Quatre pays de l’UE s’engagent à décupler leur éolien en mer du Nord d’ici 2050

L’Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas et la Belgique ont annoncé mercredi vouloir installer pour près de 150 gigawatts d’éoliennes en mer du Nord d’ici 2050, pour en faire la « centrale électrique verte de l’Europe » et se passer d’hydrocarbures russes.

« Nous voulons multiplier par quatre notre capacité totale dans l’éolien en mer d’ici 2030 et par dix d’ici 2050 », a déclaré la Première ministre danoise Mette Frederiksen aux côtés du chancelier allemand Olaf Scholz et des Premiers ministres néerlandais et belge Mark Rutte et Alexander De Croo, ainsi que de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

« Fixer la vision n’est pas suffisant, nous en ferons une réalité », a promis la dirigeante nordique lors d’une conférence de presse à Esbjerg, un port de la mer du Nord dans l’ouest du Danemark.

Un objectif intermédiaire de 65 gigawatts a lui été fixé pour 2030, selon la déclaration.

Une puissance de 150 gigawatts dans l’éolien marin permet de fournir l’électricité nécessaire à 230 millions de foyers, selon les quatre pays signataires.

Avec les éoliennes offshore les plus puissantes actuellement sur le marché, une puissance de 150 gigawatts correspond à environ 15.000 à 20.000 turbines.

A eux seuls, les quatre pays représenteraient la moitié de l’objectif que s’est fixé l’UE pour l’éolien en mer d’ici 2050.

L’annonce intervient conjointement avec un plan de 210 milliards d’euros présenté par la Commission européenne qui prévoit une accélération des énergies renouvelables et des économies d’énergie pour s’affranchir « le plus vite possible » des importations de gaz russe, en réaction à la guerre en Ukraine.

Les Européens ont déjà annoncé la fin des importations de charbon russe à partir d’août prochain et un embargo sur le pétrole pour la fin de l’année est en cours de discussion parmi les Etats membres.

La Commission avait affirmé en mars vouloir réduire des deux tiers ses achats de gaz russe dès cette année et en totalité avant 2030.

La Commission a proposé mercredi de rehausser son objectif de part des renouvelables dans le mix énergétique à l’horizon 2030, qui passerait de 40% à 45%.

Sur le plan climatique, l’UE vise une baisse des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55% d’ici 2030 et la neutralité carbone en 2050.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Il n’y a que la France, pourtant le mieux loti avec 3 façades maritimes, pour faire la pimbêche face aux renouvelables.
    Elle prefére se ruiner dans le nucléaire, le systeme de production d’électricité le plus cher et le moins résilient. Faire l’autruche avec un parc à moitié en panne ça satisfait la populace dont on a bourré le mou avec les suposés avantages du nucléaire depuis 60 ans, c’est l’exception française dont on est si fiere, même au fond du trou.

    Répondre
    • Un des problèmes de l’éolien en mer en France est la profondeur au large de nos cotes (et aussi la présence ou non d’infrastructures support pour la construction et la maintenance!!!).
      Au Nord, dans la Manche cela passe bien avec des profondeurs n’excédant que très rarement 50 mètres… un peu comme pour la Mer du Nord, la densité de parc en projet y est donc importante… L’Oil&Gaz de la Mer du Nord a de facto créé un nombre d’entreprises diverses et variées en Travaux maritimes de tout type, qui peuvent être mobilisées sur des projets éoliens…
      Par contre sur la façade atlantique, les profondeurs sont parfois importantes et les implantations à venir non aisées… Les infrastructures de support sont assez rares (le Port de Brest par exemple vient juste de finir d’être agrandi pour « supporter » les projets d’éolien flottant – chantier de plus de 200 millions d’Euros!!!).
      Idem en méditerranée –> Profondeur + Manque d’infrastructure à terre = Délai rallongé !!!

      On ne peut pas tout comparer « bêtement » !!! Le solaire sur le pourtour méditerranéen et sur le pourtour de la Mer du Nord, cela ne donne pas les mêmes résultats, Idem pour l’éolien…

      Répondre
      • Oui…. c’est bête, où donc avais-je la tête ?
        Il est certain qu’effectivement on fait bien de ne pas investir dans ces domaines qui ne seraient pas aussi rentables pour nous que pour ces pays qui sont moins ensoleillés que notre pourtour méditerranéen et qui n’ont qu’une seule façade maritime contre trois pour nous. …. Ils en ont de la chance ces pays aux moindres ressources météorologiques que les nôtres, eux ils peuvent investir utilement dans ces ressources renouvelables et pas nous !
        La preuve que quand on veut montrer sa stupidité on y arrive sans problème !

        Répondre
        • @Serge rochain,

          Encore un pipi de chat ronchon pour ne rien dire !!! Bien sur que La France investit dans les éoliennes en mer !!!

          Dites moi la profondeur maximale des eaux cotières des Pay-bas !? –> Cela ne doit pas excéder en valeur leur point culminant !!!

          A 30 km de Marseille !???

          Savez-vous faire la différence!?
          Quel tissus industriel pour mettre cela en place !? Pas grand chose sur la amjorité de nos cote, Aux Pays-Bas, en Allemagne ou en Belgique, ils ont tout sur place…

          Arrêtez de marquer vos théories « fumantes » partout !!!

          Répondre
          • Pauvre type qui prend les autres pour des imbécile parce qu’il sait, comme tous le monde, que la méditerranée est rapidement profond des qu’on s’éloigne de la côte. Il croit même que les installateurs d’eoliennes l’ignorent !

          • Cher Serge,

            Que vos théories simplistes embaument ce site et tant d’autres !
            Etes-vous simple au naturel ou simplet de Nature !!!

            C’est connu les installateurs d’éoliennes en mer font la queue sur les cotes méditerranéennes !!!
            Mais de quel queue parle t’on !? Et elle est situé où !???

          • APO

            Que vos théories simplistes embaument ce site et tant d’autres !
            Etes-vous simple au naturel ou simplet de Nature !!!

            et oui les opérateurs répondent aux appels d’offre … encore faut il que la France les fasse ….

          • pour repondre sur le ton que vous employez….
            Vous êtes con depuis votre naissance où ça vous est arrivé par la suite accidentellement ?

      • Il me semble probable que l’éolien offshore flottant soit développé.
        Les projets sont importants en Ecosse, en Espagne (Galice, Andalousie, pointe catalane) et au Portugal.
        La raison en est que ces parcs se situent dans des zones stratégiques au niveau du gisement éolien car elles sont peu touchées lors des périodes anticycloniques hivernales (idem pour la Méditerranée en France, et dans une moindre mesure, la façade atlantique).

        Répondre
        • Et également en France grace aux particuliers dont je suis, en mettant une part de leurs économie dans les projets en cours notamment au large de Port la Nouvelle dans lequel je viens d’investir (petitement), si j’avais les moyens de l’état qui jette l’argent pas la fenêtre des EPR, j’aurais financé tout le parc) :
          https://eolmed.qair.energy/
          Ca produira même avant que l’EPR de Flamanville de produise son premier Watt

          Répondre
  • Il serait avantageux pour la France de lancer un grand Plan National de STEP (y compris des STEP Marines) pour stocker avantageusement les futurs excédents réguliers de tels parcs…

    Répondre
    • Les pays qui développent les STEP sont: le Portugal, l’Espagne, la Suisse, l’Autriche, la Chine, le Japon.
      Ailleurs, il y a peu de volonté de développer cette technique de stockage de l’énergie.
      L’Allemagne avait un programme qu’elle a arrêté pour cause d’oppositions locales.
      Les batteries géantes et domestiques sont sensées devenir le principal outil de stockage journalier.

      Répondre
  • SR « le malin en terme de malignité » ne sait que présenter le nucléaire définitivement moribond parce qu’a l’instant t 12 réacteurs les plus récents et les plus puissants sont affectés par des corrosions sous contraintes.
    L’ASN a sorti le parapluie et les a faits arrêter.
    Aujourd’hui on en connait mieux les causes dues aux formes des tuyauteries en « bras mort » comme l’a fort bien mis en évidence JP Moulard de par son vécu en pétrochimie. Connaissant la cause on pourra y trouver remède ce qui prendra 2 à 3 ans pour retrouver la pleine puissance du parc nucléaire.
    Donc et en conséquence, avec 50 % de sa puissance, si l’ASN .ne concède pas de dérogations, cet hiver en périodes froides anticyclonique (et, en même temps ! les ENR intermittentes à zéro) nous auront des coupures de courant même chez les particuliers…
    Garder votre chauffage bois prêt et votre gazinière au butane !
    Et je terminerai avec la note d’optimisme de Jean Pierre Moulard sur les leçons à tirer par EDF
    A l’avenir  » On espère que ce ne sera plus le cas puisqu’ils sont obligés de recruter massivement des ingénieurs dans les autres industries, pétrole en particulier, pour relancer le nucléaire.
    J’ai une crainte c’est l’arrivée de la « borne » et de ce qu’à dit, il y a 3 jours la pompili,, connaissant son arrivée : « qu’on aller rapidement lister les arrêts du nucléaire » …
    Les folles de Chaillot (borne et pompili) sont au pouvoir (avec la bénédiction du macronet) et elles sont bien plus dangereuses que le bedeau de SR pour l’avenir énergétique de la France !
    Avec ce « en même temps » nous allons encore perdre 5 ans en efficacité ! Avis à ceux qui ont voter pour lui et leur nombril !

    Répondre
    • Non parce que 12 ont une raison particulière accidentelle sont à l’arrêt, mais parce que 26 sont à l’arrêt en ce moment !
      Tous avec une raison particulière évidemment, mais jamais glorieuse.
      Il n’y a que Dubus pour ne pas savoir que plus de la moitié de notre puissance nucléaire est à l’arrêt !

      Répondre
    • Avant d’en arriver à devoir couper l’électricité aux particuliers, certaines mesures devraient être prises, à mon avis.
      Tout d’abord, un prix variable de l’électricité, qui forcera les particuliers à baisser le chauffage électrique, même s’ils ont froid (ils mettront un, deux ou trois pulls de plus), et des effacements dans l’industrie (qui auront lieu aussi dans d’autres pays européens, donc, cela ne devrait pas générer trop de pertes de compétitivité).

      Répondre
  • « Tous avec une raison particulière évidemment, mais jamais glorieuse ».
    Allonge la liste et les causes si t’est cap Du C la Joie.
    « Donc et en conséquence, avec 50 % de sa puissance »
    C’est comme le Port Salut c’est écrit dessus, encore faut-il savoir lire !,

    Répondre
    • Oui on peut lire plus sur plus de 20 réacteurs : « Description : Après son redémarrage, l’usine reviendra progressivement à pleine puissance à différents seuils de charge. La période de montée en puissance prendra au moins 48 heures. »

      Mais on ne sait pas quand. par ailleurs, ils n’osent plus donner la cause. Il y a encore 6 mois en arriere, on pouvait lire que l’état du cycle du combustible ne permet pas de redémarer le réacteurs en l’état dans l’attente du rechargement….
      La liste elle est publique, il n’y a que Dubus pour ignorer que tout le monde a acces à l’état des réacteurs du parc français.Mais l’ignorance ça se corrige : Petite leçon pour Dubus, c’est là : https://nuclear-monitor.fr/index.html#/

      Répondre
  • Bien sûr aucune réponse sur les causes qu’il annonce : « Tous avec une raison particulière évidemment, mais jamais glorieuse ».
    Puis il dit : « Mais on ne sait pas quand. par ailleurs, ils n’osent plus donner la cause »
    Quand on ne sait pas on ne dit rien pour être poli !
    le lien n’apporte rien !
    les 50% de puissance de mon précédent post l’indiquait !
    calomniez calomniez il en restera tjrs quelque chose, çà il connait le malin (malignité)

    Répondre
    • Vous vouliez la liste des 26 à l’arrêt puisque vous croyiez qu’il  » y en avait que 12, vous l’avez et vous avez toujours l’air aussi bête !
      On dit MERCI POUR L’INFO au lieu de fanfaronner !

      Répondre
      • je n’ai jamais dit qu’il n’y en avait que 12 à l’arrêt, c’est ds vos rêves !
        J’ai dit 12 réacteurs à l’arrêt pour cause de corrosion sous contrainte, il faut savoir lire au lieu de fustiger
        50 % de puissance dispo comme j’ai écrit ds un précédent post, c’est 50% de puissance non dispo et c’est plus que 12 réacteurs à l’arrêt !
        Vous ne chercher qu’à décrédibiliser par de fausses interprétations dont vs vs servez sans vergogne , c’est minable.

        Répondre
        • C’est bien ce que je dis….. vous ne parlez QUE de ces 12 là, comme si’il n’y avait pas de problèmes par ailleurs, cet ailleurs où ils sont justement plus nombreux !

          Répondre
  • Bonjour,
    A la fin de l’article je note :
    « Sur le plan climatique, l’UE vise une baisse des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55% d’ici 2030 et la neutralité carbone en 2050. »
    Faut-il comprendre qu’il s’agit de toute l’énergie consommée : électrique + gaz + Charbon + Gasoil +…? pour les maisons, les tracteurs, les camions, l’industrie…
    Pas sûr que ce soit possible quand je constate déjà que pour l’électricité (1/5 des besoins) :
    – Le stockage de l’énergie électrique à la hauteur des besoins n’est pas pour après demain !
    – Dans les données RTE qu’a priori je ne mets pas en doute.
    https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere
    Hier, 18 mai 2022 à 12h00 nous avions
    52 884 MW = consommation électrique de la France
    874 MW = production des 8000 éoliennes en France pour 18 765 MW installés soit 4,6% !
    La force de la réalité fera finalement comprendre que même en multipliant par 10 le nombre d’éoliennes, même encore plus puissantes et en mer, nous serons encore loin de l’enjeu.

    Répondre
    • @Stoclin,
      vous avez partiellement raison dans votre analyse.
      Toutefois les ENRi couplés avec les capacités hydrauliques (on voit depuis quelques semaines, les STEP pompés autour de midi et non plus la Nuit !!!) peuvent faire très bon ménage, surtout avec les problèmes hydriques que la France a en ce moment et pour les années à venir d’ailleurs… Les modèles de nos capacités hydrauliques risquent d’être assez fortement chamboulés dans les années qui viennent…
      Une bonne part d’ENRi dans le Mix ne pourra qu’aider, surtout vu l’état de la filière Nucléaire qui va avoir des falaises à remonter… Il est trop tard pour avoir le choix entre Nucléaire et ENR… Sarkozy a laissé la filière sur le bord de la route en ne lançant qu’une Centrale (!!!) après que sous Chirac, la filière ait fortement ralentie… Hollande n’a rien fait et l’EPR est un demi-fiasco (pour le moment !)… 25 ans de retard à remonter, cela prendra 25 ans pour revenir à une meilleure forme !!! En attendant, Quid !???? Le pétrole et bientôt le Gaz vont devenir de moins en moins disponible par habitant de cette planète…

      Répondre
    • Stoclin Rappel de la réalité du terrain car vous ne pensez meme pas que pour pouvoir produire il faudrait déjà les installer les ENR … l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… et si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire de plus en plus intermittente .. ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution, les GES et le Co² et en produisant enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz …. on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
      • @Regis,

        Et dans les 4 pays cités, 2 font un retour vers le Nucléaire, à savoir Belgique et Pays-Bas…
        1 – Aux Pays-Bas, ils vont être emmerder pour choisir la technologie (Américaine ou Coréenne sont celles qui on le plus de chance…) qui fera leur prochaines centrales nucléaires…
        2 – En Belgique, ils vont reprolonger (à l’arrache) leur nucléaire actuel et très certainement en construire d’autres dès que les Pays-Bas auront choisi leur technologie…
        3 – Les Danois vont continuer (et augmenter) leur role de carrefour entre Europe Continentale et Scandinavie donc ils pourront se targuer de ne pas avoir de Nucléaire tout en achetant plein d’électricité nucléaire aux Suèdois régulièrement en plus de l’hydraulique norvégien…
        4 – En Allemagne, le Lobby charbonnier doit être aux anges… La fête continue et va continuer un moment !!! Ce sont de fervents anti-nucléaire et ce Lobby est bien plus puissant que le Lobby Nucléaire Européen, car ils sont de mèche avec l’industrie chimique allemande (Poids Lourd surpuissant outre rhin)…

        Répondre
        • @ APPO
          vs perdez votre temps avec RI c’est au mieux un robot au pire un malade comme je vs l’ai déjà dit.

          Répondre
          • @Michel Dubus,

            RI est un copieur/colleur ridicule par moment, c’est certain… Merci du Rappel.

            Le problème est l’envahissement de la place des commentaires sur diverses sources d’information, sans mise en perspective des solutions et options réelles, ni même de débat à minima respectable et factuel…

      • @Régis Isambert,

        Et pour des raisons financières se cumulant, la filière d’installation de PV en France risque de faire la gueule cette année – https://www.linkedin.com/pulse/solaire-2022-chronique-dune-catastrophe-annonc%C3%A9e-xavier-daval/

        Cela ne me réjouit pas du tout, mais montre ô combien les paramètres des ENRi vont aussi faire l’objet de « fluctuabilité » et arrêter une descente des prix linéaires, qui peut être valable un moment mais pas de manière constante et immuable … (hélas !)

        Croire à 200GW de PV en France en 2050 est une Utopie (risquée de plus vu les Flux à garantir) !!!

        Répondre
        • APO encore une fois ce n’est pas spécifique au photovoltaïque vérifiez que dans les ENR il n’y a rien de polluant ni de dangereux que des matériaux que nous avons depuis très longtemps tout autour de nous dans la vie de tous les jours en de plus grandes quantités et que tout se recycle / revalorise localement , facilement et sans cout pour la collectivité .. et c’est bien toutes les ENR qu’il faut développer d’urgence car le photovoltaïque n’est qu’une partie des ENR … le problème actuel c’est surtout l’intermittence de notre merde polluante de nucléaire . pas la prévisibilité de certaines ENR … et dans tous les cas l’urgence c’est la crise actuelle et le Climat …

          Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective