Climat : “mieux nommer les choses, c’est diminuer le malheur du monde”

Albert Camus aurait-il accepté qu’on reformule positivement sa célèbre phrase ?

Le « Guardian » a répondu à la question en changeant sa charte lexicographique s’agissant des atteintes au climat et à la vie sur la planète.

Les nouveaux vocables abandonneront une désignation usuelle et banalisée pour une sensibilisation offensive. Aggiornamento face aux périls qui montent et surtout incitation à agir.

Les mots clés en première ligne

En annonçant spécifiquement cette mue, sans attendre qu’on la constate, Le Guardian, qui souvent « donne le ton », devrait faire des émules et les qualificatifs correspondants se durcir un peu partout, parallèlement aux menaces qu’on veut pointer.

L’expression française en la matière ne devrait pas faire bande à part même si elle utilisait déjà, à dessein et à raison, des termes alarmistes.

Jacques Chirac à Johannesburg en 2002 ne disait-il pas, dans le ton d’aujourd’hui, que notre maison brûlait et que nous regardions ailleurs, une déclaration puissante et prémonitoire restée longtemps sans effet.

Mais les temps ont bien changé et muscler le vocable en espérant muscler l’action reste un objectif hautement louable, à condition de ne pas se tromper d’action.

Il s’agit de dépasser les symboles pour se préoccuper d’efficacité, la vraie, même si avec la meilleure volonté du monde, nous ne pourrons que tenter de transformer le pire qui se profile en moins pire, un challenge déjà incroyablement exigeant.

Du verbe aux actes

Certes les petits ruisseaux sont réputés faire de grandes rivières, mais puisque qu’on appelle désormais les choses par leurs noms, il est grand temps de mettre en regard l’urgence et l’efficacité et donc de changer d’échelles (temps et moyens).

Deux principes évidents s’imposent alors : réduire quand on le peut (et pas tant qu’on le peut) l’utilisation des sources carbonées qu’on ne sait pas encore remplacer et quand c’est possible, remplacer à marche forcée les sources carbonées par d’autres ne l’étant pas, ou moins.

Ce cahier des charges à l’énoncé simplissime est en réalité redoutable, une raison de plus pour ne jamais l’oublier, d’autant que la ressource forcément limitée impose des choix et en la matière, choisir ne signifie pas renoncer mais plutôt élire les leviers les plus efficaces.

L’isolation des bâtiments

Ainsi, on peut agir de deux manières sur les consommations du bâti, domestique et industriel.

D’abord en améliorant significativement l’isolation, c’est un chantier énorme qui débute à peine et qui nécessitera une aide puissante de l’Etat, tant les dépenses à engager dépassent les possibilités d’acteurs qu’il faut motiver, la diminution escomptée des consommations ne produisant ses effets qu’au fil du temps.

Plusieurs schémas d’aides existent déjà, mais l’approche est complexe et il faudrait vraiment changer d’échelle.

Ensuite en reconsidérant les modes de chauffage c’est-à-dire en privilégiant, chaque fois que c’est possible, la pompe à chaleur qui ne présente (hors le coût élevé de l’installation) que des avantages puisque ne consommant qu’une faible quantité d’électricité décarbonée.

Or, les campagnes de dénigrement du chauffage électrique efficacement appuyées par des RT (réglementations thermiques), via des considérants ubuesques, éliminent pratiquement l’usage de l’électricité dans les logements neufs, privilégiant ainsi un chauffage au gaz déjà largement dominant.

Est-il utile, à cet égard, de rappeler que le gaz consommé en France est totalement importé, ce qui implique outre la sortie de devises, des aléas potentiels sur les prix et la disponibilité et que sa combustion émet massivement du gaz carbonique.

Pour mémoire : CH4 + 202=> 2H2O + CO2 !

A quand cette profonde remise à plat que le bon sens appelle si fort, mais dont l’écho se heurte à une désinformation massive, l’expression  « gaz naturel » étant un sésame magique, de plus, n’existe-t-il pas du biogaz, décidément, ce produit est vraiment magique !

Un paradoxe dans un pays où on vante la (bonne) électricité renouvelable, destinée à diminuer la part du (vil) courant nucléaire, mouvement qui devrait provoquer l’engouement des foules vers toutes les applications électriques devenues symboles d’une modernité verte.

Les transports

Sur les mobilités (personnes et fret), incontestablement l’autre gros chantier à ouvrir, il est clair que la voiture électrique fait sens en France où l’électricité est très largement décarbonée, mais on comprend bien que son utilisation ne peut être universelle et que les efforts pour diminuer les consommations des véhicules thermiques restent essentiels.

Pourtant, il ne semble pas politiquement correct de lancer des programmes d’envergure sur ce sujet honni, surtout s’agissant des moteurs diesels, dont pourtant tous les camions et utilitaires resteront équipés pour longtemps.

A cette objection, on répond « hydrogène » vecteur qui possède certes des usages spécifiques mais qu’on peut difficilement envisager comme panacée universelle.

Il faudrait d’abord résoudre l’épineuse question des modalités d’utilisation (distribution, véhicules adaptés) et ensuite produire cet hydrogène sans émission de CO2, c’est-à-dire l’électrolyse de l’eau par du courant décarboné et non par cracking de molécules d’hydrocarbures, processus générateur de CO2.

Dans les deux cas, les rendements énergétiques mesurés sur l’ensemble de la chaîne sont faibles, ce facteur étant intrinsèquement limitatif, mais la publicité faite autour de cette énergie propre (sa combustion ne génère que de la vapeur d’eau) occulte l’amont du processus et trompe l’opinion.

Pour le transport de passagers, le « flop » des bus Macron éclate au regard de la fréquentation des TGV qui bat chaque année des records, mais qu’on continue néanmoins à dénigrer en se trompant de problème : il n’y a pas trop de TGV en France, il n’y a pas assez d’autres services ferroviaires de qualité.

On se berce également d’illusions (le trait pourrait être plus incisif !) en envisageant l’électrification des autoroutes au bénéfice des camions, alors que parallèlement le réseau ferré qui bénéficie de la traction électrique est largement sous utilisé.

Désormais, le fret ferroviaire représente en France moins de 10% des quantités transportées, cantonné à quelques niches (hydrocarbures, pondéreux,…), certes l’intermodal (les containers) émerge peu à peu, mais le transport de remorques ou de camions entiers stagne, malgré des techniques devenues performantes.

L’énergie

A moyens donnés, dont on a vu les domaines où ils devraient s’investir en priorité, le développement de l’électricité renouvelable (hors hydroélectricité) ne fait pas sens quand elle se substitue au nucléaire, une source totalement décarbonée, ce qui est le cas en France mais aussi en Allemagne, pays où encore récemment le nucléaire assurait plus de 30% de la production d’électricité, en convergence vers 0% en 2022, c’est-à-dire demain.

Alors qu’on souhaite partout des sources électriques aussi décarbonées que possible, la production d’électricité sur la planète, assurée majoritairement par des centrales au charbon, étant une des sources principale de production de CO2 et autres GES, en France, dotée d’un important parc nucléaire, on s’ingénie à en planifier le déclin, forçant la main à une technologie qui s’est, comme attendu, montrée robuste à l’usage et qui conserve un fort potentiel.

Sous couvert d’un rééquilibrage du mix, ce sont en réalité des considérations idéologiques qui prévalent, avec en prime politique les voix vertes.

Au mieux et c’est le message actuellement répété à l’envi, le nucléaire, dont on comprend chaque jour davantage qu’il sera difficile de s’en passer pour tenir des engagements (COP 21 et autres..) ne serait qu’une solution de transition avant d’atteindre ce « point oméga » qu’est le tout renouvelable en matière d’énergie et qui demeurera une vraie chimère.

Alors que des efforts gigantesques sont à faire pour diminuer les émissions, pour n’espérer obtenir que des gains modestes, faut-il vraiment s’acharner à réduire un nucléaire « qui fait le job » en présentant les flottes éoliennes et solaires comme le substitut qu’elles ne peuvent être compte tenu de leur intermittence aléatoire et de l’absence durable de stockage.

En réalité, dès qu’on commencera à réduire le nombre d’unités nucléaires en service (ce que prévoit la PPE) il faudra d’abord recourir à des importations plus massives d’électricité, puis rapidement accroitre la taille du parc de nos centrales à gaz, qui seules seront le vrai palliatif, avec les inconvénients développés plus haut, à plus grande échelle encore.

Les allemands se permettent la réduction du nucléaire en s’appuyant sans vergogne sur un parc charbon (de plus en plus importé)-et lignite (extraite localement) et sur le gaz. Les gigantesques flottes éoliennes et solaires qu’ils ont constituées, produisant suivant l’air et le soleil du temps, indépendamment des besoins du réseau nécessitent en effet ce back-up, palliatif mal nommé puisqu’il assure encore les deux tiers de la production.

Le résultat en matière de rejets est conforme à cette situation, avec une stagnation quasi décennale à un niveau très élevé, faisant de l’Allemagne pourtant toujours vue comme pionnière en matière d’environnement, l’un des mauvais élèves des pays de l’OCDE s’agissant des rejets de GES. Mais, mieux que la Lorelei, les sirènes continuent de chanter, gardons nous donc de suivre ce contre exemple, comme le fait pourtant notre PPE.

Des chiffres clés pour juger in fine

Ces chiffres, encore faut-il les regarder ! Une efficacité se juge aux résultats, en suivant les variables qui comptent, ici pour l’essentiel les rejets de GES, seul indicateur fiable pour évaluer les résultats et faire des inter-comparaisons.

Mais généralement ce sont d’autres variables plus seyantes qui tiennent la corde médiatique. Certes on continue à fixer des objectifs européens très ambitieux avec même une surenchère nationale en termes de limitation des rejets, mais les chiffres du quotidien concernent surtout la proportion des productions, voire des implantations de moyens électriques renouvelables (essentiellement éoliens et solaires) sans corrélation directe avec les résultats visés.

Une moindre disponibilité du nucléaire en France ces dernières années a conduit à une ré-augmentation des rejets nationaux de CO2, certes d’autres raisons peuvent être invoquées, mais celle-ci est majeure, ce qui montre au passage où sont les leviers sensibles.

Mais en conclure que ce qui vaut à la hausse resterait valide à la baisse si on accroissait notre parc nucléaire reste hérétique en terre de France, où il n’est question, contre vents et marées (ou plutôt malgré leur absence), que de plafonnement puis de réduction drastique des capacités nucléaires.

Des gagnants et des perdants

Les crêtes et les plaines du pays se hérissent de mats, de plus en plus hauts, demain nos paysages marins, d’immenses champs solaires couvrent déjà des hectares, dans des zones favorables et moins, le voyageur va donc en conclure, par une transitivité sans nuances, que la transition est en marche et c’est le but recherché par les promoteurs soutenus efficacement par l’Etat. Mais il s’agit d’abord d’un business qui surfe sur une vague incroyablement porteuse, la lutte contre le réchauffement climatique étant affichée en épigraphe de tous les projets.

Dans cette loterie où certains gagnent à tous les coups, le climat fait-il partie des lauréats ? La question est légitime, surtout dans le contexte français, très singulier en la matière.

Les riverains de ces installations semblent moins ravis de ce qu’est leur lot, d’autant que la loi vient d’être modifiée limitant les recours.

Il est à craindre que l’essentiel des efforts de la nation ne concerne pas suffisamment les points clés précités et qu’on perde de vue l’objectif unique à cause d’un l’affairisme qui attire la lumière et brouille les cartes et d’un opportunisme politique qui réussit l’exploit de pousser le nucléaire hors champ à un moment où son utilité est plus grande que jamais.

Mais qui sait, le Guardian a peut être prévu de durcir les mots désignant les dévoiements coupables en la matière ?

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    “Pour mémoire : CH4 + 202=> 2H2O + CO2 !”
    Autrement dit tout HydroCarbure (carbone et hydrogène) brûlant dans de l’Oxygène produit du Gaz carbonique et de l’Eau.
    Le premier acte du parler vrai serait, et ça ne fatiguerait pas les ordinateurs de coupler le bilan Carbone au bilan “Eau produite”.
    L’eau produisant des nuages, le deuxième acte du parler vrai serait de demander à Météo France d’intégrer dans ses bulletins de prévisions le vocable nuage homogenitus, homomutatus, volutus ou encore flumen que l’OMM a officiellement présenté le 23 mars 2017, soit plus de deux ans déjà.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective