PPE : la feuille de route d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a réuni mardi matin à l’Élysée une partie du gouvernement pour installer le Haut conseil pour le climat, composé d’experts, avant de prononcer un discours très attendu sur la transition écologique.

Le chef de l’État a rassemblé autour d’une vaste table à l’Élysée les 13 membres de ce conseil, dont Laurence Tubiana, ex-négociatrice pour la France lors de la COP21, Pascal Canfin, directeur général de WWF France, ainsi que des climatologues ou des économistes. Cette réunion, tenue à huis clos, a servi à fixer les missions de cette structure placée sous l’autorité du Premier ministre.

Emmanuel Macron a ensuite commencé à présenter la très attendue “Programmation pluriannuelle de l’énergie” (PPE), qui fixera dans la loi la politique énergétique française d’ici 2028. Et il a aussi répondu au mouvement des “gilets jaunes”, qui mène depuis dix jours des opérations en France et notamment à La Réunion contre la hausse des taxes sur le carburant et le manque de pouvoir d’achat.

Décarboner l’économie

Le premier axe de notre politique énergétique est de nous désintoxiquer des énergies fossiles“, a d’abord martelé l’hôte de l’Elysée. “Cela commence par une réduction de notre consommation en gaz, en pétrole en apportant des solutions concrètes sur le terrain‘.

Il faut aussi arrêter les centrales à charbon sur notre territoire. Si nous atteignons nos objectifs, on aura réussi une partie du chemin de la réduction des gaz  à effet de serre“, a ajouté le chef de l’Etat.

Du côté de la transformation de la production de l’électricité, dans le mix électrique, l’essor des énergies renouvelables est selon lui “essentiel”.

Le nombre de parcs éoliens doit tripler d’ici 2030. Le solaire photovoltaïque doit lui être multiplié par 5 d’ici 2030. Le soutien au développement des énergies renouvelables va ainsi passer de 5 milliards actuellement “à 7 à 8 milliards d’euros par an”.

L’énergie hydraulique doit également rester une force“, a-t-il ajouté.

Nucléaire : “une piste prometteuse d’une énergie fiable et à bas coût”

Emmanuel Macron a ensuite évoqué la politique qu’il entend mener sur le nucléaire. Il a ainsi confirmé l’objectif de 50% de la part du nucléaire dans la production d’électricité. «Je n’ai pas été élu sur un programme de sortie du nucléaire mais sur une réduction du nucléaire dans le mix énergétique. J’aurais aimé le faire dès 2025. Nous maintenons le cap des 50% mais repoussons l’échéance à 2035. 14 réacteurs de 900 mégawatt seront arrêtés en 2035“.

La montée en puissance des renouvelables en France est inéluctable et n’est en aucun cas liée au rythme de fermeture des centrales. Cessons de dire qu’il faut forcer la fermeture des réacteurs pour que les énergies renouvelables trouvent leur place. Ce n’est pas le cas“. “Je ne veux pas que nous précipitions à fermer des centrales si c’est pour réimporter de l’énergie et dépendre d’autres économies“.

Je fixe d’emblée à EDF une règle: aucune fermeture complète des sites. Réduire la part du nucléaire ce n’est pas renoncer au nucléaire. Il reste une piste prometteuse pour une énergie fiable, décarbonée, et à bas coût“. L’EPR de Flamanville doit selon lui se positionner dans le “bouquet d’option technologique”

Le président a ensuite demandé à EDF, de “travailler sur un nouveau nucléaire, d’intensifier nos recherches dans le nucléaires mais aussi dans le secteur du renouvelable et dans le stockage de l’énergie“.

Main tendue aux Gilets jaunes

Nous devons apporter des réponses concrètes. J’entends la colère qui a sa part de légitimité. Le problème que nous avons aujourd’hui c’est la déclinaison pragmatique de nos propositions. Nous devons trouver des méthodes d’accompagnements pour rendre nos solutions concrètes», a lancé le président.

“Je veux qu’on leur apporte de vraie solutions accessibles» pour que les gens puissent changer de voitures ou de chaudières“, a défendu Emmanuel Macron.

Il a surtout annoncé le lancement de trois mois de concertation à l’échelle régionale avec les Gilets jaunes pour tenter d’élaborer des solutions.

Emmanuel Macron a ainsi ouvert la porte à une hausse ou une baisse des taxes en fonction de l’évolution des prix du pétrole.

Je refuse que s’installe une France à deux vitesses“, a affirmé le chef de l’Etat qui veut “faire une écologie populaire“. Pour cela, il promet “un accompagnement social dans cette transition”. Une manière de revenir à la question des gilets jaunes. “Les solutions ne seront pas les mêmes à la campagne et dans les métropoles“, a-t-il poursuivi.

Les réactions

Pour Jean-Luc Mélenchon, “le président est en panne sèche, il a parlé dans le vide. Je pense qu’il ne prend pas la mesure de la gravité de la situation”. “Nous faisons la proposition que, puisque le budget n’est toujours pas adopté, qu’on tire parti de cette situation pour le rediscuter, en particulier sur un point qui se cristallise: sur la revendication que les gens ont porté, abroger la surtaxe carburant. Pour que le budget soit en équilibre, il faut proposer le rétablissement immédiat de l’impôt de solidarité sur la fortune.”, a ajouté le chef de file de La France insoumise.

De son côté, Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, a écrit sur Twitter que Macron “nous avait convaincu d’une chose : l’urgence d’une transition politique !

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a regretté “qu’il ait tout concentré sur une partie du sujet seulement. Ça n’est pas simplement la question des carburants, mais le problème du pouvoir d’achat. Or, sur ce point-là, le président reste muet, absolument muet“.

Pour Yannick Jadot, leader d’EELV, enfin, “Emmanuel Macron continue dans la politique des grands discours et des tous petits pas”.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective