Sanctions américaines: Berlin table sur un léger retard du gazoduc Nord Stream 2

Le projet de gazoduc russe controversé Nord Stream 2 sera terminé malgré les sanctions américaines mais avec un léger retard de quelques mois au deuxième semestre 2020, a affirmé lundi un responsable gouvernemental allemand.

Ces sanctions vont “retarder l’achèvement de Nord Stream 2 en mer Baltique, mais je pense que le pipeline sera terminé au cours du second semestre de l’année prochaine”, a affirmé Peter Beyer, coordinateur transatlantique du gouvernement allemand, à la radio publique Deutschlandfunk.

Ce gazoduc, qui doit permettre de doubler les livraisons directes de gaz naturel russe vers l’Europe occidentale en passant sous la mer Baltique pour arriver en Allemagne, devait initialement être achevé début 2020 en vue d’être opérationnel au milieu de cette même année.

“Il existe des alternatives, mais elles seront retardées et entraîneront également des coûts plus élevés”, a affirmé M. Beyer, qui a estimé que ces récentes sanctions faisaient “beaucoup de mal”.

“Ce n’est pas correct entre amis”, a-t-il ajouté.

Le président américain Donald Trump a promulgué vendredi une loi imposant des sanctions contre les entreprises associées à la construction de Nord Stream 2 et TurkStream, estimant que ces ouvrages vont accroître la dépendance des Européens au gaz russe et ainsi renforcer l’influence de Moscou.

Les Etats-Unis ont justifié leurs sanctions par leur volonté de soutenir Kiev, en conflit avec la Russie depuis l’annexion de la Crimée en 2014 et la guerre dans l’est de l’Ukraine.

Ces sanctions ont été dénoncées avec force par Berlin, principal bénéficiaire de Nord Stream 2, comme par l’Union européenne, qui dénoncent une “ingérence” américaine dans les affaires européennes.

Première conséquence des sanctions, l’entreprise suisse Allseas, chargée de poser les pipelines, a annoncé samedi qu’elle suspendait sa participation au projet en attendant “des clarifications”.

Réfutant des contre-mesures, M. Beyer a indiqué que ce conflit devait se résoudre “sur le plan politique”.

Le gouvernement allemand a rappelé lundi être sur la même ligne en privilégiant “les discussions, tout en continuant à exprimer que nous n’approuvons pas cette pratique de sanctions extraterritoriales”, a indiqué Ulrike Demmer, porte-parole du gouvernement, lors d’une conférence de presse.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a de son côté expliqué lundi que la Russie “analysait la situation”, estimant à nouveau “inacceptables” ces sanctions.

“Nous sommes convaincus que même de telles mesures n’empêcheront pas de terminer la construction d’un projet aussi important”, a-t-il déclaré, précisant que le Kremlin ne laissera pas de telles sanctions “sans réponse”.

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective