Stockage de CO2: un pipeline entre l’Allemagne et la Norvège dans les tuyaux

Les groupes énergétiques norvégien Equinor et allemand Wintershall Dea ont dévoilé mardi un projet de construction d’un pipeline de 900 kilomètres qui permettra de transporter du CO2 d’Allemagne pour le stocker en Norvège.

Le dioxyde de carbone (CO2) est l’un des principaux gaz contribuant au réchauffement climatique. L’Allemagne en est le plus gros émetteur en Europe, et la Norvège possède le plus important potentiel de stockage de CO2 du continent, dans des couches géologiques situées sous les fonds marins, écrivent Equinor et Wintershall Dea dans un communiqué commun.

Leur projet vise à relier un point de collecte du CO2 dans le nord de l’Allemagne à des sites de stockage en Norvège « avant 2032 », ajoute le texte.

« Il s’agit d’un partenariat énergétique fort qui répond au besoin des centres industriels européens de décarboner leurs opérations », a souligné le directeur général d’Equinor, Anders Opedal, cité dans le communiqué.

La capacité du pipeline sous-marin, d’une longueur d’environ 900 kilomètres, sera comprise entre 20 et 40 millions de tonnes par an d’ici 2037, soit environ 20% des émissions industrielles annuelles en Allemagne, ont précisé les deux groupes.

Avant la mise en place du pipeline, une solution de transport par bateau sera envisagée.

Cette annonce survient au lendemain d’une autre faite par Equinor et ses partenaires français TotalEnergies et britannique Shell.

Les trois géants ont fait état lundi d’un premier accord commercial avec le fabricant d’engrais norvégien Yara pour transporter, par bateau, du CO2 capté sur un site néerlandais de Yara aux Pays-Bas vers la Norvège dans le cadre du partenariat Northern Lights.

Le captage et le stockage du dioxyde de carbone (CO2) est considéré comme une des pistes susceptibles de contribuer à réduire les rejets de gaz à effet de serre dans l’atmosphère afin de contenir le réchauffement climatique.

Equinor avait déjà annoncé fin juin un projet de pipeline de CO2 depuis la Belgique, en partenariat avec le groupe belge Fluxys. Une décision finale d’investissement pour ce projet-là doit intervenir « d’ici 2025 ».

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective