Renouvelables, stockage, microgrids : le plan de transition énergétique de Biden suscite de fortes attentes

Un article signé Think smartgrids, site partenaire.

L’une des mesures les plus emblématiques du programme du nouveau Président consiste en un vaste plan de transition énergétique, chiffré à 2 000 milliards de dollars sur quatre ans, qui doit permettre aux États-Unis d’atteindre la neutralité carbone en 2025 pour la production d’électricité.

Dans son plan « Clean Energy  », rendu public en juillet dernier, le candidat démocrate entendait adosser ses ambitions climatiques à une politique industrielle forte : « La transformation du secteur électrique américain – et l’électrification d’une part croissante de l’économie – représente le plus grand moteur de création d’emplois et d’opportunités économiques du 21e siècle » : investissements massifs dans l’efficacité énergétique des bâtiments, rénovation de quatre millions de bâtiments commerciaux, isolation de 2 millions de maisons particulières d’ici à quatre ans, construction de 500 000 stations de recharge, transports en communs propres dans les villes de plus de 100 000 habitants, incitations à l’achat de véhicules électriques fabriqués aux États-Unis et passage de la flotte gouvernementale à des véhicules électriques (et création d’un million d’emplois dans la voiture électrique).

Ses auteurs misaient sur la réforme et l’extension des crédits d’impôt et la mise en place de mécanismes de financement innovants pour mobiliser l’investissement privé. Ils prévoyaient l’établissement d’une norme d’efficacité énergétique et d’électricité propre (Energy Efficiency and Clean Electricity Standard, EECES) à l’intention des opérateurs de réseaux électriques.

Le Plan « Clean Energy » consacrait de longs développements à la modernisation des réseaux électriques. « Pour construire la prochaine génération de transmission et de distribution du réseau électrique, le plan prévoit « d’accorder la priorité à la remise sous tension des lignes qui existent déjà avec une nouvelle technologie (…) et mettra à profit les percées que nous avons obtenues dans le stockage de l’énergie au cours de la dernière décennie avec des achats et des investissements historiques pour mettre l’avenir à la portée des grands opérateurs comme des coopératives rurales ».

Il prévoit d’allouer 400 milliards de dollars au cours du premier mandat à l’achat public (sur budget fédéral) « des principaux intrants d’énergie propre, tels que les batteries et les véhicules électriques, qui aideront à positionner les États-Unis en tant que leader mondial de l’énergie propre ».

300 autres milliards, enfin, étaient prévus pour la Recherche-Développement, avec la création d’une nouvelle agence pour les projets de recherche avancée sur le climat (Advanced Research Projects Agency on Climate).

Calquée sur l’RPA, cette agence aura pour objectif de développer le stockage d’énergie raccordée au réseau « pour un dixième du coût des batteries lithium-ion » ou encore de tirer parti des énergies renouvelables pour « produire de l’hydrogène sans carbone à un coût inférieur à celui de l’hydrogène à partir du gaz de schiste grâce à l’innovation dans des technologies telles que les électrolyseurs de nouvelle génération ».

Un soupir de soulagement dans le secteur des énergies renouvelables

Le secteur de l’énergie propre a poussé un « soupir de soulagement » lors de l’annonce des résultats, selon RenewableEnergyWorld.

Le plan de relance de 2000 milliards proposé par l’administration Trump (et qui n’a finalement pas été adopté, faute d’accord au Congrès) ne prévoyait aucune mesure en direction des énergies renouvelables.

La Chambre des Représentants (à majorité démocrate) avait, pour sa part, prévu de débloquer, dans le  Moving Forward Act, 70 milliards pour soutenir les énergies renouvelables, la modernisation du réseau, les mesures de résilience et les microgrids : cette législation adoptée par la Chambre avait été rejetée par le Sénat.

Dans les jours qui ont suivi le résultat de l’élection, les principales associations professionnelles des énergies renouvelables ont salué le nouveau Président, tout en exprimant leurs attentes.

  • « Nous sommes impatients de travailler avec (la nouvelle) administration et le Congrès (…) Le solaire a toujours un taux d’approbation de 90% et la majorité des Américains, sur une base bipartisane, soutiennent l’action contre le changement climatique. L’énergie solaire crée des emplois dans les quartiers Républicains comme dans les quartiers démocrates et améliore l’environnement » (Solar Energy Industries Association, SEIA)
  • « Le secteur éolien américain et sa main-d’œuvre croissante de plus de 120 000 Américains sont prêts à aider à mettre ce plan en action et à soutenir l’administration Biden dans la réalisation de l’immense promesse des énergies renouvelables pour créer des emplois bien rémunérés et atteindre l’objectif présidentiel d’une Amérique sans carbone d’ici le milieu de ce siècle » (American Wind Energy Association)
  • « Le secteur des énergies renouvelables du pays a hâte de travailler avec la nouvelle administration et le nouveau Congrès. Avec plus de 60 milliards de dollars d’investissements annuels et deux des catégories d’emplois à la croissance la plus rapide du pays (techniciens d’éoliennes et installateurs d’énergie solaire) l’énergie renouvelable peut aider à relancer l’économie américaine, comme elle l’avait fait en 2009 ». (American Council on Renewable Energy (ACORE)

Fortes attentes de la part des acteurs du stockage

La jeune industrie du stockage d’énergie avait noté en juillet dernier la place accordée au stockage dans le Plan Biden pour une « Energie propre » ainsi que dans le Moving Forward Act.

Ce projet de loi proposé par les démocrates etablissait « un programme de recherche au sein du ministère de l’énergie (DOE) pour les systèmes de stockage de l’énergie, les composants et les matériaux ». Il exigeait du secrétaire à l’énergie « qu’il adopte des objectifs à long terme pour les applications de systèmes de stockage d’énergie ».

Il allouait 175 millions de dollars par an à la recherche, sur cinq ans, 100 millions de dollars de subventions par an pour financer le développement de systèmes pilotes de stockage de l’énergie et 150 millions de dollars pour un programme de démonstration.

L’Energy Storage Association (ESA) a salué l’élection du nouveau Président. Elle s’attend a recevoir « un fort soutien de la nouvelle administration ». Elle rappelle « qu’au moins 100 GW de stockage d’énergie sont nécessaires au cours de la prochaine décennie pour soutenir le développement de ressources énergétiques distribuées et de véhicules électriques. Le stockage de l’énergie sera également de plus en plus essentiel pour que les communautés de première ligne disposent d’un service électrique résilient aux événements climatiques extrêmes, comme les vagues de chaleur, les incendies de forêt, les tempêtes et les ouragans, ainsi que pour réduire notre dépendance à l’égard des centrales à combustibles fossiles situées dans ou à proximité des communautés historiquement accablées. par la pollution atmosphérique ».

L’ESA recommande l’adoption d’une nouvelle législation pour rendre le stockage d’énergie autonome éligible aux crédits d’impôt à l’investissement avec une similaires à ceux dont bénéficient d’autres technologies d’énergie propre et l’augmentation des investissements fédéraux dans la résilience des systèmes électriques.

Une impulsion attendue pour les microgrids

Les microgrids pourraient bénéficier d’un fort coup de pouce, en réponse aux incendies de forêt, des ouragans, de la pandémie et des problèmes d’équité énergétique. Selon MicrogridKnowledge, 546 microgrids ont été installés l’an dernier aux États-Unis. Environ 86 % d’entre eux étaient au moins en partie alimentés par des générateurs à combustibles fossiles, selon les législateurs.

Les acteurs des microgrids avaient fortement pesé sur la rédaction du Moving Forward Act. Celui-ci prévoyait « des subventions et une assistance technique aux coopératives électriques rurales (…) pour aider à la conception et la démonstration de projets de stockage d’énergie et de micro-réseau utilisant de l’énergie provenant de sources renouvelables sources ».

Ils ont aussi en mémoire le projet de loi sur les communautés résilientes à l’énergie (Energy Resilient Communities Act) introduit à la Chambre par deux élus démocrates, de Californie et de New York qui prévoyait 1,5 milliard de dollars de subventions annuelles pour les microréseaux d’énergie propre « afin de soutenir les infrastructures essentielles nécessaires à la suite d’un événement météorologique extrême », dont 150 millions de dollars de financement annuel pour les subventions soutenant les systèmes énergétiques communautaires, avec une priorité à la « justice environnementale ».

Volatilité des cours des actions énergétiques américaines

Les sondages ont pesé sur le cours des actions des sociétés engagées dans la transition énergétique a été volatile au cours des derniers mois. Les cours ont été spécialement volatiles au lendemain de l’élection, observe  Standard and Poors. Power Technology constatait le 10 novembre une remontée des cours boursiers des sociétés d’énergie renouvelable.

Pour le Wall Street Journal, « l’un des meilleurs moyens de gagner de l’argent à Wall Street récemment a été de parier contre l’industrie des combustibles fossiles et d’acheter des actions d’énergies renouvelables. Une tendance qui pourrait s’accélérer après l’entrée en fonction du président ».

Incertitudes

La mise en œuvre du plan Clean Energy repose assez largement sur la capacité des démocrates à obtenir une majorité au Sénat. Sans celle-ci, le Président devra chercher des compromis avec le Congrès pour faire avancer son programme.

Il pourra, certes,  user du pouvoir exécutif, au travers de décrets présidentiels (comme Donald Trump et Barack Obama avant lui). Ces décrets pourraient cependant être contestés devant les tribunaux fédéraux qui comptent de nombreux juges nommés par l’ex-président.

Le Washington Post, observe, toutefois  « qu’un certain nombre de facteurs facilitent la mise en œuvre de politiques climatiques plus ambitieuses qu’il y a à peine quatre ans. Le prix de l’énergie solaire et éolienne a chuté, l’industrie du charbon a diminué et les Américains associent de plus en plus les catastrophes qu’ils subissent en temps réel – y compris les incendies de forêt, les ouragans et les sécheresses plus intenses – avec le réchauffement climatique ».

La prochaine étape sera le choix des personnes pour les postes de haut niveau dans le domaine de l’environnement et pour le poste de Secrétaire de l’intérieur.

Mary Nichols (qui a mis en œuvre plusieurs des politiques climatiques les plus avancées du pays pendant plus d’une douzaine d’années en tant que présidente du California Air Resources Board) est l’une des principales candidates à la tête de l’Agence pour l’Environnement (EPA). La coordination de la politique Energie-Climat à la Maison Blanche pourrait être confiée a un vétéran de l’administration Obama.

En tout état de cause, même en cas de blocage au Sénat, certains estiment, comme Claire Volkwyn, éditeur de Smart-Energy, que « les États continueront de mener leurs propres politiques sensibles au climat, comme ils l’ont fait au cours des quatre dernières années. Les entreprises, les villes et les États continueront de s’engager à atteindre des objectifs de zéro net, même si ces progrès seront plus lents que s’ils étaient soutenus par un mandat ou un financement fédéral ».

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective