Plus de climatisation, plus de canicules

Alors que la canicule s’installe en France et que beaucoup achètent ventilateurs et climatiseurs, il est bon de rappeler que ce système de refroidissement de l’air intérieur représente une menace pour l’environnement.

En effet, dans un rapport intitulé « l’avenir du refroidissement », l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dresse le portrait d’une révolution pour certains et d’un danger pour le climat. Et si, en luttant contre la canicule actuelle, nous en entraînions de nouvelles ?

Toujours plus de climatisation dans le monde

D’après l’AIE, la climatisation représente 10 % de la consommation électrique mondiale soit un 1 / 5 de la facture d’électricité de tous les bâtiments du monde.

Les projections réalisées par l’agence indiquent que l’utilisation croissante de la climatisation à titre professionnel et personnel explique en grande partie la croissance de la demande d’électricité prévue sur les 30 années à venir.

En effet, on pourrait passer de 1,6 milliard de systèmes de climatisation installés aujourd’hui à 5,6 milliards en 2050. Concrètement, il s’agirait de 10 nouveaux climatiseurs vendus chaque seconde et ce pendant trois décennies.

Dans les 10 années à venir, 2,4 milliards de climatiseurs devraient être vendus selon l’Agence.

Enfin, le marché de la climatisation est loin d’être saturé. En effet, sur les 2,8 milliards d’humains localisés dans les régions les plus chaudes, seulement 8 % utilisent actuellement l’air conditionné, contre 90 % aux Etats-Unis et au Japon.

Pour répondre à cette demande, il faudrait construire de nouveaux sites de production avec un coût estimé à plus de 3 200 milliards de dollars et un impact sur le climat considérable.

Un danger pour l’environnement

Cette demande pour la climatisation qui ne fait qu’augmenter provoquera une hausse de 50 % des émissions de CO2 à 2050.

En effet, la climatisation est pollueuse puisqu’elle rejette des fluides frigorigènes, un puissant gaz à effet de serre.

De plus, elle est calorifique et contribue donc à la « surchauffe urbaine », en augmentant de 1 à 1,5 °C la température en ville, une différence avec la campagne qui peut atteindre les 8 °C en cas de canicule.

Or les émissions de gaz à effet de serre contribuent au dérèglement climatique. Si la demande continue de croître à cette vitesse, le dérèglement climatique pourrait s’accentuer et les périodes de canicule se multiplier.

En effet, le dérèglement climatique explique ces périodes de forte chaleur qui était auparavant très rares mais qui pourraient devenir de plus en plus fréquentes. Si aucune mesure n’est prise pour limiter le réchauffement climatique, nous pourrions connaître des températures de 50 °C, voire 55 °C d’ici la fin du siècle.

Que faire pour éviter ça ?

Pour éviter une telle situation, l’AIE préconise la mise en place de normes d’efficacité énergétique plus contraignantes puisque les systèmes de climatisations vendus au Japon et dans l’Union Européenne sont 25 % plus efficaces que ceux utilisés aux Etats-Unis et en Chine.

De plus, ces normes pourraient permettre de réduire de 45 % la demande d’électricité prévue en 2050. Imposer un niveau de performance minimum aux climatiseurs serait donc une solution efficace puisque cette mesure permettrait d’économiser l’équivalent de la production d’électricité de toutes les centrales à charbon d’Inde et de Chine.

Des solutions alternatives à la climatisation

En période de canicule, la climatisation, très énergivore, ne représente pas la seule solution.

En effet, il est possible de rester au frais grâce à des gestes simples. S’adapter aux conditions météorologiques représente certes un engagement au quotidien mais, après tout, n’est-ce pas mieux qu’une canicule à temps plein ?

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Très bon article.

    Mais il faut préciser que pour les fluides frigorigènes réchauffants climatiques on a les solutions mais çà peut malheureusement mettre quelques dizaines d’années avant de se répandre et de remplacer tous les climatiseurs du monde entier.

    Toujours le grand oublié c’est celui du solaire thermique (et de la chaleur) qui fait aussi du froid (sorption) :

    – qui peut prendre différentes formes (du capteur plan au solaire CSP en passant par le tubulaire, l’hybride etc)

    – qui concerne tous les bâtiments comme les réseaux de chaleur (“solar district heating” pour lesquels les danois en particulier sont avancés malgré un moindre ensoleillement qu’en France) et la chaleur comme le froid çà se stocke durablement bien sans coûts excessifs surtout quand c’est prévu à temps

    – qui consomme très peu d’énergie (parfois même pas du tout par les simples changements de phase) et a donc des coefficients de performance parfois de plus de 80, à comparer au maigres Cop des pompes à chaleur souvent au mieux de 5 à 6 théoriques et en réalité de 3 voire moins en pratique faute d’installations ou d’entretien adéquats

    – qui est bien plus durable que les pompes à chaleur (durée de vie plus du double et facilement étendue bien au delà par des remplacements très partiels)

    – qui n’émet pas de bruit

    – et qui produit d’autant mieux du froid qu’il fait chaud (système à sorption)

    Helioclim en France fait par exemple très bien du chaud, du froid, du stockage et de la vapeur avec du solaire CSP pour les gros consommateurs (bâtiments, hôpitaux, réseaux de chaleur, industrie etc):

    http://www.helioclim.fr/technologies/

    .

    Répondre
  • Avatar

    Parmi les sujets sur lesquels le silence français surprend le plus, on doit bien entendu relever le besoin de rafraichissement dans le résidentiel et le tertiaire ! Est-ce parce que le seul discours politiquement correct est “il est impératif d’économiser l’énergie à tout prix”, le climatiseur individuel devenant un dispositif très acheté mais quasi honteux? Pourtant, le besoin est de plus en plus évident ! Différents pays recourent à des technologies inclusives comme les puits canadiens, les planchers et parois chauffants/ rafraichissants, les pompes à chaleur géothermiques réversibles, les capteurs intégrés aux fondations, etc, etc…
    Je recommande la Suisse, c’est en français et moins exotique que la Suède… https://geothermie-schweiz.ch/?lang=fr
    Alors, comment devenir rationnels ?

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective