Climat: le coopération internationale doit s’accélérer dans les secteurs émetteurs (rapport)

Essor du véhicule électrique, de l’hydrogène ou de l’électricité bas carbone: la coopération internationale doit s’accélérer pour permettre la transition des secteurs les plus émetteurs et tenir les engagements climatiques internationaux, prône mardi un rapport commandé lors de la COP26.

Lors de la conférence sur le climat l’an dernier à Glasgow, 45 pays s’étaient engagés à mettre l’accent sur la collaboration internationale pour déployer des solutions plus vertes dans plusieurs secteurs d’activité: électricité, transport terrestre, acier, hydrogène et agriculture. L’idée est de rendre les technologies respectueuses de l’environnement plus abordables financièrement, notamment pour les pays plus pauvres.

Le rapport de suivi publié mardi sous l’égide de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) note des progrès mais conclut qu’une « bien plus grande coopération internationale est nécessaire pour que le monde se mette sur les rails pour tenir ses engagements climatiques ».

« Nous voyons un défi majeur, qui est celui de la collaboration entre les pays et les secteurs », a souligné le directeur exécutif de l’AIE, Fatih Birol, lors d’une présentation du rapport à la presse.

« Sans cette collaboration internationale, la transition vers zéro émission nette sera beaucoup plus difficile et pourrait être retardée de plusieurs décennies », craint-il.

Les cinq secteurs d’activité en question ont été choisis parce qu’ils représentent près de 60% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Ils pourraient fournir l’essentiel de l’effort nécessaire d’ici 2030 pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, en ligne avec l’accord de Paris de 2015.

Le rapport, qui formule au total 25 recommandations, s’intéresse notamment à un secteur où des progrès notables ont été enregistrés selon lui, celui des transports terrestres, avec un doublement des ventes de véhicules électriques en 2021.

Pour aller plus loin, les auteurs prônent un calendrier international commun pour la fin des véhicules thermiques, une harmonisation des normes dans les batteries ou encore une mobilisation financière en faveur des infrastructures de recharge dans les pays en développement.

Du côté de l’électricité, ils encouragent la création de « super-réseaux » transfrontaliers pour favoriser l’échange de courant d’origine bas carbone (issu des renouvelables notamment) ou encore la création de centres d’expertise internationaux pour aider la transition des pays qui ont encore recours au charbon.

Parmi les autres propositions figure par exemple l’engagement des acteurs publics et privés à acheter de l’acier « zéro carbone » pour encourager la filière.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Le plus étonnant est que, en parallèle, ne soit pas lancé une coopération internationale sur le développement rapide de réacteurs nucléaires de quatrième génération, surgénérateurs !!!

    Répondre
  • Le plus étonnant, c’est qu’un promoteur des réacteurs nucléaires de quatrième génération ignore que la coopération internationale existe sur ce sujet depuis plus de vingt ans (2001 pour la charte GIF).

    Six filières sont à l’étude, dont trois de RNR. Différents pays y participent, intéressés par l’une ou l’autre de ces filières.

    Mais en vingt ans, les choses ont peu progressé de façon concrète. Pourquoi faire d’ailleurs ?

    Répondre
  • Coopération très relative.
    Par exemple, la Russie ne va pas livrer à n’importe quel état tous les éléments techniques du BN800, qui est actuellement le réacteur en fonctionnement le plus avancé, ni les plans du BN1200 qui est prévu pour être le RNR en monde surgénération, dont le but est d’être produit en série.
    Si elle livre certains éléments techniques à la Chine, c’est évidemment avec des contreparties.

    Répondre
  • Marguerite fait sans doute référence au « Forum international Génération IV », mais je parlais de « développement rapide », alors que ce forum fait à petite vitesse des études de fond à large spectre à très long terme.
    Certainement aussi utile que peu actif.
    Voir Wikipedia

    Je pensais beaucoup plus à des projets plus ciblés et à court terme sur des technologies connues comme Astrid, auquel le Japon était partie prenante.

    Après le réacteur Super-Phénix, tout de même 1240 MW, Astrid était un prototype industriel.

    Et je maintiens donc ce que je disais concernant la réalisation de réacteurs dans un délai compatible avec les besoins.

    Ceci dit, je parlais bien entendu déjà de ce forum dans mon court essai passé, qui mériterait être mis à jour :

    https://1drv.ms/w/s!Aoz2RZetULwc9jxCLquzmQwqwsHC?e=Yqj64W
    Cordialement

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective