Le pétrole accélère sa baisse, la demande en carburant inquiète aux États-Unis

Les prix du pétrole chutaient jeudi, le WTI perdant environ 5%, lestés par un bond des réserves d’essence aux États-Unis impliquant une baisse de la demande, quand la production de brut a repris en Libye après trois mois de perturbations.

Vers 10H25 GMT (12H25 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre perdait 4,46% à 102,15 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison le même mois, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, baissait quant à lui de 4,65% à 95,24 dollars, peu après avoir dévissé de 5%.

Mercredi, l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) a fait état d’une baisse inattendue des stocks commerciaux de brut du pays, alors que les analystes tablaient sur une hausse de 2 millions de barils.

« Le fait marquant de ce rapport est la faible consommation d’essence », relève cependant Stephen Brennock, analyste chez PVM Energy.

Les réserves d’essence ont en effet augmenté de 3,5 millions de barils, soit plus du triple des anticipations du marché (+1 million).

« La demande américaine d’essence a du mal à passer à la vitesse supérieure en cette période » estivale aux États-Unis, marquée par de nombreux déplacements pour les vacances augmentant habituellement la demande en carburant, affirme l’analyste.

En Libye, la Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé mercredi la reprise de la production dans plusieurs champs pétrolifères, participant à apaiser le marché.

Depuis mi-avril, six gisements et terminaux pétroliers majeurs avaient été fermés par des groupes proches du camp de l’Est, qui réclamaient notamment une « répartition équitable » des recettes pétrolières.

« En outre, une série de mises à jour macroéconomiques peu encourageantes n’a guère contribué à apaiser les craintes d’une récession imminente », note Stephen Brennock, freinant également les cours du brut.

L’inflation notamment, a encore accéléré au Canada et au Royaume-Uni, atteignant un nouveau pic en 40 ans.

L’épidémie de Covid-19 en Chine, grande consommatrice de pétrole, participe également aux craintes de destruction de la demande. Le pays a enregistré samedi son plus grand nombre de cas de Covid-19 depuis mai, entraînant des confinements en application de la stricte politique « zéro Covid ».

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective