reforme marche de lelectricite est lecon cooperation faveur solidarite europeenne - Le Monde de l'Energie

La réforme du marché de l’électricité est « une leçon de coopération en faveur de la solidarité européenne »

Le Monde de l’Énergie ouvre ses colonnes à Maïlys Météreau et Benoît Calatayud, spécialistes de la transition énergétique, récents auteurs pour la Fondation Jean Jaurès de l’article Marché européen de l’électricité : investir dans la transition énergétique, protéger les consommateurs, pour évoquer avec eux le rôle du marché européen de l’électricité dans la crise énergétique démarrée fin 2021, et sur ses évolutions possibles.

Le Monde de l’Énergie —En quoi les lacunes du marché européen de l’électricité sont-elles, selon vous, à l’origine de la hausse des prix en 2021-2023 ?

Maïlys Météreau et Benoît Calatayud —Si nous devions mettre en valeur un point positif dans cette crise, c’est celui de la force de l’intégration solidaire des marchés européens de l’énergie et la qualité de son fonctionnement.

Le marché de gros a su transmettre des signaux de rareté, se traduisant pas des prix élevés lorsque la demande en électricité est supérieure à l’offre de production. Il a optimisé la gestion de la production à l’échelle du continent tout au long de la crise. Aucune rupture d’approvisionnement n’a eu lieu au plus fort de la crise, alors même que les prix de l’énergie ont fait craindre un risque fort de recours aux délestages : coupures de clients et réduction de puissance du fait d’une insuffisance de production.

Néanmoins, le marché de gros a deux lacunes. Premièrement, il ne permet pas de transmettre des signaux économiques de long terme supérieurs à trois ans. Ces signaux sont pourtant importants, car ils donnent de la visibilité aux acteurs de marché à l’amont pour investir dans la transition énergétique (capacités de production d’énergies renouvelables et stockage par exemple) et aux consommateurs à l’aval sur les prix de l’énergie. Deuxièmement, le marché de détail, c’est-à-dire le marché de la fourniture d’électricité et de gaz naturel à des clients finals par l’achat d’électricité sur les marchés de gros, absorbe et transmet toutes les variations de prix aux consommateurs.

Nous estimons que le manque d’investissement dans les capacités de production électriques par les acteurs du marché de détail (grands consommateurs et fournisseurs) participe à les rendre vulnérables aux variations de prix de court terme. En privilégiant le court terme, ils n’ont pas d’autres choix que d’acheter l’électricité à tout prix sur les marchés de gros y compris quand son coût atteint des sommets.

Le Monde de l’Énergie —Pourquoi les réponses mises en place vous semblent-elles contre-productives à moyen terme, tant d’un point de vue économique que climatique ?

Maïlys Météreau et Benoît Calatayud —L’Union européenne a permis aux États membres d’intervenir de manière conjoncturelle pour réduire l’impact immédiat de la volatilité des prix sur les marchés de détail et donc sur les consommateurs. L’objectif de ces mesures a été atteint en France, puisque les boucliers tarifaires ont permis de conserver la compétitivité des industriels et ont évité une catastrophe sociale d’ampleur– bien que des ménages continuent de souffrir de ses effets …

Toutefois, nous soutenons que ces mesures de court terme doivent maintenant laisser place une amélioration structurelle du marché par la coopération européenne et la planification d’un marché moins volatile.

Nous estimons qu’elles seront contre-productives sur le long terme en raison de leur coût élevé pour les dépenses publiques : environ 40 milliards d’euros pour la France et ce chiffre n’est pas consolidé. Aussi, ces mesures n’ont pas été parfaitement coordonnées à l’échelle de l’Union, du moins pas au-delà de ce que permet le cadre commun des aides d’État pour répondre à la crise. Ce qui peut conduire à terme à des distorsions de concurrence entre Etats membres et nuire à l’intégration du marché.

Enfin, sur le plan climatique, certaines mesures ont été à l’encontre de l’objectif de transition énergétique en mobilisant de façon massive la production carbonée pour maintenir notre mode de consommation dépendant au fossile. C’est le cas du terminal méthanier flottant construit au large du Havre en catastrophe, qui maintient notre dépendance au gaz importé et maintenant au schiste américain qui est une catastrophe environnementale.

Le Monde de l’Énergie —Que pensez-vous du projet de réforme du marché de l’électricité actuellement sur la table ?

Maïlys Météreau et Benoît Calatayud —C’est une très bonne réforme ! Elle encourage le développement des contrats de long terme et réaffirme la dimension européenne du marché de l’énergie. C’est une leçon de coopération en faveur de la solidarité européenne dont nous avons besoin aujourd’hui encore plus qu’hier au regard du contexte géopolitique.

Nous estimons que les outils règlementaires qu’elle met à disposition des Etats membres pour réduire la volatilité des prix sont complètement pertinents : CfD et PPA.

Nous sommes très favorables à l’usage des contrats pour différence bidirectionnels (CfD) pour soutenir les énergies renouvelables et bas carbones. Ils permettent d’investir dans la transition énergétique et de maîtriser la dépense publique en organisant un partage des coûts et des recettes entre les producteurs et les consommateurs.

Nous soutenons le développement des PPA, qui sont des contrats directs entre un producteur et un consommateur/fournisseur. Ils participeront à renforcer la liquidité du marché de gros et à former des prix moins dépendant des chocs conjoncturels.

Le Monde de l’Énergie —Quelles mesures complémentaires vous semblent nécessaires pour réduire la volatilité des prix et favoriser la décarbonation de l’économie européenne ?

Maïlys Météreau et Benoît Calatayud —En France le nucléaire représente environ 70% de la production électrique. Réguler son prix stabilise une part non négligeable de la facture des consommateurs à l’aval et encadre la capacité d’investissement de l’exploitant EDF à l’amont. Le nucléaire a donc un pouvoir de stabilisation des prix important compte tenu de sa prépondérance dans le mix électrique et dans la facture des consommateurs.

Concernant l’avenir de l’ARENH, nous défendons dans notre article une régulation via des CfD fixant un prix plafond et plancher sur 100% de la production. Toutefois, l’accord trouvé entre le gouvernement et EDF sur un prix plafond, autour de 78 €/MWh, est une avancée positive qui doit être plus étayée. Cet accord concerne 100% de la production nucléaire, y compris les nouveaux investissements, là où l’ARENH ne vise qu’un tiers de la production nucléaire d’EDF et des actifs déjà amortis. Pour rassurer les consommateurs sur la stabilité de leurs factures d’électricité, l’accord doit être clarifié. En effet, la seule certitude de captation de 90% de la rente concerne un plafond de prix fixé à 110 €/MWh, les modalités de mise en vente des volumes par EDF et de redistribution aux consommateurs des revenus dépassant les plafonds de prix ne sont pas connus. L’absence de ces éléments ne permet pas d’évaluer correctement les effets bénéfiques de ce mécanisme sur le marché, et sur le pouvoir d’achat des ménages sur le long terme.

En complément, nous estimons que les mesures suivantes, favorisant la liquidité des produits à terme sur les marchés de gros, participeront à réduire la volatilité des prix et à décarboner l’économie européenne : (i) l’instauration d’obligation de couverture prudentielle avec des produits de long terme pour les fournisseurs et grands consommateurs, intégrée à la méthode de fixation des tarifs réglementés de vente d’électricité dans des proportions qui ne nuisent pas à la concurrence sur le marché de détail, (ii) la mise en place de teneurs de marché publics et (iii) les enchères de produits à terme adossées aux marchés de gros, comme l’a fait EDF sur 100 MW en septembre dernier.

 

commentaires

COMMENTAIRES

  • La véritable révolution du marché de l’électricité sera de déterminer le prix de ce qu’il coûte réellement de le produire, et non pas de décider de son prix sur celui de la production du moyen de production le plus couteux, le gaz ! Cette méthode de calcul valorise les production à bas coût au prix le plus élevé, et c’est simplement pour cette raison que le prix de l’électricité est abusivement élevé, au grand bonheur des producteurs à bas coût qui n’ont donc aucun intérêt à produire plus ,afin que le recours au gaz soit systématique !
    Serge Rochain

    Répondre
    • @ »Père Vert » Serge,

      Ce ne serait pas une « Révolution », juste de retourner au système précédent, ie : EDF avec un quasi monopole… pour avoir des Prix « justes ».
      En ce moment on paye des myriades de « distributeurs de factures » qui ne produisent rien et ne font que du commerce sur le Dos d’EDF donc des Français…

      Les moyens de production, type Solaire qui sont incapables de produire plus de 2000 heures par An (une année faisant 8760 heures !) ne sont pas de référence de prix en 24/7 sur une Année et de plus, le solaire produit beaucoup en été ou pour le moment les besoins électriques sont les plus faibles….
      Pour l’éolien, si il y a une corrélation de dimensionnement avec un parc hydraulique conséquent, cela peut être bien, sinon c’est effectivement le GAZ !!!

      Répondre
      • apo le solaire qui n’est qu’une partie des ENR produit toute l’année .. et oui apprenez au moins qu’il fait jour tous les jours .. qu’il produit pendant les besoins du secteur tertiaire et que justement l’été nos vielles chaudieres polluantes sont à l’arrêt même cette évidence de base je doute que vous puissiez la comprendre tant votre aveuglement vous empêche de comprendre les bases du sujet …

        Répondre
  • Tout d’abord, je me permets de rappeler que les CfD existent en France depuis plusieurs années. Ils sont mis en oeuvre dans le cadre du système d’appel d’offre créé pour permettre le développement des énergies renouvelables. Les exploitants d’éoliennes et de panneaux solaire ont même pu découvrir récemment que si le CfD garantit un revenu minimal, en revanche il implique aussi le remboursement des surprofits générés lorsque les prix de marché sont élevés.
    Ensuite, je rappelle que la présence sur le réseau de moyens de production intermittents est un facteur de volatilité des prix et non de stabilité. Plus il y a des moyens de ce type sur le marché, plus les prix sont volatiles.
    Enfin, Marcel Boiteux, qui vient de nous quitter a donné dans les années 1950, la recette pour éviter le recours aux centrales de pointe dont les coûts de production sont très élevés: il faut maximiser la présence sur le réseau des moyens de base compétitifs comme le nucléaire. Or l’UE n’a pas eu la volonté d’imposer une politique énergétique commune privilégiant les moyens de production de base pilotables, décarbonés et peu onéreux comme le nucléaire alors qu’elle a fortement poussé au développement des énergies renouvelables intermittentes. Ce n’est donc pas dans l’éolien et le solaire qu’il faut investir et l’extension des contrats de type CfD et PPA aux autres moyens de production décarbonés devrait y inciter.

    Répondre
  • Le Niveau de l’article est tout de même consternant en quelques points, extrait : «  » Le marché de gros a su transmettre des signaux de rareté, se traduisant pas des prix élevés lorsque la demande en électricité est supérieure à l’offre de production. «  »
    —> De tout temps EDF avait sur le faire avec notamment les jours « EJP » dans le passé ! Les Acteurs du « Marché » se sont surtout « gavés » de profits divers et variés…

    Autre extrait sur le Marché : «  » Il a optimisé la gestion de la production à l’échelle du continent tout au long de la crise. Aucune rupture d’approvisionnement n’a eu lieu au plus fort de la crise, alors même que les prix de l’énergie ont fait craindre un risque fort de recours aux délestages : «  » —> Heureusement que des équipements d’antan (type STEP ou interconnexions) existent encore ! La Marché actuel est incapable d’en financer… On va dans le Mur et surtout vers une dépendance au GAZ énorme pour l’électricité européenne, le tout avec des Allemands qui n’arriveront probablement pas à sortir de Leur Lignite avant 2050 !!!

    Le « Marché » de l’électricité est un DESASTRE !!! Et quasi tous les Européens peuvent le voir sur leur Factures !!! Par contre dans certains cercles financiers, les primes à fin 2022 ont du être copieuses…  » On a sucré les uns pour mieux en gavé une poignée d’autres  » et en France ce fut avec l’ARENH et quelques autres petits détails à plusieurs dizaines de milliards pour les Français Lambda…

    Autre point des auteurs : «  » là où l’ARENH ne vise qu’un tiers de la production nucléaire d’EDF et des actifs déjà amortis «  » — l’ARENH fut officiellement voté à hauteur de 25% et pas 1 tiers (mais la quantité fut figé et ne resta pas sur 25% !!!). Les Actifs en question sont en cours de « Grand carénage », avec juste 50 milliards d’investissements « nouveaux » !!!

    Les auteurs de l’article doivent défendre leurs copains de la Finance qui, sur le Marché de l’électricité, n’ont fait que bouffer le pouvoir d’achat des Français en transférant une rente publique vers quelques mains seulement – Honte à Eux !!!

    Répondre
    • et APO qui continue de se ridiculiser en public avec tous ses délires de gogos alors que on lui a déjà prouve maintes fois la réalité du terrain face à toutes ses inepties pour gogos .. regardez vos factures : toutes les dernières augmentations ne sont pas la faute des « autres » mais bien d’une volonté Française .. par contre moi mon fournisseur a déjà répercute 2 fois des baisses et en annonce une prochaine .. il faut bien que vous la financiez notre merde polluante de nucléaire .. et habituez vous car ça ne fait que commencez … il est enfin heureux que vous constatiez enfin devant tout le monde que c’est bien grace aux ENR installées en France en plus de celles installées chez nos voisins que l’on a pu limite en partie les carences de nos vielles chaudières polluantes …

      Répondre
        • Cochelin les tarifs sont public ..vous savez très très bien anonner tous les fakes pour gogos ..quand allez vous enfin avoir un peu de personnalité pour vérifier les faits postés et nous parlez des vrais problèmes ? alors la situation de la France vis à vis de l’énergie et pourquoi on vient de nouveau de se faire condamner pour notre inaction contre la pollution car c’est bien de notre santé qu’il s’agit ..en plus c’est toujours nos impôts qui payent ..

          Répondre
          • Tout le monde comprend que vous ne payez pas votre électricité moins cher qu’à EDF.
            La dernière condamnation de la France concerne les dépassements des taux d’oxydes d’azote à Paris et Lyon. Cela n’a rien à voir avec la production d’électricité. Vous ne comprenez vraiment rien à rien et tous vos commentaires sont une indigence stratosphérique !

          • Cochelin vous interprétez toujours à votre manière et comme tous les trolls vous éludez toujours les vrais questions de fonds .. donc la dernière condamnation de la France c’est bien du à l’énergie et ça concerne bien notre santé ? et le retard pris par la France depuis des années pour agir .. alors que le nucléaire on l’a bien depuis plus de 60 ans et que si on en est la c’est qu’il n’a rien fait que nous enfoncer .. vous allez le vérifier et ouvrir enfin les yeux ? . .heureusement que l’on a les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz .. et c’est bien ce qui est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , les GES , le Co² , les déchets ultimes ..

    • Apo et ses vielles inepties pour gogos 🤣 😂🤣 à propos des vieux canulars périmés pour gogos sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections et aux derniers événements … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la … et vont même accélérer le développement des ENR sur le terrain .. c’est bien grâce au nucléaire que la France est championne de la pollution et de la production de dechets ultimes que l’on va laisser égoïstement à toutes les générations futures avec la vraie facture de notre merde polluante de nucléaire meme quand on s’en sera enfin sorti .. la crise actuelle le prouve bien en accélérant la mise en place des ENR sur le terrain : c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz … et c’est bien ce qui est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES. et vérifiez que les ENR sont beaucoup moins chères que notre merde polluante de nucléaire et rapportent de l’argent à l’état .. pour payer le gouffre financier du nucléaire polluant à tous les stades qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …allez face à vos inepties perpétuelles pour gogos la réalité du terrain alors que l’éolien et le solaire ne sont qu’une partie des ENR : « … Les énergies éoliennes et solaires ont fourni pour la première fois en 2022 plus de courant aux pays de l’Union européenne que le gaz naturel, année de bouleversements énergétiques précipités par la guerre en Ukraine, selon un rapport du groupe de réflexion Ember .
      L’éolien et le solaire ont fourni en 2022 près du quart (22%) de toute l’électricité consommée dans l’Union européenne, bien plus que l’électricité à base de charbon (16%) et dépassant même « pour la première fois le gaz fossile (20%) » utilisé dans la production électrique, selon l’European Electricity Review du groupe de réflexion sur l’énergie…. »

      Répondre
      • M. Isambert nous dit « c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz … ». Il suffit de regarder le cas de l’Allemagne pour comprendre que cette allégation est totalement fausse.
        Il nous dit « vérifiez que les ENR sont beaucoup moins chères que notre merde polluante de nucléaire et rapportent de l’argent à l’état .. ». La CRE a évalué le coût de production du nucléaire à 60,7 €/MWh et le dernier appel d’offre éolien terrestre s’est conclu sur un coût moyen pondéré de 83,9 €/MWh en mai 2023 avec en plus un service très dégradé du fait de l’intermittence. Une autre allégation totalement fausse comme d’habitude.
        Quand à l’argent rapporté par le renouvelable intermittent c’est juste la restitution des surprofits réalisés grâce aux prix de vente très élevés et remboursés à concurrence des milliards de subventions reçues jusque là. Je suis certain que M. Isambert ne fera pas la même remarque lorsque le nucléaire devra rembourser ses surprofits dans le cadre des contrats CFD du futur marché.

        Répondre
          • Personne ne conteste l’évolution en Allemagne (au prix très élevé, faut-il le signaler). Mais obligée aussi de conserver un énorme parc thermique fossile en back-up. Car souvent (comme ces jours-ci), les productions des ENR variables sont presques nulles.
            Mais voilà aussi le cas de l’Allemagne dans le domaine de la consommation d’énergies fossiles dans cet article et comparez le à la France : https://ourworldindata.org/fossil-fuels C’est autre chose !

          • Cochelin oui tant qu’ils n’auront pas fini de develloper les ENR mais mettez nous les chiffres années après années pour bien montrer à tout le monde que les Allemands agissent et s’en sortent pendant que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et la production de déchets ultimes . et vérifiez aussi que les Allemands ont toujours payé le vrai prix de leur électricité sur leurs factures alors qu’en France on l’a paye avec nos impôts . et on va le payer toujours plus cher des milliers d’année même quand on s’en sera enfin sorti .. voir aussi que les Allemands ont des factures moins élevées que les nôtres .. ou est l’erreur ..allez si le sujet vous intéresse vraiment regardez ce qu’ils ont sur leurs toits avec une moins bonne météo que nous . voir aussi les maisons positives ..

  • Et toujours notre psychotique ISAMBERT qui sature ce forum avec ses délires du terrain !

    Pour ma part je ne parviens toujours pas à faire le lien entre les spécificités physiques d’un réseau électrique inter connecté et les explications économico financières des auteurs: manque de culture économique ?
    Mais rien que le dernier chapitre,
    « En complément, nous estimons que les mesures suivantes, favorisant la liquidité des produits à terme sur les marchés de gros, participeront à réduire la volatilité des prix et à décarboner l’économie européenne : (i) l’instauration d’obligation de couverture prudentielle avec des produits de long terme pour les fournisseurs et grands consommateurs, intégrée à la méthode de fixation des tarifs réglementés de vente d’électricité dans des proportions qui ne nuisent pas à la concurrence sur le marché de détail, (ii) la mise en place de teneurs de marché publics et (iii) les enchères de produits à terme adossées aux marchés de gros, comme l’a fait EDF sur 100 MW en septembre dernier. »
    me laisse sceptique sur l’application pratique des tels propos.
    PS: merci à tout un chacun pour apporter une clarification pour les nuls en économie de marché !

    Répondre
    • Les auteurs préconisent l’utilisation d’outils spécifiques au marché boursier qui n’ont, je pense, aucune utilité dans le cas du marché de l’électricité. Par exemple, un teneur de marché est un opérateur boursier s’engageant à fournir une cotation dès qu’il est contacté et ce quel que soit l’état du marché, rôle que tient, je pense, le marché de gros spot. Par ailleurs, l’obligation de couverture est assurée par le marché de capacité. J’invite les auteurs, avant de s’exprimer sur le fonctionnement du marché de l’électricité, qu’ils ne connaissent manifestement pas bien, à lire l’article « Comment expliquer la forte hausse des prix de l’électricité ? » que j’ai publié dans le Monde de l’Energie en janvier 2022. Ils y trouveront notamment les causes de la forte volatilité des prix, en particulier l’intermittence de l’éolien et du solaire ainsi que l’indisponibilité fortuite du nucléaire qui créent des déséquilibre entre la demande et l’offre, des prix négatifs, lorsque l’offre est excédentaire et ne peut pas être réduite du fait du caractère fatal de l’insertion sur le marché de l’éolien et du solaire, et des prix élevés lorsqu’il n’y a pas assez d’offre de la part des moyens de production renouvelable intermittents et/ou du nucléaire qui est soit indisponible soit sous-capacitaire notamment après l’arrêt de Fessenheim et en attendant le démarrage de l’EPR de Flamanville.

      Répondre
    • victor c’est bien de reconnaitre que vous etes nul mais ne faites pas comme tous les gogos qui nient stupidement la réalite des faits au lieu de les verifier et qui essaient vainement de rejeter leurs propres inepties sur les autres ..

      Répondre
    • Bonjour Victor
      Vous n’êtes pas le seul à connaitre qq difficultés pour apprécier les méandres de l’économie de marché en particulier sur l’organisation du marché français de l’électricité ds le cadre de « l’UE »
      Pour résumer mon avis sur le sujet c’est que ce qui est compréhensible s’énonce clairement ! Ce qui n’est pas le cas ici..
      Cela ressemble à une nouvelle usine à gaz (sans mauvais jeu de mots) sur une ancienne usine à gaz.
      Néanmoins je vous invite à rechercher dans Contrepoints l’article sorti le 23 novembre qui éclaire quelque peu ce sujet. Il s’intitule : « Comment organiser le marché français de l’électricité, au bénéfice des consommateurs dans le cadre de l’union européenne ».

      Répondre
      • Michel Dubus si vous voulez vraiment comprendre les bases du sujet sortez vous enfin de la vielle désinformation chronique pour gogos et prenez les vrais chiffres du terrain en vérifiant toutes les infos ..voila ce qu’il faut accélérer de toute urgence https://energie-partagee.org/

        Répondre
  • Bonjour à tous.
    J’ai l’impression d’assister à « la guerre des boutons »…
    Ce qui fait les prix de « court terme », c’est le ratio offre/demande.
    Or, seuls les « moyens pilotables » peuvent se positionner sur l’offre.
    Malheureusement, beaucoup d’ENR hors hydraulique, n’étant pas pilotables, elles ne peuvent donc pas influer les prix de marché.
    Il est donc totalement choquant de rémunérer à prix garanti et avec une livraison prioritaire ces productions non pilotables.
    En effet, c’est quand il y a du vent que le chiffre d’affaire de éoliennes est le plus élevé alors que le prix de marché est au plus bas puisque que l’offre est pléthorique.
    Je voudrais être certain que les jours sans vent mais avec une faible demande, il n’y a pas des parc éoliens qui achètent au coût du marché pour revendre au prix garanti sans avoir rien produit…
    Tous les moyens étant interconnectés, tous les achats devraient se faire au prix de marché, sans priorité.

    Pour ce qui est de l’Allemagne « modèle à suivre », juste deux nombres: en 2022: Allemagne: 486 g/kW.h, France: 72 g/kW.h. Je pense qu’il faut attendre quelques décennies avant de devoir considérer qu’il faut suivre ce modèle.

    Répondre
    • Guerin il faut vraiment que vous appreniez les bases du sujet : pourquoi voulez vous que des producteurs achetent du courant ? en plus c’est interdit : seul les fournisseurs d’électricité peuvent acheter de l’électricité pour la Revendre .. il faut rappeler encore une fois que les ENR rapportent de l’argent à l’etat pour financer le gouffre financer du nucléaire et nous sortent aussi du fossile / charbon / pêtrole / gaz … ce qui est urgent pour la planete , le climat , notre santé , contre la pollution ,les GES , les Co² , les déchets ultimes …

      Répondre
          • .🤣👍😂 merci cochelin de bien confirmer à tout le monde qu’en plus de ne pas connaitre les bases du sujet vous ne savez meme pas lire le Français et le comprendre car tout est bien ecrit en clair sur le site d’ENERCOOP et en plus vous avez meme mis le lien qui explique tout .🤣👍😂 ..

          • Cochelin et si toutes les explications que vous ne lisez jamais vous ont déjà été fourni et sont bien publiques sur le site d’ENERCOOP .. il va vite falloir trouver d’autres fakes pour gogos car bientôt l’ARENH n’existera plus et il est malheureux que vous vous vantiez que la France soit championne de la pollution et de la production de déchets ultimes que l’on va laisser égoïstement avec la vraie facture de notre merde polluante de nucléaire à toutes les générations futures …

          • Je me permets de rappeler qu’Enercoop a été créé par Greenpeace, association anti-nucléaire notoire qui milite pour la fermeture des centrales nucléaires et achète, sans scrupule, des parts d’ARENH. Le site d’Enercoop que M. Cochelin nous conseille de consulter s’intitule « Pourquoi notre électricité est-elle vraiment verte ? » et, dans son en tête indique que « grâce à notre réseau de plus de 440 producteurs partout en France, notre électricité est garantie 100 % renouvelable ». Plus loin dans le site, il est indiqué que c’est grâce à des certificats verts que l’électricité peut être garantie verte, ce qui est une supercherie car même de l’électricité produite avec du charbon peut l’être. Je rappelle également qu’avec de l’éolien et du solaire, il est impossible, faute de stockage, de garantir un approvisionnement continu et il faut acheter, pour assurer environ 75 à 80 % des besoins, soit de l’électricité carbonée qu’il faut rendre verte avec les certificats, soit du nucléaire, qui est maintenant une énergie verte selon Bruxelles, soit de l’hydraulique dont l’essentiel de la production est réalisé par EDF ou ENGIE.
            Si ce n’est pas de la tromperie, cela y ressemble fort.

          • Vous ne savez pas lire, ENERCOOP achète bien de l’électricité d’origine nucléaire pour éviter la faillite : https://www.environnement-magazine.fr/energie/article/2022/06/22/140106/enercoop-recourt-arenh-partir-2023
            Qu’en sera-t-il après pour les finances d’ENERCOOP ? Rien n’est prévu pour la suite. De toutes façons, l’électricité ne se stockant pas, tout ceci est virtuel et ENERCOOP ne réalise que des transactions comptables qui ne garantissent en rien que chaque client soit alimenté comme elle dit puisque tout est mélangé dans le réseau. Et vous croyez ces balivernes. Lisez vous-même son discours en détail !

          • .🤣👍😂 Cochelin quand vous vous intéresserez vraiment au sujet vous verrez que tout est bien clair et public sur le site d’ENERCOOP .. ..il n’y a que les gogos comme vous qui n’ont toujours pas compris 🤣👍😂

        • Mais Cochelin, si les ENR font des superprofits parce que les prix de gros sont élevées et leur prix de revient bas, cela devrait profiter plus encore au nucléaire qui vend son énergie sur le marché de gros et qui est selon vos croyances d’un prix de revient encore plus bas que celui des renouvelables éoliens et solaires.
          Mais d’où vient le super endettement d’EDF avec ces superprofits ?

          Répondre
          • Cochelin pourquoi à perte ? vous n’avez pas écouté vos gourous qui nous disent depuis des années que le nucléaire n’est pas cher .. on nous aurait donc menti ? … parlez nous aussi du budget de Bure Cigeo .. des 26 milliards par EPR qui ne marchent toujours pas et qui sont bourrés de défauts chroniques .. des millions que l’on file à la Russie pour nos dechets et notre combustible polluant .. il va vite falloir trouver d’autres fakes pour gogos car bientôt l’ARENH n’existera plus et il est malheureux que vous vous vantiez toujours que la France soit championne de la pollution et de la production de déchets ultimes que l’on va laisser égoïstement avec la vraie facture de notre merde polluante de nucléaire à toutes les générations futures …

          • Cochelin comme vous n’avez toujours pas appris ce que sont les ENR et donc les bases du sujet une fois de plus je vous rappelle que c’est bien les grosses puissances comme le nucléaire qui exigent le renforcement à outrance du réseau ..alors que justement en produisant enfin proprement , sans dangers , sans déchets et pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire au plus pret des lieux de consommation avec toutes les ENR ont équilibre ledit réseau et on limite tres tres fortement les pertes réseau ..de plus si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que nos vielles chaudières polluantes de nucléaire .. tout ça ça vous a déjà ete explicité maintes fois mais dans votre aveuglement d’irradié chronique vous ne voulez meme pas le verifier et le comprendre ..donc vous continuez stupidement d’ânonner tous les vieux fakes pour gogos que vous avez gobé
            en vous ridiculisant en public .. le seul truc qui peut vous consoler c’est que vous n’etes pas le seul à ne pas avoir de personnalité pour évoluer et vous tourner enfin vers l’Avenir qui se met déjà en place partout dans le monde mais pas assez vite vu l’urgence de la situation …

          • M. Isambert pouvez cessez votre baratin insupportable. Il n’y a pas d’ENR intermittentes qui sont pilotables. Il n’y a que vous amis écolos qui s’oppose aux centrales de production hydraulique qui, elles le sont. Par ailleurs, c’est pour raccorder les nouveaux parc éoliens offshore, renforcer les interconnexions pour faire foisonner les productions renouvelables intermittentes avec l’Espagne et l’Irlande et assurer l’alimentation des industriels « qui décarbonent leur activité à Dunkerque, au Havre et à Fos que RTE va devoir augmenter ses investissements de 10 % en 2023 par rapport à 2022, ce qui va lourdement peser sur les factures d’électricité des français. Et ce n’est pas pour le nucléaire car EDF a l’excellente idée de mettre les EPR2 sur des sites existants donc déjà raccordés.

          • Mr compte si vous aussi vous appreniez au moins les bases du sujet à savoir ce que sont les ENR ? il n’y a pas d’ENR intermittentes car si certaines sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que nos vielles chaudières polluantes de nucléaire de plus en plus intermittentes .. et non ce n’est pas les écolos qui s’opposent aux barrages et l’hydraulique ce n’est pas que les barrages ..et relisez moi plus soigneusement vous pourrez vérifier les faits que je poste au lieu de le nier stupidement …comment font tous les pays qui ont déjà dépassé les 60% d’ENR dans leur mix et qui accélère le développement des ENR partout dans la monde ?

          • mais oui mais oui cochelin continuez à ne croire que ce que vous voulez sans vérifier le réel du terrain et les faits postés ..vous êtes le premier à ânonner que les ENR ne sont pas assez puissantes à comparer au nucléaire et ensuite vous essayez de prouver l’inverse .. qui est le gogo ? 😂🤣

          • .🤣👍😂 Cochelin après vous vous plaignez que je poste toujours les memes faits derriere vos memes inepties pour gogos ..vous ne posez pas que pour pouvoir produire en France il faudrait déjà les installer les ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à etre installées .. parlez nous des EPR et de leur cout qui ne fonctionnent meme pas car les ENR rapportent de l’argent à l’état pour payer le gouffre financier du nucléaire .🤣👍😂

          • Cochelin c’est bien pour ça que l’Allemagne et tous les autres pays accélèrent enfin le développement des ENR pour se sortir aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz … mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ..

          • L’Allemagne a grandement accéléré le développement de ENR, et à un prix très élevé. Mais sans vent et sans soleil, ce sont les énergies fossiles et les importations qui repartent à la hausse : https://www.energy-charts.info/charts/power/chart.htm?l=fr&c=DE&legendItems=011111111111111111111111111110000000 Observez au lieu de nier en permanence cet état de fait !
            Pendant ce temps, la France exporte et ne fait que très peu usage de ses centrales thermiques fossiles. (Dans l’URL de energy-charts.info, remplacer DE par FR).

          • cochelin et les bilans officiels donnent plus de 50% d’ENR dans leur mix et ça augmente tous les ans au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain alors ou est l’erreur avec vos fakes ou dans les bilans officiels que vous ne savez meme pas lire . vous en vouez toujours pas parer de notre merde à nous que vous continuez de delirer sur ceux qui agissent et s’en sortent car vous avez beau nier en vous ridiculisant en public ça ne changera rien au réel .

    • 🤣😂Victor allez prendre tous les vieux canulars périmes pour gogos que vous pourrez ensuite anonner en public en vous ridiculisant .. vous savez quand meme que les écrits restent publics et que au fur et à mesure du temps vos écrits continueront de vous ridiculiser .. .🤣👍😂

      Répondre
  • Vous indiquez à juste titre que: « Nous estimons que le manque d’investissement dans les capacités de production électriques par les acteurs du marché de détail (grands consommateurs et fournisseurs) participe à les rendre vulnérables aux variations de prix de court terme », mais vous ne proposez rien pour corriger ce défaut. Or, la mise à l’arrêt massive de centrales à charbon dans la décennie à venir va amplifier considérablement ce problème, qui ne peut être corrigé par l’éolien et le solaire qu’à la marge. Il va également être accentué par l’électrification annoncée des trois secteurs du bâtiment, des transports et de l’industrie. Croire en un relai de la flexibilité dans un si court terme est illusoire. Pourquoi ne pas oser dire que nous aurons besoin de capacité gaz de pointe en plus (naturel + biogaz s’il y en a assez, ce qui est improbable). Il s’agit au niveau de l’ouest européen de dizaine de GW qui produiront peu de CO2 car en pointe. C’est également pertinent car le stock de gaz de 3 mois en France permet de faire face aux crises ponctuelles. Sur un plan climatique une électricité à 10/15 % carbonée est très pertinente pour se substituer à l’essence ou à un chauffage gaz remplacé par une pompe à chaleur.
    Il faudra bien arriver à être pragmatique et ENR et flexibilité ne pourrons tout faire..

    Répondre
    • Cochelin qui se ridiculise toujours plus car il ne sait toujours pas ce que sont les ENR alors que les retours de terrain prouvent bien que des pays ont déjà dépassé les 60% d’ENR dans leur mix et accélèrent encore leur développement pendant que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et la production de déchets ultimes .. .Vous n’avez toujours pas vérifie ce que l’on commence à faire sur le terrain avec les ENR pour se sortir aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz .. mais pas assez vite vu l’urgence de la situation …

      Répondre
    • Cochelin qui se ridiculise toujours plus car il ne sait toujours pas ce que sont les ENR alors que les retours de terrain prouvent bien que des pays ont déjà dépassé les 60% d’ENR dans leur mix et accélèrent encore leur développement pendant que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et la production de déchets ultimes .. .Vous n’avez toujours pas vérifie ce que l’on commence à faire sur le terrain avec les ENR pour se sortir aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz .. mais pas assez vite vu l’urgence de la situation …

      Répondre
  • Les très rares pays à atteindre 60 % d’ENR dans leur mix sont des cas particuliers. À part la Norvège qui est un cas particulier lié à son énorme potentiel hydroélectrique, le Danemark use encore de ses centrales thermiques très régulièrement lorsque le vent faiblit et échange beaucoup avec ses pays voisins pour pallier l’énorme variabilité de ses fermes éoliennes.

    Répondre
    • bravo cochelin pour une fois vous avez fait une petite recherche .. conitnuez d’approfondir le sujet en comparant les chiffres de l’énergie de tous les pays qui accélérent le devellopement des ENR année après année ..car ce sont bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / petrole / gaz et c’est bien ce qui est urgent pour la planete , le climat , notre santé , contre la pollution , les Ges, le Co² , les déchets ultimes

      Répondre
  • Quant aux fameux « déchets ultimes », on attend de vous, grand spécialiste en la matière, un exposé détaillé sur leur composition et leurs conséquences sur la santé humaine liées à la soi-disant « pollution » de notre environnement.

    Répondre
    • Cochelin il suffit juste de bien lire les faits que je poste depuis des mois et de les verifier …tout est bien public et officiel .. vous n’imaginez meme pas que tous ces polluantes que l’on retrouve dans l’air que nous respirons et dans la bouffe que nous mangeons et l’eau que nous buvons sont sans effets ? .. réagissez enfin au lieu de continuer de subir toutes les vieilles théories foireuses pour gogos ..

      Répondre
  • Quel rapport entre les polluants que vous citez et l’industrie nucléaire ? Qu’elles études sur les effets des supposées « pollutions » liées à industrie nucléaire en France? Vous disserter dans le vide !

    Répondre
    • 🤣😂 Cochelin c’est sur le site D’EDF et de l’ASN , c’est reconnu par les tribunaux qui condamnent de plus en plus souvent EDF et ORANO pour pollution et vous vous demandez le rapport avec nos vielles chaudieres polluantes..vous ânonnez vraiment dans le vide en vous ridiculisant toujours plus à chaque post .🤣😂

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective