Système électrique : alerte au feu de cheminée !

Tribune signée Gérard Petit, Ingénieur retraité du secteur de l’énergie

En soutien au réseau électrique fragilisé, un projet de décret (1) dispose qu’on allège temporairement l’encadrement drastique du fonctionnement des dernières centrales charbon.

Ce texte fait l’objet d’une consultation publique, laquelle reçoit un vrai écho d’une opinion qui s’étonne, même en cette période perturbée, peu propice aux mobilisations.

Mais de quoi cet épisode est-il le nom, entre difficulté conjoncturelle et déni de réalité structurelle ?

La contingence comme étiologie

Le décret indique que cet acte réglementaire vise à alléger le fort déséquilibre « demande/capacité » qui affecte actuellement l’appareil de production électrique français.

Cette situation est présentée comme la conséquence d’une moindre disponibilité de la flotte nucléaire et les modestes dispositions techniques proposées sont limitées aux deux premiers mois de 2022.

S’y ajoute la profession de foi qu’il ne s’agit pas d’une évolution des choix politiques en vigueur, lesquels visent toujours l’éradication rapide des fossiles, au double sens du mot.

Mais de l’explication donnée, un Cyrano, un rien suspicieux, aurait dit à coup sûr : « c’est un peu court jeune homme ! ».

L’Intermittent en excès

« Gouverner c’est prévoir », c’est sans doute l’adage populaire le mieux validé par l’expérience, mais RTE (2) organisme à qui le Code de l’Energie confie la tâche d’assurer, aujourd’hui et demain, la sécurité de l’alimentation du pays en électricité, pourrait bien avoir failli, par conformisme politique.

Même si d’aucuns se désolent qu’en matière d’électricité renouvelable (hors hydraulique) la France reste lamentablement « en retard » sur nos voisins, partout se hérissent des mats éoliens et s’étalent les panneaux solaires PV, apportant au réseau une puissance installée supplémentaire considérable (l’équivalent de 18 centrales nucléaires pour l’éolien et de 11 centrales nucléaire pour le solaire).

De plus, comment ne pas se remémorer des annonces accompagnant systématiquement la mise en service des nouvelles installations « capables d’alimenter X milliers de foyers… », impossible donc, pour l’opinion, d’imaginer qu’avec une telle prodigalité électrique, le courant vienne à manquer !

Le pilotable en défaut

Cette politique, mise au crédit de la défense du climat, représente pourtant une lourde charge pour le contribuable (3) qui ne peut l’ignorer, d’autant qu’elle apparaît pérenne.

Dès lors, dans ce contexte d’afflux de nouveau équipements et de projets encore plus ambitieux (traduits dans la PPE (4) et alors qu’on a longtemps souligné que les besoins en électricité iraient décroissants (la PPE précitée est d’ailleurs structurée sur cette hypothèse), comment demander un effort supplémentaire pour construire d’autres outils de production, pilotables ceux-là, mais ayant le mauvais goût de ne pouvoir être que nucléaires, ou gaziers ?

« Cachez cette intermittence, que l’on ne saurait voir », c’est sans doute l’injonction du MTE (Ministère de la Transition Écologique), implicite ou explicite, à laquelle RTE a dû se conformer. Mais plutôt que de mettre en garde contre les risques physiques (mais aussi financiers) que présente un système de plus en plus inadapté, les responsables de RTE, en thuriféraires de la cause verte qu’ils avaient mandat de soutenir, ont à l’évidence relativisé la gravité de l’inéquation.

Des situations critiques pour la stabilité du réseau ont pourtant été rencontrées à plusieurs reprises et pas seulement en période hivernale.

RTE n’a pas voulu attirer l’attention du MTE sur les conséquences de l’arrêt de la centrale de Fessenheim (une perte sèche de 1800 MWe pilotables), puisqu’on allait dans le sens de l’histoire, affirmant même que cette décision n’aurait aucune incidence, tant régionale que globale, chacun, portant un intérêt minimum au sujet s’en souvient.

Pas davantage, RTE n’a objecté au programme de fermeture, à marche forcée (magie des mots…) des dernières centrales charbon, déjà effective pour deux d’entre elles, et programmées pour les deux dernières, avec strict encadrement de leur fonctionnement. C’est d’ailleurs sur ce dernier point que portent les dispositions du projet de décret.

Ces pelées, ces galeuses, d’où venait tout le CO2 !

De la même façon qu’on borne l’exploitation de nos modestes ressources locales de pétrole et de gaz et qu’on s’interdit toute prospection (loi du 19/12/2017, butte témoin durable de l’époque Hulot) alors que nous importons la totalité de nos besoins en hydrocarbures, on a voulu afficher un jardin hexagonal, aussi vert que possible, s’agissant des émissions de CO2 de notre système électrique.

Comme dit, on a donc fermé la plupart des centrales brûlant du charbon et du fioul, qu’on avait conservées jusque-là pour répondre aux pointes de consommation, même si, et depuis longtemps, il fallait aussi compter sur l’importation pour franchir ces caps.

C’est une situation structurelle, elle est dangereuse, déshonorante même ajouteraient beaucoup. Peu de publicité est faite autour d’une faille qu’on peut aisément masquer, car sur un exercice, la France reste exportatrice nette d’électricité.

Ces unités charbon relâchaient l’essentiel du CO2 produit par notre appareil de production électrique et c’est sur ce critère relatif qu’on a décidé d’en fermer deux et de limiter drastiquement les plages de fonctionnement des deux restantes. Alors que nous affichons urbi et orbi notre volontarisme vert-vertueux comme un exemple à suivre par tous, nous ne pouvions tolérer ce contre message !

La réalité est qu’en valeur absolue, ces rejets de CO2 étaient très marginaux par rapport aux émissions du pays et ces décisions de fermetures, ou de bornage des plages de fonctionnement, étaient purement idéologiques et ne tenaient pas compte de l’utilité, voire donc de la nécessité, de les maintenir pleinement mobilisables pour la sécurité du réseau.

Ceux, anciens du métier, qui regardent depuis longtemps fondre les marges pilotables de notre système électrique, se sont étonnés (litote !) que RTE n’ait pas informé, puis prévenu, puis alerté l’Exécutif, sur les risques qu’on cumulait en conduisant pareille politique.

Ils ont adressé plusieurs courriers, très argumentés, aux responsables de RTE, mais jusqu’à tout récemment, aucune action n’avait été relevée, autre que des « warnings » généraux, sur le passage des hivers et encore ce projet de décret est-il digne d’un cachet d’aspirine donné contre un risque de collapsus.

Mais il est clair que tant qu’on chargera la barque EnRi, sans accroitre les moyens pilotables, on ne réglera pas la question et notre dépendance augmentera.

Quand le doigt de RTE désigne le nucléaire, il faut surtout regarder le doigt !

On peut objecter, avec raison, que c’est un bas historique de la disponibilité du nucléaire qui a grandement tendu la situation, y ajouter les retards de l’EPR et l’arrêt fortuit de trois des réacteurs les plus puissants de la flotte, mais il faut le répéter, l’absence de marges est un problème plus ancien et plus structurel, aucun moyen de production pilotable n’ayant été ajouté de longue date et a contrario, beaucoup ayant été retirés.

Il faut savoir, qu’en imaginant même que tous les moyens pilotables soient disponibles (entre autres l’intégralité des unités nucléaires, comme on a su le faire par le passé), la France resterait dépendante d’importations (donc de la disponibilité des autres) pour assurer les pointes de consommation normalement attendues.

Par ailleurs, la moindre disponibilité du nucléaire, certes accentuée par l’épidémie de Covid qui a retardé les importants chantiers de maintenance et de modifications des installations, ne pouvait être une surprise pour RTE qui était bien au fait de cette contrainte. Cet « upgrading » des réacteurs avait été imposé par l’ASN pour la poursuite de leur exploitation au-delà de 40 ans, s’y sont ajoutées les lourdes mesures dites « post-Fukushima » concernant cette fois tous les sites.

Excès et carence ne se compensent pas

Mais ce maximum de difficulté survient alors que le réseau n’a jamais été aussi pourvu d’EnRi (voir supra), ce qui montre bien, s’il le fallait encore, que l’énorme puissance installée n’est pas une puissance disponible, comme l’a prouvé-sans conteste- l’anticyclone durablement campé sur l’Europe de l’Ouest à la mi-décembre 2021, réduisant durablement la production éolienne à rien, ou presque, alors que le soleil d’hiver ne contribuait guère au bilan.

S’agissant de la réponse à l’enquête publique il faut redonner de la marge de production aux unités charbon encore actives et le faire franchement, plutôt qu’apparaître ratiociner sur le respect hypocrite d’un quota annuel 2022 et surtout imaginer que 2023 sera moins tendu, puisqu’on rétablit les contraintes. Donnons-nous des marges, elles seront consommées ou non !

Nous ne sommes guère regardants sur l’origine du courant que nous importons massivement (souvent issu du charbon et du lignite) tant nous en avons besoin. Importer un courant produit en émettant du CO2 serait donc moins nuisible que de faire fonctionner une unité charbon à Carling ou à Cordemais…. L’opinion serait-elle dupe ?

—————————–

1 : Projet de décret modifiant le plafond d’émission de gaz à effet de serre pour les installations de production d’électricité à partir de combustibles fossiles

L’article 12 de la loi relative à l’énergie et au climat, adoptée le 26 septembre 2019, prévoit que l’autorité administrative fixe par décret « un plafond d’émissions applicable, à compter du 1er janvier 2022, aux installations de production d’électricité à partir de combustibles fossiles situées sur le territoire métropolitain continental et émettant plus de 0,55 tonne d’équivalents dioxyde de carbone par mégawattheure. »

Le décret n°2019-1467 du 26 décembre 2019 a créé l’article D. 311-7-2 du Code de l’énergie, qui fixe un seuil annuel de 0,7 kilotonne d’équivalents dioxyde de carbone par mégawatt de puissance électrique installée en application de cette disposition législative. Cela correspond à environ 700 heures de fonctionnement annuel pour une centrale thermique utilisant du charbon.

2 : RTE : Réseau de Transport de l’Électricité : organisme gestionnaire du réseau THT et responsable de la fourniture d’électricité en temps réel et en perspective MT et LT

3 : Soutien de l’Etat aux productions éoliennes, solaire PV et au biogaz : directement imputé au budget de l’Etat, de l’ordre de 7 Mds€ /an

4 : PPE : Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (2018-2023),déclinaison réglementaire de la LTECV (2015)

 

commentaires

COMMENTAIRES

    • encore et toujours la propagande mensongère pro nucléaire que l’on subit depuis plus de 60 ans RAPPEL du réel du terrain : si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire .. de plus en plus intermittent .. le nucléaire ne représente que 4% de l’énergie dans la monde et baisse inexorablement … Il faut développer de toute urgence toutes les ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades car elles nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
    • Les points de vues se confrontent, par apparemment toujours les mêmes personnes intervenantes dans ces sujets.
      Ce n’est pas ainsi que la pédagogie du mix énergie se fera, malheureusement.
      J’aimerai tant que nos 67 millions de concitoyennes, concitoyens visionnent ces film afin que choisir en conscience l’avenir énergétique.
      Bien cordialement à toutes et tous
      Michel Vanquaethem

      https://www.youtube.com/watch?v=-7o3wjyAQGw

      Répondre
      • Michel VANQUAETHEM le problème c’est que certains n’arrivent même pas à ouvrir les yeux sur le terrain / réel et anone après un passé qui n’aurait jamais du exister et voudraient continuer à s’enfoncer toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes alors que l’on a déjà commencé à faire beaucoup mieux , plus vite , sans dangers et sans déchets pour moins cher avec les ENR …

        Répondre
      • Toujours le même biais qui consiste à focaliser l’attention du public sur des évènements qui, s’ils sont spectaculaires, n’en sont pas moins marginalement porteurs de préjudices à l’échelle globale, dans le domaine de l’énergie et plus généralement dans le domaine industriel.

        Toujours cette même prétention de détenir le monopôle de la morale et du cœur en instrumentalisant des drames.

        Dans le même registre, quand 10 personnes perdent la vie dans un spectaculaire accident ferroviaire, les images et reportages des chaînes d’info inondent la planète pendant des semaines et les responsables politiques défilent devant les caméras dans des surenchères de contrition.
        Pourtant, le transport en train est statistiquement le moins risqué, alors qu’il est extrêmement dangereux de se déplacer à 300 km/h. Pendant ce temps là des centaines de personnes se tuent sur la route et des milliers d’autres meurent d’à-peu-près tout ce qui peut mettre fin à no vies, dans l’indifférence générale.

        Méfions nous des moralisateurs, grands inspirateurs de tyrannies.

        Répondre
        • Mr LE GOFF, si vous le voulez-bien, observez le résultat des études de scientifiques travaillant sur l’exposition aux radionucléides à faible dose :

          Un an et demi après la catastrophe de Fukushima, des biologistes japonais ont mis en évidence une mutation génétique chez des papillons exposés aux radiations. L’étude ravive les inquiétudes sur les conséquences humaines de l’accident nucléaire.
          https://www.nature.com/articles/srep00570#/f2

          Résumé succinct des études de R. Goncharova et de ses collaborateurs.
          http://www.dissident-media.org/infonucleaire/conseq_en_belarus.htm

          Les passagers survivants d’un train accidenté ne transmettent pas à leur descendance d’altérations génétiques….

          Il était parfois question d’une histoire de « principe de précaution ». Ce n’est à l’évidence pas à l’ordre du jour en matière de nucléaire.
          Cela m’effraie! Pas vous ? … Pensez à vos enfants, petits enfants et aux futurs des humains sur Terre.
          Bien cordialement
          Michel Vanquaethem

          Répondre
          • M. VANQUAETHEM

            Pour ma part je m’en tiens aux conclusions de l’Unscear, organisme onusien tout aussi respectable que le GIEC.

          • Yves Le Goff comme tous les gogos qui n’ont aucune personnalité pour vérifier la réalité du terrain …

          • @Michel VANQUAETHEM
            Il est connu depuis très longtemps que le danger des faibles doses est strictement nul.
            Et heureusement pour moi, Breton, ayant toujours habité des maisons en bon granit, … parfaitement radioactif LOL

            Quant aux mutations génétiques, aucune n’a été détectée chez les survivants de Hiroshima et Nagasaki.
            Pour lesquels, hélas la qualité de l’essai était parfaite, explosion aérienne, connaissance de la position de chacun, donc excellente précision des doses reçues par chacun.

            Tout faux, donc.

      • Ceux qui confondent la pierre philosophale avec un mode de production d’électricité ce sont ceux qui croient que le tonneau des danaides terrestre est inépuisable et fournira de l’uranium éternellement (Merci on ferme le robinet dans 50 ans).
        Ceux qui croient au 100%renouvelables eux ont bien compris que la durée de vie du Soleil était de plusieurs milliers de fois celle de l’espèce humaine.

        Répondre
    • Rochain, comme le 100% renouvelable est impossible en utilisant des sources intermittentes comme l’éolien et le solaire, je vois mal promouvoir quelque chose d’impossible, cela n’a pas de sens.

      Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
      Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
      1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
      2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
      Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

      Répondre
      • Hervé Guéret non seulement 100% d’ENR c’est possible mais c’est urgent et c’est entrain de se mettre en place sur le terrain et ce n’est pas vos dénégations de trolls stériles qui ne connait même pas les bases du sujet et se ridiculise bêtement en public qui changeront grand chose … et oui avec les ENR on appuie sur le bouton et on a du courant .. et ça marche très très bien et c’est bien avec les ENR que l’on se sort aussi du fossile / charbon / pétrole .. et c’est bien ça qui est urgent pour la planète , le climat , notre santé, contre la pollution , le Co² , les GES ..

        Répondre
      • Gueret : « Rochain, comme le 100% renouvelable est impossible en utilisant des sources intermittentes comme l’éolien et le solaire, je vois mal promouvoir quelque chose d’impossible, cela n’a pas de sens »

        Il faut quand même être particulierement vaniteux et prétentieux pour croire que quelque chose est impossible uniquement parce qu’on ne le comprend pas. Je ne crois pas que décider de ce qui est possible ou pas soit du ressort d’un petit con qui prétends par ailleurs ne plus répondre ) cet imbécile de Rochain… mais vous faites mieux !! Vous n’aviez pas besoin de me répondre puisque je ne vous demandais rien. Restez le petit con insignifiant que vous êtes et passez votre chemin.

        Répondre
    • N’exagérez pas les conséquences sur le génome des faibles doses de radioactivité.  » L’exposition au rayonnement cause des mutations génétiques. Toutefois, à ce jour, aucun effet génétique connu n’a été observé chez les êtres humains par suite d’une exposition au rayonnement. Il s’agit d’études qui ont également porté sur 30 000 enfants de survivants des bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki au Japon en 1945 (BEIR VII, Rapport UNSCEAR de 2001) » http://nuclearsafety.gc.ca/fra/resources/radiation/introduction-to-radiation/radiation-health-effects.cfm
      Ne ramenez pas des propos issus de milieux foncièrement et idéologiquement hostiles à l’énergie nucléaire? Ceci n’est pas sérieux, comme toute votre prose infectée par votre dogmatisme.

      Répondre
      • Cochelin comme l’autre troll stérile votre négationnisme est lamentable .. vous pourriez avoir un minimum de respect pour toutes les victimes de cette merde polluante…

        Répondre
        • ISAMBERT, soyez logique avec vous même quant à la « merde nucléaire »

          Les messages que vous postez sont tellement récurrents qu’ils n’apportent strictement rien à chaque répétition.
          EN REVANCHE chacun d’eux apporte sa contribution de « merde nucléaire » au niveau de la consommation électrique
          -de votre PC
          -de votre Passerelle LAN/WAN
          -du routage dans les réseaux
          -du traitement par les serveurs
          etc….

          A MINIMA, attendez que le parc français Eolien fonctionne à 100% de sa capacité ET que le parc PV français fonctionne lui aussi à 100% de sa capacité.
          Dans ce contexte, vous serez le moins sale possible………..et cela nous fera des vacances pendant un bon moment

          Répondre
          • Yves Le Goff mais je suis très logique .. je produis une partie de mon électricité journalière et mon fournisseur d’électricité n’achète rien à EDF / arenh mais directement à des producteurs d’ENR en France …. et vous vous polluez comment ? vous allez apprendre enfin ce que sont les ENR ? RE la réalité du terrain : le solaire et l’éolien sont bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole et battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation …. https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

          • M ISAMBERT

            « mon fournisseur d’électricité n’achète rien à EDF / arenh mais directement à des producteurs d’ENR en France »

            ÉNORME MENSONGE par omission de la part de votre fournisseur qui est uniquement tenu d’équilibrer STATISTIQUEMENT sur l’année les MWh ENR achetés aux producteurs avec les MWh absorbés par ses clients.
            En temps réel vous êtes alimentés exactement de la même manière que tout un chacun, c’est à dire essentiellement par du nucléaire caca beurk.

            Si vous voulez être « propre », déconnectez vous du réseau ENEDIS.

          • Yves Le Goff il n’y a que vous qui mentez car tout est bien clair et public : c’est bien le réseau commun à tous géré par ENEDIS et RTE qu’il faut verdir au plus vite mais la différence fondamentale c’est que je ne finance plus cette merde polluante de nucléaire directement sur ma facture et que je participe activement au développement des ENR en France ..et pourquoi ce serait moi qui me déconnecterait du réseau commun à tous alors que justement je participe à la lutte contre la pollution et à la production de déchets ultimes dont la France est la championne ?

          • Sottise que de croire que les choses son’t faites pour fonctionner à 100% de leur capacité…. Témoignant d’une incapacité intellectuelle à juger dans les questions dont on discute…. Votre voiture roule à quelle % de sa vitesse maximale et à quelle % du temps sur les 8760 heures de l’année ?

          • La n’était pas le propos: vous l’avez très bien compris et détournez l’attention du fait que les copier / coller permanents d’Isambert contribuent inutilement à produire la « merde nucléaire » qu’il prétend combattre.

          • Yves Le Goff donc il faut développer de toute urgence les ENR .. CQFD

          • Donc d’ici le 100% renouvelable, économisez chacun de vos usages qui, statistiquement, contribue pour 70% à l’émission de « merde nucléaire ».
            Sur ce site:
            -soyez concis
            -ne répétez jamais les choses mais utilisez des liens de renvoi vers la liste de vos commentaires types.

          • Yves Le Goff commencez par arrêter de polluer constamment car le problème ce n’est pas l’électricité mais l’énergie et c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. et c’est bien ce qui est urgent pour la planète , le climat , notre sante , contre la pollution , le Co², les GES …

          • Yves Le Goff Et encore un commentaire inutile de votre part pour polluer toujours plus avec une énergie que je ne finance plus sur ma facture

          • M ISAMBERT

            «  »Yves Le Goff Et encore un commentaire inutile de votre part pour polluer toujours plus avec une énergie que je ne finance plus sur ma facture » »

            Votre tartufferie est sans limite

            – vous commencez par revêtir le costume du consommateur « propre » brandissant un contrat 0% nucléaire alors qu’il ne s’agit que d’une cape d’illusionniste couvrant de son subterfuge un citoyen comme les autres et vous vous permettez de donner des leçons de morale!

            -pris la main dans le sac, vous expliquez finalement que votre contribution aux « déchets » n’est plus votre problème puisque vous pensez ne pas financer cette énergie nucléaire que vous utilisez cependant à votre convenance, y compris sur ce site en postant à tour de bras les mêmes éléments de langages.

            M. ISAMBERT, si vous êtes le monsieur propre que vous prétendez être, déconnectez du réseau ENEDIS ou, à défaut, organisez votre vie domestique et sociale en fonction des disponibilités éoliennes et solaires.

          • monsieur Yves Le Goff et si au lieu de vous ridiculisez comme tous les autres trolls vous apprenez au moins ce que sont les ENR et une fois de plus c’est bien le réseau commun à tous géré par ENEDIS et RTE qu’il faut verdir au plus vite ce qui est bien en train de se faire et qu’il faut accélérer alors pourquoi je quitterais ce réseau que je finance sur ma facture ?et bien sur que j’ai organisé mes consommations pour réduire mes factures : vous ne connaissez même pas les principes des heures creuses : vous savez ce systeme qu’EDF a crée pour bazarder sa production quand il n’y a pas de besoins … et qui s’adapte très très bien à certaines ENR prévisibles …ce qui permet d’économiser les autres ENR qui ont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire de plus en plus intermittent …. et oui de plus en plus de gens songent à l’autonomie .. ce qui serait très facile dans ma situation …surtout quand j’aurais un VE qui ne servira aussi de stockage … accessoirement et pour le moment les principales sources d’ENR de mon fournisseur d’électricité ce n’est pas le solaire et l’éolien .. qui en sont toujours qu’une partie des ENR …

          • Si votre fournisseur ne s’approvisionne pas en éolien ou en solaire, il ne lui reste guère que des barrages dont les français ont été spoliés par injonction idéologique de Bruxelles !!
            Je dis bien spoliés car c’est avec l »argent des contribuables que ces ouvrages ont vu le jour.

          • Yves Le Goff bravo vous avez cite 3 ENR … continuez vous etes sur la bonne voie . et non la aussi vous avez tout faux car la France n’a jamais été spolie de ses barrages .. vous devriez vraiment apprendre enfin les bases du sujet . les barrages appartiennent bien à la France et seul l’adjudication de leur gérance est remise en concurrence comme ça se fait déjà en France et si EDF veux continuer à en gérer il faudra qu’elle fasse la meilleure offre …

          • Tout à fait, ce sont des concessions.
            Mais quand un fond de pension anglo saxon sur-enchérit ou qu’EDF est écarté d’office pour affaiblir sa position c’est bien une spoliation et l’assurance dune augmentation des prix pour l’usager.

          • Yves Le Goff ha bon? qui fixe les prix des énergies en France ? vous connaissez le principe des appels d’offre ? pourquoi EDF serait écarté? dans tous les cas les ENR sont moins chères que notre merde polluante ….

          • « dans tous les cas les ENR sont moins chères que notre merde polluante …. »

            Les clients d’enercoop & Co seront heureux d’apprendre qu’ils payent notoirement plus chère une énergie qui ne coûte en fait pas grand chose selon vous ………

          • Yves Le Goff en effet la philosophie de la coopérative ENERCOPP vous semble totalement étrangère car oui on paye le vrai cout des énergies mais on ne subit pas les rattrapages rétroactifs et augmentations dues aux vrais couts du nucléaire que vous commencez à peine payer directement sur vos factures alors que ça fait plus de 50 ans que nous avons paye déjà très cher avec nos impôts et que l’on va payer encore plus cher des milliers d’année …

          • «  »oui on paye le vrai cout des énergies mais on ne subit pas les rattrapages rétroactifs et augmentations dues aux vrais couts du nucléaire…. » »

            Ridicule: la situation est encore pire pour les allemands chez qui le nucléaire est marginal.

          • Yves Le Goff la encore vous avez tout faux.. quand vous ne subissez pas toutes les augmentations et rattrapages rétroactifs que ceux qui sont encore à financer cette gabegie de nucléaire en restant chez EDF et consort c’est très agréable ..les Allemands ont toujours payé le vrai cout de leur énergie sur leurs factures mais avec un prix de kWh plus élevés que le notre ils ont des factures moins conséquentes que nous en France ..ou est l’erreur? allez je vous guide .. regardez ce qu’ils ont sur leurs toits avec une moins bonne météo que nous avec des bâtiments plus performants que nos passoires énergétiques …

          • M. ISAMBERT

            Votre argumentaire est malheureusement totalement contredit par les faits: le pire est que vous ne semblez même pas en avoir conscience alors que vous ne cessez d’invoquer le « retour du terrain ».

            L’Allemagne s’est dotée à grands frais d’une capacité solaire PV de 58,4 GW, c’est à dire 67% des 90 GW de ses capacités thermiques (charbon lignite pétrole gaz nucléaire)………….pour produire au final 8,4 % de ses besoins électriques (presque rien en hiver pour alimenter les PAC qui remplacent peu à peu nombre de chaudières fioul ou gaz).

            Prétendez vous toujours que cette contribution soit de nature à réduire drastiquement les factures de nos voisins dont le prix du kWh ne cesse de diverger au rythme du développement de l’Energiewende?

            M. ISAMBERT votre argumentaire ressemble à celui d’un camelot de foire et le retour de terrain à un retour de bâton (ou manivelle si vous préférez).

          • Yves le Goff 🤣mais vous allez nous sortir tous les vieux canulars périmes pour gogos 🤣😂 🤣 🤣 approfondissez sérieusement le sujet : ce ne sont pas des arguments mais des faits / retours de terrain que tout le monde peut très facilement Verfeil … à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR

          • Yves Le Goff vérifiez déjà les chiffres officiels : plus de 50% d’ENR dans le mix allemands en 2020 ..juste un peu moins en 2021 en attendant ils accélérèrent el développement des ENR sur le terrain …

          • Vous vous dérobez: le sujet était les 8.4 % de PV dont vous prétendiez qu’ils soulignaient massivement le porte-monnaie des allemands.

          • Yves Le Goff vous ne voulez pas me relire plus soigneusement , vérifiez les faits et cherchez au moins à comprendre le sujet car je ne me dérobe jamais …

          • M. ISAMBERT

            Vous maintenez donc bien que si la politique énergétique allemande conduit implicitement à une énergie électrique notoirement chère, les 8,4 % de contribution du PV en rendent la charge financière indolore pour les Allemands.

            Voilà qui éclairera nos lecteurs sur la pertinence de vos raisonnement.

            Bonsoir

          • Yves Le Goff je maintiens seulement ce que j’ai écris et c’est inutile de déformer mes propos qui reste bien écris et public juste un peu plus haut . ou avez vous trouvez les chiffres de 2021 ? alors que je ne parlais que ce que les Allemands produisent en plus pour leur consommation personnelle avec le PV pour payer des factures d’électricité moins importantes que les notres en France .. . vous ne savez même pas lire et comprendre le Français ?

          • Yves Le Goff pour le photovoltaïque dans le mix Allemands en 2020 la part était de 10.5% vous avez les chiffres de 2021 .. mais je parlais du photovoltaïque mis en place sur le toit des Allemands depuis longtemps pour faire baisser leurs factures alors qu’ils ont une moins bonne météo que nous

          • M. ISAMBERT

            Qui a votre avis paye la facture globale des 500 et quelques TWh consommés par l’Allemagne? A part les clients exports de l’industrie allemande ce sont bien les allemands eux mêmes.

            Donc si ces 500 et + TWh sont chers, nos voisins teutons n’ont pas d’autre choix que de « passer à la caisse ».

          • Yves Le Goff vous avez change de sujet ..déformé mes propos ..ne repondez pas aux questions mais mais c’est pas grave … qui a déjà paye très cher pour cette gabegie de nucléaire polluant à tous els stades qui fait des ravages sur la faune la flore et l’être humain depuis plus de e50 ans et va encore paye toujours plus cher pendant des milliers d’année pour cette merde ? RAPPEL alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes et du Co² grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/268283124_10228090372469474_4265907678552688842_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=88MG2-3j278AX91-3Lc&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT_df83yiXY4WV_VpDmvdrBSPV-tD5mSjMF1SMS7IF3Cuw&oe=61D0B367

          • M. ISAMBERT

            Nous sommes toujours dans le même sujet:

            la dérive incontrôlée des prix de l’énergie électrique pour les citoyens, à mesure que se développent des ENR aux coûts de production « imbattables ».

            Plus on met du « pas cher »…….et plus c’est cher à la fin

            Dans ce contexte, les PPV sur les toits des particuliers ne sont que des sucettes qui font diversion au regard des couleuvres qu’il faut avaler.

          • Yves Le Goff c’est parce que vous ne voulez pas comprendre ou ne pouvez pas ? savez vous ce qu’est l’autoconsommation? .. on met du PV sur son toit pour produire une partie de son électricité journalière pour faire baisser ses factures et payer moins de taxes .. ensuite si le prix de votre kWh augmente et que vous subissez des rattrapages rétroactifs c’est que vous êtes encore chez EDF et consort à payer cette gabegie du nucléaire et il va falloir vous y habituer car ça en fait que commencer ..mais pas moi car mon fournisseur d’électricité n’achète rien à EDF / arenh …et vérifiez que les ENR sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …

          • L’autoconsommation fait sens si elle pratiquée hors raccordement au réseau ENEDIS.

            En cas de raccordement c’est une tartuferie, encore plus cynique quand elle est subventionnée par le contribuable.

          • et à toute fin utile je remet le post d’origine déformé par vos propos : Yves Le Goff la encore vous avez tout faux.. quand vous ne subissez pas toutes les augmentations et rattrapages rétroactifs que ceux qui sont encore à financer cette gabegie de nucléaire en restant chez EDF et consort c’est très agréable ..les Allemands ont toujours payé le vrai cout de leur énergie sur leurs factures mais avec un prix de kWh plus élevés que le notre ils ont des factures moins conséquentes que nous en France ..ou est l’erreur? allez je vous guide .. regardez ce qu’ils ont sur leurs toits avec une moins bonne météo que nous avec des bâtiments plus performants que nos passoires énergétiques …

          • @Le Goff
            La stupidité (en le rapportant au fossile) c’est de reprocher au solaire de ne pas produire la nuit quand précisément on n’en n’a pas besoin. L’électricité solaire est la plus pertinente de toutes les sources possibles puisque c’est la seule qui produit quand on en a le plus besoin.et uniquement quand on en a le plus besoin.
            Le nucléaire produit à bon escient un peu plus du tiers du temps comme l’éolien …. durant les 8 à 9 heures par jour où l’activité économique est active. Et le contraste de ce besoin limité dans le cycle diurne va s’accroitre avec la conversion à l’électrique des besoins d’énergie aujourd’hui assurés essentiellement avec du fossile pour les activités industrielles.
            Le déphasage dans le besoin sur ce cycle court va accroitre les problèmes que nous rencontront déjà aujourd’hui avec un contraste bien moins marqué dans cette variation que le nucléaire se montre incapable d’assurer.et compenser aujourd’hui par du gaz, du vent quand il y en a dans les hauts de France et grand Est, et par l’importation, notamment d’Allemagne.

          • Là n’est pas le sujet, car ces 8,4% d’énergie ne sont dans les faits qu’une souris qui accouche d’une montagne de 58,4 GW, sans apporter la moindre garantie capacitaire.
            Dans un double système fossile / ENR, c’est juste une ruineuse et modeste contribution à la réduction des émissions de GES.

            Si le contexte était celui d’une civilisation planétaire postindustrielle peuplée de néo-bénédictins, et avec des moyens de stockage crédibles, pourquoi pas…..

          • Yves Le Goff vous oubliez toujours les bases du sujet : que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole et c’est bien ce qui est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES ..

          • Mais ISAMBERT, dont son électricité tirée du réseau ENEDIS provient, en temps réel, du nucléaire pour au moins 60 % car son fournisseur tout seul ne peut rien faire, ne peut pas prouver que son choix provoque moins de victimes. Alors, avant d’accuser, on réfléchit.

          • Cochelin RE : c’est bien le réseau commun à tous géré par ENEDIS et RTE qu’il faut verdir au plus vite mais la différence fondamentale c’est que je ne finance plus cette merde polluante de nucléaire directement sur ma facture et que je participe activement au développement des ENR en France … ce qui est urgent pour la planète , le climat , notre santé, contre la pollution , le Co² , les GES …

          • Isambert.
            Connaissez-vous des pays proches ayant un kWh moins carboné que la France (https://www.rte-france.com/eco2mix/les-emissions-de-co2-par-kwh-produit-en-france) ? Il n’y en a pas.
            Je ne condamne pas votre choix, mais il est individuel, probablement subventionné, et difficilement extensible à l’ensemble du pays sauf peut-être à des coûts se chiffrant à des centaines de milliards d’euros et, donc, entraînant un impact sérieux sur la facture des consommateurs comme cela se passe partout ailleurs sans toutefois afficher les performances de notre pays.

          • Cochelin cessez de tenter de nous enfumer avec votre CO2 français du KWh nucléaire aussi truqué qu’un jeux de cartes de magiciens

          • Cochelin sortez vous des veilles théories foireuses pour gogos : c’est le nucléaire qui est subventionné depuis plus de 50 ans et que l’on a paye très très cher et que l’on va encore paye de plus en plus cher des milliers d’année .. les ENR en plus d’être moins chères que notre merde polluante de nucléaire ne sont pas finances par nos impôts ..

          • Non pas que Rochain… L’ADEME écrit clairement 6g POUR LES MOYENS DE TRAITEMENT EN FRANCE…. Ce qui se passe sur le lieu d’extraction au Niger ou au Kazakhstan.. On s’en fou, d’autant plus que c’est la que sont produits les plus importantes quantités de CO2 avec les excavatrices et les broyeuse, sans compter la séparation aux acides….

          • Pour le nucléaire quand les Allemands comptent 12g par KWh les français comptent 6 ! Quand je vous disais que vous donnez des references qui sont des batons pour vous faire battre. Alors comme en France le nucl »aire représente 70% de la production il faut multiplier par deux nos émissions de CO2 pour 70% de ce que l’on indique comme notre émission au KWh pour être comparé à l’Allemagne soit au lieu de 56g indiqué sur votre si cher électricitymap devient 95 g.

    • Soyez logique avec vous-même et si la notion de Sievert vous parle, alors fuyez:

      -l’imagerie médicale
      -la radiothérapie
      Rien de plus sympa qu’un cancer « Bio » « traité » par le jeûne et des cures de jus de bidule.

      Oubliez également les vacances en Bretagne et plus généralement là où émane le Radon (bien naturel!!)
      etc….

      Répondre
      • Yves Le Goff pourquoi demander aux autres d’être logique alors que vous oubliez même les bases élémentaires ? la médecine nucléaire on la subit aussi quand on a pas d’autres solutions mais le nucléaire on le subit sournoisement partout en France tous les jours depuis plus de 60 ans …. alors que l’on peut faire beaucoup mieux , plus vite, moins cher , sans dangers et sans déchets avec les ENR ..

        Répondre
    • A fond sur le registre de la peur les anti nucléaire c’est même à ça qu’on les reconnait !
      Nous baignons, tout le vivant, dans un bain de radioactivité permanent et vouloir vivre sans radioactivité naturelle reviendrait à vivre dans des catacombes (et encore?). La radioactivité marginale des centrales nucléaires même en ajoutant celles des accidents ne change en rien le niveau de radioactivité dans lequel nous vivons.
      Je ne doute pas que c’est votre cas cher Vanquoethem.

      Donc inutile de faire peur avec votre mégalomanie, il suffit de se former sur un domaine des plus étudié:

      -https://www.irsn.fr/FR/connaissances/Environnement/radioactivite-environnement/sources-radioactivite/Pages/5-radionucleides-artificiels-environnement-France.aspx?dId=2ef28ef7-3363-4bed-b7b3-47a597e68d1d&dwId=02b23d3f-13d2-4faa-ab26-1e26e8c4700c
      -https://www.irsn.fr/FR/connaissances/Sante/exposition-population/exposition-population-france-metropole/Pages/0-Exposition-population-France-Sommaire.aspx

      Répondre
      • VICTOR en effet on baigne dedans tous les jours partout en France .. on en trouve de plus en plus dans l’eau , dans l’agriculture , dans l’élevage , dans nos assiettes depuis plus de 50 ans et c’est bien pour ça qu’EDF est de plus en plus souvent condamné par les tribunaux …

        Répondre
    • On comprends mieux votre position si vos références proviennent de Sortir du Nucléaire qui n’a aucune expertise et n’est qu’un organe d’opinions nucléophobe ce qui est son droit absolu.

      Répondre
      • victor les faits réels / retours de terrain / bilans … que tout le monde peut très facilement vérifier ça vous dérange ?

        Répondre
          • VICTOR de nier la réalité du terrain / chiffres officiels / bilans / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier c’est complètement stupide et ça ne la changera pas

    • @ Michel VANQUAETHEM

      « rappelons que l’exposition a ces rayonnements, même à très faible dose, engendre des conséquences graves sur la transmission de notre génome. »
      Vous savez parfaitement que c’est faux, et ce n’est pas la première fois que je vous vois répondre cette énormité.

      Même à Hiroshima et Nagasaki, après les bombes, strictement aucun effet génétique n’a été observé.

      Honteux de répandre de telles contre vérités sciemment.

      Répondre
      • Hervé Guéret votre négationnisme est lamentable et votre ignominie est sans limite ..vous n’avez aucun respect pour toutes les victimes de cette merde de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain . je me demande comment vous pouvez vous regarder dans une glace avec votre mentalité pourrie ..

        Répondre
        • Yves Le Goff il y a des villas gratuites à Tchernobyl et à Fukushima … vos valises sont prêtes ?

          Répondre
          • Le sujet était Hiroshima, ville prospère peuplée de 1 200 000 habitants: réalité que se contente de rappeler Hervé Guéret. Aucun négationnisme dans son propos, juste des faits qui dérangent les anti-nucléaires forcenés.

            Quant au drame de Tchernobyl, spectre de l’apocalypse brandi par les verts antinucléaires, combien se souviennent qu’il est l’enfant maudit d’une l’URSS à l’agonie dont les verts-rouges rêvent de ressusciter l’esprit collectiviste…..et son pseudo état providence au sein duquel personne n’est responsable de rien !!!

            A propos de mémoire, pouvez vous nous éclairer sur les frasques d’un certain Régis Isambert, au sein de l’association GPPEP, obligée de faire le ménage en son sein pour mettre un terme aux activités de militants « éco-délinquants  »
            https://forum-photovoltaique.fr/viewtopic.php?t=40505

          • Yves Le Goff vous êtes obligé d’aller chercher les ragots et de colporter la calomnie pour argumenter sur un sujet complétement diffèrent ? .. LOl .. donc pour en revenir au sujet c’est bien vous qui avez posté sur les voyages au Japon et bien moi qui vous ai propose d’aller y faire un séjour .. .allez jusqu’au bout de vos convictions .. en plus c’est vrai les villas sont gratuites ..

    • Michel VANQUAETHEM
      Vous dites que :
      « rappelons que l’exposition a ces rayonnements, même à très faible dose, engendre des conséquences graves sur la transmission de notre génome. »

      Mais vous savez parfaitement que c’est totalement faux.
      Même a Hiroshima et Nagasaki, après les bombes, aucune transmission de génome dégradé n’a été trouvée.

      Il est honteux que vous tentiez de répandre sciemment de fausses informations.
      Vous devriez avoir honte.
      Pire que Rochain, c’est dire !!!

      Répondre
      • Hervé Guéret votre négationnisme est lamentable et votre ignominie est sans limite ..vous n’avez aucun respect pour toutes les victimes de cette merde de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain . je me demande comment vous pouvez vous regarder dans une glace avec votre mentalité pourrie ..

        Répondre
  • On n’aurait pas besoin de charbon si la biomasse était utilisée en complément de l’éolien et non pas de manière continue.
    Fini le temps de l’énergie pas chère.
    A 300 euros le MWh en moyenne, en pointe, un backup à l’hydrogène est déjà envisageable, même si la France n’a pas de conditions aussi bonnes que l’Espagne pour cela.
    La sortie du moins prématurée du nucléaire en Allemagne et en Belgique retarde malheureusement et volontairement celle du charbon.

    Répondre
    • L’Allemagne prefere sans doute garder plutôt une énergie pilotable qu’une autre qui n’a que la prétention de l’être. sachant qu’il ne sont pas encore prét pour le biogaz, ni pour la production faute d’avoir assez de méthaniseurs et de pyrogazeurs d’une part, ni, d’autre part, pour le nombre des centrales à gaz nécessaires (pour remplacer le charbon), qu’ils n’ont jusqu’à présent pas construit contrairemetn au rabâchage recurrents que l’on voit sur ces forums, mais qu’ils vont se faire financer généreusement par l’Europe, ça je le vois venir depuis longtemps.
      Ca me faisait bien rire ces commentaires sur les soi disants constructions de centrales à gaz depuis l’arret du nucléaire en 2011…. pas une seule de plus, ce n’était pas le bon moment !

      Répondre
      • Sûr que si l’Allemagne se fait financer par l’Europe ses centrales au gaz comme cela semble se dessiner, c’est pas glorieux ! C’est l’Energiewende qui est fondée sur des sources prétendument renouvelables mais surtout intermittentes, et qui tentent de cacher la misère avec des centrales pilotables au gaz.
        Ce gaz est russe : vous savez, ce pays qui met en prison les opposants politiques et qui a comme obsession d’annexer les pays voisins.
        Et quand le gaz dit « naturel » (!) sera finalement honni de la planète car rappelons-le c’est un combustible fossile à peine deux fois moins émetteur de CO2 que le charbon, nos amis écolos allemands ont prévu d’aller faire fabriquer de l’hydrogène par les marocains (autre régime démocratique) et de le rapatrier par bateaux vers Allemagne. Bonjour la souveraineté du pays, et les risques à transporter un gaz aussi dangereux sur d’aussi longues distances avec une dépense énergétique (et financière) « kolossale ».
        Mais bon, je dis ça, je dis rien…

        Répondre
        • Je reconnais que ce n’est pas plus glorieux que de se faire financer ses centrales nucléaire par l’Europe, mais c’est plus honnête.

          Répondre
          • Herce gueret toujours à vous ridiculiser et vous enfoncer toujours plus à chaque post … vous avez fait une soi disante étude
            pour gogos alors que vous ne vous êtes même pas aperçu que le nucléaire nous enfonce toujours plus et ne fait rien pour le climat , la planète ..regardez la situation catastrophique de la France pour son Energie alors que l’on a le nucléaire depuis plus de 60 ans et que nous sommes les champions de la pollution et de la production de déchets ultimes avec notre énergie polluante à tous les stades , dangereuse , très chère , avec des déchets ultimes , qui fait des ravages sur la fauen , al flore et l’être humain …

      • « Ca me faisait bien rire ces commentaires sur les soi disants constructions de centrales à gaz depuis l’arret du nucléaire en 2011…. pas une seule de plus, ce n’était pas le bon moment ! »
        Exact, c’est pire, ils ont relancé la production d’électricité à base de charbon.

        Répondre
        • Hervé Guéret la France aussi a démarré ces centrales à charbon prévu pour palier aux défaillances du nucléaire vu le retard du développement des ENR sur le terrain et à l’intermittence de notre nucléaire .. et la vous ne dites rien .. en plus en Allemagne c’est provisoire le temps qu’il s’en sorte et qu’il arrête de dépanner la France comme ils le font depuis des années ..

          Répondre
        • Le « petit ingénieur de troisième zone  » a sérieusement besoin de se recycler au lieu de nous polluer en permanence avec la publicité pour son misérable texte.

          https://ag-energiebilanzen.de/wp-content/uploads/2021/02/Strommix-Dezember2021.pdf

          Production d’électricité en 2010 —- 2019 —- 2021 (provisoire)

          Nucléaire : 140,6 TWh — 75,1 TWh — 69,0 TWh
          Charbon + lignite : 262,9 — 171,5 — 162,6 TWh
          Pétrole : 8,6 — 4,8 — 4,8 TWh
          Gaz naturel : 88,8 — 90,0 — 89,0 TWh

          Energies renouvelables : 105,4 — 240,3 — 236,7 TWh
          – dont éolien : 38,6 — 125,9 — 117.7 TWh
          – dont photovoltaïque : 12,0 — 44,4 — 49,0 TWh
          – dont biomasse : 29,2 — 44,3 — 45,0 TWh
          – dont hydraulique : 21,0 — 19,7 — 19,1 TWh
          – dont …

          Le nucléaire a diminué de 71,6 TWh, le charbon + lignite de 100,3 TWh, le pétrole de 3,8 TWh, le gaz naturel n’a augmenté que de 0,2 TWh.
          Les énergies renouvelables ont augmenté de 131,3 TWh.

          Répondre
      • Mais l’Allemagne attend le gaz Russe, et les subventions Européennes pour construire de nouvelles centrales. En attendant, le charbon repart encore plus fort avec leur parc de 44 GW prêt à compenser la perte de production du nucléaire. Quant au biogaz, celui-ci patine et n’est pas prêt de remplacer le méthane fossile.

        Répondre
        • Je ne savais pas que vous aviez pour mission d’organiser l’évolution du systeme énergétique allemands Cochelin, heureusement que vous êtes là. Mais je vois que ces 10 dernieres années tout a évoluer dan sle bon sens en ayant commencer à se passer de la moitié de leur nucléaire en 2011 et que depuis cette date leurs émissions de CO2 ont diminuées d’années en années, de même pour leur consommation de chabon et que seul parmi les fossiles le gaz oscillait tantot baissant, tantôt montant, mais jamais supérieur à ce qu’il avait été en 2010. Mais j’ai aussi constaté que tous les renouvelables ont progressés et de façon fulgurante, compensant les baisses de tous les fossiles et du nucléaire cumulé.
          Mais tout de même, dès que la conversation venait sur ce sujet avec plein de Cochelins, , c’est vrai, il y en a beaucoup des Cochelin, tous me disaient que c’était la catastrophe en Allemagne qu’ils étaient en train de se casser la figure avec leur energiwende et quand je leur montrais les courbes fournies pas les organismes statistiques, le discourt variait à peine… tantot c’était « Oui mais c’est fini dès demain le charbon reprend du service » tantôt c’était « Ils ont fait la plus facile, à partir de maintenant la méthode n’est plus applicable, attendez vous à voir l’inversion du sens de la pente de vos courbes » , ou encore « Oui mais, gare au retour de bâton, d’ailleurs ce n’est déjà plus vrai, ils réouvrent des centrales et des mines de charbon qu’ils avaient fermé, vous n’êtes pas au courant ?  »
          Oui durant ces 10 dernieres années j’ai entendu cela plusieurs fois dans l’année, mais la caravanne passe…… malgré les Cochelin.

          Répondre
          • Vous aimez bien carricaturer les propos de vos contradicteurs et déformer leurs propos. C’est votre signature.
            Nous arrivons maintenant à l’inversion du sens de la pente des courbes. Avec qques centaines de milliards d’euros de plus d’investissements et d’aides publiques, et qqes années de plus, peut-être les courbes reprendront-elles la pente précédente. Ceci n’est pas exclu. Tout est question de très gros moyens financiers.
            Mais vous aimez bien aussi carricaturer les propos de vos contradicteurs et déformer leurs propos. C’est votre signature.

          • La caricature dont vous parlez c’est que, quand vous annoncez que tout va mal pour l’Allemagne depuis 10 ans comme résultat d’une étude au doigt mouillé dont vous êtes un expert, je reponds à coup de statistiques officilles de la façon dont les choses ont réellement évolues durant ces 10 ans.
            Donc la nouvelle définition de caricaturer c’est :
            Démontrer avec des preuves que ce que l’on croyait par dogmatisme était faux !

          • Vous mentez quand vous affirmez que j’ai pu dire que tout va mal depuis 10 ans en Allemagne. J’ai seulement dit que l’Allemagne avait progressé sur la réduction des émissions de Co2 grâce aux « renouvelables », que cela avait coûté très cher (au moins 500 milliards d’euros) et que cette transition patinait. Celle-ci pourrait effectivement repartir au prix d’énormes investissements publics et privés, et que cela demandera des années. Vous aimez bien, là encore, déformer les propos des autres.

    • M’enfin, Marc,
      – la quantité de biomasse en France est ridiculement petite,
      – Quant à l’hydrogène, ce n’est pas une source mais un vecteur, avec un rendement de 30%

      Ce qui signifie que, via l’hydrogène, on commence par perdre 70% de l’électricité qu’on utilise.
      Impossible, donc.

      Répondre
      • Hervé Guéret encore vos délires de trolls stériles vous n’avez même pas l’idée que pour produire il faudrait déjà les installer en France les ENR ? donc vous avez enfin constat er que l’hydrogène a le même rendement que notre merde polluante de nucléaire pour produire ..des pertes réseau … pourquoi vous obstinez vous à dire que c’est impossible à des choses qui se développe déjà sur le terrain et qui fonctionne déjà très très bien ?

        Répondre
  • Comme on est rattrapé par le réalisme de terrain (comme dirait l’autre !) on autorise (par décret) les centrales thermiques au charbon restantes à continuer de fonctionner pour aider à passer les pics de conso hivernales en périodes anticycloniques (où les ENRi sont évanescentes)…
    Comme le relate cet article fort bien fait, RTE (asservi aux politiques en exercice depuis 10 ans) a laissé faire complaisamment la fermeture des centrales fossiles et nucléaire (celle de Fessenheim) qui ne mangeaient pas ou peu de pain.
    Maintenant, avec le Covid, le calendrier de la maintenance des centrales nucléaires a pris un retard conséquent. Le staff inféodé de RTE et le ministère de la transition écolo se font prendre à revers comme la cigale qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Ce qui est un comble pour ceux qui se considèrent comme « des techniciens pragmatiques » mais qui oublient que le PILOTABLE est la seule réponse pour passer l’hiver tranquillement !

    Répondre
    • cochelin ça prouve bien qu’il faut accélérer la mise en place des ENR sur le terrain ….

      Répondre
      • Isambert :
        « ça prouve bien qu’il faut accélérer la mise en place des ENR sur le terrain …. »
        EnR intermittentes LOL
        on verra le jour où nous saurons stocker l’électricité.
        Pas demain la veille.
        Et pour remplacer 40 centrales nucléaires, il faudrait 200.000 éoliennes !!!
        Vous imaginez LOL

        Répondre
        • Hervé Guéret toujours à vous ridiculiser toujours plus à chaque post avec vos inepties de gros trolls stériles .. apprenez au moins les bases du sujet et que l’éolien n’est qu’une partie des ENR que le stockage existe déjà pour le nucléaire et qu’il servira pour les ENR.. que ce que l’on commence à faire avec les ENR pour se sortri aussi du fossile / charbon / petrole servira aussi de stockage , voir la V2G … etc etc ¨ ..

          Répondre
    • Faut savoir lire (ou écrire) les bonnes données.

      Le 6 janvier 2021 à 16h, la France importait 2.090 MW (puissance) d’Allemagne, après déduction d’un export probable vers la Belgique (DE et BE couplés). Et 2.043 MW importé d’Espagne.

      Le même jour à 8h, la France importait 8.333 MW (puissance) d’Allemagne (DE BE) et 2.866 MW d’Espagne.

      Le panier de cerises est différent.

      Alors que la consommation (puissance) augmentait de 12.704 MW entre 6h et 8h du matin, le nucléaire n’augmentait que de 259 MW. Pas terrible le « suivi de charge » du nucléaire.

      Heureusement qu’il y avait l’hydraulique, le gaz et les importations.

      L’Allemagne a maintenu active sa production thermique pour se permettre d’exporter rapidement jusqu’à 12.000 MW (puissance) après avoir passé son maximum de consommation.

      Répondre
      • Petite mise au point au sujet du suivi de charge:

        Le suivi de charge au temps T de l’heure H du jour J a 2 composantes principales:

        -Une prévision à J-1 qui cale le niveau de charge de la base (tout particulièrement le nucléaire en France)
        -Une correction tendancielle de la base à J avec un ajustement fin des moyens les plus réactifs H par H

        Le nucléaire est donc LA composante fondamentale du suivi de charge, sur laquelle se greffe la marge d’adaptabilité des autres sources.

        Pratiquer une modulation courte (échelle H) du nucléaire reste possible sur une partie du parc, mais cela ne fait pas sens d’un point de vue technico-économique.

        Répondre
      • Marguerite
        Vous écrivez que la France a importé plus de 3 GW de la région Belgique-Allemagne, mais l’essentiel provient de Belgique qui possède un parc nucléaire (que certains envisagent de fermer) très performant, très souvent autour de 100% de sa capacité (5,94 GW). Les importations en provenance d’Allemagne se montrent généralement faibles, souvent moins de 500 MW.

        Répondre
          • Cochelin passe son temps à masquer l’important avec des détails… Il reste que depuis toujours nous achetons plus d’électricité à l’Allemagne qu’elle ne lui en vend….. Merci aux teutons de venir si souvent à notre secours pour nous éviter le black-out.

          • Peu importe que nous achetons plus à l’Allemagne que l’Allemagne n’achète à la France. Ce qui compte, c’est le solde exportateur et de ce côté la France fait beaucoup mieux que l’Allemagne, et encore mieux en 2021. Mais l’Allemagne est un gros importateur de la suisse comme le 06 janvier, par exemple puisque l’Allemagne était aussi, ce jour-là, en déficit de production par rapport à sa consommation.

  • Il est certain que brûler du charbon chez nous en cas de nécessité est bien préférable à l’importation d’électricité allemande issue pareillement de charbon. On s’enferme dans des interdits stupides, le citoyen lambda n’avait pas imaginé qu’on importait alors qu’on pouvait produire la même chose! C’est comme la mention temporaire ou provisoire, si les mêmes causes produisent les mêmes effets dans un an il faudra faire pareil! Ce qu’on ne nous dit pas c’est si l’on ne pourrait pas passer Cordennais au gaz en attendant d’avoir plus de pilotable (coût d’investissement important donc à voir sur la durée). Il a été question de passer au bois, pudiquement qualifié de biomasse! La déforestation sous-jacente a fait reculer pour l’instant, comme à Gardanne, mais on n’est pas à l’abri d’horreurs écologiques faites au nom de l’environnement. Est-il idiot de suggérer le redémarrage de Fessenheim après une bonne révision? Cette centrale fonctionnait parfaitement et l’ASN ne demandait pas sa fermeture. Est il stupide de demander à EDF et à l’ASN d’étaler le planning du grand carénage, après tout beaucoup de centrales ne sont pas exposées au risque d’inondation ni en zone sismique, les USA ont prolongé des centrales identiques pour une durée de vie de 80 ans! Il semble que les politiques soient tétanisés depuis plus de 20 ans par les injonctions des soi disant verts. De plus on nomme régulièrement au ministère de l’environnement un antinucléaire dogmatique!

    Répondre
    • Sauf que nous avons fanfaroné avec notre nucléaire de plus en plus boiteux et nous avons fermé nos centrales à charbon quand on croyait s’en sortir facilement avec notre nucléaire, résultat on appel au secours ceux que l’on passe notre temps à critiquer dans leur choix.

      Répondre
      • Le parc nucléaire avait été dimensionné pour assurer une grande partie du chauffage électrique, mais sa disponibilité ne suit plus. On brûle du gaz, et pire: du charbon pour faire de l’électricité, pour faire fonctionner des radiateurs électriques. Rendement moyen de l’ordre de 40% contre 80% pour une chaudière à gaz.
        Je crois qu’un double système: électricité éolienne + pompe à chaleur ,+ cogénération à hydrogène en complément, et PV + clim en été, permettrait un rendement optimal.
        en plus de cela, on brûle toujours 1/4 de gaz en capacité mobilisable, contrairement à nos voisins.

        Répondre
        • Et quand je vois tous les maires-roitelets du coin, chauffer au gaz, plein pot la piscine municipale, au lieu d’utiliser le solaire thermique pour moitié du temps, j’ai envie de leur en coller une…

          Répondre
          • Du calme Marc, du calme….. Ils finiront tous par comprendre. Sauf la bande de dogmatiques irréductibles du forum bien sûr. Pour eux, je zappé sans lire

  • Effectivement, critiquer l’Allemagne n’est pas tres constructif quand on sait que la France a hérité par chance d’un parc nucléaire decarbone.
    On verra ce que les Verts réussissent à faire au niveau du changement de paradigme et de la reconversion des régions minières dans les enr et le stockage.

    Répondre
    • OUI…. attendons, et regardons mais en abandonnant ce sourire méprisant et suffisant qui exprime ce que le nucléophile français sur de sa supériorité pense de l’Allemagne

      Répondre
      • Pour Rochain, le fait d’avoir un mix électrique en France 10 fois moins carboné qu’en Allemagne et d’avoir évité l’émission de qqes Gt de CO2 depuis le début du programme nucléaire n’a aucune importance. On le savait depuis longtemps. Attendons pour voir l’évolution du mix Allemand après la fermeture de son parc nucléaire résiduel, et les coûts à venir.

        Répondre
        • @Cochelin: le mix électrique très decarbone de la France est totalement fortuit, pas la peine de s’en glorifier.
          Par contre, la France doit prolonger jusqu’au maximum raisonnable ses réacteurs, et ne surtout pas suivre l’exemple de la Belgique, qui relève à mon avis de la folie.

          Répondre
        • Il  » est pas 10 fois moins carbon né. Il est truqué car ne concernant que les émissions produites depuis la France… Le bordel comme les émissions de GES au Kazakhstan. Ce n’est pas notre PB. CE N’EST PAS MOI qui le dit, c’est RTE da’s son explication sur les émissions de CO2
          Alors cessez de vous gargariser avec votre si immense vertu qu’elle vous aveugle.

          Répondre
          • Le rapport de 10 entre la France et l’Allemagne ne concerne que les émissions liées au thermique fossile (selon RTE en France et BEWD en Allemagne). Si vous prenez les émissions sur l’Analyse du Cycle de Vie, il faut le faire pour les deux pays, mais le rapport reste le même, autour de 9-10 à l’avantage de la France.

          • Cochelin quand au lieu d’ânonner toujours les mêmes canulars pour gogos vous allez parler du réel probleme : La France championne de la pollution et de la production de déchets ultimes . postez nous enfin les chiffres de l’énergie en France pour parler enfin du vrai problème et de la réalité du terrain car c’est bien de notre santé qu’il s’agit …

          • Mais comme il n’y a que celui du nucléaire qui est truqué, cela n’avantage que la France….. et c’était bien le but de la supercherie De Rugy/ Longuet

        • Cochelin comme les autres trolls vous oubliez toujours de préciser que la France est championne de la pollution et de la production de déchets ultimes et que les chiffres sur le Co² ont été tronqué au départ et sont obsolètes …de plus vous oubliez aussi et toujours que le principal problème c’est l’énergie et pas l’électricité et que la la France est mal placé .. et c’est bien de notre santé qu’il s’agit … alors que l’Allemagne agit et s’en sort nous on continue de s’enfoncer toujours plus dans la pollution …

          Répondre
        • S’il y a une comparaison plus pertinente à faire entre la France et l’Allemagne, c’est au niveau de la réduction des émissions de GES depuis 20 ans. Et là, à mon avis, même avec la sortie du nucléaire, que je déplore en Allemagne, la comparaison doit être largement favorable à l’Allemagne.

          Répondre
      • Le sourire est plutôt un haussement de sourcil. Non pas de la part d’un nucléophile mais d’un ingénieur ou scientifique qui sait que la fuite en avant avec des énergies intermittentes se heurte à un mur : cf. l’Australie ou la Californie.
        Mais comme nos voisins allemands ne sont pas subitement devenus idiots, on voit bien ce qui se dessine : ils vont conserver intégralement leur parc pilotable, aujourd’hui au charbon et lignite (berk !), demain au gaz russe (ouh!). Car leur hégémonie industrielle et économique l’emporte sur l’intérêt de la planète : pas question de risquer le blackout, s’il le faut on rallumera le charbon.
        C’est d’autant plus hypocrite que l’UE n’a émis aucune sanction envers le pays qui ne respectera pas la neutralité carbone en 2050. Comme elle sait qu’elle n’y arrivera jamais, l’Allemagne a poussé ses voisins à la faute en proposant l’échéance de … 2045 ! Avec ça on aura tout « tout faux » et l’Allemagne plus que les autres, mais comme les autres !!!

        Répondre
        • L’ingénieur ou scientifique Studrr n’est certainement pas géologue car il semble ignorer que le mur vers lequel il se précipité le rencontrera dans moins de 50 ans car la Terre n’est pas inépuisable notamment pour ce qui concerne son métal le plus rare… L’uranium…. ce que n’ignore pas l’ ingenieur ou scientifique Rochain, bien que n’étant pas non plus géologue….. Le reste de votre message n’est que tarte à la crème d’opinions… Ce dont je ne nourris pas mes réflexions. J’ai d’autres sources pour cela.

          Répondre
          • LOL Toujours Rochain !
             » l’ ingenieur ou scientifique Rochain » ingénieur par la plus petite des portes, les « acquits de l’expérience » , et ce, en plus, dans le domaine de l’informatique.
            Comme ingénieur, Rochain n’a fait ni maths sup, no maths spé, dans lesquels on apprend toutes les bases scientifiques. Et il n’a fait aucune étude touchant la physique de base. Seulement de l’informatique.
            Alors, se moquer des autres, …
            Quant à l’uranium, qui n’est pas rare sur terre, il sera épuisé en un siècle si on continue la croissance de la production des centrales nucléaires, avec les technologies actuellement utilisées.
            Il faut savoir que le minerais d’uranium contient 0,7. d’uranium 235, et 99,3% d’uranium 238.
            Que seul l’u235 est utilisé dans nos centrales actuelles
            Que les centrales nucléaires de quatrième génération utilisent aussi l’U238, ce qui signifie qu’en utilisant l’U238 déjà sur notre sol et sortant intact de nos centrales actuelles, 350.000 tonnes, on peut tirer 100 fois l’énergie déjà fournie par nos centrales depuis leur début. Quelques siècles, donc, et au niveau mondial, 10.000 ans.
            Il faut savoir que UN GRAMME d’uranium (235 ou 238) peut donner la même énergie que DEUX TONNES de charbon.

            Bien entendu, même de petit niveau, Rochain sait tout ça, et nous raconte des salades.

            Un petit essai sur ces sujets :
            https://1drv.ms/b/s!Aoz2RZetULwc5UfEp2guDlvDzYMQ?e=IYtzCN

          • Hervé Gueret vous pouvez toujours continuer de calomnier et vous ridiculiser toujours plus à chaque post mais Rochain parle bien lui aussi de faits réels alors que vous vous enfoncez toujours plus à chaque post à ânonner stupidement les inepties pour gogos que vous avez gobé alors que les avancées sur le terrain vous contredisent tout le temps

        • studer ça vous arrive des fois des sortir des vieux canulars périmes pour gogos et de verifier le réalité du terrain ?

          Répondre
    • Marc,
      « Effectivement, critiquer l’Allemagne n’est pas tres constructif quand on sait que la France a hérité par chance d’un parc nucléaire decarbone. »

      Pas tout à fait par chance, mais presque.
      Et avec l’expérience que nous avons, y compris dans les centrales de quatrième génération, il ne nous reste plus qu’à continuer à 70% de nucléaire comme actuellement.

      Heureusement, il semble bien qu’on se remette sur le chemin de la sagesse.

      Répondre
  • La référence à Tchernobyl de Michel Vanquoethem est hors de propos. Seul Three Miles Island était un réacteur comme les nôtres, Fukushima était un BWR mais un PWR pas arrêté à temps aurait subi la même chose. A Tchernobyl en 86 la technologie des réacteurs RBMK était totalement différente, technologie non aboutie de l’URSS finissante qui présentait des défauts majeurs de conception et de construction inconnus en occident, comme un coefficient de vide positif, une augmentation de température entraîne une aggravation de la réaction au lieu d’un ralentissement, des systèmes de sécurité intrinsèquement trop lents et insuffisants, l’absence d’enceinte de confinement. La présence de graphite encore comme modérateur (conception années 50)a coincé à un moment les barres déformées par la chaleur et la réaction n’a pas pu être arrêtée complètement à la fin! Dans des conditions de marche à faible charge où c’était interdit le chef d’exploitation s’est obstiné à faire le test périodique des sécurités de son calendrier. Suite à la perte de contrôle, manœuvres et fausses manœuvres ont abouti à la décomposition de l’eau par la chaleur en hydrogène et oxygène, d’où l’explosion. Après de nombreuses modifications conçues avec l’aide de l’occident, 11 réacteurs de ce type sont encore en service en Russie. Si Three Miles Island (aucun dégât extérieur ni contamination,n’a fait aucune victime) a servi de cas d’école à l’industrie du monde entier, pas seulement nucléaire, pour les stratégies de conduite des procédés, Tchernobyl est complètement déconnecté des réalités actuelles. C’est aussi le seul accident nucléaire qui a fait des victimes.

    Répondre
    • Fukushima n’a fait «que» 200 milliards d’euros de dommages parce que, par chance, le vent soufflait vers l’océan et non pas vers l’intérieur des terres, mais un barrage est également dangereux, et je reste nnéanmoins favorable à la prolongation du parc français jusqu’au maximum raisonnable.

      Répondre
    • @ JP.
      Très bien décrites les causes de l’explosion de Tchernobyl .
      Concernant Fukushima les vannes des condenseurs de chaque réacteur se sont fermées ds leur position dite de « sécurité » à savoir : normalement fermée. Tous les techniciens de l’époque sont passés au travers de ce « détail »…
      Si ordre avait été donné rapidement d’aller ouvrir manuellement ces vannes le refroidissement naturel des réacteurs aurait pu se faire et il aurait été possible de voir venir car tout était dans l’obscurité !

      Répondre
    • « Tchernobyl est complètement déconnecté des réalités actuelles. C’est aussi le seul accident nucléaire qui a fait des victimes. »

      Parfaitement exact.
      Rappelons qu’à Fukushima, le tsunami a fait 21.000 noyés, et l’accident de la centrale, gravissime, trois cœurs fondus, zéro mort, zéro cancer.

      Répondre
      • Hervé Guéret vous prouvez vraiment votre pauvreté d’esprit de négationniste lamentable et vous osez vous regarder dans une glace ? aucune respect pour toutes les victimes de cette merde polluante ..

        Répondre
  • Bonjour,
    Depuis que je regarde les données de RTE pour la France :
    https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere
    ainsi que les productions d’électricité en Europe :
    https://app.electricitymap.org/zone/NL
    OUI, je me demande s’il y a encore des techniciens et des énergéticiens au sein de RTE (et de l’ADEME)
    De plus en plus de monde ne comprend pas comment les responsables de RTE ne comprennent pas.
    Plusieurs remarques qui vont dans le sens de l’article ci-dessus:
    – Importer de l’électricité c’est solliciter les productions marginales de ces pays, c’est-à-dire des production à base de charbon (820gCO2eq/kWh) ou de lignite. Il est évident que si nous n’importons pas c’est d’abord ces productions qui sont réduites.
    – Le 6 janvier 2022 à 8h45 la France appelait une puissance de 78 500 MW. Il faut vraiment être incompétent pour pointer le manque de production nucléaire alors que ce sont les énergies renouvelables qui ne produisent que presque rien:
    filière – production – parc installé – % de production du parc installé
    nucléaire 47 129 61 370 76,8%
    hydrau. 11 094 25 549
    gaz 7 007 13 082 53,6%
    éolien 1 900 18 549 10,2%
    bio 827 2 235 37,0%
    fioul 297 2 906 10,2%
    solaire 273 12 447 2,2%
    importati. 10 235
    Même si nous MULTIPLIONS les installations d’éoliennes, les moments sans vent et sans soleil n’y changeraient rien. Tant que nous sommes loin des stockages d’énergie électrique (y compris les mauvais rendements) à la hauteur de l’enjeu il n’y a pas d’alternative aux productions pilotables.
    – Une erreur complémentaire consiste à s’appuyer sur des moyennes pour montrer l’intérêt des renouvelables alors que l’appel de puissance est instantané.
    – Quel serait selon RTE la faille du raisonnement ci-dessus ???

    Pour être un peu provocateur, je me demande si au sein de l’ASN il n’y a pas une majorité d’antinucléaires ? et si finalement ce n’est pas l’agence la plus chère du pays ?
    Je sais qu’il ne faut pas lésiner sur la sécurité, j’ai un autre exemple:
    Le bouclage de l’A86 près de Versailles a consisté en un tunnel d’environ 10 km. Sur cette portion, réalisée après la catastrophe du tunnel sous le Mont Blanc, il y a plus d’installations de sécurité que sur tout le reste de l’A86… Le principe de précaution n’a pas de prix.

    Bonne analyse
    Meci

    Répondre
    • Stoclin et il ne vous vient même pas à l’esprit que pour que les ENR produisent il faudrait déjà les installer sur le terrain ? vous oubliez aussi que l’électricité n’est qu’une petite partie du probleme : il faut parler Energie et la la France est beaucoup plus mal placé Alors que l’on a cette merde polluante de nucléaire qui nous enfonce toujours plus depuis plus de 60 ans … et c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole et c’est bien ça qui est urgent pour la planète, le climat, notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES .. alors que le nucléaire polluant à tous les stades très cher nous enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes ..vérifiez aussi que les ENR sont moins chères que notre merde de nucléaire pour produire enfin proprement sans dangers et sans déchets avec les ENR ..

      Répondre
  • Hors de propos?
    Les conséquences des accidents, de tous ordres et pas que les catastrophes, nous concernent toutes et tous:
    Bataille de chiffres :
    Plus de 26 ans après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, en avril 1986 en Ukraine, une bataille des chiffres est toujours en cours autour des conséquences sanitaires de l’accident. Les experts de l’ONU, de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sont régulièrement accusés de fournir des bilans tronqués et des chiffres extraordinairement bas concernant le nombre de décès et maladies directement imputables à l’exposition des populations aux radiations, après l’accident.
    « L’AIEA a deux missions: contrôler le nucléaire militaire et promouvoir le nucléaire civil, une entreprise qui commence par la négation des conséquences d’une catastrophe comme Tchernobyl », accusait ainsi Roland Desbordes, président de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad) en 2005, au lendemain de la publication d’un rapport de 600 pages validé par huit agences de l’ONU, dont l’AIEA et l’OMS, qui n’imputait « que » 4 000 morts à l’accident de Tchernobyl.

    . « J’ai pu rencontrer quatre professeurs [de l’université de médecine de Fukushima], raconte-t-il dans un entretien publié dans le quotidien « l’Alsace » fin juillet. Ils étaient très surpris de voir apparaître chez des sujets jeunes des infarctus du myocarde, du diabète, des maladies des yeux. […]. [Les études de l’institut indépendant Belrad auprès des populations touchées par Tchernobyl] ont mis en évidence les liens entre contamination, notamment par le Césium 137, et ces pathologies. »

    Il relate également l’apparition de maladies de la thyroïde. « Mais les cancers ont un temps de latence qui fait qu’ils ne séviront que dans quatre ans, tout comme les cancers du cerveau chez les enfants et plus tard chez les adultes », assure-t-il. Puis il poursuit : « Le nombre de bébés de faible poids à la naissance augmente. Le nombre de naissance de filles baisse de 5 % parce que l’embryon féminin est plus vulnérable ». L’évolution des maladies du nouveau-né et du mongolisme reste en revanche inconnue. « Ces données sont gardées secrètes », affirme Michel Fernex. Comme pour Tchernobyl*, les chercheurs japonais subissent l’intimidation des autorités pour qu’ils ne poussent pas leurs études trop loin, selon le médecin. « Directive a été donnée à l’université de Fukushima de ne pas parler de nucléaire. Seul un jeune professeur d’écologie tente des études sur les conséquences de la catastrophe sur les enfants. Il subit des menaces », rapporte-t-il.

    Les scientifiques, courageux, nous informent de la dangerosité radionucléides et rayonnements, même a faible dose,

    Nous n’en somme plus au stade « lanceur d’alertes » mais à celui de la protection de nos descendants.
    Michel Vanquaethem

    Répondre
    • M. VANQUAETHEM

      Les UVb du soleil tuent sans état d’âme bien plus d’humains que les radioéléments mis en œuvre par l’industrie nucléaire civile.
      Nos descendants ne se plaindront sans doute pas de ce Méga-réacteur !

      Par ailleurs, l’avenir du nucléaire n’est pas dans la technologie des REP mais dans celle des RNR, que les marchandages politiques franco-français et bruxellois tiennent sous cloche depuis plus de trente ans.

      Répondre
      • Yves Le Goff la réalité du terrain prouve que le monde entier se sort du fissible et du fossile grâce aux ENR .. vous parlez d’une énergie polluante à tous les stades , très chère; dangereuse, avec des déchets ultimes qui fait des ravages sur la faune la flore et l’être humain qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement … alors que l’on peut faire beaucoup mieux , plus vite, moins cher , sans dangers et sans déchets avec les ENR ..

        Répondre
      • Parfaitement exact, Yves, seuls les réacteurs de quatrième génération, à Neutrons Rapides, qui tirent 100 fois plus d’énergie du minerai d’uranium, peut nous garantir pour une centaine de siècles la production d’électricité.

        Répondre
    • Si l’on s’en tient aux victimes par sources d’énergies, le nucléaire figure parmi la moins délétère. Comme la France fait partie des pays utilisant le moins d’énergies fossiles pour sa production d’électricité, le mix de notre pays est satisfaisant sur ce plan. https://www.afis.org/L-impact-sur-la-sante-des-differentes-sources-de-production-d-energie
      Parmi les lanceurs d’alertes, il y en a des vrais, et il y en a des faux. Un consensus sur le sujet est nécessaire et l’UNCEAR (ONU) est le reflet d’un consensus scientifique sur le sujet.

      Répondre
      • Cochelin encore et toujours votre lamentable et nauséabond négationnisme en oubliant de parler énergie car les chiffres sont complètement différents

        Répondre
        • Un comble de la part d’Isambert qui ne donne aucun chiffre précis sur les victimes et qui répète à l’infini des propos surréalistes et abscons.

          Répondre
          • Cochelin le comble ? ayez un minimum de respect pour toutes les victimes de cette merde polluante de nucléaire et vous vous enfoncez toujours plus dans votre lamentable et nauséabond négationnisme en oubliant de parler énergie car les chiffres sont complètement différents . . .

    • Pour ce qui vous concerne vous êtes au state Raoultien car vous contestez avec vos petits neurones toutes une communauté scientifique à comité de relecture donc j’en conclue que le GIEC ne peut-être une référence et que donc vous ne devriez pas vous inquiéter du réchauffement climatique , les EnR (particulièrement le soleil pour ce qui vous concerne) ne sont donc pas nécessaire.

      Répondre
  • Bonjour,
    Il semble que ce que j’ai écrit ci-dessus n’est pas compréhensible.
    Je mets donc des —— entre les données:
    – Le 6 janvier 2022 à 8h45 la France appelait une puissance de 78 500 MW. Il faut vraiment être incompétent pour pointer le manque de production nucléaire alors que ce sont les énergies renouvelables qui ne produisent que presque rien: (les chiffres ci-dessous sont en MW)
    filière——–production—-parc installé— % de production du parc installé
    nucléaire—–47 129——-61 370———-76,8% en plus nous venons de fermer 1 800MW !!!
    hydraulique-11 094——–25 549———-43,4% les STEP supportent d’abord les variations journalières
    gaz————-7 007——–13 082———–53,6%
    éolien———-1 900———18 549———-10,2%
    charbon——-1 246———–1 818———-68,5% nous venons de fermer 2 centrales
    bio—————–827———-2 235———–37,0%
    fioul—————-297———-2 906———–10,2%
    solaire————-273——–12 447————2,2%
    importations–10 235
    Même si nous MULTIPLIONS les installations d’éoliennes, les moments sans vent et sans soleil n’y changeraient rien. Tant que nous sommes loin des stockages d’énergie électrique (y compris les mauvais rendements) à la hauteur de l’enjeu il n’y a pas d’alternative aux productions pilotables.
    Il est alors simple de comprendre que les ENRi sont des investissements en double. Laissons faire les Allemands, ils ont des excédents. Pour une fois évitons de les copier.
    Tout Allemand qui achète une (grosse) voiture électrique, il roule à l’électricité LIGNITE, également simple à comprendre pour qui sait ce que c’est qu’une consommation marginale.

    Ces simples constatation montrent qu’en cas de « black out » électrique il faudra aller chercher les responsables du côté du ministère de l’environnement et de RTE entre autres. Surtout pas du côté du nucléaire tant il a été malmené depuis plusieurs gouvernements à cause des « verts ».
    Merci de votre attention.

    Répondre
    • Stoclin RE et il ne vous vient même pas à l’esprit que pour que les ENR produisent il faudrait déjà les installer sur le terrain ? vous oubliez aussi que l’électricité n’est qu’une petite partie du probleme : il faut parler Energie et la la France est beaucoup plus mal placé Alors que l’on a cette merde polluante de nucléaire qui nous enfonce toujours plus depuis plus de 60 ans … et c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole et c’est bien ça qui est urgent pour la planète, le climat, notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES .. alors que le nucléaire polluant à tous les stades très cher nous enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes ..vérifiez aussi que les ENR sont moins chères que notre merde de nucléaire pour produire enfin proprement sans dangers et sans déchets avec les ENR ..

      Répondre
    • Stoclin à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes et du Co² grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/268283124_10228090372469474_4265907678552688842_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=88MG2-3j278AX91-3Lc&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT_df83yiXY4WV_VpDmvdrBSPV-tD5mSjMF1SMS7IF3Cuw&oe=61D0B367

      Répondre
    • Il faut vraiment être incompétent pour croire que l’on peut convaincre avec la présentation d’un résultat su un jour précis qui n’est d’ailleurs pas très glorieux car ramené à ce que l’on attend d’une technologie, en l’occurence le nucléaire qui doit produire 95% de sa puissance installée en moyenne, ce que produisent les réacteurs américain et allemands notamment, un résultat de 76,8% de la puissance installée reste très médiocre.
      Cette façon de raisonner sur un echantillon aussi réduit qu’une heure présise un jour précis souligne l’incompétence de l’auteur de cette mascarade.
      Prenez par exemple un autre jour et à la même heure, le 30 décembre également à 8h45 où nous avons une production nucléaire de 38989 MW soit une production de 63,5% seulement !
      On peut choisir le jour et l’heure qui magnifie ce que l’on veut vanter, par exemple, pour l’olien dont on attend en moyenne % de la puissance installée, je vais choisir le décembre à 14h15 où la production culminait à 11630 MW soit 62,7% de la puissance installée, pas mal pour une technologie dont on attend 26% de la puissance installée, et ridiculiqant à l’occasion le minable résultat du nucléaire à des lieux des 95% de la puissance installée avec les 66,4% que lui procure sa production de 40764 MW !
      L’incompétence c’est de prétendre faire une comparaison objective sur une échantillon microscopique d’un moment précis d’un quart d’heure (le pas de mesure d’éco2mix) sur un critere qui s’apprécis sur les 8760 hzures de l’année, soit une période 35 000 fois plus grande. On ne s’improvise pas statisticien Stoclin, on apprend d’abord les éléments statistiques, je vous conseil ‘Une histoire des mathématiques » paru récemment chez ISTE éditions dont un chapitre traite de « probabilités et statistiques »

      Répondre
      • En effet comme expert statisticien vous repasserez votre démonstration n’explique en rien votre propos, il suffit d’aller lire sur éco2mix que vous chérissez je crois pour aller directement sur les résultats annuels de production de chaque mode de production pour comprendre la production de chacun et confirmer les écrits de cochelin:
        https://www.rte-france.com/eco2mix/les-donnees-en-energie
        https://www.rte-france.com/eco2mix/les-chiffres-cles-de-lelectricite
        Ainsi pour 2019 (pas trouvé pour 2021 mais les ordres de grandeurs sont les mêmes:
        -l’éolien :13 % de capacité installée pour 6% annuel de production
        – le solaire: 9% de capacité pour 1 % de production
        -Le nucléaire: 44% de capacité pour 71 % de production
        etc etc pour les autres sources de production
        Alors vous pouvez nous inonder d’explications toutes plus ou moins ésotérique (pour ne pas dire sans queue ni tête) les chiffres parlent simplement et montrent que s’il fallait supprimer les 44% de capacité nucléaire qui produisent 71% d’électricité annuelle par de l’éolien et du solaire il faudrait en mettre une quantité telle, sans compter le back up ou stockage, que ce serait économiquement, socialement et peut-être techniquement illusoire selon moi et bien d’autres experts.

        Un petit calcul simple de règle de trois, facile pour un expert en statistiques, montre qu’il faudrait atteindre une capacité en EnR environ 200 GW (200 000 MW!) d’éoliennes et de solaire pour remplacer le nucléaire.

        Répondre
  • Merci Stoclin de ce diagnostic qui corrobore ce que j’ai écrit un peu avant.
    Maintenant quand je vois le marc qui tape à répétition, chaque jour que Dieu fait, sur le nucléaire en proclamant qu’il faut l’arrêter toute affaire cessante, et qui dit ensuite que sa disponibilité ne suit plus pour les besoins en conso (alors que ses ENRi sont en berne dans le même temps !) je pense comme Bossuet qui aurait pu dire à ces donneurs de leçons qui ne manquent pas d’air : « Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes ».

    Répondre
  • Quoique je trouve Marc moins dogmatique que certains ici. Il y a matière à débat avec lui, au moins, et sans invectives inutiles !

    Répondre
  • L’auteur nous dit : « l’anticyclone durablement campé sur l’Europe de l’Ouest à la mi-décembre 2021, réduisant durablement la production éolienne à rien, ou presque …  »

    C’est parler un peu vite.

    Le facteur de charge journalier de l’éolien en France n’a été faible que trois jours, de 5,8 % à 8,9 % entre le 13 et le 15 décembre.

    Ces trois jours étaient précédés de douze jours (du 1 au 12) dont le facteur de charge était de 38,2 % en moyenne.

    De quoi faire des réserves ou de limiter l’utilisation d’autres sources.

    Répondre
    • En plus c’est faux rien qu’en France (à plus forte raison sur l’Europe) :
      Le 13, le vent était suffisant (de 18 à 25 Kmh) depuis la Bretagne jusqu’à la frontiere Belge, le seiul problème étant qu’il n’y a pratiquement pas d’éolienne dans cette bande de 100 Km de large.
      Le 14 il n’y avait qu’un vent de 18 Kmh sur la seuke cote normande et un peu en vallée du Rhone, la seule journée où l’on peut vraiement dire qu’il n’y avait pas de vent, loin d’un anticyclone installé durablement et se soldant à une seule journée.
      Le 15 Toute la cote atlantique de Brest jusqu’à l’Espagne est sous un vent 18 à 25 Kmh avec une pénétration de 200 Km dans l’interieur des terres au niveau du pays nantais….encore là où il y a très peu d’oliennes. S’y ajoute un vent de 18 Kmh dans la vallée du Rhone et débordant en Méditerranée.
      Les vents forts reviennes progressivement ensuite dès le lendemain (le 15)
      Les jours précédents etaient très correctement ventés mais dans denombreux endroits peu équipés en éoliennes. Le 10 était une journée exceptionnelle où seuls la savoie et haute savoie n’étaient pas ventées, au point que si l’ensemble du territoire était aussi bien équipé que les Hauts de france et Grand Est la production éolienne qui a produit près de 14 GW, aurait été supérieur à la production nucléaire et de l’ordre de 53 GW.

      Répondre
      • Il faut expliquer que lorsque la carte indique un vent cotier de 20 km/h, c’est beaucoup plus à 200 mètres de haut.

        Répondre
        • Oui mais je prefere m’en tenir à ce que dit la carte, car d’une part 18 Kmh est déjà suffisant pour qu’une éolienne produise et d’autre part cela m’évitera de me faire traiter de menteur si un opposant se prend à vouloir vérifier (ce qui est bien improbable puisqu’ils ne vérifient jamais rien) et montera en chandelle que j’ai été pris en flagrant déli de mensonge si je dis que c’est plutôt entre 40 et 50 Kmh ce qui donne le rendement voisin du nominal des éoliennes.

          Répondre
          • Avec un vent de 20 km/h, une éolienne ne produit presque rien. Mais cela correspond en effet à environ 50km/h à 200 m de haut.
            La preuve en rapprochant la carte des vents des productions offshore danoises et allemandes.

  • Même en période anticyclonique hivernale, il y a presque toujours du vent en offshore en France.
    Côté Méditerranée, j’ai remarqué qu’après le passage d’une perturbation, le mistral et la tramontane soufflaient généralement pendant 2 ou 3 jours.
    Et le solaire apporte une certaine compensation, bien que modeste à cette période de l’année. Des panneaux solaires orientables ou verticaux apporteront un meilleur rendement en hiver, + l’Espagne qui nous approvisionnera en partie.
    La plus grande part relative de solaire et d’eolien offshore par rapport à l’eolien terrestre reduira les variations des enr.

    Répondre
  • Quant à vos dires :
    « Cochelin 08.01.2022
    Quelques détails en provenance d’Allemagne vous confirmeront mes dires. https://www.agora-energiewende.de/presse/neuigkeiten-archiv/deutschland-entfernt-sich-2021-vom-klimaziel/ »
    L’article met parfaitement en évidence qu’il s’agit de circonstances fortuites ponctuelles qui n’ont rien de structurelles et qui ne laisseront dans la continuité qu’une patite variation défavorable dans une courbe qui garde son cap !
    Des incidents de parcours de ce genre il y en a déjà eu plusieurs depuis 1990 et cela n’a rien changé de fondamental.

    Répondre
  • On s’en fout ! Pour les sourds :
    Les moyennes ne veulent rien dire !
    Quand on a besoin de puissance instantanée factuelle en périodes de pointes de consommation et qu’il y a du brouillard et pas de vent (en hiver notamment) c’est là qu’on a besoin d’énergies PILOTABLES pour éviter les black-out !
    Pour le « reste », ce ne sont que des fumigènes d’écolos non pragmatiques

    Répondre
    • Quand Dubu cessera de croire que quand il a le nez dans le brouillard il y a du vent ailleurs exactement comme quand un réacteur nucleaire est en panne il y en a un autre ailleurs qui marche et que son nez ne donne pas la marche de la planète ça ira déjà mieux.

      Répondre
    • Michel Dubus et si au leu de vous ridiculiser constamment vous appreniez au moins ce que sont les ENR ? comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile ? et tous ceux de plus en plus nombreux qui s’en sortent et qui ont déjà dépassé les 50 voire 75% d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution, leur Co² , leur GES … baisser alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et la production de déchets ultimes avec une énergie polluante à tous les stades et très très chère ?

      Répondre
  • Rochain semble ignorer le rapport de la Cour des Comptes d’Allemagne (BMWi) mettant en garde sur le tournant que prend actuellement leur « transition énergétique ». Cela ne vien pas de moi. La privation de dizaines de TWh d’électicité décarbonée (issue de leur parc nucléaire) va difficilement pourvoir être remplacée rapidement par des renouvelables, d’autant plus que la consommation future va beaucoup progresser. Le changement est ici fondamental et c’est mathématique. L’Allemagne perd de plus en plus d’autonomie électrique (20 TWh d’export net en 2021, en diminution constante depuis quelques années). /www.bundesrechnungshof.de/de/veroeffentlichungen/produkte/sonderberichte/2021/bund-steuert-energiewende-weiterhin-unzureichend/bund-steuert-energiewende-weiterhin-unzureichend
    Il est utile, à moins de penser que le charbon (et le gaz) n’est pas un problème, que toutes les solutions décarbonées soient maintenues et dévelppées, sans exclusion.

    Répondre
    • Quand en 2011 l’Allemagne sans aucune préparation faute d’avoir deviner l’accident de Fukushima, à arrêté la moitié de son parc nucléaire, les mêmes alarmistes avaient crié AU Fou ! Résultat ? RIEN !
      NOUS voilà revenu 10 ans en arrière pour 4 fois moins ! Mais les mêmes alarmistes avec le même discours.
      L’expérience ne vous sert à rien alors que c’est la science de l’autodidacte que je suis pour mon plus grand bonheur… Non limité parce que l’on vous enseigne selon….. Le programme qui a toujours 10 ans de retard comme aujourd’hui.

      Répondre
      • Arrêtez de PA parler teuton j’ai autre chose à faire que de la traduction, durtout pour découvrir que ce qui s’y trouve écrit n’a pas grand chose à voir avec ce que vous racontez vous même pour tenter de fe faire cautionner par une source extérieure.

        Répondre
        • Un pro de l’informatique (Rochain)ne sait pas utiliser une traduction automatique gratuite ou ne veut pas car le contenu du site balayerait ses arguments. Je pencherais pour la deuxième option.

          Répondre
          • @Cochelin, ben, vous voyez je l’ai fait meme si ca me casse les pieds, et c’est comme d’habitude, ca vous retombe dessus…. vois ma reponse votre glorieux 56g par KWh, avec la référence du Giec retenue par l’Allemagne, devient presque le double avec 95 g mais de toutes les façons cela est complétement bidon car les 12g du GIEC ne sont pas une moyenne mais une médfiane et vous vous accrochez à des béttises sans signification réelle il faudrait calculer avec le cycle de vie qui est bien plus élevé avec les émissions du pays producteur ou l’extraction, le concassage, la réduction en poudre et le traitement chimique de la boue se fait avec des engins qui tournent au mazout loin de ce que produisent des centrifugueuses en France.La moyenne a été établie a hauteur de 66g par la seule étude scientifique réelle, celle de Sovacool, intégrant près d’une vingtaine d’analyses scientifiques indépendantes.

  • Très brillante analyse de Gérard PETIT qui ne laisse que peu de place à la contestation tant les évidences sautent aux yeux et espérons que le réel finira par s’imposer aux différentes « religions » du tout renouvelable électrique (éolien + solaire) et que de plus en plus d’experts de réseaux électriques démontrent l’impossible
    Gérard PETIT manie avec talent notre langue et montre que sur un sujet aussi technique le style et l’humour peuvent prendre place. Espérons que tous les auteurs des posts nucléophobes et trop sauvent nauséabonds s’en inspirent et rehaussent leurs proses.

    Répondre
  • Pour Rochain car il semble qu’il y ait un algorithme qui bloque certains de mes commentaires (?)
    En effet comme expert statisticien vous repasserez votre démonstration n’explique en rien votre propos, il suffit d’aller lire sur éco2mix que vous chérissez je crois pour aller directement sur les résultats annuels de production de chaque mode de production pour comprendre la production de chacun et confirmer les écrits de cochelin:
    https://www.rte-france.com/eco2mix/les-donnees-en-energie
    https://www.rte-france.com/eco2mix/les-chiffres-cles-de-lelectricite
    Ainsi pour 2019 (pas trouvé pour 2021 mais les ordres de grandeurs sont les mêmes:
    -l’éolien :13 % de capacité installée pour 6% annuel de production
    – le solaire: 9% de capacité pour 1 % de production
    -Le nucléaire: 44% de capacité pour 71 % de production
    etc etc pour les autres sources de production
    Alors vous pouvez nous inonder d’explications toutes plus ou moins ésotérique (pour ne pas dire sans queue ni tête) les chiffres parlent simplement et montrent que s’il fallait supprimer les 44% de capacité nucléaire qui produisent 71% d’électricité annuelle par de l’éolien et du solaire il faudrait en mettre une quantité telle, sans compter le back up ou stockage, que ce serait économiquement, socialement et peut-être techniquement illusoire selon moi et bien d’autres experts.

    Un petit calcul simple de règle de trois, facile pour un expert en statistiques, montre qu’il faudrait atteindre une capacité en EnR environ 200 GW (200 000 MW!) d’éoliennes et de solaire pour remplacer le nucléaire.

    Répondre
    • Rien moins que 5 message a propos de ma démonstration ? DIABLE !
      Vous avez raison, elle n’est pas faite pour les analphabètes qui font la moyenne des moyennes d’eco2mix en raison de leurs manque de moyens intellectuels

      Répondre
  • Pourquoi ce message n’apparaît pas? Merci le régulateur…

    En effet comme expert statisticien vous repasserez votre démonstration n’explique en rien votre propos, il suffit d’aller lire sur éco2mix que vous chérissez je crois pour aller directement sur les résultats annuels de production de chaque mode de production pour comprendre la production de chacun et confirmer les écrits de cochelin:
    https://www.rte-france.com/eco2mix/les-donnees-en-energie
    https://www.rte-france.com/eco2mix/les-chiffres-cles-de-lelectricite
    Ainsi pour 2019 (pas trouvé pour 2021 mais les ordres de grandeurs sont les mêmes:
    -l’éolien :13 % de capacité installée pour 6% annuel de production
    – le solaire: 9% de capacité pour 1 % de production
    -Le nucléaire: 44% de capacité pour 71 % de production
    etc etc pour les autres sources de production
    Alors vous pouvez nous inonder d’explications toutes plus ou moins ésotérique (pour ne pas dire sans queue ni tête) les chiffres parlent simplement et montrent que s’il fallait supprimer les 44% de capacité nucléaire qui produisent 71% d’électricité annuelle par de l’éolien et du solaire il faudrait en mettre une quantité telle, sans compter le back up ou stockage, que ce serait économiquement, socialement et peut-être techniquement illusoire selon moi et bien d’autres experts.

    Un petit calcul simple de règle de trois, facile pour un expert en statistiques, montre qu’il faudrait atteindre une capacité en EnR environ 200 GW (200 000 MW!) d’éoliennes et de solaire pour remplacer le nucléaire.

    Répondre
  • En effet, comme expert statisticien vous repasserez , votre démonstration n’explique en rien votre propos, il suffit d’aller lire sur éco2mix que vous chérissez je crois pour disposer directement sur les résultats annuels de production de chaque mode de production pour comprendre la production de chacun et confirmer les écrits de cochelin:
    https://www.rte-france.com/eco2mix/les-donnees-en-energie
    https://www.rte-france.com/eco2mix/les-chiffres-cles-de-lelectricite
    Ainsi pour 2019 (pas trouvé pour 2021 mais les ordres de grandeurs sont les mêmes:
    -l’éolien :13 % de capacité installée pour 6% annuel de production
    – le solaire: 9% de capacité pour 1 % de production
    -Le nucléaire: 44% de capacité pour 71 % de production
    etc etc pour les autres sources de production
    Alors vous pouvez nous inonder d’explications toutes plus ou moins ésotérique (pour ne pas dire sans queue ni tête) les chiffres parlent simplement et montrent que s’il fallait supprimer les 44% de capacité nucléaire qui produisent 71% d’électricité annuelle par de l’éolien et du solaire il faudrait en mettre une quantité telle, sans compter le back up ou stockage, que ce serait économiquement, socialement et peut-être techniquement illusoire selon moi et bien d’autres experts.

    Un petit calcul simple de règle de trois, facile pour un expert en statistiques, montre qu’il faudrait atteindre une capacité en EnR environ 200 GW (200 000 MW!) d’éoliennes et de solaire pour remplacer le nucléaire.

    Répondre
  • En ce moment, la demande est modérée 72 GW.
    Le nucléaire est au maximum à 47 GW, l’éolien est au maximum à 14GW, et pourtant, on crame encore pour 5GW de gaz et de charbon.
    On stocke à peine 1GW, et on exporte 6 GW.
    Je crois qu’il va falloir introduire une taxe dissuasive sur le chauffage électrique classique, qui fait exploser la demande.
    2,4 GW de plus par degré en moins. Un coup d’air froid avec 8 degrés en moins, et c’est 20 GW qui sont appelés. Ce n’est plus possible, quel que soit le mix électrique.

    Répondre
    • Marc c’est bien les principes negawatt qui nous sortent de la et il faut développer les ENR de toute urgence

      Répondre
    • Avec leur sortie du nucléaire et leur backup réduit au minimum pour eux, les teutons ne pourront plus nous fournir massivement, quelles que soient les conditions, comme jusqu’à l’année dernière.
      Un tarif variable de l’électricité va sans doute s’imposer, ce qui poussera certains à sortir du chauffage électrique classique.

      Répondre
      • @Marc,
        Et moi je parie le contraire ! Aussi loin que l’on remonte dans le passé, l’Allemagne nous a toujours vendu plus d’électricité que l’on ne lui en a vendu à une très petite exception près. Ils on arrété une centre en 2015 (-1,3GW net), une autre en 2017 (encore -1,3GW net), et encore une autre en 2019 (-1,4GW net) et même ces années là ils le solde des ventes leur est favorable . L’EXCEPTION : 2011 avec la fermeture de la moitié de leur parc nucléaire soit 8 réacteurs perte nette de 8,4GW ! Ils nous ont tout de même vendu 5GW quand nous leur en avons vendu 7,3….une broutille et l’année suivante tout revenait dans la norme, nous leur avons vendu 2,4 GW quand ils nous en ont vendu 11,1 ! C’est ici :
        https://allemagne-energies.com/bilans-energetiques/
        voir Figure 10 : Échanges commerciaux entre la France et l´Allemagne
        On prend les paris ?

        Répondre
        • Ils peuvent certes construire autant de centrales à gaz qu’ils veulent.
          Ils ont apparemment déjà de la marge puisqu’ils n’utilisent que la moitié de leur 30 GW de gaz.
          Et si la France est proche du black out, elle sera prête à payer cher pour se fournir à moins qu’elle préfère des effacements dans l’industrie.

          Répondre
          • Bien sûr qi’ils ont de la marge, c’est pour ça que je ne m’inquiete pas plus que ça pour un secours venant d’Allemagne. Je suis sur de deux choses.
            Je crois que l’on preferera importer depuis l’Allemagne plutôt qu’effacer le besoin, et je crois aussi qu’une petite frange d’idiots continuera à baver sur le choix allemand en disant, à qui veut l’entendre, qu’ils sont dans une merde noire, tout en fanfaronnant sur l’efficacitée complétement écroulée du nucléaire.

          • La sortie du nucléaire avant celle du charbon n’est pas bonne pour le climat. Mais je pense que l’Allemagne n’a pas voulu fermer les mines de lignite trop tôt par crainte d’une explosion sociale en ex RDA, où le parti nationaliste est bien ancré.
            D’un autre côté, l’Allemagne fait de gros efforts au niveau des enr.
            La France est un cas très particulier qui ne fait pas plus d’efforts de réduction d’émissions de GES que l’Allemagne, et moins que le Portugal, l’Espagne ou le RU.

          • Comme disait Spinoza, ne pas juger mais comprendre.
            Par ailleurs, la France utilise largement… le lignite allemand pas cher et degueulasse pour s’approvisionner en hiver.
            Et l’Allemagne utilise le nucléaire français pour s’approvisionner durant la nuit, en été.

    • @Marc
      Le chauffage au grille pain était un souhait D’EDF-NUCLÉAIRE car le chauffage étant aussi bien nécessaire la nuit que le jour, maximiser le besoin sur 24h et les 7 jours de la semaine rend marginale la variation introduite par les heures et jour où l’activité économique est active et quasiment compensée par le chauffage de l’eau sanitaire. L’inconvénient de l’absence de souplesse du nucléaire se trouve pratiquement annulée en dressant la clientèle pour lui faire supporter cette rigidité.

      Répondre
    • On crame 5 GW de gaz et de charbon pour des raisons que j’ai déjà évoques ailleurs (entre autre sécurisation de l’alimentation dans des régions périphériques et Ile de France ). D’ailleurs, tous les pays en situation d’excédents électriques (dont exports nets) sur leur territoire, continuent à brûler largement du gaz ou charbon.

      Répondre
      • Cochelin, et ça continuera tant que l’on aura pas développer de toute Urgence les ENR .. en rappelant toujours que le probleme principal c’est l’énergie et c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole.. et c’est bien ça qui est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES ..

        Répondre
  • Negawatt ne resterait pas longtemps au pouvoir sans se faire couper la tête.
    Mais il y a certainement des éléments à retenir dans leur vision des choses et la sobriété est une nécessité quel que soit le mix.

    Répondre
    • Marc tout le monde est d’accord sur les principes negawatt et c’est une nécessité

      Répondre
      • Vous pouvez nous indiquer qui est tout le monde à part vous?
        Vous ne manquez pas d’humour, c’est au bistrot du coin que vous faites le show?

        Répondre
        • VICTOR de nier la réalité du terrain / chiffres officiels / bilans / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier c’est complètement stupide et ça ne la changera pas

          Répondre
  • Votre démonstration d’expert statisticien est loin d’être convainquante , il suffit d’aller lire sur éco2mix que vous chérissez je crois pour aller directement sur les résultats annuels de production de chaque mode de production pour comprendre la production de chacun et confirmer les écrits de cochelin:
    https://www.rte-france.com/eco2mix/les-donnees-en-energie
    https://www.rte-france.com/eco2mix/les-chiffres-cles-de-lelectricite
    Ainsi pour 2019 (pas trouvé pour 2021 mais les ordres de grandeurs sont les mêmes:
    -l’éolien :13 % de capacité installée pour 6% annuel de production
    – le solaire: 9% de capacité pour 1 % de production
    -Le nucléaire: 44% de capacité pour 71 % de production
    etc etc pour les autres sources de production
    Alors vous pouvez nous inonder d’explications toutes plus ou moins ésotériques les chiffres parlent simplement et montrent que s’il fallait supprimer les 44% de capacité nucléaire qui produisent 71% d’électricité annuelle par de l’éolien et du solaire il faudrait en mettre une quantité telle, sans compter le back up ou stockage, que ce serait économiquement, socialement et peut-être techniquement illusoire selon moi et bien d’autres experts.

    Un petit calcul simple de règle de trois, facile pour un expert en statistiques, montre qu’il faudrait atteindre une capacité en EnR environ 200 GW (200 000 MW!) d’éoliennes et de solaire pour remplacer le nucléaire.

    Répondre
  • La démonstration de l’expert statisticien de ce forum est loin d’être convainquant .

    Il suffit d’aller lire sur éco2mix de RTE pour aller directement sur les résultats annuels de production de chaque mode de production et confirmer l’essentiel des écrits de Cochelin :
    https://www.rte-france.com/eco2mix/les-donnees-en-energie
    https://www.rte-france.com/eco2mix/les-chiffres-cles-de-lelectricite
    Ainsi pour 2019 (pas trouvé pour 2021 mais les ordres de grandeurs sont les mêmes:
    -l’éolien :13 % de capacité installée pour 6% annuel de production
    – le solaire: 9% de capacité pour 1 % de production
    -Le nucléaire: 44% de capacité pour 71 % de production
    etc etc pour les autres sources de production
    Alors vous pouvez nous inonder d’explications toutes plus ou moins ésotériques les chiffres parlent simplement et montrent que s’il fallait supprimer les 44% de capacité nucléaire qui produisent 71% d’électricité annuelle par de l’éolien et du solaire il faudrait en mettre une quantité telle, sans compter le back up ou stockage, que ce serait économiquement, socialement et peut-être techniquement illusoire selon moi et bien d’autres experts.

    Un petit calcul simple de règle de trois, facile pour un expert en statistiques, montre qu’il faudrait atteindre une capacité en EnR d’environ 200 GW (200 000 MW!) d’éoliennes et de solaire pour remplacer le nucléaire.

    Répondre
      • victor vous ne pensez pas que pour pouvoir produire il faudrait déjà les installer en France les ENR . et n’oubliez pas que le principal problème c’est l’énergie .. pas l’electricité

        Répondre
      • Victor, arrêtez d’inonder le forum avec le même message !
        En fait, j’ai remarqué que dès lors qu’il y avait plus d’un lien dans le message, celui-ci devait passer par la modération.
        Donc, si vous avez 2 liens à mentionner, faites 2 messages.

        Répondre
    • victor vous ne pensez pas que pour pouvoir produire il faudrait déjà les installer en France les ENR et c’est bien toutes les ENR qui nous sortent de la il n’y a que les trols pour se poser des questions que personne ne se pose … et n’oubliez pas que le principal problème c’est l’énergie .. pas l’électricité et l’éolien et le solaire ne sont qu’une partie des ENr et si on ne craint pas le blackout c’est bien les Allemands qui pallient aux défaillances de notre merde de nucléaire de plus en plus intermittent et ce depuis des années …

      Répondre
      • Continuez de vous enfoncer, votre réponse montre à quel point vous ne suivez pas les raisonnements car subitement vous nous sortez le coup de l’énergie qui n’est pas l’électricité!
        C’est bien pour ça qu’il est inutile de remplacer du décarboné (Nucléair ) par du décarboné (éolien) et qu’effectivement il faut grader le « pognon » des EnR (pas moins de 120 milliards déjà engagés) pour décarboné tout ce qui n’est pas électrique.

        Bravo, je suis entièrement d’accord avec vous vous ralliez à cette évidence.

        Répondre
        • VICTOR votre réponse montre à quel point vous gobez tous les vieux canulars périmés pour gogos en niant stupidement la réalité du terrain qui fait que : l’éolien n’est toujours qu’une partie des ENR . que els ENR sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … que c’est le nucléaire qui est subventionné depuis plus de 60 ans et que l’on a déjà paye très très cher et que l’on va encore paye toujours plus cher des milliers d’année.. et que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole et c’est bien ce qui est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES ..

          Répondre
    • Tandis que l’expert statisticien Victor prend sur eco2mix le résultat de la production éolienne dont 61% des outils de production se trouve rassemblés sur deux petites régions de France ne représentant que 16% de la surface du pays et le généralise pour en conclure ce que l’on peut attendre de l’éolien en France, rassuré sans doute qu’ils s’agisse des mêmes chiffres 1 et 6 dans les deux pourcentages…..?

      Répondre
      • Rien compris, si qq peut expliquer ?
        Là on sent les limites de l’argumentation du professeur je sais tout quand il commence à divaguer grave..
        Quel plaisir.

        Répondre
        • VICTOR car en plus de ne pas connaitre le réel du terrain au profit des vielles théories foireuses de comptoir pour gogos vous en savez même pas lire le français et el comprendre car le message est pourtant bien clair ..

          Répondre
  • Bonjour,
    A la démonstration de Victor on peut ajouter le fait que:
    Les statistiques sont favorables aux ENRi car quand, par moment, les EnRi produisent le système oblige les pilotables à réduire leur production.
    Conclusions évidentes
    – Chaque pays garde une production électrique pilotable pour couvrir tous les besoins quand il n’y a pas de vent et de soleil. Par exemple pour l’hiver par un beau ciel étoilé. (ciel étoilé = froid sans vent)
    – Les ENRi sont un investissement en double qui serait bien plus efficace ailleurs. Pas une industrie ne peut se permettre un investissement en double de ce type.
    – Beaucoup de techniciens et énergéticiens ne comprennent pas comment certains (RTE) ne comprennent pas leurs propres chiffres. C’est pourquoi les premiers ne se sont pas méfier.
    Je crois qu’il faudra attendre un black out pour que certains comprennent qu’il faut du pilotable.
    L’électricité devient un bien commun; plus rien dans nos maisons ne fonctionne sans électricité.

    Répondre
    • stoclin vous ne pensez même pas que pour pouvoir produire il faudrait déjà les installer en France les ENR et c’est bien toutes les ENR qui nous sortent de la il n’y a que les trolls pour se poser des questions que personne ne se pose … et n’oubliez pas que le principal problème c’est l’énergie .. pas l’électricité et l’éolien et le solaire ne sont qu’une partie des ENr et si on ne craint pas le blackout c’est bien les Allemands qui pallient aux défaillances de notre merde de nucléaire de plus en plus intermittent et ce depuis des années …

      Répondre
    • Il est bien connu que les statistiques servent à favoriser une chose au dépend d’une autre et que c’est même pour cela qu’elles ont été inventées
      C’est fou ce que ce forum peut concentrer comme ignorants qui se positionnent en mathématiciens.
      …..

      Répondre
      • Rochain philosophe et nous dit:
        « Il est bien connu que les statistiques servent à favoriser une chose au dépend d’une autre et que c’est même pour cela qu’elles ont été inventées »

        Pour ma part je ne me souviens pas dans mes études lors des cours de statistiques que l’on ait jamais donné cet objéctif des stats. Wikipédia en donne une définition assez claire:
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Statistique

        Vous allez finir par avoir le Nobel « Je sais tout sur tout »

        Répondre
  • La démonstration de l’expert statisticien de ce forum est loin d’être convainquant .

    Il suffit d’aller lire sur éco2mix de RTE pour aller directement sur les résultats annuels de production de chaque mode de production et confirmer l’essentiel des écrits de Cochelin :
    https://www.rte-france.com/eco2mix/les-donnees-en-energie
    https://www.rte-france.com/eco2mix/les-chiffres-cles-de-lelectricite
    Ainsi pour 2019 (pas trouvé pour 2021 mais les ordres de grandeurs sont les mêmes:
    -l’éolien :13 % de capacité installée pour 6% annuel de production
    – le solaire: 9% de capacité pour 1 % de production
    -Le nucléaire: 44% de capacité pour 71 % de production
    etc etc pour les autres sources de production
    Alors vous pouvez nous inonder d’explications toutes plus ou moins ésotériques les chiffres parlent simplement et montrent que s’il fallait supprimer les 44% de capacité nucléaire qui produisent 71% d’électricité annuelle par de l’éolien et du solaire il faudrait en mettre une quantité telle, sans compter le back up ou stockage, que ce serait économiquement, socialement et peut-être techniquement illusoire selon moi et bien d’autres experts.

    Un petit calcul simple de règle de trois, facile pour un expert en statistiques, montre qu’il faudrait atteindre une capacité en EnR d’environ 200 GW (200 000 MW!) d’éoliennes et de solaire pour remplacer le nucléaire.
    test 1

    Répondre
    • Victor vous rabâchez vos inepties pour gogos alors que vos chiffres sont faux .. exemple pour 2019 : solaire 2.2% éolien 6.3% ..total ENR 21.5% … nucléaire 70.6 % en 2020 solaire 2.5% ..éolien 7.9% .. total ENR : 25.4 %… nucléaire 67.1 % … Alors vous pouvez nous inonder d’explications toutes plus ou moins ésotériques les chiffres parlent simplement…..

      Répondre
  • Toujours cette bataille de chiffonniers autour du CO2 de l’électricité qui ne compte pourtant que pour 20,4 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) à travers le monde.

    L’intérêt des énergies renouvelables, toutes complémentaires entre elles, c’est qu’elles évitent les importations d’uranium, pétrole, gaz et charbon (hors chimie et sidérurgie).

    … Maintenant, le cas Isambert est de plus en plus pathologique.

    Ce n’est peut-être pas un sous-marin d’une officine pro-nucléaire, envoyé pour faire croire que ceux qui s’opposent au nucléaire sont des simples d’esprit.

    Une fois de plus il faut appeler un chat un chat et ne pas hésiter à dire que l’individu est un demeuré mental.

    Ceci n’est pas une insulte, mais une constatation clinique (psychiatrie).

    La teinture verdâtre et quelques lueurs, parfois, de lucidité n’y change rien.

    Répondre
    • Marguerite Vous aussi vous avez bascule dans les délires ? à quoi servent vos attaques stériles alors que le sujet est beaucoup plus important ..d’autant plus que vous confirmez dans tous vos posts les faits que je poste .. .

      Répondre
  • Je suis en train de lire le rapport de RTE et je suis ds les pages 450 à 525 : Ch 11 Chiffrage des coûts des scénarios.
    Ce chapitre est des plus intéressants qd on a parcouru les chapitres précédents bien sûr ce que j’ai fait par petit bout..
    C’est vrai qu’il y a des moments où on peut constater que le long serpent se mort la queue voire se perd !.
    J’y reviendrai.

    Répondre
  • Ainsi, le nouveau boniment (à la graisse de chevaux de bois), semble-t-il inventé par le « petit ingénieur » au sujet du nucléaire, c’est que lorsque « les EnRi produisent le système oblige les pilotables à réduire leur production ».

    Pour les cueilleurs de cerises, un exemple flagrant. Du lundi 20 au 22 décembre 2021, le nucléaire a été obligé de réduire sa production pour faire de la place au gaz naturel et aux importations, car il n’y avait pas assez d’éolien.

    Mais il arrive que le nucléaire réduise sa production, pour des raisons purement techniques de gestion des réacteurs et d’économie de combustible avant l’hiver.

    Pourtant, le 8 janvier 2021, malgré une très forte production éolienne, le nucléaire était à son maximum possible. On a simplement réduit le recours au gaz naturel et économisé l’eau dans les centrales de lac.

    Répondre
    • Le 08 Janvier, le nucléaire « tournait » autour de 44-46 GW et n’était pas à son maximum possible puisqu’il « tournait » les jours précédents à plus de 48 et aujourd’hui à presque 49 GW alors que l’éolien tombe à moins de 10 % de sa capacité.

      Répondre
      • Cochelin une fois de plus .. l’éolien n’est qu’une partie des ENR et pour que les ENR produisent il faudrait déjà les installer en France et c’est URGENT …

        Répondre
  • Précision :
    je n’ai jamais confirmé aucun « post » du « petit demeuré », qui tient souvent compagnie au « petit ingénieur » pour polluer la discussion.

    Répondre
    • Marguerite les discussion sont publiques et vous confirmez bien tous les faits / retours de terrain que je poste en y apportant des précisions et maintenant si vous persistez dans vos attaque stériles et stupides je vais commencer moi aussi à vous insulter comme vous le faites car au lieu de délirer il faudrait avoir un minimum d’intelligence pour bien voir que vos attaques stupides vont alimenter les inepties récurrentes des trolls

      Répondre
    • Je serais curieux de connaitre le titre que possède Marguerite pour qualifier ainsi régulièrement de manière condescendante (« petit ingénieur ») un auteur de commentaire. Marguerite est-elle sortie Major de Polytechnique ou de Centrale Supélec ou autre grande école d’ingénieur ?

      Répondre
      • Cochelin quand on a les bases du sujet c’est à la portée de tous de juger toutes les inepties postés en public ….

        Répondre
      • En fait la catégorisation d’ingénieur de troisième zone, est réservée aux ingénieurs qui achètent leur diplome dans les écoles privées comme l’ESEO d’Angers, au voisinage de 6000 à 7000 euros par an et qui snobent les autodidactes qui obtiennent un diplome d’ingénieur après la soutenance d’une thése et qui sont diplomés par l’état, ce que les petits ingénieurs qualifient de petite porte (mais une porte que l’on achète pas) et dont le rapport entre le nombre des postulants et les récipiendaires du titre est voisin de celui de l’X. Par comparaison à l’ESEO le nombre de récipiendaires et égal au nombre des postulants, sauf pour les quelques rares qui abandonnent en cours de routes de temps en temps.
        Dans le classement des écoles d’ingénieurs, on retrouvent ces écoles privées dans le fond du classement parmi les 172 établissements habilités à délivrer un diplome dingénieur. L’éseo de notre ami est à la 143e position :
        https://www.letudiant.fr/palmares/liste-profils/palmares-des-ecoles-d-ingenieurs/palmares-general-des-ecoles-d-ingenieurs/home.html#indicateurs=900766,900767,900768,900769&criterias

        Répondre
        • Pas de réponse de Marguerite sur son titre ! Mais apparemment, son peu de compétence dans le domaine électrique fait qu’elle ne doit pas sortir de Polytechnoque, ni de Supélec, ni de ESEO.

          Répondre
          • Cochelin on voit bien que d’être diplômé ça n’empêche pas ne pas comprendre le sujet et le réel du terrain .. chez certains

          • @ Cochelin,
            Elle sait au moins chercher l’information ailleurs que dans les sites d’opinion.
            En sortant de l’ESEO, comme avec le DPE, pour évité d’être traité de « petit ingénieur » il aurait pu entreprendre le début d’études doctorales et préparé un DEA , ça n’éxiste pas qu’en astrophysique et ça peut même se faire rien que pour s’amuser, j’en atteste :
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Dipl%C3%B4me_d%27%C3%A9tudes_approfondies#:~:text=Le%20dipl%C3%B4me%20d%27%C3%A9tudes%20approfondies%20%28DEA%29%20est%20un%20ancien,%C3%A9quivalent%20aujourd%27hui%20%C3%A0%20une%202e%20ann%C3%A9e%20de%20master.

            Agronomie
            Astronomie
            Astrophysique
            Automatique
            Biochimie
            Biologie animale
            Biologie humaine
            Biologie appliquée
            Biologie cellulaire
            Biologie végétale
            Biophysique
            Chimie analytique
            Chimie appliquée
            Chimie macromoléculaire
            Chimie minérale
            Chimie nucléaire
            Chimie organique
            Chimie organique physique
            Chimie physique
            Chimie structurale
            Cinétique chimique
            Cristallographie
            Électricité
            Électrochimie
            Électrotechnique
            Génétique
            Géochimie
            Géologie
            Géologie appliquée
            Géologie dynamique
            Géologie structurale
            Géophysique
            Histologie
            Hydrologie
            Mathématiques appliquées
            Mathématiques pures
            Mécanique céleste
            Mécanique des fluides
            Mécanique des solides
            Mécanique quantique
            Métallurgie
            Micropaléontologie
            Nutrition
            Océanographie
            Optique
            Paléontologie
            Pédologie
            Pétrographie
            Physiologie végétale
            Physique corpusculaire
            Physique des milieux ionisés
            Physique du solide
            Physique moléculaire
            Physique nucléaire
            Physique théorique
            Probabilités
            Psychologie animale
            Sédimentologie
            Spectronomie
            Statistiques
            Thermodynamique
            Traitement de l’information

            Pour ce qui me concerne, je n’ai jamais eu besoin de quelque diplome que ce soit, et si j’ai fait le DPE ce n’était que pour ne pas dévaloriser mes collaborateurs tous diplomés de grandes écoles d’ingénieurs dont certaines particulierement prestigieuses et deux d’entre eux étaient titulaires d’un doctorat de physique pour l’un et de mécanique des fluide pour l’autre. Et jamais aucun n’a fait allusion à mon certificat détude primaire, seul diplôme que je mpossédait à l’époque (que j’aurais eu bien du mal à présenter si on me l’avait demandé, car à l’occasion d’une de mes nombreux déménagements je l’avais égaré, et ne l’ai retrouver que très récemment dans une caisse de bouteille de vin à la cave). J’étais alors ingénieur en chef chez SLIGO, la seconde société d’informatique d’Europe, aujourd’hui ATOS. Pour l’astronomie et l’astrophysique, c’est pire, ce n’était que pour m’amuser…..sans but lucratif non plus.

  • On « n’entend » pas Marguerite sur la situation actuelle de l’Allemagne qui est obligée d’importer plus de 20 GW d’électricité car l’arrêt de ses tranches nucléaires l’a rendue déficitaire, alors que la demande est raisonnable (67 GW), et battant des records de recours au thermique fossile. https://energy-charts.info/charts/power/chart.htm?l=fr&c=DE
    C’est plus facile et gratuit de s’en prendre à la France, et à son mix électrique !

    Répondre
    • Cochelin on ne vous entends pas sur la situation de la France qui a redémarré ses centrales thermiques en place pour pallier aux défaillances du nucléaire et qui est obligé d’import de l’électricité d’Allemagne comme elle le fait depuis des années vu l’intermittence de plus en plus récurrente de notre nucléaire et le retard de la France dans le développement des ENR sur le terrain … c’est plus facile de s’en prendre à ceux qui agissent et s’en sortent que de parler de notre pollution dans laquelle on s’enfonce .. quand allez vous nos poster les chiffres sur l’énergie en France que l’on parle enfin du vrai probleme ….

      Répondre
    • On ne vous entends pas plus ce matin pour constater que nous avons une chance insolante de posséder une forte puissance hydraulique qui fait défaut à l’Allemagne, et que dans l’indifférence du nucléaire l’hydraulique sauveur passe de 1 à 14 GW en moins de 2 heures, ce qui ne nous empéche pas de pousser le gaz à 9 GW….. pour une fois que l’on envoie 1 GW à l’Allemagne, il y a vraiment de quoi plastroner.
      Mais ce qu’il y a de plus bête c’est qu’il y a un vent du diable (du 40Kmh au niveau du sol) sur la cote de Nante à la frontière espagnole et en Aquitaine, mais pas une seule éolienne pour l’intercépter, et même chose dans le golf du Lion….. mais pas le moindre souffle dans les hauts de France et le Grand Est où se concentrent nos moulins…. l’aurait-on fait exprés ?

      Répondre
      • C’est presque 3 MW que la France envoyait vers l’Allemagne, et cela arrivera de plus en plus souvent. La Frane a cette chance, en effet, d’avoir beaucoup d’hydroélectricité et de nucléaire faiblement carbonés mais l’Allemagne avait aussi la chance d’avoir, il n’y a pas longtemps, plus de 8 GW de nucléaire faiblement carboné dont elle a choisi de se débarrasser. https://www.tech-for-future.de/co2-kwh-strom/#CO2_Emissionen_nach_Energietraegern_pro_kWh_Strom
        Les émissions n’ont pas fini de s’envoler, à moins d’importer massivement !

        Répondre
        • La chance c’est l’hydrauélectricité, par le nucléaire, ça on n’en bénéficie pas sur un coup de chance mais parce que l’on croit que c’est une bonne chose…..mais c’est une erreur que la France est obligée de maintenir faute d’avoir investi où il fallait durant ces 10 dernieres années, dans le Soleire et l’éolien, notamment offshore, ce quiétait le plus urgent.et que l’on a retardé……le PLUS, comme si on craignait que le bon choix saute aux yeux.

          Répondre
        • Cochelin encore et toujours les vieux canulars périmes pour gogos sur le Co² avec les vieux chiffres tronques au départ et obsolètes … en réalité sur le terrain la France est championne de la pollution et de la production de déchets ultimes .. alors que l’Allemagne agit et s’en sort et voir leur pollution , leur GES et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain et continue de dépanner la France comme elle le fait depuis des années

          Répondre
  • Après un étude de diversion sur le classement des écoles (dont le temps n’en à que foutre), le vent qui ne souffle pas au bon endroit !
    Tout ça pour avoir le dernier mot !

    Répondre
  • Si rochain te disait d’aller te foutre à l’eau; tu le ferais !
    Moi je joue qd je veux où je veux et je ne suis pas bêtement le fil de l’eau !

    Répondre
    • Michel DUBUS ça c’est votre conduite ..de gober sans rien vérifier et la ni meme lire … moi je vérifie les faits ….

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective