Donner un second souffle à l’éolien, une question de volonté

Tribune de Can Nalbantoglu, président de BayWa r.e. France

L’État peut, sans investissement financier supplémentaire, stimuler le développement de l’éolien. Les énergéticiens disposent des outils pour le rendre plus inclusif et en améliorer l’acceptabilité locale.

En retard sur le déploiement des énergies renouvelables, la France a besoin de 6 GW de capacité éolienne supplémentaire d’ici 2023 pour atteindre ses objectifs. Différents leviers peuvent être actionnés pour débloquer à court terme ces volumes de projets.

Lever les freins institutionnels

Réformer les servitudes aériennes de l’aviation civile et militaire, en s’inspirant des pays voisins, débloquerait un potentiel de développement considérable. Relever de quelques dizaines de mètres seulement les plafonds du réseau de vol très basse altitude (RTBA) de l’armée de l’air libérerait un potentiel de plusieurs milliers de kilomètres carrés. Il serait possible d’installer des éoliennes de nouvelle génération, bien plus productives, permettant d’atteindre les objectifs avec moins de turbines.

Réduire les délais de raccordement des parcs éoliens, qui atteignent parfois sept ans, est possible par de simples modifications réglementaires. La mutualisation des raccordements entre parcs éoliens et solaires, à l’instar de ce que font nos voisins allemands, libérerait de la capacité sur le réseau. Elle réduirait les délais des projets en file d’attente, mais aussi les investissements sur les infrastructures.

eolien-mesures

Renforcer les moyens humains au sein des administrations

Quelques dizaines de fonctionnaires au sein des services instructeurs du Ministère de la Transition écologique accéléreraient les instructions de projets, en moyenne deux fois plus longues que le délai promis. L’initiative serait positive pour les finances publiques, du fait de la fiscalité à laquelle sont soumises les éoliennes.

Allouer plus de moyens à la Justice atténuerait l’obstruction systématique menée par des associations d’opposants structurées au niveau national. Dans un contexte d’accroissement des projets, la situation est intenable pour les magistrats en sous-effectifs. Une centaine de greffiers et magistrats supplémentaires désengorgeraient les tribunaux administratifs.

Permettre au vent de bénéficier à tous

L’acceptabilité est meilleure quand les projets renouvelables sont participatifs et que les riverains se les approprient. La Banque des Territoires, en partenariat avec de nombreux acteurs de la filière éolienne, a notamment démontré sa capacité à aider collectivités et habitants à accéder à la gouvernance des projets renouvelables, et à bénéficier des retombées financières en y plaçant leur épargne.

Alimenter les riverains avec l’électricité verte et bon marché générée par les installations locales est techniquement possible. Les parcs éoliens peuvent également accompagner la rénovation des habitants riverains pour réduire la précarité énergétique, tout en faisant travailler des artisans locaux.

La création d’emplois est déjà une réalité. La filière éolienne est forte de 22 000 emplois, soit 2,75 par éolienne. En mer, l’éolien a démontré sa capacité à créer un outil industriel exportateur. Les usines au Havre, à Saint-Nazaire et Cherbourg pèsent 30% de la capacité de production européenne. L’éolien flottant s’annonce prometteur : la France y fait cette fois la course en tête, avec le premier appel d’offres commercial au monde au sud de la Bretagne et de nombreuses entreprises mobilisées.

Une énergie qui a tenu ses promesses

Devant le gaz, l’éolien est la troisième source de production d’électricité, derrière le nucléaire et l’hydroélectricité. 8 000 éoliennes fournissent aujourd’hui 8 % de notre consommation d’électricité. En 2030, le parc éolien doit fournir 25 % de notre production sans que le nombre d’éoliennes n’ait besoin de tripler tant leur évolution technologique est forte.

Toujours plus performant, l’éolien est une énergie variable, mais au profil de production en constant progrès. Le facteur de charge moyen du parc français, actuellement de 26 %, progresse avec l’arrivée des nouvelles turbines qui peuvent atteindre 40 %.

L’hiver, lorsque notre consommation est plus élevée, l’éolien produit aussi davantage. Une seule éolienne de 3 MW produit 15 fois l’équivalent des 9 éoliennes de 300 kW du parc de Dunkerque, installées il y a 25 ans.

Compétitif, son coût ne cesse de diminuer, au contraire de celui des marchés de l’électricité. En 5 ans, le prix de l’électricité éolienne est passé de 85 € par MWh à 60 € pour l’éolien terrestre. L’électricité produite par le futur parc éolien en mer de Dunkerque ne coûtera que 44 € par MWh.

L’éolien a supplanté les fossiles en France. Dans un contexte d’électrification des usages, le gestionnaire de Réseau de transport d’électricité RTE, comme l’Ademe, ont démontré son caractère indispensable. Il serait temps de donner un second souffle à une énergie qui a su s’intégrer dans le paysage énergétique.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Puisque, à priori, ils ne sont pas sots, pourquoi veulent-ils tant à défendre les éoliennes, donc les centrales à gaz qui leur sont toujours associées ???
    Aujourd’hui, et tant qu’on ne saura pas stocker de l’électricité à bas coût et dans la quantité énorme nécessaire, nous pouvons classer les énergies pilotables en plusieurs groupes :
    1) pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
    2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de pétrole, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable, pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.
    Le reste n’est que baratin.

    Les marchands d’éoliennes et de gaz n’aiment pas qu’on leur rappelle le mariage indissociable entre gaz et éoliennes.

    Répondre
    • Claude Choppin Hervé Guéret toujours vos délires de trolls stériles qui affabulent sur les centrales au gaz qui n’existent toujours pas .. à moins de parler du bio gaz ? alors qu’au contraire c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. et le stockage existe deja pour le nucléaire donc il servira aussi pour les ENR plus les autres solutions qui se mettent déjà en place sur le terrain .. allez une fois de plus je remet la réalité du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier face aux inepties récurrentes des trolls stériles qui se ridiculisent en public l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
      • Isambert, ce que fait Choppin c’est du biogaz d’ailleurs le plus facilement accessible des biogaz de oar ka nature des déchets utilisés et qui va bien au delà des nécessités de la methanisation agricole, un système de production que je vois comme indispensable dans la panoplie des renouvelables pilotables, et à installer aux cœur des ville qui plus est, les plus grosses consommatrice justifiant la cogenetation chaleur plus électricité, le beurre et l’argent du beurre, il ne manque plus que la fermière

        Répondre
    • Avec sa théorie fumeuse, le petit « ingénieur » prétend que pour chaque MW éolien il faut construire un MW de centrale au gaz pour « les jours sans vent ».

      Pour illustrer ses hallucinations, celui-ci peut-il nous dire de combien a augmenté en Allemagne la puissance en éolien, solaire, charbon, lignite, pétrole, gaz et autres depuis dix ans ?

      Répondre
  • Bien sûr qu’en France on pourrait faire tout ça, mais justement comme ça permettrait de meilleures implantations éoliennes ça ferait encore plus d’ombre au nucléaire et c’est justement ce que l’on ne veut pas faire dans une France où le lobby nucléaire dirige la politique.
    A coté de ça il y a des tas de naïfs qui s’imagine que les éoliennes ont besoin des centrales à gaz alors que ces centrales à gaz sont devenues indispensables au nucléaire qui est aujourd’hui incapable de fournir plus de la moitié du besoin en électricité du pays. En ce moment à 8 heures, le besoin est à hauteur de 75 GW et le nucléaire ne peut en fournir que 42 ! Le reste c’est charbon, gaz, hydraulique, importation, et éoliennes (heureusement qu’il y a du vent dans les hautes de France et le Grand Est qui totalisent 61% de nos éoliennes sur seulement 16% du territoire.) !

    Répondre
    • Toujours à tordre le bras à la réalité.
      1) Le lobby nucléaire est tellement puissant qu’il a été incapable d’installer la moindre ressource nucléaire en 20 ans. Par contre, il est assez fort pour débrancher des unités de production en parfait état de marche et prévoir le démantèlement de 12 autres pour éviter l’effet falaise, comme l’expliquent les gourous de la secte opposée. Ce puissant lobby doit envier la faiblesse du lobby des ENRi qui a réussi la prouesse d’installer un système de production aussi cher que le parc nucléaire actuel tout en ne produisant que 8% des besoins. Sacré lobby !
      2) Le nucléaire français tourne toujours autour de 70 % de sa capacité, c’est facile à prévoir. Bien sûr, on doit pouvoir envier le nucléaire allemand qui, en attendant d’être débranché, tourne à 95% de sa capacité, mais il est confondant d’inverser les rôles comme vous le faites et de présenter le gaz comme le supplétif du nucléaire, alors que c’est évidemment pour contrebalancer les effets intermittents des ENRi que le gaz progresse ou se maintient.

      Répondre
      • C’est tellement facile à prévoir qu’on a besoin des allemands et de bruler du gaz avec un nucléaire en veilleuse incapable de fournir plus de la moitié du besoin.

        Répondre
    • Vous mentez Mr Rochain : le nucléaire peut fournir 75% de l’électricité France. Avant la fermeture scandaleuse de Fessenheim, la puissance installée était de 63 GW. Le nucléaire est pilotable et n’a pas besoin de centrale gaz provenance Poutine.

      Répondre
      • Vous mentez Coudre 🤣 vous avez bien vu et vérifié que justement c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. ? en faisant démarrer moins souvent voir en faisant fermer les centrale thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances du nucléaire `🤣 🤣 maintenant la réalité qui se développe déjà sur le terrain : il faut développer toutes les ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
      • Vous devriez prouver au lieu d’affirmer …. dites moi pourquoi on crame 7480 MW de gaz en continu toute la journée tout en important 5196 MW, notamment d’Allemagne, encore en ce moment si on est si fort et que le nucléaire n’a pas besoin du secours du gaz ni de nos voisins.
        Je ne ment pas moi c’est vérifiable allez voir : eco2mix
        Mais vous vous mentez, je vous pardonne parce que c’est par ignorance.

        Répondre
  • « En retard sur le déploiement des énergies renouvelables, la France a besoin de 6 GW de capacité éolienne supplémentaire d’ici 2023 pour atteindre ses objectifs. »
    Est-elle tenue absolument de produire ses 6/4 soit 1,5 GW de renouvelables de façon intermittente ? Ne serait-il pas plus opportun, pour la bonne santé et l’équilibre du réseau en évitant un gros nuage de CO2 via du gaz naturel.
    La PPE n’est qu’une indication. Elle n’a aucun caractère contraignant et si elle conduit à une erreur, nul n’est parfait, il convient de la corriger avant que la preuve soit faite que c’était bien une erreur. la meilleure façon de se corriger serait en lieu et place production renouvelable intermittente de la remplacer par une energie toute aussi renouvelable mais pilotable, et ..et de faite fonctionner cette production électrique pilotable sous le meilleur rendement possible, suivez mon regard. Noble mission s’il en est, et bien plus porteuse en terme de création d’emplois.de tous les niveaux.
    Il faudra sans doute que je le répète une bonne centaine de fois avant qu’un effet s’en suive. Pas grave, cela fait déja 5 ans que nous sommes prêts, on peut attendre cinq ans de plus.

    Répondre
    • Vôtre pyrogaz c’est du renouvelable Choppin, donc c’est mauvais puisque ça contribue à faire de l’ombre au nucléaire.
      Quand on comprend ça on comprend tout

      Répondre
  • Quel que soit le temps, le nucléaire reste scotché à une production autour de 40 à 42 GW (puissance) malgré une capacité de 61,37 GW. Cela ne fait que 65 % à 68 % de facteur de charge. Nous sommes loin du 90 % claironné par tous les intoxiqués du nucléaire.

    Que l’éolien soit faible ou produise à 12 GW (puissance), cela n’y change rien. Contrairement au bavardage du petit bonhomme qui prétend que le nucléaire réduit la voilure pour faire de la place à l’éolien.

    Par contre, lorsque la production éolienne est importante, cela évite d’utiliser du gaz ou garde l’eau en réserve dans les centrales de lac.

    Pour reprendre la formule du petit bonhomme, nous avons un couple « nucléaire + centrales à gaz ».

    Les marchands d’uranium et de gaz n’aiment pas qu’on leur rappelle le mariage indissociable entre gaz et nucléaire.

    Répondre
    • Ça fait déjà un moment que je le rappelle. Le nucléaire est tout simplement incapable de fonctionner seul et après 60 ans les nucleophiles be s’en sont toujours pas aperçus. C’est sans espoir, il faut les irradier ce n’est pas dangereux d’après eux.

      Répondre
      • Les centrales nucléaires étaient prévues pour durer 40 ans. Eu égard à leur bon état, il est prévu 60 ans. Seule lAgence de sûreté nucléaire peut statuer : pas Martine, Cécile, François, Emmanuel…Serge ! Les USA envisagent 80 ans.

        Répondre
        • Coudre, demain on rase gratis… mais comme vous ne savez pas ce que vous dites, ce n’est pas grave.
          C’est comme pour le pilotage des réacteurs nucléaires, on vous l’a dit alors c’est forcément vrai ! Quelle candeur
          C’est comme au LOTO, vous POUVEZ devenir millionnaires en euros…. Alors jouez Coudre, demain vous serez millionaire.

          Répondre
          • @Rochain ! Toujours des arguments polémiques …
            Mais vous ne savez pas répondre aux vraies questions objectives :
            – Combien de TWh électriques en 2050 avec l’objectif 0 carbone ?
            – En 100% ENR, combien d’éoliennes, de M2 PV, de tonnes de biocarburants ?
            Je vous prendrais au sérieux quand vous saurez répondre à ces questions…Sinon, vos propos sont du vent …constants, pas intermittents comme vos éoliennes qui détruisent les paysages…sans respect écologique !

          • Mes arguments non rien de polémiques, tandis que les votre sont croquignolesques !
            Les pouvoirs publics en charge de la transition énergétique, bien embarrassés pour savoir ce qu’il devaient faire attendait qu’un petit génie tombé du ciel viennent leur expliquer qu’il fallait prévoir X TWh d’électricité en 2050 pour décarboner l’industrie. Pompili, Castex, et Macron subjugués par la pertinence des arguments de ce Coudre tombé du ciel fort opportunément se sont confondus en remerciements.
            Nous pouvons nous attendre a un prochain remaniement ministériel avec un nouveau premier Ministre à double casquette car en plus chargé de mettre en pratique sa politique « TWh-pour-2050 » !
            Nous sommes sauvés.

          • @Rochain. Toujours de la polémique et pas de chiffres !
            Achetez « L’Intégral du pétrole 2020. Edition 2021″ du CPDP (Comité professionnel du pétrole » et transformer en KWh, puis TWh les millions de tonnes de carburants (super,gazole, fioul, Kérosène) à partir de leur PCi (densité énergétique en KWh / Kg). Ces KWh (compte tenu des rendements : 24 % essence,30 % DIesel, 70% batteries, 30 % Pile à combustible) deviennent une production électrique à fournir pour VP,VUL (batterie), VL (Hydrogène), ferroviaire (hydrogène), marine (hydrogène), aviation (hydrogène) sans parler de la fermeture des centrales charbon et gaz…Calculez ! Mais vous ne savez pas faire… »Le petit génie » l’a fait …870 TWh … avec des éoliennes terresres à 2,1 MW (Voire3 ), marines ( 7 MW ,)…Combien ??? Après vous pourrez ironiser ! J’attends toujours vos chiffres et pas du mépris généralisé …

          • Coudre RE pourtant c’est très simple et tout est bien déjà chiffré : sortez vous des vieux canulars pour gogos et lire Negawatt , lire l’ademe , lire RTE et toutes les études scientifiques de plus en plus nombreuses qui prouvent bien que 100% d’ENR c’est possible et URGENT et surtout vérifiez toutes las avancées sur le terrain partout dans le monde qui conforment bien que c’est en train de se mettre en place mais pas assez vite vu l’urgence de la situation …

          • Mais Coudre, vos chiffres sur un coin de table en vous prenant pour un spécialiste, on s’en fou il ne valent pas la mine de crayon que vous utilisez pour les écrire. C’est totalement ridicule cette prétention d’économiste énergéticien incapable de calculer ce que produit une heure d’exposition solaire sur un PPV de 1m2… et ça fait le maitre d’école maniant la baguette…. qui êtes vous Coudre pour afficher ces prétentions : Votre métier ? vos qualifications ?
            Savez vous au moins que dans moins de 50 ans il n’y aura plus le moindre atome d’uranium accessible sur la planète ? Que mettrez vous dans vos réacteurs nucléaire qui ne sont pas encore construit et qui ne le seront pas avant 20 ans ? Du charbon ? Ben oui, ça il y en a encore, mais vous allez trouver le moyen de faire en sorte que ça marche puisque vous considérez que tout cela est votre problème et relève de votre responsabilité. Pauvre innocent…. Les gens comme vous sont des insultes à l’intelligence humaine qui se croit importante parce qu’elle donne des chiffres sortis de son chapeau

        • Et ont fermé plus de dix centrales nucléaires à 40 ans ou moins malgré une licence prolongée à 60 ans.

          Ne pas confondre imaginaire nucléaire et réalité.

          Répondre
  • Le vent est un courant d’air qui se forme lorsque l’air d’une zone de haute pression se déplace vers une zone de basse pression. La différence de pression est la conséquence d’un réchauffement ou d’un refroidissement différencié de l’air. La principale source de chaleur de l’air est le soleil. Le soleil tire sa chaleur de la fusion nucléaire.
    L’éolien c’est du nucléaire. MDR !

    Répondre
  • Une multinationale des ENRi plaide pour sa paroisse, ça ne mérite pas de répéter les polémiques habituelles voire les insultes habituelles. Ils font leur pub. Sans intérêt.

    Répondre
  • En somme il faut envahir les sites par tous les moyens . Le meilleur, selon le lobby étant de faire miroiter quelques chèques devant le public , par définition plus sensible à l’argent qu’ à la nature ou au patrimoine historique .
    Le cynisme habituel . .

    Répondre
  • Toujours le même discours haineux de la part de pro-eoliens, que l’on retrouve sur tous les sites où l’on peut s’exprimer… N’ont que cela à faire apparemment… Une mention spéciale à M. Rochain, l’un de mes préférés, qui a peut-être survécu à un coma de plusieurs dizaines d’années pendant lesquelles notre pays a été alimenté sans rupture et sans accident grave par les centrales nucléaires et hydroélectriques. Quelqu’un peut-il le mettre au courant ?

    Répondre
  • Toujours les mêmes protagonistes sur les sujets des Enri et toujours les m^mes propos, c’est un peu lassant. Et quoi l’on écrive, genre le ciel est bleu, certains (chainchain et bebert, parlons pas de titite) vont nier l’évidence et dire qu’il est jaune ou vert….
    Alors au risque de me répéter l’éolien tel que organisé aujourd’hui n’a pas d’avenir car il coute trop cher malgré les dire des promoteurs qui nous disent que cela baisse ce qui est encore un mensonge, il prend trop d’espace et surtout beaucoup trop de matériaux par Kw produit, de plus les promoteurs ne respectent pas les riverains en installant des monstres de 235m (oui, oui, cela existe maintenant) qui sont toujours à 500m des habitations dont l’évidence est de reconnaitre quel ont un fort impact sur leurs qualité de vie sans parler de tout le reste comme les 300 000 flash que je subirais de ma fenetre pendant 20 ans si usine éolienne de 15 machines vient à s’implanter. Une seule donnée pour citer l’évidence. On est bien d’accord que le problème énergétique et de RCA est mondial?Hors depuis des années nous sommes toujours à 80% d’utilisation fossile et seulement 10% viennent des enri. Hors selon le GIEC c’est maintenant qu’il faut agir et pas dans 15 ans. Hors justement dans 15 ans à combien seront nous en fossiles? Je prend les paris pour que nous les baissions mêmes pas de 10% car les faits depuis 20 ans d’Enri (dont les chiffres de production explose partout dans le monde… tiens cela ne vous rappelle pas les écris de quelqu’un?) c’est que nos émissions ne baissent nul part (et particulièrement chez nous, forcément avec 75%d’électricité décarbonée, cela ne peut baisser) et donc au lieu de mettre 121 milliard jusqu’en 2046 dans l’éolien et combien encore de milliards dans une solution sans solution qui n’est qu’une fuite en avant capitaliste et en plus dans les mains d’une toute petite poignée. Ils auraient été bien plus utile à la rénovation des bâtiments créant emplois et luttant enfin contre la précarité énergétique qui tue de plus en plus. L’emploi, 235 000 dans le nucléaire, soit disant 22 000 dans l éolien pour 8% contre 75% dans le nucléaire…. C’est marrant tous les candidats sauf Mélanchon annonce le redémarrage nucléaire et m^me parmi la nouvelle coalition allemande, on se demande bien pourquoi? En aucun cas et jamais les enri ne seront majoritaires c’est simplement impossible car notre monde est fini et que on va de crise en crise, climatique, sanitaire, énergétique, sociales, éthiques, et à coup sur financière car on s’endette, on s’endette, en fait en s’entête à nier l’évidence et pas seulement sur les enri. Car au-delà d nos chamailleries sur les production électriques qui ne dont rire personne, il y a désormais de multiples épées de Damoclès au dessus de nos têtes et forcément plusieurs vont rompre, dont les enri car il est évident que les milliards de tonnes de matériaux de toute sortes pourront être traités et que m^me l’Afrique ne sera plus leurs refuge.

    Répondre
  • Il est à remarquer que EDF est le premier producteur européen d’électricité par les énergies renouvelables(3) – principalement hydraulique, éolienne et solaire –, constituants indispensables d’un mix décarboné. Le nucléaire est de surcroît modulable en fonction de l’offre et de la demande, ce qui vient compenser le caractère intermittent de ces sources renouvelables d’électricité.

    Résultat : en 2020, un kWh fourni par EDF émet cinq fois moins de CO2 que la moyenne européenne(4) et huit fois moins que la moyenne mondiale. Entre 1990 et 2016, EDF a divisé par trois ses émissions de CO2 dans l’Hexagone du fait de la fermeture de dix tranches à charbon. Et page 16 de cette intéressante étude : https://www.pwc.fr/fr/assets/files/pdf/2021/03/fr-france-pwc-etude-facteur-carbone-2020.pdf

    Répondre
  • Afin de donner un second souffle à l’éolien comme il nous est prescrit dans cette tribune, je vous propose un résumé de
    La face noire des énergies vertes. Film réalisé par Olivier Pinte et Alain Pierrot est présenté par Bernard de la Villardière sur M6 dimanche soir.
    Ce documentaire n’est pas une remise en cause de la transition énergétique. Il apporte cependant un éclairage sur la réalité de ce qu’induit dans les territoires le développement des énergies renouvelables. Il n’est pas non plus un plaidoyer en faveur du nucléaire.
    Il peut être repris en 4 parties dont voici la première (les autres suivront !)
    1. Les limites écologiques des projets éoliens et solaires qui annoncent viser à terme les 32% de notre consommation d’électricité.
    Pour résumer cette transition énergétique ressemble à un gros gâteau (subventionné par notre état) qui attire des promoteurs peu soucieux d’écologie. Ces subventions très généreuses pour les ENRi représentent jusqu’en 2046 121milliards d’€ et leur câblage spécifique les reliant avoisine les 100 milliards d’€. Ce qui a déjà fait bondir notre CSPE de 650%. Et oui tout se paie !
    Les implantations de sites éoliens ou solaires sont décidées entre l’État, le promoteur et le propriétaire du terrain qui perçoit un loyer. Ce propriétaire peut être une commune ou un particulier,.
    Pour illustrer le comportement de ces promoteurs, des images prises en caméra cachée dans des mairies permettent de les voir venir en pays conquis avec leurs « ENRidollards » (subventionnés par nous !)… D’une part, ils proposent en plus des sommes allouées légales (20 000€/an garantis pour 10 MW installés), des dessous de tapis très importants (de l’ordre 40 à 60 000€). D’autre part, ils n’hésitent pas de rappeler que seuls les préfets décident des lieux d’implantation de leurs machines. Et que, même si les maires refusent leur argent (subventionné !), ces projets leurs seront imposés quand même !
    Rien ne peut arrêter ce rouleau compresseur, l’exemple le plus flagrant est celui du site protégé de la montagne Ste Victoire dans le Var où des parcs éoliens et solaire ont été implantés en 2020 sans études d’impact environnemental (elles sont entrain d’être réalisées à postériori, ce qui est un comble !).
    Bonne lecture. A suivre donc !

    Répondre
    • Ce n’est pas dans les vidéos à la recherche du buzz que se trouvent les réalités des problèmes à résoudre en économie énergétique où dans d’autres domaines.

      Répondre
    • Michel DUBUS et encore et toujours tous les vieux canulars périmés pour gogos . il y a de vrais pros des canulars par ici .. vérifiez au moins que les ENR dont fait partie le solaire et l’éolien sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire et ne sont pas subventionnées par l’état / nos impôts contrairement au nucléaire que nous avons déjà paye très très cher depuis plus d e 60 ans et que nous allons encore paye toujours plus cher des milliers d’année ….

      Répondre
  • comme promis voici la deuxième partie de « La face noire des énergies vertes ».
    :2. Failles du projet éolien de la baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor)
    Il soulève d’importantes interrogations. Pourquoi un tel projet émerge au milieu d’une zone de reproduction de cinquante-neuf espèces protégées, dont des dauphins, phoques et marsouins, grâce à une dérogation ministérielle que ségolène royale a signée. Cette dérogation se nome « autorisation de destruction d’espèces protégées ».
    Ce qui a amené à ce paradoxe, qu’une ONG écologiste de défense des océans Sea Shepherd se mette aux côtés des pêcheurs et à combattre ce projet. Sa Directrice, Lamya Essemlali, est vent debout contre ce parc de 62 éoliennes de 210 m de haut d’une superficie de 10 000 hectares qui est égale à celle de la ville de Paris. Elle les compare à « 62 tours Montparnasse situées à 17 km des côtes » qu’elle dénomme « usine à éoliennes »… Elle affirme aussi qu’il y aurait eu tollé si ces forages « pour notre bien » avaient été pétroliers !
    Cette ONG engage des procédures concomitantes à celles de ces pêcheurs spoliés, ce qui inquiète les autorités de l’état et ministères ciblés. De plus ont été filmés la présence de coraux et de gorgones… Ce sont des espèces protégées qui se devaient de ne pas exister dans ces lieux !… Alors que les éoliennes offshores sont habituellement implantées autour de 45 km des côtes européennes, pourquoi un tel site s’impose en pleine zone de pêche?
    Le choix de l’opérateur mafieux Iberdrola interroge aussi. Le Conseil d’État a jugé illégale l’attribution du marché, en avril 2012, à ce géant de l’énergie. Et le parquet national financier a ouvert une enquête. Iberdrola a déjà été visé par diverses enquêtes dans plusieurs pays. Et son PDG est mis en examen dans le plus gros scandale financier espagnol.
    Le géant espagnol Iberdrola bénéficie d’un prix d’achat de l’électricité au plus haut. En effet le prix d’achat du kilowattheure produit par Iberdrola en baie de Saint-Brieuc a été fixé pour vingt ans. Une rente très fructueuse à 155 €/KWh, trois fois plus que le prix du marché.. Mais aujourd’hui, sur un marché dérégulé, on peut constater qu’avec de tels niveaux de subventions sur l’offshore tout le monde s’y engouffre, 16 projets sont en gestation sur tout notre beau littoral côtier français (quel désastre annoncé). Ce qui va de plus bénéficier à des sociétés privées étrangères !
    Bonne lecture. A suivre donc (il reste encore 2 parties )!

    Répondre
          • Il faut savoir lire l’implicite . ; et ne pas se contenter de consulter un clinomètre quand il s »agit de la vie des gens .

          • Les gens s’accommoderont de vois des éoliennes à 500m comme je me suis accommodé pendant 20 ans d’avoir un pylône planté dans MON jardin à moins de 150 m devant la fenêtre de mon salon, une ligne qui grésillait par temps humide au dessus du bord du toit de ma maison, et un autre pylône de l’autre coté de la maison planté de l’autre côté de la rue. Aujourd’hui je suis très heureux de voir les éoliennes de Roquefort de Corbières depuis ma terrasse vers le Sud.
            Votre propre maison fait tache dans un paysage qui autrefois était naturel, on devrait la raser… non ? En fait rien n’a vraiment jamais gêné les hommes, à croire qu’il n’y a que les réacteurs nucléaires qui trouvent ces nouveautés d’éoliennes insupportables, mais c’est vrai qu’on peut les comprendre puisqu’elles auront leur peau.

  • Depuis dix ans, la situation a pas mal évolué du côté de l’électricité.

    En 2010, le nucléaire produisait 12,8 % de l’électricité mondiale (c’était 16,6 % en 2000) et seulement 10,1 % en 2020. En 2010, le nucléaire produisait 2.804 TWh dans le monde et seulement 2.700 TWh en 2000.

    En 2010, les énergies renouvelables produisaient 19,5 % de l’électricité mondiale (dont 3,5 % hors hydraulique). En 2020, les énergies renouvelables produisaient 27,7 % de l’électricité mondiale (dont 11,7 % hors hydraulique).

    En 2010, les fossiles produisaient 67,0 % de l’électricité mondiale. En 2020, c’était 61,3 %. Les pouièmes pour arriver à 100%, ce sont les « divers ».

    En TWh, les fossiles semblent avoir atteint leur plafond en 2018.

    En 2030, selon les estimations de l’IEA, nous serons entre 26 % et 49 % de fossiles dans l’électricité. Pour les renouvelables, ce serait entre 42 % et 61 %. Pour le nucléaire, entre 9 % et 10 %.

    Répondre
  • Selon les hypothèses, les renouvelables seront majoritaires dans l’électricité mondiale entre 2030 et 2040. Eolien et solaire pourraient l’être à eux seuls entre 2040 et 2050.

    Faudra vous faire une raison, les nostalgiques du nucléaire.

    Mensonge habituel, selon lequel le nouveau gouvernement allemand relancerait le nucléaire.

    En réalité, il s’agit du maintien des avions équipés de nucléaire dans les missions de l’OTAN. Rien à voir avec les centrales nucléaires qui auront toutes plié bagage fin décembre 2022.

    En Grande-Bretagne, où le nucléaire EPR bénéficie d’un tarif d’achat très favorable, nous en sommes à l’équivalent de 120 €/MWh en valeur actualisée.

    C’est 20 % à 60 % plus cher que l’éolien en mer britannique en cours de déploiement. C’est plus du double de celui qui sera installé entre 2023 et 2025, bien avant le nucléaire d’Hinkley Point.

    Répondre
    • Rhétorique habituelle chez vous, le monde va vers de plus en plus d’ENRi, donc le nucléaire va (ou doit ?) disparaître, point final.
      C’est une argumentation bien limitée. D’une part, il ne vous a pas échappé que la situation française est légèrement différente de celle du reste du monde, et d’autre part, votre engouement pour les ENRi dans le contexte du réchauffement climatique n’est pas une fin en soi, l’objectif étant, je vous le rappelle, de décarboner les moyens de production. De ce point de vue, remplacer le N par des ENRi est contre-productif. La transition énergétique DOIT être une transition vers des moyens décarbonés, et qu’ils soient ENRi, N, hydro, biogaz ou autre est secondaire.
      Le tout ENRi mène vers une asymptote très médiocre de ce point de vue, on le voit avec l’exemple allemand que vous chérissez pourtant, tout en dénigrant l’excellente performance (pour une fois) du modèle français.
      Quant au prix de l’éolien, c’est toujours la même chimère. C’est une très bonne affaire, mais les pays qui investissent massivement dans cette voie ont les tarifs les plus élevés (et ont une électricité carbonée). 120 €/MWh c’est beaucoup (l’effet de série devrait cependant faire baisser ce chiffre), mais c’est une électricité non intermittente et de meilleure valeur que celle dépendant des aléas météo. Et c’est encore inférieur au prix exorbitant payé pour les 6 parcs éoliens français.

      Répondre
      • Denis Margot comme tous les gogos vous oubliez toujours que le probleme principal c’est l’énergie et pas l’électricité 🤣 vous avez bien vu et vérifié que justement c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. ? 🤣 🤣 approfondissez sérieusement le sujet : à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes et du Co² grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 .. https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265367423_10228025317043129_5170142009943061787_n.jpg?_nc_cat=108&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=_XV6xtYPuYAAX8YMXrS&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=6be1216e5e535c131067ff353b5dc5fb&oe=61B7E522

        Répondre
        • Vous manquez de consistance, vous avez oublié de précisez votre habituel «merde polluante etc. ». Votre lien ne fait que confirmer l’évidence : de + en + d’ENRi pour un bilan carbone toujours exécrable, une baisse de leur charbon (et donc de compétitivité) et une dépendance accrue au gaz russe. Bilan euphorique qui converge vers une asymptote 500 à 1000 % plus émettrice que le bilan français ! Pour le reste, répondez avec des arguments factuels ou abstenez-vous et évitez de polluer ce forum avec des copiés/collés hors sujet que vous ressortez constamment, vous émettez inutilement quelques microgrammes de GES dont les gogos de ce monde se passeraient volontiers.

          Répondre
      • @Margot « Rhétorique habituelle chez vous, le monde va vers de plus en plus d’ENRi, donc le nucléaire va (ou doit ?) disparaître, point final. C’est une argumentation bien limitée. »

        Ce n’est pas un argument mais un constat, et un constat est ce qu’il est et n’est pas concerné par une éventuelle notion de limite de validité. Quand les constats ne vous conviennent pas soit vous les niez, soit vous cherchez à finasser pour les interpréter à l’inverse de ce qu’ils disent clairement…. c’est à cela qu’on reconnait le dogmatique

        Répondre
  • comme promis voici la troisième partie de « La face noire des énergies vertes ».
    3. Implantation de zones de panneaux solaires engendrent de la déforestation dans les Landes et en Gironde.
    Dans les Landes, la tempête Klaus de 2009 a libéré des hectares de forêt et attiré les industriels de cette filière. Certaines communes ayant perdu leurs recettes d’exploitation forestière ont accepté l’offre de loyer en échange de l’implantation de panneaux photovoltaïques. Mais par ce biais elles ont permis de « mettre le pied à l’étrier » à ces promoteurs avides dans la région et cela fait des émules C’est ainsi que maintenant la déforestation se poursuit à marche forcée et ce qui reste des zones humides disparait. La capture du CO² de ces lieux forestiers disparait aussi… Et il est constaté que les reboisements compensateurs légaux proposés en échange se résument le plus souvent à des rangées de pins dans des zones déjà boisées. C’est une sorte de promesse sans suite. En effet, en prenant le cas de ENGIE, il a été vérifié que sur les 44 zones à reboiser, seulement 4 l’ont été effectivement !
    Dans les Landes on parle de 20 000 hectares réservés au solaire soit deux fois la superficie de Paris.
    En Gironde, on voit même de fausses serres et fausses fermes pédagogiques couvertes de panneaux solaires où rien ne pousse !
    Bonne lecture. A suivre donc (il reste encore 1 partie)!

    Répondre
  • Selon le Ministère « transition écologique » et non pas « énergétique », si l’on compare puissance installée et production annuelle nucléaire et éolien :
    1 EPR 2 = 2800 éoliennes.
    En supprimant les énergies fossiles pour tenir l’objectif du GIEC (+2°, de préférence + 1,5 °), il faut faire passer l’énergie électrique produite annuelle à 800 / 900 TWh …imposible sans le nucléaire. L’Académie des Sciences dit 700 à 900 Twh.
    Ces discussions idéologiques, retardant les décisions, vont nous conduire à une panne électrique en 2030 / 2035 !

    Répondre
    • Coudre comme tous les autres gogos vous vous posez des questions qui n’existent même pas : la réalité du terrain l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
    • @ Coudre
      Vous faites clairement partie des gens qui disent n’importe quoi et surtout ce qui leur passe par la tête :
      « 1 EPR 2 = 2800 éoliennes ». L’EPR 2 n’existe pas et quel type d’éoliennes ? Placées où ?
      « il faut faire passer l’énergie électrique produite annuelle à 800 / 900 TWh …imposible sans le nucléaire »
      Ah, vraiment impoZible ? Sur la base de quel raisonnement s’appuyant sur quels chiffres et sortis d’où ? quelle est votre niveau de compétence pour décider de ce qui est possible et pas possible ?
      « vont nous conduire à une panne électrique en 2030 / 2035 » Ah bon vous avez déjà fait les comptes ? Moi je les ai fait et vous avez raison si on ne commence pas à installer du renouvelable partout où c’est nécessaire et possible car sans cela c’est la chute assurée vu que si on doit compter sur le nucléaire en 2030 on sera encore loin d’avoir terminer la construction de vos EPR même si on entreprend leur construction dès demain matin le 10 décembre 2021. Il vaut donc mieux compter sur le renouvelable car il suffit de 2 ans pour construire n’importe quel parc éolien ou PPV ou encore des méthaniseurs.
      Il y a une race de pigeons à fake news sur ces forums qui passent leur temps à raconter n’importe quoi qu’on peut se demander si on fait partie de la même espèce ?

      Répondre
      • Vous insultez tout le monde !
        Oui, j’ai fait les comptes ! Pour remplacer les produits pétroliers et assurer les besoins actuels, il faut 870 TWh électrique.
        L’Académie des sciences , dans son rapport indique 700 à 900 TWh.
        Puissances installées GW / Productions annuelles :
        Nucléaire PI = 63,2 GW , PA = 393,2 TWh. 1 GW nucléaire = 6,22 TWh. 1 EPR 2 1650 MW = 10,26 TWh
        Eolien PI = 17,2 GW , PA = 39,2 TWh. 1 GW éolien = 2,27 TWh 1 éolienne 2,1 MW = 0, 0037 TWh.
        1 EPR = 2770 éoliennes.
        J’ai envoyé mes chiffrages au Président, à la Ministre de l’écologie qiui m’ont félicité ! D’accord, ça ne veut rien dire .
        J’aimerais que vous m’indiquiez combien sera selon vous la production électrique en TWh en 2050, pour le 0 carbone qui implique la suppression des combustibles fossiles : charbon, pétrole, gaz ? Combien d’éoliennes vous prévoyez ?
        N’insultez pas les autres. Présentez vos chiffrages production TWh, puissances installées selon les énergies.

        Répondre
        • Coudre c’est très simple : sortez vosu des vieux canulars pour gogos et lire Negawatt , lire l’ademe , lire RTE et toutes les études scientifiques de plus en plus nombreuses qui prouvent bien que 100% d’ENR c’est possible et URGENT et surtout vérifiez toutes las avancées sur le terrain partout dans le monde qui conforment bien que c’est en train de se mettre en place mais pas assez vite vu l’urgence de la situation …

          Répondre
        • Je n’insulte que ceux qui me prennent pour un imbécile comme vous le faisiez dans votre précédent message….. Et le vous que vous persistez.

          Répondre
        • @Coudre. Votre calcul semble correct, mais il est fait sur une année. Si vous incluez le durée de vie des moyens de production (60 ans pour EPR et 20 ans pour É), le portrait est différent et vous devez multiplier votre chiffre par 3. Donc, 1 EPR est équivalent à 8310 É de 2 MW en reprenant vos hypothèses, disons 8000 pour arrondir. Le béton d’un EPR est à opposer au béton de 8000 É, l’installation d’1 EPR à l’installation de 8000 É, la durée d’installation d’1 EPR à ce que dure l’installation de 8000 É (incluant les recours – des 2 côtés), et le démantèlement d’1 EPR au démantèlement de 8000 É.

          Répondre
          • J’ai un autre calcul à vous proposer :
            Les données du problème :
            Nucléaire :
            Cout EPR : 19,1 G€
            https://actu.fr/normandie/flamanville_50184/nucleaire-le-cout-de-l-epr-de-flamanville-reevalue-a-19-milliards-par-la-cour-des-comptes_34854444.html
            Délai de réalisation 2007 à 2022 : 15 ans
            Puissance de production théorique 1,65 GW Facteur de charge 75% (mais même à 100% sans maintenance ni rechargement d’uranium ni incidents…. Ça ne fera pas le poids. Noter que le facteur de charge du parc existant n’a été en 2020 que de 60,7%)
            Puissance réelle : 1,23 GW
            Production annuelle : 10,8 TWh

            Parc éolien :
            Coût d’une éolienne de 2 MW : 2,6 M€
            (https://www.pole-medee.com/2014/08/combien-coute-une-eolienne/)
            On peut donc construire 7346 éoliennes avec ce que coûte (a déjà couté sans produire) l’EPR de Flamanville.
            Facteur de charge moyen France de l’éolien : 26, 35 %
            https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_%C3%A9olienne_en_France
            Puissance théorique 14,7 GW, puissance réelle 3,9 GW
            Production annuelle : 34 TWh soit 3 fois plus que le nucléaire de l’EPR
            Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.

            Ce calcul est confirmé par une autre méthode basée sur la production effective du parc actuel aboutissant aux mêmes conclusions.
            En 2020 la production électrique de la France a été de 500,1 TWh dont 7,9% d’éolien, soit une production de 39,5 TWh avec 8000 éoliennes. Une simple règle de trois nous montre qu’avec 7346 éoliennes dont le coût total correspond à celui de l’EPR, la production aurait été de 36 TWh soit 2 TWh de différence
            Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.

            Le coût du MWh solaire ayant rejoint celui de l’éolien depuis 2018 le résultat est le même pour le solaire

            Il faut estimer le coût du stockage si tant est qu’il faille stocker, car le stockage est un fantasme inventé par le nucléaire, qui ne sachant pas quoi faire de son électricité la nuit, la stocke sous forme de chaleur dans les millions de m3 d’eau sanitaire. Il suffit par ailleurs de consulter systématiquement les courbes fournies par RTE pour voir que part vent fort l’éolien (bien qu’encore très mal réparti en France) la production est jusqu’à 5 fois celle du vent moyen au niveau duquel il « faudra » équipé le parc pour qu’il fournisse le besoin dans le mixe qui lui aura été assigné. En conséquence par vent fort il y aura une puissance colossale à stocker avec cette électricité quasi gratuite ce qui rendra probablement intéressant le stockage H2 malgré la piètre conversion E->H2->E de 40% au mieux. Ajoutez que dans les ENR le biogaz est dans un état stocké dès sa production et son potentiel, peu développé en France (1,8 % du mixe électrique) qui l’est 5 fois plus en Allemagne, permettrait d’alimenter exclusivement par ce moyen le pays par temps calme et couvert anticyclonique durant 3 mois au moins chaque année avec la méthanisation des simples déchets agricoles. Actuellement l’Allemagne dont le biogaz représente déjà 8,4% du mixe électrique peut assurer son besoin électrique à 100% par cette source 1 mois par an. N’oubliez pas non plus les ENR pilotables, avec les solutions marémotrices, les hydroliennes, les houliennes, ainsi que l’hydraulique de barrage qui marche déjà fort bien, ou encore la géothermie. Ces ressources peuvent ne pas rendre nécessaire le stockage d’excédents éoliens et suffire à couvrir les périodes de productions faibles des variables lorsque les puissances installées de ces dernières seront suffisantes et suffisamment bien reparties pour avoir un effet foisonnement de compensation ….. autant de solutions qui rendent ridicule l’insistance des nucléophiles sur le caractère intermittent lui aussi ridicule puisqu’il s’agit de variabilité et pas d’intermittence qui est le « tout ou rien » présenté aussi de façon toute aussi ridicule comme aléatoire, avec une météo datant de l’âge de la hache de pierre, peut-être, mais plus aujourd’hui. Il y a beau temps que l’on sait ce que le vent attendu demain va produire, et où (façade maritime Nord, Ouest, Sud ? Et dans l’intérieure même chose). La même météo va aussi nous donner la couverture nuageuse et…. Il est temps de revenir au XXI e siècle au lieu de bétonner sur le XXe qui ne restera dans les esprits que le siècle du pillage de la Terre alors que le XXIe se forgera l’image du siècle du recyclage car les matériaux extraits du sol pour capter l’énergie solaire de façon directe ou indirecte ne sont pas transformés en chaleur et seront indéfiniment recyclés avant de retourner à la Terre quand les outils qui les utilisent seront devenus obsolète et qu’ils n’auront pas d’emploi dans leurs successeurs.
            Mais le cas échéant, s’il fallait stocker en batterie Li-ion. Le cout du KWh de Li-ion est à aujourd’hui de 140 euros et supporte 3000 cycle de charge décharge en utilisation automobile et 5000 en stationnaire ce qui ramène le coût du KWh de stockage à 140/5000 = 0,028 €

          • Denis Margot comme tous les gogos vous confondez la durée du contrat d’achat de la production avec la durée de vie de l’installation de production 😂 😂 😂 Allons, ne soyez pas morose, Margot, ça arrive à tout le monde de devoir reconnaître ses torts, et comme les autres gogos vous n’avez même pas l’honnêteté de le faire, c’est tout à votre déshonneur, vous vous améliorerez et très bientôt vous changerez de camp quand vous vérifierez enfin ce qui se développe déjà sur le terrain partout dans le monde et les résultats déjà obtenus …

  • Comme promis voici la quatrième et dernière partie de « La face noire des énergies vertes »
    Nota pour Mr Coudre (qui n’est pas un gogo !) concernant les projections de conso élec pour les 30 ans à venir, merci de voir le point « réflexions personnelles »
    4. Exportation des pollutions dues aux ENRi et leur « recyclage »…
    La silice de nos panneaux solaires est extraite de minerai par des femmes à Leshan en Chine. Puis elle est traitée au prix d’une pollution très importante. Il ne faut pas moins de 280 kg de produits chimiques par kg de silicium produit. En plus son raffinage à très haute température est très énergivore et nécessite, d’une part beaucoup d’électricité venant majoritairement du charbon et, d’autre part beaucoup d’eau. Ces traitements se font dans des conditions sanitaires exécrables et ce sont les Ouïghours qui sont enrôlés de force à cette tâche. Comme les produits utilisés dans ces usines de raffinage mal entretenues sont, entre autres, des acides/bases (acides phosphorique, nitrique, sulfurique, chlorhydrique, ammoniaque,…). Tout ceci se retrouve dans l’air et dans les nappes phréatiques et engendre des maladies et cancers en grand nombre. On se rend compte aussi qu’avec un tel bilan carbone, enlever des forêts captant le CO² au « profit » de ces panneaux solaires est une aberration totale

    Pour finir ce reportage, la question est posée sur le recyclage notamment des pâles en fibre de verre ou de carbone des éoliennes (très difficilement recyclables) qui finissent en friches industrielles ou au mieux enterrées comme aux US, là bas ce sont 55 000 tonnes qui sont mises en décharge de la sorte.
    Concernant les panneaux solaires, la décharge à ciel ouvert d’Accra au Ghana commence à les recueillir. On y voit des enfants au brûlage cherchant des morceaux de métal ou déchets électroniques pour les revendre. Tous ces déchets d’électronique (tels que arsenic, plomb, chrome, mercure) se retrouvent dans ce qu’était des réserves à oiseaux et à poissons qui se jettent ensuite dans la mer par de longues trainées noires.

    En conclusion, entre l’hémisphère nord et sud il y a un tour de passe-passe au niveau de la pollution liée à la création, à la fabrication et à la destruction des éoliennes et des panneaux solaires (et des batteries). L’exemplarité restant en apparence notre !

    Autres réflexions personnelles sur les constats suivants :

    • En 2020, la production d’électricité française est de 500 TWh pour une consommation de 449 TWh.
    Le pilotable représente 89.5%. Il est composé du fossile 7.5%, du nucléaire 67.1%, de l’hydraulique 13% et de bioénergie 1.9%
    Le non pilotable représente 10.5%. Il est composé des éoliennes et les panneaux solaires intermittents.
    • La consommation d’électricité pour les 3 décennies à venir, avec la baisse de consommation des énergies fossiles, va augmenter à cause de l’électrification des industries, des transports et l’arrivée de l’H². Cette consommation pourrait être multipliée par 3.
    • Pour éviter tout black-out, le réseau de distribution d’électricité a besoin d’une stabilité de la fréquence de 50 Hz pour assurer sa fonction distributive sur tout le territoire comme c’est le cas actuellement. Une arrivée trop massive d’ENRi comme veulent le faire les allemands n’est pas supportable. En effet, d’une part, les électroniques de puissance et/ou la capacité de stockage des batteries à un tel niveau seront à genoux en moins de temps qu’il faut pour le dire ! D’autre part, les coûts engendrés sur le réseau sont aussi élevés que ceux provoqués par l’implantation des ENR intermittentes. Ceci sans garantie de résultat (dans l’état de nos connaissances actuelles) !
    • Les Allemands qui ont commencé à comprendre tout ceci. Et malgré qu’ils continuent de s’enferrer dans leur sortie du nucléaire, pour réduire leur CO², sont obligés d’implanter des centrales gaz (avec la taxomie de Bruxelles) en quantité égale à la puissance de leurs ENRi installées afin d’éviter tout black-out. Ils vont aussi s’approvisionner via le nouveau gazoduc Norhstream2.
    La France qui bénéficie encore du nucléaire ne doit surtout pas suivre cette voie désastreuse en réduisant sa part de nucléaire, mais plutôt relancer la construction de réacteurs comme dans les années 80 à 90 où 45 unités ont été installées et sont toujours d’actif;
    • Le prix du gaz ne fera qu’augmenter dans de telles conditions et rejaillira sur tous les prix et la compétitivité de l’Europe.
    • Les mesurettes pour les élections et le pouvoir d’achat des français ne trompent « personne » et seront parfaitement inefficaces dans la durée !
    • Le rôle d’un président de la république eût été de s’entourer d’experts scientifiques & techniques reconnus et de décider, en faisant preuve de maturité, d’une marche à suivre en s’y tenant (le contraire du en même temps).

    Répondre
    • Michel DUBUS bon et maintenant que vous avez bien poste tous les vieux canulars pour gogos vous allez vérifier les vrais infos du terrain ? comme tous les gogos vous oubliez toujours que le probleme principal c’est l’énergie et pas l’électricité 🤣 vous avez bien vu et vérifié que justement c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. ? 🤣 🤣 maintenant la réalité qui se devellope déjà sur le terrain : il faut développer toutes les ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
    • Ah ? La fin de la collection de fake news que les journalistes experts en chiens écrasés déguisés en économistes énergéticiens ont trouvé pour faire le buzz chez les gogos ravis de plonger dans la plus grande stupéfaction avec des cris sur la musique bien connue de COMMENT ? ON NOUS A TROMPE ? ON NOUS CACHE TOUT ! QUEL SCANDALE !

      Répondre
      • @ le toujours même Margot : »l’évidence : de + en + d’ENRi pour un bilan carbone toujours exécrable »
        Non vous lisez mal les stats officielles « l’évidence : de + en + d’ENRi pour un bilan carbone qui s’améliore chaque année »,

        Répondre
        • @toujours le même Rochain. Excès de mauvaise foi chez vous, alors je rectifie : « …pour un bilan carbone qui s’améliore, mais qui reste toujours exécrable », vous comprenez mieux ainsi ? Et vous savez mieux que quiconque, du moins je l’espère, que vous pouvez décroître infiniment et toujours converger vers une asymptote exécrable. Ça ressemble au modèle allemand.

          Répondre
          • Denis Margot comme tous les trolls vous oubliez juste les bases : les chiffres sur le Co² ont été tronques au départ et sont obsolètes car c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole ..donc on améliore le retour Co² de tous les matériaux / matériels et ce quel que soit le domaine .. et je vous remet els bases du terrain auxquelles vous n’avez toujours pas répondu : dans vos délires vous inversez les résultats obtenus sur le terrain car c’est bien les ENR qui font baisser la pollution , le Co² et les GES alors que le nucléaire nous enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes .. RE pour en revenir au réel du terrain en France : vous pouvez expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265228139_10228024406740372_8263854769159689307_n.jpg?_nc_cat=100&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=cg3S1L3rlD8AX_DW6yo&tn=f8hu06NhN0poGG4d&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=7456a0dddc2d5ae57f78f2c1ad4439ea&oe=61B6126B

          • Denis Margot et sur vos canulars sur l’Allemagne : comme tous les gogos vous oubliez toujours que le probleme principal c’est l’énergie et pas l’électricité 🤣 vous avez bien vu et vérifié que justement c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. ? 🤣 🤣 approfondissez sérieusement le sujet : à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes et du Co² grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 .. https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/265367423_10228025317043129_5170142009943061787_n.jpg?_nc_cat=108&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=_XV6xtYPuYAAX8YMXrS&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=6be1216e5e535c131067ff353b5dc5fb&oe=61B7E522

    • À M. Dubus :
      vous écrivez que le rôle d’un président de la république eut été de s’entourer de conseillers scientifiques et techniques et de décider en faisant preuve de maturité…
      Vous avez raison. En même temps les conseillers existent, je parle de ceux qui ne sont pas nécessairement des courtisans. Ils siègent à l’Académie des Sciences, à l’Académie de Médecine… Leurs avis sont très clairs, mais sans effet.

      Il n’y a pas que le président à ne pas les lire : M. Rochain, qui ne préside rien, a même réussi à nier l’existence des derniers avis de l’Académie des sciences à propos du nucléaire (voir le site « Connaissance des énergies »), en juin et juillet de cette année…

      Répondre
      • L’académie des science n’a donner aucun avis sur le sujet de l’économie énergétique, d’ailleurs sur ses quelques 260 membres, à ma connaissance aucun d’entre eux n’a fait carrière dans ce domaine, et en la matière, l’avis d’un spécialiste des collemboles n’est pas plus autorisé que celui de mon pharmacien, ou le mien.
        Sachant cela ce n’est pas 20 noms, soit 7,7% des membres de l’académie, en bas d’un papier à entête de l’académie des science qui traduit l’avis de l’académie dont je connais personnellement plusieurs membres, tous opposés au nucléaire.

        Répondre
      • Rochain est comme le président il n’est « personne » alors laissez tomber !

        Répondre
  • La nouvelle tarte à la crème des intoxiqués du nucléaire, c’est le gaz russe.

    Pour mieux comprendre, la production d’électricité à base de gaz en Allemagne a été pratiquement identique en 2019 (91,6 TWh) à celle de 2010 (89,3 TWh).

    Entre temps, la production d’électricité nucléaire a baissé de 77 TWh : très bien.

    Celle du charbon et lignite a baissé de 91,4 TWh : très très bien. Et donc celle du charbon russe importé.

    Celles de tous les fossiles a baissé de 130 TWh : encore très très bien.

    Celle de tous les renouvelables a augmenté de 146 TWh : plus que très bien.

    Mais c’est bien sûr, tous ces intoxiqués ne veulent pas voir la réalité, avec leur « entre-soi » auto-satisfait de leur supposé « nucléaire über alles » pour des millénaires.

    Répondre
    • Mais Marguerite, vous savez bien que les statistiques officielles ne les intéressent pas, et que la vérité est ce qu’ils croient …. on ne peut rien contre ça, c’est viscéral, religieux ! Il y en a un qui se replient sur la seule chose qui soit vrai bien que ce ne soit pas le plus important : Notre KWh émet moins de CO2 que le KWh allemand et il ne sort pas de là. Quand au bout du programme le KWh allemand émettra moins de CO2 que le français son monde s’effondrera, c’est tout.

      Répondre
      • Waow, Serge Rochain reconnaît un avantage au nucléaire sur l’éolien ! Génuflexions et chapeaux bas ! Mais c’est vrai que c’est un tout petit avantage, juste celui qui permettra de résoudre l’enjeu des bouleversements climatiques. Une paille !
        Et le jour où le kWh allemand fera mieux que le kWh français, tout le monde aura de bonnes raisons de se réjouir, moi le premier (à condition que ce ne soit pas au prix d’une dégringolade catastrophique du kWh français qui aurait, par mégarde, trop investi dans je ne sais quelle recette abracadabrante qui le ferait diverger du très bon score offert par l’atome).

        Répondre
        • Ce n’est jamais un avantage de bénéficier d’un avantage de façon fortuite et croire qu’on est les meilleurs pour cela.
          Cela démontre que vous ne comprenez rien.

          Répondre
          • Donc, selon Rochain, comme le nucléaire n’avait pas pour objectif la diminution des GES lorsqu’il a été installé, il ne peut pas revendiquer son très bon score sur ce point. Par contre, les ENRi qui ont pour objectif un très bon score en GES, mais qui n’y parviennent pas, peuvent le revendiquer. On reconnaît bien l’esprit totalement tordu du grand pourfendeur Rochain qui n’est pas à une contradiction près lorsqu’il s’agit de défendre les ventilateurs.

    • Oui, vous avez raison, tout ceci est très très bien. Et aujourd’hui, la France est à 103 g de CO2/kWh (peut mieux faire), et l’Allemagne à 462 g/kWh (peut encore faire pire).
      Étonnant comment certains (ou certaines) peuvent s’extasier sur une petite amélioration d’un résultat exécrable et faire la fine bouche sur un excellent résultat. Ne seriez-vous pas vendeuse d’éolienne, à tout hasard ?

      Répondre
  • D’aucuns croient que le nucléaire français sera un long fleuve tranquille pendant des décennies. Rien n’est moins sûr.

    Bon, mettons les pieds dans le plat des nucléophiles.

    Sur les 56 réacteurs nucléaires actifs (disons, plus ou moins), 36 vont atteindre 50 ans dans les 14 prochaines années et 48 dans les 19 prochaines années.
    Combien seront encore prolongés de dix ans à ce moment, si leur cuve n’est pas devenue trop fragile (donc trop dangereuse) d’ici-là ?

    Au rythme de mise en service de nouveaux réacteurs, 15 ans prévus pour l’EPR, de 11 à 16 ans pour ses prédécesseurs, il ne faut guère compter sur de nouveaux réacteurs nucléaires pour les remplacer.

    Alors, construire des centrales à gaz vite fait ou investir massivement dans les énergies renouvelables ?

    En particulier éolien et photovoltaïque dont la construction est rapide et le coût bien inférieur à celui du nouveau nucléaire … et même de l’ancien pour les grandes centrales solaires.

    Avec de la biomasse solide, liquide et gazeuse bien entendu, et pourquoi pas une partie de gazéification thermique.

    Répondre
    • Là Marguerite vous allez trop loin pour eux, vous avez un langage incompréhensible… je vois même déjà le retour :
      « Pfft les centrales actuelles on peut les prolonger jusqu’à 80 ans et même plus, la preuve, ils l’ont fait en Amérique ! »
      Combien vous pariez ?

      Répondre
        • Mais vous vous bétonnez dans la connerie magistrale et toujours sans aucun argument. Si ça ne venait pas d’un con je serais flatté d’être votre seul souci.

          Répondre
          • Sachez Rochain que vous n’avez aucun droit d’insulter les gens. Vous ne comprenez rien à l’art du débat, vous êtes incapable d’accepter les divergences de vue et plutôt qu’être un souci, vous êtes un mufle dont la réaction est tellement prévisible qu’elle en devient risible.

          • J’en ai mare d’expliquer à des cons que je n’insulte que ceux qui m’insultent eux même en me prenant pour un con et qui viennent ensuite pleurnicher avec des messages comme le votre

          • Rochain
            1) Je ne vous insulte pas
            2) Je ne vous prends pas pour un c…
            3) Si malgré tout vous avez l’impression d’en être, je ne peux rien faire pour vous.

  • Un groupe de quelques vieux inadaptés usurpe le nom de l’Académie des sciences pour une propagande nucléaire, sans demander l’avis de toute la confrérie. Ce groupe d’environ 25 vieux (quelques exceptions) est composé de 4 à 6 professionnels du nucléaire, 2 ou 3 en relation plus ou moins directe avec l’énergie, et le reste sans aucun rapport avec le sujet.

    Quelle importance peuvent avoir leurs propos pour les gens qui ont un cerveau et utilisent celui-ci à bon escient ?

    Pour l’instant, un EPR ne produit rien. Pour d’éventuels EPR2, attendons 2040 pour y voir un peu mieux.

    [ Rectificatif : ce n’était pas 2.804 TWh de nucléaire dans le monde en 2010, mais en 2006. En 2010, c’était 2.768 TWh.]

    En constatant que le nucléaire produit moins d’électricité dans le monde en 2019 et en 2020 qu’il y a quinze ans, en 2006, comment croire que celui-ci ait une quelconque efficacité pour éliminer les énergies fossiles dans l’électricité ?

    Electricité qui ne contribue qu’à 20,4 % des émissions de gaz à effet de serre, ce qui relativise beaucoup le bavardage habituel sur le sujet.

    Répondre
    • Il va falloir pour être tranquille supprimer tous ceux qui ne pensent pas comme toi. A quand la nuit des longs couteaux?.

      Répondre
      • Michel DUBUS pas la peine de les supprimer ils se ridiculisent tout seul comme tous les gogos qui gobent la désinformation sans jamais rien vérifier de se qui se passe réellement sur le terrain 😂

        Répondre
  • A M. R.
    Vous ignorez tout de ma résidence ,évitez d’en parler . Mais moi je n’aurais jamais supporté de vivre avec un monstre de métal dans mon jardin , comme la plupart des personnes sensibles à leur cadre de vie ..

    Répondre
    • Vous avez raison, à quelques km, loin de cet alignement de pylônes, sur un petit affluent de la Seine, il y avait un pont occupé par une poignée de marginaux qui certainement ne supportaient pas, comme vous, d’avoir une des quatre pattes d’un pylône de 90m de haut dans leur jardin. Je suis sur qu’ils vous auraient bien accueilli dans leur communauté.

      Répondre
      • M.R. Encore une fois épargnez nous vos visions quelques peu gratuites de la vie des intervenants .. Je n’ai rien à voir avec les personnes que vous évoquez .
        Restons en aux réalités vécues .et aux éoliennes indiscrètes .

        Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective