usine marémotrice Rance

L’usine marémotrice de la Rance s’offre une seconde jeunesse

L’usine marémotrice de la Rance, située entre les villes de Saint-Malo et de Dinard, est un outil de production quasi unique au monde qui génère de l’électricité 100% renouvelable grâce à la force des marées. Mise en service en 1966, elle est depuis 2012 au cœur d’un vaste chantier de modernisation qui devait s’étaler jusqu’en 2023. La rénovation des 24 turbines bulbes nécessitera finalement deux années de travaux supplémentaires : le chantier, évalué à 100 millions d’euros, se prolongera donc jusqu’en 2025.

Valoriser énergétiquement la force des marées

L’usine de la Rance est constituée d’une écluse, d’une digue, d’un barrage mobile équipé de 6 vannes ainsi que d’une usine de production d’électricité. Cette dernière génère une électricité totalement respectueuse de l’environnement grâce à l’énergie marémotrice, c’est à dire qu’elle valorise la force des marées de la Manche. Située dans l’estuaire de la Rance, dans le nord-est de la Bretagne, cette usine affiche une puissance cumulée de 240 MW et produit suffisamment d’électricité pour couvrir les besoins résidentiels d’une ville de 225.000 habitants comme Rennes.

Propriété de l’État mais exploitée par EDF, elle valorise l’énergie marémotrice selon le principe des vases communicants. La retenue d’eau artificielle construite dans l’estuaire permet de canaliser le mouvement ascendant et descendant de la marée afin de créer le dénivelé nécessaire à la production d’énergie via les 24 couples turbines/alternateurs. Grâce à ses turbines Kaplan orientables, l’usine marémotrice de la Rance turbine l’eau à deux reprises : à marée montante, lorsque le barrage se remplit, puis à marée basse, lorsque l’eau se retire de la retenue.

Contrairement aux autres énergies renouvelables, dont la production est intermittente car liée aux variations météorologiques, l’énergie marémotrice a l’avantage d’être prédictible et constante : l’exploitant connait en effet à l’avance l’heure et la hauteur des marées. En Bretagne, région caractérisée par son isolement électrique, l’usine de la Rance permet de renforcer la sécurité d’approvisionnement électrique. Selon EDF, elle répondrait à elle seule à 3% de la demande bretonne en électricité.

Moderniser les installations d’un ouvrage unique au monde

C’est en 2012 qu’EDF décide de lancer un vaste programme de rénovation pour offrir une seconde jeunesse à la centrale. L’objectif est de remettre en état les équipements du barrage, du pont routier et de la centrale afin de prolonger la durée de vie de l’ensemble de l’ouvrage. Un budget estimé à 100 millions d’euros qui permettra en outre : de renouveler la ligne électrique qui assure la liaison entre la centrale et Saint-Malo, de rénover la chaussée des ponts levants (qui voient chaque jour défiler entre 20.0000 et 40.000 véhicules), d’installer une canalisation d’évacuation d’eau de mer, de sécuriser les vannes ou encore de restaurer les 24 groupes bulbes.

Cette cure de jouvence est d’ailleurs menée alors que l’usine marémotrice de la Rance fête ses 50 ans. En 1961, à une époque où la France affichait une forte volonté d’indépendance énergétique, le Général de Gaulle lance la construction de cet ouvrage dans l’estuaire de la Rance en raison des importantes variations de hauteur du niveau de la mer entre deux marées (13,50 mètres d’amplitude maximale). Il l’inaugurera lui-même, 5 ans plus tard, en novembre 1966.

Pionnière en matière d’exploitation de l’énergie marémotrice, la France a de quoi être fière de cette centrale : 50 ans après son lancement, son rendement et son fonctionnement en font encore et toujours un modèle de réussite. Si elle n’est plus la centrale marémotrice la plus puissante du monde (l’usine de Sihwa, en Corée du Sud la devance de 4 MW), elle reste cependant celle qui affiche les meilleures performances.

“[La centrale marémotrice de Sihwa] produit moins car elle ne fonctionne que dans un seul sens, alors que la Rance fonctionne à marée montante et descendante”, explique Michaël Allali directeur de la branche hydroélectricité Bretagne-Normandie d’EDF.

La technologie hydrolienne, futur pilier de l’énergie marémotrice ?

L’énergie marémotrice est très peu développée dans le monde. Il n’existe des installations de ce genre que dans quelques pays : des centrales marémotrices, de puissance modeste pour la plupart, ont été installées en Chine, au Royaume-Uni et en Russie. Plus récemment le Canada a lancé la première usine marémotrice d’Amérique du Nord. Située sur la côte est canadienne, dans la baie de Fundy, en Nouvelle-Écosse, cette nouvelle centrale renouvelable a été raccordée au réseau électrique en novembre 2016. La technologie hydrolienne d’OpenHydro a été choisie pour équiper le projet : la filiale du constructeur naval tricolore DCNS a en effet fourni l’énorme hydrolienne de 2 MW en charge de turbiner l’eau qui transite au fond du détroit du bassin des Mines.

“C’est la première fois que l’énergie des marées est connectée au sol nord-américain, et nous savons que le monde nous regarde car les marées de la baie de Fundy sont les plus puissantes du monde”, a déclaré le ministre canadien de l’Énergie, Michel Samson, lors de la cérémonie d’inauguration. L’usine marémotrice de la baie de Fundy produit désormais de l’électricité propre pour près de 500 foyers.

Une seconde hydrolienne devrait être mise en service dans la baie de Fundy dans le courant de l’année. L’usine marémotrice canadienne deviendra alors une des plus puissantes du monde et devrait permettre d’accélérer le déploiement d’autres projets du même genre. “L’électricité produite annuellement par les deux turbines équivaudra alors à l’énergie générée par la combustion de 2.000 tonnes de charbon”, ont par ailleurs souligné les porteurs du projet. Rappelant ainsi l’énorme potentiel renouvelable des océans qui recouvrent la majorité de notre planète.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective