Une passoire énergétique, c’est quoi exactement ?

Vous avez certainement entendu ce terme au moins une fois dans les médias : à l’heure où les Français font de plus en plus attention à leurs factures de gaz, chauffage et électricité, on déplore la présence trop importante de ces « passoires thermiques », des logements qui coûtent extrêmement cher et qui pèsent sur notre empreinte carbone.

Mais comment les définir concrètement ?

À partir de quand peut-on dire qu’un habitat entre dans cette catégorie ?

Explications.

Des logements énergivores très coûteux

S’il est question de les exclure du marché locatif, c’est bien parce que les passoires thermiques posent un véritable problème : par définition, ce sont des logements énergivores qui consomment énormément de chauffage en hiver (et/ou de climatisation en été).

Logiquement, cela entraîne des surcoûts sur la facture énergétique. Mais à plus grande échelle, étant donné qu’une part non négligeable du parc résidentiel français entre dans cette catégorie, ces « passoires » génèrent aussi davantage de CO², ce qui contribue à l’effet de serre et au réchauffement climatique.

Les logements les plus anciens, érigés avant les années 1950, sont les plus problématiques : à l’époque, les techniques d’isolation thermique en étaient à leurs balbutiements.

Les premières règles relatives au domaine ont été instaurées au milieu des années 1970, puis officialisées avec la première loi sur les économies d’énergie du 29 octobre 1978. En ce sens, les habitations les plus exposées sont celles qui ont été construites avant 1975.

Comment savoir si je vis dans une passoire thermique ?

Il existe aujourd’hui une méthode très simple pour savoir si votre logement entre, ou pas, dans la catégorie des passoires énergétiques : le DPE, diagnostic de performance énergétique. Celui-ci permet de quantifier précisément les consommations énergétiques (pour un usage classique) ainsi que les émissions de gaz à effet de serre.

Suite à la réalisation d’un DPE avec un professionnel agréé, vous obtenez :

  • Une étiquette énergie (de A à G) pour évaluer la qualité énergétique de votre bâtiment. Il sera considéré comme énergivore s’il est situé entre E et G.
  • Une étiquette climat avec le même système de notation.

Cet audit, effectué à titre purement informatif, peut aussi vous aider à savoir par quels travaux commencer pour isoler efficacement votre maison et voir rapidement votre facture de chauffage diminuer.

Le plus souvent, les déperditions thermiques sont visibles au niveau du toit (combles), des murs ou encore des planchers et ouvertures.

Que faire quand on vit dans un logement énergivore et que l’on manque de ressources pour financer les travaux ?

Beaucoup de personnes vivent malgré elles dans une passoire thermique, et sont en situation de précarité énergétique : elles parviennent difficilement à payer leurs factures, et se projettent peu dans les travaux car elles n’en ont pas les moyens financiers.

Concrètement, on parle de précarité énergétique quand un foyer consacre plus de 10 % de ses revenus aux factures de gaz, eau ou électricité. Ce cas de figure concerne 3,8 millions de foyers, soit 14 % des ménages français.

Toutes ces personnes doivent savoir que leur situation peut changer avec des aides. Par exemple, l’Anah peut prendre en charge jusqu’à 50 % du montant des travaux pour les revenus les plus modestes.

De plus, il existe des offres permettant d’isoler ses combles pour 1 € grâce au Pacte Énergie Solidarité, sans compter que le Crédit d’Impôts est accessible aux foyers non imposables et que l’on peut aussi obtenir des éco-prêts à taux zéro.

À terme, le gouvernement se fixe l’objectif de supprimer toutes les passoires énergétiques du territoire en facilitant leur rénovation.

——————-

Article du Site partenaire  QuelleEnergie.fr

Filiale du groupe EFFY, QuelleEnergie.fr est la première plateforme d’intermédiation entre professionnels de la rénovation énergétique et particuliers souhaitant réaliser des travaux d’économies d’énergie (isolation, chauffage performant, pompes à chaleur, photovoltaïque…). En 2017, QuelleEnergie.fr a renseigné gratuitement 2 000 0000 Français par mois sur son site Internet ou par téléphone.

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective