ressources-energetiques-jpg

L’UEC plaide pour la complémentarité des ressources énergétiques

Un collectif européen a publié sa contribution au vaste chantier que représente la construction du futur paysage énergétique français.

Se présentant sous la forme d’un document d’une trentaine de pages intitulé “Plus propre, plus intelligent, moins cher”, cette contribution de l’Energy Union Choices (EUC) plaide pour un mix électrique dans lequel énergies renouvelables et nucléaire cohabitent au détriment des énergies fossiles polluantes. Explications.

Quel paysage énergétique pour la France de demain ?

Comment consommer moins d’énergie, la produire de manière plus respectueuse de l’environnement et se détacher progressivement des énergies fossiles polluantes ? C’est à ces questions que tentent de répondre les différents partenaires de l’UEC dans un rapport publié le 20 juin dernier.

Si la réponse ne sera pas posée de manière aussi simple que sont formulées ces problématiques de travail, l’UEC semble persuadée que le succès de la transition énergétique française dépendra de la manière dont les pouvoirs publics se saisissent des opportunités offertes par un système électrique en pleine évolution.

Pour que la France puisse atteindre ses objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre sur le long terme, l’étude conduite par le cabinet Artelys et le Think Tank E3G plaide pour la complémentarité entre les différentes ressources électriques décarbonées.

L’EUC estime en effet que le mix électrique français à l’horizon 2030 devra se composer de manière égale d’énergie renouvelable et d’énergie nucléaire.

Dans un même temps, la France devra fermer définitivement ses 3 GW de capacité de production au charbon.

“La France peut atteindre un objectif de part des énergies renouvelables dans le mix électrique national de 50 % en 2030, tout en maintenant des niveaux d’exportation importants. Une grande part de la production d’électricité variable peut être associée à la production nucléaire pour assurer la plus grande partie de la production (>80 %), les interconnexions et le pilotage des consommations électriques fournissant la flexibilité nécessaire pour garantir la stabilité du système”, estiment les auteurs de ce rapport.

Réduire la part du charbon au profit des énergies décarbonées

L’idée est donc de tirer vers le haut la production des énergies décarbonées, et notamment des ressources renouvelables solaires, éoliennes et hydroélectriques, pour sonner le glas des centrales au charbon.

Dans un scénario baptisé Volt, l’UEC prône le développement d’une puissance éolienne de 50 GW, d’une puissance solaire de 36 GW et d’une puissance hydroélectrique de 26 GW. Un programme aussi ambitieux qu’optimiste qui donnerait un mix électrique à 40% renouvelable et nucléaire à 56% pour un bilan carbone de 9 millions de tonnes de dioxyde de carbone par an.

De manière globale, quel que soit le scénario pris en compte, le déploiement du renouvelable est une opportunité rendue possible par la “chute vertigineuse” des coûts des batteries et des technologies des énergies renouvelables.

Mais qui va cependant nécessiter une refonte de notre système électrique, notamment pour pallier au caractère intermittent des ressources photovoltaïques et éoliennes.

“Sources importantes de flexibilité, le pilotage des consommations et le stockage d’électricité quotidien associé à la fonctionnalité de déchargement des batteries des véhicules électriques sur le réseau facilitent l’intégration d’une proportion croissante d’électricité d’origine renouvelable”, explique l’UEC dans son rapport.

Renforcer la coopération transfrontalière

Enfin, les auteurs du rapport estiment qu’un nouveau souffle politique sera nécessaire pour créer les conditions de l’essor des énergies renouvelables et la réussite des transitions énergétiques nationales.

Les pays européens devront notamment s’accorder sur la fermeture des centrales à charbon et sur le développement des réseaux intelligents et des actions de coopérations transfrontalières.

La mise en place d’interconnexions entre pays étant notamment une solution pour pallier au besoin de flexibilité induit par la croissance de la part du renouvelable.

“Ce rapport montre tout l’intérêt qu’ont les États membres et en particulier la France à considérer l’évolution de leurs systèmes énergétiques à l’échelle européenne. Un système énergétique moderne, intelligent et propre à l’échelle de l’Europe passera par plus de coopération et de solidarité entre les systèmes électriques nationaux. Pour le système électrique français, les échanges d’électricité sont un levier important pour assurer la baisse des émissions de CO2 et la sécurité d’approvisionnement du système à moindre coût”, explique à ce titre Nicolas Berghmans, chercheur climat et énergie à l’Institut du développement durable et des relations internationales.

De leurs côtés, nos confrères du Journal de l’Environnement s’interrogent sur les faiblesses de ce rapport. Ils se questionnent notamment sur la capacité de l’Europe à multiplier son parc de voitures électriques : “séduisant, ce rapport (…) fait souvent montre d’un certain optimisme. Il évalue à 7 millions le nombre de véhicules électriques en service en 2030. Très audacieux: il faudrait multiplier par 50 en moins de 15 ans la taille du parc actuel”.

Autres problématiques soulevées : le renforcement de notre réseau de transport d’électricité pour faire face au quadruplement de la puissance renouvelable française et la solidité des parcs de production de nos voisins européens.

“L’importance de la production intermittente et la fin des centrales de pointe au charbon rendront probablement RTE plus dépendant des importations qu’aujourd’hui. Les voisins de l’Hexagone seront-ils en mesure de satisfaire à tout moment les besoins tricolores? On ne le sait pas. Ce que l’on sait, en revanche, c’est que certains de nos voisins, à l’instar de l’Italie, sont structurellement déficitaires”, peut-on lire dans un article publié le 20 juin dernier par le Journal de l’Environnement.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective