Le chef de l’ONU appelle “tous les dirigeants à choisir la voie de l’énergie propre”

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a appelé jeudi “tous les dirigeants à choisir la voie de l’énergie propre” dans leurs plans de reprise économique post-Covid 19, les exhortant à bannir le charbon et les soutiens aux énergies fossiles.

“Engageons-nous dès aujourd’hui à ce qu’il n’y ait pas de recours nouveau au charbon, et mettons un terme à tout financement extérieur du charbon dans les pays en développement”, a-t-il exhorté dans un message vidéo aux ministres de plusieurs pays réunis par l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

S’exprimant lors d’un “sommet des transitions vers une énergie propre” organisé en ligne, M. Guterres a insisté: “Le charbon n’a pas sa place dans des plans de reprise économique d’après-Covid!”

“Aujourd’hui je voudrais appeler tous les dirigeants à choisir la voie de l’énergie propre, pour trois raisons vitales: la santé, la science et l’économie”, a-t-il argumenté.

Pour lui, “le soutien visant à renflouer des secteurs tels que l’industrie, l’aviation et les transports doit être conditionné à leur alignement avec les objectifs de l’accord de Paris”, qui vise à couper drastiquement dans les émissions de gaz à effet de serre pour garder le réchauffement “bien en-deçà de 2°C” par rapport à l’ère pré-industrielle.

“Nous devons cesser de gaspiller des fonds dans les subventions aux énergies fossiles et mettre un prix sur le carbone. Il nous faut prendre en compte le risque climatique dans nos décisions”, notamment financières, a encore déclaré M. Guterres.

Charbon, pétrole ou gaz, les énergies fossiles alimentent environ 80% des émissions, responsables du dérèglement climatique.

Relevant que les énergies renouvelables offrent trois fois plus d’emplois que ces industries, le chef de l’ONU a cité les exemples positifs des plans de l’Union européenne, de la Corée du sud, mais aussi le choix du Nigeria de réformer son cadre de subventions aux fossiles.

“Mais beaucoup n’ont pas encore reçu le message”, a-t-il déploré, évoquant un rapport sur les plans de relance prévus au sein du G20, qui “montre que deux fois plus d’argent — l’argent des contribuables — a été dépensé pour les énergies fossiles que pour les énergies propres”.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Et comme c’est urgent et qu’il ne faut que deux ans pour mettre en place n’importe quel parce éolien ou ferme solaire contre au bas mot 12 ans pour faire un EPR, il est clair que la première solution est la bonne, de plus nous supprimons le risque et les déchets millénaires de la solution nucléaire, tout en installant une solution pérenne pour aussi longtemps qu’on n’en aura pas trouvé de meilleure, contre une solution nucléaire dont le glas sonne dans moins d’un siècle faute de carburant, l’uranium n’étant pas inépuisable contrairement aux photons du Soleil.

    Répondre
    • Avatar

      Super… nous aurons comme cela du courant à ne savoir qu’en faire quand il y aura du vent et des coupures quand il n’y en aura pas. Bienvenue dans ce monde à l’énergie intermittente fournissant selon son bon-vouloir entre 5% et 85% de la puissance installée sur l’ensemble d’un pays.

      Répondre
    • Avatar

      Ce n’est que le résultat que vous ne semblez pas pouvoir comprendre d’un concentration anormal des éoliennes du pays au même endroit, ce qui ne se produira pas avec un développement coordonné réparti sur le territoire pour profiter du foisonnement. Mais pour comprendre çà il ne faut pas passer son temps à mettre en exergue les défauts d’une politique qui n’a pas encore choisi ce moyen de produire son électricité et reste dans l’expectative en s’appuyant sur son nucléaire dépassé mais qui ronronne. Le bénéfice du foisonnement cela s’organise et ce n’est pas en Franc tireur que l’on va pouvoir en profiter en ne plantant des éoliennes que là où les maires sont favorables car ça rapporte de l’argent à la commune et en laissant vierge des zones très vantées parce que quelques agitateurs font des difficultés et que le maire veut être réélu. Aujourd’hui cela marche comme cela car aucune stratégie nationale ne dirige le développement de l’éolien

      Répondre
  • Avatar

    Avec les valeurs ci-dessus et 10 fois plus d’éoliennes qu’aujourd’hui, cet immense parc fournirait 1% des besoins les jours sans vent et 200% les jours ventés, bien-venue dans ce monde que certains souhaitent…

    Répondre
    • Avatar

      Sauf que ces 10 fois plus d’éoliennes ne seraient pas toutes au même endroit comme aujourd’hui avec 70% du par dans deux des régions les moins ventées de France.
      Vous savez combien le nucléaire fournissait quand nous n’avions qu’un seule réacteur ?

      Répondre
    • Avatar

      Un mode que vous inventez de toute pièce. Il me suffit de choisir un jour où un réacteur nucléaire est en panne pour chanter à qui veut l’entendre que le nucléaire ne marche pas. Et c’est même facile avec les deux réacteurs de Flamanville en carafe depuis des mois.
      Votre inobjectivité ne fait pas de vous un interlocuteur crédible, vous montez en permanence une mayonnaise basée sur une densité très élevée d’éoliennes dans l’EST et Nord-Est de la France est la moitié de ce total dans tous le reste de la France. Le contraire de ce qu’il faut pour profiter du foisonnement offert par nos trois façades maritimes et nos différents régimes de vent d’intérieur.
      Si vous ne changez pas de registre dans la mauvaise foi ou ‘l’ignorance, nous n’avons plus rien à nous dire.

      Répondre
  • Avatar

    La notion “d’énergie propre” est ambigüe.
    Pour certains il s’agit d’énergies n’émettant pas de CO2.
    Pour d’autres, il s’agit d’énergies n’émettant NI le déchet CO2, NI d’autres déchets (déchets nucléaires par exemple.
    Pour éviter la confusion il est préférable d’utiliser la notion d’énergie “bas carbone”.

    On ne peut pas mettre dans le même panier le déchet CO2 et les déchets nucléaires.
    Le déchet CO2 est LE déchet, insaisissable, qu’on ne sait pas retenir, qui a commencé à bouleverser la planète.
    Les déchets nucléaire: rien. On sait les entreposer, ils ne sont source d’aucune nuisance.

    Les énergies renouvelables sont des énergies bas carbone. Elles sont bienvenues. Mais elles n’ont pas la capacité de remplacer les énergies fossiles. Après des centaines de milliards d’euros dépensés pour les énergies renouvelables par l’Allemagne, l’électricité allemande contenait encore 45% d’énergie fossile en 2017, contre 7,2% en France.

    http://ecologie-illusion.fr/transition-energetique-allemagne-france.htm

    Répondre
    • Avatar

      Vous ne faites que rabâcher vos convictions, la voie choisie par l’Allemagne en cours de développement ne peut en l’état rien prouver, ni dans un sens ni dans l’autre, mais ce qui est certain c’est qu’à chaque fois qu’ils ferment une centrale à charbon ils améliorent leur score, mais les auraient-ils toutes fermées ils émettraient encore du CO2 car ils ont toujours une industrie….. ce que nous n’avons pas su garder.. La mesure du CO2 par habitant ne témoigne évidement pas de ce que les éoliennes produisent du CO2, cette argument fallacieux sortis à tout bouts de champs comme dans votre message

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective