Parc éolien en mer d’Oléron: l’éloignement au large fortement préconisé

La Commission nationale du débat public a rendu public jeudi son rapport sur le projet controversé de parc éolien au large de l’île d’Oléron, dans lequel elle recommande un « éloignement plus au large » de la zone envisagée pour l’installation des éoliennes.

Deux mois après la clôture du débat public, la Commission adresse 15 « attentes et recommandations » aux maîtres d’ouvrage – le ministère de la Transition écologique et Réseau Transport d’électricité (RTE) – qui disposent de 3 mois pour communiquer leur décision sur les suites à donner au débat public.

Parmi les propositions figure « l’éloignement comme préalable ». « Aucun consentement, même sous de sévères conditions touchant l’environnement et la pêche, n’est envisageable dans la zone d’étude initiale de 300 km2, voire dans la zone élargie, et inenvisageable dans la zone du Parc Naturel Marin », écrivent les cinq membres de la Commission présidée par Francis Beaucire.

Lorsque le comité interministériel de la mer a décidé en janvier 2021 de saisir la Commission du débat public, le projet portait sur un parc d’une puissance de 500 à 1000 MW, sur une zone de 320 km2 à une dizaine de km en mer au sud-ouest de l’île d’Oléron.

Finalement, lorsque le débat public s’est ouvert en septembre dernier, l’État a proposé un second parc, d’une puissance de 1.000 MW, poussant l’emprise en mer à 743 km2 à une trentaine de km au large des îles de Ré et d’Oléron.

Tout dans ce projet a heurté les élus locaux, les pêcheurs professionnels, les défenseurs de l’environnement comme les habitants des îles et du littoral charentais-maritime. D’autant qu’il est impossible à ce jour de savoir combien de mâts seront implantés, une cinquantaine ou plusieurs centaines.

Face aux pêcheurs « qui ne croient pas à la possibilité de pêcher dans les parcs », la commission invite à ce que la pratique de la pêche et sa pérennisation soient « une obligation du cahier des charges ».

Par ailleurs, le rapport préconise « d’éviter » l’installation des éoliennes « dans les zones écologiques sensibles ». L’implantation d’un parc « voire de deux parcs » dans une zone surprotégée classée Natura 2000 met « en péril des zones de frayère et de nourricerie », avertit le document de vingt pages qui pointe aussi l’importance de couloirs migratoires pour les oiseaux.

« Pour les pêcheurs, les associations environnementales et les participants attachés au respect des paysages et de l’horizon marin, l’éloignement du projet est une nécessité », insiste encore la Commission.

commentaires

COMMENTAIRES

    • Sacré Rochain.
      Mettre une carte des vents prise à un instant donné n’a aucun sens.
      Il aurait au moins pu donner les Pilot Charts des marins, donnant les vents probables, basés sur l’historique.

      Répondre
      • Ceux qui n’ont pas l’habitude de controler ce qu’ils affirment comprennent mal qu’on communique des URL que l’on peut consulter tous les jours et que ça ne représente pas une image ponctuelle mais un moyen d’investigation que les plus intelligents enregistreront pour faire des historiques portant sur de grandes zones géographiques à l’échelle du pays par exemple et sur des durées de son choix…. par exemple plusieurs années, comme je le fais moi-même. Et cela éviterait à ces neuneux d’affirmer sur la base de leur seule conviction dogmatique qu’il y a des periodes de plusieurs jours consécutifs sans vent nulle part., et que c’est même fréquent, certains allant même jusqu’à dire la moitié du temps ou les 3/4 du temps…. par exemple.

        Répondre
  • La France va droit vers les délestages si les ENRv ne sont pas assorties de systèmes de stockage journalier et de back-up.
    Les prochains hivers vont être rudes sur le plan électrique…
    Les capacités de régulation par les moyens actuels sont atteintes, et même dépassées, avec la suppression de centrales thermiques pilotables.

    Répondre
      • Ah, notre Isambert !!!
        Les renouvelables de forte puissance se limitent à l’éolien et le solaire, hors notre peu d’hydraulique, bien sûr.
        Et ils sont intermittents.
        Des intermittents pilotables LOL
        Notez que Rochain avait découvert que les renouvelables marins étaient pilotables LOL

        La foi qui renverse les montagnes.

        Répondre
  • Marc…et enfin d’autres ENR sont totalement pilotables !!! Et peuvent être associées (ou pas) dans des centrales hybrides, à des ENR non pilotables et dans ce cas aucun stockage n’est requis pour faire de ces ensembles des centrales totalement pilotables.

    Répondre
  • La pêche, qui détruit les fonds marins et est cause d’une importante mortalité aussi bien pour les mammifères marins que pour les oiseaux de mer, devrait être interdite dans le Parc Naturel Marin.

    https://theconversation.com/peche-ce-que-la-science-nous-dit-de-limpact-du-chalutage-sur-les-fonds-marins-172325

    Par ailleurs, la tendance actuelle lorsque la situation s’y prête (sur la terre ferme tout au moins) est d’associer éolien, photovoltaïque et stockage sur batterie avec une autonomie de quatre heures. Cela permet le lissage de l’injection d’électricité, limite les besoins en puissance de raccordement et augmente la rentabilité économique.

    Par exemple, stocker de l’électricité solaire pendant quelques heures et la vendre lorsque le prix du marché est le plus élevé compense largement les coûts du stockage.

    Stockage qui peut aussi participer aux services système (régulation de tension et de fréquence, réserve primaire et secondaire), services bien rémunérés.

    Répondre
  • Oui, Marguerite.
    « Par exemple, stocker de l’électricité solaire pendant quelques heures et la vendre lorsque le prix du marché est le plus élevé compense largement les coûts du stockage. »
    Bien entendu, stocker de l’électricité pour quelques heures peut être efficace pour faire du fric.
    Et ça commence à exister à grande échelle, comme en Australie.
    Mais il faut bien comprendre que la rentabilité de ce truc provient du fait que, puisque les charges / décharges se renouvellent chaque jour, le coût des batteries, supérieur à 100 Euros par kwh, très cher, donc, peut être divisé par le nombre de charge / décharge pendant la durée de vie, de l’ordre de 5000.
    Mais le problème majeur est posé par l’alimentation du réseau électrique sur plusieurs semaines de météo défavorables, ce qui est un événement rare.
    Pour garantir le réseau, il n’est plus possible de faire cette division. Les batteries doivent être gardées pleines en permanence, en prévision du besoin de date imprévisible.
    Et il conviendrait d’avoir des batteries capables de couvrir plusieurs semaines de consommation nationale, à 100 Euros par kWh.
    Comme aucun opérateur privé n’a envie de se ruiner, on devrait mettre ça à la charge de l’État, les privés se faisant du fric au jour le jour.
    Génial !!!
    Dommage que notre Marguerite ait tendance à ne présenter que la facette qui favorise son employeur, quel qu’il soit. Lié au gaz ? LOL

    Répondre
    • Toujours cette insinuation malveillante et imbécile du petit plaisancier.

      Et si l’employeur était un fabricant de pulls et vêtements chauds, pour éviter une consommation électrique de 2.400 MW par degré en moins en hiver avec le chauffage électrique, plus importante encore pour le chauffage au gaz.

      Et si l’employeur était une scierie qui vend ses déchets de sciage pour du bois-énergie ? Ou un forestier auprès duquel les villageois des alentours viennent se procurer leurs stères de bois.

      Et s’il n’y avait pas d’employeur : auto-entrepreneuse, retraitée, étudiante, mère de famille en congé parental ?

      Répondre
    • dommage que notre troll d’Hervé Gueret ait tendance à ne présenter que la facette qui favorise son employeur, quel qu’il soit et à se ridiculiser constamment en public .. donc à 100€ le kWh stocké d’ENR ..ce qui est encore faux et a déjà été prouvé plusieurs fois … on est encore et toujours moins cher que le kWh EPR avec le dangers la pollution , les ravage sur la faune, la flore et l’etre humain et les déchets ultimes qu’il veux produire toujours plus et els laisser égoïstement à toutes les générations futures ..

      Répondre
  • Ces batteries associées à des parcs PV ne sont, à ce jour, que des outils d’intégration au réseau, qui agissent pour limiter la montée et la descente vertigineuses de puissance délivrée au réseau. Elles stockent « un tout petit peu », même si la tendance est à leur développement vers un véritable outil de stockage journalier en concurrence des STEP.

    Répondre
  • Du côté des STEP, Nant de Drance en Suisse devrait être opérationnelle cette année après 14 ans de travaux (avec des retards dus à des malfaçons dans certains éléments).
    Puissance 900 MW, capacité 20 GWh, rendement complet du cycle de stockage 80%.
    Dans notre société de l’immédiateté, le nucléaire et les STEP, qui sont des investissements à LT, sont défavorisés par rapport aux ENRv et aux batteries qui peuvent être réalisées lors d’une mandature de 5 ans.

    Répondre
  • La Suisse est un cas particulier.
    Elle n’a pas voulu d’éoliennes, mais a récemment développé des STEP alors que les programmes français et teutons ont été arrêtés depuis longtemps.
    Le nucléaire semble un sujet aussi clivant qu’en France.

    Répondre
      • Oui, la Suisse refuse les éoliennes. Il n’y en a quasiment pas.
        Cela dit, leur gisement éolien est mauvais.
        Elle compte sur les importations en provenance d’Allemagne, en « échange » de quoi elle vend des services de pompage-turbinage, dont les teutons ont voulu arrêter le développement chez eux.

        Répondre
  • Je pense qu’ils font un bon investissement avec ces STEP.
    Avec un prix du gaz très bas comme durant ces dernières années, les prix étaient peu volatiles et donc, les STEP étaient peu rentables.
    Mais cette période est révolue. Le rythme d’installation dans le PV est tel que pour l’instant, les capacités de stockage journalier ne suivent pas, du moins en Europe. On s’achemine de plus en plus vers des prix très bas en milieu de journée et très élevés en début de matinée et soirée (même si certains usages importants peuvent être décalés en milieu de journée).
    Lors d’une mauvaise semaine pour l’éolien comme cette semaine, on voit bien, à travers les échanges commerciaux que l’Allemagne utilise à fond ses STEP, celles des voisins, et que cela ne suffit pas puisque les centrales à gaz font le reste de le suivi de charge rapide.
    https://energy-charts.info/charts/power/chart.htm?l=fr&c=DE&stacking=stacked_absolute_area&week=17

    Répondre
    • Le lignite évolue en semi-base, généralement entre 7 et 14 GW, donc avec une faible amplitude, peut-être pour des raisons de besoin de stabilisation du réseau.

      Répondre
    • un rappel pour Cochelin qui oublie toujours les bases du sujet au profit de la désinformation permanente pour gogos : à propos des vieux canulars sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections et aux derniers événements … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la …

      Répondre
  • L’un n’empêche pas l’autre (ENR et nucléaire). Les résultats en Allemagne sont plutôt médiocre, côté émissions de CO2 et usage du charbon, malgré des progrès indéniables depuis de nombreuses années.

    Répondre
    • Médiocre ? Vous plaisantez….? Ils sont en progres constants alors que nous ne faksons que nous dégrader avec le nucléaire qui démontre chaque jour que nous sommes tres loin de maitriser cette machine infernale. Je ne siuis même pas convaincu et loin de là de nos soi disants faibles émissions de CO2 basées sur des chiffres faux d_s le départ ! Finalement le nucléaire ment depuis toujours, tout est faux ! Jusqu’à vous même sur lequel j’en apprends de belles !

      Répondre
  • En l’Allemagne, l’année 2021 s’est présentée comme beaucoup plus mauvaise qu’en 2020. Observez au moins les chiffres. https://www.connaissancedesenergies.org/afp/allemagne-les-emissions-de-co2-repartent-la-hausse-en-2021-220315#:~:text=%22Environ%20762%20millions%20de%20tonnes,l%27Economie%20et%20du%20Climat. La crise COVID n’explique pas tout.
    En 2022, c’est parti pour être pire !
    Quant à votre avis sur les émissions liées au l’ACV du nucléaire en France, on connait votre désaccord avec toutes les instances scientifiques : GIEC, IEA, Académie des Sciences et Technologies, …

    Répondre
    • Je regrette Cochelin mais là comme souvent vous feignez de croire que telleou telle instances scientifiques : GIEC, IEA, Académie des Sciences et Technologies, …à enteriné, ou même seulement approuvé le 6 g de CO2 émis par KWh par le nucléaire, alors qu’aucun de ces organisme n’a affirmer une telle énormité ! Seuls l’exministre bien connu pour ses repas au homard et le énateur longuet qui sont loin d’être des références scientifiques sont à l’orgine de cette mascarade comme il est raporté dans les minutes des séances du sénat !
      Vous êtes non seulement de mauvaise foi mais surtout d’une perfidité sans borne !

      Répondre
    • Tellement facile qu’on y retrouve pas le 6g de co2 par KWh don’t vous vous gargarisez à longueur de message avec vos complice de la supercherie de Rugy et Longuet.
      Pourquoi donnez des références qui infirme t vos allégations ? Pour vous ridiculiser ?

      Répondre
    • Qui se ridiculise ? Vous assurément ! 12 c’est déjà le double de 6 ce qui laisse supposer que nos émissions de CO2 sont le double au moins de ce que l’on annonce et dont nous sommes si fier !
      Ce qui fait que nos 86g actuels (selon votre très chere électricitymap dont vous vous gargarisez à longueur de message) sont plutôt 172g par KWh soit plus que l’Espagne (114g), la Suisse (131g), et très voisins de la Belgique (178g) et Danemark (184g), et plusieurs pays d’Europe de l’Est entre 200 et 230g, et bien sûr les scandinaves Suede, Norvège et Finlande largement en dessous …..
      Vraiment, qui se ridiculise ?

      Répondre
      • @Serge Rochain,

        Quelle magnifique règle de 3 !!!

        Si le Nucléaire passe de 6 à 12 g/kW.h alors notre mix passe de 86 à 172 g/kW.h ??? Whaouuuu !!! (CONGRATULATIONS !!!)
        Ou ne serait ce pas que notre mix passe de 86 +70%*6 (grammes additionnels) = 90.2g/kW.h !!!?
        Ce n’est pas le nucléaire qyui nous fait un bilan supérieur à 50 grammes mais le Gaz en premier Lieu et les autres restes du parc thermique (charbon et pétrole – par ailleurs merci pour la fermeture de Fessenheim…)
        Les 172 g/kW.h seront peut-être atteignables avec nos imports d’Allemagne pour 2022 !!! (hélas !)

        Vous avez l’air d’admirer l’Espagne et vous êtes tant critique de la France, Pourquoi ne passez-vous pas la frontière ??? (fiscalement ça peut être mieux en plus…)

        Répondre
    • Vous évoquez le proc »dé de concentration en réalité celui d’enrichissement, mais vous n’y connaissez rien ! Ce procédé que tout le monde utilise aujourd’hui et qui est matginal !
      Ce qui est escamoté dans les 6 g du nucléaire français ce sont les émissions produites lors de l’extraction et de la pulvérisation du minerai et qui sont bien supérieur à 6 gr et plutôt de l’ordre de 60 car issus de veines pauvres en uranium, nos fournisseurs ne sont pas les mines canadiennes, les plus rieches et rentables du monde !
      Vous n’êtes qu’un polarisé intoxiqué par le lobby nucléaire-EDF qui ignore tout des réalités du cyxle du combustible nucléaire et boit l’eau bénite du lobby.

      Répondre
      • @serge Rochain,

        Et vous, ne vous soulagez-vous pas parfois dans le bénitier avec vos besoins blanchâtres s’épanchant de partout et teintés/influencés de manière permanente de jaunes (en amont et en aval !!!).

        Si il y avait 60g de Co2 par kw.h produit à base d’uranium juste pour l’extraction et le pré-traitement du minerais, on aurait gardé nos centrales à Fioul et arrêté le Nucléaire !!!

        Répondre
        • APO En France on continue encore de s’enfoncer toujours plus dans la pollution et la production de déchets ultimes alors que cette merde polluante de nucléaire très chère ne représente même pas 4% de l’énergie dans le monde et baisse inexorablement

          Répondre
          • Et les Fossiles restent à 85% du Mix mondial…

            Là ou le nucléaire a une industrie support, des compétences et de la stabilité politique, il faut s’en servir en plus des ENR pour se passer des fossiles.
            Arrêter le Nucléaire aujourd’hui est une connerie sans nom…

            Pour les déchets, on met tant de merdes polluantes dans nos décharges conventionnelles qu’on devrait nettoyer cela avant de trop parler des déchets nucléaires !!!

          • APO le nucléaire et le fossile sont déjà condamné économiquement … vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole / gaz … sauf le bio gaz qui est une ENR … grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz … comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution , leur GES et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain. https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/283134917_10229096840990558_1053124419560535915_n.jpg?_nc_cat=109&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=Sb4CdzPX6swAX8d_qMR&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT8Oc9YsJtgwoPzuLA8Fgtvzpu2lpfMXCu-RyDp1i0VZ5g&oe=6291B81A

          • @Régis Isambert,

            Dire que les fossiles sont condamnés économiquement !!! Mais vous sortez d’où tant d’anneries ???
            Le problème des fossiles est que ce n’est pas cher !!! (même aux cours actuels !!! cela reste abordable !!!)
            Le charbon a permis l’acier en masse, qui a permis le développement du pétrole, qui fut suivi par le Gaz… Sans charbon, pas de pétrole…

            Que le Nucléaire français de nouvelle génération soit cher (à ce jour) c’est un fait !

            Croire que les ENRi, qui ont au final sur tout leur ACV besoin de pas mal de fossiles, vont rester peu cher est aussi une connerie sans nom avec le prix des fossiles qui augmentent fortement !!! Les ENRi ont besoin de fossiles pas trop chers aussi !!! Rien que l’Acier des éoliennes… et le béton pour la base – Est-ce fait avec du Solaire et des incantations ???

          • APO c’est bien vous qui sortez des âneries . il suffit juste de vérifier les faits et les avancées sur le terrain ..car c’est bien els ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz … et ça commence déjà à se faire et la crise actuelle accélère la mise en place des ENR et vous continuez avec vos âneries de gogos en parlant des ENR prévisibles alors que la Solution c’est bien toutes les ENR en appliquant les principes negawatt …

          • @Régis Isambert,

            c’est sur que sur le terrain en France, les ENR se développent… Et c’est très bien !!!

            Mais ce qui est sur, c’est que le Gaz est en train de remplacer pour une bonne partie le charbon qui ferme et le nucléaire qui vacille…
            Sans compter les âneries de promotion des chaudières Gaz à condensation depuis 15 ans… L’hiver prochain nombre de Français vont être en rage devant leurs factures de Gaz !!!
            Et les ENR continueront d’avancer à petits pas… (La Chine est toute heureuse d’être Leader du PV et voit d’un bon oeil tout cela !!! ).

          • APO vous parlez du bio gaz ? qui est aussi une ENR … tout vient de Chine … votre ordinateur , votre portable , vos vêtements , vos chaussures , votre électro ménager … etc etc en quoi c’est spécifique aux ENR ? la France était pionnière dans les ENR maintenant on est les champions de la pollution et de la production de déchets ultimes dans laquelle on s’obstine à s’enfoncer toujours plus pendant que le monde entier s’en sort ..

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective