La Roumanie fait un pas vers une extraction de gaz en mer Noire

Les sénateurs roumains ont voté mercredi une proposition de loi ouvrant la voie à l’extraction du gaz en mer Noire, un pas crucial pour compenser les importations russes, ciblées par des sanctions des Occidentaux depuis l’invasion de l’Ukraine.

Adopté à une large majorité, le texte qui vise à « assurer la sécurité énergétique » de la Roumanie et lui permettre à terme de devenir un exportateur de gaz amende une loi adoptée en octobre 2018, dont les conditions restrictives ont bloqué tout projet d’extraction offshore.

Il doit encore être soumis au vote des députés, a priori une formalité, pour une entrée en vigueur dès fin juin.

Exception au sein de l’Union européenne, la Roumanie dispose d’importantes réserves à terre mais doit encore se tourner vers la Russie en hiver pour couvrir environ 20% de ses besoins en gaz.

Selon des estimations de la société d’audit Deloitte datant de 2018, 170 milliards de mètres cubes de gaz pourraient être extraits d’ici 2040 en mer Noire, soit l’équivalent de 15 ans de consommation roumaine.

Le gaz offshore pourrait en outre apporter 26 milliards de dollars de recettes publiques sur une période de 23 ans d’exploitation envisagée, précise la même étude citée par les initiateurs de la proposition de loi.

Afin de vaincre les réticences des investisseurs, le texte promet un « système fiscal compétitif » et le respect des « principes d’un marché libre », alors que la loi de 2018 prévoyait l’obligation de vendre sur le marché local au moins 50% du gaz extrait.

Malgré ces assouplissements, la compagnie Black Sea Oil and Gas (BSOG), qui table sur une production annuelle de 1 milliard de m3 par an, a récemment déploré le maintien d’impôts progressifs sur les revenus des producteurs, laissant planer le doute sur le début de l’extraction, prévu cet été.

Le géant américain ExxonMobil avait pour sa part décidé en novembre de vendre sa part dans un important projet en mer Noire appelé Neptun Deep -une concession s’étalant sur 7.500 km2 et détenue à parts égales avec le groupe autrichien OMV.

C’est la compagnie Romgaz, contrôlée par l’Etat roumain, qui a racheté ces parts.

Selon Bucarest, les groupes gaziers et pétroliers, ExxonMobil en tête, ont à ce jour investi plus de 3,5 milliards de dollars dans des projets d’exploration et de développement en mer Noire.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective