Rénovation-énergétique-avance

Rénovation énergétique : ça avance, mais…

Face aux dérèglements climatiques, les vagues de chaleur seront, dans les prochaines années, de plus en plus récurrentes et intenses. Et celle de ce mois de juin nous rappelle que la précarité énergétique ne survient pas simplement en période hivernale : les nombreux foyers français souffrant du froid souffrent aussi de la chaleur. L’AFP mentionnait récemment qu’il s’agit là d’une précarité peu documentée. En Europe, les données les plus récentes datent déjà de dix ans. Et elles indiquaient qu’un Européen sur cinq vivait dans un logement à la température inconfortable l’été, la France se situant dans cette moyenne.

Plus d’aides ?

Une précarité oubliée qui est une raison supplémentaire de pousser la rénovation énergétique. Au placard, les ventilateurs et les climatiseurs ! Car 2022 n’est pas 2012 et désormais, cap est mis sur l’amélioration de la performance thermique des logements. Elle est garante de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, d’économies substantielles sur vos factures et d’une meilleure inertie des bâtiments. Voilà ce que l’on peut trouver sur la brochure et, il faut bien l’admettre, c’est plutôt vendeur. Et les chiffres traduisent effectivement une augmentation des rénovations énergétiques en France, notamment depuis le plan de Relance de 2020 et la hausse significative des aides.

Le principal dispositif MaPrimeRénov’ a permis de financer 650 000 chantiers l’an dernier. Et sur les quatre premiers mois de 2022, ce sont déjà plus de 200 000 subventions qui ont été accordées. Fort de cette dynamique, l’État table sur 700 000 rénovations par an.

Il faut donc isoler davantage. Certes. Mais l’État ne risque-t-il pas de bientôt se heurter à un plafond de verre ? Nombre de Français semblent encore s’en remettre aux ventilateurs ou aux climatiseurs. C’est du moins ce que suggère (indirectement) une étude de la société BVA, relayée par BFMTV. Si 55 % d’entre eux considèrent la rénovation des logements mal isolés comme une priorité, le coût des travaux est, en revanche, rédhibitoire pour 71% des sondés. Une proportion qui tombe à 37% pour les sondés gagnant plus de 3000€. La solution pour eux serait – roulements de tambour – un accroissement des aides. Ainsi, 44 % des personnes interrogées suggèrent une déduction d’une partie des frais engagés de leurs impôts. Ou encore – pourquoi pas ? – une exonération de taxe foncière le temps des travaux. Pour répondre à la crise engendrée par la Covid 19, l’État avait déjà largement musclé les dispositifs de soutien à la rénovation énergétique. Alors si de nouveaux dispositifs peuvent faire sauter les derniers verrous…

Cap sur l’indexation ?

Sauf que l’État pourrait bientôt devoir faire face à un frein supplémentaire dont le contrôle risque d’être plus hasardeux. Car le rythme des rénovations énergétiques pourrait bien enregistrer quelques fausses notes. La faute à l’inflation, à la crise des matériaux et à l’explosion des coûts de l’énergie et, par ricochet, ceux des travaux, un aspect hautement dissuasif.

Il va sans dire que le modèle doit évoluer pour maintenir au moins le rythme des rénovations énergétiques, à défaut de convaincre les plus dubitatifs. L’une des idées avancées serait d’indexer les aides sur l’inflation et la hausse des prix des matériaux pour compenser les hausses de devis, lesquels pourraient bondir de 5 à 30 % selon la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb). A défaut, le reste à charge des Français bondirait et, avec lui, le pourcentage de réfractaires.

 

commentaires

COMMENTAIRES

  • La Qualité des Travaux d’isolation réalisée est aussi une réalité avec des proportions de malfaçons importantes sur le volume total des travaux…

    La valorisation des métiers du batiment est à revoir et clairement avec le décallage de l’age de la retraite et les salaires moyens, cela n’incite pas les jeunes à rester dans ce secteur qui peut être éprouvant physiquement…

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective