Siemens et Alstom s’apprêtent à des concessions pour un feu vert à leur union (source)

Siemens et Alstom s’apprêtent à déposer mercredi des “mesures compensatoires” à Bruxelles afin d’obtenir un feu vert à leur fusion des autorités de la concurrence de l’UE, a indiqué à l’AFP mardi soir une source proche du dossier.

Ni le groupe industriel allemand Siemens, ni le constructeur ferroviaire français Alstom, ni la Commission européenne n’étaient joignables pour commentaire.

Cette source française a qualifié de “solides” les “mesures compensatoires” qui doivent être déposées. Elle n’a donné aucun détail sur ces propositions, qui peuvent être des cessions d’activités ou des engagements de comportement par exemple.

“Nous continuons d’espérer qu’un accord pourra être trouvé et espérons une décision positive de la commission”, a ajouté cette même source.

Fin octobre, la Commission européenne avait exprimé ses inquiétudes sur l’union entre Alstom et les activités mobilité de l’allemand Siemens, leur expliquant ce qu’elle attendait d’eux pour autoriser l’opération.

Siemens et Alstom ont jusqu’à mercredi minuit pour déposer des mesures afin de convaincre la Commission européenne de donner son feu vert.

L’exécutif européen a jusqu’au 28 janvier pour donner son avis sur cette fusion. Mais cette date doit être repoussée au 19 février, si des concessions sont soumises, car elles doivent être analysées en détail et présentées notamment aux clients et concurrents des deux groupes.

Fin octobre, la secrétaire d’Etat française auprès du ministre de l’Economie, Agnès Pannier-Runacher avait affirmé son soutien au projet de fusion.

“C’est un enjeu très important pour nous parce que, d’un point de vue industriel, l’objectif, c’est de construire des géants européens, c’est ça qui nous permettra dans la compétition mondiale, face aux Etats-Unis et aux acteurs chinois, de tirer notre épingle du jeu”, avait-elle expliqué.

Bruxelles avait ouvert mi-juillet une enquête approfondie sur cette opération, qui pourrait donner naissance à un nouveau géant européen du rail, présent dans 60 pays avec un chiffre d’affaires annuel de 15,6 milliards d’euros.

Annoncée en septembre 2017, cette fusion historique permettrait aux deux entreprises de tenir tête au chinois CRRC et au canadien Bombardier.

Alstom, qui fabrique notamment le TGV, et la division transport de Siemens, qui produit les trains à grande vitesse ICE, avaient signé fin mars leur accord de rapprochement.

Mais la Commission avait dit craindre que cette “concentration ne réduise la concurrence pour la fourniture de plusieurs types de trains et de systèmes de signalisation”.

L’agence gouvernementale de régulation du rail britannique avait, elle aussi, estimé à l’époque que la fusion aurait “un impact significatif au détriment de la concurrence sur le marché du rail britannique”.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective