Transition énergétique : il reste une décennie pour la mettre en œuvre dans les régions

Les grands objectifs nationaux en matière d’énergie ont été fixés au cours du précédent quinquennat par l’État dans des documents fondateurs (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie et Stratégie Nationale Bas Carbone).

Il appartient maintenant au pays tout entier de se mobiliser pour les mettre en œuvre dans des délais compatibles avec l’urgence climatique. Dans cette phase cruciale le rôle des collectivités locales, et singulièrement des régions, sera décisif et devra être traduit et précisé dans nos institutions.

Un récent numéro de la revue Pouvoirs Locaux (*) retrace les évolutions du cadre institutionnel français en matière de politique climat énergie, notamment ses constantes adaptations au fil des législations et singulièrement l’articulation, toujours perfectible, entre les échelons nationaux et locaux.

Constatant l’ampleur des défis à venir pour que la France prenne sa part dans la lutte contre le dérèglement climatique, les auteurs du dossier n’en n’écrivent pas moins « qu’un nouveau modèle de gouvernance de l’énergie reste à construire » et que parmi les questions posées « la capacité d’action des collectivités territoriales constitue un sujet majeur ».

Les décennies futures, qui devront être celles de l’accélération de la mise en œuvre des objectifs nationaux, verront très probablement les évolutions de nos institutions se poursuivre en faveur d’une clarification des rôles respectifs de l’État et des collectivités territoriales en matière d’énergie.

Un millefeuille administratif à surpasser

Ainsi les régions, désignées en 2014 par la loi MAPTAM comme chef de file climat air énergie, seront certainement placées au cours de la prochaine décennie au centre des enjeux de mise en œuvre des SRADDET (Schémas Régionaux d’Aménagement de Développement Durable et d’Égalité des Territoires).

Ces documents globaux de planification, qu’elles ont quasiment toutes approuvées avant l’échéance électorale de 2021, leur fixent des objectifs régionaux, souvent assez précis et ambitieux aux horizons 2035 et 2050, de développement des énergies renouvelables ou de mobilité décarbonée, de réduction des consommations énergétiques, etc…

Or, chacun sait aujourd’hui qu’en matière de transition énergétique les questions soulevées par la mise en œuvre des objectifs fixés par les pouvoirs publics sont souvent plus complexes et difficiles encore que celles liées à la fixation de ces mêmes objectifs.

Il suffit pour s’en convaincre de se remémorer les nombreux retards, surcoûts, impasses juridiques ou administratives, contestations locales, observés depuis, par exemple, les annonces des objectifs du Grenelle de l’environnement de 2007 en matière d’énergie éolienne terrestre ou maritime (**).

Ainsi, on peut déjà anticiper que les enjeux de mise en œuvre des objectifs énergie-climat des SRADDET nécessiteront une forte mobilisation des acteurs régionaux pour :

  • Fédérer, coordonner et organiser la coopération sur le territoire régional des nombreux acteurs publics impliqués : communes, intercommunalités, syndicats d’énergie, sociétés d’économie mixtes, métropoles, etc…
  • Garantir des conditions favorables pour les opérations industrielles et l’activité des entreprises concernées : formation professionnelle, infrastructures, financements, autorisations, recherche et développement, etc…
  • Conduire la nécessaire concertation et communication auprès des différents publics concernés
  • Participer au dialogue entre l’échelon national et l’échelon local de l’action publique

Surcroît d’activité

Plus concrètement, la mise en œuvre des objectifs climat énergie des SRADDET consistera en un surcroît d’activité considérable dans des secteurs économiques tous liés, de près ou de loin, aux compétences des régions :

  • Rénovation de l’habitat et des bâtiments publics (dont les bâtiments d’enseignement constituent une part notable)
  • « Révolution » de la décarbonation des transports et des mobilités
  • Développement massif des énergies renouvelables
  • Déploiement de technologies nouvelles : hydrogène, batteries, réseaux intelligents, technologies numérique, etc…

Les futurs « comités régionaux de l’énergie » prévus à l’article 83 de la loi « climat et résilience » du 21 août 2021 (loi issue de la Convention Citoyenne pour le Climat) sont destinés à fournir un cadre institutionnel de décision et de dialogue, reconnu par l’Etat, pour cette période cruciale de mise en œuvre.

En complément de la tenue de ces comités régionaux une intense activité opérationnelle sur de nombreux projets devra être conduite et pilotée à l’échelon régional. Les gestionnaires de réseaux d’énergie, en tant qu’opérateurs publics d’infrastructures essentielles, devront être étroitement associés à ce pilotage.

————–

(*)  Revue Pouvoirs Locaux n°119 – La transition énergétique, laboratoire de l’action publique ?

(**) Presses de Sciences Po 2018 n°4 – Territorialiser la politique de l’éolien maritime en France, entre injonctions étatiques et logiques d’appropriation – Romain Pasquier et Aurélien Evrard

commentaires

COMMENTAIRES

  • D’après Jadot sur France Inter: si le prix de l’électricité augmente à ce point, c’est parce que nous avons dix réacteurs nucléaires en maintenance (en fait 9) qui ne produisent pas : le nucléaire produit pourtant à 80% de sa puissance installée alors que l’éolien produit à moins de 4% de sa puissance installée soit 0,7 Gw sur 18 et que le solaire est 0, faits qu’il passe sous silence car sa proposition de multiplier le parc éolien par deux d’ici 2025 pour résoudre le problème énergétique devient totalement ridicule. Il confirme par ailleurs qu’il est bien aligné sur les verts allemands. Je regarde donc les performances de L’Allemagne qui ne fait guère mieux que nous en production éolienne : moins de 8% de la puissance installée mais elle a du charbon utilisé à 60% de la puissance installée et du gaz utilisé à 40% de la puissance installée pour une production totale fossile représentant 60% de la production. magnifique modèle pour contribuer efficacement au respect des directives COP21! La haine du nucléaire est telle qu’il préfère l’augmentation CO2 au nucléaire en racontant les pires mensonges. Alors avec des gens comme ça, nous ne sommes pas prêts d’être dans les clous dans 10 ans !!!!

    Répondre
    • Jacques Olivier LEMERLE sortez vous enfin des vieux canulars périmés pour gogos .. la réalité du terrain : l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades car elles nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
      • Et toujours le Regis qui vient polluer les commentaires avec ses copié-coller incessant!
        Ce retraité doit manquer d’occupation…

        Répondre
        • VICTOR si vous ne les postiez pas les inepties récurrentes de gogos vous n’auriez pas la réalité du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier juste après .. et vous venez de polluer une fois de plus un sujet très important sans rien apporter au réel … que proposez vous de concret sur le terrain pour l’application d’urgence des TEPOS qui ne se devllopent aps assez vite …

          Répondre
    • Jacques Olivier LEMERLE à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes et du Co² grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/268788662_10228094125283292_1252964583689158665_n.jpg?_nc_cat=103&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=t5IZXOjarQAAX9wCW9P&_nc_oc=AQko9zzkaezxhnUwNtdZCccd2dz99MAn1Fww9RvJywOYpxi2IRVICLSIR_yv_OUvSMbQWwKEX3cK0wRNMEThn3Ca&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT8RRsvKVa6QwqDAZmGKEeBJiCVfAzyvTMpflhCRY6yVeQ&oe=61EFFE18

      Répondre
    • Tout à fait exact, monsieur Lemerle.
      Mais je résumerai la situation réelle autrement.
      Bien sûr, il faut commencer par devenir économe en énergie, par exemple pour les bâtiments.
      Mais pour le reste, il nous faut transformer le plus possible d’utilisation des hydrocarbures par de l’électricité, ce qui fait que la consommation en France devrait doubler d’ici 2050.
      Et il faut se souvenir que :
      Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
      Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
      1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
      2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
      Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

      La seule solution est donc, si on veut réduire le CO2, de relancer vigoureusement la construction d’une quarantaine de centrales nucléaires.

      Répondre
      • Hervé Guéret toujours les mêmes inepties pour gogos.. la réalité du terrain : le nucléaire on l’a depuis plus de 60 ans et c’est bien grâce à lui que l’on en est la en France car justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/269771377_10228113923858244_2825736715232965_n.jpg?_nc_cat=102&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=ycYRQ0P6XzQAX94tFDv&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT_Z_YPCRFvWaHc5KklklaxwkY-X3_TrxKf7-KKZYQniLg&oe=61F5B216

        Répondre
  • Je l’ai, moi-aussi, écouté et, parmi d’autres mensonges, celui-ci prétend que Valérie Pécresse veut pratiquer le nettoyage ethnique dans les banlieues (à cause de l’emploi, au second degré, de « nettoyage de la délinquance au kärcher »). Cela tient de la diffamation. Comment peut-on parler comme cela pour un prétendant à la fonction suprême ?
    Et aussi que tous les « écolos » combattent le nucléaire. C’est faux. Au moins, en Finlande, le parti « écologiste » est pour le nucléaire. Et dans beaucoup de pays, de nombreux « écologistes » , individuellement, sont pour. Aux Etats-Unis, par exemple, Michael Moore fait campagne pour le nucléaire. https://www.causeur.fr/planet-of-the-humains-michael-moore-176353

    Répondre
    • Cochelin toujours les mêmes inepties pour gogos.. la réalité du terrain : le nucléaire on l’a depuis plus de 60 ans et c’est bien grâce à lui que l’on en est la en France car justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/269771377_10228113923858244_2825736715232965_n.jpg?_nc_cat=102&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=ycYRQ0P6XzQAX94tFDv&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT_Z_YPCRFvWaHc5KklklaxwkY-X3_TrxKf7-KKZYQniLg&oe=61F5B216

      Répondre
  • Non seulement Jadot est un menteur démagogique et pathétique mais en plus un irresponsable dangereux complétement hors sol. Doubler les 9000 éoliennes en 3 ans? Soit 3000 par an alors que nous sommes à 500 annuel environ, franchement ils est fada le mec…. C’est simplement impossible, et évidement il oublie la bronca de plus en plus forte dans les territoires pour ces éoliennes de « malheur ». D’autres part, ce n’est pas à cause des 9 réacteurs en rade en ce moment que les prix explosent mais à cause du prix du gaz sur lequel le Mwh est indexé. Et en plus il est incompétent, bon mais ce charlot est à 5% je crois donc , le mariol se taira après l’élection.

    Répondre
    • brunet et vous osez parler d’incompétence ? une fois de plus la réalité du terrain l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades car elles nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
        • brunet si vous ne les postiez pas les inepties récurrentes de gogos vous n’auriez pas la réalité du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier juste après ..

          Répondre
  • Encore un article qui ne veut rien dire, c’est dramatique. Les régions au centre de la transition qui doivent favoriser les énergies renouvelables, grand vecteurs de pollution de toute sorte. Savez-vous que 25% du territoire est éligible a l’éolien terrestre. Il y aura donc des concentrations aberrantes de mats comme chez moi ou sur 12 km², il y en a déjà 23 et c’est 91 qui sont dans les cartons. Et le plus beau c’est que cela ne fait pas baisser d’un poil le co2 et en tuant la biodiversité. Exemple, 30 000 éoliennes allemandes et diminution de 80% des insectes en 20 ans soit le début du programme éolien. Selon un étude ces 400 insectes par jour par éoliennes Évidement on me dira qu’il n’y a pas de rapport…. Non la réalité c’est qu’a corps perdu on se lance dans des solutions soit disant écologiques alors que l’on n’a pas mesuré l’impact réelle de toute ces technologies. Alors ce qui est sur, c’est que jamais tout cela engendra un baisse significative des émissions qui nous permettrons d’échapper à la catastrophe climatique car ce n’est pas sur la production d’énergie qu’il faut mettre le paquet mais sur tout le reste…

    Répondre
    • brunet vous n’êtes vraiment bon qu’à ânonner tous les vieux canulars périmés pour gogos ? vous ne savez même pas vérifier les faits réels du terrain au lieu de vous ridiculiser en public RE une fois de plus la réalité du terrain face à vos inepties récurrentes de trolls : l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades car elles nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
      • La source de ces informations vient de EMBER : https://ember-climate.org/wp-content/uploads/2020/07/2020-Europe-Half-Year-report.pdf
        Organisme lobby des ENR qui ne donne pas de chiffres faux mais oublie de préciser que, dans les ENR, c’est l’hydroélectricité qui domine et que l’année 2020 n’est pas significative. Et que la consommation d’électricité a baissé cette année-là. Et que la production éolienne a été exceptionnelle.
        Attendez-vous à ce que l’année 2021 donne des chiffres assez différents. Déjà en Allemagne : https://allemagne-energies.com/

        Répondre
        • @Cochelin 27.01.2022
          Vous dites que  » oublie de préciser que, dans les ENR, c’est l’hydroélectricité qui domine  »
          C’est un classique des écolos tricheurs.
          Ils somment toujours des énergies renouvelables pilotables, hydraulique par exemple, et non pilotables, éolien et encore plus solaire.
          Et mélangent sciemment des torchons et des serviettes.

          Alors que le seul doute que nous aillions est le non pilotable, qui nécessitent en parallèle des centrales pilotables, au mieux des centrales à gaz.

          Répondre
          • Hervé Guéret bravo vous avancez enfin sur le sujet en citant une ENR de plus continuez à apprendre ce que sont les ENR dont on parle depuis le début dans tous les posts et vérifiez enfin que si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire qui est de plus en plus intermittent …

        • Cochelin bravo vous avancez enfin sur le sujet en citant une ENR de plus continuez à apprendre ce que sont les ENR dont on parle depuis le début dans tous les posts

          Répondre
  • La source de ces informations vient de EMBER, organisme lobby des ENR qui ne donne pas de chiffres faux mais oublie de préciser que, dans les ENR, c’est l’hydroélectricité qui domine et que l’année 2020 n’est pas significative. Et que la consommation d’électricité a baissé cette année-là. Et que la production éolienne a été exceptionnelle.
    Attendez-vous à ce que l’année 2021 donne des chiffres assez différents. Déjà en Allemagne : https://allemagne-energies.com/

    Répondre
    • Cochelin bravo vous avancez enfin sur le sujet en citant une ENR de plus continuez à apprendre ce que sont les ENR dont on parle depuis le début dans tous les posts

      Répondre
  • ISAMBERT vous avez enfin toucher du doigt un point important .. expliqueéz aux lecteurs pourquoi c’est l’ensemble des lecteurs de ce site qui viennent de nouveau de vous condamner pour vos inactions littéraires argumentees et repetitives ?

    Répondre
    • Brunet et non c’est seulement toujours les même trolls stériles qui nient la réalité du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier et qui ne répondent jamais aux vrais questions de fonds

      Répondre
  • Il est bien connu que l’on prend les indicateurs qui nous conviennent en fonction de ce que l’on veut démontrer….
    Pour moi le critère ultime est la quantité de co² émis par habitant..

    Allemagne de11 tonne à 9,13 tonne de 2000 à 2018 décroissance 1.2
    France de 7 T à 5,2 T sur la même période décroissance 1.35

    Chiffres issus de 3 sources indépendantes et à peu près concordantes.
    Qui peut donner des leçons à l’autre?

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective