“Si la RE 2020 ne contraint pas l’empreinte carbone de la construction neuve au bon niveau, c’est une décennie de perdue !”

La future Réglementation Environnementale 2020 (RE 2020) des nouveaux logements qui sortiront de terre doit entrer en vigueur au 1er janvier. Un détail peut-être pour vous, mais pour les constructeurs, un détail qui veut dire beaucoup…

Car se joue à travers cette RE 2020 un des enjeux majeurs de la politique climatique : le bâtiment représente en effet près de 25 % des émissions de CO2 de la France qui vise la neutralité carbone en 2050.

Interview de Julie Daunay, manager chez Carbone 4.

La neutralité carbone est pour beaucoup une notion abstraite… Concrètement, c’est quoi ?

Il s’agit d’un objectif planétaire, qui consiste à équilibrer les émissions de gaz à effet de serre et les absorptions par les puits, toutes deux anthropiques (liées à l’activité humaine).

Les émissions proviennent de la combustion d’énergies fossiles (utilisées en grands volumes pour nos activités économiques), de procédés industriels et du secteur des terres (déforestation, artificialisation des sols…).

Est-ce une utopie ?

C’est un grand défi, le défi de notre siècle, et c’est une très belle cause commune à laquelle se rallier quelque soit son âge, sa catégorie sociale, sa nationalité…

Pourquoi le bâtiment est un secteur en première ligne des objectifs de neutralité carbone ?

La France considère que le secteur du bâtiment (au sens des consommations énergétiques du secteur) a un très gros potentiel de décarbonation. Le bâtiment est le premier secteur consommateur d’énergie finale en France, le 2e émetteur (juste derrière les transports) si l’on ne considère que les émissions liées à l’énergie, mais il passe en tête dès qu’on ajoute les émissions liées à la fabrication des matériaux et équipements mis en oeuvre sur les chantiers (constructions neuves, rénovations…).

Il est encore très dépendant des énergies fossiles, pour le chauffage notamment. On sait techniquement réduire les consommations d’énergie et alimenter les besoins restants avec des énergies bas carbone, c’est pour cela que la France, dans sa Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC, projet de décembre 2018) attend du secteur une décarbonation « quasi-complète ».

Quels sont les leviers d’actions pour les acteurs du bâtiment pour atteindre cet objectif ?

Le parc de bâtiments français doit réduire ses consommations d’énergies pour viser un niveau de performance BBC rénovation en moyenne en 2050.

Cet objectif implique une massification de la rénovation (500 000 logements par an dès 2030, en augmentation jusqu’à 1 million en 2050, 3% du parc du tertiaire chaque année).

En parallèle, de nombreux changements d’équipements sont à réaliser pour intégrer plus de chaleur renouvelable (calories « gratuites » des pompes à chaleur, réseaux de chaleur décarbonés, chaudières bois…) au détriment du gaz et du fioul notamment.

Attention, le secteur ne pourra atteindre ses 5 MtCO2e en 2050 (fuites de biométhane principalement) que si les consommations baissent suffisamment pour qu’on puisse les alimenter avec des énergies bas carbone : l’électricité et le gaz ne seront décarbonés en 2050 que si les volumes à produire (avec le mix envisagé par la SNBC) sont suffisamment faibles !

Les orientations de la RE 2020 sont-elles, selon-vous, efficaces pour ces objectifs de neutralité carbone ?

À ce jour, nous n’avons pas d’informations sur les seuils carbone envisagés par l’Etat pour la construction neuve. Ce qu’on sait, c’est que pour que la RE 2020 soit cohérente avec la SNBC, 100% des constructions neuves doivent être C2 en 2030 !

Si la RE 2020 ne contraint pas l’empreinte carbone de la construction neuve au bon niveau, c’est au moins une décennie de perdue et un retard considérable qui nous attend !

N’oublions pas qu’un bâtiment qui sort de terre avec une mauvaise empreinte carbone sur la phase d’exploitation embarque ses émissions sur 50 ans au moins, sauf à ce qu’on revienne sur sa performance en cours de route, mais alors quel gâchis de n’avoir pas limité les émissions dès la conception !

Il y a un paradoxe : les énergies décarbonées sont pénalisées au détriment des énergies fossiles dans les bâtiments. Dans une logique climatique, ne serait-il pas nécessaire de revoir à la baisse le coefficient de conversion de l’électricité ?

L’électricité est la seule énergie bas carbone pénalisée dans le cadre de la RT 2012 puisque le seuil de performance est fixé en énergie primaire. L’urgence climatique nous demande de regarder l’énergie finale et l’empreinte carbone des bâtiments.

 

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective