A l’ONU, étaient-ils là pour se faire engueuler ?

Bien qu’une assemblée onusienne, même exceptionnelle, ait peu à voir avec un défilé de 14 juillet, l’algarade qu’à faite Greta aux honorables membres, faisait immédiatement penser au célèbre titre de Boris Vian.

Mais sur la forme au moins, l’adresse de Greta aux Chefs d’Etats qui avaient répondu à « l’appel climatique » du Secrétaire général de l’ONU, était bel et bien une engueulade, un brin haineuse d’ailleurs.

Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés (1)

Certains chefs d’Etat, dont notre Président, compte tenu de leur engagement affiché pour la cause climatique pouvaient difficilement ne pas en être, d’autres ont préféré ne pas participer bien que leur pays fût signataire de l’accord de Paris. Mais pour tous, à l’heure des premiers bilans et si on s’en tient aux chiffres bruts, mieux valait en effet faire profil bas ou s’abstenir.

Méritaient-ils pour autant qu’on les couvre d’opprobre tant, comme le disait Talleyrand, « tout ce qui est excessif est insignifiant » et en effet, comment pouvaient-ils agir efficacement en aval des déclarations, souvent imprudentes, faites dans l’alacrité verte de la COP 21 ?

Le problème est en effet si ardu que d’aucuns, réalistes, ne lui voient pas de solution du tout, faute de leviers efficaces activables, à supposer même qu’ils existent.

De plus, comme ces mutations devraient se produire rapidement, être de grande ampleur et toucher aux fondamentaux, on voit bien qu’imaginer un grand soir écologique est totalement irréaliste, d’autant que toute coercition effective produira, à coup sûr, une fronde résolue.

Mais surtout, les conditions de vie des peuples sont si diverses qu’en conséquence, les efforts demandés devraient être fortement différenciés. Ainsi, la simple progression des plus démunis, qui restent les plus nombreux, vers un niveau de vie décent, suffit à condamner toute perspective de réduction globale des émissions, même en imaginant que les nantis, dont nous sommes et Greta avec nous, s’astreindraient à un régime très sévère et s’y tiendraient.

Mais habitudes profondément ancrées, inerties inhérentes à toute évolution de fond, manque de volonté, réactions sociales, constituent à l’évidence une solide première ligne d’opposition au changement.

Ainsi dit Greta, et flatteurs d’applaudir, on n’osa trop approfondir (1)

Cette fuite en avant des propos de Greta a peut-être atteint son acmé face aux chefs d’Etat réunis, un crescendo dramatique bien orchestré qui révèle d’ailleurs, en filigrane, toute une machinerie dont elle n’est que la partie visible, mais qu’elle incarne à merveille, foncièrement convaincue de la justesse de son combat.

Quel coup de génie que Greta, encore faut-il que ses mentors ne la poussent pas trop loin.

Illustration en forme de cerise (aigre) ajoutée au tableau, la plainte déposée par Greta et quinze jeunes de douze pays différents contre quatre pays, dont la France, pour inaction climatique et atteinte corrélative au droit des enfants, qu’on priverait ainsi d’avenir.

Mais pourquoi diable choisir la France, plutôt bon élève dans l’absolu, grâce au nucléaire et à l’hydraulique (bien qu’en relatif elle ne sache pas tenir des engagements trop ambitieux) ?

De plus, Greta et consorts ne sont pas sans ignorer qu’un collectif de « people » et d’ONG, surfant sur le succès de leur pétition (l’Affaire du Siècle) a déjà déposé plainte « pour carence fautive » contre l’Etat français, à la fin du printemps dernier.

Pourtant, la France lui avait fait bon accueil, la Représentation nationale l’avait conviée à s’exprimer et le Président l’avait reçue, une idylle certes un peu ternie par la réaction franchement déplaisante d’une partie de notre intelligentsia.

A cet égard, les propos violemment accusateurs de Greta, portés globalement contre les représentants des générations aux manettes, ne devraient pas lui valoir que des soutiens, où alors ils n’ont pas voulu entendre le verbatim de la harangue, sachant que leur opinion soutient plutôt Greta.

Ce mal qui répand la terreur, (1)

Certes, souvent pour le meilleur mais aussi pour le pire, ce qui a façonné notre monde actuel, c’est l’abondance du pétrole, du gaz et de l’électricité charbonnière, une manne abordable et efficace, qu’on a utilisée ad libitum. Pourtant, si elle a rendu possible d’immenses progrès et a permis de faire sortir de la pauvreté des populations entières, elle a aussi conduit à des excès flagrants et à des dérives coupables.

Le résultat global est une empreinte lourde sur la planète qui apparait, entre autres, sous la forme du dérèglement climatique.

 Si Narendra Modi, le Premier Ministre indien s’est exprimé, sans faire aucune annonce, Xi Jinping le Président chinois n’était pas présent, mais on peut se demander comment il aurait reçu, les yeux dans les yeux, les griefs acides de Greta, dont les références sont celles d’une ado privilégiée vivant dans un pays riche, faiblement peuplé, où le niveau de vie est l’un des plus élevés au monde et l’électricité l’une des plus décarbonées grâce à l’hydraulique et au nucléaire.

Il est pour le moins paradoxal que Greta soit celle qu’on écoute quand elle porte le fer (et le fiel) dans la plaie climatique, conformément au désir de ses gourous de l’incarner en notre mauvaise conscience.

De fait, elle a pathétiquement répété ce que tous les réalistes savaient déjà, qu’aucun pays n’est capable de tenir ses engagement en matière de rejets de GES, ainsi en France, le Haut Conseil pour le Climat, qui dans sa première déclaration avait pointé le hiatus, sans aménité.

Aussitôt, on cria haro (1)

A entendre Greta, c’est parce que les dirigeants sont laxistes et irresponsables, mais on peut craindre cependant que l’affaire soit moins triviale et qu’il ne suffise pas d’annoncer des objectifs ambitieux pour voir la réalité s’y plier.

Et même en imaginant qu’on y parvienne (il reste à trouver comment), Greta est-elle prête à voir ses conditions de vie changer radicalement dans un monde vraiment devenu ascétique et frugal qui donnerait, peut-être, sa chance au climat, ou plutôt ralentirait une évolution déjà inéluctable ?

Egérie de toute une jeunesse heureuse de se trouver une cause, même si la plupart de ceux qui sèchent les cours et défilent le vendredi ne réalisent pas ce qu’impliqueraient pour eux le dixième de ce qu’ils réclament, Greta convainc d’emblée, presque sans coup férir.

Certes, les jeunes générations sont les plus concernées par les périls qui montent, mais il y a néanmoins quelque chose de malsain chez leurs mentors à se servir d’eux comme cautions pour diffuser relayer et amplifier leur message catastrophiste.

 

(1) : Jean de La Fontaine, « Les animaux malades de la peste ».

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective