“La transition énergétique, c’est avant tout la maîtrise des flux d’énergie”

Le traitement et le partage en temps réel de très importants volumes de données, et l’accélération de la digitalisation du marché de l’énergie avec pour ambition d’aller vers un véritable Internet de l’Énergie au bénéfice de tous, voilà le cœur de métier de la société Energisme.

Interview croisée de Thierry Chambon, directeur général d’Energisme qui collabore avec Ronan Le Roux, directeur Outils et Performance de la société Idex, spécialiste de la gestion de bâtiments publics et privés.

Quel type de données sont collectées aujourd’hui chez d’Idex ?

Ronan Le Roux :  Nous collectons différents types de données techniques, mais encore principalement des données de comptage. Nous les relevions historiquement à la main ; la révolution des capteurs communicants nous a permis à la fois d’automatiser ces relevés, mais surtout d’en accroître la fréquence.

Ainsi, disposer d’une donnée de température en temps réel est très riche en enseignements.

En quoi le numérique est-il un outil clé pour la transition énergétique ?

Ronan Le Roux : Pour accompagner la transition énergétique de nos clients, nous devons mieux connaître la réalité du fonctionnement des installations, et donc disposer d’indicateurs pertinents et de tableaux de bord qui nous permettent d’analyser des situations souvent complexes, afin de prendre les meilleures décisions.

Après avoir travaillé sur la structuration des données collectées pour nous constituer un référentiel important, nous les centralisons dans une plateforme qui va collecter, nettoyer, traiter et restituer ces données. Enfin, et c’est un aspect essentiel de notre métier, nos équipes d’experts analysent ces données pour identifier des pistes d’amélioration de performance.

Pour cela, il est notamment important de considérer l’usage des occupants : derrière deux immeubles d’habitat collectif identiques, les comportements des usagers peuvent être différents, et l’analyse doit en tenir compte pour parvenir à une baisse des consommations.

Thierry Chambon : La transition énergétique, c’est avant tout la maîtrise des flux d’énergie. Et ces flux qui ont très hétérogènes, il faut être capable de les compter, de les analyser puis de les comparer avec des facteurs d’influence comme la météo.

La plateforme de collecte, de traitement et de restitution de données est aujourd’hui un outil clé simplement parce cela permet de maîtriser toutes ces données quel que soient leur architectures, leur origine. Cela donne de la matière à nos clients comme Idex qui peuvent mettre leur valeur ajoutée au service de leurs propres clients et de la transition énergétique.

Ronan Le Roux : Ce phénomène de digitalisation est amplifié par celui de décentralisation : lorsqu’une énergie est produite localement et à de nombreux endroits, des transactions s’opèrent entre des producteurs et des consommateurs locaux.

Il s’agit de toutes les applications de la « smart city ». Pour en garantir une bonne traçabilité, cela nécessite une information bien structurée ; il n’y a que le numérique qui soit en mesure d’assurer ces flux.

Est-ce que la data d’énergie devient un argument fort sur le marché ?

Ronan Le Roux : Dans un contexte économique contraint, la donnée d’énergie était déjà un argument fort pour diminuer les consommations et donc les coûts associés. Le sujet de l’utilisation de cette donnée est maintenant également présent sous un angle RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise) : nos Clients souhaitent s’engager avec des partenaires qui soient forces de propositions pour diminuer l’impact environnemental de leur parc immobilier.

D’autre part, une donnée prend de la valeur si elle est contextualisée et historisée: par exemple analyser le comportement de plusieurs collèges construits dans les années 70 à 80 avec une technologie de construction similaire, pour étudier d’éventuelles divergences des consommations. Et une large historisation nous permet d’analyser comment évoluent les indicateurs dans le temps, et de proposer des actions adaptées.

De tels dispositifs d’hypervision, couplés à des algorithmes innovants, sont déployés sur des projets d’éco-quartiers, par exemple à Bordeaux Métropole et sur Nice Meridia où nous devons croiser différents types de données : production photovoltaïque alimentant du chauffage, consommations de bornes électriques d’une parc de véhicules partagés, complémentarité des besoins entre des bureaux et des habitations…

Sur ces projets, disposer de datas fiables et agiles permet de gérer ces multiples interactions en temps réel, et ainsi développer des complémentarités utiles.

Thierry Chambon : Quand on parle de data d’énergie, il faut le voir au sens large.

Par exemple, chez Idex, nous gérons 17 flux différents de données d’énergie (capteurs, compteurs, automates, données météo, facturation, CRM, GMAO, ERP,  etc) ce qui nécessite une énorme puissance de calcul et une évolutivité permanente.

Cela leur donne une capacité unique sur le marché pour sortir des synthèses comme si l’intégralité de leur parc géré ne faisait qu’un seul parc. En volumétrie, cela représentera d’ici peu 50 000 sites, 100 000 points de comptage et à ce jour 12 500 chaufferies et 2 000 utilisateurs connectés en temps réel.

Clairement, être capable de maîtriser ses données d’énergie est un argument qui a énormément de valeur sur le marché, et ce sont la plupart du temps les clients des utilities qui leur mettent la pression.

Quels sont les points clés demandés par les clients des Utilities ?

Ronan Le Roux : Nous avons avant tout un enjeu de continuité de service. Plus les systèmes sont complexes, plus la donnée est importante : nos équipes opérationnelles consultent en permanence les indicateurs ; ce pilotage en temps réel contribue à la performance des installations confiées et au confort des usagers.

Une attente forte est également exprimée autour de la transparence et la communication. Nous devons ainsi partager nos données, de façon adaptée au besoin de chaque utilisateur.

Pour cela, un point important est l’évolutivité. IDEX avait précédemment développé sa propre solution, devenue obsolète au regard de la dynamique de ces sujets.

Nous préférons ainsi nous appuyer sur un éditeur, garant du rythme des évolutions nécessaires pour adresser les nouvelles attentes de nos Clients.

Thierry Chambon : Les besoins vont différer en fonction des clients mais finissent par converger sur les enjeux de datas.

Pour les grands opérateurs d’énergie, leur intérêt va être de disposer d’un grand entrepôt de données dans lequel ils vont pouvoir interroger des données hétérogènes soit pour leur propre usage, soit pour les transmettre à leurs clients.

Pour les entreprises, collectivités, ou un acteur public, le besoin sera de disposer d’un socle technologique qui permet de collecter, nettoyer et traiter une masse considérable de données.

Pour tous, la complexité et la connaissance métier, les capacités de traitement et l’évolutivité sont au cœur des enjeux des acteurs que nous rencontrons.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective