aussi gracieux, Rochain. Mais franchement, vous devriez lire l’avis et le rapport de l’Académie des sciences sur le nucléaire, cela ne peut pas vous faire de mal. Au lieu de faire semblant de comprendre quelque chose à des domaines qui dépassent de très loin vos capacités, malgré la très haute idée que vous vous faites de vous-même…

          • Attia jean-jacques vous parlez de ce groupuscule de pro nucléaire qui ne produit que de la propagande mensongère qui est constamment contredite par la réalité du terrain ? sortez vous des théories foireuses qui sont contredites par la réalité du terrain : … justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … extrait du bilan 2019 de RTE qui chiffre les économies de Co² réalisées grâce aux ENR en France et en Europe au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain .. je vous laisse poster ceux de 2020 pour prouver l’évolution favorable à tout le monde https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/269602218_10228082561114195_6896857486303698631_n.jpg?_nc_cat=102&_nc_rgb565=1&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=ztXs_Nnc_vkAX-D9roP&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-8DlFbjAsxUuUS7tmX7DVWIBwDiooqAjVA84dOCgZGkQ&oe=61C27783

          • Pas compliqué, avec Isambert, toujours le même laïus généraliste sans intérêt.

            Avec Rochain, au moins on s’amuse.
            Parfois, une remarque intéressante,
            Souvent, des arguments d’autorité (je sais, par définition, donc j’ai raison),
            Et la contre partie injurieuse à ses arguments d’autorité : Et vous, vous n’êtes qu’un petit con.

            Un ensemble très homogène.

            Ah, j’oubliais, tout pour le gaz caché derrière les éoliennes, et tout contre le nucléaire.

          • Gueret et ses canulars sur le gaz qu’il anone constamment en se ridiculisant en public car il ne sait meme pas ce que sont les ENR RE la réalité du terrain : le solaire et l’éolien sont bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / petrole et battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation …. https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

          • Hervé Guéret et oui toujours les mêmes faits réels du terrain derrière vos mêmes inepties de troll stérile .. 🤣😂 Une question, vous ne voulez pas comprendre, ou vous ne pouvez pas comprendre ??? 🤣😂

          • Mais que croyez vous Attia, j’en ai lu deux, je peux vous les recopier ici, mais il ne s’agit que de documents émis sur papier à entête de l’académie des sciences dont un ne porte aucune signature, pouvant laisser entendre qu’il s’agit de l’académie des science unanime, et qui a mis très en colère un des académiciens que je connais personnellement (c’est lui qui m’a communiqué le document) comme farouchement opposé au nucléaire, comme deux autres également de mes connaissances dans cette maisons mais que ce document à fait plutôt rire.
            L’autre est bien signé, de 20 noms, dont aucun n’a fait carrière dans l’économie énergétique, et souvent dans des domaines fort éloignés du sujet, comme un spécialiste mondialement reconnu des collemboles par exemple. Ces signataires ne sont pas plus légitimes à donner un avis sur la question qu’un réparateur de pompe à chaleur, et peut-être même moins, selon la spécialité qui lui a valu les honneurs de l’Institut de France.
            Alors arrêtez de me faire rire avec la référence de l’académie des sciences.

          • Dans le même mouvement, je réponds à Rochain et à M.Isambert.
            M. Isambert, merci de citer vos sources, mais ce document de RTE enfonce des portes ouvertes : il indique que les moyens thermiques auraient davantage été sollicités en l’absence de production des EnRi, en supposant « le reste du parc électrique actuel et inchangé ». On s’en serait douté, de même que les émissions de CO2 sont plus élevées avec les thermiques. Ce que le document n’aborde pas, c’est l’incidence de la priorité accordée aux EnRi pour l’accès au réseau sur le taux d’activité des centrales nucléaires : vous n’ignorez pas que ces dernières doivent réduire leur production quand les EnRi s’activent. De fait, le facteur de charge des centrales nucléaires en France est devenu ridicule comparé à celui du même type de centrales aux USA.

            Rochain, vous écrivez : (le rapport de l’Académie des sciences) « est bien signé, de 20 noms, dont aucun n’a fait carrière dans l’économie énergétique ». De 20, vous auriez pu aller à 27, mais pour cela il aurait fallu compter, ce que vous ne savez manifestement pas faire. Par ailleurs, parmi ces 27 académiciens, plusieurs ont travaillé au Commissariat à l’Energie Atomique, d’autres ont été Haut-commissaires à l’énergie atomique, beaucoup ont travaillé dans le domaine de la physique théorique… Quels sont vos titres, minuscule Rochain, pour tenter de leur contester la validité de leurs travaux ? Un de vos amis académiciens auraient été très colère à la lecture de leur rapport ? Ami parce que vous avez réparé sa pompe à chaleur ?
            La référence de l’Académie des sciences vous fait rire ? C’est votre droit.
            Rien d’étonnant à ce que vous cherchiez ce qu’il y a de scientifique dans l’article de M. Gil.

          • @Attia,
            Bien sur que dans ces signataires il y a des physiciens qui ont gagné leur galons dans le monde du nucléaire. Quand vous regardez leur âge, le monde du nucléaire était celui où il y avait des gallons à gagner, ce sont des spécialistes de la physique nucléaire, pas des économistes énergéticiens et si vous y compreniez quelque chose vous sauriez que ça n’a rien à voir…. ces spécialistes de l’atome n’ont rien à voir avec le monde du renouvelable qu’ils ne connaissent pas et vous les croyez compétents pour dire si le renouvelable peu remplacer le nucléaire.
            Vous pourriez leur demander si un lave-linge peut remplacer le nucléaire…. ou presque.
            Et si vous trouvez que je conteste la validité de leur travaux en disant qu’ils n’ont aucune légitimité (et même moins qu’un autre en raison de leur parti pris évident pour le nucléaire contre un renouvelable qu’ils ignorent) c’est que vous ne comprenez pas le problème du choix des moyens pour produire l’électricité du XXIe siècle. Ce problème n’est pas un problème de physique nucléaire mais un problème déconomie énergétique…. Un carossier n’est pas un motoriste.
            Je n’ai reparé la pompe à chaleur d’aucun ami académicien des sciences, mais lui a cautionné mes travaux en écrivant la préface d’un des ouvrages du minuscule Rochain portant sur sa spécialité, l’astrophysique.
            Oui le rapport dont vous parlez qui n’est pas un rapport de l’académie des sciences mais de moins de 10% de l’académie des sciences me fait toujours rire dans sa légitimité à porter un jugement sur la meilleure façon de produire notre énergie électrique….. mais je doute de votre capacité à comprendre cela.

          • M’enfin, Rochain, pensez-vous que les académiciens soient incapables de comprendre des faits de base tels que :

            Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
            Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
            1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
            2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
            Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

            Qui montre que si vous voulez produire comme actuellement de l’électricité pour alimenter notre réseau avec un minimum de CO2, vous devez continuer à produire l’essentiel de l’énergie avec nucléaire plus éolien. Pas mal, 70% de nucléaire. De préférence de quatrième génération, bien sûr.

          • Hervé Guéret 🤣😂 le troll qui n’a toujours rien compris à l’Avenir qui se met déjà en place partout dans le monde 🤣😂 … parce que vous n’avez toujours pas les bases du sujet ? vous ne savez toujours pas ce que sont les ENR ? vous ne connaissez même pas les stats de RTE ? vous savez celle ou le gaz.. hormis le bio gaz et le fossile baisse et donc la pollution , le Co² , les GES, les déchets ultimes .. au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain 🤣😂

          • Bla bla bla, l’inépuisable Isambert, qui n’a toujours pas compris que les améliorations valables pour des pays utilisant des centrales à charbon, et ayant des émissions de CO2 terrifiantes, ne sont pas utiles pour le pays le moins émetteur en CO2 du monde ! (hors ceux utilisant des ressources hydrauliques exceptionnelles)

          • Hervé Guéret le troll stérile qui n’a toujours pas compris les bases du sujet en delirant sur les centrales au gaz qui n’existent pas alors que l’on parle bien d’énergie et que la France est la aussi tres mal place sur le sujet en anonant tous les vieux chiffres tronques au départ et obsolètes en oubliant toujours toute la pollution que l’on subit partout en France alors que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. et c’est bien ce qui est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , les GES …

          • Attia jean-jacques apprenez au moins ce que sont les ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

          • M’enfin, Isambert, vous dites :
             » apprenez au moins ce que sont les ENR pour produire enfin propre sans dangers »
            Je suppose que vous parlez d’éolien et solaire, car pour l’hydraulique, on est d’accord.
            Donc, on parle d’intermittents, non pilotables, venant en appui à des centrales à gaz.

            Les centrales à gaz indispensables sont donc propres et sans danger pour le climat LOL

            « nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain » ???
            Petit rappel, Fukushima, zéro mort, zéro cancer, et les machines récentes comme l’EPR2 sont infiniment plus sûres.

          • Mon cher Attia, vous dites :
            « Ce que le document n’aborde pas, c’est l’incidence de la priorité accordée aux EnRi pour l’accès au réseau sur le taux d’activité des centrales nucléaires : vous n’ignorez pas que ces dernières doivent réduire leur production quand les EnRi s’activent. »
            J’ai compris quelque chose d’important grâce aux fanfaronnades de Rochain, que nos centrales nucléaires qui fonctionnaient parfaitement dans le temps dans le suivi grossier de la charge sur le réseau, assisté bien entendu par l’hydraulique et un peu de thermique à flamme, se trouvent maintenant en difficulté puisqu’on leur demande en plus à suivre les variations de production des éoliennes et panneaux PV, extrêmement rapide.
            Dit autrement, pour pallier à l’intermittence des éolien et PVs, on demande au nucléaire de servir de back-up des éoliennes !!!
            Et Rochain en tire la conclusion que le nucléaire ne vaut rien et n’est pas pilotable.

            Notez que s’il a sans doute quelques connaissances en astronomie, il est assez largué pour le bon sens et la physique de base.
            Il répète à qui veut l’entendre que les énergies marines (barrage e la Rance, hydroliennes, … sont pilotables.
            Alors … LOL

          • je comprends que selon vous et à part vous, Rochain, personne ne comprend rien.
            J’ai du mal à imaginer comment vous avez pu vous adresser à un académicien pour préfacer votre ouvrage d’astrophysique, tant est réduite votre estime à l’égard des académiciens. Pourquoi ne pas avoir fait appel à un installateur de pompes à chaleur, plus à même, d’après vous, d’avoir une opinion fondée… Vous avez de la chance, le ridicule ne tue pas les gens comme vous.
            Par contre, les faits sont têtus, même si vous voulez les ignorer : il y a 10 comités thématiques à l’académie des sciences (voir le site officiel) ; le travail sur le nucléaire a été produit par le Comité de prospective en énergie. Au nom de l’ensemble de l’Académie des sciences, même si cela ne vous plaît pas.
            Hormis le fait de connaitre un académicien, et de jouer les utilités au Pic du Midi, quels sont vos titres pour parler si fort, pour distribuer les bons et les mauvais points , pour occuper l’espace si lourdement dans un nombre croissant de sites ?

            P.S. : si jamais M. Gil a l’occasion de lire ces lignes, je lui demande de bien vouloir excuser ces échanges que j’ai avec Rochain, qui n’ont pas directement à voir avec sa publication, publication que j’apprécie beaucoup. Elle présente le grand intérêt de montrer simplement pourquoi la perspective de 100% de renouvelables n’a pas de sens. Cela a suffit à déclencher l’hystérie.

          • Mais vous Attia, le ridicule vous assiège. Sans doute n’avez vous pas compris que l’academicien qui a préfacé mon ouvrage d’astrophysique était lui même un astrophysicien de renom. Cest comme ça en général, sauf pour les niais. La caution du préfacier sur un ouvrage ne vaut que pour sa compétence reconnue dans le domaine de la thèse que présente l’ouvrage.
            Il ne me serais jamis venu à l’idée de soumettre un ouvrage d’astrophysique à la critique d’un académicien reputé dans le monde des colemboles et des arachnidés.
            Je ne pensais pas qu’il y avait sur la planète des gens assez niais pour se montrer incapables de comprendre cela, mais grace à Attia, j’ai encore appris quelque chose aujourd’hui….. si, si, ça existe.

          • Une thèse ? Bigre, vous voilà Docteur en astrophysique ?! Mes respects Rochain. Mais au fait, quel est le rapport entre l’astrophysique et « les problèmes d’économie énergétique » comme vous l’écrivez ? En quoi votre « compétence » dépasse-t-elle celle d’un installateur en pompe à chaleur ?
            Quand vous n’êtes pas grossier, vous êtes plutôt amusant, comme l’écrit M. Gueret.

          • @ Attia
            Le ridicule vous assiège toujours, je ne me suis a aucun moment prévalu de mes compétences en astrophysique et en informatique pour prétendre être plus compétent qu’un installateur de pompe à chaleur pour ce qui est des questions d’économies énergétiques ….. dans ce domaine comme pour les autres je suis d’abord un autodidacte.
            Si j’ai référré une fois à des connaissances spécifiques en astrophysique c’était pour éclairé une personne qui demandait pour quelle raison l’uranium fait parti des atomes les plus rares (et c’est même le plus rare dans l’univers), car cela relève effectivement de l’astrophysique. Maintenant si vous souhaitez en savoir plus pour éviter de continuer à vous ridiculiser :
            https://iste.cabanova.com/

          • Ainsi, Rochain, vous n’êtes pas Docteur en astrophysique. Et encore moins qualifié en « Prospective en énergie »
            Vous êtes autodidacte, dites-vous.
            Pourquoi le cachiez-vous ? Il n’y a aucune honte à cela.
            Les titres ne font pas tout.
            Notez cependant que le titre d’autodidacte, aussi méritant soit-il, ne vous autorise pas à méprisez les travaux des membres de l’Académie des sciences. Sans même un début de commentaire sur les dits travaux.
            Et les livres que vous avez signés ne vous autorisent pas non plus à insulter ceux qui ne sont pas d’accord avec vous.

          • Vous ignoriez que les autodidactes pouvaient, comme c’est mon cas, passer brillament les épreuves donnant acces aux divers titres universitaires ? Je n’ai jamais caché et je revendique ma qualité d’autodidacte. Vous ne savez donc vraiment rien ? Je suis même titulaire d’un diplôme d’ingénieur reconnu par la comission des titres d’ingénieurs du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, et diplômé, par l’état qui plus est. Cherchez vous trouverez la liste des récipiendaires chaque année au journal officiel entre les rubriques des promotions des professeurs de l’enseignement supérieur et celle des architecte DPLG. Et a ce titre je suis mêmes titulaire, de droit, du label d’ingénieur européen, ce qu’un X qui sort de l’école ne peut pas obtenir avant trois années. Je n’ai, en tout et pour tout, suivi que deux années de cours spécialisés en astronomie et astrophysique par le CNED depuis ma sortie de l’école primaire après le CEP, tout le reste s’est fait en autodidacte, quant à ma thèse elle portait sur un tout autre sujet et concernait les algorithmes d’autocorrection dans l’architecture des processeurs d’ordinateurs. J’en explique l’essence dans mon dernier ouvrage au chapitre des autres mathématiques de l’ouvrage « Une histoire des mathématiques » paru récement aux éditions ISTE . Dans le premier chapitre vous y apprendrez à compter sur vos doigts…..et vous verrez, cela vous fera déjà faire d’énormes progres.
            Il vous suffit de taper « Rochain ISTE » sur Google et vous saurez tout puisque vous semblez avoir beaucoup de difficultés pour savoir quelque chose sur quelqu’un alors que c’est si facile.

          • Chapitre 2.
            1) Je ne méprise aucun des membres de l’académie des science et encore moins leur travaux. Car ce dont il s’agirt ne concerne en rien leur travaux ni leur spécialité. Et si vous aviez quelques connaissances en physique nucléaire comme on peut en avoir ne serait-ce qu’après deux ans d’études approfondies dans la specialité astrophysique vous vous apercevriez que cela n’a rien à voir avec l’économie énergétique que j’étudie par ailleurs en autodidactte depuis 4 ans. Vous avez un serieux retard.
            2) Les livres que j’ai signé n’ont eux non plus rien à vois avec les insultes que j’adresserais à ceux qui ne sont pas d’accord avec moi comme vous le prétendez. C’est totalement faux, je n’ai jamais insulté qui que ce soit au prétexte qu’il n’était pas d’accord avec moi, mais par ce qu’il m’insultait lui même en me prenant ouvertament pour un imbécile. Ce à quoi vous aurez droit lorsque vous pretendrez m’apprendre que le Soleil ne nous éclaire pas la nuit ou que s’il n’y a pas de vent au bout de votre nez c’est qu’il n’y en a nulle par ailleurs. Il y a des limite à l’acceptabilité de ce genre d’arguments à partir desquels on devrait conclure que les renouvelables sont impropre à fournir l’électricité dont on a besoin.
            Dans la même veine si je voulais prendre l’initiative de vous insulter je pourais vous dire que comme en 1959 le nucléaire ne fournissait pas deux % de l’électricité consommée en France, c’est la preuve que le nucléaire est impropre à la fourniture d’électricité….. et je devrais bien reconnaitre que j’ai cherché à me faire traiter de petit con.. !
            3) Je ne trouve aucun ATTIA Jean-Jacques dans l’index du répertoires des ingénieurs et scientifiques de France. J’en conclu que vous êtes un autodidacte comme moi mon chercher confrere, mais que vous ne vous êtes pas mis à l’epreuve de l’analyse de vos compétences par vos paires. Vous avez raté quelque chose car c’est d’une grande jouissance, surtout quand vous n’en n’avez pas besoin.

          • Pour ça, Jean Jacques, on peut dire qu’il est autodidacte.
            Et ça se sent, chaque fois qu’il parle physique de base, il nous sort une ânerie, comme récemment sur les infra-sons.
            Ceci dit, il lit beaucoup de rapports, et il m’a fait comprendre, sans le vouloir, une perle concernant l’influence des éoliennes sur la santé de nos réacteurs nucléaires.
            Je n’y avais pas fait attention, mais l’ensemble constitué de nos réacteurs, de notre hydraulique et de quelques centrales à flamme constitue un ensemble homogène et bien proportionné.
            L’ensemble des réacteurs est capable de suivre à peu près les variations de consommation du réseau, l’hydraulique se chargeant d’une première approche du suivi de charge, et quelques centrales à gaz fignolant le suivi.
            Et ça donne satisfaction depuis 40 ans.

            Mais quelque-chose a changé. Sous la pression des écolos, EDF a reçu ordre de prendre en priorité l’électricité des éoliennes et du photo-voltaïque.
            Or, le défaut majeur de ces sources est leur extrême variabilité.
            Et on demande maintenant à notre nucléaire de suivre non seulement la charge réseau, mais aussi les variations de ces deux renouvelables non pilotables afin d’assurer la sécurité du réseau.
            Et cela sème un souk pas possible dans nos réacteurs, et provoque les divers incidents dont Rochain se délecte (réacteurs à l’arrêt, redémarrages lents, …)

            La solution logique serait de demander systématiquement, dès le projet d’installation d’un parc d’éoliennes, à installer en parallèle un parc de même puissance pilotable, (par exemple centrales à gaz) pour rendre l’ensemble pilotable, puisque le réseau doit être alimenté en pilotable.
            Mais notre très cher Rochain nous explique que c’est de la faute du nucléaire, pas assez souple. LOL

            L’hôpital qui se fout de la charité !!!

            Merci, Rochain, de m’avoir ouvert les yeux.
            Je vous adore. :-))

          • Hervé Gueret 🤣😂 toujours à vous ridiculiser toujours plus à chaque post… parlez nous de l’intermittence du nucléaire et des éoliennes qui viennent compenser cette intermittence car en ce moment c’est de plus en plus d’actualité 🤣😂

          • Que du méritant, Rochain, je suis impressionné.
            Vous ne pouvez pas vous empêcher de tenter l’argument d’autorité.
            Mais cela ne rend pas vos affabulations plus crédibles pour autant.
            Joyeux Noël, Rochain !

          • Attia, comme vous êtes à sec, j’espere que le pere Noël déposera de bons arguments dans vos petits souliers sous le sapin.

          • allons Rochain, ne soyez pas vilain. Vous savez bien qu’il y en a d’autres à l’EHPAD dont il faut s’occuper. C’est l’heure de la sieste maintenant…

          • Mon cher Rochain, vous dites que :
            « Il dénigre tout simplement ce qui permet au 100% renouvelable d’aparaitre car il ne croit qu’au nucléaire sans considerer comme sérieux le fait que la Terre n’est pas inépuisable. »
            Si vous parlez d’hydrogène, son seul problème est que le cycle électricité –> hydrogène –> électricité n’a que le rendement désastreux de 30%
            Vous voudriez encore multiplier le nombre d’éoliennes par plus de 3 LOL
            Rigolo.

            Donc la seule solution est le nucléaire, bien entendu de quatrième génération, ce qui rend la source inépuisable à l’échelle humaine (10.000 ans).

          • Hervé Guéret alors que le nucléaire a le même rendement pour produire des pertes réseau et pour polluer et produire toujours plus de déchets ultimes pour beaucoup plus cher 🤣😂

          • Rochain ferait mieux de se taire au lieu de répondre n’importe quoi juste pour montrer qu’il existe.
            Triste, au fond, d’en arriver de répondre en automatique sans réfléchir.

          • Hervé Guéret 🤣😂 beaucoup moins triste que les trolls stériles qui délirent sur les centrales au gaz imaginaires et qui se ridiculisent en niant stupidement ce qui se met déjà en place sur le terrain avec les ENR partout dans le monde 🤣😂

          • Vous non plus ne savez toujours pas lire…. Ou avez vous vu que je parle d’hydrogène ?
            Je ne parle que d’uranium, la matière la plus rare de l’univers et par conséquent de la Terre également ce qui nous fera défaut en premier avant importe quelle autre matière. Que nous transformons en chaleur.

          • Bof, vous dites que :
            « Je ne parle que d’uranium, la matière la plus rare de l’univers et par conséquent de la Terre également ce qui nous fera défaut en premier avant importe quelle autre matière »
            Pas du tout une matière rare sur terre, on en a au moins pour 100 ans avec nos centrales actuelles, donc 100 fois plus, 10.000 ans avec les réacteurs de quatrième génération.
            Et sans parler du Thorium, 4 fois plus présent encore.
            Et nos lointains descendants utiliseront probablement la fusion.

            Vous finissez par être lassant, avec votre utilisation d’arguments que vous savez faux.

          • Hervé Guéret pour s’enfoncer toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec une énergie polluante dangereuse très très chère qui fait des ravages sur la faune , al flore et l’être humain alors que l’on peut faire beaucoup mieux , beaucoup plus vite proprement sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher avec les ENR … . Vous finissez par être lassant, avec votre utilisation d’arguments que vous savez faux….

          •  » beaucoup plus vite proprement sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher avec les ENR »
            A condition de résoudre le petit problème de l’intermittence.
            Pour le prix, j’ai des doutes, une fois ajouté en parallèle des non renouvelables le prix des renouvelables indispensables pour les jours sans vent.

          • Hervé Guéret et si vous appreniez enfin ce que sont les ENR au lieu de vous ridiculisez constamment en public comme tous les autres gogos ? 🤣😂 🤣 🤣

          • Mon cher Isambert, répondez donc à la question posée, sérieusement, pour une fois :
            En France, qui n’a qu’une très petite part de charbon et de gaz, et 70% de nucléaire, comment résolvez-vous le problème de l’intermittence des éoliennes et du solaire ?

            Sans votre biais échapatoire habituel.

          • Hervé Guéret mais si vous connaissiez les bases du sujet et saviez ce que sont les ENR vous le sauriez déjà … 🤣 🤣 et en plus on parle d’énergie 🤣 vous ne connaissez même pas les stats de RTE ? vous savez celle ou le gaz et le fossile / charbon / pétrole baisse et donc la pollution , le Co² , les GES, les déchets ultimes grâce aux ENR 🤣😂 vous n’avez toujours pas expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265840499_10228032232976023_1506064702052882174_n.jpg?_nc_cat=106&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=dSRrAcmiBGcAX-B9K-d&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-zUID4SFS6UT9NGMmPtD26JGikpqXpS_CgkZkxc5vf3Q&oe=61BA5836

          • Bla ba bla, …
            Et comme d’habitude, vous ne répondez pas à la question qui est, en réalité, majeure.

            Lorsqu’il n’y a ni vent ni soleil, comment alimentez-vous le réseau électrique.

            Si vous ne savez pas, répondez : Oui, je ne sais pas.

            Car personne ne sait.

          • Hervé Gueret il n’y a que vous qui ne savez pas car vous n’avez même pas les bases du sujet et que vous continuez de délirer et à vous ridiculiser en public 🤣😂 car saviez ce que sont les ENR vous le sauriez déjà … 🤣 🤣 comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² , leur GES … baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …

          • Désolé Attia le temps me manque pour cet exercice, mais ne vous gênez pas pour moi, je sais que vous n’avez pas grand chose à faire, comme vous avez passé votre vie à vous complaire dans l’oisiveté, profitez en

        • Attia jean-jacques RE vous parlez de ce groupuscule de pro nucléaire qui ne produit que de la propagande mensongère qui est constamment contredite par la réalité du terrain ? sortez vous des théories foireuses qui sont contredites par la réalité du terrain : … justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … extrait du bilan 2019 de RTE qui chiffre les économies de Co² réalisées grâce aux ENR en France et en Europe au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain .. je vous laisse poster ceux de 2020 pour prouver l’évolution favorable à tout le monde https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/269602218_10228082561114195_6896857486303698631_n.jpg?_nc_cat=102&_nc_rgb565=1&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=ztXs_Nnc_vkAX-D9roP&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-8DlFbjAsxUuUS7tmX7DVWIBwDiooqAjVA84dOCgZGkQ&oe=61C27783

          Répondre
  • De nombreux points pour le moins contestables, dans cette critique des ENR, que visiblement, aucun pays du monde ne semble écouter.
    – la carte de l’Europe mentionnée montre du vent… en offshore, pas sur le continent effectivement.
    Très souvent d’ailleurs, le vent ne couvre que l’espace maritime, et l’on peut vérifier, sur energy-chart, par exemple que les éoliennes maritimes tournent beaucoup plus à ces moments que les éoliennes terrestres.
    – le potentiel de développement des STEP est grand étant donné les très nombreux lacs proches les uns des autres et situés à des altitudes différentes. La capacité de stockage actuelle est déjà de 184 GWh.
    – l’empreinte carbone de la biomasse à 430g est surévaluée, et peut être très réduite à condition que les tracteurs et camions qui la prélèvent fonctionnent à l’hydrogène.
    – le prix des batteries est en baisse constante et devient abordable

    Répondre
    • @Marc 10.12.2021
      – « visiblement, aucun pays du monde ne semble écouter » Certes, car aucun pays au monde ne se trouve dans une situation aussi bonne.
      Regardons l’Allemagne, dont les minables objectifs sont d’utiliser des centrales à gaz pour remplacer celles au charbon afin de donner la puissance pilotable pour compenser l’intermittence des éoliennes et du solaire. Et c’est pour faire ça qu’ils se battent au niveau de l’Europe pour faire reconnaître les centrales à gaz comme vertes. Lamentable.
      – « éoliennes maritimes tournent beaucoup plus à ces moments que les éoliennes terrestres » Vous enfoncez une porte ouverte. Remarquons qu’elles peuvent tourner tout en fournissant une puissance dérisoire, de l’ordre du dixième de leur puissance nominale.
      Leur taux de charge sur l’année ne sera pas supérieur à 40%, ce qui est « moins pire » qu’à terre (25% max), c’est tout.
      – « le potentiel de développement des STEP est grand » LOL Le potentiel inutilisé pour des STEPS (pompage entre un lac inférieur et un lac supérieur) est quasi nul. EDF utilise presque tous les sites utilisables.
      – « l’empreinte carbone de la biomasse à 430gest surévaluée » Bien possible, mais pour passer les camions à l’hydrogène, il faut en produire en grande quantité, donc produire de l’électricité sans CO2. Or les seules sources d’électricité sans CO2 sont le nucléaire et l’hydraulique.
      – « le prix des batteries est en baisse constante et devient abordable » Là, vous plaisantez. D’une part, la quantité gigantesque des batteries nécessaires serait hors de portée, et en plus importées, mais en plus, elles sont fabriquées en Chine avec du charbon, ont une durée de vie limitée (il n’y a qu’à voir la durée de vie de la batterie de mon téléphone), et on sait très mal les recycler. Solution idiote.

      Répondre
      • @HG
        « – « le potentiel de développement des STEP est grand » LOL Le potentiel inutilisé pour des STEPS (pompage entre un lac inférieur et un lac supérieur) est quasi nul. EDF utilise presque tous les sites utilisables. »
        N’importe quoi, lisez mon message ci-dessous.
        Les Gigafactories de PV et de batterie se développent grandement. Rien n’empêche la France d’en fabriquer.
        Pour votre téléphone: rechargez-le dès que la batterie est à 30% et débranchez le dès qu’elle arrive à 100%. Celle-ci durera plus longtemps !

        Répondre
      • Avec sa théorie fumeuse, le petit bonhomme prétend que pour chaque MW éolien il faut construire un MW de centrale au gaz pour « les jours sans vent ».

        Pour illustrer ses hallucinations, celui-ci peut-il nous dire de combien a augmenté en Allemagne la puissance en éolien, solaire, charbon, lignite, pétrole, gaz et autres depuis dix ans ?

        Répondre
        • Ma très chère Marguerite.
          Vous dites :
          « Avec sa théorie fumeuse, le petit bonhomme prétend que pour chaque MW éolien il faut construire un MW de centrale au gaz pour « les jours sans vent » »

          Imaginez que nos centrales, n’ayant pas été renouvelées à temps, soient trop faibles pour fournir de la puissance pour remplacer les éoliennes lorsque le vent faiblit. Elles sont saturées à pleine puissance en permanence.
          Vous voulez plus de puissance pour alimenter le réseau, vous installez un nouveau parc d’éoliennes.
          Il y a du vent, tout va bien.
          Le lendemain, calme plat sur toute la France.
          Bien entendu, nous avons déjà utilisé les petites sources comme les bios énergies.

          Moi, j’installerai des centrales à gaz (les moins polluantes en CO2, mais si vous proposez du charbon, je prends).

          Et vous, vous proposez quoi ? Du nucléaire ? LOL Non, ce serait idiot de construire des centrales nucléaires juste pour complémenter des éoliennes LOL

          P.S. Bien entendu, c’est encore pire pour le solaire, taux de charge inférieur à 15%

          Répondre
          • Hervé Guéret 🤣😂 c’est normal que vous ne compreniez rien au sujet vous n’avez même pas les bases .. vous ne semblez même pas savoir ce que sont les ENR et vous n’arrivez même pas à comprendre que pour produire assez il faudrait déjà les installer en France les ENR 🤣😂 🤣 🤣 toujours les grandes théories foireuses inutiles de gogos alors que l’on s’en fout royalement : ce qui est important c’est la production injectée dans le réseau et pour la soi di sante intermittence de certaines ENR les retours de terrain on a déjà prouvé que le nucléaire ne fait guère mieux 🤣😂 🤣 🤣

          • Toujours dans la confusion entre les rendements et les facteurs de charge le petit ingénieur de 3e zone qui repasse en 4em avec ces nouvelles bêtises

          • Rochain toujours dans ses arguments d’autorité.
            Bien entendu, il répond en plus à côté de la question, car il ne peut y répondre.
            Car le problème fondamental dont on parlait était :
            « Imaginez que nos centrales nucléaires, n’ayant pas été renouvelées à temps, soient trop faibles pour fournir de la puissance pour remplacer les éoliennes lorsque le vent faiblit. Elles sont saturées à pleine puissance en permanence.
            Vous voulez plus de puissance pour alimenter le réseau, vous installez un nouveau parc d’éoliennes.
            Il y a du vent, tout va bien.
            Le lendemain, calme plat sur toute la France.
            Bien entendu, nous avons déjà utilisé les petites sources comme les bios énergies.
            Que proposez-vous d’installer ?
            Moi, j’installerai des centrales à gaz (les moins polluantes en CO2, mais si vous proposez du charbon, je prends). »

            Or, c’est LE problème des renouvelables non pilotables. Si on résous celui-ci, je vote pour les éoliennes LOL

            Ceci dit, Rochain tente encore de se mettre en position d’autorité en dénigrant l’auteur du texte, et non le texte.

          • Hervé Guéret et vous êtes toujours la pour bien nous faire rigoler en inversant les faits du terrain : vous ne savez même pas que pour pouvoir produire proprement , sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire il faudrait déjà les installer en France les ENR .. alors qu’est ce que `vous voulez compenser avec votre merde polluante alors que c’est bien l’inverse sur le terrain et on l’ä déjà prouver plusieurs fois : https://www.revolution-energetique.com/quand-les-eoliennes-anglaises-portent-assistance-aux-centrales-nucleaires-francaises/ 🤣 à votre place j’aurais vraiment honte d’avouer votre soi di sante qualification d’ingénieur qui ne sait mêmes pas vérifier les faits réels du terrain . qui affabule sur de soi di sante centrales au gaz mais qui est incapable de dire ou elles sont installées car elles n’existent que dans son imagination et qui nie stupidement tous les retours officiels / bilans du terrain qui le contredisent constamment alors que tout est bien public et que tout le monde peut tout très facilement vérifier 🤣😂 🤣 🤣 et qui n’est bon qu’à sortir tous les vieux canulars périmes pour gogos 🤣

        • Au point où nous en sommes dans ces « échanges », pour rester positif, il devient difficile de s’y retrouver.
          On est en pleine pathologie avec les affirmations répétées ad nauseam par le minuscule Rochain, qui s’obstine à donner un niveau collège à ses interlocuteurs, lui qui a quitté l’école avec un CEP (au rattrapage ?)
          et en pleine scatologie avec M. Isambert, qui se fait plaisir à répéter « la merde polluante du nucléaire ».
          Quel débat, quel niveau !
          Deux informations peuvent intéresser ceux qui veulent en sortir :

          1- une qui date de l’été 2020 : « Le préfet du Finistère va suspendre l’activité d’un méthaniseur à l’origine d’une pollution qui a privé d’eau potable 180 000 personnes la semaine dernière, a indiqué la préfecture lundi. ». … Inaugurée en 2018 par Sébastien Lecornu, alors secrétaire d’État à la Transition écologique, la centrale biogaz de Kastellin injecte dans le réseau gazier du méthane produit à partir de fumier, de lisier ou de déchets de l’industrie agro-alimentaire. Le digestat, matière organique issue du processus de méthanisation, sert ensuite de fertilisant épandu sur les terres agricoles. Ah le bio, que du bon M. Isambert ?

          2- A Landivisiau, « la dernière centrale électrique au gaz » (dixit Pompili) sort de terre. Plus de 450 millions d’euros ont été investis par TotalEnergies. En retour, le groupe recevra annuellement d’EDF la somme de 40 millions d’euros pour faire fonctionner le site pendant vingt-cinq ans.

          « Grâce à sa flexibilité, cette centrale de 446 MW sera idéale pour compenser la fluctuation de la quantité d’électricité produite par les centrales éoliennes et solaires », indiquait, il y a deux ans, Xavier Caïtucoli, qui avait décroché le contrat alors qu’il était président de la société Direct Energie, désormais intégrée à TotalEnergies.
          Un million de tonnes de CO2 produites par an, vous en dites quoi, M. Isambert ?

          M. Gil démontre que 100% de renouvelables, c’est une ineptie. Vous en avez des illustrations par centaines, encore faut-il suivre le cours des choses, ouvrir le journal, se documenter, arrêter de radoter devant un écran.

          Répondre
          • Attia jean-jacques je vous redonne une fois de plus les résultats déjà obtenus sur le terrain qu’il faut accélérer de toute urgence pour justement se sortir de tout ça comme ça commence à se faire partout dans le monde : l’éolien et le solaire sont bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades car elles nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

          • Je ne trouve pas de Jean-Jacques Attia dans l’index des ingénieurs et scientifiques de France mais il me parle de mon CEP au rattrapage selon selon ses complexes; pres avoir fait étalage de son incompétance à se renseigner que quelqu’un dont il suffit de taper le nom sur Google pour tout savoir en tirant le fil.
            Il faut vraiment faire parti de la crême de la nullité pour tenir ses propos vaniteux.

          • Bof, Rochain, vous ne devriez pas attaquer sur ce sujet.
            Vous avez un diplôme d’ingénieur dans le domaine de l’informatique (donc sans aucune relation avec la physique de base), obtenu par la petite porte par la voie de la reconnaissance des acquis de l’expérience.
            Et fait, vous n’avez pas suivi le cursus normal Maths-Sup Maths-Spé par lequel on acquiert les bases en maths et en physique qui vous servent toute votre vie d’ingénieur, suivi d’un concours d’entrée dans une école, dans laquelle vous apprenez le métier.
            Ceci explique vos réactions étonnamment innocentes (voyez comme je puis être aimable) dès qu’on aborde des notions de physique de base.
            En fait, il me semble que cette trajectoire explique cet extrême besoin d’être reconnu qui vous amène à prendre sans cesse des arguments d’autorité : « j’ai raison car je suis celui qui sait » , et pour compléter, vous amène à tenter de rabaisser les autres qui soulignent vos manques d’arguments, les traitant régulièrement de petits cons et autres grossièreté.
            Bof.

          • Hervé Guéret 🤣😂le vrai troll qui essaie vainement de rejeter ses propres inepties sur les autres 🤣 🤣 à votre place j’aurais vraiment honte d’avouer votre soi di sante qualification d’ingénieur qui ne connait même pas les bases du sujet .. ne sait mêmes pas vérifier les faits réels du terrain . qui affabule sur de soi di sante centrales au gaz mais qui est incapable de dire ou elles sont installées car elles n’existent que dans son imagination et qui nie stupidement tous les retours officiels / bilans du terrain qui le contredisent constamment alors que tout est bien public et que tout le monde peut tout très facilement vérifier 🤣😂 🤣 🤣 et qui n’est bon qu’à sortir tous les vieux canulars périmes pour gogos 🤣😂

          • Pour ce qui est de mes connaissances en mathématique je vous suggère la lecture de mon dernier ouvrage parru chez ISTE edition ‘Une histoire des mathématiques » vous devriez y apprendre beucoup de choses que vous crayez savoir. Quant à celles en physiques elles se rapportent plus a mes connaissances en astrophysique et dépassent de beaucoup celles que l’on apprend dans une petite école d’ingénieurs de 3em zone.Je vous rappelle que les fondateurs de la physique moderne étaient essentiellement des autodidactes comme Galilée par exmeple. Quant à parler de petite porte pour les ingénieurs diplômés par l’état c’est une des plus sélectives quant on mesure le rapport entre les candidats et les admis à porter le titre. vous vous croyez malin avec votre ESEO mais manifestement ce n’est pas une école où on vous incite à mouiller votre chemise dans la recherche par vous même, il faut que ça vous tombe tout cuit dans le bec…. rien à voir avec la façon dont les autodidactes acquierent leurs connaissances, et vous feriez bien d’en prendre de la graine au lieu d’affecter le procédé d’un air aussi méprisant que suffisant. Au passage vous pourriez meme me remercier de vous avoir appris tant de choses que vous ignoriez par habitudes laxistes de ceux qui ne recherchent jamais, mais votre orgueil est touché alors autant le cacher derriere un mur dedaigneux de mépris.
            Pour ce qui concerne votre obstination à insister auprès d’Isambert q au sujet de la question que vous posez tout aussi obstinémant « Et quand il n’y a pas de vent comment faites vous pour remplacer le vent sinon en ouvrant le gaz ? »
            La question est stupide car les études menées par des professionnels et portant sur 20 ans d’analyse des enregisrement des mesures faittes par Météo France montre que cela ne concerne que 4 jours par an en moyenne, et en été qui plus est. Etude dont j’ai plusieurs fois donné le lien mais cela ne vous interesse certainement pas puisque ça ne va pas dans le sens de ce qui vous parait être important : 4 jours par an ! Même si pour ces 4 jours nous n’avions pas d’autres solutions que le gaz, ce qui n’est d’ailleurs pas le cas, ce sertait infiniment mieux que de recourir au gaz de façon systématique comme le fait le nucléaire à raison de 8 à 9 GW à jet continue, c’est à dire au niveau de la puissance installée ce qui nous éviterai d’importer également de la puissance de l’étranger 12 GW aujourd’hui dont 7,5 d’Allemagne…. vous savez ce pays complétement nul dans ses choix énergétique à qui vous prétendez donner des leçons..
            Je zappe les 3/4 de vos messages comme pour certains autres qui m’ont tellement prouvé leur mauvaise foi qu’ils en sont devenus structurellement sans intéret

          • Gueret,
            Vous qui semblez avoir plein de préjugés sur les autodidactes en général, et sur les DPE en particulier. Sachez que chaque année le prix de sa société des ingénieurs diplômés par l’Etat honore l’un des siens pour une raison ou une autre. Et c’est l’occasion pour vous, avec quelques exemples de découvrir que contrairement à un ingénieur d’école limité pas le programme de l’établissement, celui de l’autodidacte n’a aucune limite autre que celles de sa curiosité, ce qui semble bien vous manquer. Regardez ces quelques sélections ayant motivé la distinction de DPE de l’année pour quelques-uns de mes collègues et vous verrez, par exemple, qu’il y a loin de ce qui a été la spécialité dans laquelle Bernard Moulin a obtenu le titre d’IDPE et celle pour laquelle il a été élu DPE de l’année 2014.
            https://www.sidpe.fr/wp-content/uploads/2019/04/0-Prix-SIDPE.pdf
            N’est pas DPE de l’année qui veut.

          • Oui, Jean Jacques, c’est hélas évident.

            L’absence de réponse qu’ils donnent à la simple question :
            Lorsqu’il n’y a ni vent ni soleil, avec quelle source d’énergie envisagez-vous d’alimenter le réseau électrique ?
            est tout de même stupéfiante.

          • Hervé Guéret il n’y a que vous qui ne savez pas car vous n’avez même pas les bases du sujet et que vous continuez de délirer et à vous ridiculiser en public 🤣😂 car si vous saviez ce que sont les ENR vous ne poseriez même pas la question … 🤣 🤣 comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² , leur GES … baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …

          • M.Gueret, je ne sais pas si quelqu’un lira, à part nous, nos commentaires. Disons qu’ils feront simplement date.
            Que Rochain le minuscule ait eu son Certificat d’Etudes Primaires avec ou sans rattrapage importe peu : eut-il été docteur en astrophysique que cela ne l’aurait pas autorisé à insulter les personnes qui s’expriment correctement sur ce site ou un autre.
            Qu’Isambert se complaise dans l’excrémentiel, grand bien lui fasse. Je n’ai pas d’opinion sur cette thérapie là.

            Vous avez raison de relever qu’aucun ne répond sur le fond : 100% de renouvelables, est-ce une ineptie oui ou non ?
            Leurs compétences ne vont pas jusque là.

          • Mon cher Jean Jacques, vous dites que :
            « Vous avez raison de relever qu’aucun ne répond sur le fond : 100% de renouvelables, est-ce une ineptie oui ou non ?
            Leurs compétences ne vont pas jusque-là. »
            Parfaitement d’accord, leur compétence en physique, ou même logique de base, ne va pas jusqu’à avancer une réponse logique à la question :
            Lorsque le vent et le soleil manquent, si vous voulez alimenter sans coupures intempestives le réseau électrique, que mettez en route pour l’alimenter ?
            Bien entendu, des moyens en concordance avec l’énorme quantité d’énergie nécessaire.

            Bien entendu, comme il n’y a pas de solution, il n’y a pas de réponse.

            Ceci dit, Rochain m’a, incidemment, fait découvrir un fait intéressant :
            La cause majeure pour certains arrêts de centrales nucléaires est que le gouvernement a imposé à EDF de prendre en priorité l’énergie des éoliennes et solaire.
            Ces sources étant excessivement variables, nous faisons subir à nos centrales nucléaires des variations de puissances qu’elles sont incapables de suivre.
            Nos centrales sont capables de suivre grossièrement les variations de consommation, l’hydraulique complète partiellement, et le suivi de charge de détail est fait par des centrales à gaz.
            Mais cet équilibre est rompu par l’ordre de suivre aussi les variations de production des « renouvelables » non pilotables.
            Et le merveilleux est que Rochain, Isambert et Marguerite en tirent la conclusion que le nucléaire est la mauvaise solution, au lieu de conclure qu’on ne devrait faire contrat qu’avec des fournisseurs pilotables, donc en l’occurrence avec des fournisseurs de centrales à gaz assistés par éolien et solaire, de façon marginale.

            Pardonnez-leur, Seigneur, ils ne savent pas ce qu’ils disent !!!

          • Hervé Guéret le probleme il ne vient que de vos délires obsessionnels car on parle bien de toutes les ENR et il faudrait enfin que vous appreniez les bases élémentaires du sujet 🤣😂
            … à votre place j’aurais honte d’avouer votre soi di sante qualification d’ingénieur qui ne sait mêmes pas vérifier les faits réels du terrain . qui affabule sur de soi di sante centrales au gaz mais qui est incapable de dire ou elles sont installées car elles n’existent que dans son imagination et qui nie stupidement tous les retours officiels / bilans du terrain qui le contredisent constamment alors que tout est bien public et que tout le monde peut tout très facilement vérifier 🤣😂 🤣 🤣 et qui n’est bon qu’à sortir tous les vieux canulars périmes pour gogos 🤣😂 Pardonnez-lui, Seigneur, il ne sait même pas de quoi qu’il parle !!! 🤣😂

          • Hervé Guéret mais quelle question ? apprenez au moins les bases du sujet : ce que sont les ENR … regardez comment font tous les autres pays .. ouvrez enfin les yeux sur la réalité du terrain au lieu de vous enfoncer toujours plus dans vos délires 🤣😂

          • Isambert : « Hervé Guéret mais quelle question ? »

            Celle-ci :
            Lorsqu’il n’y a ni vent ni soleil, avec quelle source d’énergie envisagez-vous d’alimenter le réseau électrique ?

            Bien entendu des sources pilotables, et à la hauteur de l’énorme puissance électrique dont on parle.

          • Attia jean-jacques il n’y a que les trolls stériles qui blablatent et nient encore que 100% d’ENR c’est possible et urgent car c’est déjà en train de se mettre en place partout dans le monde mais pas assez vite vu l’urgence de la situation

          • Isambert dit :  » 100% d’ENR c’est possible »

            Ah, oui, pouvez-vous expliquez avec quoi vous alimentez le réseau électrique de façon pilotable les nuits sans vent ?
            Sans mettre en ligne des centrales à charbon ou à gaz ?

            Isambert, l’innocent.

          • Pour faire court et rester à votre portée :
            En France, sans vent ça n’existe pas..

            Réponse plus détaillée réservée à des intelligences moyennes si elles sont intéressées

          • Hervé Guéret 🤣 il n’y a que les trolls stériles qui blablatent et nient encore que 100% d’ENR c’est possible et urgent car c’est déjà en train de se mettre en place partout dans le monde mais pas assez vite vu l’urgence de la situation

          • Hervé Guéret 🤣😂 mais si vous connaissiez les bases du sujet et saviez ce que sont les ENR vous le sauriez déjà … 🤣 🤣

          • Toujours pas de réponse, toujours se défausser, toujours fuir.
            Faute de savoir quoi répondre autre chose que « tout le monde sait bien que j’ai raison.
            On dirait du Rochain.

          • Hervé Guéret parce que vous ne posez que des questions de trolls stériles 🤣😂 mais c’est normal que vous ne compreniez rien au sujet vous n’avez même pas les bases .. 🤣😂 😂 je vous la remet : car si vous connaissiez les bases du sujet et saviez ce que sont les ENR vous le sauriez déjà … comme ça se fait déjà sur le terrain partout dans le monde 🤣 🤣 comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …

          • Hervé Guéret 🤣😂 Une question, vous ne voulez pas comprendre, ou vous ne pouvez pas comprendre ??? 🤣😂 mais la réponse a déjà été donnée plusieurs fois mais comme vous ne connaissez mem pas les bases et que vous ne comprenez rien au sujet vous ne l’avez même pas comprise ce qui pour un soi disant ingénieur …. 😂 je vous la remet : si vous connaissiez les bases du sujet et saviez ce que sont les ENR vous le sauriez déjà … 🤣 🤣 sortez vous de vos délires et ouvrez enfin les yeux sur le terrain : comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …

          • Isambert, vous dites :
            « comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain  »

            En premier, le terme ENR n’a pas de sens car incluant des pilotables comme l’hydraulique, et des non pilotables comme l’éolien et le solaire.
            Donc, si je prends le terme d’ENR comme voulant dire non pilotable, dite moi quels sont les pays avec de tels scores.
            Et ne me parlez pas du Danemark qui travaille, en fait, avec l’hydraulique de la Norvège.

            Je ne suis pas contre ces ENR, mais il convient d’être honnête et dire comment on compense leur intermittence.
            Lorsque Marc dit qu’il pense qu’on peut faire plus d’hydraulique sous forme de STEPs, et qu’il admet couper le courant aux clients, y compris l’industrie, lorsque le vent est faible sur une longue période, c’est parfaitement admissible. Au moins il y a là une logique sérieuse. On est d’accord ou non, mais c’est clair et logique.
            Mais lorsque vous niez l’existence du problème en France, et refusez de dire que comme nous sommes déjà à 90% de sans CO2, on voit mal comment l’introduction d’éoliennes peut réduire la production existante de CO2.
            Donc, à partie de notre situation actuelle, si vous rajouter des éoliennes pour augmenter la puissance disponible, il faut bien que cette puissance soit disponible qu’il vente ou non.
            Et en conséquence vous ne pouvez pas vous abstenir d’installer en parallèle des centrales à gaz de même puissance.
            Élémentaire, mon cher Isambert.

          • Hervé Guéret vous n’arrivez vraiment pas à vous sortir de vos vielles théories foireuses de comptoir : quand on écrit ENR c’est bien les ENR et il n’y a que les trolls stériles de votre acabit pour pouvoir envisager autre chose et arrêtez aussi avec l’éloge de la France car les chiffres réels au niveau du terrain et de l’énergie ce n’est pas du tout vos théories de comptoir pour gogos .. voir une fois de plus les condamnations de la France et d’EDF de plus en plus nombreuses par les tribunaux et c’est bien de notre santé qu’il s’agit .. car en réel sur le terrain la France est championne de la pollution et de la production de déchets ultimes .. et vous avez beau le nier stupidement et vous ridiculiser à chaque post en éludant les vrais questions de fonds ça ne changera pas la réalité du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier ..vous n’avez toujours pas préciser ou vos délires ont situe ces centrales aux gaz alors que sur le terrain c’est bien les ENR qui évitent de faire démarrer trop souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances du nucléaire voire même de son intermittence avérée 🤣😂

          • Bon, mon cher Isambert, désolé de vous avoir dérangé.
            Je voulais vous clarifier la logique de pensée permettant de comprendre pourquoi l’intermittence est le problème majeur des éoliens, solaire, énergie marine, … et qu’il convient, si on désire s’en servir, de définir quelle est la source d’énergie pilotable que vous comptez installer en parallèle pour avoir l’ensemble pilotable.
            Bon, mon ambition a été trop grande.
            Désolé encore.
            Mais vous avez raison, pourquoi Diable faudrait-il s’encombrer d’une logique de pensée, alors que c’est tellement moins fatiguant intellectuellement, et valorisant, de traiter son voisin de troll, ou comme Rochain, de petit con.
            Je vous souhaite une très bonne soirée.
            Allez en paix, mon fils. Je ne vous dérangerai plus.

          • Hervé Guéret 🤣 🤣 n’essayez plus de faire semblant de réfléchir vous vous ridiculisez toujours plus … 🤣 🤣 vous n’etes bon qu’à ânonner les vieux canulars périmés pour gogos et à rêver de centrales aux gaz que l’on cherche encore sur le terrain .. 🤣 🤣 à moins que vous n’appreniez enfin que le bio gaz est aussi une autre ENR . 🤣 🤣 laissez faire ceux qui savent car tout est déjà pense et calculé .. il suffit juste de développer au plus vite toutes les ENR sur le terrain et c’est bien ce qui est en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….

          • Et vous pensez que le biogaz en France va être capable de produire plus d’énergie que la moitié d’un réacteur nucléaire LOL
            Un réacteur de 1000 MW produit de l’ordre de 6000 GWh par an.
            Selon les chiffres du ministère de l’écologie, on pense pouvoir, en 2030, tirer 56 GWH du biogaz en France.
            https://www.ecologie.gouv.fr/biogaz

            En gros, un seul réacteur génère sur l’année 100 fois plus d’énergie que l’objectif 2030 en biogaz.
            Bof, ça va sûrement nous permettre de nous passer de centrales nucléaires LOL

          • Hervé Gueret toujours en train de troller stérilement avec vos inepties 🤣😂 donc vous savez maintenant que le solaire , l’éolien et le bio gaz sont des ENR .. persévérez …vous verrez qu’à la fin vous allez en savoir un peu plus sur les bases du sujet et enfin commencer à comprendre ce qui se passe en réel sur le terrain 🤣😂 🤣😂 🤣😂 ensuite on parlera des ENR qui sont prévisibles et de votre merde polluante très très chère de nucléaire qui est intermittente 🤣😂

      • En novembre 2021, l’Allemagne avait légèrement plus de capacité au gaz qu’en 2011 (+4 MW) mais moins de charbon et lignite (-6 MW) et moins de nucléaire (-4 MW).

        La production électrique au gaz en 2019 était à peu près équivalente à celle de 2010 et celle des fossiles à baissé beaucoup plus que celle du nucléaire.

        Allez, petit bonhomme, on attend vos données, pas du bavardage stérile. Et surtout pas cette ridicule « étude » dont la publicité est faite ici et là.

        Répondre
    • Mais oui monsieur, La Question qui me tracasse: Pourquoi les gouvernements des démocraties occidentales se lancent les yeux bandés dans cette aberration? Serait-il que l’on à ajouté la croissance « verte » aux autres sources d’énergie comme le gaz qui peut se réjouir bientôt d’un label « vert » aussi? Dans l’intérêt d’investisseurs genre Black-Rock, choyé par Monsieur Macron?
      Ou est la transition? Ajouter une nuisance qui ne peut remplacer les autres? Et qui ajoute en tout cas, dans les quantités prévues, une dégradation de l’environnement et de la santé des riverains, maintenant, pour les générations actuelles.
      De toute façon, si l’Europe devient zéro carbone, cela n’aura aucun impact sur les climat. Et nous importerons un peu plus de CO2 de la Chine.

      Répondre
      • danielle vivier le solaire et l’éolien sont bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² en nous sortant aussi du fossile / charbon / pétrole .. et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
  • L’Ademe, EELV vendent du rêve. Les bobos en trottinette aiment y croire.
    L’écologie est pourtant une science, pas le monde des bisounours. Bravo pour cet article qui compense le vide scientifique qui impacte trop nos décideurs.

    Répondre
      • Mais non, mon cher Rochain, vous cherchez comme d’habitude la petite faille de détail à mettre en évidence, pour défendre les fabricants (étrangers) d’éoliennes et les fournisseurs (étrangers) de gaz.
        Bon, là, c’est vrai, votre tâche est bien difficile.

        Répondre
        • Ce n’est pas une question de faille, il s’agit de gouffres tant c’est gros ! le nucléaire sera fini de toutes les façon dans moins de 50 ans.
          Quant à la direction que prend le monde il est si clair que ce n’est plus la peine de discuter les renouvelables sont en trin d’enterrer tous les autres dispositifs de production d’électricité, et à grande vitesse il faut être aveugle pour ne pas le voir

          Répondre
          • Vous n’avancez pas là d’arguments scientifiques sur l’avenir du nucléaire, M. Rochain.

    • pauline : la réalité du terrain face à vos inepties de gogos … le solaire et l’éolien sont bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² en nous sortant aussi du fossile / charbon / pétrole .. et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
  • Oui très bon article.
    les producteurs de gaz sont les grands gagnants à nos dépens des lubies des rêveurs écolos parisiens. Et la planète la perdante avec des années de perdues et des centaines de milliards d’euros (150 pour l’instant et ça continue)payes par le contribuable partis dans les poches des chinois et autres mafieux de la filiere

    Répondre
    • Un bon article est un article qui confirme vos convictions, et plus il dit de mal sur les ENR meilleurs il est…. c’est ça ?
      Quelle objectivité !

      Répondre
          • « des contre-vérités » supposées par Rochain mais toujours absence de preuves scientifiques. Tout juste une opinion !

          • Cochelin 😂🤣 😂vous pouvez vous aussi vous ridiculiser en public ça ne changera pas la réalité du terrain 😂🤣ce sont toujours des faits réels / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier face aux mêmes inepties des gogos . la vérité vous dérange vraiment …😂🤣

          • Non Cochelin,
            Pas une opinion, une preuve que de plus qui montre en plus que votre Serge Gil est un escroc.
            Quand j’ai vu sa carte dans l’article j’ai aussitôt recherché dans mes fichiers d’archives pour retrouver la carte de météo-France qui montrait le contraire le vent soufflait même bien fort à certains endroits rien qu’en France, malheureusement t là où il n’y a pratiquement pas d’éoliennes mais que la production était de 2,6 GW en France ,alors que cet escroc écrit :
            « Contrairement au poncif vert : Quand il n’y a pas de vent ici, etc…, la carte des vents sur l’Europe de l’ouest ci-dessous, montre que le 11 octobre à 8h00 (jour de la rédaction), en aucun point, de Séville à Berlin, la vitesse du vent n’était suffisante pour faire démarrer une éolienne (10 km/h et production nominale de 50 à 90 km/h). »
            En exhibant une carte truquée car j’ai recherché la carte de Ventusky qui ne pouvait pas montrer autre chose que ce que montre celle de météoFrance, et effectivement elle ne montre pas ce que montre ce « monsieur » qui a rajouté de plus de fausses incrustation numérique toutes aussi fausses et qui n’existent pas sur la carte d’origine toujours accessible.
            Alors cessez Cochelin de croire que je me base sur autre chose que des faits en m’appuyant sur des preuves, je ne suis pas comme vous un homme d’opinion. J’applique la démarche scientifique comme je l’ai toujours fait, des références officielles reconnus et incontestables.
            Le reste de cet article sort du même tonneau de la conviction qui fabrique ses « preuves » , le contraire de la démarche scientifique !

          • Alors Cochelin, on se réveille ? On sort des opinions pour appliquer les méthodes scientifiques où on continue à bétonner dans la conviction ancrée sur les opinions des escrocs ?

          • Moi, c’est Hervé.
            Mon cher Rochain, attaquer ad hominem lorsqu’on n’est pas capable d’argumenter, c’est mauvais signe.

            Que Dieu vous pardonne.
            (bon, il doit en avoir marre !!! LOL

          • Quand on cautionne les faussaires c’est bien a titre personnel pas à celui des idées alors ne vous étonnez pas d’être traité de con à titre personnel… C »est très bon signe au contraire.

          • Vous n’êtes vraiment tous que des pauvres types qui plonge devant le premier faussaire venu du moment que ça arrange votre religion.
            Minables et lamentables vous n’êtes rien.

          • Ad hominem, encore.
            Lorsque je travaillais, on disait qu’on devait jouer le ballon, pas le joueur.
            Et celui qui cherchait comme vous à faire tomber le joueur faute de savoir jouer le ballon ne faisait pas long feu dans la boite.

          • Ad hominem…. ça fait instruit de savoir deux mots de latin ?
            Quand c’est l’homme qui dit une connerie, c’est l’homme qui se fait traiter de con par la connerie qu’il sort !
            Vous comprenez ça petit con ?

  • De l’auteur:
    1/ Excuses pour l’ordre de grandeur en fin du 1er alinéa ‘Faisabilité ». Il s’agit de pointes d’hiver à 100 000, voire 120 000 MW.
    2/ D’accord avec Marc pour les STEP ; on peut encore en faire en France et je proposerai un article avec un cas concret en « STEP inversée » , mais il faut créer un petite retenue en altitude et se souvenir de Sivens. Les sites ne sont pas légion et le total sera insignifiant par rapport aux besoins. juste pour quelques pointes.

    Répondre
  • Erreur de nom sur message GIL Frédéric. il s’agit de GIL Serge – auteur de l’article.

    Répondre
  • Contestable vous avez dit contestable Marc ?. Est-ce que la face noire des énergies vertes l’est aussi avec ces exemples et la valse de subventions que ns payons
    contestable le traitement hyper polluant et énergivore de la silice.
    contestable les statistiques
    contestable que 0.01 x 1000 = 10 et que 0.01 x 2000 = 20 (quand pas de vent avec 1000, 2000, 10000 éoliennes la puissance fournie reste minable)
    Contestable ce que les Allemands sont en train de faire avec la taxomie pour avoir une puissance installée en centrales gaz égale à celle de leurs ENR intermittentes (pléthoriques) pour éviter les black-out en période hivernale.
    Contestable qu’un réseau de distribution d’électricité a besoin d’une stabilité de la fréquence de 50 Hz pour assurer sa fonction distributive sur tout le territoire comme c’est le cas actuellement.
    Contestables qu’une arrivée trop massive d’ENRi n’est pas supportable pour le réseau .
    Contestable que les électroniques de puissance et/ou la capacité de stockage des batteries à un tel niveau (celui d’un pays) seront à genoux en moins de temps qu’il faut pour le dire !
    Contestable que les coûts engendrés sur le réseau sont aussi élevés que ceux provoqués par l’implantation des ENR intermittentes. Ceci sans garantie de résultat (dans l’état de nos connaissances actuelles) !
    Contestable que CRE, RTE et ADEME sont noyautés par des idéologues de 3ème zone depuis le quinquennat d’hollande !

    Répondre
    • Tout ceux qui ne disent pas les sottises des nucléophiles sont noyautés par des idéologues de 3e zone… bien sûr et le reste du monde est aussi noyauté par des idéologues de 3 em zone ?
      En effet, le monde vogue sur la lame des renouvelables pas sur celle du nucléaire de plus en plus faible. les statistiques mondiales sont à la porté de tous et facilement accessible…. il faut faire d’énormes efforts pour éviter de les voir

      Répondre
      • @Serge Rochain 10.12.2021
        Bien sûr, mon cher Rochain, même en France, on fait baisser le nucléaire.
        La cause en est simple, aisée :
        Le gouvernement force EDF à prendre l’énergie des intermittents (éolien et solaire) en priorité.
        Et EDF passe, pour compenser, des centrales nucléaires au ralenti.
        Bien entendu, dans les statistiques apparaît la production des intermittents en hausse, et du nucléaire en baisse.
        Mais la réalité est qu’il aurait suffi laisser les centrales nucléaires tourner pour se passer des éoliennes et solaires.
        On a donc juste ruiné EDF, sans aucun intérêt, en particulier en CO2.

        Pour bien comprendre, il suffit de se souvenir des bases :

        Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
        Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
        1) pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
        2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
        Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

        Répondre
        • Comme l’on voit depuis plusieurs jours, qu’il y ait un peu ou beaucoup d’éolien, « Le gouvernement force EDF à prendre en priorité l’énergie » du charbon, du fioul et du gaz.

          « Et EDF passe, pour compenser, des centrales nucléaires au ralenti. »

          Pourquoi avoir favorisé les fossiles alors « qu’il aurait suffi laisser les centrales nucléaires tourner pour se passer »(sic) des fossiles ?

          Dans les média, un « marronnier », sujet simpliste, voire puéril, cela revient de façon saisonnière. Avec le petit bonhomme, c’est tous les jours, et même plusieurs fois par jour.

          Répondre
    • Michel DUBUS 10.12.2021
      Tout à fait d’accord.
      Cet articla déclenche d’autant plus de réaction des « pro gaz » qu’il est excellent.

      Répondre
  • Je n’ai jamais dit que tout était contestable dans cet article, je relève juste certains points.
    Concernant les STEP: pour ne prendre que le cas des Pyrénées Centrales: puissance installée: 0 GW.
    Possibilités grandes: voir les lacs de Fabrège et Artouste, Cap de Long et Orédon, Oo et Portillon, conséquents, à proximité immédiate et avec un écart de dénivelé important.
    Les STEPs en usage quotidien avec les réservoirs actuels (et davantage de moyens): 184 GWh peuvent faire 18 GW durant 10 heures.

    Répondre
      • Cochelin c’est bien pour ça qu’il faut les développer au plus vite et accélérer l’optimisation de celles qui existent déjà ..

        Répondre
      • Bof, notre éternel Rochain, je comprends votre difficulté à critiquer un si excellent article.
        Dites moi seulement, dans cet article ou celui en référence, quoi de fondamental serait faux .

        LOL

        Répondre
    • Avec sa théorie fumeuse, le petit « ingénieur » prétend que pour chaque MW éolien il faut construire un MW de centrale au gaz pour « les jours sans vent ».

      Pour illustrer ses hallucinations, celui-ci peut-il nous dire de combien a augmenté en Allemagne la puissance en éolien, solaire, charbon, lignite, pétrole, gaz et autres depuis dix ans ?

      De plus, l’individu pollue en permanence avec la publicité pour son torchon.

      Répondre
  • Dans cet assombrissement de Serge Gil qui a passé sa vie dans le monde du nucléaire on découvre sans surprise les habituelles fake news qui en jaillissent à longueur de forums. Drôlement complexé ce Monsieur qui semble croire que 100% renouvelable ne veut dire que 0% nucléaire. Pourtant, et ça compte pour la grande majorité des sources d’énergie aujourd’hui encore, il y a les sources fossiles ! 100% renouvelable ça veut dire zéro% autre chose. Cette autre chose dans laquelle le nucléaire ne compte même que pour pipette. Quel Naïf peut croire que 100% renouvelable veut dire zéro% CO2 ? Il faudra bien les amener sur place les éoliennes, les PPV et les autres dispositifs qui constituent les outils du 100% renouvelable, et avant, il faudra les fabriquer.
    Ensuite commencent la litanie de la désinformation avec, pour l’entame
    « Les rejets de CO2 augmentent quand la proportion des dits renouvelables s’accroît dans notre mix électrique pour y remplacer le nucléaire. »
    Depuis l’apparition des premiers renouvelable, ceux-ci n’ont fait que compléter et compenser les insuffisances du nucléaire aidés en cela par une bonne part de fossiles et même de l’importation depuis l’étranger, notamment depuis l’Allemagne. Et cela va grandissant avec aujourd’hui une incapacité du nucléaire à fournir plus de la moitié du besoin tous les jours en phase diurne, de 75 à 80 GW en semaine lorsque l’activité économique est active. Et comme cette incapacité à fournir le nécessaire va grandissante avec de plus en plus de réacteurs à l’arrêt, sans pour autant être en panne mais seulement en incapacité de faire varier leur puissance comme EDF se vante pourtant de pouvoir le faire, notre manque d’équipement en renouvelable ayant été freiné par l’influence du nucléaire sur les pouvoirs publiques conduit à recourir de plus en plus aux fossiles pilotables, gaz et charbon jusqu’à atteindre leur capacité maximale. Le nucléaire, malgré une puissance installée de 61,5 GW est incapable depuis plusieurs mois de fournie plus de 43 GW et c’est ainsi que malgré un vent permettant de produire plus de 12 GW à lui seul avec seulement 8000 éoliennes dans le pays, encore faut-il ajouter près de 9 GW de fossiles, gaz + charbon, et 3,5 GW d’importation :
    https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere
    Ainsi on constate que c’est non pas les renouvelables qui sont responsables des émissions croissantes en France du CO2 mais la faillite du nucléaire dont le quart des réacteurs sont à l’arrêt aujourd’hui : https://nuclear-monitor.fr/index.html#/
    Comment apporter le moindre crédit à l’opinion ce Serge Gil face à ces réalités mesurées sur les sites officiels de RTE/EDF ?
    Le reste du message est à l’avenant « ce sont des énergies gratuites, inépuisables et propres. Quatre erreurs (quatre mensonges) en quatre mots, c’est beaucoup. »
    Ces énergies sont toutes aussi gratuites que l’uranium, le charbon ou le gaz, et comme pour eux le cout c’est celui de leur extraction, pas celui de la ressourcez elle-même. Mais inépuisables et propre c’est infiniment plus vrai que pour le nucléaire, quant à dire quatre mots et quatre mensonges, je ne compte que trois mots et trois message…. Il faut relire son texte M. Gil ça évite souvent de dire des bêtises en plus des âneries, lesquelles continuent tout au long de l’article : « Ni le vent ni le soleil ne sont des énergies; ce sont des sources d’énergie. Au même titre que l’eau des barrages, le gaz, le pétrole, le charbon ou l’uranium. Il faut les exploiter pour avoir de l’électricité. »
    Ben non ce sont bien des énergies mais pas encore de l’électricité lequel n’est qu’une des formes de l’énergie. Il s’agit donc seulement d’une transformation depuis une forme d’énergie dans une autre de ses formes. Quand on veut faire le maitre d’école on ne raconte pas n’importe quoi.
    « Cette transformation n’est pas gratuite. »…. Pourquoi celle de l’uranium en électricité est gratuite ?
    « Eoliennes et panneaux solaires (importés) » Oui une fois, bien que nous ayons d’une part tout ce qu’il faut en France pour les faire nous-même ce qui est d’ailleurs le cas pour une part d’entre eux. La lumière vient toute seule sur les PPV, et le vent dans les pales d’éoliennes, ce qui est loin d’être le cas de l’uranium qu’il faut enfourné dans les réacteurs nucléaires dont 100% est importé sans espoir de pouvoir un jour le sortir du sol de France… que l’on a déjà pillé à 100% de son uranium.
    « Elles ne sont ni propres ni vertes pour deux raisons: la fabrication des machines et matériels (importés) avec des matériaux polluants et la nécessité d’appoint au gaz (importé) en raison de leur intermittence. » Quels matériaux polluants dans des PPV constitués à 90% de sable sous forme de verre et de silicium (la deuxième matière la plus abondante dans la croute terrestre alors que l’uranium est la plus rare) ? Quant à l’appoint en gaz on a bien vu ci-dessus, preuves à l’appui sur eco2mix que c’est surtout le nucléaire en faillite qui en a besoin.
    Est-il besoin ce continué ? Nous avons un bon exemple de ce qui se passe lorsqu’un pays abandonne le nucléaire et les fossiles au profit des renouvelables. On voit que le CO2 diminue en corrélation avec la diminution de la part de nucléaire et des fossiles et tout aussi corrélativement à l’accroissement des renouvelables. Au lieu de blablas stériles n’affichant que des opinions inspirés par des convictions quasi religieuses dans le nucléaire, il suffit de consulter les statistiques officiels que ce soient les publications étatiques françaises ou allemandes, des organismes statistiques, économiques… et vous aurez les idées claires sur ce qu’est la réalité, oubliez les articles d’opinions comme celui-ci, sans intérêt, au profit de la réalité qui est là, dans ses graphiques pour ce qui concerne l’Allemagne :
    https://www.cleanenergywire.org/factsheets/germanys-energy-consumption-and-power-mix-charts

    Répondre
    • @Rochain
      Trop long de répondre en détail, ça ne changera pas votre position pro gaz.
      Toutefois, « Nous avons un bon exemple de ce qui se passe lorsqu’un pays abandonne le nucléaire et les fossiles au profit des renouvelables » Si vous parlez de l’Allemagne, c’est ce qui la pousse à tenter de faire reconnaître par l’Europe les centrales à gaz comme vertes dans la taxonomie européenne !!!
      Un scandale.

      Vous devriez lire cette excellente étude concernant l’énergie électrique en Allemagne :
      https://www.sauvonsleclimat.org/images/articles/pdf_files/etudes/Etude_Poizat_intermittence_allemande/Note_complete_Intermittence_compensable_ou_non_VF_24_3_2020.pdf

      Enfin, vous devriez revenir aux bases de la bonne vieille physique :
      Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
      Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
      1) pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
      2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
      Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

      Le reste n’est qu’argutie.

      Répondre
      • Grave erreur petit bonhomme, ce n’est pas « Sauvons le climat », mais « Sauvons le nucléaire ». La nuance est importante.

        Car ces gens se foutent du climat comme de leurs premières couches jetables (alors qu’il existe des couches lavables et réutilisables, sans produits chimiques).

        Tous vos insipides bavardages spécieux ne changeront rien à la réalité.

        Répondre
        • Et ce n’est ^pas la seule erreur du petit bonhomme…. classer le nucléaire dans le pilotable est une bouffonnerie, il ne l’est que de temps à autre et toujours trop lentement pour être utile…. mais le petit bonhomme est incapable de comprendre les explications techniques

          Répondre
    • Merci Mr ROCHAIN de votre réponse à Mr GIL.

      C’est épuisant de lutter contre les tenants des énergies de stock et du nucléaire. Le mal est profond.
      On peut discuter de tout sauf des chiffres comme le dit la communication covid. Alors, parlons chiffres !

      Depuis 4,6 milliards d’années, le Soleil nous apporte lumière et chaleur. Il rayonne dans l’espace 3,86.1026W, soit la même puissance que trois cents millions de milliards de centrales nucléaires de 1300MW ou encore soit cent milliards de milliards de kilowattheures par seconde

      À chaque seconde, une masse de l’ordre de celle de la pyramide de Gizeh est dissipée par réactions thermonucléaires hydrogène/Hélium, générant une Energie électromagnétique transmise par rayonnements dans l’espace.

      L’énergie solaire reçue sur la terre représente l’équivalent en énergie de 50 000 tranches nucléaires de 900 MW. Soit 4,36 millions de fois nos besoins mondiaux, toutes énergies confondues.

      Cette énergie met 8 minutes et 20 secondes pour nous parvenir.

      A nous d’y puiser, c’est maintenant.

      Serions nous plus bêtes que les salades (et les végétaux) qui, elles, savent tirer partie de l’énergie solaire, surabondante et inépuisable… au moins pour 4,4 milliards d’années?

      Michel Vanquaethem

      Répondre
      • A part être un adorateur du soleil quoi d’autre? Il y a bien longtemps que l’être humain sait toutes vos fariboles ça ne change rien au fait qu’il faille le capter (avec beaucoup de matière et d’énergie fossile pour l’instant) et qu’il n’est pas toujours présent.
        Ces 2 données suffisent à comprendre la difficulté du problème qui s’il était si facile comme vous le prétendez pourquoi n’y parvenons-nous pas ?
        Inutile d’étaler tous ces poncifs pour ne rien argumenter et simplement idolâtrer le soleil . Et le vent n’est-ce pas?

        Répondre
        • VICTOR toujours la réalité du terrain : le solaire et l’éolien sont bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

          Répondre
        • Comme s’il ne fallait pas capter l’uranium… jusqu’à vider les fonds de tiroir… soyez un peu patient c’est pour bientôt. Un réacteur construit aujourd’hui ne sera pas amortissable sauf à vendre son KWh à plus d’un euro

          Répondre
    • « Au lieu de blablas stériles n’affichant que des opinions inspirés par des convictions quasi religieuses dans le nucléaire, .. »

      Pour ce qui est des convictions quasi religieuses je crois que vous êtes indéniablement le DIEU des renouvelables (Eole et Hélios) , la vergogne ne vous effleure jamais? Pas plus que la nuance !

      Répondre
  • Marc: l’article de Serge Gil vous parait un peu caricatural mais il est quand même fondamentalement exact. Pour le stockage d’énergie vous citez les batteries, peu importe le coût, on est pas dans l’ordre de grandeur qui puisse aider beaucoup, ce que vend Tesla aux particuliers en complément du solaire apporte 1 heure d’électricité le soir à ceux qui sont au boulot quand il fait soleil! Pour les STEP, le plus grand d’Europe, Grand Maison, peut fournir 1800 MW théoriques mais quelques heures seulement, c’est 8 ans de travaux, un dénivelé de près de 1000 m d’énormes conduites dans la montagne, on n’est certainement pas prêts à faire le même. EDF a quelques projets de modifications de barrages mais ne les sort pas tant qu’on prétend privatiser les barrages sur injonction de l’Europe. Quant à noyer de nouvelles vallées de montagne….bonjour les ZAD! Je suis tout à fait partisan de faire d’autres STEP mais là encore on n’ a pas l’ordre de grandeur pour lisser la production intermittente. Vous citez l’éolien offshore, il semble que cet automne il n’ait pas mieux fourni que le terrestre puisque ceux qui en dépendent, comme la Grande Bretagne, on dû redémarrer du charbon. L’Europe est sous le régime atlantique, à terre comme en mer, et on a tous vus ces courbes où l’on a superposé la production éolienne de la France et de tous les pays voisins, le foisonnement n’existe pas. Quand Mme. Pompili dit que le rapport AIE + RTE montre que l’on peut faire 100% d’ENR elle ment honteusement! Le rapport détaille noir sur blanc les problèmes techniques qui ne permettent pas aujourd’hui de fonctionner avec une majorité, pas 100%, une majorité d’ENR. Ce qui est pudiquement appelé « des paris technologiques lourds » s’apparente à une décision de sauter de l’avion en espérant que l’on ait inventé le parachute avant l’arrivée au sol! On peut appeler ça de l’irresponsabilité ou de l’imbécilité intégrale, comme vous voudrez.Cela dit je ne suis pas amoureux du nucléaire, c’est pourquoi je pense qu’il serait urgent de mettre le paquet R&D sur la 4ème génération, avec les pays qui veulent bien, afin d’améliorer la sureté et la sécurité, réduire fortement le problème des déchets et éliminer quasiment la dépendance à l’uranium. Dans cette optique, arrêter le projet Astrid est inexplicable, mais qui comprend comment raisonnent les politiques?

    Répondre
    • Parfaitement d’accord sur tous les points, et en particulier sur la nécessité des réacteurs surgénérateurs (quatrième génération) pour devenir parfaitement indépendant de tout achat d’uranium pour quelques siècles.
      Pour les hommes politiques, la majorité ne pense qu’à la prochaine élection.

      Mais il y a deux points que je ne parviens pas à comprendre :
      – Pourquoi Diable une partie des verts est encore anti nucléaire, alors que c’est la seule source d’énergie électrique sans CO2, avec l’hydraulique ?
      – Pourquoi, alors qu’il est facile de démontrer que nos éoliennes et photovoltaïques ne servent strictement à rien et qu’on ruine l’État et EDF, les politiques d’opposition ne mettent pas les pieds dans le plat ???

      https://1drv.ms/b/s!Aoz2RZetULwc5SEB6jtPAjImJDPr?e=BYsEAO

      Répondre
      • Pour les réacteurs surgénérateurs, 70 ans de recherches (depuis 1951) n’ont pas produit de résultats tangibles.

        Même au Japon avec son réacteur de Monju, à neutrons rapides au sodium, abandonné en décembre 2016 après avoir fonctionné pendant 250 jours en 22 ans.

        La vidange du circuit sodium n’a pas été prévue à la conception et il faudra trente ans pour démanteler ce réacteur (sauf retards habituels).

        On ne savait pas que les « verts d’EELV » avaient leurs entrées au gouvernement japonais.

        Le petit bonhomme est décidément très pénible avec ses liens continuels vers sont insipide torchon.

        Répondre
      • C’est tellement facile que l’on aimerait voir la démonstration de l’inutilité des renouvelables.
        Et ce n’est certainement pas les bafouilles d’un petit bonhomme qui croit qu’une centrale à gaz est nécessaire pour chaque éolienne parce que son facteur de charge est de 26% et qu’en conséquence à la fin de l’année c’est la centrale à gaz qui aura fourni 74% de l’électricité, qui va être capable de démontrer quoi que ce soit.

        Répondre
    • @JPM
      « le foisonnement n’existe pas ».
      Au moment où j’écris: production éolienne offshore en Europe: presque partout
      Production éolienne onshore: forte côté Ouest de l’Europe, faible côté Est de l’Europe.
      https://www.windy.com/fr/-Rafales-gust?gust,38.754,-15.645,3
      Les interconnexions permettent d’exploiter partiellement ce foisonnement.
      Sur le nucléaire, le pays qui investit le plus est la Chine. Aujourd’hui, il fournit 5% de la production d’électricité chinoise contre 6% pour l’éolien et 4% pour le solaire. Nul doute que le PCC, qui n’a pas de soucis électoralistes, a calculé ces proportions selon les avantages et les inconvénients, et les incertitudes autour de chaque source d’énergie.
      La recherche souffre d’un mal terrible: l’effondrement du niveau scolaire, notamment en maths, à cause des derniers programmes. L’académie des sciences avait hurlé au scandale, puis s’est finalement tue (menacée qu’on lui coupe des financements ?). Les Français étaient dans les premiers, aujourd’hui, ils sont dans les derniers des classements internationaux.

      Répondre
      • Les interconnexions, parlons-en, allez voir chez les Allemands qui sont le modèle du tout renouvelable électrique et vous vous rendrez compte de la difficulté de faire transiter l’énergie des éoliennes du nord vers la riche industrie (automobiles..) du sud. L’Allemagne n’a réalisé que 15 % de son programme de modernisation du réseau électrique (THT-HT) et il lui faudra investir entre 100 et 150 milliards € pour y parvenir et ils viennent avec la nouvelle coalition de durcir leurs exigences de sortie du nucléaire et du charbon (pas du gaz ! sans doute un gaz sans CO2).

        Répondre
    • Sur les STEP, remarquons que des développements importants viennent d’être réalisés en Suisse et au Portugal, et certains en Autriche également.
      L’Espagne a également des projets importants à court terme.

      Répondre
  • @JPM
    Il y a une certaine complémentarité entre le solaire et l’éolien qui fait que lors que l’éolien est faible, le solaire est généralement fort, et inversement.
    Le biogaz est une partie de la solution de bouclage, même s’il ne fait pas tout.
    Contrairement à ce qui est raconté, le potentiel de STEP est important, par exemple dans les Pyrénées Centrales comme je le dis dans un autre message.
    Maintenant, je ne suis pas anti-nucléaire pour autant. Je suis anti-charbon, anti-pétrole, pro-sobriété et pense que le niveau d’utilisation du gaz fossile doit être le plus bas possible.
    La France a quand même la chance: que le nucléaire soit une énergie décarbonée car ce n’est pas du tout pour cela qu’elle a été choisie, et que les autres pays n’aient pas autant investi dans le nucléaire qu’elle, sinon, il n’y aurait plus d’U235 depuis longtemps.

    Répondre
    • Oui, bien possible que l’uranium 235 serait épuisé.
      Mais on s’en fout, car avec les centrales nucléaires de quatrième génération (surgénératrices) l’énergie qu’on tire du minerai est 100 fois plus importante (le rapport des masses dans le minerai entre U235, 0.7% et U238, 99.3%, la quasi totalité).
      En clair, ceci veut dire que :
      – avec le stock d’U238 présent sur notre sol, nous pouvons obtenir 100 fois toute l’énergie électrique que nos centrales ont produit depuis leur démarrage. Une paille.
      – le stock d’Uranium sur terre (sans compter le Thorium) nous donne de quoi produire de l’électricité pour 10.000 ans.
      Et d’ici là, bien possible qu’on ait réussi avec la fusion nucléaire.

      Et comme le danger principal est l’évolution du climat, …

      Répondre
      • Pour l’arlésienne du thorium, on se lasse d’attendre. Et ce n’est pas moins dangereux que l’uranium, avec son « usine à gaz » au plutonium.

        Pour les réacteurs surgénérateurs, 70 ans de recherches (depuis 1951) n’ont pas produit de résultats tangibles.

        Même au Japon avec son réacteur de Monju, à neutrons rapides au sodium, abandonné en décembre 2016 après avoir fonctionné pendant 250 jours en 22 ans.

        La vidange du circuit sodium n’a pas été prévue à la conception et il faudra trente ans pour démanteler ce réacteur (sauf retards habituels).

        On ne savait pas que les « verts d’EELV » avaient leurs entrées au gouvernement japonais.

        Pour la fusion nucléaire, son usage commercial n’est pas envisagé avant la fin du siècle.

        Répondre
  • Ce qui est sidérant avec Mr Rochain c’est le militantisme de pensée poussé à l’extrême qui l’empêche de tout raisonnement qui n’aboutirait pas au résultat qu’il veut atteindre. Certains comme lui défendaient autrefois que la terre était plate c’était évident « scientifiquement démontré » comme il dit , il suffit de regarder dehors! Et tout ceux qui démontreraient le contraire sont des imbéciles à la solde de je ne sais quelle religion: au Xvii siècle Mr Rochain aurait sans état d âme envoyé Galilee au bûcher car c’est évident le soleil tourne autour de la terre ……il faut être aveugle ou idiot pour ne pas s ‘en rendre compte…..

    Répondre
    • @Dch
      rochain est comme macron il est « personne », alors laissez tomber !

      Répondre
    • Ce qui est sidérant avec la confrérie du nucléaire, c’est la croyance idéologique selon laquelle le nucléaire serait la solution pour produire l’électricité mondiale et sauver le climat. Certains, qui sont pour « Sauver le nucléaire », usurpent même le mot « climat ».

      En 1975, l’agence mondiale du nucléaire annonçait une capacité nucléaire mondiale de 3.600 à 5.300 GW pour l’an 2000. On n’a constaté que 351 GW.

      Plus modeste aujourd’hui, l’agence n’annonce que 390 à 790 GW en 2050. Aucune garantie que la valeur minimale (égale à celle de 2020) soit conservée.

      Selon cette agence, le nucléaire devait produire la moitié de l’électricité mondiale en 2000. Avec 2.450 TWh, cela n’a fait que 15,9 % du total.

      En 2020, avec 2.700 TWh, cela ne faisait plus que 10,1 % du total.

      On remarquera la gigantesque progression de la production nucléaire en vingt ans.

      Adieu veau, vache, cochon, couvée.

      Répondre
  • @JPM
    Et aussi la nuit une certaine complémentarité entre eolien et solaire ?
    Le reste je suis d accord avec vous

    Répondre
    • Dch vous aussi sortez vosu des vieux canulars périmes pour gogos et justement constaté enfin le réel du terrain .. il faut être aveugle ou idiot pour ne pas s ‘en rendre compte….. 🤣 le solaire et l’éolien sont bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
      • Sans aucun doute c’est la « merde » comme vous dites qui vous empêche de voir la réalité physique des problèmes…

        Répondre
      • « nucléaire /arenh »
        Pouvez-vous expliquer que tous les fournisseurs d’électricité (une cinquantaine) pleurent pour obtenir plus d’arenh (150ou 200 Twh pour 100 Twh autorisés par la loi) au prix de 42 €/ Mwh lequel prix a été fixé par la CRE et validé par la cour des comptes depuis 2012.
        Sont -ils complètement idiots ou fous pour acheter à ce prix alors que d’après vous les EnRi sont « bien moins chers » que le nucléaire.
        Comprends pas!

        Répondre
        • VICTOR c’est normal que vous ne voulez pas comprendre pourtant il suffit juste de vérifier car c’est bien public .. vérifiez que les ENR sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire et si votre prix du kWh augmente c’est que vous êtes encore chez EDF et consort à financer cette gabegie de nucléaire polluant et ça ne fait que commencer .. il y a de vrais fournisseur d’électricité verte qui n’achète rien à EDF / arenh et qui fonctionne sous forme de coopérative / SCIC … https://www.enercoop.fr/

          Répondre
          • Je vous croie, il y a certainement quelques coopératives (plutôt des investissements financiers) qui produisent et fournissent de l’électricité renouvelable financée pour l’essentiel pas les taxes que tous les consommateurs paient ce qui à mes yeux discréditent ces producteurs. Tant qu’ils ne seront pas sur un marché concurrentiel réel sans subventions ni garantie d’achat ils ne pourrons démontrer la possibilité des EnRi de fournir une électricité massive à des millions de consommateurs à un prix concurrentiel comme dans tous les marchés libres. Je doute qu’un jour l’énergie électrique puisse répondre aux « lois » du marché pour les simples raisons que l’électricité a des caractéristiques physiques incontournables au niveau d’un réseau comme la France et qui plus est l’Europe interconnectée.
            Pour autant de petit réseaux autonomes avec des exigences moindres (l’électricité disponible quand il y en a) peut très bien fonctionner avec uniquement des EnRi mais alors il faut abandonner la notion de commun à grande échelle (péréquation) pour l’individualisme (ultra libéralisme): comprendre, moi j’ai du soleil et du vent chez moi alors tout va bien, les autres?

        • En effet, il auraient mieux fait de passer des contrats d’achat directs (les PPA) avec des producteurs d’énergie renouvelable pour bénéficier d’une partie d’électricité à faible prix, comme certains le font déjà depuis quelques années (SNCF …).

          Avec le tarif des derniers appels d’offres, 60 à 65 €/MWh pour l’éolien terrestre et 55 €/MWh pour le solaire des grandes centrales, c’est très avantageux par rapport aux prix du marché depuis trois mois.

          Répondre
          • Nucléaire dont le coût complet de production était déjà de 59,8 €/MWh en 2013, avec la monnaie de l’époque, comme l’a précisé la Cour des comptes dans son rapport de 2014.

            Coût qui a bien évidemment augmenté avec tous ces réacteurs à l’arrêt, suite à de multiples problèmes.

            Faut bien acheter un peu de gaz russe pour suppléer au nucléaire.

        • C’est pourtant simple. Pour obtenir de l’électricité à partir des ENR il faut investir pour les construire, alors que pour l’ARENH il suffit de revendre plus cher ce que l’on a acheter moins cher… c’est facile et ça ne nécessite aucun investissement industriel.
          C’est facile à comprendre sauf peut être pour des gens un peu simples… mais ça met en lumière l’aberration de cette formule qui n’oblige pas les clients de l’ARENH à produire eux-mêmes…. et on pourrait même se demander, si on avait l’esprit tordu, si ce n’est justement pas pour que trop de concurrence en production s’installe rapidement en faisant de l’ombre à EDF ? Mais on n’a pas l’esprit tordu, alors on ne se pose pas cette question et on se contentera de cette fausse concurrence en simple commercialisation.

          Répondre
  • Hervé Guéret sortez vous enfin des vielles théories foireuses pour gogos qui sont contredites par la réalité du terrain qui se développe partout dans le monde … justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … extrait du bilan 2019 de RTE qui chiffre les économies de Co² réalisées grâce aux ENR en France et en Europe au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain .. je vous laisse poster ceux de 2020 pour prouver l’évolution favorable à tout le monde https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265336258_10228032231815994_4869996871122225296_n.jpg?_nc_cat=100&_nc_rgb565=1&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=nGyL_En0EE8AX8FdRXg&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=ae7416f6ab539aa4549d48373cab96c1&oe=61B82E9B

    Répondre
  • Le potentiel de stockage par STEP réalisable, en tenant compte de diverses contraintes, est de 33 TWh dans l’Union européenne (à 27 ou 28) et beaucoup plus pour l’Europe entière.

    https://ec.europa.eu/jrc/sites/default/files/jrc_20130503_assessment_european_phs_potential.pdf

    C’est 30% de plus que toute la consommation française (avec son chauffage électrique) pendant les douze jours de la grande vague de froid de février 2012.

    Pendant cette vague de froid, le facteur de charge de l’éolien a été de 28,9 % en moyenne journalière, allant de 19,0 % à 57,5 %, excepté un jour à 13,6 %. Pour février 2012 entier, le facteur de charge de l’éolien a été de23,8 %.

    Par ailleurs, de bonnes réserves auraient pu être faites, avec un facteur de charge éolien de 41,2 % en décembre 2011 et de 31,6 % en janvier 2012.

    Alors, les deux semaines sans vent sur toute l’Europe lorsqu’il fait froid !

    On attend des précisions les anti-éoliens.

    Répondre
  • Marguerite, sortez de vos théories.
    La capacité des STEP en France n’est que de 4590 MW. Pour alimenter notre pays avec les STEP d’autres pays, il faudrait multiplier énormément les capacités d’interconnexions pour des coûts excessivements élevés.
    Pour ce qui est de la période de froid en Février 2012, l’éolien n’a pu founir que 1 à 4 % de la demande totale (1700 MW c-à-d 2 % de la pointe de consommation de 102 GW le mercreidi 08 février vers 19 h). https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere#

    Répondre
    • Cochelin c’est bien pour ça qu’il faut les développer au plus vite et accélérer l’optimisation de celles qui existent déjà ..

      Répondre
    • Cochelin sortez de vos canulars continuels : vous ne pensez pas que pour que des ENR produisent en France il faudrait déjà en installer…

      Répondre
    • En février 2012, la capacité éolienne était de 6.750 MW, contre 63.130 MW pour le nucléaire et 28.950 MW pour les fossiles.

      Pourtant, l’éolien a fourni 1.120 GWh sur le mois, avec un facteur de charge de 23,9 %. Lors de la vague de froid, le facteur de charge a été de 28,9 % pour l’éolien.

      En février 1956, lors de la plus grande vague de froid du 20e siècle, l’éolien a produit 0,0 % de la demande pendant tout le mois … car il n’existait pas d’énergie éolienne (hors de pittoresques moulins à vent).

      Le 8 février à 19h, avec 1.750 MW, le facteur de charge de l’éolien était de 25,9 %. Pour la journée entière, son facteur de charge a été de 35,6 %.

      Pas mal pour de l’éolien qui ne produit rien quant il fait froid.

      Le facteur de charge du nucléaire n’a été que de 94,2 % à la pointe et 94,1 % pour cette journée bien froide, ne pouvant faire mieux.

      Répondre
      • La production mensuelle ne veut rien dire sur l’adéquation de la production à la demande puisque l’électricité ne se stocke que très peu. Vous ne connaissez rien aux sujets scientifiques ni techniques. Vous ne faites que publier des données générales glanées on ne sait où et sans les interpréter. Au moment de la pointe de 19 h, l’éolien est redescendu autour de 1700 MW. Le black out n’était pas loin.

        Répondre
        • Bof, on a un trio s’accrochant à des chiffres mal interprétés, qui gênent considérablement les discussions sérieuses et raisonnables.
          En particulier, ils refusent d’assimiler les bases qui permettent de réfléchir et d’interpréter les chiffres :

          Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
          Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
          1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
          2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
          Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

          Répondre
          • Avec sa théorie fumeuse, le petit « ingénieur » prétend que pour chaque MW éolien il faut construire un MW de centrale au gaz pour « les jours sans vent ».

            Pour illustrer ses hallucinations, celui-ci peut-il nous dire de combien a augmenté en Allemagne la puissance en éolien, solaire, charbon, lignite, pétrole, gaz et autres depuis dix ans ?

          • Un conseil, ma chère marguerite, réfléchissez.

            Lorsque vous aurez compris cette base, on pourra discuter.

            Cordialement

          • La question était claire et même simple, devant votre incapacité à répondre vous bottee en touche…. Là fuite !

        • Avec le nucléaire c’est du matin au soir depuis des mois que nous sommes à la limite du black out avec un équipement sur dimentioné de réacteurs incapable de fournir plus de la moitié du besoin, nous echapppns en permanence au black out grâce au gaz. Au charbon, à l’hydraulique, à l’importatio’ et aux…. Renouvelables.

          Répondre
          • Rochard
            A l’instant, nucléaire 60% de la puissance fournie, 69% de la capacité installée.
            Vous racontez donc n’importe quoi.

          • Avec une puissance installée de 61,5 GW le nucléaire n’est capable de fournir que 42 GW et les 20 qui manque pour répondre au besoin sont fournis par le fossile les renouvelables et même l’importation… Ou est le n’importe quoi si ce n’est ce nucléaire incapable de disposer de ses 20 GW pourtant théoriquement disponible ?
            Plutôt importer et cramer du gaz…. Belle efficacité

      • victor 😂🤣 😂vous pouvez vous ridiculiser en public ça ne changera pas la réalité du terrain 😂🤣ce sont toujours des faits réels / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier face aux mêmes inepties des gogos . la vérité vous dérange vraiment …😂🤣

        Répondre
        • Comme j’ai encore le temps je vous réponds:
          La vérité, quelle vérité ? Sans aucun doute la votre! Et justement je ne partage pas votre vérité, c’est interdit?
          Pour faire simple je défends simplement que les EnRi , principalement éoliennes et panneaux photo voltaïques sont une avancé technologique incontournable et qui continuera de fournir de plus en plus d’énergie électrique.
          Bien. Mais qu’à l’échelle des besoins planétaire je considère qu’en l’état actuel de ces technologies (fabrication, faible densité énergétique, facteur de charge limité ..) il nous faut envisager pour produire massivement l’électricité et répondre aux besoins grandissant de ce vecteur d’énergie d’autre moyens de production qui jusqu’à ce jour sont largement carbonés (charbon, lignite,gaz et un peu de pétrole).
          Les ressources d’énergie primaire sont très différentes d’un pays à l’autre, ainsi les pays du nord de l’Europe (pour exemple Suède et Norvège) dispose massivement de l’énergie hydraulique faiblement carbonée, tant mieux pour eux mais d’autres pays doivent se débrouiller autrement. Ainsi la France dispose de cette ressource mais elle ne peut plus évoluer massivement et elle dispose depuis 60 ans de l’énergie issue de la fission et d’une capacité industrielle sur l’ensemble du cycle de production d’électricité nucléaire avec environ 63 GW de puissance installé au travers de 16 sites nucléaires (58 réacteurs) qui est décarbonée et qui occupent un espace très faible ce qui n’ai pas à mes yeux négligeable quand on voit la montée des contestations bien compréhensibles des personnes se retrouvant avec une usine d’éoliennes près de chez lui.
          Alors je pense qu’il est nécessaire de conserver toute notre compétence industrielle sur l’énergie de fission, que d’ailleurs bon nombre de pays envient et cherchent à s’équiper, et continuer à fournir de l’électricité nucléaire aussi longtemps que les autres moyens n’auront pas atteint les mêmes capacités de production d’électricité capable de répondre instantanément à la demande tout en restant socialement acceptable donc à un prix accepté.
          Notre voisin Allemand emprunte une autre voix, fin du nucléaire et du charbon, et développement massif de l’éolien et du PV, tout en conservant en secours des jours sans vent ou et sans soleil du gaz fortement carboné.
          Soit, attendons quelques années pas plus (5 à 10 ans) et nous verrons bien s’ils réussissent il sera toujours temps de basculer mais s’ils échouent alors on se frottera les mains d’avoir économiser quelques dizaines mais plutôt de mil une centaine de milliards d’€ .
          Je m’arrête là, je ne vous demande pas d’approuver ma position, je vous invite même à ne pas y répondre, je connais votre position mais il est simplement bon que chacun comprenne la position de chacun avant de balancer tout à trac des gogo, naïfs, parfois con….voilà, voilà.
          ET mieux , c’est de ne pas me lire pour ceux qui ne supportent pas une position contraire.

          Répondre
          • victor mais on supporte très bien la contradiction quand elle est sur des bases concrètes et les retours du terrain non sur tous les vieux canulars périmés pour gogos que vous reprenez encore dans votre post .. Comme tous les gogos vous reprenez tous
            les vieux canulars périmés pour gogos alors que les résultats déjà obtenus sur le terrain avec toutes les ENR vous contredisent constamment ….

      • Pour la fréquence, comme pour la tension, l’Irlande se débrouille très bien et dans problème alors qu’à certains moments l’éolien peut représenter 65 % de la consommation.

        Cette valeur sera portée à 85 % en 2025, la progression étant continue depuis plusieurs années.

        Répondre
        • Pour la fréquence, comme pour la tension, l’Irlande se débrouille très bien et SANS problème alors qu’à certains moments l’éolien peut représenter 65 % de la consommation.

          Cette valeur sera portée à 85 % en 2025, la progression étant continue depuis plusieurs années.

          Sur un mois complet, l’éolien peut fournir 51 % de l’électricité produite.

          Répondre
    • Cochelin 🤣mais vous allez nous sortir tous les vieux canulars périmes pour gogos 🤣😂 🤣 🤣 approfondissez sérieusement le sujet : à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/266031960_10228030126483362_3637850176084788288_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=p2ZBOdHpUoMAX83QjYE&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=6348bbacf53fd290cfdbc1bced6af90e&oe=61B7D4D6

      Répondre
  • Actuellement, la puissance installée en éolien + photovoltaïque est de 119 GW en Allemagne. La puissance actuelle en fossiles + nucléaire est-elle de 119 GW « pour éviter les black-out en période hivernale » ?

    Le réseau irlandais, pourtant isolé du reste du monde pour ce qui concerne la tension et la fréquence, peut supporter une arrivée massive d’éolien.

    La production d’électricité éolienne peut représenter 65 % de la consommation du moment en Irlande, sans perturbation de la fréquence ni de la tension. Ce sera 85 % dans quelques années. Des moyennes de 51 % de la production ont déjà été constatées sur un mois complet.

    En Allemagne, où l’on remplace non seulement le nucléaire mais aussi les fossiles par des énergies renouvelables, le contenu en CO2 a baissé de 483 g à 338 g CO2/kWh entre 2010 et 2019.

    Mais comment se fait-il qu’en république tchèque, malgré 36 % de nucléaire dans sa production d’électricité (en GWh) ce pays en soit à 431 g CO2/kWh pour 2019 ?

    Et que l’Irlande en soit à 316 g CO2/kWh pour 2019, malgré tout son éolien et sans nucléaire ?

    Répondre
  • Bonjour Mr Gil,
    Vous résumez l’étude énergétique faite par RTE à 1 seul scénario, pourtant ils ont fait fin octobre un rapport de 64 pages, ou il y a un certain nombre de scénario différents. Mais le scenario ou il y a le plus de nucléaire montre que sa part reste relativement modeste dans le mix, même si il apporte une source pilotable très utile et dit bien que le solaire et l’éolien ont un intérêt économique à être utilisés.
    Dans leur rapport ils expliquent bien que si on doit compenser la variabilité de l’éolien et du solaire, alors il faut du stockage avec du thermique : centrales cycles gaz combiné alimenté en gaz non fossile, donc pas acheté à la russie/norvège/algérie, et des STEP et des batteries.
    Nous avons une ressource de vent sur terre et en mer, mais personne ne communique les valeurs exactes car ce sont des données confidentielles, les développeurs sont en concurrence pour les exploiter donc le grand public ne peut pas le connaitre avant les appels d’offres, c’est d’ailleurs pareil pour les gisements de pétrole avant qu’ils ne soient attribués.
    Si vous regarder les facteurs de charges des parcs éolien offshore en Angleterre, vous allez voir que les parcs récents atteignent du 40% voir 50%, pour les cotes françaises dans la Manche ce serait à peu près identique.
    En fait je vais vous poser la question différemment:
    Vous préférez laisser le business du stockage&conversion d’hydrogène aux autres pays ou qu’on essaie de capter une part du marché et de développer notre industrie?
    Vous préférez devoir gérer un ouragan qui détruit un parc éolien ou solaire ou un incident sur le parc nucléaire?
    Moi ce qui me gêne plus c’est que nous parlons sans avoir des atlas énergétiques pour le soleil/vent/biomasse/step et les besoins en ressources pour les construire et leur impact en émission pour les construire.
    Si quelqu’un est capable d’en trouver ça aiderait à la discussion.
    Cordialement

    Répondre
    • de l’auteur à M. Guyonnet
      Merci de vos commentaires.
      Je connais parfaitement le rapport RTE et j’ai simplement voulu démontrer que le scénario M0 n’aurait jamais dû exister dans un rapport sérieux et n’existerait pas sans la pression de l’ADEME. Un sous-traitant m’aurait remis un rapport de ce type dans mes fonctions qu’il aurait pris la porte à reculons (voir Topaze).
      Par ailleurs la majorité des commentaires sont hors sujet, qui se concentrent sur le « conflit » nucléaire/renouvelables ce que j’ai voulu éviter dans le prologue en écrivant:
      « À noter que ce réquisitoire n’établit aucun rapport avec le nucléaire et est valable quelle que soit la proportion de ces EnRI de 1 à 100%. Dans le même esprit, nous ne tiendrons pas compte des critiques faites à ces énergies. Seules les capacités à subvenir à nos besoins nous intéressent. »
      Je n’ai jamais écrit qu’il fallait 100% de nucléaire.

      Répondre
  • De nombreux nostalgiques de l’exploit industriel des années 70/80, avec la mise en service de 40 GW de nucléaire en une dizaine d’années, mais la France, et le monde ont changé depuis.
    Aucun pays, mis à part la France, ne veut avoir une production nucléaire majoritaire dans le mix, loin de là: la Chine et le RU misent sur 20% environ. Les EU ne construisent quasiment plus rien.
    Le RU mise un peu sur le nucléaire, beaucoup sur l’éolien offshore (+ solaire etc).
    Mais le RU est connu pour être un dangereux repères de gauchos bobos écolos.

    Répondre
    • Avoir pour objectif 20% de nucléaire en Chine parait n’être qu’un fantasme.

      Extrait : On peut dire maintenant avec certitudes que les objectifs nucléaires mirobolants de la Chine ne seront certainement pas atteints. Actuellement il y a un peu plus de 19GW en construction, pour tenir l’objectif de 58GW fixé par le 13e plan quinquennal il faudrait achever tout ces chantiers et encore 2 ou 3 réacteurs de plus. En moins de 3 ans, c’est pratiquement impossible. Avoir 30GW en construction en 2020 semble aussi très compliqué. Quant aux 150GW en 2030, sauf retournement spectaculaire, ils apparaissent comme un doux rêve.

      https://www.lemondedelenergie.com/idees-recues-mix-electrique-chine/2018/07/20/

      Répondre
      • Comme dit par ailleurs, la Chine devait atteindre une capacité nucléaire de 58 GW en 2020. Le résultat n’a été que 47,5 GW en service en fin d’année.

        A supposer que tous les réacteurs dont la construction a commencé avant décembre 2020 soient terminé en 2025, cela ne pourrait faire qu’une capacité de 57 GW fin 2025.

        Pour atteindre 150 GW en 2035, il faudrait lancer la construction de 9,3 GW de capacité chaque année de début 2021 à fin 2030 (environ 9 réacteurs par an).

        Seulement 9,8 GW ont été mis en chantier en cinq ans (2016-2020), soit à un rythme cinq fois plus faible que celui nécessaire pour atteindre l’objectif de 150 GW.

        Répondre
  • Affirmer
    que le monde a changé et qu’il n’est pas possible de refaire la construction de réacteurs comme ds les années 80/90
    que ceux qui relatent ceci sont des nostalgiques du temps passé
    qu’aucun pays ne veut avoir du nucléaire majoritairement.
    Pour celui qui a fait un peu de PNL cela fait partie des » violations des discours »…
    on y retrouve le jugement de valeur, la généralisation (tous, jamais, personne..) pour « démontrer » que l’autre a tort !
    C’est ce qu’on appelle par ces violations, le cancer de la parole !
    Bravo de cette méthode à vous
    Bonsoir

    Répondre
    • @MD
      Qu’est-ce que vous allez chercher… ?
      Je ne fais que corriger certaines critiques exagérées faites ici aux ENR.
      Sur un éventuel programme d’EPR, même Jancovici qui dit que les ressources en U235 étant limitées, il faut passer rapidement à la 4ème génération. Sauf que celle-ci n’existe pas encore.
      Il y a eu quand même un certain nombre de tentatives…
      Cette 4ème génération existera peut-être un jour, ou pas. Les Chinois travaillent dessus.

      Répondre
      • 8 tentatives en France, toutes des bides :
        1957 Rapsodie
        1961 Rachel
        1965 Harmonie
        1966 Masurca
        1968 Phénix
        1968 Prospero
        1970 Caliban
        1986 Superphénix
        2010 Astrid projet abandonné 10 ans plus tard, est resté à l’état de papier avec un budget demandé de 5 Milliards d’euros…. pour voir, une fois de plus.

        Répondre
        • Des échecs, vous plaisantez.
          Des réacteurs d’étude, sauf le Super-Phénix qui a fonctionné la dernière année avec un taux de disponibilité de 95%.
          Arrêté pour des raisons d’alliance politicienne avec les verts, un scandale.
          Et, c’est évident, nucléaire surgénérateurs plus hydraulique est la seule solution sans CO2.

          Petit rappel :

          Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
          Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
          1) pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
          2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
          Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

          Répondre
          • Hervé Guéret vous êtes vraiment un bon gogo : sortez vous enfin des théories foireuses … justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …

          • Des réacteurs d’étude, d’essai, et/ou d’exploitation qui n’en n’ont pas moins été des bides magistraux y compris superphérnix sauf pour les dogmatiques qui retiennent 95 % de disponibilité durant 2% de son temps d’existence ….. vous pouvez même dire 100% pendant une heure…ce serait vrai aussi
            Et les mêmes dogmatiques qui retiennent des raisons politiques sous la pression des écolos, la réalité est très différentes si vous vous donnez la peine de chercher lorsque la décision de l’arrêter a été prise il était déjà à l’arrêt depuis 6 mois et en attente de budget pour pouvoir reprendre des essais. Et si les écolos étaient si puissants, pour quelle raison n’ont ils pas arrêter l’EPR ? ils avaient quelque chose de spécial contre Phenix ou contre le nucléaire en général ? Un peu de logique ne vous ferait pas de mal, petit bonhomme

          • Le réacteur Super-Phénix était une aberration dès sa conception, comme l’ont souligné divers ingénieurs nucléaires à l’époque, aussi bien au CEA qu’à EDF.

            Non seulement sont coût de production, s’il avait pu fonctionner normalement aurait été largement supérieur à celui d’un réacteur classique, mais il n’y avait aucune nécessité à passer à une telle technologie puisque le combustible était encore disponible pour de longues années (à l’étranger bien sûr).

            Rappel :
            Avec sa théorie fumeuse, le petit « ingénieur » prétend que pour chaque MW éolien il faut construire un MW de centrale au gaz pour « les jours sans vent ».

            Pour illustrer ses hallucinations, celui-ci peut-il nous dire de combien a augmenté en Allemagne la puissance en éolien, solaire, charbon, lignite, pétrole, gaz et autres depuis dix ans ?

          • il y a des questions auxquelles le petit ingénieur préfère ne pas répondre ….. il fait comme s’il ne les avait pas vu

      • La quatrième génération a existé chez nous, tuée une première fois par Hollande pour raison politicienne d’accord avec les verts.
        On sait faire, voir « Super-Phénix » sur Wiki.
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Astrid_(r%C3%A9acteur)

        Lisez moi ce remarquable pamphlet d’Yves Bréchet, membre de l’Académie des Sciences sur Astrid
        https://revue-progressistes.org/2019/09/22/larret-du-programme-astrid-une-etude-de-cas-de-disparition-de-letat-stratege/.

        Répondre
      • Électricité : l’ineptie des « 100% renouvelables »
        L’éclairage de Serge Gil, est très pertinent quoi que vs vs vouliez en dire pour soit disant défendre les ENR intermittentes malmenées..
        Pour faire court je dis que
        les ENRi ont un intérêt que si elles ne dépassent pas 35% de la puissance installée du parc,
        Il ne faut pas dépenser sommes colossales pour le réseau par « des usines à gaz » compensatrices et incertaines
        Ns avons la chance d’avoir le nucléaire (grâce à DE GAULE), nous devons le garder, l’entretenir et le développer, même si des abrutis sortes de moutons de panurge le condamnent.
        Notre cotisation au CO² est très bonne et ce n’est en multipliant les centrales gaz que ns l’amélioreront, regardez outre Rhin.
        Un remarque d’expérience personnelle j’ai été appelé à plusieurs reprises pour driver de taskforces en pays hostile, sur des installations qui avaient été dégradées par incompétence voire idéologie. En tenant bon, sans me laisser impressionner, j’en ai entendu de toutes les couleurs du type « quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage »…
        Mais une fois restaurées sur ses points clé et mises sous TPM ces installations se portent comme des jeunes filles malgré leur âge. Leur incompétence étant devenue notoire ces abrutis de cassandres ont, comme ont dit trivialement, la queue basse !

        Répondre
        • Michel DUBUS et si vous aussi appreniez ce que sont les ENR : TOUTES les ENR au lieu de déformer le sujet comme tous les trolls stériles .. et ça fait plus de 60 ans que le France pollue et produit toujours plus de déchets ultimes que l’on va laisser égoïstement à toutes les générations futures pour des milliers d’année .. vous pouvez expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265840499_10228032232976023_1506064702052882174_n.jpg?_nc_cat=106&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=KEKayGAgvmQAX8ayD-l&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-qDHS1QIsUhPqOlE8XFjCeRepDRXDh8rwnMHd-JKR0iw&oe=61BA5836

          Répondre
          • Qu’est que tu traines isambert avec ton disque rayé et ton QI de sous développé.

        • Ceux qui refusent le nucléaire sont donc des abrutis.
          Vous insultez simplement ceux qui ne sont pas d’accord avec vous. Ce n’est donc même pas une question d’arguments contestables.
          Don’t acte

          Répondre
          • Mon cher Rochain, vous dites que :
            « Ceux qui refusent le nucléaire sont donc des abrutis »
            Disons que s’ils préfèrent des sources intermittentes, donc génératrices de CO2, à du nucléaire sans CO2, en une époque ou le risque majeur pour l’humanité est l’évolution du climat,
            Sans donner une explication quelconque à leur rejet du CO2,
            il y a deux hypothèses :
            – soit ce sont des incompétents croyant savoir
            – soit ce sont des défenseur, pour une raison quelconque, des marchands d’éoliennes ou de gaz.

            Souvenez-vous de la base :
            Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
            Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
            1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
            2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
            Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

          • Ce n’est pas moi qui dit cela mais votre complice Dubus.
            Par ailleurs l’alternative au nucléaire n’a rien à voir avec le cataclysme que vous décrivez comme le ferait l’idiot de service colportant n’importe quel ânerie
            Vous êtes parfait dans ce role

          • M’enfin, Rochard, soyez sérieux.
            Vous dites : « l’alternative au nucléaire n’a rien à voir avec le cataclysme que vous décrivez »
            Ah bon, le fait que les intermittents doivent être associés à des centrales à gaz ou charbon, générant du CO2, n’aurait rien à voir avec la dégradation du climat ???

          • Mon cher Rochain, comme argumentation en physique, l’injure ad hominem montre rarement une compétence du domaine dont on parle.
            Et montre toujours une faiblesse dans les raisonnements.

        • Michel Dubus 🤣 le vrai troll qui essaie vainement de rejeter ses propres inepties sur les autres 🤣 vous pouvez nier stupidement et continuez de gober tous les vieux canulars périmés pour les gogos ça ne changera pas la réalité du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier 🤣

          Répondre
    • @Marc 10.12.2021
      Le monde a changé, oui, et bien progressé sur le plan scientifique et technologique.
      Il doit donc être plus facile aujourd’hui de faire encore mieux.
      C’est juste un problème de volonté politique. Si on garantit aux industriels qu’on ne changera pas d’idée au milieu du gué, et si on leur programme 50 réacteurs sur 25 ans, les premiers en EPR2, les suivants en surgénérateurs, la machine va se mettre en route, difficile, car tout ce qui est intéresant est difficile, mais sans aucun doute réalisable.

      Mais il faudrait que nos faux écolos anti nucléaires nous expliquent un jour pourquoi ils ne considère pas le nucléaire, sans CO2, comme la source d’énergie électrique la plus écolo du monde, côté climat.

      Répondre
      • D’un coté on a des EPR2 qui n’existent pas, des surgénérateurs qui n’existent pas, mais ne foi sans limite dans les miracles que la science peut produire à la demande.
        Et de l’autre on a :
        Des renouvelable dont la technologie est bien maitrisée et ne foi mesurée dans la science qui les rendra encore plus performants…. probablement.

        Qui a le plus de chance d’arriver au but ?

        Répondre
        • « Des renouvelable dont la technologie est bien maitrisée »
          Et dont le caractère intermittent les condamne à être les esclaves des énergies pilotables, au mieux des centrales à gaz.

          Répondre
          • Tant que vous ignorerez tout des énergies renouvelables qui n’ont rien à vois avec la nécessité de recourir aux fossiles, ce qui est une caractéristique intrinsèque du nucléaire comme on le constate tous les jours, aucune discussion sérieuse ne peut être envisagée avec vous.
            En ce moment même 7GW de fossile et 4,5 d’importation en France, et nous sommes un samedi jour ou l’activité économique est encore au ralenti à 8 heures le matin. Les chiffres ne se discutent pas !

          • M’enfin, Rochain,
            Vous dites que :
            « Tant que vous ignorerez tout des énergies renouvelables qui n’ont rien à vois avec la nécessité de recourir aux fossiles »
            Redescendez sur terre et pensez simple logique, élémentaire :

            Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
            Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
            1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
            2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
            Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

            A moins que votre objectif soit de favoriser le gaz en France.

          • Gueret : « Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne. »
            ben non justement avec le nucléaire, ça ne fonctionne pas …. il faut allumer les centrales à gaz et à charbon et importer pour que ça fonctionne. Plus que de la logique élémentaire, c’est un constat : éco2mix

          • Hervé Guéret vous continuez de délirer sans répondre aux vrais questions de fonds : ou sont vos centrales aux gaz dont vous fantasmez ..vous parez du bio gaz ? de l’hydrogène faites avec des ENR ? apprenez au moins ce que sont les ENR car si certaines sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire qui nous enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes … alors que des pays sont déjà à plus de 75 % d’ENR dans leur mix de plus comme tous els gogos vous focalisez sur l’électricité alors qu’il faut parler d’énergie ..etc etc

          • « alors que des pays sont déjà à plus de 75 % d’ENR dans leur mix » ???
            Dont 50% d’hydraulique, pilotable ?
            Parler d’ENR est sans intérêt.
            Avec l’Uranium, non renouvelable, on en a pour 10.000 an.
            Alors, non renouvelable, je m’en fous.
            Quant aux renouvelables non pilotables, avec des taux de charge de 40% au mieux, en mer, vous ne pouvez pas avoir 75% dans le mix LOL.

          • Gueret dans la plus grande confusion annonçant 10 000 ans d’uranium pour nos réacteurs nucléaires quand les géologues et géophysiciens le limitent à une cinquantaine d’année….. il se croit plus savant que les pros ce petit bonhomme d’ingénieur

          • Mon cher Rochain, vous vous dites scientifique ???
            Montrez-le en réfléchissant.

            L’uranium est assez répandu, et nous avons derrière le Thorium, 3 fois plus répandu.
            Pour l’uranium, c’est plus de 100 ans de minerai facilement accessible.
            En surgénérateur, on consomme non seulement l’Uranium 235, 0,7% du minerais, mais aussi l’uranium 238, 97.3%.
            Et comme l’énergie qu’on en tire et proportionnelle à la masse, on en tire 100 fois plus.
            100 ans x 100 = 10.000 ans.

            Et comme on a 300.000 tonnes d’U238 sur notre territoire, et que UN GRAMME d’uranium fournit autant d’énergie que DEUX TONNES de charbon, on a assez de combustible sur notre sol pour une dizaine se siècle, sans rien importer, donc.

            Mais je pense qui vous savez très bien tout ceci, mais que vous défendez simplement les gaziers avec des arguments toujours fallacieux.

          • Assez repandu ne veut rien dire.
            Metal le plus rare de la croûte terrestre est plus précis et surtout vrai !
            Quant au thorium ou autres élucubrations ça n’existe pas et une nouvelle filière demande trente ans de développement si elle débouche sur du concret, xsuand tout se passe bien, ce qui n’est jamais garanti.
            La seule alternative actuelle à la finitude de la solution uranium repose sur les renouvelables.

          • M’enfin, Rochain, vous devriez cesser de vous accrocher à des positions indéfendables telles que ça :
            « La seule alternative actuelle à la finitude de la solution uranium repose sur les renouvelables. »
            Donc, à vous entendre, la seule solution pour remplacer le nucléaire (sans CO2) inépuisable à l’échelle des temps humains, est de se précipiter vers des couples centrales à gaz plus intermittents, éolien et solaire ?
            En des temps où la seule menace qu’on ne sait pas du tout gérer est le climat !!!

            M’enfin !!!

            Petit rappel :
            Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
            Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
            1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
            2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
            Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

          • Ce que je sais c’est qu’ils n’existent pas vos réacteurs de 4 generation
            Moi je vous annonce que le Soleil brillera 25 /24 h que le vent soufflera tout le temps et partout…. Référer à ce qui n’existe pas tout le monde peut le faire. Vous êtes de plus en plus tidicule

          • Isambert, inutile même d’aller chercher les éoliennes anglaise, depuis déjà plusieurs jours ce sont les éoliennes françaises qui participent au sauvetage de l’intermittence nucléaire incapable de décoller pour fournir plus que la moitié du besoin, pourtant inférieur à la capacité installée.

          • @Rochain, vous dites :
             » depuis déjà plusieurs jours ce sont les éoliennes françaises qui participent au sauvetage de l’intermittence nucléaire incapable de décoller pour fournir plus que la moitié du besoin, pourtant inférieur à la capacité installée. »
            Je viens de regarder https://app.electricitymap.org/map.
            61.68% de notre électricité vient du nucléaire, utilisant 69,86% de la capacité installée.
            Vent : 5,83%, hydro 9,13%, gaz, 9.77.
            Vous avez donc tout faux.
            On est en retard sur le besoin de centrales neuves pour répondre au besoin de renouvellement et de croissance des besoins.

          • Regardez donc plutôt eco2mix qui vous donne la dynamique de l’évolution dans la journée et même sur les jours précédent et vous aurez une image de la réalité.

          • Hervé Guéret encore et toujours vos délires pour ne jamais répondre aux questions de fonds 🙂 allez une fois de plus je vous remet la réalité du terrain que tout le monde peut tres facilement vérifier face à toutes vos inepties : sortez vous enfin des vielles théories foireuses pour gogos … justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … extrait du bilan 2019 de RTE qui chiffre les économies de Co² réalisées grâce aux ENR en France et en Europe au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain .. je vous laisse poster ceux de 2020 pour prouver l’évolution favorable à tout le monde https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265336258_10228032231815994_4869996871122225296_n.jpg?_nc_cat=100&_nc_rgb565=1&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=6pyvRmtgnxYAX80TfvO&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=9cdd8460711dbcc46e5a6ffb7197f1c5&oe=61BA28DB

          • Mon cher Isambert, vous dites :
            « grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers »
            Je suppose que vous parlez, sous le terme ENR, des intermittents, pas de l’hydraulique.
            Car vous faites aisément la confusion, ce qui vous entraîne vers des conclusions fausses.
            Or les intermittents sont, par nature, liés à des « compléments » générant du CO2, centrales à gaz par exemple.
            Et, par ces temps de terrible menace climatique, vous pensez que le CO2 n’est pas une pollution ? LA pollution majeure.
            Les déchets nucléaires, on sait traiter, pour le CO2 qui s’accumule, on est désarmé. Totalement.

          • Hervé Guéret une fois de plus au lieu de vous ridiculiser constamment en public avec vos inepties pour gogos vérifiez que c’est toutes les ENR qui sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire et si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables .. alors que sur le terrain ceux qui vérifient les vrais chiffres et les faits peuvent constater aussi que c’est bien les ENR qui évitent de faire démarrer trop souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances du nucléaire ….

      • Qui sera d’accord pour garantir à EDF d’acheter son électricité à 120 €/MWh (coût de production) + profits comme l’on malheureusement accepté les britanniques pour les deux EPR de Hinkley Point ?

        Construire 50 réacteurs en 25 ans ? Encore faut-il en finir un au bout de 15 ans, pourtant garanti.

        Le premier EPR2, s’il existe un jour, ne sera pas mis en service avant 2040.

        Pour les surgénérateurs, dont le coût de production est plus élevé que celui d’un réacteur classique, encore faudrait-il qu’un premier exemplaire de dimension commerciale et viable économiquement soit en service.

        Au vu de l’évolution de la production d’électricité nucléaire dans le monde depuis 20 ans, 2.581 TWh en 2020 et 2.700 TWh en 2020 (+4,6 % en 20 ans), alors que la production mondiale a augmenté de
        85,3 % et que celle des renouvelables a été multipliée par 2,6 : comment le petit bonhomme vrai pro-nucléaire et se moquant du climat (le blabla ne fait pas le moine) va-t-il nous expliquer pourquoi il ne réalise pas que les énergies renouvelables sont le moyen le plus rapide pour éliminer les fossiles ?

        Si l’on regarde l’évolution depuis dix ans, avec l’arrivée de l’éolien, puis du solaire, la comparaison est encore plus évidente.

        Répondre
        • Ma chère Marguerite, vous dites, élégamment, :
           » pourquoi il ne réalise pas que les énergies renouvelables sont le moyen le plus rapide pour éliminer les fossiles ? »
          Mais, au niveau mondial, je réalise parfaitement que des éoliennes remplaçant des centrales à charbon puisse être un grand progrès.
          Diminuer les fossiles, oui, les éliminer, non.
          Car on parvient à l’os, l’objectif des Allemand , un parc de centrales à gaz marié à un parc d’énergie intermittente, les deux étant de puissance équivalente pour que le tout soit pilotable.

          Et c’est pour ça que les Allemands se battent à Bruxelles pour faire reconnaître comme vertes les centrales à gaz.
          Un scandale.

          Répondre
          • Monsieur Guéret, avez-vous la mémoire qui flanche ou êtes vous délibérément un malappris ?

            Dans un cas comme dans l’autre, combien de fois faut-il vous le répéter ?

            N’ayant jamais eu besoin de le faire, nous n’avons pas gardé les cochons ensemble.

            Veuillez cesser ces familiarités déplaisantes.

      • Hervé Guéret RE : encore et toujours vos délires pour ne jamais répondre aux questions de fonds 🙂 allez une fois de plus je vous remet la réalité du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier face à toutes vos inepties : sortez vous enfin des vielles théories foireuses pour gogos … justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … extrait du bilan 2019 de RTE qui chiffre les économies de Co² réalisées grâce aux ENR en France et en Europe au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain .. je vous laisse poster ceux de 2020 pour prouver l’évolution favorable à tout le monde https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265336258_10228032231815994_4869996871122225296_n.jpg?_nc_cat=100&_nc_rgb565=1&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=6pyvRmtgnxYAX80TfvO&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=9cdd8460711dbcc46e5a6ffb7197f1c5&oe=61BA28DB

        Répondre
  • La Chine s’apprète à démarrer en fin d’année un réacteur quatrième génération https://global-chinadaily-com-cn.translate.goog/a/202108/23/WS61234101a310efa1bd66a843.html?_x_tr_sch=http&_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=sc
    Et à tester un réacteur nucléaire au thorium, le premier au monde depuis 1969. La théorie est que cette nouvelle technologie de sel fondu sera « plus sûre » et « plus verte » que les réacteurs à uranium ordinaires, et pourrait ainsi aider ce pays à satisfaire ses objectifs climatiques.
    Pourquoi tant de pessimisme et de sectrisme, M. Rochain ? Toutes les filières de production d’électricité sont les bienvenues si elles ont pour but de réduire fortement les émissions de G.E.S.

    Répondre
  • Seuls les ignorants ou les bateleurs confondent tarif d’achat et subvention.

    Ce qui constitue une subvention, c’est la différence entre le tarif d’achat et le prix sur le marché, pour chaque heure. C’est pour cela que l’on parle, à partir d’une certaine capacité, de « complément de rémunération ». Ce complément peut d’ailleurs être nul ou négatif.

    En octobre 2021 par exemple, pour un parc éolien bénéficiant d’un tarif de 60 (ou 65) €/MWh, le producteur a reversé 88,6 (ou 83,6) euros pour chaque MWh vendu sur le marché (moyenne mensuelle).

    De même, pour un parc photovoltaïque au tarif de 55 €/MWh, le producteur a reversé 124,7 euros pour chaque MWh vendu sur le marché (moyenne mensuelle).

    S’il fallait des « appoint au gaz » (ou à l’uranium importé) pour remplacer éolien et solaire lorsqu’ils ne produisent pas, il faudrait donc construire une capacité égale en gaz (…) comme dit le petit bonhomme. Mais ce n’est nulle part le cas.

    Répondre
    • @Marguerite 10.12.2021
      Ma chère Marguerite, j’ai toujours une grande admiration pour votre délicatesse d’esprit et votre courtoisie délicieuse.
      Merci, c’est un plaisir.
      – Il faut bien avoir quelque-chose de pilotable pour prendre le relais lorsque les non pilotables font défaut.
      Selon le pays, bien sûr.
      Chez nous, c’est le nucléaire (ce qui signifie que éolien et solaire ne servent à rien, sans eux, le nucléaire continuerait à fournir.
      Chez les Allemands, ce sont charbon et gaz que l’on ralentit.
      En Espagne, ce sont réellement des centrales à gaz qu’ils ont spécialement construit.
      – Pour l’uranium importé,
      On consomme infiniment pour moins cher d’uranium que de gaz à énergie équivalente, et l’uranium est très réparti sur le monde.
      L’uranium, solide et de faible volume, se stocke très facilement pour plusieurs années, contrairement au gaz que vous aimez tant, dont on doit avoir 15 jours de stock.
      Avec l’uranium 238 consommé dans des réacteurs surgénérateurs, on a sur notre sol pour 10.000 ans de combustible.

      Répondre
      • Hervé Guéret ou sont les centrales au gaz que l’Espagne aurait construites ? et si vous appreniez enfin ce que sont les ENR au lieu de vous ridiculisez constamment en public come les autres gogos ?

        Répondre
      • Le rêve permanent, sans parler du reste tout aussi folklorique, vous cramez du u238 dans des réacteurs qui n’existent pas …. et vous croyez donc qu’il n’y a aucun problème ….. il y a mieux, la baguette magique !

        Répondre
      • Monsieur Guéret, si vous avez la mémoire courte, notez bien et gardez en évidence :

        Veuillez cesser ces familiarités déplaisantes.

        N’ayant jamais eu besoin de le faire, nous n’avons pas gardé les cochons ensemble.

        Répondre
      • Hervé Guéret encre une fois sortez vous enfin de vos délires mystiques et ouvrez enfin les yeux sur la réalité du terrain ou sont les centrales au gaz que l’Espagne aurait construites ? et si vous appreniez enfin ce que sont les ENR au lieu de vous ridiculisez constamment en public come les autres gogos ? 🤣😂 🤣 🤣 approfondissez sérieusement le sujet : à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/266031960_10228030126483362_3637850176084788288_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=p2ZBOdHpUoMAX83QjYE&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=6348bbacf53fd290cfdbc1bced6af90e&oe=61B7D4D6

        Répondre
        • Vous devriez sortir de cette manie d’interpréter des valeurs numériques complexes, pour revenir aux idées fondamentales.
          Vous savez, les idées LOL
          Et la base, c’est :

          Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
          Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
          1) pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
          2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
          Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

          Argumentez donc et démontrez que ce que je dis est faux, ça ferait avancer le débat.

          Vous en êtes réduits, comme Rochain ou Marguerite, à expliquer que le nucléaire est non pilotable et que éoliennes et solaires le sont LOL.

          Répondre
          • Gueret : ‘Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne. »
            Ben non comme prouvé dans le message précédent, avec le nucléaire qui n’est pas pilotable, ça ne fonctionne pas

          • Bon, ça fait seulement 40 ans que EDF nous alimente sans faille avec nos réacteurs nucléaires, l’hydraulique, et de temps en temps un peu de thermique à flamme.
            Non pilotable ??? LOL

            Mais on a pris du retard sur la construction de centrales neuves.
            Vivement qu’on en lance deux par an comme au bon vieux temps.

          • Quand un dispositif est potable 90% du temps on eut l’admettre comme pilotable.
            Quand il le devient de moins en moins jusqu’à atteindre un état de bon pilotabilite durant 50% du temps il ne peut plus être considéré comme pilotable… Et cet état a grave la situation de ceux qui le sont encore ce qui en fait de moins en moins et c’est la situation dans laquelle nous sommes en France. Un ingénieur digne de son titre devrait s’interroger sur cette situation au lieu de faire le perroquet en répétant un slogan de L’EDF vrai il y a encore 10 ans mais devenu de la désinformation depuis.

          • Quand on botte en touche plutôt que d’avouer que l’on ne connaît pas le problème plutôt que de demander des explication pour essayer de comprendre on montre que l’on place so. Ego au dessus de sa propre estime de soi.

          • Hervé Guéret il suffit juste de regarder et vérifier les faits / retours de terrain pour prouver toutes vos inepties … vous continuez de délirer sans répondre aux vrais questions de fonds : ou sont vos centrales aux gaz dont vous fantasmez ..vous parez du bio gaz ? de l’hydrogène faites avec des ENR ? apprenez au moins ce que sont les ENR car si certaines sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire qui nous enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes … alors que des pays sont déjà à plus de 75 % d’ENR dans leur mix de plus comme tous els gogos vous focalisez sur l’électricité alors qu’il faut parler d’énergie ..etc etc

          • Mon cher Isambert
            En France, actuellement, le mariage est fait entre éoliennes et solaire d’un côté, nucléaire de l’autre, car le nucléaire est encore assez puissant.
            Ce qui veut dire que si le nucléaire est suffisant lorsqu’il n’y a pas de vent, il le serait aussi lorsqu’il y en a.
            Ce qui veut dire que nos intermittents ne servent à rien d’autre qu’à augmenter le prix de l’électricité tout en ruinant EDF.
            Et si on laisse descendre la puissance du nucléaire, on aura des centrales à gaz.
            Simple, non ?

            Toujours la même base :
            Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
            Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
            1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
            2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
            Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

          • Mon cher Isambert,
            vous demandez :
            « vous parez du bio gaz ? de l’hydrogène faites avec des ENR ? »
            Bio gaz, excellent, continuons, comme source secondaire, qui peut économiser un demi réacteur, pourquoi pas.
            Hydrogène ? Parfait si c’est financièrement rentable par rapport à l’hydrogène fabriqué avec de l’électricité nucléaire.
            Mais certainement pas pour alimenter le réseau électrique, le rendement de la boucle n’est que de 30%. Un désastre.

            Faites moi plaisir, lisez ça, c’est de moi :
            https://1drv.ms/b/s!Aoz2RZetULwc5SEB6jtPAjImJDPr?e=OmEktY

          • Hervé Guéret mais moi j’aurais vraiment honte de me ridiculiser constamment en diffusant vos vielles théories foireuses pour gogos qui sont contredites par la réalité du terrain .. sortez vous enfin de tous les vieux canulars périmés pour gogos 🤣 approfondissez sérieusement le sujet , vérifiez ce qui se fait déjà sur le terrain partout dans le monde ….

          • Mon cher Isambert, vous dites :
            « Hervé Guéret mais moi j’aurais vraiment honte de me ridiculiser constamment en diffusant vos vielles théories foireuses »
            Parlez-vous de cette base :
            Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
            Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
            1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
            2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
            Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.
            Car, basée sur des notions de logique et de physique éternelles, je dirai plutôt anciennes que vieilles.
            Mais si vous pouvez me montrer que c’est faux, j’écouterai avec un grande attention.
            Merci d’avance.

          • De l’auteur de l’article:
            Bonjour,
            je voudrais surtout m’adresser à M. Guéret dont j’admire la persévérance à répondre à un ou deux « commentateurs » qui font partie des irréductibles irrécupérables. Leurs échanges constituent environ la moitié de la centaine de commentaires émis. Et sont à côté du sujet de mon papier. J’ai prévenu en introduction que je ne souhaitais en aucun cas comparer les renouvelables vent et soleil au nucléaire. J’ai écrit: « Seules les capacités à répondre à nos besoins sont concernées ». Et j’ai démontré que le binôme vent/soleil ne le pouvait pas.
            Je pense inutile l’effort de M. Guéret qui me rappelle une anecdote lors d’un repas avec un compagnon de voyage parlant de 20 000 morts dans l’accident de Fukushima, auquel je proposais la lecture ou les références du rapport de l’OMS et qui m’a répondu « Moi, monsieur, j’ai mes sources ». Irrécupérable.
            Bon courage quand même.

          • Avec sa théorie fumeuse, le petit « ingénieur » prétend que pour chaque MW éolien il faut construire un MW de centrale au gaz pour « les jours sans vent ».

            Pour illustrer ses hallucinations, celui-ci peut-il nous dire de combien a augmenté en Allemagne la puissance en éolien, solaire, charbon, lignite, pétrole, gaz et autres depuis dix ans ?

          • Allez petit bonhomme, dites nous combien vous mettez de tonnes de plutonium 239 dans le cœur d’un réacteur à neutrons rapides surgénérateur de 1.000 MW et combien vous en ressortez ensuite, après combien de temps.

            Quelle répartition des isotopes dans le plutonium en sortie, qu’allez-vous en faire. Attention, il y a un piège.

      • Hervé Guéret et ça fait plus de 60 ans que le France pollue et produit toujours plus de déchets ultimes que l’on va laisser égoïstement à toutes les générations futures pour des milliers d’année .. vous pouvez expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265840499_10228032232976023_1506064702052882174_n.jpg?_nc_cat=106&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=KEKayGAgvmQAX8ayD-l&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-qDHS1QIsUhPqOlE8XFjCeRepDRXDh8rwnMHd-JKR0iw&oe=61BA5836

        Répondre
        • Mon cher Isambert, vous demandez :
           » vous pouvez expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? »
          En fait, ce n’est pas d’une façon générale contre la pollution, mais le risque de montée des eaux due au CO2.
          Et c’est vrai qu’on n’en fait pas assez.
          Mais c’est encore pire que ça.
          Alors que le nucléaire plus hydraulique est la seule source sans CO2, on investit des fortunes dans des intermittents totalement adaptés à l’alimentation du réseau électrique sans CO2.

          Selon les bon principes de base, à nouveau :
          Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
          Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
          1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
          2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
          Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

          Répondre
          • Hervé Guéret mais vous pouvez continuer de vous ridiculiser toujours plus en public ça ne changera pas la réalité du terrain … sortez vous enfin de tous les vieux canulars périmés pour gogos 🤣 approfondissez sérieusement le sujet et comme tous les gogos vous confondez l’électricité avec l’énergie . qui est le sujet principal .. déjà vous avez touche du doigt que l’hydraulique est une ENR continuez d’apprendre les bases du sujet . … 🤣

          • Hervé Guéret 🤣 vosu pouvez toujours ânonner come tous els trolls vous ne changerez pas la réalité du terrain 🤣 Re mais moi j’aurais vraiment honte de me ridiculiser constamment en diffusant vos vielles théories foireuses pour gogos qui sont contredites par la réalité du terrain .. sortez vous enfin de tous les vieux canulars périmés pour gogos 🤣 approfondissez sérieusement le sujet , vérifiez ce qui se fait déjà sur le terrain partout dans le monde …. et parlez nous énergie au lieu de radoter tous les vieux canulars de l’électricité polluante en France en produisant toujours plus de déchets ultimes pour des milliers d’année ..vérifiez aussi que les ENR sont moins chères que notre merde polluante .. . et que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. et font baisser la pollution , le Co² , les GES .. et pas le nucléaire qui nous enfonce toujours plus depuis plus de 60 ans . car c’est bien « grâce » à lui que l’on en est dans notre merde actuelle en France …

          • « vérifiez aussi que les ENR sont moins chères que notre merde polluante »
            Vous comparez le coût de l’éolien non pilotable au nucléaire pilotable.

          • Avec sa théorie fumeuse, le petit « ingénieur » prétend que pour chaque MW éolien il faut construire un MW de centrale au gaz pour « les jours sans vent ».

            Pour illustrer ses hallucinations, celui-ci peut-il nous dire de combien a augmenté en Allemagne la puissance en éolien, solaire, charbon, lignite, pétrole, gaz et autres depuis dix ans ?

          • Monsieur le petit « ingénieur », on connaît suffisamment votre boniment monomaniaque (au sens clinique du terme) pour qu’il soit inutile de nous en affliger sans cesse la présence.

          • La Marguerite ne cause pas de fer blanc LOL

            Mais comprend lentement.

            « Mais la réalité est qu’il aurait suffi laisser les centrales nucléaires tourner pour se passer des éoliennes et solaires »
            Évidemment, Marguerite.
            Imaginez un beau matin sans vent, le nucléaire ronronne, avec un peu d’hydraulique. Tout va bien.
            Le Mistral se lève, les éoliennes fournissent leur puissance nominale.
            Vous avez deux possibilités,
            1) vous débranchez les éoliennes. Facile, il y a un interrupteur.
            2) vous ralentissez les centrales nucléaires.

            Que gagnez-vous à ralentir les centrales ? un peu de combustible uranium. De l’ordre de 2% des coûts de fonctionnement. Rien, quoi.

            Donc, les fortunes qu’on a investit dans les éoliennes (pour le solaire, c’est pire) n’ont servi qu’à économiser un peu d’uranium, rien, donc.
            Éoliennes et photovoltaïques ne servent strictement à rien tant que les centrales nucléaires suffisent les jours sans vent.

            Et le jour où le nucléaire sera trop faible, on mettra des centrales à gaz pour soutenir l’éolien.

            ça vous plairait, des centrales à gaz.

          • Hervé Guéret 🤣 vous pouvez toujours ânonner come tous les trolls vous ne changerez pas la réalité du terrain 🤣 Re mais moi j’aurais vraiment honte de me ridiculiser constamment en diffusant vos vielles théories foireuses pour gogos qui sont contredites par la réalité du terrain .. sortez vous enfin de tous les vieux canulars périmés pour gogos 🤣 approfondissez sérieusement le sujet , vérifiez ce qui se fait déjà sur le terrain partout dans le monde …. et parlez nous énergie au lieu de radoter tous les vieux canulars de l’électricité polluante en France en produisant toujours plus de déchets ultimes pour des milliers d’année ..vérifiez que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. et font baisser la pollution , le Co² , les GES .. et pas le nucléaire qui nous enfonce toujours plus depuis plus de 60 ans . car c’est bien « grâce » à lui que l’on en est dans notre merde actuelle en France …

  • Et Astrid avait besoin du réacteur japonais de Monju en 2014 pour y tester des combustibles. Mais le réacteur, à l’arrêt depuis de nombreuses années, n’a pas redémarré pour cela. Exit Astrid, dépense inutile.

    La pointe historique de consommation d’électricité n’a légèrement dépassé 100 GW que deux heures en février 2012 (vague de froid), pendant lesquelles le facteur de charge éolien a été de 26 % dans un cas et de 57% dans l’autre. Le facteur de charge nucléaire a été de 94,2 % et 93,6 % (eh oui, jamais 100% lorsqu’il fait bien froid).

    Sur la période de douze jours avec une température négative en moyenne nationale et une très forte consommation d’électricité, le facteur de charge de l’éolien a été de 28,9 %. Nous sommes bien loin des deux semaines sans vent sur toute l’Europe lorsqu’il fait froid.

    Répondre
    • « Nous sommes bien loin des deux semaines sans vent sur toute l’Europe lorsqu’il fait froid. »
      D’après l’étude Engie portant sur 18 ans de relevé météo, cela ne c’est jamais produit durant ces 18 ans. Cela ne s’est même probablement jamais produit aussi loin que l’on remonte dans le temps :
      https://participons.debatpublic.fr/uploads/decidim/attachment/file/438/Contribution_8-EngieGreen.pdf

      Regardez notamment le graphique de la dernière page qui reprend les plus fortes demandes durant cette période.

      Répondre
      • Bof, il suffit que ça se produise sur nous et nos pays très voisins.
        Et s’il y avait du vent en Suède, ça nous ferait chaud au cœur ?

        Répondre
        • Herve Gueret et si au lieu de vous ridiculiser constamment en public comme tous les autres trolls vous appreniez déjà ce que sont les ENR ? 🙂

          Répondre
          • Mon cher Isambert, toujours ces réponses visant le joueur, pas le ballon. Disqualifié, donc.

            Oui, à l’exception de l’hydraulique, les ENR sont des trucs intermittents, je veux dire non pilotables, qui nécessitent un relais pilotable pour délivrer la puissance à la demande.
            Le relais étant en France nos centrales nucléaires (ce qui signifie que nos éoliennes ne servent à rien)
            en Allemagne leurs centrales existantes à gaz et à charbon,
            en Espagne des centrales à gaz spécialement construites.
            Quant au fait qu’elles soient dites renouvelables, comparé au nucléaire pour lequel on a, en surgénérateur, pour quelques siècles de combustible sur notre territoire, on s’en fout.

        • @Gueret
          Il se pourrait aussi qu’en mettant la casserole d’eau sur le gaz qu’elle se transforme en glaçon au lieu de se mettre à bouillir, c’est possible.

          Répondre
    • M’enfin, Marguerite, d’où sortez-vous cette ânerie !!!
      Pour Super-Phénix, on n’avait besoin de rien de plus que ce qu’on a chez nous.
      Bien sûr qu’on collabore avec d’autres, heureusement !

      Répondre
  • Les dix premiers jours de décembre 2021 sont un bon exemple pour montrer l’inanité du verbiage du petit bonhomme.

    Du mercredi premier au vendre dix décembre, la production d’électricité nucléaire a été de 969 à 1.027 GWh/jour, que la production éolienne ait été de 129 ou de 280 GWh/jour.

    Entre le jour où l’éolien a produit le moins et celui où il a produit le plus (écart de 151 GWh), le nucléaire a augmenté sa production de 25 GWh.

    On voit bien, contrairement au radotage du petit monsieur, que le nucléaire ne réduit pas sa production pour « faire de la place » à l’éolien.

    Bien que d’autres facteurs interviennent, une forte production éolienne élimine le solde importateur d’électricité.

    Autre constatation, le jour de plus faible consommation, le nucléaire répond à 66 % de la demande, mais le jour de plus forte consommation, il ne répond qu’à 59 % de la demande, incapable d’augmenter sa production pour répondre à la demande.

    Le facteur de charge du nucléaire est resté limité entre 66 % et 69 % malgré le froid. Le nucléaire a été incapable de s’adapter à l’augmentation de la consommation. Une forte production éolienne élimine les importations et réduit les fossiles.

    Répondre
  • Les compensations de variabilité de l’éolien français (actuellement très mal réparti) se font par l’hydraulique de barrage, le gaz, le charbon, les importations/exportations, le pompage-turbinage. De manière très marginale par le nucléaire.

    Répondre
    • Marc quelle compensation vu le retard accumulé par la France pour le développement des ENR sur le terrain ? alors que sur le terrain ceux qui vérifient les vrais chiffres et les faits peuvent constater que c’est bien les ENR qui évitent de faire démarrer trop souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances du nucléaire ..

      Répondre
      • Comment peut-on prendre du retard sur quelque chose qui ne sert à rien LOL

        « ENR qui évitent de faire démarrer trop souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances du nucléaire .. » Les défaillances du nucléaire sont à venir, car on n’a pas lancé à temps le renouvellement.

        Pour fermer des centrales thermiques (je suppose que pour vous les centrales nucléaires ne sont pas thermiques LOL) il faudrait en avoir beaucoup, ce qui n’est pas le cas en France qui produit encore pour 70% en nucléaire.

        Répondre
        • Hervé Guéret 🤣 vous pouvez toujours ânonner comme tous les trolls vous ne changerez pas la réalité du terrain 🤣 Re mais moi j’aurais vraiment honte de me ridiculiser constamment en diffusant vos vielles théories foireuses pour gogos qui sont contredites par la réalité du terrain .. sortez vous enfin de tous les vieux canulars périmés pour gogos 🤣 approfondissez sérieusement le sujet , vérifiez ce qui se fait déjà sur le terrain partout dans le monde …. et parlez nous énergie au lieu de radoter tous les vieux canulars de l’électricité polluante en France en produisant toujours plus de déchets ultimes pour des milliers d’année ..vérifiez que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. et font baisser la pollution , le Co² , les GES .. et pas le nucléaire qui nous enfonce toujours plus depuis plus de 60 ans . car c’est bien « grâce » à lui que l’on en est dans notre merde actuelle en France …alors que sur le terrain ceux qui vérifient les vrais chiffres et les faits peuvent constater que c’est bien les ENR qui évitent de faire démarrer trop souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances du nucléaire .. et vous n’avez toujours pas explique aux lecteurs ou sont les centrales aux gaz sur lesquelles vous délirez stupidement 🤣 et pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265840499_10228032232976023_1506064702052882174_n.jpg?_nc_cat=106&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=KEKayGAgvmQAX8ayD-l&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-qDHS1QIsUhPqOlE8XFjCeRepDRXDh8rwnMHd-JKR0iw&oe=61BA5836

          Répondre
  • Mon cher Hervé
    Serge Gil a écrit dans un de ses commentaires :
    « À noter que ce réquisitoire n’établit aucun rapport avec le nucléaire et est valable quelle que soit la proportion de ces EnRI de 1 à 100%.
    Dans le même esprit, nous ne tiendrons pas compte des critiques faites à ces énergies.
    SEULES LES CAPACITES A SUBVENIR A NOS BESOINS NOUS INTERESSENT »
    Cela résume bien ce qui est essentiel et rend dérisoire tout ce ping pong stérile sur disque rayé. Malgré tout je vous tire mon chapeau d’avoir autant d’endurance vis à vis de la meute !

    Répondre
    • Michel, je suis bien d’accord avec vous.
      Pour la meute, discuter m’intéresse pour comprendre quels sont les arguments développés par ceux qui ne comprennent pas. Car je suis en train de remettre à jour un essai sur le sujet, et cela peut me faire modifier la façon d’expliquer.
      Extrêmement difficile pour un ingénieur assez bon physicien de comprendre pourquoi les non techniciens ne comprennent pas des choses évidentes.
      Très difficile de faire simple, de revenir à l’os, à l’essentiel.
      https://1drv.ms/b/s!Aoz2RZetULwc5SEB6jtPAjImJDPr?e=BpAdLY

      Merci et bonne soirée.

      Répondre
      • Hervé Guéret à votre place j’aurais honte d’avouer votre soi di sante qualification d’ingénieur qui ne sait mêmes pas vérifier les faits réels du terrain . qui affabule sur de soi di sante centrales au gaz mais qui est incapable de dire ou elles sont installées car elles n’existent que dans son imagination et qui nie stupidement tous les retours officiels / bilans du terrain qui le contredisent constamment alors que tout est bien public et que tout le monde peut tout très facilement vérifier 🤣😂 🤣 🤣 et qui n’est bon qu’à sortir tous les vieux canulars périmes pour gogos 🤣😂

        Répondre
    • Cochelin 🤣mais vous allez nous sortir tous les vieux canulars périmes pour gogos 🤣😂 🤣 🤣 approfondissez sérieusement le sujet : à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/266031960_10228030126483362_3637850176084788288_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=p2ZBOdHpUoMAX83QjYE&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=6348bbacf53fd290cfdbc1bced6af90e&oe=61B7D4D6

      Répondre
        • Hervé Guéret à votre place j’aurais honte d’avouer votre soi di sante qualification d’ingénieur qui ne sait même pas vérifier les faits réels du terrain . qui affabule sur de soi di sante centrales au gaz mais qui est incapable de dire ou elles sont installées car elles n’existent que dans son imagination et qui nie stupidement tous les retours officiels / bilans du terrain qui le contredisent constamment alors que tout est bien public et que tout le monde peut tout très facilement vérifier 🤣😂 🤣 🤣 et qui n’est bon qu’à sortir tous les vieux canulars périmes pour gogos 🤣😂

          Répondre
        • Hervé Guéret 🤣😂 et oui ce sont toujours les mêmes faits réels / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier derriere les mêmes inepties des trolls stériles 🤣😂 la vérité vous dérange toujours 🤣😂

          Répondre
    • Toujours le même torchon qui bave sur les renouvelable… et pourquoi pas la SFEN pendant que vous y êtes…. vous en avez trouvé un qui montre clairement de quel coté il penche à lire chaque numéro… et vous ne le lâchez plus il dit forcément la verité puisque ça vous arrange

      Répondre
  • Le petit bonhomme radote de façon lassante que « le gouvernement force EDF à prendre l’énergie des intermittents (éolien et solaire) en priorité » et que « EDF passe, pour compenser, des centrales nucléaires au ralenti ».

    Le petit bonhomme demande de montrer en quoi son bavardage ne tient pas debout.

    C’est très facile, il suffit de comparer deux jours pour lesquels la consommation est pratiquement identique et la production éolienne très différente, pour savoir si le nucléaire est « … réduit sur ordre du gouvernement pour faire de la place à l’éolien ».

    Le 29 novembre 2021 est un jour de forte consommation (1.737 GWh) et de faible production éolienne (75 GWh) avec une production nucléaire de 1.029 GWh.

    Le 30 novembre 2021, la consommation est légèrement plus forte (1.749 GWh), la production éolienne beaucoup plus forte (232 GWh) avec une production nucléaire légèrement plus forte (1.057 GWh).

    Le nucléaire a-t-il été réduit « pour faire de la place à l’éolien, sur ordre du gouvernement’ ? Non, à l’évidence, puisqu’il a légèrement augmenté.

    Alors, que s’est-il passé avec l’augmentation de la production éolienne de 157 GWh ?

    Les importations ont fortement baissé (-110 GWh), la production hydraulique a fortement baissé (-58 GWh : lacs, STEP et éclusées), la production fossile a baissé (charbon, fioul et gaz).

    La démonstration peut être faite à toute occasion, sans recourir à la cueillette des cerises.

    Répondre
  • Sur l’Allemagne: en 2010: 19% du mix électrique renouvelable.
    2015: 33%
    2018: 40%
    2019: 45%
    2020: je passe parce que la demande était exceptionnellement faible
    2021 jusqu’à aujourd’hui: 47%
    Ca progresse, mais enfin, compte tenu d’un gisement solaire très mal réparti à l’échelle de l’année, et d’un gisement éolien concentré sur le Nord du pays, la suite va être beaucoup plus difficile pour eux que pour l’Espagne, le RU ou la France.

    Répondre
        • Hervé Guéret le probleme il ne vient que de vos délires car on parle bien des ENR et il faudrait enfin que vous appreniez les bases élémentaires du sujet 🤣😂
          … à votre place j’aurais honte d’avouer votre soi di sante qualification d’ingénieur qui ne sait mêmes pas vérifier les faits réels du terrain . qui affabule sur de soi di sante centrales au gaz mais qui est incapable de dire ou elles sont installées car elles n’existent que dans son imagination et qui nie stupidement tous les retours officiels / bilans du terrain qui le contredisent constamment alors que tout est bien public et que tout le monde peut tout très facilement vérifier 🤣😂 🤣 🤣 et qui n’est bon qu’à sortir tous les vieux canulars périmes pour gogos 🤣😂

          Répondre
    • NON, le difficulté n’est pas plus importante qu’avant, car ça a toujours été plus difficile pour eux que pour la France, l’Espagne, ou le RU. Il n’y a rien de nouveau si ce n’est qu’ils n’ont jamais été aussi près du but.
      Et c’est pour cela qu’il faut leur tirer le chapeau, ils ont osé. Et s’ils réussissent comme j’en suis convaincu, nous ne pourrions pas échoué avec les cartes que nous avons en main.

      Répondre
      • Cochelin postez nous le graphique pour l’énergie car la France ne fait pas mieux .. RAPPEL l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/266031960_10228030126483362_3637850176084788288_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=p2ZBOdHpUoMAX83QjYE&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=6348bbacf53fd290cfdbc1bced6af90e&oe=61B7D4D6

        Répondre
      • Mais quelle compétence avez vous pour constamment affirmer que les renouvelables ne suffiront pas ?
        On a rarement vu autant de prétentions chez un individu qui n’a jamais rien prouvé !
        C’est consternant de voir s’afficher autant de vanité par des esprits aussi limités.

        Répondre
        • M’enfin, mon cher Rochain, quelles compétences avez-vous pour ne savoir faire que des critiques ad hominem, faute de pouvoir comprendre les concepts de base :

          Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
          Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
          1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
          2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
          Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

          LOL

          Oui, des sommes de non pilotables ne fait qu’un non pilotable.
          A des non pilotables doivent adjoints des pilotables capables de fournir la puissance sur le réseau.
          Comme les non pilotables principaux peuvent tomber à des niveau de 5 à 10% du nominal sur une semaine au moins, la puissance des pilotables doivent faire au moins 90% de la puissance nominale des non pilotables.

          Si on descend à 50% le nucléaire, ce qui serait une énorme ânerie, comme aujourd’hui, l’hydraulique lui sera adjoint, et le pilotable le moins polluant en CO2 est le gaz.
          Venant en partie de Russie ??? Mon Dieu, protégez nous !!! LOL

          Si vous ne pouvez pas comprendre ça, désolé, nous ne pouvons rien faire pour vous.

          Condoléances.

          Répondre
          • Le petit con de Gueret et ses concepts de base :

            « Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne. »
            C’est la seule chose de vraie dans sa diatribe ridicule. Et ce n’est pas avec le nucléaire qui est tout juste foutu de fournir la moitié du besoin par manque de flexibilité qu’on l’obtient ! Il ne fait donc pas l’affaire malgré 60 ans d’investissements.

            « Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
            1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, … »
            C’est faux le nucléaire prouve chaque jour que sa capacité d’être pilotable est usurpée puisque bien qu’ayant en permanence une quinzaine de réacteurs à l’arrêt le nucléaire ne fournit que la moitié du besoin ce qui nous contraint pour compléter le besoin à recourir à des fossiles pilotables notamment gaz, charbon, et même fuel, et même à l’importation, notamment depuis l’Allemagne et cela tous les jours même le dimanche, en plus des renouvelables, bien entendu.
            Si vous pensez toujours que le nucléaire est pilotable .?.?.?.? Pas de nucléaire sans CO2

            « 2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable ». Tout aussi faux il n’y a aucun lien entre éoliennes et centrales à gaz, les éoliennes sont une partie des renouvelables qui inclus des sources pilotables comme l’hydraulique, le solaire à concentration , la géothermie et les énergies marines autres qu’éolien. Par ailleurs sur l’ensemble du territoire le foisonnement permet de ne recourir qu’exceptionnellement aux renouvelables permanents. Le foisonnement existe bien malgré la tentative frauduleuse de l’auteur de l’article de faire croire à une illusion avec sa carte truquée qui n’a rien à voir avec celle qu’il prétend. Allez voir sur Ventusky à la date indiquée à l’altitude des éoliennes c’est édifiant, les vents à 100m au dessus du sol sont à 30/50 Km/h sur la moitié de la France, encore faut-il avoir des éoliennes ailleurs que ramassées sur un tout petit coin de 16% de la surface du pays. La bande à Gueret, Dubus, Victor, et GIL ne sont qu’une bande d’escrocs faussaires.
            Terminé !

          • M’enfin, mon cher Rochain, soyez sérieux LOL
            Le nucléaire non pilotable LOL cela fait 40 ans que EDF s’en sert comme ça.
             » il n’y a aucun lien entre éoliennes et centrales à gaz » LOL
            Disons que les non pilotables ont toujours besoin de pilotables d’une puissance à peine inférieure.
            L’association que je fais entre éolien ou solaire d’un côté, centrales à gaz de l’autre, est le plus favorable aux éoliennes, vous préféreriez le charbon ?
            Sauf aujourd’hui en France, où le back-up des éoliennes est en principal les centrales nucléaires, ce qui signifie que ces éoliennes sont inutiles.

            « des sources pilotables comme l’hydraulique, le solaire à concentration , la géothermie et les énergies marines autres qu’éolien »
            Pour l’hydraulique, utilisé en compagnon du nucléaire.
            Le solaire à concentration » En France continentale LOL Quant à la pilotabiilité la nuit LOL
            « la géothermie » Parfait pour chauffer des maisons.
            « Les énergies marines » Bon, pour rendre pilotable les horaires et le coefficient des marées, vous comptez faire comment LOL

            Vous vous accrochez, c’est bien, ne jamais lâcher. +++

            Mais cherchez de meilleurs arguments LOL

  • On voit aussi que, malgré sa capacité installée de 61.370 MW, le nucléaire est incapable de s’adapter à une augmentation de la demande.

    La production nucléaire n’a guère été différente le 18 novembre (1.059 GWh) lorsque la consommation était de 1.493 GWh et la production éolienne faible (38 GWh) que le 29 novembre (1.029 GWh) lorsque la consommation était beaucoup plus importante (1.737 GWh) et la production éolienne faible aussi (75 GWh).

    Avec sa production horaire moyenne de 44 GWh, cela fait un facteur de charge inférieur à 72 %, bien modeste pour du nucléaire qui fonctionne « en base » comme on dit et pour une forte demande.

    Répondre
  • Allemagne 2015: 33%, 2021: 47% soit +14 points
    Espagne: 2015: part d’ER dans le mix électrique: 38% 2021: 50% soit +12 points
    Danemark: 2015: 52% 2021: 69% soit + 17 points
    France: 2015: 15%, 2021: 21% soit + 6 points
    Mais ouf, par chance, notre nucléaire est décarboné ce qui nous donne un meilleur bilan carbone que nos voisins.
    Mais ce qu’on appelle pudiquement « l’effet falaise », c’est-à-dire un effondrement, se profile à l’horizon de 20 ans maximum, étant donné que 40 GW de nucléaire ont été mis en service en 10 ans, soit un rythme vertigineux de 4 GW par an.

    Répondre
    • Marc alors pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265840499_10228032232976023_1506064702052882174_n.jpg?_nc_cat=106&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=KEKayGAgvmQAX8ayD-l&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-qDHS1QIsUhPqOlE8XFjCeRepDRXDh8rwnMHd-JKR0iw&oe=61BA5836

      Répondre
      • Parce qu’on fait trop peu (pas encore une forte relance d’une quarantaine de réacteurs nucléaires, et en plus on fait des trucs coûteux et inutiles pour réduire notre CO2 émis, des sources non pilotables, éolien et solaire.
        Tout faux.

        Répondre
      • Monsieur Isambert.

        Répéter sans cesse les mêmes choses, en mettant toujours les mêmes liens, ne présente aucun intérêt pour le débat. Surtout avec le langage scatologique trop souvent employé.

        Faites un effort. Ne tombez pas aussi bas que le petit monsieur monomaniaque.

        Répondre
        • Marguerite je sais que c’est pénible pour ceux qui suivent mais c’est toujours les mêmes faits / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier derrière les mêmes inepties des trolls stériles …

          Répondre
      • Je n’aime pas ces chiffres qui ne veulent pas dire grand chose, car les renouvelables incluent l’hydraulique, pilotable, et les éolien et solaire, non pilotable.
        Le chiffre intéressant serait le pourcentage d’énergie non pilotable sur le réseau, et de quoi est fait le pilotable.

        Répondre
        • Herve Guéret 🤣😂 c’est normal que vous n’aimez pas les chiffres officiels qui prouvent bien toutes vos inepties de trolls stériles 🤣😂 car c’est bien toutes les ENR qui nous sortent de la et il n’y a que les trolls qui le nient stupidement alors que tout est bien public 🤣😂 énumérez nous aussi les autres ENR … et répondez surtout aux vrais questions de fonds que vous éludez constamment 🤣😂

          Répondre
      • 🤣😂Hervé Guéret pourquoi voulez vous que la France continue de s’enfoncer toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante de nucléaire très très chère alors que l’on peut faire beaucoup mieux , plus vite, sans dangers et sans déchets pour moins cher avec toutes les ENR et que le monde entier a déjà commencé à le faire …

        Répondre
          • Hervé Guéret et non vous n’avez jamais rien explique ni répondu aux vrais questions de fonds que vous éludez constamment
            tout juste bon à ânonner tous les vieux canulars pour gogos …

          • Mon cher Isambert, la première chose à comprendre, c’est ça :

            Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
            Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
            1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
            2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
            Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

            Quand vous aurez compris, regardez vos chiffres avec ça en tète, vous progresserez.
            Bonne soirée.

          • Herve Guéret mais à part tous les vieux canulars pour gogos le sujet vous intéresse vraiment .. car avec les ENR on appuie sur le bouton et on a de l’electricite mais en la produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire …et c’est bien ce qui commence à se faire partout dans le monde ..alors pourquoi voulez vous que la France continue de s’enfoncer toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante de nucléaire très très chère alors que l’on peut faire beaucoup mieux , plus vite, sans dangers et sans déchets pour moins cher avec toutes les ENR et que le monde entier a déjà commencé à le faire …

          • Mon cher Isambert,
            j’en conclus que vous n’avez toujours rien compris au problème.
            Bonne soirée.

          • Hervé Guéret ben si moi j’ai très bien compris le réel du terrain mais justement pas vous et vos délires perpétuels qui créent des problèmes la ou il y en a pas .. 🤣😂

  • Le 29 novembre 2021, on a laissé le nucléaire tourner comme bon lui semble, sans beaucoup d’éolien (75 GWh) ni de solaire (18 GWh) pour le gêner.

    Pourquoi, malgré une capacité de 61,37 GW le nucléaire n’a-t-il produit que 1.029 GWh, avec une moyenne horaire de 44 GWh et un facteur de charge inférieur à 72 %, en base ?

    Pourquoi ne pas avoir produit 1.248 GWh (f.c. de 84,7 %) pour éviter 219 GWh de fossiles ou même 1.349 GWh (f.c. de 91,6 %) pour éviter à la fois les fossiles et les importations ?

    Le petit bonhomme continuera encore longtemps de radoter « Mais la réalité est qu’il aurait suffi laisser les centrales nucléaires tourner pour se passer des éoliennes et solaires. » (sic).

    Répondre
      • Cochelin pourquoi vous ne parlez jamais des incidents et des arrêts d’urgence de plus en plus nombreux de notre merde polluante de nucléaire ..et justement ces arrêts nous permettent de polluer moins et de produire moins de déchets ultimes . et ça augmente l’Urgence de développer au plus vite toutes les ENR sur le terrain comme le fait déjà le mode entier ..de plus comme les autres gogos vous focalisez toujours sur l’électricité alors que le probleme principal c’est l’énergie et la la France est mal placé …

        Répondre
      • La maintenance des éoliennes et des panneaux photovoltaïques n’a pas été retardée par un méchant virus.
        Ni en France, ni ailleurs.

        Pas plus que les installations qui, malgré les problèmes de transport maritime, devraient atteindre un nouveau record.

        Répondre
        • Monsieur Isambert.

          Le langage scatologique associé à vos continuelles répétitions ne fait que vous discréditer.

          En cela, vous faites inutilement le jeu des adorateurs du U235.

          Peu de pingouins passent par ici pour n’avoir jamais lu vos commentaires.

          Répondre
          • A vrai dire, personnellement, je serais plutôt admirateur de l’U238, 100 fois plus abondant.
            Mais, pour dire vrai, je suis surtout adorateur du Bon Dieu, créateur miraculeux du U238.
            Merci mon Dieu, qui avec fait un monde si merveilleux pour l’homme.

  • Message difficile à contester. Le 100% renouvelable est une vue de l’esprit qui est sortie d’un cerveau qui a commencé par la fin, la solution, et qui a bâti ensuite l’énoncé du problème collant avec la solution attendue. Pas tres classique comme mode de travail, pas très scientifique non plus.
    Effectivement, le gaz est la béquille indispensable au fonctionnement correct des ENRi, mais pas forcément du gaz naturel . Aujourd’hui une constate un ruée vers l’hydrogène qui a tout l’air d’une nouvelle ruée vers l’or. Personne ou très peu de monde (une simple question de préservation d’intérêts) ne parle du gaz de synthèse tel qu’on l’obtient par pyro-gazéïfication des déchets carbonés, solides et secs (issus de la biomasse ou de la fraction des déchets domestiques ). Pire, lorsque la pyro-gazéïfication est citée en France, c’est pour en dire le plus grand mal sans qu’une étude exhaustive des offres disponibles sur le marché aient été prises en compte (?!). Etrange situation ! Les promoteurs des ENRi ne semblent pas s’y intéresser non plus car évidemment, fabriquer du gaz, en tout point du territoire national et pour un prix largement inférieur à celui de l’hydrogene, c’est tres dérangeant et ça ne fait pas rêver suffisamment pour délier les bourses les plus généreuses. Il y a une sorte d’équilibre existant qu’il convient de préserver, c’est la concurrence à la Française à laquelle Bruxelles ne comprend rien. Temps de démarrage d’une installation de pyro-gazéïfication disons de 1 MWe : 1h à froid, et 10 minutes après 10h d’arrêt, pour monter à pleine charge. Au minimum parfaitement compatible avec le solaire dont la baisse de puissance est prévisible ! Et 1 MWe pilotable, bien sûr. Avec les éoliennes, qui devraient être limitées en puissance et en quantité pour ne pas troubler l’ordre public, si vraiment le temps de démarrage est un problème, rien n’empêche de glisser entre éolienne et la centrale pyro-gazéïfication et son groupe syngas, un groupe diesel qui va fonctionner quelques heures par an sans plomber le BP ni représenter une contribution dramatique à l’effet de serre. Pas plus en tout cas qu’un groupe diesel de secours installé dans un hopital ou un data center. Et ça c’est possible en n’importe quel point de la planète sauf dans les déserts (où il n’y a pas non plus de besoins d’électricité). Le sable n’est pas gazéïfiable. En France, on pense contre vents et marées que les déchets dont nous parlons doivent impérativement être dirigés vers la satisfaction des besoins de chaleur et seulement de chaleur comme si on avait toutes les solutions disponibles pour faire face à la demande exponentielle d’électricité, laquelle était elle aussi parfaitement prévisible, y compris bien avant la rédaction de la PPE en vigueur ! Pour être gentil, disons que ce constat est vraiment étonnant. Nous, pionniers de la pyro-gazéïfication en France (années 70) pensons que la première installation industrielle de pyro-gazéïfication en France ne sera pas française. Mais tant mieux, ça réveillera un peu les esprits embrumés et on finira par découvrir que personne ne sait mieux maitriser cette technologie tres complexe, que des Français !

    Répondre
    • Claude Choppin mis mem en France l’hydrogène se met en place grâce à toutes les ENR …. le solaire et l’éolien sont bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
    • Choppin, Perdez votre candeur ! Difficile à contester ?
      Ce monsieur n’est qu’un escroc qui fabrique ses « preuves » de toute pièce en modifiant le contenu d’une carte…. vous aviez pourtant le moyen simple et facile de vérifier ses dires. Aucune éolienne capable de tourner en Europe ce jour là et à cette heure ? Allez voir le message plus détaillé que je viens d’écrire pour démasquer cet escroc.
      Les éoliennes françaises ignoraient qu’elles n’auraient pas du tourner alors elles produisaient 2,6GW à l’heure dite et bien que 61% d’entre elles aient effectivement été dans une zone trop peu ventée pour être productives.

      Répondre
    • Monsieur Choppin.

      Allez voir du côté de Samsø, au Danemark, lorsque les conditions sanitaires permettront de faire du tourisme.

      En dehors de son célèbre Samsø Labyrinten, vous y trouverez un musée de l’énergie.

      En 2009, nous avions déjà cela :
      https://dk.ambafrance.org/Samso-l-ile-de-l-energie

      Depuis, l’autonomie énergétique s’est encore améliorée, sans être gênée par l’afflux de touristes.

      Le câble électrique qui alimentait l’île en électricité il y a bien longtemps ne sert plus qu’à exporter ses excédents, une fois les batteries chargée.

      Répondre
    • Cochelin la vérité et les faits / retours du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier ça vous dérange toujours ? 🤣😂 regardez du cote de Nantes aussi .. mais il faut que ce soit à base d’ENR sinon c’est encore une régression …

      Répondre
      • Je connais bien le sujet car je suis de la région. Nous détournons de la production éolienne(1 MW) pour faire de l’hydrogène. Non loin de là, nous compensons ce manque d’électricité par du charbon à Cordemais. Je l’ai signalé au Conseil Régionnal, mais ils font la sourde oreille et persistent à parler d’hydrogène « vert ». https://www.rte-france.com/eco2mix/les-donnees-regionales#production-detaillee et afficher Pays de la Loire. C’est une régression et vous avez raison.

        Répondre
        • Cochelin dans votre aveuglement vous prenez toujours le sujet à l’envers : en réel si les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances du nucléaire tournent c’est bien à cause du retard de la France dans le développement des ENR sur le terrain …

          Répondre
  • Serge Gil est un escroc, il écrit :
    « Contrairement au poncif vert : Quand il n’y a pas de vent ici, etc…, la carte des vents sur l’Europe de l’ouest ci-dessous, montre que le 11 octobre à 8h00 (jour de la rédaction), en aucun point, de Séville à Berlin, la vitesse du vent n’était suffisante pour faire démarrer une éolienne (10 km/h et production nominale de 50 à 90 km/h). »
    Et pour preuve il montre une carte de Ventusky TRUQUEE ! La vrai montre tout à fait autre chose, comme celle bien plus détaillée de Météo-France.
    Et si les participant à ce forum qui se sont précipité pour encenser cet ESCROC n’étaient pas aussi niais ou incultes, ils se seraient au moins donner la peine d’aller voir ce qu’aucune éolienne ne pouvait donc produire, ne serait-ce qu’en France, en allant voir le résultat de ce zéro vent sur toute l’Europe, avait produit chez nous à l’heure indiquée : 2698 MW
    Et les plus curieux serait allé consulté les archives des cartes de Météo-France pour constater que le vent était quasi nul dans les Hauts de France et grand Est où s’entassent 61% des éoliennes de France, mais qu’en revanche, le Languedoc Roussillon, la vallée du Rhône, Pays de Loire et un peu l’ile de France bénéficiaient de vent entre 18 et 25 Km/h donc largement suffisants pour animer les éoliennes de façons productives. Et je ne vous parle pas des cotes où le vent était particulierement généreux sur nos trois façades maritimes, là où précisément il n’y a aucune éolienne.
    Ce Monsieur a de plus truquer sa carte y ajoutant des indications fallacieuses numériques indiquant des vitesses de vents égales à zéro qui n’existent pas sur la carte d’origine de Ventusky.
    C et escroc fabrique les preuves dont il a besoin pour étayer son discours. Vous savez maintenant le crédit que vous pouvez lui accorder. Mais allez donc vérifier vous même ce que je dis et ce qu’il dit…. et appréciez qui est l’escroc !

    Répondre
  • Cher Choppin, je constate que vs trouver que Serge Gil est très bon ds son analyse et ses commentaires sont pleins de sagesse.(voir ci-après). Ce qui est cas rare ds ces colonnes où les huluberlus brillent de tous leurs feus ! Le terme « huluberlu » est soft car je sais que vs n’aimez pas froisser ces esprits fragiles, ce qui n’est pas mon cas (pour froisser) ni celui en son temps du grand Charles.
    Termes emplis de sagesse de S J :
    « À noter que ce réquisitoire n’établit aucun rapport avec le nucléaire et est valable quelle que soit la proportion de ces EnRI de 1 à 100%.
    Dans le même esprit, nous ne tiendrons pas compte des critiques faites à ces énergies.
    SEULES LES CAPACITES A SUBVENIR A NOS BESOINS NOUS INTERESSENT »
    Cela résume bien ce qui est essentiel et rend dérisoire tout ce ping pong stérile sur disque rayé type isambert. Malgré tout je vous tire mon chapeau d’avoir autant d’endurance vis à vis de la meute et du sujet de votre longue qu’est la pyro-gazéïfication des déchets carbonés, solides et secs !
    Cordialement

    Répondre
  • @SR: c’est vrai, c’est de l’escroquerie totale.
    Je m’étais contenté de relever que le vent était important en offshore à ce moment-là.
    Allemagne: 13 GW, dont l’offshore à 5 GW, proche de son maximum habituel
    L’onshore à 8 GW un peu en-dessous de la moyenne habituelle
    RU 6 GW soit dans la moyenne habituelle
    Espagne 7,5 GW soit un peu plus que la moyenne habituelle
    France 2,7 GW soit environ dans la moyenne habituelle
    Globalement à ce moment, étant donné les vents en offshore, la production théorique aurait même été assez nettement supérieure à la moyenne !

    Répondre
    • Je note que vous êtes le seul à être scandalisé par l’article du faussaire.

      Pour toute la caste nucleocrate, silence pudique. Sauf un provocateur qui écarté le problème d’un revers de main considérant que le faussaire qu’il ne nomme évidement ainsi, connaît son sujet.
      On a la mesure de la valeur de leurs arguments et de leur malhonnêteté
      Serge Rochain

      Répondre
  • Voyant revenir à la charge nos hurluberlus rutilants, j’ai repris le passage sur l’off-shore de » la face NOIRE des énergies « vertes » qu’ils n’ont pas regardée et qu’il qualifie de fake news tant ses images et les faits décrits les dérangent. :
    Failles du projet éolien de la baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor)
    Il soulève d’importantes interrogations. Pourquoi un tel projet émerge au milieu d’une zone de reproduction de cinquante-neuf espèces protégées, dont des dauphins, phoques et marsouins, grâce à une dérogation ministérielle que ségolène royale a signée. Cette dérogation se nome « autorisation de destruction d’espèces protégées ».
    Ce qui a amené à ce paradoxe, qu’une ONG écologiste de défense des océans Sea Shepherd se mette aux côtés des pêcheurs et à combattre ce projet. Sa Directrice, Lamya Essemlali, est vent debout contre ce parc de 62 éoliennes de 210 m de haut d’une superficie de 10 000 hectares qui est égale à celle de la ville de Paris. Elle les compare à « 62 tours Montparnasse situées à 17 km des côtes » qu’elle dénomme « usine à éoliennes »… Elle affirme aussi qu’il y aurait eu tollé si ces forages « pour notre bien » avaient été pétroliers !
    Cette ONG engage des procédures concomitantes à celles de ces pêcheurs spoliés, ce qui inquiète les autorités de l’état et ministères ciblés. De plus ont été filmés la présence de coraux et de gorgones… Ce sont des espèces protégées qui se devaient de ne pas exister dans ces lieux !… Alors que les éoliennes offshores sont habituellement implantées autour de 45 km des côtes européennes, pourquoi un tel site s’impose en pleine zone de pêche?
    Le choix de l’opérateur mafieux Iberdrola interroge aussi. Le Conseil d’État a jugé illégale l’attribution du marché, en avril 2012, à ce géant de l’énergie. Et le parquet national financier a ouvert une enquête. Iberdrola a déjà été visé par diverses enquêtes dans plusieurs pays. Et son PDG est mis en examen dans le plus gros scandale financier espagnol.
    Le géant espagnol Iberdrola bénéficie d’un prix d’achat de l’électricité au plus haut. En effet le prix d’achat du kilowattheure produit par Iberdrola en baie de Saint-Brieuc a été fixé pour vingt ans. Une rente très fructueuse à 155 €/KWh, trois fois plus que le prix du marché.. Mais aujourd’hui, sur un marché dérégulé, on peut constater qu’avec de tels niveaux de subventions sur l’offshore tout le monde s’y engouffre, 16 projets sont en gestation sur tout notre beau littoral côtier français (QUEL DESASTRE ECOLOGIQUE ANNONCE). Ce qui va de plus bénéficier à des sociétés privées étrangères ! »
    Ce que je constate c’est qu’Ils n’ont rien dans le cigare sauf leur idéologie dévastatrice

    Répondre
    • Monsieur Dubus.

      Savez-vous combien la pêche tue de dauphins et autres mammifères marins sur les côtes françaises ?

      C’est étonnant comme certains à l’esprit mal tourné arrivent à voir ce qui n’existe pas mais ne voient pas ce qui existe.

      Répondre
    • Et en plus, tout ça pour rien, car si notre système à base de nucléaire fournit la puissance nécessaire en cas d’absence de vent, pourquoi aurait-il besoin des éoliennes lorsque le vent souffle ???
      Ces éoliennes sont donc strictement inutiles, tant en remplacement de nucléaire décarboné, ni sur le plan économique. Des coûts immenses pour aucun bénéfice.

      Répondre
      • Que ce soit en présence ou en absence de vent, le nucléaire est loin de fournir la puissance et l’énergie nécessaire pour répondre à la demande de consommation.

        Exemple parmi d’autres, sans cueillir les cerises :

        Le 29 novembre 2021, on a laissé le nucléaire tourner comme bon lui semble, sans beaucoup d’éolien (75 GWh) ni de solaire (18 GWh) pour le gêner.

        Pourquoi, malgré une capacité de 61,37 GW le nucléaire n’a-t-il produit que 1.029 GWh, avec une moyenne horaire de 44 GWh et un facteur de charge inférieur à 72 %, en base ?

        Pourquoi ne pas avoir produit 1.248 GWh (f.c. de 84,7 %) pour éviter 219 GWh de fossiles ou même 1.349 GWh (f.c. de 91,6 %) pour éviter à la fois les fossiles et les importations ?

        En cas de réponse, éviter les familiarités inconvenantes.

        Répondre
  • Tous les pays qui ont un gisement éolien offshore l’exploitent sans problème, sauf en France, où d’après certains, que ça va tout détruire: paysages, biodiversité, zones de pêche etc

    Répondre
    • Ces sources peuvent être intéressantes, en effet. Mais cela ne les empêche pas d’avoir une électricité considérablement plus carbonée que nous et un tarif TTC pour les consommateurs nettement plus élevé qu’en France. Sortons de ces oppositions et soyons constructifs. La France a permis très tôt (dans les années 70) de réduire considérablement sa dépendance au pétrole et au charbon pour son électricité, et évité l’émission de qqes Gt de CO2 depuis.

      Répondre
      • Cochelin vous oubliez toujours de préciser qu’en France c’est nos impôts qui ont payés , payent et payeront toujours plus cher des milliers d’année cette merde polluante de nucléaire alors que les ENR sont moins chères .. . vous n’avez toujours pas expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265840499_10228032232976023_1506064702052882174_n.jpg?_nc_cat=106&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=dSRrAcmiBGcAX-B9K-d&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-zUID4SFS6UT9NGMmPtD26JGikpqXpS_CgkZkxc5vf3Q&oe=61BA5836

        Répondre
        • Monsieur Isambert

          Cela commence à bien faire.

          Au choix : êtes vous un monomaniaque comme le petit monsieur ou êtes vous un sous-marin du nucléaire à faire le troll.

          Répondre
          • Marguerite occupez vous des trolls stériles comme vous le faites très très bien et laissez moi postez les faits réels du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier face aux éternelles inepties des autres gogos ..

          • Notez, ma chère Marguerite, que je trouve moins amusant votre « petit monsieur » que le « petit con » de votre ami Rochain lorsqu’il n’a plus d’argument LOL
            Bonne soirée.

          • Parler d’un « petit monsieur » est une appréciation assez justifiée, fort bien trouvée par un autre commentateur, comme celle de petit « ingénieur ».

            Cela se mesure à la répétition compulsive des mêmes médiocrités et de la même publicité pour un écrit piètre et trompeur.

            Une insulte peut faire sourire. Montrer l’insignifiance d’un propos ou d’un écrit blesse la suffisance de soi.

            Enfin, évitez toute familiarité. Faut-il reparler des cochons ?

      • Nucléaire ancien : 59,8 €/MWh en 2013 (Cour des comptes) et davantage depuis.

        Nucléaire nouveau (EPR Flamanvile et Hinkley Point) : 120 €/MWh

        Eolien terrestre : 60 à 65 €/MWh (trois ans d’appels d’offres)

        Eolien en mer : 140 €/MWh à ses débuts – 44 €/MWh à Dunkerque – même évolution en Grande-Bretagne.

        Photovoltaïque : 55 €/MWh pour les grandes centrales (trois ans d’appels d’offres)

        Prix du marché beaucoup plus élevé depuis quatre mois = subventions négatives : les parcs éoliens et solaires en activité reversent de l’argent à la « caisse CSPE ».

        Répondre
        • Ma chère Marguerite, soyez sérieuse, vous comparez, comme s’ils étaient équivalents, le nucléaire pilotable à des non pilotables.
          Si vous voulez ajouter une puissance utile au réseau, elle doit être pilotable.
          Comment faites-vous ça ? Hydrogène (mais il faudrait en faire un stock d’au moins 15 jours), centrale à gaz (et on calculera le coût moyen du pack « éolien plus centrale à gaz) …
          Dites moi ?

          Répondre
    • La majorité de ces pays le font pour réduire un peu leurs émissions de CO2, énormes, ou comme en Espagne instalent des centrales à gaz en parallèle des éoliennes.
      Nous, aucun intérêt, nous avons cet excellent nucléaire, sans CO2.

      Répondre
      • Hervé Guéret comme d’habitude à part insulter vos interlocuteurs qui postent les faits réels du terrain face à toutes vos inepties de trolls stériles vous n’êtes vraiment bon qu’à vous ridiculiser toujours plus à chaque post comme les autres gogos en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmés pour gogos . alors ou sont les centrales aux gaz dont vous délirez constamment ? jamais vous ne répondez aux vrais questions du terrain au lieu de délirer constamment en public et comme tous els autres gogos vous oubliez toujours de parler énergie car c’est bien le probleme principal

        Répondre
      • Hervé Guéret comme d’habitude à part insulter vos interlocuteurs qui postent les faits réels du terrain face à toutes vos inepties de trolls stériles vous n’êtes vraiment bon qu’à vous ridiculiser toujours plus à chaque post comme les autres gogos en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmés pour gogos . la réalité du terrain : justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265840499_10228032232976023_1506064702052882174_n.jpg?_nc_cat=106&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=dSRrAcmiBGcAX-B9K-d&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-zUID4SFS6UT9NGMmPtD26JGikpqXpS_CgkZkxc5vf3Q&oe=61BA5836

        Répondre
  • Cancer de la parole en PNL, on généralise (tout le monde fait pareil, tout le monde se jette à l’eau sans regarder le désastre comme les moutons de panurge) la ficelle est grosse je vs l’ai déjà dit !
    I

    Répondre
  • Puisque nous sommes dimanche et que cela laisse le temps de réfléchir, nous attendons des commentaires sur les messages bien faciles à retrouver et qui contiennent les phrases suivantes :

    – 1 –  » Actuellement, la puissance installée en éolien + photovoltaïque est de 119 GW en Allemagne. La puissance actuelle en fossiles + nucléaire est-elle de 119 GW « pour éviter les black-out en période hivernale » ?  »

    – 2 –  » Les dix premiers jours de décembre 2021 sont un bon exemple … Du mercredi premier au vendre dix décembre, la production d’électricité nucléaire a été de 969 à 1.027 GWh/jour, que la production éolienne ait été de 129 ou de 280 GWh/jour. …  »

    – 3 –  » C’est très facile, il suffit de comparer deux jours pour lesquels la consommation est pratiquement identique et la production éolienne très différente, pour savoir si le nucléaire est « … réduit sur ordre du gouvernement pour faire de la place à l’éolien ». Le 29 novembre 2021 … Le 30 novembre 2021 …  »

    – 4 –  » On voit aussi que, malgré sa capacité installée de 61.370 MW, le nucléaire est incapable de s’adapter à une augmentation de la demande. La production nucléaire n’a guère été différente le 18 novembre …  »

    – 5 –  » Le 29 novembre 2021, on a laissé le nucléaire tourner comme bon lui semble, sans beaucoup d’éolien (75 GWh) ni de solaire (18 GWh) pour le gêner.
    Pourquoi, malgré une capacité de 61,37 GW le nucléaire n’a-t-il produit que 1.029 GWh, avec une moyenne horaire de 44 GWh et un facteur de charge inférieur à 72 %, en base ?  »

    Qui vous savez aura l’opportunité d’éviter ses familiarités inconvenantes et son lassant discours.

    Répondre
  • L’auteur:  » la carte des vents sur l’Europe de l’ouest ci-dessous, montre que le 11 octobre à 8h00 (jour de la rédaction), en aucun point, de Séville à Berlin, la vitesse du vent n’était suffisante pour faire démarrer une éolienne (10 km/h et production nominale de 50 à 90 km/h). »
    Selon l’auteur, une production éolienne nulle à ce moment-là alors qu’elle était dans la moyenne en onshore et largement au-dessus de la moyenne en offshore, et vous continuez à soutenir ça ?
    Chaque observateur voit bien de quel côté se situe l’honnêteté.

    Répondre
    • MD:  » Serge Gil est très bon ds son analyse et ses commentaires sont pleins de sagesse. »
      Oui, par exemple sur sa carte des vents et ses commentaires qui sont à l’opposé de la réalité.

      Répondre
    • Bof, ils sont incapable d’aligner des raisonnements, juste de tenter d’interpréter des chiffres sortis de leur contexte.

      Car enfin, la base, c’est :

      Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
      Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
      1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
      2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
      Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

      Le reste, c’est du baratin.

      Répondre
      • Monsieur le petit « ingénieur », qui prétendez être si malin, donnez-nous votre point de vue relatif aux cinq constatations mentionnées précédemment.

        Et aussi, questions accessoires :
        – de combien a augmenté en Allemagne la puissance en éolien, solaire, charbon, lignite, pétrole, gaz et autres depuis dix ans ?

        – combien mettez-vous de tonnes de plutonium 239 dans le cœur d’un réacteur à neutrons rapides surgénérateur de 1.000 MW et combien en ressortez-vous ensuite, après combien de temps. Quelle répartition des isotopes dans le plutonium en sortie, qu’allez-vous en faire. (attention au piège)

        Alignez vos réponses, sans familiarités inconvenantes et en vous abstenant de votre lassant baratin.

        Répondre
    • Auteur:
      La carte de Ventusky a été établie le jour de rédaction de la phrase (il faut plusieurs jours pour développer un article) vers 9h en reportant sur une capture d’écran les pastilles donnant les vitesses en divers points d’Europe occidentale. Du simple copier/coller. Je n’ai choisi ni le jour ni l’heure.
      Où est l’escroquerie sinon chez ceux qui vendent l’illusion des 100% renouvelable ?
      Quant à vos débats sur ENR ou nucléaire, ils sont hors sujet comme je l’ai écrit dans le prologue. J’ai autre chose à faire qu’à lire deux jours durant vos propos répétitifs.

      Répondre
      • @Serge Gil
        C’est totalement faux, à aucun moment de la journée de 0h à minuit les flux intérieurs que l’on voit sur la carte à seulement 100 m d’altitude où se trouvent les nacelles d’éoliennes en sont disparus. Sur votre carte ils ont tout simplement été gommés dans le dessein de tromper les lecteurs du Monde de l’énergie.
        L’ ENSEEIHT de Toulouse serait elle devenue une école de faussaires ?

        Répondre
  • Un nucléaire décarboné, mais qui a quand même besoin de minimum 10% de soutien de soutien en centrales fossiles pour le suivi de charge.
    Donc un système nucléaire, c’est au mieux 90% de nucléaire 10% de fossiles
    Au rythme où va actuellement l’Espagne elle sera à environ 80% de renouvelables en 2030 dans le mix électrique.
    Le Portugal est déjà à 64%, le Danemark à 69%.
    Espagne et RU avancent vite. L’Allemagne avance aussi, même si globalement, le pays se prête beaucoup moins bien aux ENR.
    Un système nucléaire actuel français non généralisable sinon il n’y aurait plus d’U235 depuis longtemps.
    Les EPR qui seront construits aujourd’hui n’auront même plus d’uranium 235 à la moitié de leur durée d’exploitation si la part de nucléaire double dans le monde avec une forte poussée de la Chine et de l’Inde (qui ont d’ailleurs besoin du nucléaire étant donné leur densité de population)
    Alors, le nucléaire super génial et les ENR beurk ?

    Répondre
    • Il y a même un risque non négligeable de voir la Chine ou l’inde ou les deux faire main basse sur les réserves de certains pays producteurs avec un contrat d’exclusivité moyennant quelques commissions versées à des gouvernants influents. Le Kazakhstan qui sans détenir les plus grosses réserves est tout de même le premier exportateur mondial, et devenu notre plus important fournisseur pourrait bien ‘nous informer que c’est fini pour nous du jour au lendemain. Certains comme le Canada possèdent de bonnes réserves avec les filons les plis riches du monde seraient immédiatement tenté par réaction de conserver leur réserves pour eux mêmes, l’ échéance globale se rapprochant. Nous serions alors dans une situation délicate avec 4 ans de réserve seulement.

      Répondre
      • 4 ans de réserve en uranium, c’est mieux que les 15 jours qu’on a en gaz !!! Et la Russie est autrement plus dangereuse.
        Et avec l’U238 sur notre sol, on en a pour une dizaine e siècles.

        Répondre
        • Hervé Guéret raison de plus de nous sortir au plus vite de notre merde avec toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … et c’est bien ça qui est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES ..

          Répondre
    • Marc.
      En premier lieu, lorsqu’on parle de renouvelable, ça ne me dit rien.
      S’agit-il des renouvelables pilotables (hydraulique en principal) on non pilotable (éolien ou solaire en principal.
      Pour la France, rester à 70% en nucléaire serait déjà un sacré job, vu le retard que nous prenons.
      Qu’il reste une dizaine de % en gaz est probable.
      Pour l’Espagne, 80% de non pilotable est par définition impossible, même avec leur solaire, beaucoup plus exploitable que chez nous. Ca cache quoi, donc ?
      Pour le Portugal, ses grandes interactions avec l’Espagne fausse le débat.
      Quant au Danemark, elle fonctionne avec la Norvège et son hydraulique. Très particulier.
      Pour l’uranium, on est d’accord, le monde passera en surgénérateur avec l’U238. Comme il n’y a pas le choix, on le fera. Sauf les Chinois qui partent sur le Thorium, très disponible chez eux.
      Et je voudrais bien que notre industrie se bouge les fouilles au plus tôt pour ne pas être encore à la traîne. Sinon, on achètera des surgénérateurs aux Chinois.
      Pas super génial, le nucléaire, juste la seule solution possible en France. Pour 70%

      Répondre
      • Hervé Guéret c’est normal que ça ne vous dise rien : vous ne connaissez même pas les bases du sujet et vous refusez d’ouvrir les yeux sur ce qui se fait déjà en réel sur le terrain partout dans le monde .. c’est bien pour ça que vous vous ridiculisez toujours plus à chaque post avec toutes vos inepties de gogos .. accessoirement vous noterez que le nucléaire c’est 67% en 2020 en France pour l’électricité mais la moitie pour l’énergie . et que ça baisse inexorablement comme partout dans le monde et que de plus le nucléaire ne représente que 4% de l’énergie mondiale et la aussi ça baisse ..

        Répondre
        • Ici, on parle génération d’électricité pour le réseau, et en France.
          Et, bien sûr, il faut électrifier le plus possible d’utilisations du pétrole,
          donc générer de l’électricité sans CO2,
          donc relancer des centrales nucléaires et faire autant que nous pouvons d’hydraulique, qui sont les seules sans CO2.

          Répondre
          • Hervé Guéret à votre place j’aurais vraiment honte d’avouer votre soi di sante qualification d’ingénieur qui ne sait mêmes pas vérifier les faits réels du terrain . qui affabule sur de soi di sante centrales au gaz mais qui est incapable de dire ou elles sont installées car elles n’existent que dans son imagination et qui nie stupidement tous les retours officiels / bilans du terrain qui le contredisent constamment alors que tout est bien public et que tout le monde peut tout très facilement vérifier 🤣😂 🤣 🤣 et qui n’est bon qu’à sortir tous les vieux canulars périmes pour gogos 🤣😂

      • @HG
        Comme je le dis plus bas, l’Espagne a probablement déjà un meilleur bilan carbone que nous, à base industrielle égale.
        Particulier, le cas du Danemark ? Si vous voulez, mais il a fait quand même de gros efforts de décarbonation.
        Enfin, nous avons pas à nous glorifier d’avoir un parc nucléaire décarboné: c’est complètement par hasard.
        Espagne et Portugal font partie du même ensemble énergétique, comme la France a également des interconnexions avec ses voisins, ça ne fausse rien du tout.
        Probablement 80% d’énergie à base de renouvelables en Espagne en 2030, au rythme auquel elle progresse, ça cache quoi ?
        Rien du tout. L’Espagne a un grand potentiel de STEP qu’elle est en train de développer, et le Portugal aussi. Elle va fabriquer de l’hydrogène avec des ENR. Il y aura beaucoup plus de véhicules électriques qui pourront être rechargés selon la disponibilité des ENR, il y aura des véhicule à hydrogène. Elle va utiliser le foisonnement des ENR qu’elle peut avec l’Europe. Elle aura bientôt 5GW de liaisons avec la France. Il y aura sans doute des écrêtements au niveau du solaire et de l’éolien, mais vu leur prix bas actuel, c’est pas trop grave. Il se peut que quelques jours par an, l’industrie soit mise au ralenti, mais ça sera pire ailleurs. Chauffage de l’eau sanitaire généralement en fonction des ENR.
        Elle a un gisement solaire à l’année. Une production éolienne assez régulière et complémentaire du solaire.
        Et comme tout le monde, un effort de sobriété nécessaire.

        Répondre
        • Vous voyez bien que, en utilisant la classification renouvelable, mélange hétérogène d’hydraulique pilotable et d’éolien et solaire non pilotables, les écolos nous enfument, volontairement.
          Bien entendu, les STEPs et la fabrication d’hydrogène lorsque le vent souffle et le soleil luit, parfait.
          Mais c’est totalement hors sujet.
          L’article porte sur la production d’électricité pour alimenter notre réseau électrique français.

          Répondre
          • C’est vous qui êtes complètement hors sujet.
            Ce développement de l’hydrogène, au moins à des fins industrielles et agricoles, des véhicules électriques, ça fait partie de la charge d’électricité. Pour cela vous pouvez utiliser n’importe quel moyen de production d’électricité. Il se trouve qu’en Espagne, ça sera principalement solaire et éolien.
            Quant au stockage de l’électricité dans les STEP pour lisser la production des ENR, vous estimez que c’est hors sujet aussi !
            Et l’écart d’empreinte carbone par habitant par rapport à nous va continuer à se creuser en leur faveur.
            La part de gaz fossile va se réduire inévitablement, jusqu’à un niveau équivalent à celui d’un système à base de nucléaire, soit 10%.
            A 25 euros le MWh solaire ou éolien, le stockage par hydrogène est même envisageable, d’autant plus que le gaz fossile sera très cher.

          • « Quant au stockage de l’électricité dans les STEP pour lisser la production des ENR, vous estimez que c’est hors sujet aussi ! »
            Non, je pense seulement que l’énergie qu’on peut tirer des sites possibles en France est faible par rapport au besoin.

          • Oh ? Le petit ingénieur ….. pense ! Incroyable, il va bientôt découvrir que l’on peut faire de l’électricité avec du vent, et même avec de la lumière, merci Monsieur Hertz.

          • Marc, pour Gueret, tout ce qu’il ne comprend pas est hors sujet, ce qui fait qu’il ne reste dans le sujet que le fait que pour chaque éolienne dont le facteur de charge dans sa tête n’est que de 25%, il faut adjoindre une centrale à gaz qui au bilan annuelle aura donc produit 75% de l’électricité ! Il en est là ce brillant ingénieur ESEO

          • LOL Amusant, mon cher Rochain.
            Je dis simplement qu’à toute source intermittente, on doit adjoindre une source pilotable d’une puissance légèrement inférieure, qui fait la majorité du travail.
            Et que c’est le cas pour nos éoliennes, que leur taux de charge soit de 25%, à terre, ou 40, en mer.
            Et que, actuellement, ce sont les centrales nucléaires qui font le back-up pour ces éoliennes, ce qui signifie que ces éoliennes ne servent à rien.
            Mais aussi que ça commence à devenir parfois juste, et que c’est pour ça que EDF démarre ces jours ci une centrale en Bretagne, capable de compléter les nouvelles éoliennes.

            Très logique, tout ça.

          • Il y a pléthore de sites en France pour faire des STEP, contrairement à ce qui est répété.
            Pléthore de lacs proches les uns des autres, importants, et à des altitudes différentes.
            EDF les a développées dans les années 70/80 pour effectuer le suivi de charge du nucléaire, et avait plein de projets, puis les réacteurs devenant moyennement pilotable, elle a arrêté le développement des STEP.
            J’imagine que c’est aussi l’époque où les centrales à gaz à cycle combiné sont arrivées.
            Les STEP prennent aujourd’hui une autre utilité avec le lissage de production des ENR.
            184 GWh aujourd’hui en France, soit 18 GW pendant 10 heures, qui ne sont d’ailleurs que très partiellement utilisés.

          • Je pense que c’est surtout le développement des centrales à gaz à cycle combiné qui magnifiait le rendement tout en restant suffisamment souple et réactives, à peine moins que les centrale à gaz simples, qui a conduit à l’abandon des projets de STEPs, car le CO2 n’était pas un problèmes d’actualité et la limitation des STEPs n’étaient donc plus un problème….. provisoirement.

          • Autre source de stockage en Espagne: le solaire thermodynamique, qui peut récolter toute l’énergie en journée et la restituer durant la nuit, qui va continuer à se développer après une période calme.
            C’est en partie le cas sur cette journée, où l’on peut voir aussi le rôle des STEP. et des interconnexions
            https://demanda.ree.es/visiona/peninsula/demanda/acumulada/2021-05-01
            L’Espagne va laisser tranquillement ses centrales nucléaires finir leur mission jusqu’en 2035 et sera ensuite au tout renouvelable.

          • En 2035, nous nous sentirons bien seuls, nous n’aurons plus aucun voisin frontalier utilisant le nucléaire, le reste du monde avance.

          • ëtre seul, dans la meilleure situation qui soit, comme actuellement avec 70% de nucléaire dans notre réseau me conviendrait assez.
            Sur, économique, indifférent aux variations du prix du gaz et au sevrage russe, … Pas mal.
            Quant aux « solaire thermodynamique », vous vous voyez installer ça où, en France LOL

          • C’est ça, continuez Don Quichotte cachez votre ignorance derrière vos certitudes religieuses
            A la niche vous fatiguez les membres du forum

          • @Vous me posez une question sur l’Espagne, je vous réponds sur l’Espagne puisque vous ne compreniez pas comment on peut intégrer 80% d’énergies variables dans un mix.
            Donc, soit vous avez déjà oublié la question que vous m’avez posée, soit vous faites exprès de ne pas comprendre ma réponse.

  • Oui, et nous n’avons pas de quoi faire la leçon aux autres en matière de CO2, dont certains vont d’ailleurs bientôt nous passer devant*, car notre « bon » bilan en la matière est le fruit du hasard le plus total, le nucléaire n’ayant pas été développé dans ce but.
    Le seul réacteur dont on peut dire qu’il provient d’un effort de décarbonation, c’est l’EPR de Flamanville, mais encore faut-il qu’il réussisse à fonctionner.
    * en 2019: Espagne 4,9 tonnes de CO2 par habitant (mais avec davantage d’industrie que nous)
    RU: 5,1 tonnes de CO2/habitant
    France: 4,4 tonnes de CO2 par habitant.
    A base industrielle égale, l’Espagne nous est probablement déjà passé devant.
    Quant au RU, avec ses gros investissements dans l’éolien offshore, ça va probablement pas tarder non plus.

    Répondre
  • Il va rester encore l’Allemagne, avec un plus mauvais bilan carbone que nous, à base industrielle égale, pendant encore quelques années, puis elle nous rattrapera probablement en moins de 10 ans, lors de sa sortie du charbon, comme est en passe de le faire le RU.

    Répondre
    • Encore près de 30 % de charbon (et plus 10 % de gaz) dans le mix. Si le nucléaire (65 TW) doit disparaître, cela va être difficile. Voir energy chart

      Répondre
    • Bof, l’Allemagne vise des non pilotables couplés à des centrales à gaz.
      Et c’est pourquoi elle tente de faire reconnaître comme vertes les centrales à gaz.

      Répondre
      • Hervé Guéret encore une fois sortez vous enfin de vos délires mystiques et ouvrez enfin les yeux sur la réalité du terrain ou sont les centrales au gaz que l’Espagne aurait construites ? et si vous appreniez enfin ce que sont les ENR au lieu de vous ridiculisez constamment en public comme tous les autres gogos ? 🤣😂 🤣 🤣 approfondissez sérieusement le sujet : à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/266031960_10228030126483362_3637850176084788288_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=p2ZBOdHpUoMAX83QjYE&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=6348bbacf53fd290cfdbc1bced6af90e&oe=61B7D4D6

        Répondre
        • Mon cher Isambert, vous dites :
          « si vous appreniez enfin ce que sont les ENR »
          A vrai dire, je pense, en tant qu’ingénieur m’intéressant depuis longtemps à la question, que je domine assez bien le sujet.

          Mais, si vous dites ça, c’est sans doute que vous avez repéré des failles dans mes raisonnements dues à mes faiblesses ?
          Vous pourriez me dire dans quel domaine, que je puisse m’y perfectionner ?

          Merci infiniment d’avance.

          Répondre
          • Hervé Guéret 🤣 à votre place j’aurais vraiment honte d’avouer votre soi di sante qualification d’ingénieur qui ne sait mêmes pas vérifier les faits réels du terrain . qui affabule sur de soi di sante centrales au gaz mais qui est incapable de dire ou elles sont installées car elles n’existent que dans son imagination et qui nie stupidement tous les retours officiels / bilans du terrain qui le contredisent constamment alors que tout est bien public et que tout le monde peut tout très facilement vérifier 🤣😂 🤣 🤣 et qui n’est bon qu’à sortir tous les vieux canulars périmes pour gogos 🤣

          • Encore un ingénieur qui s’intéresse depuis longtemps à la question mais comme il ne comprend pas très vite il ignore toujours qu »un réacteur nucléaire n’est pilotable, pour autant qu’il ait été construit pour pouvoir effectuer ces manœuvres que la moitié du temps durant sa vie, et à une vitesse à faire pâlir les escargots de jalousie. Voilà un petit exemple pour lequel notre brillant ingénieur va expliquer aux membre du forum pourquoi les réacteurs Belges se sont trouvés dans l’impossibilité de réagir :
            https://www.revolution-energetique.com/belgique-le-nucleaire-met-les-eoliennes-a-larret/
            il ne faudra pas se défiler Guéret, on attends l’explication, mais si vous avez un trou de mémoire, n’hésitez pas à demander.

          • Intéressant, cet article, qui demande plusieurs remarques.
            – Les centrales belges sont classiques, construites pour être utilisées en fond.
            Pour les centrales françaises, sachant qu’elles seraient majoritaires sur le réseau, la flexibilité a été dans leur cahier des charges depuis le début des études. Elles sont donc capables de passer de 100 à 20% de leur capacité en 30 minutes, et de 20 à 100 en trente minutes à condition d’avoir été à 20 depuis plus de six heures.
            – L’article dit « C’est une situation « en contradiction avec la transition énergétique. Les centrales nucléaires non flexibles y font obstacle », estime Annemie Vermeylen. »
            Tout de même assez étonnant. Que cela ait fait mal aux propriétaires d’éoliennes pour leur finance est possible, mais côté écologie, ils sont resté avec le nucléaire à zéro CO2 au lieu d’être avec les éoliennes à zéro.
            Y a-t-il un problème autre que financier ?
            Ceci dit, nous nous trouvons dans une situation où les éoliennes ne servent à rien puisque le nucléaire fait le travail.
            Situation habituelle en France puisque EDF a ordre, pour faire passer l’éolien en priorité, ce qui ne sert à rien d’autre qu’enrichir les propriétaires d’éoliennes.

          • C’est faux, les réacteurs d’Electrabel son bien construits comme pouvant être pilotable. D’ailleurs Vincent Verbeke dit bien qu’ils se sont déjà effacés devant l’éolien :
            « Si nous avions pu moduler, nous l’aurions fait. Et nous l’avons déjà souvent fait », explique Vincent Verbeke » Ce qu’ils n’auraient pas pu faire si comme les réacteurs américains ils ne pouvaient fonctionner qu’en mode de base.
            Inutile de répétez votre petit chapitre sur les capacités des réacteurs français dispatchables que l’on trouve dans 50 articles différents et qui est conditionner par le cycle de vie du combustible ne l’autorisant que la moitié du temps CE QUE VOUS IGNOREZ ET NE SAVEZ PAS NON PLUS POUQUOI. Comme d’habitude, vous fuyez car vous ignorez tout de ce que vous prétendez connaitre….. petit ingénieur de troisième zone !
            Vous avez une fois de plus le nez dans le caca et vous dites que ça sent bon, c’est aussi hors sujet cette incapacité du pilotable nucléaire bien au-delà du temps de réaction incompatible avec le besoin. Je vous ai souvent tendu la perche pour vous expliquer pourquoi nous étions obligé de cramer du gaz et d’importer alors que nous avons une quinzaine de réacteur à l’arrêt qui ne sont pas en panne, mais ce n’est pas dans votre nature de vous poser des questions techniques trop compliquées, vous avez préférer les écarter et fuir tout en faisant le fier à bras qui maitrise le sujet.
            Vous en êtes méprisable petit ingénieur, qui revendiquez un titre que vous ne méritez plus depuis longtemps, si tant est que vous l’ayez mérité un jour.

          • Hervé Guéret et vous êtes toujours la pour bien nous faire rigoler en inversant les faits du terrain : vous ne savez même pas que pour pouvoir produire proprement , sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire il faudrait déjà les installer en France les ENR .. alors qu’est ce que `vous voulez compenser avec votre merde polluante alors que c’est bien l’inverse sur le terrain et on l’ä déjà prouver plusieurs fois : https://www.revolution-energetique.com/quand-les-eoliennes-anglaises-portent-assistance-aux-centrales-nucleaires-francaises/ 🤣 à votre place j’aurais vraiment honte d’avouer votre soi di sante qualification d’ingénieur qui ne sait mêmes pas vérifier les faits réels du terrain . qui affabule sur de soi di sante centrales au gaz mais qui est incapable de dire ou elles sont installées car elles n’existent que dans son imagination et qui nie stupidement tous les retours officiels / bilans du terrain qui le contredisent constamment alors que tout est bien public et que tout le monde peut tout très facilement vérifier 🤣😂 🤣 🤣 et qui n’est bon qu’à sortir tous les vieux canulars périmes pour gogos 🤣

          • Il est bizarre que ISAMBERT (ni révolution énergétique) ne cite pas toutes les fois que la France, premier exportateur en Europe l’électricité (40 à 60 TWh par an), viens en aide à la Grande-Bretagne. De toutes façons, les interconnexions sont là pour échanger dans un sens ou un autre, au gré des besoins de chaque pays et des opportunités de marché, comme le précise RTE mais que Isambert ignore.

          • Cochelin inutile de retourner le probleme pour ne jamais répondre aux questions de fonds .. c’est bien vous qui avez écrit que le nucléaire palliez à l’éolien alors que l’éolien ne commence à peine à se développer sur le terrain on vous a bien prouvé le contraire et je n’ai pas parlé du surplus d’éolien Allemand qui a permis à EDF de combler une partie du gouffre financier du nucléaire … Allemands qui dépannent toujours la France comme elle le fait depuis des années ..

          • Et s’il fallait citer toutes les fois que l’Allemagne vient en aide à la France en sous production chronique pour son propre besoin, on ne ferait que ça, c’est permanent nuit et jours sans interruptions depuis des mois. Heureusement qu’ils sont là car malgré 8 GW de gaz et 10 d’hydraulique on est en manque permanent avec un nucléaire qui bétonne à 43 GW avec justement 18 qui se tournent les pouces en salle de repos.

          • Mon cher Rochain, pas clair, votre salade.
            Vous dites :  » on est en manque permanent avec un nucléaire »
            Si c’est permanent, pourquoi, alors que votre critique habituelle est le manque de souplesse, ces 18 centrales ne sont pas activées LOL

            Ceci dit, une chose est bien vraie, on aurait dû continuer à construire en permanence quelques centrales nucléaires pour conserver le savoir faire en ne pas se trouver en risque de puissance insuffisante.
            Et bien entendu ne pas faire la connerie d’arrêter Fessenheim .

          • Ma salade, comme vous dites est très claire, mais il faut accepter de la comprendre.
            Nous avons en permanence besoin d’une puissance électrique minimum qui varie selon la saison. Pour une saison donnée elle atteint un seuil pratiquement constant, par exemple 40GW en été et 60 en hiver (à titre d’exemple) ensuite durant les différents cycles journalier, hebdomadaire, semestriel (et là on change le seuil minimum avec le point délicat des intersaison, mais faisons comme s’ils n’existaient pas bien qu’en réalité se soient les plus difficiles à résoudre). Ce seuil minimum peut être parfaitement résolu par n’importe quelle source d’énergie si elle est disponible bien sûr, et le nucléaire en régime de base, donc des réacteurs qui n’ont pas besoin d’être équipé pour le suivi de charge sont parfaitement adaptés à cette fonction. De plus ne subissant que d’infimes variations de pression et température durant leur vie entière (ces petites variations sont dues au pilotage de la réaction en chaine dont l’objet est le maintient à la valeur K=1 qui conditionne que chaque fission ne conduira qu’une une seule et unique autre fission. Ne pas confondre pilotage de la réaction qui est général sur tous les réacteurs du monde et dispatchable qui permet l’adaptation de la puissance à la charge), ils peuvent être utilisés bien plus longtemps que des réacteurs, par ailleurs de fonctionnement et d’architectures plus complexes, qui subissent durant leurs vie entière des variations importantes de pressions et températures liées aux manœuvres de dispatching.
            Au delà du seuil minimum on varie de zéro à +x (en pratique 0 à 20 GW par exemple).
            Devant garder l’équilibre production/consommation ces 20GW doivent intégralement être pilotables pour couvrir tout le spectre du besoin. Certaines variations sont brusques de l’ordre de la demie heure mais assez rares et d’autres plus diluées dans le temps, une rampe sur deux heures et ne touchant en moyenne que la moitié des écarts max, soit des variation de 10 GW sur deux heures par exemple. Avec l’hydraulique et les centrale thermique gaz, et même charbon, il n’y a aucun problème pour autant que la ressource soit à disposition.
            L’adaptation au besoin devient plus délicate avec des réacteurs équipés pour le suivi de charge. Pour les autres source on peut ouvrir en grand les bruleurs d’une centrale à la gaz ou les éteindre tous sauf un pour maintenir l’état de marche sans aucune restriction en fonction du besoin pour répondre à la demande. Pour l’hydraulique c’est pareil, il n’y a aucune restriction on peut ouvrir les vannes alimentant les turbines en grand ou les fermer, le barrage ne risque pas d’exploser pour cela. Dans un réacteur nucléaire on a deux problème qui sont de la même raison.
            Il faut savoir que le dispositif qui permet de maintenir la réaction en chaine (K=1) est le même que celui qui participe au suivi de charge dans la partie nucléaire. Ce dispositif consiste à insérer (ou extraire) plus ou moins des barres de bore (un neutrofage d’atomes de bore qui absorbent les neutrons qui passent à leur portée). Pour le pilotage quand K>1 la température monte et le pilote de tranche insère un peu plus les neutrophages entre les crayons d’uranium actif et K redescend vers 1 et la température diminue. Quand K<1 la température baisse et le pilote recule les neutrophages et la température remonte. En fait le pilote ne compte pas les neutrons mais surveille la température. K dispose d'une plage de réglage limitée par deux facteurs la différence entre K=1 et K=+-X et la durée durant laquelle perdure la différence. Plus l'écart K est important moins il doit durer. La courbe de sécurité est une courbe température/temps impérative, au-delà c'est l'emballement d'un coté et l'étouffement de la réaction de l'autre. L'adaptation à la charge se fait d'abord dans la partie électrotechnique par un réglage d'un courant d'excitation dans l'inducteur de l'alternateur. La variation introduite à pour effet de modifier la vitesse de rotation du groupe alternateur/turbine par conservation du moment cinétique. Mais cette conséquence est fâcheuse car elle modifie la fréquence du courant (qui ne dépend que de la vitesse de rotation) que l'induit injecte sur le réseau. Le pilote doit donc corriger en manœuvrant la vanne de vapeur qui alimente la turbine pour que le rotor de l'alternateur (l'inducteur) retrouve la bonne vitesse. Mais la modification de la quantité de vapeur qui s'échappe vers l'extérieur changent la température. Si plus de vapeur s'échappe la température diminue et elle augmente dans le cas inverse. Le pilote doit donc réajuster la température en modifiant la position des barres de contrôle neutrophages, mais contrairement à ses collègues pilotant les centrales à gaz qui n'ont pas de restriction et font la manœuvre en une fois pour se régler sur le juste besoin, lui doit composer avec la courbe de sécurité et rester dans les clous. Si l'écart est faible une seule manœuvre suffira tout en restant dans la zone de sécurité. Mais si l'écart est important il devra procéder par petites touches en surveillant sa courbe de sécurité. A chaque palier il devra attendre l'équilibre de l'ensemble du système de bout en bout (Nucléaire/chaudière/Turbine/alternateur/ et quand c'est bien calé sur l'ensemble il redonne un petit coup en restant dans la zone sécurité et ainsi par étape il peut arriver à de très grandes différences d'adaptation mais en prenant jusqu'à deux heures, pour des différence d'adaptations les plus extrêmes supportées par un réacteur d'après les expérimentations réalisées par les ingénieurs EDF. Vous avez remarqué que le dispositif qui permet le pilotage du réacteur et celui qui lui permet le dispatching est le même.
            Mais les barres de bores ne sont pas des puits sans fond à neutrons. Elles ont une capacité d'absorption qui n'est pas illimité et elles se saturent d'autant plus vite qu'on les utilisent pour le dispatching.. Il arrive donc un moment où leur capacité sont trop proche de la saturation pour qu'on puisse utiliser le réacteur autrement qu'en mode de base, les capacité restante devant rester suffisantes pour le pilotage de la réaction qui est hautement prioritaire., question de sécurité car une fois que la réaction a dépassé une certaine valeur du K, elle échappe à tout contrôle, il n'y a plus aucun moyen de limiter K qui croit de façon exponentielle…. ce qui avait échappé à un irresponsable à Tchernobyl.
            Or au-delà du seuil minimum du besoin on a vu que les ressources qu'on y ajoute doivent être pilotable pour fournir entre 0 et 20 GW( par exemple). En utilisant des réacteurs dispatchables pour le service au-delà du minimum si le besoin variable reste toujours au maximum ou proche de ce maximum on consommera peu des capacités d'absorption des barres de contrôle boriques (dont j'ai oublié de vous dire qu'elles sont une proportion atomique avec les barres d'uranium actif imposée dans un chargement de réacteur… et aussi d'autres choses qui nous auraient emmener trop loin et sans intérêt pour le sujet).
            En revanche si el besoin oscille fréquemment et beaucoup, ce qui est le cas les jours de semaine avec l'activité économique, les neutrophages vont plus rapidement se trouver limités dans leur capacité d'absorption, et le réacteur ne pourra plus être utilisé qu'en mode de base. C'est dans cette situation que ce trouvent plusieurs des réacteurs mis en repos forcé et que vous pouvez voir dans nuclear monitor. Le résultat de cet état de fait est que pour fournir la partie variable au-delà du seuil minimum permanent, nous sommes contraint à revenir au fossiles pilotables pour lesquels nous ne sommes plus très bien équipés ce qui nous fait aussi recourir à l'importation. Cela n'a rien à voir avec les arguties dont se repait Cochelin selon lesquelles c'est parce que c'est plus économique de de faire fonctionner les réacteurs en réserve, et autres sornettes du même tonneau. D'ailleurs c'est aussi le moment de faire remarquer que nous aurions gardé Fessenheim ils ne seraient pas plus utiles. D'une part ils n'étaient pas dispatchable, et même l'auraient-ils été, ils auraient rejoint ceux qui ont les doigts de pieds en éventail et qui attendent des jours meilleurs dans quelque unes de nos centrales.
            La salade est elle devenue plus claire ?

          • Dans la première partie, vous décrivez par le menu les relations entre les parties nucléaires, habituelles dans tout gros processus industriel.
            on.
            Plus loin, un point m’intéresse et m’étonne :
             » si le besoin oscille fréquemment et beaucoup, ce qui est le cas les jours de semaine avec l’activité économique, les neutrophages vont plus rapidement se trouver limités dans leur capacité d’absorption, et le réacteur ne pourra plus être utilisé qu’en mode de base »

            Je ne vois pas pourquoi le travail des neurophages est très différent si la puissance varie. On veut plus de puissance, on les retire un peu, on en veut moins, on en rajoute un peu, et je ne vois pas pourquoi ça peut saturer ?

            « C’est dans cette situation que ce trouvent plusieurs des réacteurs mis en repos forcé et que vous pouvez voir dans nuclear monitor »
            Je n’y vois que des réacteurs en fonctionnement ou en maintenance.

          • L’explication de leur saturation tient dans votre explication :
            « Je ne vois pas pourquoi le travail des neurophages est très différent si la puissance varie. On veut plus de puissance, on les retire un peu, on en veut moins, on en rajoute un peu, et je ne vois pas pourquoi ça peut saturer  »
            Lorsque vous êtes en mode de base, c’est-à-dire puissance maximum » les barres de commandes sont complétement sorties d’entre les crayons actifs d’uranium, elles n’absorbent donc aucun neutron et leur capacité d’absorption ne diminue pas (aux absorptions près de la régulation du coefficient K qui reste très faible, la proportion de u238/235 dans les crayons actifs étant déjà calculés pour que K soit très voisin de 1 sans besoin de faire agir les barres neutrophages) .
            Lorsque pour réguler la puissance vous devez diminuer la température du milieu où se produisent les fissions vous insérez les barres de contrôles neutrophages entre les crayons actifs d’uranium pour absorber plus de neutrons qui ne créerons donc pas de fissions surnuméraires, plus vous les enfoncerez profondément entre les crayons actifs plus ils capteront de neutrons et plus vite vous saturerez les neutrophages…..
            C’est trop compliqué à comprendre ça ? En deux mots : lorsque les neutrophages sont dehors il ne changent pas d’état, lorsqu’ils sont dedans ils se saturent et plus ils sont enfoncés plus ils se saturent. Conclusion : en mode de base ils n’utilisent pas les barres neutrophages puisqu’elles sont toujours en dehors du flux des neutrons.

          • Mon cher Rochain, vous dites que :
             » lorsque les neutrophages sont dehors il ne changent pas d’état, lorsqu’ils sont dedans ils se saturent et plus ils sont enfoncés plus ils se saturent. »

            Toujours pas compris.

            « Ils ne changent pas d’état »
            Donc ils peuvent changer d’état.
            De quel état à quel état ?

            « plus ils se saturent » Il existe donc une saturation des neurophages, ce qui laisse à penser qu’un phénomène physique de saturation intervient, qui gêne leur action de capture de neutron.
            De quel type d’action physique s’agit-il ?

            Merci..

          • Rochain, je comprends mal,
            je viens de regarder les énergies électriques en France actuellement :
            https://app.electricitymap.org/zone/FR
            J’y vois qu’on a passé toute la journée à 70% de la charge nominale du parc, ce qui me semble normal avec quelques réacteurs non à leur maxi et quelques réacteurs en maintenance.
            Pas une tapée de réacteur à l’arrêt pour de mystérieuses raisons de barres de contrôle.

            Et j’y vois qu’on a fait du suivi de charge avec 11% d’hydraulique et 11% de gaz.

            Mais le point majeur est qu’on a couvert la plus grosse partie par du nucléaire, ce qui fait que ce qui se trouve au dessus de cette base est minimisé.
            Alors qu’avec des sources intermittentes, la partie à couvrir pour garantir la pilotabilité du tout serait infiniment plus grande. Inaccessible sans mettre une grande part de centrale à flamme.
            Ce qui fait que je reviens toujours à mon idéal logique, un max de nucléaire le plus pilotable possible, l’hydraulique et quelques bricoles genre bio en majeur pour mieux piloter, et quelques centrales à flamme pour les pointes, très rarement utilisées.
            Et très peu de non pilotable.

            Infiniment mieux que ce qu’ils veulent faire en Allemagne.

            Je viens aussi de regarder le RU, une caricature :
            – un peu de nucléaire et de bio masse en base,
            – une bonne part en éolien, partant haut, décroissant régulièrement,
            – Et une part en gaz, faible au début, et montant vers 7h du matin comme une bombe, jusqu’à 50% de la consommation.

            Pour moi, typique des systèmes avec une part importante de renouvelable non pilotable.

          • Hervé Guéret 🤣😂 mais c’est normal que vous ne compreniez rien au sujet vous n’avez même pas les bases .. vous n’arrivez même pas à comprendre que pour produire assez il faudrait déjà les installer en France 🤣😂

          • @Gueret :
            « Pas une tapée de réacteur à l’arrêt pour de mystérieuses raisons de barres de contrôle. »
            Hier ils étaient 8 aujourd’hui 4 sont passé en redémarrage (ce qui va durer au moins 2 jours si tout se passe bien) et il sont donc encore 4 dans cette situation où ils ne pourront, comme les 4 en redémarrage, fonctionner qu’en mode de base. Il est temps de passer au seuil bas de l’hiver a au moins 55 GW, c’est mêmes assez tardif car le seuil bas constaté est déjà bien supérieur aux 44 GW d’aujourd’hui.
            Voir GRAVES 1 et 6, Penly 1 et Paluel 3
            Mais je vous explique cela dans un autre message avec une de vos questions a peu près semblable

          • Il est surprenant que ISAMBERT, défenseur des ENR exclusivement, défende le modèle allemand qui se permet de conserver plus d’une centaine de centrales à charbon en plus de son énorme parc de renouvelables (et de gaz). Quand la France manque un peu de courant, il est moins coûteux d’en importer que de conserver un gros parc comme l’Allemagne. C’est enfantin à comprendre mais ISAMBERT n’en a même pas le niveau.

          • Cochelin 🤣😂 🤣 🤣 encore une fois approfondissez sérieusement le sujet : à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/266031960_10228030126483362_3637850176084788288_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=p2ZBOdHpUoMAX83QjYE&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=6348bbacf53fd290cfdbc1bced6af90e&oe=61B7D4D6

          • C’est surtout que l’on comptait sur les 18 GW que nous avons en train de se tourner les pouces au salon et qui refusent de travailler étant en incapacité technique. Résultat, couteux où pas on crame et on importe d’Allemagne les 18 GW qui nous manque, on n’a pas le choix ! Le nucléaire nous a planté, on paie.

          • Cochelin pour une fois vous avez fait une remarque intelligente qui prouve une fois de plus mes écrits sur notre merde polluante de nucléaire très très chère et ça permet en plus de polluer et de produire moins de déchets ultimes en France extrait de votre lien :  » Il faut noter que les échanges français dépendent directement des écarts de prix entre la France et ses voisins. Il est parfois plus favorable économiquement d’importer de l’énergie plutôt que d’activer des moyens de production plus coûteux sur le territoire. … »

          • Rochain qui ne comprend pas que notre parc nucléaire, malgré ses faiblesses, possède un facteur de charge meilleur que les parcs éolien et solaire PPV. Celui-ci ne voit pas non plus l’intense sollicitation du parc thermique fossile allemand venant en aide à son propre parc de renouvelables. Plus de 40 % de thermique fossile dont 30 % de charbon fortement intensifs en polluants de toutes sortes et 10 % de gaz. Autrement plus qu’en France , il me semble.

          • Cochelin qui ne comprend pas que malgré toutes ses théories foireuses de gogos les faits réels sur le terrain que tout le monde peut très facilement vérifier le contredisent continuellement … RE : à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/266031960_10228030126483362_3637850176084788288_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=p2ZBOdHpUoMAX83QjYE&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=6348bbacf53fd290cfdbc1bced6af90e&oe=61B7D4D6

          • Cochelin, cessez de cacher votre ignorance derrière des artifices le nucléaire est vendu en France au naïfs comme un dispositif pilotable (dispatchable est le vrai terme en l’occurrence) pur souligner la non pilotabilité de l’éolien, alors qu’il est à peine mieux lui même en réalité. Les contraintes qui s’impose au nucléaire pour être partiellement pilotables sont si élevées que plus de 95% des réacteurs nucléaires dans le monde ne sont pas équipé pour cela et fonctionnent en mode de base, le seul pour lequel il est rentable et atteint un facteur de charge correspondant au promesses théoriques. Bien que plus de la moitié des réacteurs de notre parc ne soit pas équipé pour être pilotable le facteur de charge moyen du parc est prés de 20 points en dessous de celui du parc américain par exemple. Voilà qui en dit long sur le facteur de charge de ceux que l’on a voulu pilotables. une demi-douzaine d’entre eux sont à l’arrêt technique pour cette raison depuis plusieurs mois, leur facteur de charge individuel serait certainement inférieur à celui d’une éolienne en mer du Nord.
            Pour sauver le nucléaire il faut redescendre à un niveau où il devra pour toutes les unités fonctionner en mode de base, le seul où il est efficace, le reste n’aura été qu’un leurre dont les ingénieurs allemands qui étaient partis eux aussi sur du pilotable se sont aperçus à la fin des années 90 donc bien avant la motivation Fukushima et n’ayant pratiquement pas de ressources hydraulique importante, ils se sont vu condamnés au fossiles pour aussi longtemps que l’on aura de l’uranium accessible. Le premier motif de leur décision est là !

          • M’enfin, Rochain, vous dites que :
            « plus de 95% des réacteurs nucléaires dans le monde ne sont pas équipé pour cela et fonctionnent en mode de base »
            Évidemment, comme leur coût de fonctionnement est indifférent au temps de fonctionnement, on les charge un max.
            Ce n’est qu’en France, puisque l’objectif était de faire 70% en nucléaire, qu’on a tenu compte de cet objectif dans la conception, qu’on leur a donné une certaine capacité au suivi de charge. Assisté principalement par l’hydraulique pour les variations rapide de puissance appelée.

            Vous n’y comprenez vraiment rien, ou vous jouez au
            ???

          • Je n’y comprend vraiment rien?
            Je me suis trompé sur votre compte, vous n’êtes pas un ingénier de 3em zone, vous devez en être à la 6em au moins, en attendant essayer de digérer l’explication que je vous donne gratuitement dans ma grande bonté, pour autant que vous soyez en mesure de la comprendre …. ce que vous appelez ma salade avec mépris.
            j’ai fréquenté beaucoup d’ingénieurs dans ma vie, 80% de mes collaborateurs l’étaient dans mon avant dernier poste, de diverses écoles et plus ou moins futés, mais je n’en n’ai pas eu un seul aussi borné que que vous.

          • Cochelin,
            En fait, je ne sais pas s’il triche ou s’il ne comprend pas le sujet. Bon, je pense que je sais.
            Il applique le vocable de « taux de charge » indistinctement pour l’éolien et le nucléaire.
            Pour l’éolien, qu’EDF a ordre de prendre en priorité, ce taux de charge est le maxi qu’il peur faire. 25% à terre, 35 ou 40 en mer dans les bons sites, il est impossible de donner plus.
            Pour le nucléaire, qui, lui, s’adapte à la charge, le taux intéressant serait le taux de disponibilité.
            Combien aurait-il pu donner si on lui avait demandé de donner son maximum.
            Et comme lorsque l’éolien peut fournir, on demande moins au nucléaire, il est tout à fait normal que le taux de charge baisse.

            Dans ma cave, le taux de charge de ma chaudière sur l’année est désespérément mauvais.
            Peut-être 3% (à Toulon face au soleil)
            Mais ma chaudière est parfaite.
            Taux de disponibilité (celui qui m’intéresse) 99;9% le temps du ramonage.

          • Hervé Guéret 🤣😂 🤣 🤣 toujours les grandes théories foireuses inutiles de gogos alors que l’on s’en fout royalement : ce qui est important c’est la production injectée dans le réseau et que l’on a déjà prouvé que le nucléaire ne fait guère mieux 🤣😂 🤣 🤣 donc, si vous analysez bien les chiffres de production de RTE vous verrez bien que vous êtes de plus en plus ridicules 🤣😂 🤣 🤣

          • Donc, c’est clair, vous ne comprenez pas. Pas grave.

            Nobody is perfect. (Ah, Marilyn !!!)

            Une question, vous ne voulez pas comprendre, ou vous ne pouvez pas comprendre ???

          • Hervé Guéret 🤣😂le vrai troll qui essaie vainement de rejeter ses propres inepties sur les autres 🤣 🤣 allez je vous remet ce qui est important face à tous vos délires de trolls stériles 🤣 🤣 toujours les grandes théories foireuses inutiles de gogos alors que l’on s’en fout royalement : ce qui est important c’est la production injectée dans le réseau et que l’on a déjà prouvé que le nucléaire ne fait guère mieux 🤣😂 🤣 🤣 donc, si vous analysez bien les chiffres de production de RTE vous verrez bien que vous êtes de plus en plus ridicule 🤣😂 Une question, vous ne voulez pas comprendre, ou vous ne pouvez pas comprendre ??? 🤣😂

          • « ce qui est important c’est la production injectée dans le réseau » LOL

            Oui, bien sûr, lorsque les clients la demandent. En pilotable, donc.

            Et vous complétez avec quoi, lorsqu’il n’y a pas de vent ?

          • Hervé Guéret 🤣😂 mais vous connaissiez les bases du sujet et saviez ce que sont les ENR vous le sauriez déjà … 🤣 🤣 donc, si vous analysez bien les chiffres de production de RTE vous verrez bien que vous êtes de plus en plus ridicule 🤣😂

          • Hervé Guéret parce que vous n’avez toujours pas les bases du sujet ? vous ne connaissez même pas les stats de RTE ? vous savez celle ou le gaz et le fossile baisse et donc la pollution , le Co² , les GES, les déchets ultimes grâce aux ENR 🤣😂

          • Montrez moi un exemple intéressant et dites m’en l’intérêt particulier.
            Ce que vous voulez démontrer avec.

            Sinon, me dire que RTE fait des stats et que si je les regardais, je comprendrais que vous avez raison LOL
            C’est un peu vague et léger.

            Mais, moi, j’aime bien les raisonnements.

          • Hervé Guéret 🤣c’est le Français et la phase qu’il faut deja savoir lire et comprendre 😂 je vous la remet : mais vous connaissiez les bases du sujet et saviez ce que sont les ENR vous le sauriez déjà … 🤣 🤣 donc, si vous analysez bien les chiffres de production de RTE vous verrez bien que vous êtes de plus en plus ridicule 🤣😂

  • @Gueret ;
    « Je n’y vois que des réacteurs en fonctionnement ou en maintenance. »
    Je vous conseil une visite chez l’ophtalmo :
    Dans la situation qui impose de ne pouvoir utilisé le réacteur qu’en seul mode de base sans pouvoir le faire participer au dispatching vous avez Graves 1 et Granves 6 à Dunkerque, Penly 1 et Paluel 3, en revanche il semble que les grands froids arrivent et que 4 autres qui sont dans cet état sont en cours de redémarrage et vont fonctionner en mode de base comme ils peuvent effectivement le faire. C’est à dire qu’on va passer du seuil minimum d’été à 43 GW (ce que nous avons actuellement) au seuil bas d’hiver par adjonctions progressives avec 48GW dans un premier temps (sous environ 2 jours si les 4 redémarrages vont jusqu’au bout de la procédure sans incidents), puis plus tard les 4 que je viens de signaler ajouteront environ 5GW supplémentaires dans le seuil bas de l’hiver, ce qui devrait le porter vers 54 /55 GW

    Répondre
  • L’auteur indique : « L’hydrogène est une solution illusoire, vorace en électricité » : il ne considère que l’hydrogène dit « vert » et pas le « bleu » provenant du « gris » (~95 % de la production mondiale, par vaporeformage). Dixit encore : solution « dangereuse (transport et stockage) » : il ne considère pas la production locale. Dixit encore : » pas du tout à l’échelle des besoins de la France » : il ne considère pas que pour un grand nombre de ceux-ci, notamment le chauffage et les transports, les solutions sont d’ores et déjà trouvées par l’hydrogène au lieu de l’électricité. Les affirmations sur le stockage (« contraintes physiques et technologiques », « pari criminel pour notre avenir. ») traduisent une certaine méconnaissance de la question, et de son évolution.

    Répondre
    • Il dénigre tout simplement ce qui permet au 100% renouvelable d’aparaitre car il ne croit qu’au nucléaire sans considerer comme sérieux le fait que la Terre n’est pas inépuisable. Ce n’est qu’un nucléophile irréductible aux convictions religieuses.

      Répondre
  • Attia, pour savoir si le 100 % renouvelable est posiible, il ne s’agit ni de la competance de Guéret ou de la mienne ou de celle d’Isambett, ni surtout de la votre, mais de celle des équipes de spécialistes de l’économie énergétique qui ont publiées plusieurs études basées sur les observations enregistrées durant 20 ans par tous les services météo de la p’aneye et pour ce qui ‘ous concerne par celles de météo France mises en parallèles avec les moyens technologiques déjà disponibles et maîtrises aujourd’ hui qui concluent unanimement à la faisabilité.
    Et vous ne faites que contester leurs conclusion du haut de vos ignorance conjuguées
    C’est tout ce que j’essaie de vous faire comprendre, mais vos engagements religieux vous empêchent d’admettre que ces gens ont plus de compétences que vous tous reunis

    Répondre
    • Rochain, vous qui connaissez tous les documents sur le sujet, vous connaissez certainement ce document du Commissariat au plan :
      https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/contenu/piece-jointe/2021/04/electricite_le_devoir_de_lucidite.pdf
      qui dit en particulier la chose suivante :

      Augmentation massive de la consommation d’un côté, diminution
      massive de nos capacités de production de l’autre, le simple
      rapprochement de ces deux orientations montre qu’il existe un
      gouffre entre l’évolution annoncée de notre consommation
      électrique et celle de notre production.
      Il est inéluctable que nous allons droit à des difficultés
      considérables et même à une impasse, nous empêchant
      techniquement de remplir en même temps les objectifs que nous
      prétendons solennellement avoir fixés !
      Certes un certain nombre d’études, examinant sous l’angle
      purement théorique des scénarios-limite, laissent croire que ces
      deux évolutions peuvent être conciliées.
      Fin janvier 2021, RTE (Réseau de transport d’électricité) et l’AIE
      (Agence internationale de l’énergie) ont ainsi exposé qu’un tel
      scénario serait envisageable si quatre conditions techniques, pour
      lesquelles nous n’avons pas aujourd’hui de solutions scientifiques et
      technologiques à l’échelle industrielle, se trouvaient impérativement
      remplies, et de surcroît cumulativement :
      1. Le développement soutenu de flexibilités pour pallier la
      variabilité de l’électricité d’origine éolienne et solaire due aux
      aléas climatiques pour l’éolien et d’éclairement solaire pour le
      photovoltaïque (stockage, interconnexions des réseaux, reports
      de consommation, etc.) ;
      2. L’essor de technologies permettant la stabilité de la fréquence
      du réseau : cette stabilité est assurée aujourd’hui par la
      régularité de la rotation des machines tournantes dans les
      centrales électronucléaires, thermiques ou hydrauliques mais
      n’est pas garantie en cas de déploiement massif d’éoliennes et
      de panneaux solaires ;
      3. L’accroissement des capacités pilotables et activables à brève
      échéance (centrales à gaz, par exemple), appoint nécessaire
      lors de périodes peu ventées ou sans soleil ;
      4. L’extension considérable des réseaux de transport et de
      distribution d’électricité.
      De ces quatre conditions, une seule, la troisième, apparaît
      techniquement réalisable, mais elle exige la construction de
      nouvelles centrales thermiques, par hypothèse à gaz, en nombre
      suffisant, pour tenir lieu de tampons (« buffers »), afin de compenser
      l’intermittence des énergies renouvelables.
      Mais la construction et l’usage de ces centrales à gaz entraîneraient
      inéluctablement de nouvelles émissions de gaz à effet de serre, ce
      qui est exactement le contraire de l’objectif de réduction poursuivi.

      C’est à dire exactement le contraire de vos affirmations.

      Normal, quoi.

      Répondre
      • Hervé Gueret toujours en train de troller stérilement car l’électricité n’est qu’une petite partie du problème on parle énergie et la la France est très mal placée ..

        Répondre
      • Oui je connais et la réponse est :
        7 recours judiciaires contre le parc de St Brieuc… À titre d’exemple, doublement des distances d’interdiction de construire des éoliennes dans le périmètre des aéroports militaires et des stations radar de l’armée par simple décret de la ministre des armées anti renouvelable et supporter inconditionnelle du nucléaire… Et le reste à l’avenant.

        ATTENTION ATTENTION AVEC LES RENOUVELABLES ON VA DROIT AU BLACK OUT mais surtout il faut les empêcher de prospérer c’est le plus important

        Répondre
        • Rochain dans sa splendeur, il répond à côté du sujet pour détourner l’attention LOL

          On parle de :
          1. Le développement soutenu de flexibilités pour pallier la
          variabilité de l’électricité d’origine éolienne et solaire due aux
          aléas climatiques pour l’éolien et d’éclairement solaire pour le
          photovoltaïque (stockage, interconnexions des réseaux, reports
          de consommation, etc.) ;
          2. L’essor de technologies permettant la stabilité de la fréquence
          du réseau : cette stabilité est assurée aujourd’hui par la
          régularité de la rotation des machines tournantes dans les
          centrales électronucléaires, thermiques ou hydrauliques mais
          n’est pas garantie en cas de déploiement massif d’éoliennes et
          de panneaux solaires ;
          3. L’accroissement des capacités pilotables et activables à brève
          échéance (centrales à gaz, par exemple), appoint nécessaire
          lors de périodes peu ventées ou sans soleil ;
          4. L’extension considérable des réseaux de transport et de
          distribution d’électricité.
          De ces quatre conditions, une seule, la troisième, apparaît
          techniquement réalisable, mais elle exige la construction de
          nouvelles centrales thermiques, par hypothèse à gaz, en nombre
          suffisant, pour tenir lieu de tampons (« buffers »), afin de compenser
          l’intermittence des énergies renouvelables.

          Répondre
          • Hervé Guéret dans toute sa splendeur et son négationnisme … allez encore une fois de plus la réalité du terrain que vous vous obstinez à nier stupidement alors que ça se met déjà en place sur le terrain .. sortez vous enfin des vieux canulars périmés pour gogos et vérifiez les faits réels du terrain: l’éolien et le solaire sont bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades car elles nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

          • Isambert, vous dites que :
            « ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire »

            Vous avez parfaitement raison, mises dans des pays bourrés de centrales à charbon, c’est génial. Un gain certain.
            Mises dans des pays déjà à un bon niveau comme l’Espagne, elles nécessitent de mettre en parallèle des centrales à gaz.
            Mises en France, il y a mieux à faire : continuer à 70% de nucléaire.

          • Oui on parle de…..
            Mais en France on met en œuvre tout ce qui est possible pour freiner le développement en espérant être obligé de relancer le nucléaire.
            C’est en plein le sujet au contraire

      • Merci M. Guéret pour le document du Haut Commissariat au Plan.
        Il est clair, l’article de M. Gil s’y inscrit parfaitement.

        Serait-il possible que le Ministère de la Transition Écologique prenne connaissance de tels documents officiels ?

        Quant au minuscule Rochain, qui pleurait après des documents d’Économistes Énergéticiens, n’a-t-il plus rien à dire ?!
        Pourquoi n’a-t-il jamais sorti ce document de sa besace, lui qui prétend le connaitre ?

        P.S. : Isambert, si vous pouviez nous épargner la bordée d’invectives habituelles…

        Répondre
        • parce que je sors des preuves de quelquechose, comme le nombre des éoliennes et les répartitions sur la territoire pas exemple, comme aussi le nombre de réacteurs à l’arret avec la raison de leur arret, la production par source et les besoin , la vitesse du vent dans chaque région de France jour par jour, ….. je n’exhibe pas des documents qui rapporte ce qu’une assemblée ou une autre a décider lors d’une table ronde ce qui n’est que le concentré de leur opinion.
          Voilà pourquoi Attia ! Nous ne parlon spas de la même chose !
          Il y a des faits avec les chiffres qui les quantifient d’un coté et les palabres qui seront différentes demain selon le sens du vent ….. de l’autre.

          Répondre
          • Mais le document cité par M.Guéret est plein de preuves, comme vous dites, avec quelques nombres tout à fait simples et vérifiables, qui parlent de la réalité. Ce document ( vous pouvez aussi lire les derniers rapport et avis de l’Académie des sciences sur l’électronucléaire) n’est pas le produit de l’obscurantisme de quelque diafoirus, ni l’expression de la soif d’argent de ceux qui s’enrichissent en dormant.
            100% de renouvelables, c’est une ineptie. C’est grave quand un gouvernement promeut une ineptie.
            Nous ne parlons pas de la même chose effectivement.
            Avez-vous seulement idée des énormes intérêts privés dont vous défendez les couleurs, minuscule Rochain ? sans que personne ne vous ait rien demandé…

          • Merci Attia, vous êtes bien gentil mais cessez de me parler d’un rapport de l’Académie des sciences qui n’existe pas, pas plus que vos preuves .
            Mes preuves je les trouve dans les documeents officiels qui eux mesurent de vraies grandeurs physique dont j’ai cité la liste dan,s le message précédent. inutile de perdre votre temps et surtout le mien. Faites ce que vous voulez du votre

          • C’est l’opinion de Bréchet. Que l’opinion de Bréchet, en fait simplement sa conviction puisque ce en quoi il croit n’existe pas et l’expérience du passé ne milite pas en sa faveur.
            Quand je joue à pile ou face je ne parie pas que la pièce retombera sur la tranche.

          • Grand merci M. Guéret pour cet article de M. Yves Brechet, académicien, dans la revue « Progressistes ».
            Il n’était pas nécessaire de m’en réserver la lecture, même si j’y suis sensible, tant Rochain et Isambert ne lisent pas ce qui va à l’encontre de leurs phantasmes.
            Au fait, Isambert, votre dernier lien ne fonctionne pas. Quant aux autres, ils nous renvoient pratiquement tous à « Révolution énergétique » ou à « Euractiv » ; vous n’avez pas d’autres lectures ?
            Nous avons, en France même, nos propres Talibans. Conséquence directe de la « loi du marché ». Les acquis collectifs, en particulier ceux gagnés dans l’après guerre, sont tous remis en cause : hôpital public, école publique, recherche publique, nationalisations des secteurs de l’énergie, des transports…. Et il y en a pour s’extasier !

          • Attia jean-jacques toujours les veilles théories foireuses pour gogos qui sont contredites par la réalité du terrain que vous refusez d’accepter … mais de se ridiculiser constamment en public en niant ce qui se fait en réel sur le terrain ça ne la changera pas …pour le lien c’est toujours la même synthèse des résultats de laboratoire qui servent à faire condamner de plus en plus souvent EDF par les tribunaux et c’est bien de notre santé qu’il s’agit https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/268185987_10228091131248443_7733168040485312250_n.jpg?_nc_cat=107&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=h5ymm78qj9cAX9Qcuep&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-CCpP9q8W1rKjsKm9Mpqe7Qp38_L1COHwqs3IJOdrwDw&oe=61C668D4

          • Détrompez vous Attia je lis aussi les articles d’opinion, mais je les tiens pour ce qu’ils sont, des opinions.
            Et la mienne ne se fait pas sur la foi de celles des autres. Mon opinion s’est forgée sur des informations sans aucune sensibilité mais sur le quantitatifs que l’on peut lire sur des documents issus de statistiques, ou de mesures, lesquels sont pour la plupart accessibles à tous mais que les gens comme vous veulent ignorer, sans doute que colporter une opinion est plus facile que de chercher l’information pertinente la ou elle se trouve.

          • Attia jean-jacques comme tous les autres trolls vosu blablatez strérilement sans jamais toucher du doigt la réalité du terrain : justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265840499_10228032232976023_1506064702052882174_n.jpg?_nc_cat=106&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=dSRrAcmiBGcAX-B9K-d&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-zUID4SFS6UT9NGMmPtD26JGikpqXpS_CgkZkxc5vf3Q&oe=61BA5836

          • M’enfin, Isamber, vous dites que :

            « RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers »

            Certains dans le me monde diminuent leurs émissions de CO2 en passant du charbon au « gaz plus éolien et solaire ».
            Très bien.
            Mais en France, championne du bas CO2, vous proposez d’augmenter le CO2 en passant du nucléaire au « gaz plus éolien et solaire ».
            Vous trouvez que c’est un progrès ???

          • Hervé Guéret il faudrait maintenant apprendre au moins les bases du sujet et cesser de vous ridiculiser constamment dans tous les posts .. apprenez ce qu’est l’énergie et postez nous les chiffres de l’énergie en France pour au moins avoir les bases élémentaires .. et vous éludez constamment la partie principale de la phrase le début et la suite : justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement … RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. et vous n’avez toujours pas expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265840499_10228032232976023_1506064702052882174_n.jpg?_nc_cat=106&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=dSRrAcmiBGcAX-B9K-d&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-zUID4SFS6UT9NGMmPtD26JGikpqXpS_CgkZkxc5vf3Q&oe=61BA5836

          • Hervé Guéret
            Bla bla bla habituel,
            ça vous évite de réfléchir et surtout de répondre aux vrais questions de fonds

  • Trois mythes sur les énergies renouvelables et le réseau électrique, démystifiés

    Comme les énergies éolienne et solaire sont devenues nettement moins chères et que leur part dans la production d’électricité augmente, les sceptiques de ces technologies (et certains lobbies) propagent plusieurs mythes sur les énergies renouvelables et le réseau électrique. Ces mythes se résument à ceci : S’appuyer sur les sources d’énergie renouvelables rendra l’approvisionnement en électricité peu fiable.

    Mais l’expansion des énergies renouvelables et les nouvelles méthodes de gestion et de stockage de l’énergie peuvent conduire à un réseau fiable

    L’été dernier, certains commentateurs ont affirmé que les pannes d’électricité en Californie étaient dues à l' »intermittence » des sources d’énergie renouvelables, alors qu’en réalité les principales causes étaient la combinaison d’une vague de chaleur extrême probablement induite par le changement climatique, d’une planification défectueuse et de l’absence de sources de production flexibles et de stockage d’électricité suffisant. Au cours d’une vague de froid brutale au Texas l’hiver dernier, le gouverneur Greg Abbott a accusé à tort l’énergie éolienne et solaire d’être à l’origine de la panne massive du réseau de l’État, qui a été beaucoup plus importante que celle de la Californie. En fait, les énergies renouvelables ont dépassé les prévisions de l’opérateur du réseau pendant 90 % de la panne et, pour le reste, elles ont été inférieures d’un quinzième au maximum à celles des centrales à gaz. En revanche, d’autres causes – telles que des centrales électriques mal isolées et des arrêts de production de gaz naturel en raison du gel des équipements – ont été à l’origine de la plupart des pénuries d’électricité de l’État.

    En Europe, la cible habituelle est l’Allemagne, notamment en raison de ses politiques d’Energiewende (transformation de l’énergie), qui consistent à abandonner les combustibles fossiles et l’énergie nucléaire au profit d’une utilisation efficace et des énergies renouvelables. Le gouvernement allemand nouvellement élu prévoit d’accélérer la première et de compléter la seconde, mais certains critiques ont averti que l’Allemagne se heurte « aux limites des énergies renouvelables ».

    En réalité, il est tout à fait possible de maintenir un système électrique fiable basé sur des sources d’énergie renouvelables et sur une combinaison d’autres moyens, notamment des méthodes améliorées de gestion et de stockage de l’énergie. Il est essentiel de mieux comprendre comment gérer de manière fiable l’approvisionnement en électricité, car les menaces climatiques exigent une transition rapide vers des sources renouvelables comme l’énergie solaire et éolienne. Cette transition a été accélérée par la chute des coûts.

    Bloomberg New Energy Finance estime que l’énergie solaire et éolienne est la source la moins chère pour 91 % de l’électricité mondiale – mais elle est freinée par la désinformation et les mythes.

    Mythe n° 1 : un réseau qui repose de plus en plus sur les énergies renouvelables est un réseau peu fiable.

    Il est intéressant d’examiner les statistiques relatives à la fiabilité des réseaux dans les pays où les énergies renouvelables sont nombreuses. L’indicateur le plus souvent utilisé pour décrire la fiabilité du réseau est la durée moyenne des coupures de courant subies par chaque client au cours d’une année, une mesure connue sous le nom de « System Average Interruption Duration Index » (SAIDI).

    Sur la base de cette mesure, l’Allemagne – où les énergies renouvelables fournissent près de la moitié de l’électricité du pays – peut se targuer d’avoir un réseau qui est l’un des plus fiables d’Europe et du monde. En 2020, le SAIDI n’était que de 0,25 heure en Allemagne. Seuls le Liechtenstein (0,08 heure), la Finlande et la Suisse (0,2 heure) ont fait mieux en Europe, où la production d’électricité en 2020 était constituée à 38 % d’énergies renouvelables (en avance sur les 29 % du monde).

    Des pays comme la France (0,35 heure) et la Suède (0,61 heure), tous deux bien plus dépendants de l’énergie nucléaire, ont fait moins bien, pour diverses raisons.

    Les États-Unis, où les énergies renouvelables et l’énergie nucléaire fournissent chacune environ 20 % de l’électricité, ont connu un taux de panne cinq fois supérieur à celui de l’Allemagne, soit 1,28 heure en 2020. Depuis 2006, la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité de l’Allemagne a presque quadruplé, tandis que son taux de panne a été presque divisé par deux. De même, le réseau du Texas est devenu plus stable à mesure que sa capacité éolienne a sextuplé entre 2007 et 2020. Aujourd’hui, le Texas produit plus d’énergie éolienne – environ un cinquième de son électricité totale – que tout autre État des États-Unis.

    Mythe n° 2 : les pays comme l’Allemagne doivent continuer à compter sur les combustibles fossiles pour stabiliser le réseau et soutenir l’énergie éolienne et solaire variable.

    Là encore, les données officielles disent le contraire. Entre 2010 – année précédant l’accident nucléaire de Fukushima au Japon – et 2020, la production allemande à partir de combustibles fossiles a diminué de 130,9 térawattheures et la production nucléaire de 76,3 térawattheures. Ces baisses ont été plus que compensées par l’augmentation de la production des énergies renouvelables (149,5 térawattheures) et par les économies d’énergie qui ont permis de réduire la consommation de 38 térawattheures en 2019, avant que la pandémie ne réduise également l’activité économique : en 2020, les émissions de gaz à effet de serre de l’Allemagne avaient diminué de 42,3 % par rapport à leurs niveaux de 1990, dépassant ainsi l’objectif de 40 % fixé en 2007. Les émissions de dioxyde de carbone provenant du seul secteur de l’électricité sont passées de 315 millions de tonnes en 2010 à 185 millions de tonnes en 2020.

    Ainsi, alors que le pourcentage d’électricité produite par des sources d’énergie renouvelables en Allemagne n’a cessé d’augmenter, la fiabilité de son réseau s’est améliorée et sa consommation de charbon et ses émissions de gaz à effet de serre ont considérablement diminué.

    Au Japon, à la suite de la fusion de plusieurs réacteurs à Fukushima, plus de 40 réacteurs nucléaires ont été fermés de manière permanente ou indéfinie sans que la production à partir de combustibles fossiles ou les émissions de gaz à effet de serre n’augmentent de manière significative ; les économies d’électricité et les énergies renouvelables ont compensé la quasi-totalité des pertes, malgré les politiques qui ont supprimé les énergies renouvelables.

    Mythe n° 3 : comme l’énergie solaire et l’énergie éolienne ne peuvent être produites que lorsque le soleil brille ou que le vent souffle, elles ne peuvent constituer la base d’un réseau qui doit fournir de l’électricité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, toute l’année.

    Si la production variable constitue un défi, elle n’est ni nouvelle ni particulièrement difficile à gérer. Aucun type de centrale électrique ne fonctionne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an, et l’exploitation d’un réseau implique toujours de gérer la variabilité de la demande à tout moment. Même en l’absence d’énergie solaire et éolienne (qui ont tendance à fonctionner de manière fiable à des moments et des saisons différents, rendant les pénuries moins probables), toute fourniture d’électricité varie.

    Les variations saisonnières de la disponibilité de l’eau et, de plus en plus, la sécheresse réduisent la production d’électricité des barrages hydroélectriques. Les centrales nucléaires doivent être arrêtées pour être ravitaillées ou faire l’objet d’une maintenance. Les grandes centrales fossiles et nucléaires sont généralement hors service de 7 à 12 % du temps, voire beaucoup plus. L’approvisionnement en combustible d’une centrale au charbon peut être interrompu par le déraillement d’un train ou la défaillance d’un pont. Une centrale ou un parc nucléaire peut devoir être arrêté inopinément pour des raisons de sécurité, comme ce fut le cas pour la plus grande centrale du Japon entre 2007 et 2009.

    Chaque centrale nucléaire française a été, en moyenne, arrêtée pendant 96,2 jours en 2019 pour cause d' »indisponibilité programmée » ou « forcée ». Ce chiffre est passé à 115,5 jours en 2020, lorsque les centrales nucléaires françaises ont produit moins de 65 % de l’électricité qu’elles auraient théoriquement pu produire. En comparant les performances attendues aux performances réelles, on pourrait même dire que l’énergie nucléaire a été la source d’électricité la plus intermittente de France en 2020.

    Des facteurs liés au climat et aux conditions météorologiques ont provoqué de multiples interruptions des centrales nucléaires, qui sont devenues sept fois plus fréquentes au cours de la dernière décennie. Même une production nucléaire normalement stable peut connaître des défaillances soudaines et durables, comme au Japon après la catastrophe de Fukushima, ou dans le nord-est des États-Unis aprè