kosovo-horloge-jpg

La production électrique du Kosovo perturbe les horloges européennes

On connaissait l’effet papillon, une théorie inventée par le météorologue Edward Lorenz selon laquelle un battement d’ailes de papillon au Brésil peut provoquer une tempête au Texas. Nous avons découvert il y a quelques jours son équivalent électrique.

Depuis le début de l’année, un déséquilibre sur le réseau électrique du Kosovo entraine en effet un décalage constant de l’heure sur les appareils électriques européens équipés d’horloges. Un problème qui ne serait pas tant technique que politique. Explications.

Les minutes de retard s’accumulent

Depuis le début de l’année, de nombreux citoyens européens ont témoigné dans la presse et sur les réseaux sociaux d’un étrange phénomène de retard qui touche les horloges des appareils électriques branchés sur le secteur.

Selon de nombreuses déclarations, les horloges électriques européennes accumulent constamment des minutes de retard. Pire, même lorsque les utilisateurs les remettent à la bonne heure, ces horloges finissent par afficher à nouveau un retard pouvant aller jusqu’à 6 minutes.

Malgré ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas un défaut de fonctionnement qui est à l’origine du retard affiché par les pendules de ces appareils électriques (radioréveil, four, lecteur DVD, micro-ondes…). “Cette anomalie, une première dans notre système européen, n’a pas pour origine la vague de froid récente ou une panne soudaine”, confirme en effet Claire Camus, porte-parole de l’association Entso-E qui réunit les fournisseurs d’électricité européens.

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, l’explication se trouve… au Kosovo !

Ce pays de la péninsule balkanique a en effet décidé en début d’année de réduire drastiquement sa production d’électricité afin d’injecter une moindre quantité d’électricité sur le réseau interconnecté européen.

De fait, la fréquence de ce réseau électrique européen accuse une baisse infime, provoquant un léger déréglement des appareils électriques.

Une fréquence de 49.996 Hz

Contrairement aux ordinateurs et autres objets connectés (dont l’heure est réglée sur Internet), l’heure affichée par nos appareils électriques dépend de la fréquence du réseau sur lequel ils sont branchés.

Le réseau électrique européen fonctionne avec une fréquence synchronisée de 50 Hertz : nos horloges sont donc calibrées pour recevoir 50 impulsions électriques par seconde. Pour information, le niveau de cette fréquence est maintenu en permanence par les énergéticiens qui assurent l’équilibre entre la production et la consommation d’électricité.

Depuis la mi-janvier, la fréquence moyenne du réseau électrique est légèrement inférieure à 50 Hz. Le Kosovo injectant moins d’électricité sur le réseau européen, un léger déséquilibre offre/demande s’est installé et entraine une fréquence de 49,996 Hz. Une baisse infime mais qui a conduit au bout de quelques semaines à un décalage de plusieurs minutes sur les horloges électriques.

“Cette baisse de fréquence n’a toutefois pas eu d’impact sur les industries ou sur la production. Et elle ne risque pas non plus de dégrader les appareils électriques qui sont conçus pour supporter ces variations de fréquence”, a cependant tenu a expliqué un porte-parole de RTE, gestionnaire du réseau électrique français.

Un conflit politique en arrière plan de ce phénomène

Pour l’Entso-E, la manœuvre du Kosovo est totalement volontaire. Il s’agirait en effet pour le gouvernement kosovar de perturber le réseau européen dans son ensemble afin de faire pression sur Bruxelles pour rejoindre le club des États constituant le “réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport d’électricité”.

“Le Kosovo produit moins mais la Serbie, pourtant responsable de l’équilibre en fourniture électrique de la région des Balkans, refuse de produire plus pour des raisons d’opposition politique et historique entre les deux pays. D’autres pays européens, comme la France ou l’Allemagne, pourraient décider de produire plus mais ne le font pas pour ne pas avoir à en supporter les coûts et, in fine, les répercuter sur la facture des clients”, a expliqué un expert en énergie aux journalistes du Parisien.

L’Entso-e estime à quelques 113 GWh d’électricité le manque à combler pour retrouver un équilibre réseau dans la zone concernée et donc assurer la continuité de la fréquence. “La phase 2 qui consiste en un plan pour ramener les GWh manquants dans le système est en discussion”, explique la porte-parole de cette association.

Il s’agira ensuite de trouver une solution durable pour qu’un incident similaire ne se reproduise pas. “La bonne nouvelle est toutefois que le Kosovo semble avoir repris une production normale d’électricité”. Il faudra cependant attendre pour que la fréquence retrouve sa stabilité. Et donc patienter quelques semaines de plus pour remettre les pendules à l’heure.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective