Transition énergétique : combien de guerres avant d’agir ?

Éclairage signé Alexandre Joly, manager chez Carbone 4.

La guerre déclenchée par Vladimir Poutine nous rappelle froidement notre manque d’anticipation, de vision et de courage sur notre indépendance énergétique, qui nous paralyse alors sur la scène géopolitique. Elle nous rappelle également la double dimension de la transition énergétique : en amont, notre dépendance aux énergies fossiles et, en aval, le changement climatique que provoque leur combustion.

Nous sommes fortement dépendants d’autres puissances sur le plan énergétique

En Europe de l’Ouest, seuls les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Norvège produisent des hydrocarbures en quantités significatives, mais cette production couvre moins de 30% de la consommation intérieure européenne, et elle est en déclin.

En effet, l’Europe importe la majeure partie de son pétrole et de son gaz d’Afrique, du Moyen-Orient, des Amériques et surtout, de Russie avec une part culminant à 26% pour le pétrole brut, et à 38% pour le gaz naturel, en 2020. [1]

Sans surprise, notre indépendance énergétique est loin d’être assurée :

Le taux de dépendance sous-jacent correspond au solde énergétique (imports – exports) divisé par la consommation énergétique (production du pays + solde). Le calcul est fait en énergie primaire.

Libérons-nous pour mieux maîtriser notre géopolitique et financer des emplois chez nous

Qu’est-ce qui empêche la France de sortir des énergies fossiles ?
Faut-il rappeler que la France dépense 30 à 75 milliards € chaque année pour acheter gaz et pétrole ? Autant d’argent qui part dans les poches de pays étrangers, entres autres, de la Russie, plutôt que de financer des emplois locaux. [2]

Pas le choix : soit on est proactif et on planifie avec ambition soit on subit. Et plus on attend, plus il devient difficile de réussir notre transition.

Aujourd’hui, on subit le cadre imposé par la Russie, qui met notamment en tension le prix du gaz, multiplié par 6 depuis janvier 2021, et avoisinant actuellement les 100 €/MWh sur les marchés de gros en Europe. Tendance également à la hausse pour le prix du baril qui est passé de 50$ à 100$ depuis janvier 2021. [3] La France et l’Union Européenne se retrouvent entravées sur la scène géopolitique en raison de cette gigantesque dépendance.
Et demain, le gaz et le pétrole seront plus rares, probablement plus chers encore, alors l’histoire que l’on subira sera encore plus sévère pour les citoyennes et citoyens français.

Les mesures de court terme, comme le chèque énergie et le plafonnement des prix, sont des pansements sur une jambe de bois. Même si elles permettent d’amortir le choc financier pour les ménages les plus modestes, elles reviennent à donner encore plus d’argent à la Russie dont les exportations en gaz et pétrole représentent 30% du PIB. Nous finançons ainsi indirectement la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine. [4]

Alors on nous parle de nous affranchir du gaz russe en achetant du GNL provenant des Etats-Unis ou du Moyen-Orient. Autant dire, passer d’une dépendance à une autre. Que se passera-t-il quand les Américains n’auront plus de gaz ou décideront de le garder pour eux ? De plus, les émissions de gaz à effet de serre liées à l’extraction, la transformation et le transport du GNL américain, provenant en partie de gaz de schiste, sont 2 fois plus élevées que le gaz russe, et 4 fois plus que le gaz norvégien [5] .

Pourquoi ne pas concilier ambition géopolitique et ambition climatique ?

Car c’est là l’énorme bonus de s’affranchir pour de bon de notre dépendance aux énergies fossiles : respecter l’Accord de Paris, et ainsi réduire l’impact des crises climatiques et géopolitiques en devenir.

Rappelons tout d’abord que les mesures réduisant nos consommations d’énergie (efficacité énergétique et sobriété) sont incontournables et réduisent de facto notre dépendance au gaz. Les paramètres structurants identifiés dans la publication « L’État français se donne-t-il les moyens de son ambition climat ? » donnent une bonne grille de lecture des priorités pour la réduction des émissions, comme la rénovation énergétique dans le bâtiment par exemple. [6]

Alors soyons vraiment ambitieux.

Voici 3 propositions complémentaires, concrètes et structurantes pour sortir rapidement de notre dépendance au gaz :

La proposition la plus accessible porte sur le résidentiel. Interdire le renouvellement des chaudières au gaz suit le sillon déjà tracé par l’interdiction d’installation de chaudières au fioul dans tous les logements, entrée en vigueur au 1er juillet 2022. Et les solutions de remplacement existent.

Mentionnons simplement la pompe à chaleur qui permet de réduire les consommations d’énergie par 3 à 4. Compte-tenu des prix actuels du gaz, elle est quasiment rentable sans subvention mais on pourrait envisager un coup de pouce financier. Cela financerait en plus des emplois locaux pour la fabrication et l’installation. Pour fixer un ordre de grandeur, on parle d’1 milliard € par an pour une aide de 1000 €, à comparer au 1,2 milliard € que le gouvernement va dépenser pour compenser la hausse des prix du gaz. [7] [8]

Gagner en indépendance énergétique et ainsi en liberté géopolitique est à portée de main. Espérons que cette guerre nous ouvre enfin les yeux et nous conduise à agir pour de bon.

—————–
commentaires

COMMENTAIRES

  • Statistiques sur des ressources énergétiques choisies arbitrairement dont certaines sont même fausses comme la proportion d’importation du gaz depuis la Russie vers l’Allemagne qui n’est que de 45% et non 66 comme indiqué faussement.
    En revanche concernant les ressources énergétiques il manque l’uranium que l’Europe importe a 100% comme notamment la France qui a épuisé ses réserves et a fermée sa dernière mine il y a 20 ans, ce qui fait de nous, de tous le pays d’ Europe, le plus exposé. Notre premier fournisseur d’uranium, après avoir pillé les mines africaines, est devenu le Kazakhstan, premier exportateur mondial et ancienne république de l’exURSS, ce dont pourrait se souvenir Poutine dans sa folie de réunir à nouveau les morceaux de la Grande Russie tzariste.
    Un tel article publié par un membre de Carbon4 n’a rien d’étonnant quant on sait l’activité lobbyiste au profit du nucléaire de son patron Jean Marc Jancovici.
    Serge Rochain

    Répondre
    • @Rochain
      Toujours cette vue partiale et partielle !
      D’une part, l’uranium se stocke et se transporte très facilement, contrairement au gaz, et même au pétrole. (il ne s’agit que d’un vulgaire métal)
      La raison en est que les quantités dont on parle sont minuscule.
      En effet, UN GRAMME d’uranium contient autant d’énergie que DEUX TONNES de charbon.
      Et ceci se voit très bien dans les coûts de nos centrales en fonctionnement.
      Le coût de l’uranium, y compris les traitements avant utilisation, dans les coûts de fonctionnement des centrales nucléaires n’est que d’environ 2%.
      À cause de ce coût de combustible très bas, une centrale nucléaire coûte quasiment aussi cher en fonctionnement qu’à l’arrêt. On voit donc qu’il n’y a pas de problème d’importation.
      Exactement l’inverse des centrales à gaz.

      On voit d’ailleurs ici la stupidité de notre politique de développement de l’éolien :
      De fait, lorsque le vent veut bien souffler assez fort (si, ça arrive parfois), EDF prend, sur ordre, l’électricité des éoliennes en priorité et freine ses centrales nucléaires.
      Qu’on pourrait laisser fonctionner tranquillement.
      Nos éoliennes ne servent donc pas à grand chose.

      Et nous avons un cas d’école explicite.
      Comme la Bretagne n’a pas de centrale nucléaire, on construit à Landivisiau une centrale à gaz pour soutenir les éoliennes de Bretagne Nord, en mer.
      Enfin, je devrais dire que les éoliennes soulageront, de temps en temps, cette centrale à gaz.

      Rappelons enfin que nous disposons sur notre sol de 320.000 tonnes d’uranium 238, qui sera consommé par les futurs réacteurs de quatrième génération. 10.000 ans au moins, donc.

      Répondre
      • Heureusement que sa se transporte. Pour un métal que l’on importe à 100% on se demande comment on ferait s’il ne se transportait pas ! ?
        NOUS SOMMES 75% DEPENDANT de l’étranger pour notre énergie…. la franction non dépendante c’est les renouvealbles !
        Et si Poutine annexe le Kazakhstan qui comme l’Ukraine fait partie de l’historique grande Russie…. nous seront vraiment mal car c’est notre premier fournisseur d’uranium.
        Et le voilà a prétendre se transformer en professeur pour expliquer ce qu’est un gramme d’uranium sans comprendre d’ailleurs car il n’y connait rien que pour sortir se gramme et le traiter pour l’obtenir il a fallue remuer 50 Kg de minerai et le traiter pour le réduire en poudre et le séparé de l’uranium par un traitement chimique aux acides. Mais croyez vous pouvoir apprendre quelque chose d’un zoz qui se prétend physicien mais qui s’est montré incapable d’explique comment la 3em loi de Kepler découlait de la loi de gravitation de Newton…… vous parlez dun physicien, il a du entendre parler de physique quantique et demain il nous fera un cours de polichinelle sur l’action des neutrons dans la fission…. n’en doutez pas, on va rigoler.

        Répondre
        • J’aimerais vous adresser un courriel – texte et documents – sur un sujet d’actualité controversé concernant Engie.
          Dans l’attente de votre adresse Internet.
          Un lecteur attentif de vos Commentaires

          Répondre
        • @Serge Rochain,

          Calmez-vous avec le Jaune (ça tape sur la tête à force d’en avaler trop !!!) !!!

          Sur votre point :  » la franction non dépendante c’est les renouvealbles !  » –> On a AUSSI besoin de nombreuses matières premières importées pour faire un parc ENR conséquent (sauf à considérer que l’ancien Empire Français est encore notre Maison ! et que tout ce qui s’y trouve est à nous – Je ne suis pas du tout de cet Avis…).
          Il nous reste pas mal de minerais dans nos sous-sols (peu concentrés et/ou en volume faible par rapport aux Mines du Monde moderne !), c’est aussi une piste pour assurer des ENR 100% National !!! Mais ça va encore « pêter » dans nos campagnes… Pas loin de chez moi (de la petite maison de famille), il y a 30.000 Tonnes de Cuivre (Cf étude BRGM Plateau de Lanmeur), mais aller les chercher, risque des Levers de boucliers intenses des « indigènes » locaux et d’adoption…
          –> Quel est votre Plan Serge pour être VRAIMENT 100% indépendant en ENR (sur toute la Chaine Amont et Aval) !!!

          P.S.: Il y a tout plein de sites miniers potentiels en Bretagne sur diverses catégories de métaux (y compris l’U par ailleurs) et autres Terres rares. –> Que fait-on ??? On ouvre et on « éventre » les sols de partout !!? On fait des Usines de traitement (couvertes de PV Chinois pour assurer une part de leur alimentation !) ??? On autorise tous les procédés d’extraction (pyrométallurgique à l’ancienne et à l’anthracite et/ou Hydro-Chimico-métallurgique !) et on fait tout cela très vite (en fermant les yeux) pour assurer une Indépendendances à 100% de nos ENR !! ???

          J’attends vos suggestions avec Impatience !!! (Faites le a jeun SVP, pas après quelques coup de jaune !)

          Répondre
          • Ce dont on a besoin comme minerais pour le renouvealble ne sera pas transformé en chaleur et donc réutilisable à l’infini…. un atome de cuivre restera éternellement un atome de cuivre, contrairement à un atome d’uranium non réutilisable, non recyclable …. transformé en chaleur….. ce sont des équations simples que les esprits comme le votre sont incapables de comprendre.

      • On voit bien l’incompétence de l’ingénieur du gaz « spécialiste » des RNR qui ne connaît rien au nucléaire et en particulier de la répartition de ses coûts de production. Le coût du combustible est de 15 %, dont un tiers pour l’uranium lui-même.

        S’il n’y avait pas d’éolien, la production d’électricité à partir de gaz, de charbon et de pétrole aurait été augmentée de 35,6 TWh en 2021.

        Une capacité fossile de 8.500 MW a été fermée en France entre 2010 et 2020.

        La centrale de Landivisiau n’a pas été construite pour « compléter » les éoliennes en mer de Bretagne. Le projet date de 2006 avec pour objectif de soutenir le réseau électrique breton, comme cela a été le cas en PACA avec la construction d’une ligne THT supplémentaire.

        As-t-on construit 18.800 MW de centrales à gaz pour « compléter » les éoliennes « les jours sans vent » ?

        Et à propos, pour consommer les « 320.000 tonnes d’uranium 238 », la nouvelle version, c’est 80 réacteurs 4G de 1.000 MW (unité classique) ou de 1.600 MW (comme des EPR) ? Et mis en service à quelle date ?

        Sans oublier les autres questions restées sans réponses au sujet des RNR.

        Répondre
        • @Marguerite,

          Merci pour votre éclairage sur la Centrale à Gaz Fossile (+un tout petit peu de « BioGaz » porcin bretons pour faire plaisir aux puristes et aux porcistes!) de Landivisiau. L’Alimentation de Landivisiau/Bret:Morlaix arrive par la THT/HT de Bretagne Sud où sont déjà connectés pas mal de parcs éoliens terrestres et solaires (plus ceux en cours et à venir). En espérant que les 2 dernières Centrale au Fioul du coin (Dirinon et Brennilis) soient ferraillés au plus vite du fait de cette Centrale à Gaz, ce serait un peu une victoire à la Pyrrhus, mais bon… Après tout le pire pour l’électricité bretonne est la Centrale de Cordemais, qui risque d’avoir encore de nombreuses journées d’utilisation dans les années à venir !!!
          En attendant le ferraillage complet de Cordemais et pourquoi pas l’arrivée « judicieuse » (ou pas) d’une paire d’EPR2 à la place !!! –> Que pensez-vous d’un petit bouquet de 2 Centrales au « Gateau Jaune » dans l’estuaire de La Loire (en lieu et place de Cordemais bien entendu, donc des emplois sauvés en direct et en indirect et des installations et autres Lignes THT déjà présentes donc recyclés !!!) !? @Marguerite

          Répondre
          • APO une fois de plus vous prouvez bien qu’il est Urgent de développer les ENR partout en France car c’est bien les ENR qui évitent de faire démarrer trop souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances de notre merde polluante de nucléaire très très cher et de plus en plus intermittent ..

        • Oui oui, il y en a partout… Enfin, il y en avait avant qu’on asséché la veine, comme en France ou les filons n’ont tenus que de 20 à 30 ans et nous avons fermé notre dernière mine il y a 20 ans.
          En revanche du gaz on en trouve beaucoup plus il n’y a même que trous abs que l’on exploite plus celui d’Aquitaine asséché aussi. Eh oui tout à une fin sur cette petite planète et il est grand temps d’aller chercher notre énergie ailleurs. La corne d’abondance inépuisable ce n’est que dans les légendes Cochelin et faire l’autruche ne dure qu’un temps limité…. Comme les ressources que l’on transforme en chaleur.

          Répondre
      • C’est çà 66% ici, 55% là, ou encore 45 % ailleurs autant de chiffres que de sites dont aucun n’est officiel (BMWI)…?
        Mais bien sur Cochelin de Tien la vérité. Et c’
        Est vrai pour tout… Il faut abattre l’idée que L’ALLEMAGNE est sur la bonne voie… Car c’est une image qui nuit au nucléaire puisqu’ils l’abandonne t. N’oubliez cependant pas de regarder à quel prix se situe l’électricité produite en Allemagne comparé à celui de la glorieuse France atomique avec 1/3 de ses réacteurs en carafe, 18 sur les 56, rien que ça! A la pointe de consommation de 20 heures constatez simplement que le MWh français est plus de 4 fois plus cher que le MWh allemand… C’est sur eco2mix, certainement encore une fake new

        Répondre
      • En 2019, l’Allemagne a importé 51,2 % de sa consommation de gaz de Russie et la France 25,7%.

        En milliers de térajoules (ou en PJ), cela donne :

        Allemagne : 1.803 PJ importé de Russie sur 3.521 PJ de consommation.

        France : 450 PJ importé de Russie sur 1.751 PJ de consommation.

        Les statistiques européennes sont une source beaucoup plus sérieuse qu’un média allemand aux orientations inconnues.

        Répondre
    • @Serge Rochain, Très Cher Professeur PlateLun,

      Il y dans ce texte 66% du triptyque Gagnant de NegaWatt clairement et explicitement cité :
      «  » Rappelons tout d’abord que les mesures réduisant nos consommations d’énergie (efficacité énergétique et sobriété) sont incontournables et réduisent de facto notre dépendance au gaz. «  »
      –> Etes-vous faché que l’auteur est mentionné le mot « Gaz » pour la réduction de la dépendance !? Pourtant il a bien cité les 2 premiers Mots du/des Scénarios NegaWatt !!!

      NegaWatt est très pro-BIOGazeux, moi cela me gêne quand j’ai lu leurs façons de calculer la Production de BioGaz (sur le scénario 2011 certes…) et quand je vois parfois le désastre du BioGaz Breton dans toute sa chaine (Colonies de vacances concentrationnaires pour les Porcs !!!, Alimentation à Haute Teneur en Soja « Amazonien », Diffusion Chronique de Nitrates dans les Nappes et les Cours d’eau avec des développements massifs d’Algues Vertes dans de nombreuses Embouchures !!!, etc…) –> Si quelqu’un donne des références sérieuses de Calcul du Biogaz à la Hauteur des enjeux et des Ordres de Grandeur face aux Gaz Fossiles, je suis preneur !!!

      Répondre
  • Ce que je trouve le plus extraordinaire, c’est qu’on sait que les sources d’électricité renouvelables intermittentes, les Rni, par définition, nécessitent en parallèle des sources pilotables pour alimenter le réseau les jours de météo défavorable.
    Tout simplement parce qu’on ne sait pas stocker l’électricité en grande quantité (disons trois semaine de consommation du pays)
    On commence donc par doubler les investissements.
    Et que l’on sait que les seules énergies disponibles en forte puissance (en dehors de l’hydraulique dont notre nucléaire a besoin pour les variations rapide de charge), sont des centrales à flamme.
    On voit donc que les Rni sont fortement générateurs de CO2, puisque leur taux de charge sont vers 15% (solaire PV), 25% (éolien terrestre) et 40% (éolien en mer) montre que, sur l’année, ce sont les centrales à flamme qui fournissent la très grosse majorité de l’énergie.

    Que des pays comme l’Allemagne veuille remplacer leur charbon par du gaz, et soulager ces centrales à gaz par éolien et solaire lorsque le temps s’y prête, on comprend bien la logique.

    Mais que les écolos continuent à proclamer que éolien et solaire PV sont vert, cela dépasse l’entendement.

    Répondre
    • Toujours aussi sur de lui le petit troisième zone ignorant qui enchaîné les question et fait les réponses qui l’arrange, pour conclure sur une énormité qui n’est que la conséquence de ses réponses aberrantes.

      Répondre
        • Mais non petit ignorant, le gaz est nécessaire au nucléaire car bien qu’il y ait du vent aujourd’hui et que l’éolien fournisse 10 GW de puissance nous consommons 4 GW de gaz en continue, importons massivement de l’Allemagne (vous savez ceux qui nous vendent du vent, car ça donne bien) jusqu’à 8 GW au moment ou on en à le plus besoin (activité économique). Mais tout cela est normal avec un nucléaire en perdition avec 18 réacteurs en croix, soit 1/3 du parc qui peine à fournir 38/39 GW de puissance pour un besoin de 65 GW durant la période d’activité économique et pour la pointe de 20 H. d’ailleurs à ce moment là le cout exemplairement bas (laissez moi rire) de l’électricité nucléaire de France vaudra plus de 4 fois plus cher que le prix de l’électricité exhorbitant (laissez moi continuer à rire) allemand (356,97€ le MWh français contre 84,48€ le MWh allemand) tout ça facilement vérifiable sur éco2mix et nucléar monitor, par n’importe quel individu normal sauf vous qui êtes bien incapable de chercher autre chose que les sites du lobby nucléaire.
          C’est pas argumenté ça….. petit niais ?

          Répondre
        • @Hervé et @Serge,

          Allez prendre un petit Jaune ensemble, cela apaise les Esprits parfois… (@Hervé, Faites attention que Serge n’abuse pas et surtout qu’il mette de l’eau dans son verre, pur ça tape sur la tête, rend nerveux et fais dire n’importe quoi !!!)

          Une petite chanson pour mettre un fond de musique pacifiste – https://www.youtube.com/watch?v=M0vvS_ieBw4&list=PL5qRqL-ftD2jYXu16RhQ5I9jt7GzZtEKi&index=2 – le titre « Do Think Twice » et une Dédicace spéciale à Serge !

          Répondre
    • Comment l’ingénieur du gaz « spécialiste » des réacteurs RNR va-t-il nous expliquer que l’Allemagne a baissé le contenu carbone de son électricité de 483 g à 338 g CO2/kWh entre 2010 et 2019 ?

      La production de gaz a augmenté de moins de un TWh entre ces deux dates.

      Le nucléaire a diminué de 66 TWh et le total fossiles de 95 TWh. Les renouvelables ont augmenté de 137 TWh, dont 87 TWh pour l’éolien.

      Et la France a fermé 8.500 MW de capacité fossile entre 2010 et 2020.

      Répondre
      • @Marguerite,

        Encore Merci pour ce bouquet d’informations (avec ses bons cotés mais aussi ses insuffisances notamment sur la proportion importante toujours et encore de Gaz Fossile climatiquement génocidaire !), il va certainement nous manquer en 2021, 2022 et possiblement 2023 pas mal de jaunes dans notre « bouquet électrique » et nous allons importer beaucoup d’électricité contenant de larges proportions « brunes » et malodorantes de nos voisins Allemands (hélas !)…
        Les ENR, c’est pas mal, mais il reste encore beaucoup de progrès à faire, et un petit coup de jaune pour tout décarboné au Max sera plus que nécessaire !!!

        Fermer Fessenheim a quelquepart condamner la fermeture de Cordemais et son Charbon puant (de par son origine et par sa combustion !)… Nous avons inverser certaines priorités et nos objectifs de fermeture Totale du « charbon électrique » semble s’éloigner encore (héals !) de quelques années…

        En Hommage à Angela Merkel, «  »grande » » artisane de a Baisse du CO2 Allemand, une petite chanson dédiée – https://www.youtube.com/watch?v=-O5Uixr9HzQ&list=PL5qRqL-ftD2jYXu16RhQ5I9jt7GzZtEKi&index=1 – Dites moi si vous aimez @Marguerite !? (Le Lobby qui porte cette chanson est assez Nul !!! mais l’air est Joli – Avis personnel )

        Répondre
        • APO encore une fois je vous remet la réalité du terrain: à propos des vieux canulars sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections et aux deniers événements … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR …

          Répondre
  • Le prix de l’électricité à un instant t n’est pas significatif sur le prix que va payer l’utilisateur. Mise en garde de la Cour des Comptes en Allemagne sur l’avenir de la trajectoire pris par ce pays :https://allemagne-energies.com/tag/prix-delectricite-en-allemagne/
    La précarité énergétique dans ce pays y est importante. Et encore plus maintenant car la moitié des ménages de chauffent au gaz (en grande partie venant de Russie) et le quart au mazout dont les prix se sont envolés, et bien plus qu’en France.

    Répondre
    • Je note « bien plus qu’en France ». Allez donc contrôler l’envol des prix du gaz à l’étranger… Vous ne savez pas comment vous y prendre ? Ne vous inquiétez pas, Cochelin qui a un petit doigt qui sait tout l’a fait pour vous….
      Vous avez la une magnifique démonstration de ce qu’est un lobby.! Il ne sait rien évidement si ce n’est ce que le lobby nucléaire lui a dit de rapporter et comme c’est un grand naïf il s’empresse de le faire.
      Lui n’a pas à se oser la question de savoir comment faire puisqu’on lui a sussuré à l’oreille ça lui suffit !

      Répondre
  • Et pour confirmer mes propos (et infirmer ceux de Rochain) : « Selon l’Office fédéral de la statistique, cependant, avant même l’explosion actuelle des prix, l’électricité n’était nulle part en Europe aussi chère qu’en Allemagne. Une étude de Verifox l’a également confirmé, affirmant que l’Allemagne a également les prix de l’électricité les plus élevés au monde. Au premier semestre 2021, le prix de l’électricité par kilowattheure calculé par l’Office fédéral de la statistique était de 31,93 centimes. C’est 1,5 cent de plus qu’au 1er semestre 2020. Mais il y a encore pire: comme l’a calculé le portail Strom-Report, le prix moyen des nouveaux contrats en janvier 2022 est déjà de 43 cents par kWh. Un supplément de près de 10 cents ou environ 25 pour cent. À 96,85 euros/MWh, le prix de gros moyen de l’électricité en Allemagne en 2021 était nettement supérieur au prix de 30,47 euros/MWh de l’année précédente. Au cours de l’année, les prix de gros sont passés d’une moyenne de 54,96 euros/MWh au premier semestre à 138,04 euros/MWh au second semestre. C’est presque un triplement en un an.
    En France, en revanche, le niveau des prix est inférieur de plus de 40% à celui d’ici. » https://www.agrarheute.com/management/finanzen/strompreise-europa-zahlen-landwirte-verbraucher-industrie-591121

    Répondre
    • Plutôt que le blabla de Cochelin vérifiez par vous même sur eco2mix puisqu’o’ peut chœur la date et balayer le curseur d’heure en heure de chaque jour. Vous avez, ce qui permet de gagner du temps dans la rubrique Données de marché, à droite la carte d’Europe la France en blanc. Quand un pays est plus cher il est en rouge Quand il est moins cher, il est en bleu. Au même prix il est blanc comme la France c’est pratique pour une analyse rapide sinon vous avez les prix en numérique au dessus. Vous verrez queil ‘n’y a sur les deux derniers mois par exemple que la France a un prix inférieur à celui de l’ Allemagne que quelques heurs (moins de 10) mais 90% du temps supérieur à l’Allemagne qui paraît presque toujours en bleu.

      Alors à moins de croire que RTE est vendu au profit de l’Allemagne Cochelin, toujours égal à lui même raconté le message du lobby nucléaire.

      Répondre
    • En France, le prix moyen de l’électricité sur le marché a été de 32,7 €/MWh en 2020 et 110,1 €/MWh en 2021 (3,4 fois plus cher). En 2019, c’était 39,6 €/MWh.

      Avec un prix moyen du marché augmentant de 74,5 €/MWh en juin à 211,4 €/MWh en décembre, toutes les centrales éoliennes et photovoltaïques en complément de rémunération ont renfloué le compte spécial du budget de l’Etat relatif aux énergies renouvelables et abaissé le coût de la CSPE.

      Même les petites installation photovoltaïques sur le toit d’une maison n’ont pas coûté grand chose, ne pouvant pour leur part rien reverser à l’Etat puisqu’elles ne vendent pas sur le marché. Mais c’est EDF qui en a bénéficié.

      Rappel : appels d’offres des trois dernières années, tarif de l’éolien à 60-65 €/MWh et PV à 55 €/MWh (en complément de marché).

      Faut se documenter en France avec les sources officielles au lieu de chercher ailleurs ce qui colle à des propos douteux.

      Répondre
      • C’est une spécialité nucléophile de chercher midi à 14 heures pour noyer le poisson. Négligeant les sources fiables que nous avons à disposition comme eco2mix par exemple. On peut y voir aisément que le prix du MWh Allemand n’a jamais été, même pas une seule heure dans le mois, supérieur au prix du MWh français, et le plus souvent inférieur à bien inférieur jusqu’à 4 fois moins, durant tout le mois dernier (février).

        Répondre
  • Plutôt que d’interdire le pétrole ou le gaz proposons des technologies qui permettent de produire moins chères ! Il est là le défit ! Parce que c’est quand l’énergie est moins chère qu’elle suscite les changements .

    Hervé Guéret 11.03.2022
    « En effet, UN GRAMME d’uranium contient autant d’énergie que DEUX TONNES de charbon.
    Et ceci se voit très bien dans les coûts de nos centrales en fonctionnement. »

    – Si 1 gramme d »uranium contient 2 tonnes de charbon et que ça se voit dans les coûts des centrales, on le voit toujours pas sur les factures ? C’est même plutôt le contraire ?

    « Le coût de l’uranium, y compris les traitements avant utilisation, dans les coûts de fonctionnement des centrales nucléaires n’est que d’environ 2%. »

    -Mais il n’y a pas qu’avant ? Il y a aussi après ! Laisser décroitre le combustibles c’est aussi des coûts. Le mettre en conteneur, c’est encore des couts ,L’enfouir c’est encore des couts. Le surveiller ad vitam aeternam, c’est encore des coûts .

    « À cause de ce coût de combustible très bas, une centrale nucléaire coûte quasiment aussi cher en fonctionnement qu’à l’arrêt. »

    – Raison de plus pour arrêter toutes celles qu’on pourrait être remplacées par des Enr. Ce qui nous ferait économiser le coût de ces centrales et nous permettrait de développer le stockage renouvelable avec l’électricité produite par le soleil et le vent. Ainsi que le coût du combustible qu’elles brûlent et tous les traitements suivants.

    « On voit donc qu’il n’y a pas de problème d’importation.
    Exactement l’inverse des centrales à gaz. »

    « On voit d’ailleurs ici la stupidité de notre politique de développement de l’éolien :
    De fait, lorsque le vent veut bien souffler assez fort (si, ça arrive parfois), EDF prend, sur ordre, l’électricité des éoliennes en priorité et freine ses centrales nucléaires. »

    – La stupidité c’est effectivement de donner la priorité à une énergie dans la mesure ou l’on considère qu’elle ne peut pas être stockée ? Alors que toutes les énergie sont stockables par transformation de l’électricité en ressource stock Et sans autre besoin que celui d’une infrastructure dont tous les éléments de construction sont déjà utilisés par l’industrie depuis des lustres i
    Par contre, aller chercher à l’autre bout du monde avec des moyens dont on imagine les contraintes et les pollutions, du minerai qu’on transformera en énergie, sous prétexte qu’avec un gramme on remplace 2 tonnes de charbon, pour construire ensuite des centrales dont les de coûts de construction, de fonctionnement , le poids des déchets et de la sécurité qui s’y rapportent, font exploser le prix de son énergie, ne vous dérange pas ?
    Alors même, que le soleil et le vent peuvent fournir l’énergie primaire qui pourrait être transformée en stocks d’énergie pilotables .

    « Nos éoliennes ne servent donc pas à grand chose. »

    – Si ! Car elles font baisser le prix du pétrole et de toutes les matières qui servent à produire de l’énergie qui seraient sans aucun doute à un autre niveau, si elles n’avaient pas été développées partout dans le monde

    « Et nous avons un cas d’école explicite.
    Comme la Bretagne n’a pas de centrale nucléaire, on construit à Landivisiau une centrale à gaz pour soutenir les éoliennes de Bretagne Nord, en mer. »

    – C’est très bête de die ça ! Parce que si le nucléaire était ce qu’on prétend qu’il est , on n’aurait pas besoin du gaz pour compenser ? En réalité avec le nucléaire et les Enr on brûle l’énergie par les deux bouts ? Mais au final seules les Enr resteront, parce qu’on peut tout produire sur place , moins cher et sans risque !

    « Rappelons enfin que nous disposons sur notre sol de 320.000 tonnes d’uranium 238, qui sera consommé par les futurs réacteurs de quatrième génération. 10.000 ans au moins, donc. »

    – Seulement pour pouvoir utiliser ce supposé réservoir ,il faudra sans doute revoir la technologie qui elle coûte très cher comparativement à ce que pourront coûter les Enr une fois l’investissement amortit .

    Répondre
    • Pour les coûts c’est très simple, les nucléophiles qui ne pardonnent pas à l’Allemagne d’avoir abandonner le nucléaire devraient méditer sur les coutes du MWh en production de nos deux pays. Dans la rubrique « Données de marché » d’éco2mix on peu voir d’heure en heure le prix du MWh de plussieurs pays dont évédement la France mais aussi l’Allemagne.
      Tout le monde peut constater que depuis le début du mois de Mars le prix du MWh allemand n’a été que durant 16 heures par intermintance plus élevé que le MWh français. Et en recherchant dans le passé on peut vois que ce n’est même pas arrivé une seule heure durant le mois de février, et avant, ce n’est pas mieux, on a du mal à trouver une heure où le MWh allemand est plus cher que le français ! En plus coté fiabilité le nucléaire est inquiétant avec 1/3 du parc en carafe…. rien moins que 18 réacteurs à l’arret. Heureusement qu’il y a du vent en ce moment ça aide, on brule un peu moins de gaz et on importe un peu moins. Et il y a des idiots qui vont dire que le nucléaire s’efface devant l’éolien mais il s’efface alors également aussi devant le gaz malgré son prix élevé, et aussi devant les importations, notamment allemandes !
      A part ça, il n’y a pas de lobby nucléaire qui fait du lavage de cerveau !!??

      Répondre
      • Vous oubliez tout simplement les couts de réseau qui viennent majorer de beaucoup ce prix de gros en Allemagne, plus faible qu’en France. Car les renouvelables intermittentes ou non oblige les différents fournisseurs à les facturer à leurs clients. L’Allemagne exporte plus ces dernières années-ci à des prix plus bas car provenant de surplus occasionnels et importent plus (de Norvège) à des prix toujours plus haut pour limiter la sollicitation de leur parc thermique à flamme. A lire sur le site indiqué plus haut : agrarheute.com Et n’allez pas croire que tous les sites allemands sont des lobbies du nucléaire.
        Vous annoncez qu’un tiers du parc nucléaire est en carafe (en fait pas tout à fait) mais bous ne vous exprimer pas de la même manière lorsque le solaire ppv passe par 0 de production ou lorsque l’éolien ne fournit que 5, 10, 20 %.

        Répondre
        • Il vous faut toujours essayer de noyer le poisson en faisant diversion comme si avec des ajouts de réacteurs nucléaire on pourrait se passer de réseau notamment vos fameux SMR !

          Répondre
          • En Allemagne, les frais de réseau sont assez conséquents. Une grande partie des prix élevés est due aux conditions et aux prélèvements spécifiquement allemands – tels que le supplément EEG et les frais de réseau. Ceci est démontré par une comparaison directe des prix de l’électricité avec d’autres pays européens – et aussi un regard sur la proportion de taxes qui étaient en fait déjà destinées à l’expansion des énergies renouvelables. Selon un rapport de suivi de l’Agence fédérale des réseaux et de l’Office fédéral des cartels, « les composantes tarifaires initiées par l’État » représentent environ la moitié du prix de l’électricité! En 2020, ils avaient une part d’environ 52%.
            Et pour la signification des « frais de réseau » : https://energiemarie.de/strompreis/zusammensetzung/netzentgelte#:~:text=Anteil%20der%20Netzentgelte%20am%20Strompreis,%2C08%20Cent%2FkWh.. Vous rajoutez aussi les frais pour EEG, les impôts, txes, frais de mesure, … et vous avez un coût du kWh qui n’est pas négligeable.

          • Arrêtez avec vos références pipées Cochelin. Le document que j’ai déjà produit 10 fois avec le prix comparé des 27 pays d’Europe et publié par la commission européenne montre les prix de la fourniture, du transport, et des taxes séparément et on voit que le réseau français et plus cher que le réseau allemand.
            Inutile d’essayer l’entouloupe ça ne marche pas ! QUANT À L’EEG le gouvernement a décidé de l’abaisser de 43 % à partir de 2022… Gare à la chute de la partie taxe en Allemagne… Vos arguments s’effritent… Il ne reste que la part des Indemnités versées aux propriétaires des mines et des centrales à charbon pour fermeture anticipée que l’Allemagne paie avec la taxe sur l’électricité !
            Et ça ce n’est pas du boniment à la Cochelin c’est du vérifiable.

          • Côté lobbing, de nombreux rapports et scenarii de RTE sont établis conjointement avec le Syndicat des Energies Renouvelables. Que ne diriez-vous pas si RTE était associé avec le S.F.E.N. ? Sortez un peu de votre ironie habituelle et avancez des arguments un peu plus sérieux !

      • Sieur Rochain divague de plus en plus et revient à ses agressions vulgaires, à croire que les connexions neuronales se dégradent!
        Inutile de répondre à toutes ses élucubrations , il trouvera toujours réponse à tout.
        Le lobby nucléaire n’a rien à envier au lobby du renouvelable (cf SER) dont Sieur Rochain doit être un des porte paroles bénévole (?). Personnellement je ne vois rien de mal à défendre son business en faisant du lobbying pourvu qu’il reste sincère et factuel.
        Mais ne vous découragez pas pour lui mettre le nez dans ses contradictions et sa vulgarité condescendante.
        Il me plait à lui baver dessus comme il dit!

        Répondre
        • Vous m’inspirez Victor, …. toujours aussi con ! En repo sans doute mais vous vous trompez encore…. réponse au SMR sans doute…. mais vous vous trompez encore Victor, SMR n’est pas une insulte mais un truc inexistant, virtuel, dont tout le monde parle d’ailleurs cela veut dires Sans Masse Réelle

          Répondre
          • Serge Rochain 11.03.2022

            « Vous m’inspirez Victor, …. toujours aussi con !  »
            Merveilleux Rochain, aussi élégant dans le verbe que dans ses argumentations LOL.

  • Rochain étant juge et partie dans les renouvelables (étant lui-même actionnaire), ses commentaires sont eux-mêmes suspects, selon sa propre logique, de lien avec le lobby des renouvelables et de nature orientés et partiaux. C’est une évidence !

    Répondre
    • TYien, quand vous manquez d’arguments et que vous avez le nez dans le caca avec le prix de l’électricité compéré enttrer l’Alleamgne et la France vous m’accusez d’influencer RTE pour qu’ils donnent des chiffres favorables à l’Allemagn,e…. vous surestimez mon pouvoir d’influence sur une entreprise comme RTE… Mais pour vous épatez je vais vous dire OUI OUI c’est moi qui ordonne à RTE de truquer les vrai chiffres rien que pour embétrer Cochelin et l’obliger à m’attaquer sur ce que je fais de mes économies.Si SI c’est d’ailleurs grace à moi que la Chine est si riche avec les millions de M2 de PPV que j’ai acheté. Vous êtes en admiration j’espere Cochelin, NON ?

      Répondre
    • @Cochelin 11.03.2022
      « Rochain étant juge et partie dans les renouvelables (étant lui-même actionnaire) »

      ça, ça m’intéresse.
      Il est actionnaire de quoi ?
      Je me demandais s’il n’était pas partie prenante chez un fournisseur de gaz.
      Puisqu’il n’y a pas de renouvelable intermittent (éolien et solaire PV en premier) sans centrales à gaz pour prendre le relais en back-up.

      Répondre
      • Effectivement, ….. j’ai dabors comparé, mesuré, puis jugé ….. avant de prendre partie, et placer une part de mes économies dans la source d’énergie la plus utile, celle qui produit lorsqu’on en a le plus besoin, le PPV.
        Puis, cherchant aussi à produire de façon pilotable j’ai aussi investit une autre part dans la création d’une retenue alimentant une station hydroélectrique sur un fleuve cotier des pyrén,ées orientale, et dans la construction d’un méthaniseur créé par une association d’agriculteurs. C’est aussi riche d’enseignements grace aux rapport d’activité trimestriels qui confirment (pour le parc PPV) que l’aléa du à l’imprévisibilité des conditions météorologiques n’existe que dans la tête de gens comme Cochelin, Gueret, et autres ignorants des sciences du climat, car la colonne des prévision différe de celle des réalisations que de +-2% les pires des mois et le plus souvent < 1%. Quant aux autres investissements ils sont réglés comme du papier à musique.
        Pour l'éolien, il n'y avait malheureusement pas d'appel à des investisseurs privés individuels lorsque j'ai décidé de cette nouvelle affectation du produit d'une vie de travail qui avait mieux à faire que de rester sur des comptes bancaires de rapport finissant un jour ou l'autre à l'insu des détenteurs de comptes, dans des actions minières, seulement des sollicitations aux organismes institutionnels. Depuis cela a bien changé et il existe de nombreux appels aux investisseurs privés dans ce domaine, malheureusement je n'ai plus de disponibilités, j'en resterai donc au solaire, au biogaz, et à l'hydraulique mais je soutien bien sur moralement la filiere éolienne comme toutes les filieres renouvealbels à venir.
        Je ne defend donc par les renouvelables parce que j'y ai des intérets, au moins dans certains d'entre eux,mais j'y ai des interets parce qu'ils ont toute ma confiance que j'ai voulu la traduire en actes dans la mesure de mes moyens.
        Moi, je n'ai strictement rien à cacher.

        Répondre
  • Parlons plutôt du coût final de l’électricité pour le consommateur. Voyez mon commentaire plus haut, vous qui dites que je manque d’arguments alors que je démonte les vôtres avec des chiffres à l’appui !

    Répondre
    • Ce commentaire aurait du se trouver à cet emplacement :
      Côté lobbing dont il est question plus haut, de nombreux rapports et scenarii de RTE sont établis conjointement avec le Syndicat des Energies Renouvelables. Que ne diriez-vous pas si RTE était associé avec le S.F.E.N. ? Sortez un peu de votre ironie habituelle et avancez des arguments un peu plus sérieux !

      Répondre
    • Vous convenez donc enfin que le client français a la chance d’être moins taxé que le client allemand .
      Car ce n’est pas ainsi que l’on démontre que le nucléaire est la meilleure façon d’obtenir un prix bas de production d’électricité car il produit plus cher que le renouvelable allemand. Qui réussi à être moins cher tout en utilisant encore une part de fossile..
      Mais un peu de patience, la taxe diminue de près de moitié cette année… Même TTC vous allez commencé à avoir des soucis dans vos comparaison et quand les propriétaires de mines et centrales à charbon fermées ce sera la berezinat vos comparaisons.

      Répondre
  • Ce ne sera plus les consommateurs qui paieront l’EEG mais les contribuables via les fonds fédéraux. Cela revient au même. https://strom-report.de/eeg-umlage/ Autre inconvénient : « La bonne nouvelle pour la surtaxe EEG en 2022 a également un inconvénient. La forte hausse des prix de l’électricité en bourse augmente les coûts d’approvisionnement des fournisseurs d’électricité et rend ainsi les factures d’électricité des clients finaux plus chères. Une charge supplémentaire sur le prix de l’électricité est également menacée en raison de la hausse des frais de réseau d’environ 4% [données provisoires]. La question de savoir si la baisse de la surtaxe EEG compensera cette augmentation des coûts en 2022 reste ouverte. [Plus d’informations sur l’évolution des prix de l’électricité en 2022] « 

    Répondre
    • Cessez de vous inquiéter pour les allemands, ils produisent une électricité moins cher que nous.
      En février le prix du MWh allemand n’a à aucun moment, même pas une seule heure, supérieur au MWh français !

      Répondre
      • Les prix de gros sont établis de manière contractuelle entre deux pays. Mais l’Allemagne dispose d’un très gros parc de production, pilotable et non pilotable. Ses grosses ressources en lignite lui donne un avantage concurrentiel supérieur à la France qui, n’ayant pas de parc thermique important fonctionnant à la houille, use plus souvent du gaz pour réguler son réseau. Ce qui lui coûte un peu plus cher et limite sa production. Mais le prix de gros n’influence que très peu le prix de détail TTC pour les particuliers. Le kWh en Allemagne est et restera encore pour longtemps le plus cher au monde et la baisse de l’EEG n’aura probablement pas d’influence sur celui-ci. Tous dépend de la volonté des distributeurs allemands de répercuter cette baisse à leurs consommateurs. De toutes façons, ce sont des fonds publics fédéraux qui compenseront, c.à.d le contribuable allemand. https://www.agrarheute.com/management/finanzen/deutschland-bleibt-weltmeister-strompreisen-573340

        Répondre
        • Inutile de faire un gros la¨¨ius en mélangeant un peu tous les paramètres qui n’ont rien à voir avec le sujet qui est :
          Quel est le moyen de produire son électricité le plus économiquement possible ?
          Inutile donc de parler de telle ou tel proportion de lignite, de charbon, de taxation et de l’âge du capitaine. Vous cherchez un moyen de comparer les prox de production qui s’affranchi de toutes ces considérations oiseuses dont le but est de croire que ça permet de s’en sortir en se tordant dans tous les sens…. vous avez un moyen très simple : Le prix où s’échange le MWh sur les places européennes qui produisent avec des moyens différents c’est là :
          https://www.rte-france.com/eco2mix/les-donnees-de-marche
          vous promenez simplement l’index avec la souris successivement sur toutes les heures de la journée…. Sur la carte d’Europe à droite, la France qui est la référence est toujours en blanc, quand c’est une teinte vers le rouge c’est que c’est plus cher qu’en France et quand c’est en bleu c’est que c’est moins cher. Si c’est blanc c’est au même prix.
          J’épluche ça tous les jours et indépendemment de ce que je lis par ailleurs dans les sites officiels et que vous contestez systématiquement avec des bilvezets que vous faites trouner comme des moulinettes (comme dans ce message auquyel je reponds) qui confirme ce qui ressort de cette anélyse détaillé, il y a longtemps que j’ai compris que le nucléaire était, indépendament de toutes ses autres tares, le moyen de produire une électricité chère….tres chère, tres tres chere ! Par exemple, en février et durant tout le mois, il n’y a pas eu, ne serait-ce qu’une seule heure, pendant laquelle l’électricité allemande a été plus chere que l’électricité française. Et accessoirement nous avons 21 réacteurs arrétés au vord du chemin depuis deux jours déjà avec une production qui plafonne à 34/35 GW pour un besoin de 60 ! Et merci, une fois de plus les allemands de nous sortir du caca, et nous sommes pourtant un dimanche et l’activité économique en vacances !

          Répondre
      • @Serge Rochain,

        Vous avez parfaitement Raison, les Allemands produisent et contribuent à fournir une électricité très Bon Marché à leurs Industriels !!! Nettement moins à leur population !!! Ce n’est pas étonnant vu leur histoire Industrielle et celle de leur population de Base (et son traitement d’en haut)…
        La « Belle » Angie n’y a pas changé grand chose et est restée sur les trajectoires des Gerhard, l’ami de Vladimir !!! Une petite chanson parodisiaque en sa mémoire – https://www.youtube.com/watch?v=-O5Uixr9HzQ – Cela vous détendra Serge (c’est mieux que le Jaune pour vous…).

        Nous Français, nous restons de « Grands Romantiques » un peu trop communistes du gout de certains (surtout vu des Industriels!)…

        Répondre
        • APO vous voulez vérifier que les Allemands ont toujours paye le vrai cout de leur énergie sur leur facture alors qu’en France on a tout finance avec nos impôts et on va le payer toujours plus cher des milliers d’année .. et que les Allemands avec un prix du kWh plus cher ont des factures d’électricité moins élevées que les nôtres ? ou est l’erreur ? allez je vous donne des pistes : . voire les maisons passives voire positives et regardez ce que les Allemands ont sur leurs toits avec une moins bonne météo que nous ….

          Répondre
  • Aujourd’hui, la production nucléaire est nettement réduite pour faire de la place à des importations en provenance d’Allemagne et d’Espagne où la production éolienne est forte, mais à des prix moyens à très élevés alors que le coût marginal du nucléaire est très faible. Il semble cependant que les centrales à lignite allemandes n’aient même pas réduit au minimum leur consommation.
    Et comme d’habitude, au lieu de reconstituer le stocks des STEP en maintenant le nucléaire à un niveau normal, on préfère également baisser le nucléaire et brûler davantage de gaz ensuite, même à un prix astronomique, contrairement à ce que fait l’Espagne.
    Alors, je pense qu’il y a vraiment un problème à la direction de RTE.
    Développer les ENR, (à condition que ce soit de manière à limiter au maximum leur variabilité, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui): oui, saboter le nucléaire: non.

    Répondre
    • Et aujourd’hui c’est même 21 en arrêt total sur 56 soit 38% du parce qui ne fournit que 35 GW pour un besoin de 60 GW. Ce qui explique ce besoin massif d’importation de 11GW en provenance d’Allemagne et d’Espagne.
      Et notre production vaut d’autant plus. Chère qu’elle est basse 264,62€ le MWh alors qu’en Allemagne elle n’est qu’à 67,84 € et 204,60€ en Espagne à 11h

      Répondre
    • On ne fait pas de place aux productions étrangeres sous prétexte qu’elles ne sont pas chere …. ça coute plus cher de mettre un réacteur à l’arret ! Il y a deux moyens pour les arréter
      1) on plonge au maximum les barres de commande entre les crayons actifs et on diminue leur possibilité d’assurer le suivi de charge par la suite en consommant les modérateurs et sans économiser pour autant les crayons actifs qui continue la réaction dont on annule les effets, ça nous coutera cher un peu plus tard quand cela mettre le réacteur sur la touche faute de pouvoir fonctionner autrement qu’au régime de base c’est à dire maximum pour lequel le réacteur est conçu.
      2) On extrait les crayons actifs et on les plonge dans la piscine en prenant grand soin qu’il soient très espacés les uns des autres pour éviter l’emballement, en attendant des jours meilleurs pour redémarer le réacteur, ce qui mettra au minimum deux jours, mais sans économiser pour autant les crayons actifs qui continuent la réaction dans la flotte de la piscine qu’ils font bouillir et qui s’évapore. Heureusement on ne manque pas d’eau…. au moins chez moi depuis déjà 24 heures.

      Répondre
      • Serge Rochain 13.03.2022
        « On ne fait pas de place aux productions étrangeres sous prétexte qu’elles ne sont pas chere …. ça coute plus cher de mettre un réacteur à l’arret ! Il y a deux moyens pour les arréter
        1) on plonge au maximum les barres de commande entre les crayons actifs et on diminue leur possibilité d’assurer le suivi de charge par la suite en consommant les modérateurs et sans économiser pour autant les crayons actifs qui continue la réaction dont on annule les effets »

        C’est sûr que c’est idiot de procéder de la sorte quand on pourrait avec cette énergie perdue la transformer en stocks qui nous sortiraient de la dépendance du charbon , pétrole et du gaz . Nous avons là un bel exemple de la politiques industrielles la plus bête du monde ? Arrêter ou ralentir des centrales quand on pourrait faire des stocks pour garantir la continuité du service autrement qu’avec les fossiles..

        Répondre
  • https://nuclear-monitor.fr/#/mix
    « 12/03/2022 11:00
    Parc nucléaire (63 GW):
    Prod: 35312 MW
    92% du dispo.
    37 réacteurs disponibles: 38320 MW (60%)
    dont 5 partiellement indisponibles
    21 réacteurs arrêtés »

    Certaines informations ne sont pas très claires: exemple Flamanville 1:
    « Début 06/02/2022 03:45
    Fin 23/03/2022 02:00
    Type Planifiée
    Puissance disponible1110 MW
    Description Tranche en prolongation de campagne -« 

    Répondre
    • Si mais il faut arreter de brider les réacteurs en phases réduite et selon l’état de cycle de vie du combustible ce peut être de durée variable …. il faut du temps !

      Répondre
      • SR: on est aujourd’hui lundi à 35 GW de nucléaire (contre 45 GW un an auparavant).
        On importe 9 GW nets.

        Répondre
        • Je le sais, en plus des 8 GW de gaz et des 9GW de l’hydraulique, cette consultation fait partie des premieres choses que je fais le matin après avoir chargé la carte des vents France et Europe. Et le vent ne va pas être d’un grand secours aujourd’hui car il évolura peu et même plutôt de faon defavorable dans le Nord Est. En revanche il sera généreux sur la façade Atlantique et surtout chez moi dans le golf du Lion ….. mais avec l’équipement absent pour en profiter.

          Répondre
          • On constate presque tous les jours les effets de la mauvaise répartition du parc éolien français.
            La France a tout de même pour voisins 3 grands producteurs éoliens: l’Espagne, le RU et l’Allemagne (+ le Bénélux).
            Il est relativement rare que, hors période estivale ensoleillée, le vent soit faible sur l’ensemble de cette zone.
            En ce moment, le vent est fort en Espagne, ce qui permet de bénéficier d’un certain foisonnement, mais la capacité d’échange avec l’Espagne est limitée.

          • Limité certes, mais en ce moment, avec le RU et l’Allemagne ils nous aident bien quand même

  • On verra lundi où ça en est, mais la fin de l’hiver pourrait être rude.
    35 / 61 = 57% de disponibilité. L’Espagne est à 100% (bien que la base statistique soit moins importante avec 7 GW de capacité).

    Répondre
  • On en apprend de belles.
    Le hasard fait bien les choses et, de fil en aiguille, conduit à une information qui mérite d’être prise en compte.

    « Malgré la guerre en Ukraine, la filière nucléaire française renforce ses liens avec le groupe nucléaire public russe Rosatom. »

    https://reporterre.net/Usine-nucleaire-de-Belfort-EDF-ouvre-le-capital-au-russe-Rosatom

    « … EDF pourrait céder à Rosatom 20 % de GEAST … l’entreprise de Belfort spécialisée dans la fabrication des turbines pour centrales nucléaires Arabelle. »

    « … l’usine de Belfort fournit à l’entreprise publique russe les turbines Arabelle, les alternateurs et les îlots conventionnels nécessaires à la construction de ses réacteurs VVR. »

    « … ces sanctions anti-russes auraient surtout des conséquences catastrophiques pour Rosatom. »

    … Selon Le Figaro « Plus largement, Rosatom ne pourrait plus vendre une seule centrale et perdrait probablement tous ses contrats en cours. Concevoir un autre réacteur avec un autre fournisseur de turbine, chinois par exemple, prendrait des années. »

    « L’entreprise GEAST est un exemple parmi d’autres des nombreuses relations commerciales entre les filières nucléaires française et russe …. »

    Répondre
    • Ça étonne qui ?
      Le nucléaire est le royaume du mensonge et de la cachoterie depuis toujours. Pourquoi cela changerait il maintenant que c’est dans leurs gènes ?
      Ils seront même surpris que cela nous interpelle….

      Répondre
      • @Serge Rochain,

        La famille Curie vous remercie de vos propos !!! Et le citoyen Georges Charpak aussi !!! Leur histoire n’est que mensonge et cachoterie aux services de vils Lobbys, c’est bien Connu !!!

        Allez donc prendre un Jaune avec le Professeur Raoult dans la Capitale Mondiale de cette jolie Boisson (ce multi-professeur si talentueux en bien des points et aussi … Climatosceptique!), il vous donnera des cours de Communication !!! Vous n’en sortirez que Grandi et vous Grandirez vos Commentaires !!!
        https://bonpote.com/didier-raoult-est-il-climatosceptique/

        Répondre
        • Aucun des Curie et des Charpack ne pronaient le nucléaire comme source d’énergie …. c’était un objet d’étude dans la physique des particules, un monde qui vous échappre totalement.

          Répondre
  • Et on apprend aussi que l’extraction d’uranium par Orano (ex-Areva) pose des problèmes environnementaux dont on ne parle guère.

    https://reporterre.net/Pour-exploiter-l-uranium-kazakh-Orano-va-raser-une-foret-protegee

    Notre ministre des Finances est allé au Kazakhstan pour obtenir une dérogation en échange d’une « compensation » (pot-de-vin ?). C’est ce pays dictatorial de l’ancien empire russe où la Russie est intervenue en janvier 2022 pour réprimer des manifestations contre la vie chère (des dizaines de morts : voir « révolte de 2022 »).

    « Pour exploiter ce gisement [d’uranium], le géant français du nucléaire doit couper une forêt de 366 hectares de saxaoul, une plante endémique menacée et qui fait l’objet d’une interdiction de coupe au Kazakhstan. »

    « Depuis 2015, il est interdit de couper des saxaouls au Kazakhstan. … le saxaoul fixe les dunes, évitant érosion et surtout tempêtes de sable, deux problèmes de plus en plus pressants dans cette partie désertique d’Asie centrale. »

    Répondre
    • Tout aussi ignorés que le Co2 émis par les excavatrices qui arrachent le minerai à la montagne , que le même CO2 émis par les broyeuse qui en font de la poudre depuis laquelle on obtiendra par un traitement chimique aux acide polluant la nappe phréatique, le fameux Yellow Cake dont la teneur en uranium (tous isotopes confondus) sera de 75 % et que l’on enverra chez moi à Narbonne Malvezy à l’usine orano pour purification avant un nouveau transport vers l’usine Georges Bess pour enrichissement….. et en laissant sur place chez les KAZHACKS 6 tonnes de gravats par Kg de Yellow cake. Autant de détails que l’on ne saurait voir et qui alouerait sans doute 60 g de plus au 6 g de CO2 par KWh que l’on affiche en France en bombant le torse et en faussznt les comparaisons sur les sites affectionsés par les nucleophiles !

      Répondre
        • il n’y a aucune louche mais une etude scientifique qui annonce 66 g en moyenne et de l’autre deux nucl »ophile, un ministre et un sénateurs qui n’ y connaissent strictement rien mais qui décident que ce sera 6g parce que comme ça c’est moins que n’importe quel renouvelable …. et basta ! Seul l’ADEME a l’honneteté de dire pudiquement que ce n’est que le CO2 émis par les traitement réalisés en France, alors le « A la louche »….. laissez moi rire

          Répondre
          • Mais non. En france, nous sommes dans la fourchete basse des estimations du GIEC (sur l’ACV) grâce à notre procédé d’enrichissement du combustible particulièrement économique. https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/2018/02/ipcc_wg3_ar5_annex-iii.pdf#page=7 Les chiffres ont été confirmés par d’autres cabinets d’études.
            Et en Allemagne, les estimations, pour la France, sont du même ordre. Vous aimez bien polémiquer sur ce sujet alors que les choses sont claires.

          • Elles sont en effet très claires les autres ne sont pas plus bêtes que nous et utilisent tous les méthodes les moins gourmandes en énergie cessez de nous croire être des génies, d’autant que la super centrifugation a été inventé par les anglais et pas par les français… Cessez de prendre les autres pour des imbeciles.
            En revanche ce qui est bien français c’est la magouille politique qui est même écrite dans les minutes du sénat dont j’ai déjà donné plusieurs fois L’UR ici’.
            Par ailleurs le GIEC n’a jamais fourni de moyenne mais une fourchette et sa médiane.
            Ce n’est pas moi qui polémique c’est vous qui fermez les yeux sur une magouille politique pourtant avérée

          • @Serge,

            Encore un petit Jaune !? Avec un peu plus d’eau dedans cette fois ! (Faites Attention à vous et à votre Santé de ne pas trop abuser du Jaune, ce n’est pas trop bon non plus, cela dépend duquel toutefois…).

            Que pensez-vous des articles de Greenpeace et autres associations (voir certains partis politiques dits « verts ») lors de la Fermeture de Fessenheim !? Une victoire contre le CO2 !!!
            C’est vrai que Cordemais tourne toujours (et risque de faire les prolongations pour encore quelques années !!!) avec son Bon charbon extrait en Colombie et/ou aux USA. Cela n’apporte que du bonheur, en Amont (en Colombie le Charbon fut très révolutionnaire !!!) et aux USA (Quel Progrès! Quelles Innovation !). Moi je préfère quand même en comparaison le « Gateau Jaune » aux impacts « bruns » en tout genre du Charbon.
            Chacun peut voir de la Tyrannie là où il l’entend dans note Beau Pays remplis de Beaux Opposants aux Bonnes Opérations (ie BOBO) pour l’environnement …

          • API et oui nos centrales thermiques en place pour pallier aux défaillances du nucléaire remplisse leurs rôles du fait de l’intermittence de plus en plus prononcée de notre nucléaire et du retard de la France dans le développement des ENR

        • @Cochelin,

          Il faut excuser le Professeur PlateLun, il a du boire trop de « jaunes » au moment ou il a écrit ces beaux chiffres.

          Je cherchais un  » Bon Professeur de Math » pour mon inspecteur des Impôts, je vais demander à Serge si il ne fait pas chambre d’hôtes au cas ou???

          Répondre
    • @Marguerite,

      Et nous en France, Combien de surfaces Naturelles protégées (terrestres et marines) détruites pour un matériau de la Transition Energétique (mais pas que…) !? A noter que la série longue est en cours sur ce « beau » territoire (qui est marqué de nombreuses cicatrices pas toutes refermées !) qui me fut familier quelques années…
      Un Indice, allez voir Goro sur internet (pour le plus gros morceau d’un seul tenant, parmi tant d’autres), c’est aux Antipodes mais c’est en France jusqu’à présent… C’est du Nickel Chrome pour les Gogos…

      Répondre
  • Ce que je trouve le plus étonnant de lire , c’est qu’on puisse accuser les Enr d’avoir besoin du gaz pour compenser, alors même qu’on nous dit que le nucléaire pilotable pourrait fournir toute l’énergie dont nous avons besoin ? J’en tire la conclusion que le nucléaire n’est pas plus pilotable et a autant besoin du gaz pour compenser ses manques que les Enr !
    Mais a la différence que les Renouvelables nous dispensent des apports permanents de combustible (uranium 3/5 milliards /an, gaz 11 milliards, pétrole 49 milliards /an)
    On en ferait du stockage avec le tiers du quart de cet argent ! Et on ne serait pas en train de pleurer sur le gaz ou le pétrole Russe ou d’ailleurs !

    Répondre
    • oui, c’est meme facile a voir les jours de semaine au demarrage de l’activité économie …. ce qui augmente pour fournir le necessaire cest le vent quand il y en a dans les hauts de France et le Grand Est parce que c’est là qu’il y a les éoliennes, ensuite l’hydraulique, le gaz et…… l’importation.
      Depuis hier on a 21 réacteurs en croix et on plafonne a 34 gw de nucléaire pour un besoin de 60 GW

      Répondre
      • Hier la production éolienne se situait entre le tiers et la moitié du parc (éolien), et le solaire ppv à moins de 25 % en milieu de journée. Pourquoi ne pas le dire ?

        Répondre
        • Je vous l’aurais dit avec plaisir si vous le l’aviez demandé.
          C’est avec ce genre de diversion stupide que vous comptez faire oublier que nous avons 21 réacteur au bord de la route sur les 56 et que le nucléaire a donc plafonné à 36 GW pour un besoin de 60 GW ?
          Par ailleurs, hier comme vous dites les vaillantes pettites éoleinnes rassemblées dans le Nord’Est de la France ont fourni ce que fournirait de 4 à 9 réacteur nucléaire (en état de marche) et le solaire l’équivalent de 4 réacteurs nucléaire malgrè un temps couvert et même particulierement pluvieux dans une grande partie Sud. Mais les installations renouvealble loins d’être suffisante car du vent il y en avait partout hier, de la frontiere Belge à la frontiere Espagnole et de l’Espagnole à l’Italie, bref partout où il n’y a toujours pas d’éoliennes…. quel gachi ! Ce gachi nous a contraint à importer massivement jusqu’à 9 GW notamment d’Allemagne. Merci encore pour hier aux teutons qui nous évitent le blackOut régulierment ces temps ci.

          Répondre
    • @Fournier,

      Avez-vous fait le décompte de matières premières annuelles nécessaires pour les ENR (en Flux, en prix actuellement cela fait comme un départ d’exponentielle, hélas !) !!!

      Je suis très pro-ENR, mais beaucoup de Panneaux PV, signifie de gros flux de matières !!!
      Et donc aussi de Charbon pour fondre le Silicium et le purifier !!! En attendant d’avoir des process électriques complets sur toute la chaine… (Dans les faits, on importe au mieux les Lingots et au pire les panneaux VP !!!)
      Idem pour les aérogénérateurs qui nécessitent divers types d’acier (traités ou non) et donc du charbon à ce jour !!! Mais comme on les importe majoritairement, cela ne se voit pas… Vivement l’Acier hautement décarboné, à base d’hydrogène et Merci au Nuke qui sera derrière (60 à 80% du temps) et aussi aux ENR qui feront aussi leur petite part pour alimenter le tout…

      Répondre
      • APO vous oubliez toujours les bases … c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. et dans les ENR il n’y a que des matériaux courants que nous avons depuis très longtemps tout autour de nous dans la vie de tous les jours en de plus grosses quantités et tout se recycle / revalorise facilement localement et sans cout pour la collectivité alors ce n’est pas une consommation de matériaux mais de l’immobilisation temporaire …comparez avec le nucléaire …

        Répondre
      • Où quand les ignorants ignorent (ce qui est normal pour un ignorant) que 95% de la masse d’un PPV c’est du silicium, la matiere la plus abondante de la croute terrestre après l’oxygène ça donne des alerte au feu comme celle-ci en prenant des postures très doctes pour faire sérieux !

        Répondre
    • qui traffique les chiffres…. je n’ai jamais ârler du cout des achats…. mais que l’on importe 9000 tonnes de yellow cake par an.

      Répondre
    • Si le nucleaire ne coutait que le prix de l’uranium qui est encore bradé aujourd’hui cela se saurait!…… là où l’on voit que le nucleaire est cher c’est dans le prix duMWh sur le marché ! La France toujours plus chere que lAllemagne !

      Répondre
      • @Professeur PlateLun, Très Cher Serge Rochain,

        J’aurais aimé avoir un cours d’économie de votre part !!! Cela me permettrait d’y voir plus clair dans les nébuleuses à l’oeuvre !

        Personnellement et pour divers aspects, j’aurais préféré qu’on garde un Marché de l’énergie régulé en France, je suis à tendance conservatrice et j’aime le Capital (humain, biologique, des connaissances, de l’art), mais je ne suis pas Fan de Capitalisme… Tout ce qui est en « isme » me gène souvent, y compris l’ENRisme (mais j’aime les ENR !)…

        Répondre
  • Le prix de marché de l’électricité n’a que peu à voir avec les prix de détails des fournisseurs producteurs Français. Mais pour ceux qui ne font que de la revente et achètent au prix de gros, la facture est plutôt salée et certains fournisseurs ont déposé leur bilan à cause des pertes occasionnées lors des transactions.
    L’Allemagne a effectivement souvent des prix de gros plus faibles que la France car elle (l’Allemagne) utilise beaucoup de lignite extraite du sol national et moins chère que le gaz importé. Mais leurs prix de détails TTC pour les consommateurs restent les plus élevés au monde. https://www.agrarheute.com/management/finanzen/deutschland-bleibt-weltmeister-strompreisen-573340

    Répondre
    • En effet, le pris de vente au pékins que nous sommes n’a rien à voir avec le cout de production de l’électricité qui ne dépend que du moyen choisi pour le produire, et l’on se demande comment on peut avoir le cout de production le plus bas ?
      -Et vous répondez en regardant le prix TTC et chargé de tout ce que les politiques ont trouver bon d’y mettre, y compris la participation à l’entretien de la spation spatiale internationale !!
      Et moi je réponds en comparant les prix auxquels le vende ceux qui le produise.

      Les membres du forum appréciront qui a une araignée au plafond, à moins que ce ne soit que de la mauvaise foi car vous voulez impérativement que le nucléaire soit le moyen le moins cher. C’est même une constante chez les nucléophile de tripatouiller pour embélir le nucléaire comme avec son 6 g de CO2 par KWh et le tripatouillage de Rugy/Longuet

      Répondre
      • 1 – 43 % (de l’EEG) de moins sera facturés aux fournisseurs. Rien ne les oblige à les répercuter (à la baisse) sur les consommateurs.
        2 – Le budget fédéral sera mobilisé pour compenser le manque à gagner sur l’EEG. Ce sont les contribuables qui paieront de toutes façons.
        Combien de fois faut-il vous le dire ?

        Répondre
        • Quel naîf vous faites Cochelin ! Vous connaissez quelque chose qui n’est pas finalement payé par la population ? Tournez le comme vous voulez. Nous payons la gabegie nucléaire vous comme moi même si vous croyez que c’est une bonne affaire puisque vous ne voulez pas comprendre qu’aujourd’hui c’est la façon la plus couteuse de faire de l’électricité comme le démontre les prix comparés entre la France et l’Allemagne (par exemple) eco2mix….. ce qui vous a aussitôt incité à changer de sujet en essayant de faire oublier ce fondamental !

          Répondre
          • En fin de compte, le consommateur allemand paie et paiera son électricité infiniment plus chère que le consommateur français. Les prix de gros n’ont que peu à voir là-dedans. Comprenez-vous?

          • Et vous Cochelin, COMPRENEZ VOUS que toutes vos circonvolutions dont le seul but est de faire oublier que le nucléaire est le moyen le plus coûteux ne convaincront personne d’autre que les nucleodogmatiques ?

          • Et vous, quand comprendrez-vous que toutes les solutions décarbonées sont nécessaires pour réduire la consommation d’énergies fossiles, nucléaire inclus ?

          • Quand vous comprendrez que ce n’est pas en commençant la construction de ces EPR2 dont on ne sait toujours rien dans 5 ans pour les voir opérationels dans 20 ans que l’on résoudra RAPIDEMENT de problème de la décarbonation !
            Dans deux ans on peut avoir construit autant de parc éoliens et PPV que l’on veut pour atteindre la puissance que l’on veut…… SI ON LE VEUT, pas si on reve d’un nucléaire hypothétique !

          • Le seul nucléaire dont on a besoin c’est celui qui existe déjà et dont on aurait déjà du s’occuper pour le faire tenir 10 ans de plus sans attendre le dernier moment pour sauver la face, au risque de retrouver tous les réacteurs au bord de la route les bras en croix et en avoir 40 à remettre à niveau au même moment.

          • @serge Rochain,

            Combien de jaunes avez-vous pris pour énoncer de tels raccourcis !?
            Etiez-vous le bras posé sur un petit « zinc » avec quelques bon amis !?

            Si c’est le cas, je vous joins une chanson pour mettre de l’ambiance : https://www.youtube.com/watch?v=cdfgF0YPLFQ – Ecoutez cela détend !!! Et Vive le « Clean Power Forever » !!!

    • Cochelin 13.03.2022
      « Ne trafiquez pas les chiffres ! Les importations d’uranium ne représentent au maximum 1 milliard d’euros par an, et en rapportent plus de 20 »

      C’est pas moi qui trafique les chiffres ! Parce que vous ne comptez que ce qui vous arrange ? Cigéo c’est 30 milliards sans produire un seul watt ? Mais qui consomme de l’énergie en permanence pour ventiler, pour pomper, pour éclairer, pour entretenir , pour surveiller ad vitam aeternam .

      Répondre
        • @Serge Rochain,

          Encore le Jaune qui vous monte à la tête, pour GIGEO c’est 6 millions de m3 pour 100 ans d’activité Nucléaire (Energie et autres activités dont les besoins des hôpitaux en matières fissiles…).

          Une autre petite chanson pour vous : https://www.youtube.com/watch?v=LjIU__jTAlk – Un Hymne qui vous fera vibrer !!! Ecouter c’est très Fort !!! Et vous pourrez remarquer au nombre de vues, que le Lobby qui fait cela est « Hyper » efficace !!!

          Répondre
          • APO Cigeo c’est pour seulement 3 % de nos déchets nucléaire …. et cessez de polluer tous les posts constamment

          • 6 millions de M3 ce n’est pas en 100 ans c’est la construction du centre d’enfouissement, et c’est le double de ce qu’il a fallu pour ancrer les 8000 éoliennes terrestres actuelles.

      • Ne mélangez pas tout (les importations d’uranium et CIGEO) ! Le coût de CIGEO (25 milliards) est à répartir sur la production totale d’électricité. Ce qui ne représente que peu de choses. L’engagement pour les renouvelables jusqu’en 2025 représentent, selon la Cour de Comptes, 121 milliards d’euros pour 10-15 % de la production Française.

        Répondre
        • 2046 c’est à dire lorsque les renouvealbles produirant la moitié de l’électricité du pays et non les 10/15% que vous indiquez !

          Répondre
        • Cochelin au lieu de nous sortir des vieux rapports périmés vous ne parlez pas des rapports plus récents de la cour des comptes sur les EPR … .. et les 23 milliards X 3 et c’est pas encore fini … pour des EPR dont on ne sait même pas s’ils vont pouvoir produire un jour vu les défauts de conception connus avant même une possible mise en service .. et pour s’enfoncer toujours plus dans la dépendance , la pollution et la production de déchets ultimes ….

          Répondre
        • @Cochelin,

          Pour être « fair-play » avec les ENRistes, et vu les prix de l’électricité actuellement, ce cout va baisser fortement !!!
          De même que le Cout du MW.h de Flamanville risque de devenir « Bon Marché » !!!

          Comme Quoi, cette crise du Gaz est bienvenu pour mettre tout le monde d’accord Contre le Gaz et pour tout ce qui contribue à s’en passer au plus vite et dans la durée !!!

          Répondre
  • @ Cochelin
    « Le coût de CIGEO (25 milliards) est à répartir sur la production totale d’électricité »

    Vous avez raison ! Sauf que quand vous dites « production totale d’électricité », c’est effectivement en rajoutant des taxes sur les Enr qu’on pourra dire que ça représente peut de chose ?
    Seulement même si demain on arrêtait le nuke , les générations qui nous suivront continueront de payer pour un service qui n’existera plus ? C’est là la grande différence entre nous et les génération qui nous ont précédées.
    C’est en plus une contrainte économique supplémentaire qui réduit les bénéfices qu’on pourrait tirer de l’exploitation des Enr (production et stockage )
    Et c’est une chance pour ceux qui nous vendent le charbon, le pétrole , le gaz ou l’uranium qui n’ont pas ces contraintes à rajouter sur le prix du produit vendu .
    C’est donc une façon de brider le développement des Enr qui sont seules à pouvoir nous sortir de toutes ces incohérences en développant production et stockage renouvelable.

    Répondre
  • APO 24.03.2022
    « Avez-vous fait le décompte de matières premières annuelles nécessaires pour les ENR (en Flux, en prix actuellement cela fait comme un départ d’exponentielle, hélas !) !! »

    Faire un décompte des matières premières nécessaires c’est comparer les technologies. Lorsqu’on veut faire de la production d’énergie, il faut nécessairement adosser production et stockage, comme on fait avec l’uranium. Ne serait ce que pour pouvoir piloter aisément la tension électrique du réseau. Sauf que pour les Enr, il faut faire du stockage avec l’électricité .Mais avec cette électricité on peut faire beaucoup de choses ? On peut par exemple stocker d’énormes quantités d’énergie, tout en se dispensant d’acheter ou d’aller chercher ailleurs ce qui nous est fournit sur place gratuitement par la nature. Si on comptait en besoin électrique ce que nous coûtent ces besoins et dépenses, sans doute qu’il y a longtemps qu’on s’en serait préoccupé ?

    Mais comme tout le monde ne pense et ne voit le stockage, que comme une contrainte supplémentaire, on ne sort pas de cette idée de stockage impossible économiquement ?
    Alors qu’il est LA SOLUTION pour anticiper les besoins de la consommation ! Donc de stocks, qui seuls peuvent permettre de piloter la production.
    Car SEUL le stockage permettrait de faire correspondre, besoins de panneaux ou d’éoliennes avec besoins et capacité des stocks. Pour ne plus avoir à subir les caprices de la météo, et pouvoir anticiper les besoins de la consommation sur un territoire donné. Donc sans doute à terme faire des économies d’équipements
    Qu’en développant ce modèle on pourrait éliminer les fossiles et l’uranium. Donc transférer graduellement l’argent que nous coûtent ces produits importés et ces équipements complexes, vers des équipements moins dépendants et plus simples, tout en développant l’emploi et en réduisant notre impact climatique.
    Développer ces outils serait aussi pouvoir produire plus d’h2. Puisqu’avec des stocks ont pourrait produire 24/24/365j/an. Donc remplacer l’utilisation du charbon ou du gaz dans l’industrie. Et réduire la production de chaleur fatale et co2 qui produisent ces catastrophes climatiques alarmantes (30° en Antarctique ??)…sans nous alarmer ? (Les volumes et surfaces froides étant absolument nécessaires à la régulation climatique. Hors celles-ci se réduisent partout dans la monde. Alors qu’éolien et solaire produisent de l’électricité sans apport de chaleur, sans eau et sans vapeur, fumées, poussière,gaz ou co2.)
    Hors tout ça pourrait se faire rapidement si au lieu de se chamailler sur des problèmes secondaires, on s’intéressait d’abord au problème principal ? C’est-à-dire comment et avec quoi faire des stocks d’énergie renouvelables, avec des technologies existantes, sans contrainte d’intermédiaires ?

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective