L’Ademe actualise son étude sur les coûts des énergies renouvelables

Un article de notre partenaire Les Energies de la mer.

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) vient d’actualiser son étude sur les coûts des technologies renouvelables.

Pour les énergies marines, les données n’apparaissent que pour l’éolien offshore (posé et flottant) et pour l’hydrolien. En France, même si les projets ne sont pas encore sortis, cette nouvelle étude, montre bien une chute des « coûts des énergies renouvelables et de récupération ».

Comme l’étude porte d’abord sur la France, il convient de rappeler que le tarif d’achat résultant des appels d’offres pour l’éolien posé a fortement chuté. Pour les six parcs attribués lors des deux premiers appels d’offre (2011 et 2013), les tarifs moyens pondérés sont après la renégociation de 2018, 148 €/MWh et 134 €/MWh respectivement, sur 20 ans d’exploitation.

En revanche, le tarif d’achat pour le projet de Dunkerque accordé l’an dernier à EDF Renouvelables /Innogy / Enbridge est de 44 €/MWh sur 20 ans, devant huit candidats.

Une tendance similaire à celle enregistrée en Europe (Allemagne, Pays-Bas et Royaume-Uni et Danemark), les tarifs obtenus par les porteurs de projet se situaient à 170 €/MWh en 2014, puis à 140 €/MWh en 2015 et sont proches de 60 €/MWh en 2016-2017.

Les deniers publics moins nécessaires

Certains projets sont désormais sans soutien public, signale en outre l’Ademe. L’étude estime d’ailleurs que la tendance devrait largement se poursuivre, grâce à plusieurs facteurs combinés : allongement de la durée de vie des parcs à 30 ans, et diminution des coûts en capital (grâce à des machines plus grandes) mais aussi de l’exploitation.

L’étude indique qu’en se basant sur la littérature existante, le coût complet de production d‘un megawatt-heure, plus connu sous l’appellation de LCOE (Levelized Cost Of Energy) d’un parc en exploitation pourrait être de 56 à 88 €/MWh, en 2030, et descendre entre 35 et 54 €/MWh en 2050.

Quel avenir pour l’éolien flottant ?

Pour l’éolien flottant, l’Ademe rappelle qu’un seul parc est en exploitation en Europe, mais entre 2019 et 2022, huit parcs pilotes devraient être mis en service (pour 200 MW au total), dont quatre en France entre 2020 et 2021 (pour 100 MW)*.

En capitalisant sur leurs retours d’expérience, la PPE prévoit de lancer entre 2021 et 2024 des puissances supplémentaires comprises entre 750 MW et 1 000 MW. En se fondant sur la littérature existante, le LCOE d’un parc en exploitation pourrait être de 77 à 97 €/MWh en 2030 et de 58 à 71 €/MWh en 2050.

L’hydrolien, une filière en devenir

Enfin, sur l’hydrolien, où les projets sont essentiellement pilotes, l’Ademe rappelle qu’en France plusieurs parcs ont vu le jour entre 2018 et 2019, notamment un parc fluvial de quatre machines sur le Rhône par Hydroquest à Caluire et trois démonstrateurs marins ont été installés pour des tests à Ouessant dans le Fromveur (en octobre avec Sabella, 1 MW), dans le Ria d’Etel (en 2019 par Guinard, 20 kW) et à Paimpol-Bréhat dans le site d’essai EDF (avril 2019, OceanQuest, d’Hydroquest, 1 MW).

Au Canada, un tarif d’achat a été fixé pour un projet dans la baie de Fundy (9 MW, 350 €/MWh et une aide de 20 M€). L’Ademe signale qu’en Europe, une baisse des coûts a déjà été enregistrée de 40% entre les premiers démonstrateurs et les machines mises à l’eau récemment.

Une progression qui dépasse les perspectives de baisse escomptées par la Commission européenne, qui finance largement ces projets. L’Ademe indique cependant que la poursuite du développement de la filière, poussée au niveau européen, pourrait passer par un couplage avec des mécanismes de soutien nationaux.

En France, la progression vers des parcs pilotes est suspendu dans le cadre du PIA, NEPTHYD et Normandie Hydro, suite au retrait des turbiniers de Naval Energies et General Electric, mais Hervé Morin, président de la Région Normandie, n’a pas laissé tomber et a passé des accords en 2018 avec Simec Atlantis Energy.

commentaires

COMMENTAIRES

    • Avatar

      Malheureusement, non car l’éolien comme l’hydrolien ou le solaire sont “variables” et ont donc besoin en permanence de moyens pilotables de forte puissance pour équilibrer en temps réel l’offre et la demande.
      Vous pouvez vérifier, pour le Danemark qui produit plus des 2/3 de son électricité avec de l’éolien, que, même par fort vent, surproduction et exportation, ils doivent faire fonctionner des centrales à gaz et à charbon et de ce fait font 3 fois plus de CO2 que la France.
      Si le problème c’est le CO2, les solutions sont le nucléaire, les barrages hydroélectriques, le géothermique ou la combustion de renouvelables à faible délai de renouvellement.
      Tout les pays qui font beaucoup d’éolien font moins bien que la France en CO2.
      Je précise que je ne suis pas pro nucléaire mais énergéticien.

      Répondre
      • Avatar

        L’éolien comme le solaire ou les autres ENR n’ont aucunement besoin de “pilotable” pour produire.
        Quant au pilotable ça n’existe pas. Faites moi sortir 1000 MW d’un réacteur de 900 MW et on en reparle.
        Le pilotable n’existera qu’avec les ENR et le stockage associé

        Répondre
        • Avatar

          “Faites moi sortir 1000 MW d’un réacteur de 900 MW” commentaire ridicule de quelqu’un qui apparement ne fait pas la différence entre du pilotable et du variable/intermittent !

          Répondre
  • Avatar

    Rochain
    Production éolienne en 2019 : 34,1 TWh nucléaire : 379,5 TWh Il y a du progrès à faire pour remplacer le parc nucléaire par de l’éolien dont le facteur de charge annuel est de 30 à 35 % dont quelques périodes à 5 % de puissance installée…

    Répondre
      • Avatar

        Bonjour M. Rochain,

        Je fais donc l’exercice de multiplication …

        Pour que la production (en volume) d’éolien atteigne celle du nucléaire, il faut multiplier par 11.1 le parc installé. soit 166 600 MW à installer en plus.

        La croissance annuelle actuelle est de 1 361 MW/an

        Il faudra donc compter 122 ans pour atteindre le parc nucléaire actuel, sans prendre en compte la fin de vie des éoliennes au fur et à mesure de ces 122 ans, car les éoliennes ont une durée de vie de 20 ans (je suis content de lire qu’on commence à parler de 30 ans), donc dans 20 ans le parc existant sera revenu à 0 à peu de chose prêt… Tous les 20 ans il faudra réinstaller 183 000 MW d’éoliennes … Soit 9150 MW par an, donc pas loin de 7 fois ce qui est fait aujourd’hui, et en régime de croisière …

        Tout ça donne le vertige… C’est sûr que ça va être un bon business, vous avez de beaux jours devant vous.

        En ce qui me concerne je trouve totalement indécent, pour des structure de production d’énergie qui sont sensées protéger l’environnement, d’avoir une si faible durée de vie, qui entraîne une telle gabegie de matières premières … Le renouvelable n’a pas encore franchit le pas de l’anti-consumérisme, et fait bien l’affaire de quelques industriels…

        Répondre
    • Avatar

      Enorme, 300 000 pylônes et 110 000 Km de lignes aériennes qui ne se justifient qu’avec l’hyper concentration de puissance répartis sur une nombre extrêmement réduit de sites (19 centrales) à acheminer sur tout le territoire par une cascade hiérarchique de division, de la puissance distribuée en haut de la pyramide à 400 000 volts subdivisés à l’étage en dessous par un sous réseau à 250 000 volts, de la THT et de la HT tous deux impossibles d’enterrer puis nous descendons encore avec la MT qu’il devient possible d’enterrer, bien qu’en France on ne se soit pas tellement soucier de le faire jusqu’à présent avec seulement 5000 Km de souterrain, alors que d’autres pays ne produisent qu’avec des générateurs d’assez faibles puissances qui s’accommodent de la MT et de la BT et on un réseau de distribution 100% enterré. Sans doute n’avez vous pas remarqué qu’il n’y a aucune ligne aérienne et aucun pylône au voisinage des parcs éoliens et des fermes solaires….? Non, bien sûr, vous êtes bien trop occuper à ne pas voir la laideur des pylônes et a ignorer que la France est défigurée depuis plus de 50 ans. Une laideur à laquelle vous êtes tellement habitué que les 100 à 200 000 pylônes du réseau THT de 90 mètres de haut et 30 d’envergure montés que 4 pattes vous sont invisibles…. on s’habitue à n’importe quelle laideur sauf à celle de 8000 éoliennes, celles dont vous dites qu’elles dénature le paysage…. naturel ou culturel ?

      Répondre
  • Avatar

    Ce que l’ADEME oublie de dire c’est que le coût de raccordement vers la terre ferme et de de la terre ferme sur le réseau n’est pas pris en compte. C’est RTE qui prend en charge donc les consommateurs dans le prix du kWh. Et ce n’était pas le cas dans les appels d’offre précédents.

    Répondre
  • Avatar

    S. Rochain
    Vous ne savez pas que la puissance disponible d’un parc éolien peut varier de 5 % à 90 % de la puissance nominale installée, sans possibilité de pilotage et indépendamment de la demande. Et beaucoup de lignes THT pour répartir la production.

    Répondre
  • Avatar

    Faux, la puissance disponible peut varier de 0 à 100%. Quant à la possibilité de pilotage elle est bien supérieur à celle de n’importe quel réacteur nucléaire non équipé pour assurer le suivi, c’est-à-dire bien supérieur à la majorité des réacteur nucléaires actuellement installés en France. Et par ailleurs un peu inférieur aux possibilités des quelques réacteurs qui sont équipés pour le suivi. En effet, en cas de faible demande de puissance des utilisateurs consommateurs sur le réseau on peut très facilement déconnecter une ou plusieurs éoliennes à distance sans perturber le réseau tant les chutes de puissances incidentes sont faibles par unité déconnecté ce qui permet de moduler en fonction du réel besoin de diminution de puissance, alors que l’on ne peut pas déconnecter un réacteur si faible soit-il (au minimum 900 MW).
    A l’inverse qu’and il faut accroitre la puissance en raison de la demande du réseau on ne pourra pas fournir plus de puissance s’il n’y a pas de vent (sans stockage), mais de la même façon; un réacteur de 900 MW n’en fournira pas non plus 1000 ou 11000. Quant à ceux qui sont équipés pour le suivi de charge, comme ils fonctionnent toujours selon leur régime nominale en fournissant le maximum de leur puissance, il ne pourront rien faire non plus. Pour que ce soit possible il faudrait les faire fonctionner à mis charge afin de leur donner une certaine liberté de réagir dans un sens comme dans l’autre mais ce serait évidement très mal les utilisé car ils consommeraient la même quantité de “carburant” qui serait perdu dans les barres de commandes neutrophage, ils ne sont donc jamais utilisés pour assurer le suivi en dehors des démonstrations servant à montrer que c’est possible devant les caméras, et les parterres de journalistes chargés de rependre dans le publique que le nucléaire est une source d’énergie souple d’emploi. Mais le meilleurs outils de suivi c’est la population dressée par EDF depuis 50 ans à baisser le chauffage le matin en partant au boulot pour laisser l’énergie à l’activité économique qui démarre, , en rentrant le soir vous remonter le chauffage car la maison est froide, et 2 a 3 heures après ça redevient confortable, et il est temps de passer ) la commande des heures creuses qui fait démarrer le chauffage des millions de m3 d’eau sanitaire à chauffer jusqu’au lendemain. Vous faites donc comme moi partie du système de suivi de l’électronucléaire français qui peut ainsi débiter en permanence la même puissance., sur un cycle de 24h.
    Vous pouvez observer facilement que tous les matins sur le coup de 6h/6h30 c’est l’hydraulique et éventuellement le gaz qui prend le relai en assurant la puissance nécessaire pour faire démarrer les trains de banlieue et les TGV qui quittent les gares parisienne, et commencer à répondre au besoin de l’activité économique et quand le Soleil commencera à donner u peu plus tard, on pourra commencer à fermer les vannes à Dozer Montdragon, et les robinets à Gaz…. et demain ça recommencera pareil.
    Et aucune ligne THT pour répartir la production car vous n’avez toujours pas compris (comme beaucoup d’autres choses) qu’il n’y a que le nucléaire qui à besoin de répartir sa puissance de Giga watts en KW à travers une invraisemblable cascade de divisions. Sans doute, toujours aussi aveugle, vous n’avez pas remarquer qu’il n’y a aucune ligne aérienne, et donc aucun pylône aux voisinage des parcs éoliens et des fermes solaires, car les puissances sont suffisamment faible pour que l’on ne soit pas obliger d’élever leurs tension jusqu’à 400 000 volts pour les transporter autrement que dans des cables qui pèseraient 100 Kg par mètre linéaire. Ils se contentent donc d’une moyenne tension qu’il devient facile d’enterrer économiquement. De plus, mieux répartis sur le territoire et en offshore ils seront toujours assez près des lieux d’utilisation sans qu’il soit besoin des 110000 Km de lignes portées par 300 000 pylônes à travers tout le pays.
    Pour en revenir sur le suivi. Le seul suivi DANS LES DEUX SENS en plus ou en moins, ne pourra être assuré que par les systèmes à production variable qui nécessiteront un jour de stocker les surproductions pour pouvoir les réinjecter dans les périodes météorologiques défavorables, et qui pourront même durant les périodes favorables ajouter un partie de leur stockage au régime normal afin de répondre ponctuellement à un appel de puissance hors norme..
    Il ne faut pas se contenter de balayer négligemment les arguments réalistes de vos contradicteur en rabâchant, ce que vous faites en permanence, des arguments éculés qui ont depuis longtemps été contredis comme je viens encore de le faire.
    Il faut de temps en temps faire fonctionner son cerveau et comprendre ce que l’on vous explique par le blabla que le lobby nucléaire vous a inculqué sans que vous le compreniez. et que vous répétez comme un perroquet.
    Si vous ne comprenez pas tout ce que je viens de vous dire, je crois que nous n’avons plus rien à nous dire

    Répondre
    • Avatar

      pour la flexibilité du nucléaire je vous renvoie à ce texte http://lemontchampot.blogspot.com/2017/03/le-defi-nucleaire.html?m=1
      Pour les lignes HT à celui sur l’expérience allemandehttps://www.spiegel.de/international/germany/german-failure-on-the-road-to-a-renewable-future-a-1266586.html et le fait que la grande partie des éoliennes dans la région Nord doit être évacuée vers les régions moins ” vernies” en éolien ( par exemple Bretagne, d’où la nécessité de conserver du gaz en Bretagne) et les quelques dizaines de milliards € annonces par RTE ( et pas ENEDIS) de sur investissement pour pouvoir répondre au défi des ENR….

      ( je ne fais que rabâcher…)

      Répondre
  • Avatar

    En effet, vous ne faites que rabâcher ce que vous lisez à droite et à gauche sans soucis de ce que ce soit vrai ou pas du moment que ça conforte votre dogme.
    Pour ce qui est de la flexibilité du nucléaire moi je vous renvoie à ce site de RTE que n’a rien, lui, d’un site d’opinion :
    https://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-mix-energetique
    Et vous montre sempiternellement la rigidité de la production nucléaire avec sa courbe de production immuable et un suivi de charge systématiquement assuré par l’hydraulique, avec la démonstration quotidienne, aujourd’hui comme hier, comme avant hier…. sur le coup de 6H30 au moment ou commence l’activité économique le doublement de la puissance de cet hydraulique pour garantir le besoin de production. Le blabla en face de ça, ça ne pèse pas lourd.

    Répondre
  • Avatar

    Rochain
    La puissance d’un PARC éolien peut varier, empiriquement (données RTE chiffres clés 2019) de moins 5 % à 81 % de la puissance nominale (de même en Allemagne) selon les caprices des régimes des vents.
    Le parc nucléaire est capable d’une certaine flexibilité. Lundi 10 Février 2020, au matin, passage de moins de 39 000 MW à plus de 50 000 MW en quelques heures, ne vous déplaise. La rigidité n’est pas celle que vous croyez ! De toutes façon, l’hydraulique permet effectivement beaucoup plus de flexibilité, mais il n’y a pas de problème particulier pour le réseau. La France est le plus gros exportateur de l’Union Européenne et cela permet de réduire un peu les pertes occasionnées souvent par la baisse de charge du nucléaire imposée par les énergies variables à injection prioritaires.
    Et vous n’avez pas compris que la plupart des grands pays ont largement autant de lignes THT que nous, et quelquefois même à 1 000 000 de volts.
    Tout le reste n’est que baratin superflu de la part d’un personnage hautain et méprisant que votre personne.

    Répondre
    • Avatar

      les “chiffres clés” de RTE eco2mix montrant les extrêmes de production que je signalais plus haut (La puissance d’un PARC éolien peut varier, empiriquement (données RTE chiffres clés 2019) de moins 5 % à 81 % de la puissance nominale (de même en Allemagne) selon les caprices des régimes des vents.)
      Malheureusement les “chiffres clés” ne sont pas des instantanés et pour l’electricité c’est l’instant qui compte et pas une moyenne
      Sur les puissances au pas de 30 minutes en décembre 2019 le maximum du facteur de charge de l’éolien a été de 82,6 % et le minimum a été de 2,1 %,selon RTE https://www.rte-france.com/fr/article/apercus-electriques-mensuels
      Et en Allemagne les 4 gestionnaires de réseau (équivalents de RTE) prennent un minimum de UN % pour leurs études de sécurité d’approvisionnement du réseau
      (Ce n’est donc pas sans raison que les GRT utilisent dans leurs bilans prévisionnels de l’équilibre offre-demande (GRT 2019a) une approche déterministe conservative, en accordant au photovoltaïque une disponibilité de 0% et 1% à l´éolien dans la gestion des périodes de pointe pouvant atteindre une demande de ~ 82 GW. https://allemagne-energies.com/energies-renouvelables/)

      Répondre
  • Avatar

    NON : 0 à 100% Je vous l’ai déjà dit….. lisez plus haut.
    Pour lundi 10, vous vous fourrez le doigt dans l’œil, ce n’est pas la démonstration de la flexibilité mais la remise en fonction d’un réacteur précédemment arrêté pour raison de maintenance, comme cela arrive au moins une fois par an pour chaque réacteur.
    C’est amusant comme on analyse des observations en fonction de ses simples convictions sans rien connaitre du sujet.
    Si vous vous ennuyez, regardez donc ce matin le graphique RTE, la production nucléaire et rigide comme d’habitude malgré le fort besoin de l’activité économique qui démarre comme tous les jours de la semaine vers 6h30 du matin. Mais qui réponds à l’appel de puissance ? L’hydraulique comme d’habitude qui double sa puissance en moins de 2 heures pendant que le nucléaire, impuissant continue à ronronné sa puissance nominale.
    Vous manquez vraiment du minimum de connaissances pour discuter, ici. vous me faites perdre trop de temps à vouloir vous éclairer, mais comme on ne discute pas avec un adepte de secte quelle qu’elle soit, j’en resterai là, vous êtes vraiment inintéressant et vous n’avez pas envie de changer, adieu Monsieur

    Répondre
  • Avatar

    Bonjour,

    Mon dernier message n’a pas été publié, je ne sais pas pourquoi …

    Je m’étais livré à l’exercice de “multiplication”, en utilisant les données du “Panorama_T4_2019 ENR RTE ENEDIS” :

    Donc pour passer de 34 à 380 TWh, il faut multiplier par 11.2 le parc existant, qui est de 16.5 GW. Donc ajouter 168.3 GW supplémentaires. Au rythme de croissance actuel (+1.361 GW / an) cela veut dire qu’il nous faudra attendre 124 ans avant d’avoir suffisamment d’éoliennes… Mais surtout il ne faut pas oublier que la durée de vie des éoliennes : c’est 20 ans, donc dans 20 ans tout ce qui aura été déjà installé sera obsolète … Pour qu’il y ait une rotation suffisante pour garantir 168.3 GW d’éoliennes, il faudrait en installer chaque année 8.415 GW, soit plus de 6 fois plus que ce qui est fait aujourd’hui. Il y a donc du travail…
    Et ne parlons pas des problèmes de gestion de l’électricité : à 80% de la puissance du parc éolien comme cela arrive aujourd’hui de temps en temps, nous aurons de façon fatale 134 GW sur le réseau pour une consommation de l’ordre de 60 GW … Donc certains producteurs devront réduire la production de leurs parcs … Et ne seront pas payés … Ou bien seront payés à perte par le contribuable. Et comme il arrive que la production des éoliennes soit de 0%, il nous faudra quand même d’autres moyens de production à ces moments là …

    Par ailleurs, je suis allé aussi regarder les données de RTE, j’ai analysé celles de 2018, car l’intégration des énergies fatales prioritaires sur le réseau m’interpelle, et je cherche des réponses. Je crois qu’on peut tirer de ces données un certain nombre d’observations :
    – L’hydraulique est utilisé pour pallier les pics de charges quotidiens, mais aussi pour “lisser” la production du photovoltaïque, qui est très faible en hiver, et plus élevé en été bien évidemment, c’est pourquoi on observe l’augmentation le matin de la production hydraulique. C’est systématique, mais cela ne signifie pas que le nucléaire n’est pas “pilotable”.
    – De toute évidence, le nucléaire adapte sa charge en fonction de la consommation, sinon il y aurait un black out sur le réseau, puisqu’il ne peut pas y avoir plus de production que de consommation. La production moyenne cet été a été inférieure de 14 000 MW à celle moyenne des périodes hivernales (soit une modulation à la baisse de 25% de la puissance électrique produite par le nucléaire)
    – En cas de prévision de forte production éolienne (on sait l’anticiper grâce à la météo), la puissance est ajustée selon différentes lois, et en particulier la réduction du gaz, mais lorsque c’est insuffisant (puisque l’éolien peut faire des pics à 25% de la consommation française), c’est le nucléaire qui est ajusté à la baisse, et parfois de façon très significative : de l’ordre de 30% de baisse par rapport à sa puissance de croisière.

    On peut donc en conclure, que conformément à toute logique le nucléaire ajuste constamment au cours de l’année sa puissance. Par contre, cet ajustement est lent, et doit être programmé. Il n’a pas la même capacité dynamique que l’hydraulique. Hydraulique qui, soit dit en passant, n’a qu’une “manœuvrabilité” limitée, car elle dépend fortement de l’a quantité de pluies, d’une part, et du fait qu’une part importante de la puissance n’est pas pilotable, car il s’agit de production “au fil de l’eau”, donc sans réservoir. De ce point de vue, le pompage (via les STEP) offre une marge de manœuvre complémentaire.

    J’ai aussi profité de ces données pour analyser la corrélation entre le CO2 émis, et la production des éoliennes. Il n’y en a pas. Les éoliennes ne sont pas un facteur spécifique d’émissions de CO2.

    Ce qui est entre autres aberrant, c’est la durée de vie des éoliennes : 20 ans pour un système de production d’énergie. Cela entraîne un renouvellement, et une gabegie de matières premières. A l’heure ou la planète doit réduire son empreinte environnementale, c’est très très discutable… Il faudrait certainement définir 30 ans ou 40 ans dans les codes de calcul, et de prévoir de la maintenabilité des turbines de façon réglementaire, et ne pas laisser un marché prédateur s’occuper de ça …

    Répondre
  • Avatar

    Vous avez encore tout faux.
    Sur le parc éolien français dans son ensemble, vous n’avez pas observé les amplitudes dans les “chiffres clés” de RTE eco2mix montrant les extrêmes de production que je signalais plus haut.
    Sur le nucléaire, une certaine variation est possible, même si cela doit passer par des mises à l’arrêt temporaires, quelle que soit la raison, chaque week-end. Observez et vous verrez que c’est le cas. Il ne s’agit pas de convictions mais de faits réels. Autre étude ici : http://energie-developpement.blogspot.com/2017/10/flexibilite-nucleaire-integration-renouvelables.html Vous-même parliez, le 13 février, de déconnexion d’éoliennes pour s’adapter à une faible demande et lors de surproduction. Soyez cohérent et non méprisant, encore une fois. Et qui manque de connaissances ici ? Votre éclairage est de l’enfumage. Rien de plus !

    Répondre
  • Avatar

    Rassurez-vous ! Le nucléaire sera toujours très majoritaire en France pour le plus grand bien de nos compatriotes. Restons-en là !

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective